Telechargé par Aboubacar Koné

déterminant interne des imf en cote d'ivoire

publicité
Les Déterminants internes de la performance des institutions de la microfinance en
Côte D’Ivoire : Une analyse sur données de Panel
Jean Michel Banto1 , Marc-Arthur Diaye2, Eric Paget-Blanc3 , Boubakar Habib Sarr4
Résumé.
Cet article a pour objet l’identification et l’analyse des déterminants internes de la performance financière et sociale
des institutions de microfinance, en Côte d’Ivoire. Nous disposons à cet effet d’une base de données de panel
constituée de vingt-deux institutions de microfinance Ivoiriennes et portant sur la période 2011-2014. Nous
mettons en évidence l’effet de quelques variables originales sur la performance financière et sociale. Nous
montrons ainsi une influence positive de la forme juridique sur la performance financière. Plus précisément, nous
montrons que les IMF ayant le statut de « société anonyme » ont des marges bénéficiaires plus importantes que les
IMCEC. En revanche, les ratios prudentiels, la maturité de l’IMF, la taille des dépôts des clients et le nombre de
points de service de l’IMF semblent n’avoir aucune influence sur sa performance financière. Concernant la
performance sociale, la maturité de l’IMF, la couverture géographique de l’IMF et le ratio de capitalisation
semblent jouer positivement ; tandis que la forme juridique (« société anonyme » versus IMCEC) joue
négativement.
Mots clés. Microfinance, performance, gouvernance
Codes JEL. C51, G21, G32, P27
1
LITEM, Univ Evry, Université Paris-Saclay, jean-michel.banto@univ-evry.fr
CES, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, marc-arthur.diaye@univ-paris1.fr
3
LITEM, Univ Evry, Université Paris-Saclay, eric.pagetblanc@univ-evry.fr
4
Ministère de l’économie et des finances (Côte d’Ivoire), sarr.boubakar@tresor.gouv.ci
2
1
1. Introduction
La Microfinance est un domaine d’activité́ qui regroupe une diversité́ d'acteurs financiers désignés par le terme de
systèmes financiers décentralises (SFD) ou institutions de microfinance (IMF). Leur mission est de mettre à la
disposition des populations généralement exclues du système bancaire classique, des services d’épargne et de
crédit. Elle englobe un large éventail de services financiers tels que les dépôts, les emprunts, les crédits, les services
de paiements et, depuis peu, les transferts d’argent, l’offre d’assurance ou de micro-assurance aux ménages à bas
revenu ainsi qu’aux micro-entreprises.
Toutefois, de par leurs capacités à servir une clientèle pauvre, les institutions de microfinance n’ont pas seulement
pour objectif la recherche d’une performance financière mais ont également des objectifs sociaux. Cette dualité
d’objectifs fait l’objet de débat dans la littérature académique. Certains travaux préconisent aux IMF de mettre
l’accent principalement sur les objectifs financiers (Jacquand, 2005), tandis que d’autres soutiennent la nécessité
de poursuivre un double objectif, à la fois financier et social (Christen, Rosenberg et Jayadev, 2006 ; Bédécarrats,
2010). La performance financière des IMF est appréhendée par des ratios financiers classiques qui ont fait l’objet
d’une harmonisation au niveau de l’UMOA. Ces ratios sont des indicateurs de rentabilité, d’efficacité-productivité,
de qualité de portefeuille, et de gestion. La mesure de la performance sociale, quant à elle, ne fait l’unanimité. Elle
constitue, en effet, l’objet d’un débat entre deux grandes approches, à savoir l’approche welfariste et l’approche
institutionnaliste. Pour les welfaristes, la microfinance doit avoir pour objectifs la lutte contre la pauvreté et
l’amélioration du bien-être des populations exclues des banques classiques. Outre la fourniture des services
financiers, la microfinance doit permettre l'octroi de services non financiers comme la formation et l'assistance
technique aux micro-entrepreneurs, l'alphabétisation, l’autonomisation des femmes. Les travaux les plus aboutis
dans ce domaine sont les recherches de Khandker et al. (1998) ; Morduch (1998) ; Morduch et Roodman (2014)
ainsi que Banerjee et al. (2015). Ce courant de pensée se traduit, dans la pratique, par des taux d’intérêt inférieurs
à ceux du marché et une large dépendance des subventions publiques ou privées. Pour les partisans de cette
approche, la performance sociale d’une IMF se mesure à travers l'évolution du niveau de revenus, de nutrition et
d’éducation des pauvres, ainsi que l'accès aux services de santé et d'assurance. Toutefois, cette approche welfariste
a fait l’objet de critiques de deux sortes. Tout d’abord, les IMF ayant adopté cette approche ont fait face à une forte
augmentation des taux d’impayés ainsi que des frais d’exploitation très importants conduisant à la disparition
progressive de nombreux programmes de microcrédit (Guiraud, 2009). Ensuite, apparait la difficulté
méthodologique de mesurer l’impact social. Ces critiques ont favorisé l’émergence de l’approche institutionnaliste.
Celle-ci est fondée sur deux exigences : la massification du crédit et la pérennisation de l’institution. Le corolaire
de ces deux exigences est l’amélioration des indicateurs de performances et le respect des ratios prudentiels. Ceci
implique en général des taux d’intérêt plus élevés que dans les IMF ayant opté pour l’approche welfariste, mais
aussi que dans les banques classiques. L'objectif, de cette approche, n'est pas de se focaliser sur l'amélioration du
bien-être général des pauvres, mais plutôt sur l'amélioration de l'accès aux services financiers de la population à
bas revenus que constituent les exclus du secteur bancaire traditionnel (Guiraud, 2009). Pour mesurer l’impact
social, les partisans de l’approche institutionnaliste utilisent des variables telles que le nombre de personnes pauvres
ayant accès aux services bancaires, la taille des crédits octroyé, ou la qualité des services offerts. Cette approche
institutionnaliste semble s'imposer de nos jours, même si elle ne fait pas encore l'unanimité. Elle est, par exemple,
2
soutenue par des organisations internationales telles que la Banque Mondiale à travers le CGAP, les banques de
développement, ou les organismes de régulations étatiques.
Les expériences empiriques notamment dans les pays en voie de développement, ont montré que la microfinance
peut aider les personnes pauvres à augmenter leur revenu, leur consommation et à créer des entreprises viables
(Shahidur et al.,1998, Choudhoury, 2003 ; Giraud et Renouard, 2013 ; Banerjee et al, 2015). D’autres travaux
montrent une amélioration du niveau de santé, du niveau d’éducation (Mees, 2003) ainsi qu’un changement positif
dans les microentreprises des populations à bas revenu (Gubert, Roubaud, 2005). Cependant, bien que la
microfinance soit une chance pour les plus démunis d’avoir accès à des sources de financement (Robinson et
Fidler, 2001), certains auteurs sont plus critiques envers son mode de gestion, notamment sa gouvernance (Guérin
et Servet, 2004 ; Guérin et Palier, 2006; Ordioni, 2005; Fernando, 2004). Selon les travaux de Banerjee et al.
(2015), réalisés en Inde, la microfinance a un impact positif sur la création d’activité génératrice de revenu.
Toutefois, Banerjee et al. (2015) arguent que la microfinance n’a pas d’impact sur des variables non économiques
telles que l’éducation, la santé ou l’autonomisation des femmes. Par ailleurs, selon Guérin et Palier (2006) et
Guérin et Servet (2005), si la microfinance permet à 50% des clients d’une IMF de desserrer la contrainte de leur
budget familial et à 25% d’accroitre leur activité entrepreneuriale génératrice de revenus, elle aboutit à un échec
financier et social pour les 25% restants. Enfin, pour Coleman (2008), l’inefficacité des IMF est en grande partie
due à l’utilisation de produits inadaptés aux besoins de leurs cibles.
