Telechargé par Amilkow

Construire-le-bonheur-Résumé

publicité
RELIGION
Construire le bonheur- Le bonheur dès maintenant et pour toujours
I.
Enracinement et questionnement existentielle
Extrait du monde de Sophie
-Dans quel monde vivons-nous ?
-Trouves-tu comme Sophie que le monde n’est pas tout à fait normal ?
Oui, il y des choses qui ne devraient pas exister (viol, …)
-Quelle est ta vision du monde ? Optimiste ou pessimiste ?
Entre les deux car d’un côté il y a de nouveaux « drames » qui arrivent à cause de l’homme mais que
d’autres essayent de réparer
II.
Apports culturels
1) Regard sur notre société
1.1) Être heureux, ce n’est pas posséder beaucoup de choses ?
a) Les images véhiculées
Grosses voitures, grosse maison, mariage, vacance, argent, bien habillé, ordi, célébrité, beau, …
posséder
 Pour Google le matériel/ l’argent/ posséder est le bonheur
b) Les choses, J.J. Goldman
 Thématique de la chanson
La société de consommation
 La place du narrateur dans la chanson/ Comment s’exprime-t-il ?/ Qui sont les différents
acteurs de cette chanson
-Il parle à la 1ère personne « je » et répète beaucoup de fois ce « je », on pourrait croire qu’il
est égoïste, narcissique mais est en faite passif car les choses/ objets agissent, il est manipulé
par les choses
-Consommé est le centre de sa vie/ Il a besoin d’objet (ex : Jordan) pour s’identifier à
quelqu’un (ex : Michael Jordan) et être quelqu’un
Qui sont les différents acteurs de cette chanson
-Il faut avoir des marques pour être quelqu’un
-Il n’est plus rien sans chose matériel
Le but d’une telle chanson
-Dénoncer ce que les pubs mensongères disent
-Réfléchir sur notre vie et savoir ce qui nous rend heureux (est-ce la consommation ?)
-Réfléchir à la société dans laquelle on vit
-L’auteur veut nous faire comprendre que plus on possède de choses moins nous existons
car nous oublions qui nous sommes vraiment
Le ton utilisé dans cette chanson
Ironie
Citation
J’ai donc je suis
Les pensées deviennent moins importantes que de consommer
Je pense donc je suis
Les médias influencent l’idée que le matériel rend heureux. On est d’office influencer par les
pubs, société de consommation, … Dans le but d’avoir le meilleur look, des marques, …
1.2) Prise de conscience
a)
« Démarrer>arrêter », Victor Habchy
Quels sont les messages de ce cours métrage ?
-Il faut retourner à ce qui est authentique, aux vraies valeurs, …
-Il faut se recentrer sur l’essentiel (amis, …)
-Il faut arrêter d’espérer toujours mieux mais se contenter de ce qu’on a déjà
2) Et si nous changions notre regard ?
2.1) Enquête de sens
Observe le reportage et réponds à ces questions :
-Quelle est sa conception d’un métier ? Ne pas être emprisonné, un métier ça rend libre
-Quelles sont ses passions qui le rendent heureux ? Le jardinage, la boulangerie, la musique
-Pourquoi n’imagine-t-il pas une maison sans jardin ? C’est un lieu orphelin, c’est la nourriture du
quotidien
-Quelles sont ses remises en question ? Avancer sans regarder devant, sans se poser de question, il
n’aime pas la routine
-Quel est le fonctionnement de sa boulangerie ? Travailler 2 jours, les gens se payent, commande pour
ne pas gaspiller
 Retour aux valeurs
 Les identifier et les suivre
 Renvoyer à nos petitesses : désirer moins s’est apprécié plus (ex : proche des gens/
proche de la nature)
2.2) Les petits bonheurs quotidiens