Les déterminants de la performance financière et sociale ont fait l’objet de plusieurs travaux de recherche. Les
principaux déterminants identifiés sont la gouvernance, la forme juridique, la maturité et la couverture
géographique. Dans notre analyse à suivre, nous retenons ces différents facteurs explicatifs de la performance
financière et sociale des IMF, et intégrons deux autres facteurs, à savoir les ratios prudentiels et la taille des dépôts.
En effet, les ratios prudentiels et la taille des dépôts sont importants pour la viabilité financière et sociale des IMF.
La littérature sur la gouvernance des IMF demeure limitée contrairement à celle concernant la gouvernance des
entreprises (Van den Berghe et Levrau, 2004 ; Meisel, 2004 ; Guedri, 2008 ; Gillette et al., 2008) et la gouvernance
bancaire (Eichengreen et Gibson, 2001 ; Aizenman et Marion, 2003 ; Goddard et al. 2004; Bates et al., 2009). Les
travaux sur la gouvernance des IMF ont décrit les pratiques et les conséquences sur leurs performances (Chrysten
et al., 2003 ; Peck et Rosenberg, 2004 ; Satta, 2004 ; Lapenu et Pierret, 2005 ; Sabana, 2006; Labie, 2007, 2009).
De plus, Hartarska (2005) et Mersland et Strøm (2009) s’interrogent sur le rôle joué par les mécanismes de
gouvernance sur la performance sociale et financière des IMF dans les pays de l’Europe Centrale et de l’Est. Quant
à Tchuigoua (2011), il analyse l’influence des mécanismes de gouvernance sur la performance des IMF d’Afrique
Sub-saharienne sur un échantillon composé de 64 IMF africaines entre 2001 et 2005 issus de la plateforme
électronique Mix Market. Mersland et Strøm (2009) ainsi que Tchuigoua (2011) ne trouve pas d’influence de la
taille du conseil d’administration et de la forme juridique sur la performance financière et sociale des IMF.
Toutefois, Mersland et Strøm (2009) concluent à une influence négative de la maturité des IMF sur la performance
financière mesurée par l’autosuffisance opérationnelle et à une influence positive de la maturité sur la taille des
prêts. Selon eux, la taille des prêts diminue au fur et à mesure que les IMF gagnent en maturité. Cela signifie
qu’elles auront tendance à toucher une clientèle de plus en plus pauvre par l’octroi de crédits de faibles montants.
Par ailleurs, Mersland et Strøm (2009) ont analysé le rôle joué par la couverture géographique sur les variables de
performances financières et sociales. Ils n’observent pas d’influence de la couverture géographique sur la
performance sociale, mais ils montrent que le rendement du portefeuille de prêts augmente au fur et à mesure que
3
les IMF exercent leurs activités en zone urbaine. En Afrique subsaharienne notamment en Côte d’Ivoire, le secteur
de la microfinance présente une grande attractivité auprès de la population et présente des résultats encourageants.
Toutefois, les IMF doivent faire face à de nombreuses difficultés, notamment l’absence de personnel qualifié,
l’insuffisance de financements extérieurs et, surtout des défaillances en matière de gouvernance des IMF.
Le reste de l’article est organisé de la manière suivante. La section 2 est relative à la revue de la littérature, la
section 3 présente les données, les choix des variables et la méthode économétrique tandis que la section 4 présente
les résultats des estimations et la section 5 conclut.
2. La démarche empirique
L’objet de l’article est d’identifier et d’analyser l’influence des déterminants internes de la performance financière
et sociale des IMF en Côte d’Ivoire.
La performance financière est appréhendée par les deux indicateurs suivants: la marge bénéficiaire et l’indice de
dépendance aux subventions. Concernant la performance sociale, nous avons retenu aussi deux indicateurs de
performance: le nombre de clients actifs de l’IMF et la taille des crédits octroyés de l’IMF. Ce choix s’inscrit dans
la lignée de la recommandation de Manos et al. (2008) et de Schreiner (2002). En effet selon Manos et al. (2008),
l’indicateur de dépendance aux subventions prend en compte l’impact direct des subventions, contrairement aux
autres mesures de la performance financière, comme le Return On Equity (ROE) et le Return on Asset (ROA),
qui en tiennent compte partiellement. Par ailleurs Schreiner (2002) montre que l’indicateur de largeur
correspondant au nombre de clients servis ne doit pas être examiné seul mais en combinaison avec celui de la
profondeur qui correspond à la taille des prêts octroyés (car une faible profondeur peut être compensée par plus de
largeur et vice versa). S’il n’existe pas de consensus dans la littérature quant au montant à partir duquel l’on peut
qualifier de social un prêt d’une IMF, nous adoptons la même démarche que le Groupe Consultatif d’Aide aux
Populations les plus pauvres (CGAP) qui pose la définition opérationnelle suivante : une IMF cible une clientèle
pauvre ou non, si les montants de crédits octroyés à ses clients sont inférieurs à 20% du Produit National Brut
(Acclassato, 2006 ; Ndour et Paget-Blanc, 2014). Appliquée à la Côte d’Ivoire, cette définition donne la somme
de 306 euro (200000 FCFA) par client.
En ce qui concerne les variables explicatives, en nous appuyant sur la littérature (voir les sous-sections suivantes),
nous identifions sept types de variables pouvant influencer la performance financière et sociale des IMF: la forme
juridique (société anonyme; institutions mutualiste et coopérative d’épargne et de crédit-IMCEC), les ratios
prudentiels, la taille du conseil d’administration, la maturité de l’IMF, le nombre de points de service sur le
territoire, la couverture géographique et la taille des dépôts des clients.
La base de données que nous utilisons est constituée de vingt-deux IMF sur une période allant de 2011 à 2014,
provenant de la Direction de la Microfinance en Côte d’Ivoire (Ministère de l’Economie et des Finances). Elle
inclut des indicateurs des indicateurs relatifs à la gouvernance interne des IMF (Taille du conseil d’administration,
Règlementation prudentielle, Composition du Conseil d’Administration, Systèmes de gouvernance), à la
4
performance financière (Marge bénéficiaire, Indice de dépendance aux subventions), à la performance sociale
(Encours de crédit octroyé aux clients, Taille du crédit octroyé aux clients).
2.1 La forme juridique des IMF
Définir sa forme juridique est une décision importante de toute entreprise voulant exercer une activité de
microfinance. Il existe ainsi des institutions de microfinance ayant la forme juridique d’organisation non
gouvernementale (Servet, 2015). Certains auteurs (Hardy et al., 2003 ; Jansson et al., 2004 ; Fernando, 2004 ;
Ledgerwood et white, 2006) préconisent des IMF la transformation en sociétés anonymes car ces dernières sont
moins dépendantes des dons. Pour Ledgerwood et White (2006), la transformation des institutions de
microfinance à but non lucratif en institutions en but lucratif permet de capter des capitaux nécessaires à leurs
activités. Pour Varottil (2014), la forme à but lucratif permet aux IMF de faire des crédits à bas coûts, ce qui au
final va dans le sens de leur fonction sociale. Aujourd’hui, certaines IMF sont cotées en bourse (Littlefield et
Rosenberg, 2005 ; Ponsot, 2007) et d’autres ont une forme coopérative ou mutualiste (Lelart, 2006 ; Servet, 2015).
Cependant Hartarska (2005), Mersland and Strøm (2009), Sinclair (2012), Tchakounte (2010) ne semblent pas
trouver d’influence de la forme de statut juridique sur la performance des IMF. Enfin, Hansmann (1996) analysant
les avantages et les inconvénients des systèmes de gouvernance dans le cadre de la théorie de l’agence, montre que
le statut d’ONG permet de minimiser les coûts d’agence liés aux contrats conclus par les IMF avec les différentes
parties telles que les employés, les clients, les donneurs. Et ce, du fait d’un meilleur ancrage local qui permet le
tissage de relations.
2.2 La taille du conseil d’administration
Les Conseils d’Administration sont au centre des débats sur les réformes de gouvernance économique (Jensen,
1993 ; Dalton et al.,1998 ; Hermalin et Weisbach, 2003; Adams et Mehran, 2003; Zhao et Peters, 2009). Pour
Jensen (1993), la taille du conseil d’administration joue un rôle important dans l’efficacité du système de
gouvernance d’une organisation (notamment à cause de problèmes éventuels de passager clandestin). Selon lui, la
taille optimale pour un fonctionnement efficace du conseil d’administration est de huit. Pour Hermalin et
Weisbach (2003), l’accroissement de la taille du conseil d’administration a un effet négatif sur la performance des
firmes. Dalton et al. (1998) et Adams et Mehran (2003) aboutissent cependant à des résultats différents. Adams et
Mehran (2003) ne trouvent pas de relation négative entre la taille du conseil d’administration et la performance
des firmes mesurée par le ratio Q de Tobin. Dalton et al. (1998) estiment qu’un conseil d’administration large
permet d’accroitre le pool d’expertise et les ressources nécessaires à l’entreprise. Par ailleurs Zhao et Peters (2009)
ont analysé taille et l’évolution du conseil d’administration de 81 firmes entre 1935 et 2000 et montrent que la
distribution est en cloche avec une moyenne d’environ onze membres dans le conseil d’administration des
entreprises ayant survécu sur la période étudiée. Ils observent un pic dans les années 70 avec une moyenne de
quinze membres mais ce pic retombe, dans les années 2000, à onze membres. Yermack (1996) estime, également,
une moyenne de onze membres dans le conseil d’administration des entreprises américaines entre 1984 et 1991;
mais Adams et Mehran (2003) trouvent une moyenne de dix-huit membres entre 1986 et 1999.
Selon Cavaco et al. (2016), la taille des membres dans le conseil d’administration des entreprises du CAC 40 est
de quinze membres en moyenne et de neuf membres hors CAC 40. Enfin, Heidrick et Struggles (2009) font une
5
étude comparative des données des plus grandes entreprises de chaque pays européen et leur attribue une note en
matière de gouvernance. Ils trouvent une moyenne européenne de 11,8 membres dans le conseil d’administration.
2.3 La composition du conseil d’administration
La composition du conseil d’administration a suscité́ depuis longtemps un intérêt particulier, notamment dans
littérature sur la gouvernance d’entreprise (Maginson et al., 2009 ; Hollandts et Guedri, 2008 ; Kramarz et Thesmar
2013 ; Gillette et al., 2008). En effet, l’étude de la composition du conseil d’administration permet d’évaluer, d’une
part, l’efficacité du bon fonctionnement du conseil d’administration, et d’autre part sa capacité à avoir un impact
sur la performance des entreprises. Maginson et al. (2009) ont analysé un échantillon de 156 sociétés et montrent
que la présence d’administrateurs salariés, ne dégrade pas la performance, voire même l’augmente si les salariés
sont actionnaires. Pour Hollandts et al. (2008), l’ouverture du CA aux salariés actionnaires n’a pas d’effet sur la
performance des entreprises. Toutefois, Klein (1998) établit une relation positive entre la présence des personnes
internes à l’entreprise dans le comité finance du conseil d’administration et la performance des firmes. D’après
Kramarz et Thesmar (2013), plus il y a de participations croisées moins la performance est élevée. En effet les
participations croisées réduisent le rôle du Conseil d’Administration. Cependant les participations croisées
peuvent aussi un effet positif puisqu’elles apportent du lien ou du capital social. Enfin, il semblerait que la présence
de membres externes améliorerait l’efficacité des décisions c’est-à-dire l’impact sur les choix stratégiques (Gillette
et al., 2008). Par ailleurs, la diversité du genre dans le conseil d’administration (Smith et al., 2006, Carter et al.
2003) semble avoir un impact positif sur la performance des entreprises. Sur un plan plus qualitatif, la présence de
femmes au sein du conseil d’administration fournit aussi des différents points de vue, de nouvelles idées et des
débats intéressants pour l’entreprise (Smith et Vinnicombe, 2004 ; Dalton et al.,1998, Huse et Solberg, 2006). De
manière générale, la question, de savoir si la composition du conseil a un impact sur la performance financière et
sociale des IMF, est à mettre en lien avec le débat normatif sur les objectifs de la microfinance. En effet, des agences
de développement, des investisseurs sociaux, commerciaux, des particuliers ou encore des ONG (Goodman, 2003)
investissent désormais dans les institutions de microfinance. Or toutes ces entités aux intérêts différents, essaient
d’influencer les orientations et les décisions dans la gouvernance des institutions de microfinance. Par exemple, la
présence des banques dans le capital d’une IMF peut entrainer quelques doutes quant la mission de cette IMF
(Köhn et Jainzik, 2007) car cette dernière peut alors privilégier l’atteinte d’objectifs financiers au détriment
d’objectifs sociaux.
2.4 Les ratios prudentiels
Les normes prudentielles sont des indicateurs de gestion qui évaluent la capacité́ des dirigeants des IMF à mener
sainement l’activité de collecte d’épargne et d’octroi de crédit. A l’origine, elles font parties des mécanismes de
gouvernance spécifiques aux organisations bancaires (Macey et O’Hara, 2003). Elle consiste en une
réglementation qui tend à̀ maintenir en toutes circonstances des établissements de crédit (banques, entreprises
d’investissement) surs, sains, solvables et solides (Mishkin F., 2013). De plus, des travaux ont montré la nécessité
pour les firmes de détenir des réserves de liquidité (Bates et al., 2009). Par ailleurs, selon Adrian et Shin (2010),
l’augmentation continue des actifs liquides par les banques permet de réduire la probabilité de crise de liquidité.
Selon eux, les banques ont ainsi intérêt à se procurer des actifs liquides au moment d’une faible croissance de
6
l’économie. De même, Aizenman et Marion (2003) critiquent la notion de détention des réserves qu’ils estiment
couteuse. Des études, plus spécifiques ont porté́ sur la relation entre la liquidité et le profit des banques. Les
résultats de ces recherches sont mixtes. Certains trouvent une relation négative tandis que d’autres trouvent une
relation positive. Par exemple, Goddard et al. (2004) montre une relation négative entre le ratio de liquidité et le
profit des banques mesurée par le rendement des fonds propres pour les banques européennes à la fin des années
1980 et dans le milieu des années 1990. Enfin selon Eichengreen et Gibson (2001), moins les fonds sont
immobilisés dans des placements liquides, plus meilleure est la rentabilité.
Au niveau de la microfinance, la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest a édité des ratios prudentiels
que les SFD exerçant sur l’espace UMOA doivent respecter. Ces ratios constituent des éléments susceptibles de
déclencher une alerte et sont des instruments de gestion et d’appréciation de la situation financière d’une IMF. Il
s’agit de normes indispensables que les dirigeants des institutions de microfinance doivent respecter afin d’assurer
à l’entreprise une saine gestion.