La vérité est qu’il n’y a pas de meilleur moment pour être heureux que le moment présent. Si ce
n’est pas maintenant, quand sera-ce ?»
Apprécier chaque petit moment
Profiter de l’instant présent et ne pas être dans l’attente de mieux
Se contenter de choses simples de la vie
Réussir à appliquer ces conseils au quotidien
3) Détour vers la philosophie
La quête du bonheur et le sens de la vie
3.1) Extrait du monde de Sophie
-Sophie se pose des questions auxquelles sa mère ne pense même pas
« Les adultes trouvaient que tout allait de soi » dit-elle.
Ces questions d’autres personnes les partagentles philosophes
-Analyse de l’extrait
Objectif : savoir qui nous sommes et pourquoi nous vivons
Grandes questions : -Y-a-t-il une volonté ou un sens derrière ce qui arrive ?
-Existe-t-il une vie après la mort ?
-Comment le monde a-t-il été créé ?
3.3) Ses propres valeurs à travers un conte (orientale)
 Chacun possède ses propres valeurs
-Quelles sont les valeurs de l’industriel ? Gagner de l’argent
-Quelles sont les valeurs du pêcheur ? Profiter de la vie, avoir du temps pour lui
-Quel message général ce texte veut-il faire passer ? Chacun ses valeurs et accepter celles des autres
4) Un bonheur à partager
La fourmis amoureuse…
 Être heureux ça se décide, c’est une recherche sur nous-même et c’est une ouverture
aux autres
5) Regard sur d’autres sociétés et d’autres religions
5.1) Le cas du Bhoutan
Monarchie constitutionnelle
Asie du Sud-Est (chaine de l’Himalaya=> est)
Petit pays
Religion principale : bouddhisme tibétain et indouisme
Importance : prière, travail et montagne
Reportage
Produire un maximum eux-mêmes et importer un minimum
Plus de pesticides et produits chimiques car c’est mauvais pour la santé, terre trop dure
Pas d’emballages (fruits, ...)
Recycler, réutiliser, réduire
Tenue traditionnelle pour les écoles et métiers de l’état
Positif niveau carbone
60% du territoire sont des arbres et il faut des permis pour les abattre
Particularité du Bhoutan : recherche le bonheur avec le Bonheur National Brut
Celui-ci repose sur 4 principes : 1) La croissance et le développement économiques responsables
2) La conservation et la promotion de la culture bhoutanaise
3) Sauvegarde de l’environnement et la promotion du
développement durable
4) La bonne gouvernance responsable
5.2) Le cas des sociétés communistes comparé à celui des sociétés capitalistes
BUT
COMMENT
RÉSULATS
Communiste
Bonheur=proposé à l’humanité de
manière collective
Par la prise du pouvoir des peuples
promis à l’avènement de l’égalité
parfaite
Échec partout dans le monde
Capitalisme
Bonheur= quête personnelle
Consommation de masserichesses
matérielles viennent des efforts de la
réussite professionnelle
Tant que le confort n’est pas atteint
(autrement dit, tant qu’on manque de
tout), on peut légitimement viser celui-ci
comme une fin. Mais dès qu’il est atteint,
l montre vite son caractère moyen, son
essence accessoire
Ce bonheur capitaliste nous assure que pour être heureux, il nous faudrait d’abord avoir, pour
ensuite faire, et enfin être (éventuellement). C’est prendre les choses dans le mauvais sens : ne fautil pas plutôt être d’abord, pour pouvoir faire, et enfin avoir ?
On peut distinguer deux grandes conceptions du bonheur :


D’un côté, il est envisagé comme un état absolu et définitif : le bonheur est un « palier », un
« stade » que l’on peut atteindre. On parle de conception finaliste du bonheur. Le bonheur
est un but, une fin, un absolu, aux contours découvrables, au moins partiellement
connaissables.
Un principe rejeté par l’autre conception du bonheur qui estime que ce dernier n’est ni
absolu ni définitif : changeant, relatif, il relève moins d’un palier à atteindre que d’un
« souffle continu », moins de la fin que du chemin, il est quelque chose qu’on ne peut pas
connaître vraiment, qu’on ne peut que vivre sans le chercher.
Exemple : jeu vidéo
5.3) Le bonheur selon les différentes religions
La plupart des grandes religions s’inscrivent dans un courant de vision du bonheur absolu, parfait,
accessiblecertaine ascèse, le savoir et la connaissance de Dieu
a) Le Bouddhisme
Le nirvana=le bonheur pour les Bouddhistes est parfait et absolu
Pour Bouddha la méditation est importante car elle débarrasse des souffrances, il a vécu
une vie d’errance et d’ascèse stricte
Le nirvana n’est accessible qu’aux Sages parmi les sages, ceux détacher de toutes
passions, libérer de tout attachement et atteint l’Eveil grâce à l’annihilation de soi-même
et de son désir, à travers la méditation= extinction de la passion, du désir, ...
La réincarnation est souvent male comprise. Cela n’a rien de chouette car elle affecte
celui qui n’a pas réussi à se libérer de ses samsara (passion, …) et qui est condamné à se
réincarner en quelqu’un d’autre tant qu’il n’a pas atteint le nirvana.




b) L’Hindouisme
La Bhakti=l’adoration, l’Amour de Dieu ou la piété
Selon Narada : « Bhakti est un amour intense pour Dieu (…) Lorsqu’un homme l’atteint, il
aime tous les êtres et n’en haït aucun ; ses besoins sont satisfaits à jamais. (…) Cet amour
peut être ramené à aucun intérêt en ce monde. »
Enseigne entre autres le bhakti yoga ou la voie de la dévotion à Dieu pour atteindre la
délivrance (moksha) du cycle de réincarnation.