3. Les données, choix des variables et modèles
3.1. Les données
Nous avons constitué un échantillon d’institutions de microfinance observées durant la période 2011 à 2014. Ces
informations proviennent de la base de données de la Commission Nationale pour la Microfinance, l’organe
régulatrice du secteur de la microfinance. Cette commission dépend du Ministère de l’Economie et des Finances
de la Côte d’Ivoire dont le président est le Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique. Toutes les
institutions de microfinance ont l’obligation de transmettre les états financiers selon une certaine périodicité au
secrétariat de la Commission Nationale pour la Microfinance qui est la Direction de la Microfinance (DM). Les
données recueillies par la Direction de la Microfinance font l’objet de plusieurs traitements statistiques avant d’être
validées et remis à la Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest. Autrement dit, les données dont nous
disposons sont les mêmes dont disposent la Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest. Au départ,
l’échantillon était constitué d’une soixantaine d’IMF, toutefois certaines observations étaient à valeur manquante.
Par exemple, les informations relatives au nombre de membres au comité de surveillance, au comité de crédit dans
les états financiers n’étaient pas renseignées par certaines IMF. Ainsi, nous avons fait une sélection des IMF ayant
fourni le maximum d’informations dans les états financiers transmis et dont les différents rapports étaient
accessibles. La base de données finale est constituée de vingt-deux institutions de microfinance sur la période
étudiée. D’autres documents ont été mis à notre disposition comme les rapports annuels et semestriels de la
Commission Nationale pour la Microfinance.
7
3.2 Choix des variables
Tableau 1 : Liste des variables
IDENTIFICATION
CODE
DEFINITION ET MESURE
VARIABLE
Institutions de Microfinance
IMF
Le nom de l’institution de microfinance
Marge bénéficiaire
MB
Ratio A/B avec A= Résultat Net d’Exploitation et B= Produits d’Exploitation. La norme à respecter est Ratio A/B>=20%
Indice de dépendance aux subventions
IDS
Ratio A/B avec A= Montant des subventions et B= Revenus des prêts. Plus ce ratio est petit, meilleur est l’indépendance aux
subventions
Nombre total de clients
CLTS
Nombre de clients de l’institution
Taille de crédit
TACDTS
Montant de la taille des crédits octroyés = Ratio A/B avec A=encours de crédits et B= nombre total de clients.
Maturité de l’institution
MATUR
Nombre d’années d’activité de l’IMF
Norme de liquidité
LQ
Ratio Prudentiel A/B avec A=Valeurs réalisables et disponibles en montants et B= Passif exigible. La norme à respecter est
Ratio A/B>=100%
Norme de capitalisation
CAP
Ratio Prudentiel A/B avec A= fonds propres et B= totaux actifs de fin de période en montants. La norme à respecter est Ratio
A/B>=15%
Limitations des risques auxquels sont exposés
LRI
une IMF
Ratio Prudentiel A/B avec A = Risques portés par une institution : Montants nets des provisions et des dépôts de garanties
B=les ressources. La norme à respecter est Ratio A/B>=200%
Norme de couverture des emplois à moyen et
CEMLT
long terme par des ressources stables
Ratio Prudentiel A/B avec A=ressources stables et B= emplois à moyen et long terme. La norme à respecter est Ratio
A/B>=100%
La taille des dépôts
LOG(TADEP)
Ratio Ln (A/B) avec A=montants des dépôts de la période et B= Nombre total de clients
Points de service
PTS
Nombre de points de service sur l’ensemble du territoire national
NCA
Nombre des membres du conseil d’administration de l’IMF
SGV
Variable binaire ; 1 si l’IMF est une société anonyme et détient des entités institutionnelles (banques, fonds d’investissements,
Nombre
de
membres
du
conseil
d’administration
Système de gouvernance ou statut juridique
agences de développement) dans son conseil d’administration (SA), 0 sinon
Zone d’activité de l’IMF à l’intérieur du pays
RINTER
Variable binaire ; 1 si l’IMF exerce à l’intérieur du pays, 0 sinon
Zone d’activité dans la capitale économique
RABIDJ
Variable binaire ; 1 si l’IMF exerce dans la capitale économique (Abidjan), 0 sinon
8
Tableau 2 : Statistiques descriptives des variables quantitatives
Variables
Nombre
Moyenne
Ecart-type
Médiane
Minimum
Maximum
d'observation
MB
88
-194,46
975,36
-6,28
-8691,88
2,35
IDS
88
8,28
44,32
0
0
399,42
MATUR
88
7,91
4,06
7
1
16
CAP
88
0,05
9,77
0,23
-18,85
5,03
LQ
88
0,67
1,7
0,79
-14,11
3,92
CEMLT
88
1,33
4,47
1,13
-16,91
19,89
LRI
88
0,976
0,93
0,82
0,003
7,29
TACDTS
88
359040
2300404
56315
751
21618273
CLTS
88
32405
113615
3310
95
594010
PTS
88
11
28
1
1
126
NCA
88
9
6
7
3
36
Selon le Tableau 2, les IMF ivoiriennes ont des marges bénéficiaires négatives, c’est une situation alarmante
due aux charges d’exploitations trop élevées. Ce mauvais résultat peut s’expliquer par le fait que les IMF ont
amorcé un développement certes important mais en décalage par rapport à la réalité́ économique et
financière du secteur de la microfinance. Par exemple, les marges bénéficiaires négatives peuvent s’expliquer
par l’ouverture de nombreuses agences par les IMF, par l’emploi de personnel pléthorique et par des frais
généraux importants pour effectuer les différentes activités d’épargne et de crédit.
De manière précise, l’institution de microfinance MICROCRED-CI, dont les résultats d’exploitations sont
respectivement de 191301866 Fcfa (soit 292063 €), 114616100 Fcfa (soit 174719 €), a des charges
d’exploitations élevées à 3010429940 Fcfa (soit 4596076 €), 5650372358 FCFA (soit 8613372 €) sur la
période 2013 et 2014.
9
Une note positive est qu’on observe que les IMF ivoiriennes s’évertuent à diminuer de plus en plus leurs
charges de personnel, suite aux injonctions et recommandations de la Commission Nationale pour la
Microfinance, sur la période étudiée pour être viable financièrement. En effet, une phase de croissance trop
rapide des IMF en termes d’activité de crédit et d’immobilisations entraine une évolution exorbitante des
charges de personnel et des frais généraux. De plus, les IMF ne reçoivent, dans la grande majorité, pas de
subventions d’exploitation pour exercer leurs activités, par conséquent elles utilisent d’autres sources
financements en dehors des subventions d’exploitations pour mener à bien leurs activités.
Une autre observation de statistique descriptive est que les IMF Ivoiriennes ont en moyenne un ratio de
capitalisation dégradé. C’est par exemple le cas de l’UNACCOPEC-CI et du RCMEC qui enregistrent
respectivement au 30 septembre 2014 des fonds propres de -17.6 milliards FCFA (soit – 26829270 €) et de 3.2 milliards FCFA (soit – 5335366 €). Aussi, la moyenne du ratio de capitalisation est de 5%, largement
inférieur à la norme de 15%. Toutefois, suite aux recommandations et aux injonctions de l’organisme
régulateur, la commission nationale pour la microfinance en Côte d’Ivoire, les IMF ivoiriennes ont amélioré
le niveau de leurs fonds propres. Par exemple, au 30 septembre 2014, les fonds propres se situaient à -2,9
milliards de francs CFA (soit – 4420732 €) contre -7,6 milliards de francs CFA (soit – 11585370 €) au 30
juin 2014. Cette augmentation du niveau des fonds propres du secteur provient principalement de
l’UNACOOPEC-CI et la FIDRA, qui ont augmenté leurs fonds propres respectivement de 1913510180
FCFA (soit 2916936 €) et 6 67681830 FCFA (soit 1017807 €). En ce concerne particulièrement
l’UNACOOPEC-CI, l’amélioration des fonds propres provient de la mise en place d’un fonds de sécurité.
En outre, les IMF Ivoiriennes n’ont pas la capacité à faire face à une demande urgente de crédit comme le
montre le ratio LQ moyen de 67,62%, largement inférieur à la norme (qui est de 80% pour les IMCEC et de
100% pour les SA). Nous observons aussi que les emplois à moyen et long terme sont suffisamment couvertes
par les ressources stables des IMF ivoiriennes comme le montre le ratio moyen CEMLT qui est de 133,75%
et est supérieur à la norme (de 100% dans l’espace UMOA). Les IMF Ivoiriennes prennent, également, plus
de risque que ne le prévoit la réglementation. Elles exposent en effet leur portefeuille de prêts sans tenir
compte d’une garantie solide et/ou sans faire des provisions suffisantes comme le montre le ratio LRI qui
est de 97,58% et est inferieur à la norme (qui est de 200%).
Tableau 3 : Statistiques descriptives des variables qualitatives
Variables
Mode
Fréquence
SGV
Nombre
d'observation
88
1
0
26,14%
73,86%
RINTER
88
1
0
37,5%
62,5%
RABIDJ
88
1
0
72,72%
27,28%
10
On remarque (voir le tableau 3) que la grande majorité 73,86% des IMF en Côte d’ivoire ont la forme
« mutualiste » ou « coopérative ». Un nombre relativement important (26,14%) a la forme « société
anonyme » et a des entités institutionnelles (banque, société d’assurances, fonds d’investissement) au sein de
son conseil d’administration. Il est intéressant de noter que la législation sur la création de la forme juridique
« société anonyme » est plus récente. C’est une approche innovatrice qui a commencé dans les pays d’Europe
centrale et orientale (Lélart, 2006), puis transposée en Afrique subsaharienne, particulièrement en Côte
d’Ivoire. On remarque enfin que les IMF sont essentiellement concentrées dans la capitale économique
Ivoirienne (Abidjan) et ses environs. Si cette présence massive à Abidjan peut s’expliquer par le fait que la
ville dispose d’infrastructures de qualité́ ou encore d’un niveau de sécurité plus important que les villes de
province ; elle pose question car l’un des objectifs des IMF est de participer à l’amélioration de l’inclusion
financière des populations.
3.3 Modèle d’analyse de la performance des institutions de microfinance
La base de données a une structure de panel (chaque entreprise de microfinance est observée sur les quatre
dates de 2011 à 2014). Nous utilisons un modèle de panel avec prise en compte de l’hétérogénéité inobservée
individuelle via la spécification du terme d’erreur eit en la somme d’un effet spécifique individuel αi et d’un
terme aléatoire uit. Plus précisément, nous considérons le modèle suivant : Yit= b0 +b1X1it+…+bpXpit +eit
Avec : eit=αi + uit
Dans ce modèle dit à erreur composée avec une composante, ai représente l’hétérogénéité inobservée. Ainsi,
nous allons tester les quatre modèles suivants :
Modèle (1): MBit= b0 +b1MATURit +b2LQit +b3CAPit + b4LRIit + b5CELMTit +b6log(TADEP)it+ b7PTSit +
b8NCAit + b9SGVit+ b10RINTERit+b11RABIDJit+ eit
Modèle (2): IDSit= b0 +b1MATURit +b2LQit +b3CAPit + b4LRIit + b5CELMTit +b6log(TADEP)it+ b7PTSit +
b8NCAit + b9SGVit+ b10RINTERit+b11RABIDJit+ eit
Modèle (3): Log(CLTSit) = b0 +b1MATURit +b2LQit +b3CAPit + b4LRIit + b5CELMTit +b6log(TADEP)it+
b7PTSit + b8NCAit + b9SGVit+ b10RINTERit+b11RABIDJit+ eit
Modèle (4): Log(TACDTSit)= b0 +b1MATURit +b2LQit +b3CAPit + b4LRIit + b5CELMTit +b6log(TADEP)it+
b7PTSit + b8NCAit + b9SGVit+ b10RINTERit+b11RABIDJit+ eit
Où MB représente la marge bénéficiaire égale au ratio résultat net d’exploitation hors subventions sur le
produit d’exploitation; IDS représente l’indice de dépendance aux subventions d’une institution de
microfinance; CLTS représente le nombre de clients d’une institution de microfinance ; TACDTS représente
la taille du crédit octroyé (c’est-à-dire le crédit moyen octroyé́ aux clients).
Les quatre modèles diffèrent par leurs variables dépendantes. Les modèles (1) et (2) analysent les
déterminants de la performance financière avec deux types d’indicateurs de performances financières : la
marge bénéficiaire et la dépendance aux subventions. Les modèles (3) et (4) analysent les déterminants de
la performance sociale avec deux types d’indicateurs de la performance sociale : le nombre total de clients
11
et le montant moyen de crédit octroyé aux clients. Le second indicateur de performance sociale permet donc
de savoir si une IMF atteint ou non une clientèle pauvre.
4. Tests économétriques, analyse des résultats et discussion
Avant d’effectuer les tests économétriques, nous allons vérifier si les liens entre les variables ne sont pas trop
importants, ce qui pourrait avoir pour conséquence de fausser la matrice de variance-covariance des
paramètres estimés et de poser des questions quant à la fiabilité́ des tests de significativité́ des variables
explicatives (tests de Student).
12
4.1 Matrice de corrélation
On remarque (voir tableau 4), que de manière générale, les variables explicatives ne semblent pas présenter de fortes corrélations entre elles deux à deux. On ne note que
20 corrélations significatives sur les 55 possibles et ces corrélations significatives ont des amplitudes en valeur absolue inferieur à 0,7.
Tableau 4 : Matrice de corrélation au sens de Pearson
MATUR
LQ
CAP
LRI
CEMLT
LOG(TADEP)
PTS
NCA
SGV
RINTER
MATUR
1
LQ
-0,045
1
CAP
-0,0081
0,23**
1
LRI
0,12
0,34***
0,11
1
CEMLT
-0,21*
0,66***
0,44***
0,16
1
LOG(TADEP)
0,24**
0,07
-0,0012
0,12
0,056
1
PTS
0,44***
-0,087
-0,029
-0,032
-0,056
0,12
1
NCA
0,21**
-0,12
-0,022
0,15
-0,073
-0,019
-0,12
1
SGV
-0,44***
0,26**
0,1
0,11
0,34***
0,062
-0,11
-0,26**
1
RINTER
0,31***
-0,053
-0,041
0,21*
-0,14
0,18*
0,33***
0,14
-0,44***
1
RABIDJ
-0,18
-0,078
0,015
-0,15
0,1
-0,13
0,15
-0,3***
0,35***
-0,7***
RABIDJ
1
*, **, ***significatifs respectivement à 10%, 5% et 1%
13
4.2 Test de Fischer : Les modèles sont-ils à effets spécifiques individuels ou sans effets individuels ?
Plusieurs tests permettent de vérifier l’existence ou non d’effets spécifiques individuel dans un modèle de
panel. Nous avons retenu le test de Fisher qui consiste à faire le choix entre un modèle « pooled » (modèle
MCO) ou un modèle à effets spécifiques. Le principe du test est le suivant :
Ho : modèle pooled
H1 : modèle à effets spécifique individuel
Si la pvalue associée à la statistique du test est > α%, alors on ne peut pas rejeter l’hypothèse nulle d’absence
d’effets spécifiques au seuil de α%. Le tableau suivant nous donne les résultats du test de Fischer.