c) Le Judaïsme
Devekout=atteindre la splendeur
Intervention de la grâce=le bonheur est avant tout donné par Dieu, l’Homme ne peut,
seul, faire son propre bonheurla grâce divine est accordée aux plus pieux
Butprogresser dans la connaissance de Dieu et incarner son essence
Itinéraire de l’homme jusqu’à cette union physique avec Dieu : prière, pénitence pour
réparer les péchés, étude des textes sacré ; cela ouvre la plénitude du royaume sans
frontière de l’amour
Le peuple Juif étant un peuple « élu de Dieu », c’est presque un devoir (mitzach) pour
l’Homme d’être heureux
Bonheur absolu = au paradis, seul bonheur absolu, parfait et éternel (car en vie il faut
assumer la souffrance et les angoisses de l’âme humaine, péchés >< bouddhisme)
 Synthèse du Judaïsme
C’est grâce à la prière, étude des textes sacrés, qu’on atteint la grâce divine et donc
l’accès au paradis=union totale avec Dieu=bonheur absolu






d) L’Islam
La haqîqa, la fanâ= l’extase, la vérité, intervention de la grâce (comme Judaïsme)
La grâce divine est accordée aux plus fidèles
L’ultime étape de la vie spirituelle conduit à la haqîqa, la vérité.
Elle marque la coïncidence des contraires, des opposés. C’est le domaine de l’union, de
l’unité, de la dissolution ou dilution de l’humain dans le divin.
L’homme est « aspiré » en Dieu qui, seul subsiste. Le chercheur devient l’objet de sa
quête. Il est lui-même le but.
L’Islam invité à se réjouir de la puissance du créateur par l’exaltation mesurée des sens
et la contemplation de la nature
Bonheur absolu=bonheur promis au paradis, seul bonheur absolu, parfait et éternel





e) Le Christianisme
La béatitude, la félicité=quête de l’absolu
Intervention de la grâce (comme dans le judaïsme)
Recherche de la connaissance de Dieu par les textes saints et la prière
Rejet des passions/tentations : dépouillement de soi-même passe d’abord par l’abandon
de l’amour que l’on se porte, le renoncement à tous les besoins de gratification sociale,
affective et morale qu’éprouve le moi.
En priant, n contemplant Dieu que l’on va ressentir sa présence. Il faut e désapproprié de
soi-même
Bonheur absolu=bonheur promis au paradis, seul bonheur absolu, parfait et éternel.






NOUVEAU
Selon les ChrétiensDieu est descendu sur Terre dans une existence non seulement
terrestre mais encore humaine, dans un corps de chair.
Transcendance
Commun aux trois religions
Dieu est au ciel et se donne à nous,
promesse d’un bonheur absolu,
supériorité du créateur, Dieu nous donne
le bonheur (la grâce de Dieu) par la
prière, la communication des fidèles, par
la Bible
Immanence
Juste le christianisme
Jésus est descendu sur Terre, à mangé, à
bu, à parlé, à touché des gens, à guéris,
avant de finalement mourir sur une croix
dans de douloureuses souffrances. Le Fils
même de Dieu a donc connu toutes les
sensations humaines (faim, douleur,
plaisir, larme). Pourquoi le renier ?
 Le bonheur chrétien c’est donc aussi de vivre, pas seulement de regarder le ciel. Ou
plutôt vivre en regardant le ciel.
Synthèse
Juif, Musulmans et Chrétiens
Chrétiens