Tableau 5 : Tests de Fischer d’existence d’effets spécifiques individuel
Modèle
F statistic
P value
Modèle (1) : MB
16,91
0,00
Modèle (2) : IDS
38,52
0,00
Modèle (3) : Log(CLTS)
33,67
0,00
Modèle (4) : Log(TACDTS)
8,27
0,00
Pour les modèles (1), (2), (3) et (4), l’hypothèse de base est rejetée au seuil de 1%. Le choix du modèle à effet
spécifique individuel semble donc approprié. Il nous reste à préciser si cet effet spécifique est aléatoire ou
fixe, c’est qui est l’objet du prochain test dit de Hausman.
4.3 Test de spécification de Hausman
En fait le test de Hausman a été construit pour tester l’existence d’une corrélation dans un modèle à effets
aléatoires entre l’effet spécifique αi et les variables explicatives. Ce test est utilisé comme un test dérivé
pour tester s’il vaut mieux considérer un modèle à effets aléatoires (αi est aléatoire) ou un modèle à effets
fixes (αi est fixe). En effet, si l’hypothèse de base H0 (voir ci-dessous) n’est pas rejetée, c’est-à-dire l’effet
spécifique αi est corrélé avec les variables explicatives du modèle, alors suivant en cela Mundlak (1981),
nous sommes dans le cas d’un modèle avec variables explicatives endogènes et il vaut alors mieux utiliser
un modèle Within. Or ce dernier est équivalent à un modèle à effets fixes. Si par contre l’hypothèse de
base n’est pas rejetée alors l’on ne peut rien conclure, mais il est plus vraisemblable que l’utilisation d’un
modèle à effets aléatoires est plus approprié (Greene, 2011).
Rappelons que l’hypothèse testée concerne la corrélation des effets individuels et des variables
explicatives:
14
Ho : E(αi|X) = 0 (corrélation entre l’effet spécifique individuel et les variables explicatives du modèle)
H1 : E(αi|X) ¹ 0
Si la pvalue de la statistique de ce test est inférieur ou égale α%, alors le modèle à effets fixes est préférable
au modèle à effets aléatoires au seuil de α%. Mais lorsque la probabilité du test est strictement supérieur à
α%, alors le test de Hausman ne permet pas de différencier le modèle à effets fixes du modèle à effets
aléatoires. Les résultats de ce test appliqué sur chacun des modèles sont disponibles dans le tableau 6.
Tableau 6 : Résultats du test de Hausman
Modèle
F statistic
P value
Modèle (1) : MB
137,47
0,00
Modèle (2) : IDS
629,5
0,00
Modèle (3) : log(CLTS)
76,836
0,00
Modèle (4) : log(TACDTS)
6,0226
0,87
Pour les modèles (1), (2) et (3), l’hypothèse de base est rejetée au seuil de 1%. Ce qui semble plaider pour
un modèle à effet fixe. Quant au modèle (4), la valeur élevée de la p-value indique que l’on ne peut rejeter
l’hypothèse de base.
En somme, trois modèles sur quatre sont en faveur d’un modèle à effets fixes. Un dernier argument semble
plaider en faveur d’un modèle à effets fixes (Trognon, 2003; Greene, 2011; Wooldridge, 2015). En effet,
contrairement à Hartarska (2005), Hartarska et Nadolnyak (2007), Mersland et Strøm (2009) ou encore
Tchuigoua (2011) qui travaillent sur des échantillons tirés aléatoirement d’une population, nous avons
constitué un échantillon incluant plus de 80% des institutions de microfinance en Côte d’Ivoire en termes
de nombres de clients, d’encours de crédits, d’encours de dépôts. Autrement dit, notre échantillon est quasiexhaustif dans le sens où il recouvre quasiment toute la population des IMF de Côte d’ivoire.
Aussi nous considérons dans la suite de l’article un modèle à effets fixes (voir le tableau 7).
15
4.4 Résultats des tests économétriques
Tableau 7 : Estimation de la performance des IMF : Modèle à effets fixes
Performance Financière
Performance Sociale
MB
(1)
IDS
(2)
Log(CLTS)
(3)
Log(TACDTS)
(4)
-27,34
(-0,88)
2,76
(0,12)
10,79
(0,68)
-19,25
( -0,26)
-18,34
(-1,64)
30,73
(0,82)
1,67
(1,07)
1,1
(0,97)
-0,70
(-0,88)
-5,23
(-1,42)
0,57
(1,02)
-0,8
(-0,43)
0,07*
(1,79)
0,01
(0,38)
-0,02
(-1,13)
-0,07
(-0,74)
0,01
(0,88)
-0,87***
(-18,73)
-0,06
(-0,73)
-0,014
(-0,23)
0,089**
(2,1)
-0,033
(-0,17)
0,0022
(0,07)
0,86***
(8,61)
PTS
-0,29
(-0,06)
-0,02
(-0,08)
0,0017
(0,29)
-0,0007
(-0,06)
NCA
29,19*
(1,92)
-0,69
(-0,91)
0,0057
(0,3)
0,0041
(0,1)
SGV
1239,95***
(3,76)
-397,5 ***
(-24,09)
-1,62***
(-3,95)
-1,42
(-1,61)
RINTER
-8216,17***
(-14,47)
31,57
(1,11)
1,61**
(2,26)
1,43
(0,94)
RABIDJ
-8155,36***
(-12,12)
30,21
(0,89)
1,82**
(2,17)
1,37
(0,76)
R2
92,76%
92,53%
89,27%
64,54%
Pvalue
0,00
0,00
0,00
0,00
VD
VI
MATUR
LQ
CAP
LRI
CEMLT
Log(TADEP)
(Fischer Test )
*, **, *** significatifs respectivement à 10%, 5% et 1%
VD : Variables dépendantes
VI : Variables indépendantes
4.5 Analyse et discussion des résultats
Résultats liés à la performance financière :
Selon l’estimation du modèle (1), la forme juridique, la taille du conseil d’administration et la couverture
géographique ont une influence sur la marge bénéficiaire.
16
Selon nos résultats, la marge bénéficiaire augmente lorsque l’IMF est une société́ privée (ce qui va dans le
sens de Ledgerwood et White (2006) quant à la viabilité́ financière des IMF privées) mais également lorsque
le nombre de membres au sein du conseil d’administration croit. Concernant la taille du conseil
d’administration, nous faisons plutôt une interprétation en termes de variabilité-diversité au sein du conseil
(Bassem, 2009). Ainsi le lien positif entre hausse de la marge bénéficiaire et taille du conseil d’administration
est de notre point de vue, dans le cas Ivoirien, dû à une hausse qualitative de la taille des conseils
d’administration qui provient de la présence accrue en leur sein, de banques de développement (comme la
Banque Mondiale -à travers sa filiale IFC-, l’Agence Française de Développement, la Banque Néerlandaise
de Développement) et de fonds d’investissement.
Nos résultats montrent que la marge bénéficiaire des institutions de microfinance exerçants, d’une manière
générale sur l’ensemble du territoire, est très dégradée. Toutefois, nous notons des spécificités en fonction
de la zone d’activité. En effet, la marge bénéficiaire des IMF exerçants uniquement à l’intérieur du pays (en
province) est plus dégradée que les IMF exerçants uniquement dans la capitale ivoirienne. Ce résultat peut
être dû à un effet taille du marché. Il peut aussi être engendré par une différence dans la qualité managériale
des responsables d’agences et/ou à une différence de compétences des employés dans les IMF.
Les résultats de l’estimation du modèle (2) montrent que la forme juridique joue également un rôle dans la
dépendance aux subventions. En effet, les sociétés privées ont de moins en moins recours aux subventions
pour financer leurs activités mais plutôt les capitaux des actionnaires. Ces résultats viennent confirmer les
arguments de Hardy et al. (2003), de Janson et al. (2004), de Fernando (2004), ainsi que ceux de ;
Ledgerwood et White (2006) selon lesquels, les institutions de microfinance ayant la forme de société́
anonyme sont indépendantes des dons et ont une facilité à capter les ressources privées. Les IMCEC, quant
à elles, auront recours aux subventions pour ne pas que cela pèse sur les ressources financières dont elles
disposent afin de mener à bien leurs activités.
Résultats liés à la performance sociale :
Les résultats du modèle (3) montrent que la maturité de l’IMF influence positivement l’une des variables de
performance sociale, à savoir le nombre de clients. Il peut cependant s’agir d’un simple effet stock. Mais il
peut s’agir aussi d’un effet apprentissage par lequel les IMF apprennent avec le temps à être efficaces,
notamment en maitrisant mieux leur environnement et leur activité. Il peut aussi s’agir d’un effet
institutionnel. En effet des institutions telles la Commission Nationale pour la Microfinance (à travers ses
injonctions et recommandations), la Banque Mondiale ou l’AFD (à travers leurs séminaires
méthodologiques) participent à l’efficacité dans le temps des IMF. A l’instar de la maturité, les IMF qui
auront une large couverture géographique seront celles qui auront une forte clientèle. Aussi, on observe que
le nombre de clients baisse lorsque la taille des dépôts augmente. Ce résultat s’explique par le fait que les
taux de rémunération des dépôts auprès des IMF ne sont pas attrayants. En effet, les clients ayants de gros
montants de dépôts préfèrent déposer leur argent auprès des banques qui pratiquent des taux plus
intéressants.
17
Le modèle (4) montre que le ratio CAP et la taille des dépôts dans une IMF ont un impact positif sur la taille
des crédits octroyés à la clientèle. Autrement dit, les IMF augmentent la taille des crédits au fur et à mesure
que leurs fonds propres et les dépôts de leurs clients augmentent, ce qui pourrait s’interpréter par un
phénomène de « mission drift ». Toutefois, ceci est difficile à démontrer. Selon Armendariz et al. (2009), les
IMF peuvent augmenter la taille des prêts en effectuant des prêts progressifs c’est-à-dire les IMF augmentent
la taille des prêts au fur à mesure que le client rembourse le prêt précédent. De plus, les IMF peuvent utiliser
la technique des subventions croisées qui consiste à cibler une catégorie aisée de la population pour ensuite
financer une population pauvre. Enfin, la taille du conseil d’administration, les points de service, la
couverture géographique, la forme juridique et les ratios prudentiels (hors ratio de capitalisation) ne semblent
jouer aucun rôle dans l’évolution de la taille du crédit octroyé sur la période étudiée.
5. Conclusion
Nous montrons dans cet article que la forme juridique choisie par une IMF, a une influence importante sur
sa performance financière ; les IMF ayant opté pour le statut de « Société Anonyme » affichent des
performances financières supérieures. En revanche, les ratios prudentiels, la maturité des IMF, la taille des
dépôts et le nombre de points de service ne semblent avoir aucune influence sur les performances financières
des IMF. Les conclusions concernant les déterminants de la performance sociale sont plus mitigées : La
maturité et la couverture géographique influencent positivement le nombre de clients d’une IMF, tandis que
la taille des dépôts et la forme juridique l’influencent négativement. Nous montrons enfin que la taille des
crédits moyens octroyés est influencée positivement par le ratio de capitalisation et par la taille des dépôts
de la clientèle.
Au-delà de l’analyse des déterminants de la performance, notre article montre que les IMF Ivoiriennes font
face à de nombreuses difficultés, qui ont un impact négatif sur leur performance financière et sociale. Ces
difficultés sont dues à la faiblesse des produits financiers générés et aux charges d’exploitation exorbitantes
des IMF dans leur activité de micro-financement car la quasi-totalité des IMF touchent une clientèle pauvre
au sens où elles octroient des crédits inférieurs à 20% du produit national brut ivoirien sur la période étudiée
(soit moins de 306 euro en moyenne par client). L’activité de prêt à cette catégorie de population génère de
faibles marges puisque l’octroi de crédits de faible taille implique des charges d’exploitation relativement
élevées en comparaison à l’octroi de crédits de grande taille. Toutefois, les IMF Ivoiriennes doivent trouver
des mécanismes (par exemple la vulgarisation du mobile money, l’amélioration des systèmes de gestion et
d’information viables, une plus grande implication du conseil d’administration et des organismes de gestion)
pour améliorer, d’une part leur performance financière qui demeure dégradée et d’autre part leur
performance sociale.
18
Références
1. Acclassato D. H., “Taux d’Intérêt Effectif, Viabilité Financière et Réduction de la Pauvreté par les
Institutions de Microfinance au Bénin”. Séminaire de recherche LEO,2006. [En ligne, disponible sur:
https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00009788/document].
2. Adams R. et Mehran H., “Is Bank Holding Company Governance Different?” Economic Policy Review,
vol. 9, n°1, 2003, p. 123-142.
3. Adrian T. et Shin H. S., “Liquidity and leverage”, Journal of Financial Intermediation, vol. 19, n° 3, 2010,
p. 418-437.
4. Aizenman J., et Marion N., “The High Demand for International Reserves in the Far East : What is
going on ?”, Journal of the Japanese and International Economies, vol. 17, n°3, 2003, p. 370-400.
5. Armendariz B. et Szafarz A., “Microfinance Mission Drift?”, Solvay Brussels School, Centre Emile
Bernheim, Working Paper n°09/015, 2009. [En ligne, disponible sur:
https://www.microfinancegateway.org/sites/default/files/mfg-en-paper-microfinance-mission-drift-apr2009_0.pdf]
6. Banerjee A., Duflo E, Glennerster R. et Kinnan C., “The Miracle of Microfinance? Evidence from a
Randomized Evaluation”, American Economic Journal: Applied Economics, vol. 7, n°1, 2015, p. 22–53.
7. Bassem B. S. “Governance and Performance of Microfinance Institutions in Mediterranean Countries”,
Journal of Business Economics and Management, vol. 10, n°1, 2009, p. 31-43.
8.Bates T.W., Kahle K.M., et Stulz R.M., “Why Do U.S. Firms Hold So Much More Cash than They
Used To? ”, The Journal of Finance, Vol. 64, n° 5, 2009, p. 1985-2021.
9. Bédécarrats F., “Évaluer la Microfinance, Entre Utilité sociale et Performances Financières”, Revue
Française de Socio-Économie, vol. 2, n° 6, 2010, p. 87-107.
10. Carter D. A., Simkins B. J.et Simpson W. G., “Corporate Governance, Board Diversity, and Firm
Value”, Financial Review, vol. 38, n°1, 2003, p. 33-53.