Bonheur juste au paradis car on ne forme qu’un avec
Dieu (communion, …)
Peuvent déjà être en union avec Dieu sur Terre
comme Jésus avec Dieu et pas qu’au paradis
De fait, pour le christianisme, le moyen d’accéder au bonheur est double :
1. Il peut être atteint à la fois par la connaissance de Dieu (même chose que le
Judaïsme et l’Islam)transcendance
2. Il peut être atteint par l’amour du prochain : les chrétiens doivent vivre en « frères »
et se mettre les uns au service des autres. L’humilité et l´amour sont alors les voies
royales vers le bonheur. immanence
III.
Ressources de la loi chrétienne
1) Croire
1.1) Les béatitudes : un appel au bonheur
a) Intro
Elles sont souvent mal comprises, prises comme négative mais sont en fait comme un appel au
bonheur, une interprétation positive
b) Analyse
Combien y-en-a-t-il ?
5 chez Matthieu
4 chez Luc
Quels sont les béatitudes communes ?
Les pauvres, ceux qui ont faim, ceux qui sont haït à cause des religions
Qu’est-ce que Luc a en plus ?
Ceux qui sont malheureux
Comparer la pauvreté/la faim
Matthieu=pauvre en esprit/faim de justice
Luc=pauvre d’argent/faim de nourriture
c) Ressemblance des Béatitudes
La source des Béatitudes= lorsqu’elles ont été prononcées par Jésus mais Matthieu et Luc les
ont interprétées et retranscrites différemment.
 « Les pauvres » chez Luc reprennent de manière globale ce qui est détaillé chez Matthieu
Le fait d’ajouter « en esprit » après le mot « pauvres » et « et soif de justice » après « faim »
chez Matthieu montre que Matthieu considère davantage des attitudes d’âme tandis que Luc
parle de situations pénibles.
Pauvreté matérielle ou de cœur ? Approche historique de la condition du peuple hébreu et
comparaison avec les pauvres d’aujourd’hui.
d) Explication et compréhension des Béatitudes
Il y a deux « groupes » de Béatitudes (les 3 premières et de la 4ème chez Luc)
La différence entre ces deux « groupes » : 3 situations présentes/l’autre situations future ;
« ceux »/ « vous » ; brèves/développé
Il y a deux membres dans les Béatitudes : la situation présente négative et la situation future
pleine d’espérance
Le premier membre n’a de sens que parce qu’il est suivi du deuxième ; si on est heureux, c’est
parce qu’il y a de l’espoir de la venue du Règne de Dieu.
Les Béatitudes sont avant tout une proclamation du bonheur et pas seulement une promesse,
ce qui signifie que c’est aussi un appel à un comportement présent tourné vers le futur mais qui
est déjà ancré dans le présent.
C’est un texte plus complexe qu’il n’en à l’air. Les Béatitudes peuvent aussi être une réponse
face aux angoisses de la vie.
1.2) Analyse de l’Evangile
Le récit des tentations de Jésus dans le désert (Lc 4, 1-13)
Combien Jésus a-t-il connu de tentations ? 3
1ère
Pouvoir sur les choses
2ème
Pouvoir sur les
hommes
3ème
Action d’éclat
Jésus a faim, le diable lui suggère de
changer des pierres en pains
Jésus refuse de détourner les
choses pour son usage personnel, il
proclame que le pain n’est pas le
tout de la vie, l’homme vit aussi
d’autre chose (il ne vit pas que de
chose matérielles)
Le diable lui propose tout une ville,
Jésus cite le premier des
le pouvoir, la puissance sur les
commandements, remet l’homme
hommes
à sa vraie place. Pour lui, ce n’est
pas d’avoir le pouvoir c’est
d’adorer et de ne servir que Dieu
Le diable lui demande de sauter pour Jésus rappelle encore une parole
que Dieu le sauve, de se faire
Deutéronome, proclame que le
remarquer gratuitement en mettant véritable respect et amour de Dieu
Dieu à son service
refuse l’idée d’avoir pouvoir sur
Dieu, refuse de lui forcer la main
Pouvoir sur les choses, les hommes, l’action d’éclat, elles se rattachent à toutes celles qu’on a
connu. Toutes nos tentations sont rattachées à celles que Jésus a connu.
Connaître la tentation, est-ce pécher ?
 Ce n’est pas l’effet du mal ou d’un quelconque péché : elle fait partie de la vie humaine et il
est possible à l’homme d’y résister
 Il n’est pas anodin non plus qu’il soit précisé que c’est après le baptême, après avoir reçu
l’Esprit saint que Jésus la connaît et la repousse
 C’est dans l’Ecriture que Jésus enracine sa résistance à la tentation : non pas seulement
parce qu’il la connaît, mais parce qu’il en vit et que la Parole de Dieu est toujours présente
en Lui
 La proximité de Jésus avec nous : le Fils de Dieu a voulu prendre notre condition humaine
avec toutes ses composantes
Quel est le lien avec les chrétiens ?
 Nous sommes tentés de la même manière, ce qui nous rendra forts en notre confiance en
Dieu
 La tentation nous rend petit, laid et mesquin. La tentation c’est quelque chose de rusés que
le diable peut inventer. Le pouvoir des tentations est plus grand et plus fort que le nôtre
 L’expérience de Jésus au désert soulève d’importantes questions pour nous
 Épreuves et faiblesses deviennent un lieu privilégié de notre rencontre avec lui (Jésus et
Dieu). Il connaît toutes nos difficultés, il est un homme éprouvé ; il est compatissant.
 Nous nous battons constamment avec nos désirs
2) Vivre
La quête du bonheur selon Sœur Emmanuelle
Selon Sœur Emmanuelle il faut sourire à son prochain dès le matin pour être heureux. C’est quelque
chose qu’on doit décider et ce n’est pas une acquisition définitive.
Téléchargement
Explore flashcards