11. Cavaco S., Challe E., Crifo P., Rebérioux A. et Roudaut G., "Board Independence and Operating
Performance: Analysis on (French) Company and Individual Data”, Applied Economics, Vol. 48, n° 52,
2016, p. 5093-5105.
12. Choudhoury O., Khandker S., Millimet D. et Pitt M., “Credit Programs for the Poor and the health
status of children in rural Bangladesh”, International Economic Review,vol. 44, n° 1, 2003, p. 97-118.
13. Chrysten R., Lyman T. et Rosenberg R., “Directives Concertées pour la Microfinance : Principes
Directeurs en Matière de Règlementation et de Supervision de la Microfinance”, Washington DC,
CGAP, 2003. [En ligne, disponible sur: https://www.microfinancegateway.org/sites/default/files/mfg-frpublications-diverses- principes-directeurs-reglementation-et-supervision-2003.pdf]
14.Christen R., Rosenberg R.et Jayadev V., “Financial Institutions with a Double Bottom Line:
Implications for the Future of Microfinance”, (8), Washington DC, CGAP,2006. [En ligne, disponible sur:
https://www.cgap.org/sites/default/files/CGAP-Occasional-Paper-Financial-Institutions-with-a-DoubleBottom-Line-Implications-for-the-Future-of-Microfinance-Jul-2004.pdf]
15. Coleman A.et Osei K., “Outreach and Profitability of Microfinance Institutions: the Role of
Governance”, Journal of Economic Studies, vol. 35, n° 3, 2008, p. 236-248.
16. Dalton D. R., Daily C. M., Ellstrand A. E. et Johnson J. L., “Meta-analytic Reviews of Board
Composition, Leadership Structure, and Financial Performance”, Strategic Management Journal, vol.19,
n°3, 1998, p. 269-290.
17. Eichengreen, B. et Gibson H. D., “Greek Banking at the Dawn of the New Millennium”, CERP
Discussion paper, 2791, London, 2001.
18. Fernando N.-A., “Micro Success Story? Transformation of Non-government Organizations into
Regulated Financial Institutions”, Asian Development Bank, 2004, p 9-26. [En ligne, disponible sur:
https://think- asia.org/bitstream/handle/11540/2470/micro-success.pdf?sequence=1]
19. Gillette A.B., Thomas H. N., et Rebello M.J., “Board Structures Around the World an Experimental
Investigation”, Review of Finance, vol. 12, n°1, 2008, p. 93-140.
20. Giraud G. et Renouard C., “Mesurer la Contribution des Entreprises Extratives au Développement
Local : le Cas des Pétroliers au Nigéria”, Revue Française de Gestion, vol. 9, n° 208-209, 2010, p 101 à 115.
19
21. Goddard J., Molyneux P. et Wilson J.O.S. “Dynamics of Growth and Profitability in Banking”,
Journal of Money, Credit and Banking, vol. 36, n°6, 2004, p.1069-1090.
22.Goodman P., “International Investment Funds: Mobilizing Investors towards Microfinance”, ADA
(Appui au Développement Autonome), Luxembourg, 2003.
23. Gubert F. et Roubaud F., “Analyser l’Impact d’un Projet de Microfinance : l’exemple d’ADÉFI à
Madagascar, Document de travail, DT/2005-14. [En ligne, disponible sur:
www.dial.ird.fr/content/download/49321/378699/version/1/file/2005-14.pdf]
24. Guérin I., et Palier J., “Microfinance et Empowerment des Femmes : La révolution silencieuse aura-telle lieu ? ”, Finance et Bien Commun, vol. n° 25, n° 2, 2006, p. 76-82.
25. Guérin I., Servet J-M., Exclusion et Liens Financiers, Rapport du Centre Walras 2003, Paris,
Economica, 2004, p. 4-20.
26. Guérin I., Servet J.-M., “L’Economie Solidaire entre le Local et le Global : l’exemple de la
microfinance”, Revue Internationale de l’Économie RECMA, Numéro spécial Economie sociale et territoire,
n°296, 2005, p. 83-100.
27. Guiraud L. C, “Les Institutions de Microfinance Font-Elles face à un Arbitrage entre les Performances
financières et le degré de portée sociale ?” Mémoire de maitrise en économie, université du Québec à
Montréal, 2009.
28. Greene W., Econométrie, 7ème edition, pearson education France, 2011.
29. Hansmann H., “The Ownership of Entreprise”, Cambridge, MA, Harvard University Press,2006.
30. Hardy D. C., Holden P.et Prokopenko V., “Microfinance Institutions and Public Policy”, The Journal
of Policy Reform, Vol. 6, n° 3, 2003, p. 147-158.
31. Hartarska V.“Governance and Performance of Microfinance Institutions in Central and Eastern
Europe and the Newly Independent States”, World Developpement, vol.33, n°10, 2005, p. 1627-1643.
32. Hartarska V. et Nadolnyak D., “Do Regulated Microfinance Institutions Achieve Better Sustainability
and Outreach? Cross Country Evidence”, Applied Economics, vol. 39 n° 10, 2007, p. 1207-1222.
33. Hermalin B. E., et Weisbach M. S., “Boards of Directors as an Endogenously Determined Institution:
A Survey of the Economic Litterature”, Economic Policy Review - Federal Reserve Bank of New York,
vol. 9, n°1, 2003, p. 7-26.
34. Hollandts X. et Guedri Z.,“Les Salariés Capitalistes et la Performance de l’Entreprise”, Revue Française
de Gestion, vol 3, n°183, 2008, p. 35 à 50.
35. Heidrick et Struggles, “Corporate Gouvernance report 2009: Boards in turbulent times. SASupplement to the European Report, Heidrick & Struggles,2009.
36. Huse M., et Solberg A. G., “Gender-related boardroom dynamics: How Scandinavian women make
and can make contributions on corporate boards”, Women in Management Review, vol.21, n°2, 2006
p. 113-130.
37. Jacquand M., Measuring Social Performance the Wrong Priority, UNDCF, New York, 2005.
38. Jansson T., Rosales R. et Westley G., “Principles and Practices for Regulating and Supervising
Microfinance”, Inter-American Development Bank, 2004.
39. Jensen M., “The Modern Industrial Revolution, Exit, and the Failure of Internal control Systems”,
Journal of Finance, vol.48, n°43, 1993, p. 831-880.
40. Khandker S., Pitt M., “Impact of Group-Based Credit Programs on Poor households in Bangladesh:
Does the Gender of Participant Matter ? ”, Journal of Political Economy, vol. 106, n°5, 1998, p.958-996.
41.Klein A., “Firm Performance and Board Committee Structure”, The Journal of Law and Economics,
vol.41, n°1, 1998, p. 275-304.
42. Köhn D., Jainzik M., “Sustainability in Microfinance, Visions and Versions for Exit by Development
Finance Institutions”, chapitre 10 dans Microfinance Investment Funds Leveraging private capital for
economic growth and poverty reduction, édité par Ingrid Matthäus-Maier et J.D. von Pischke, KfW,
Springer, Leipzig, 2007.
43. Kramarz F., Thesmar D., “Social Networks in the Boardroom”, Journal of the European Economic
Association, vol. 11, n°4, 2013, p.780–807.
44. Labie M., “Microfinance et Gouvernance : Réflexions pour une Régulation articulée entre Secteurs
20
Public et Privée”, Monde et Développement, vol. 35, n° 138, 2007, p. 93-102.
45. Labie M., “Evolution du Secteur Diversification de Produits et Gouvernance”, Reflets et Perspectives De
La Vie Economique, vol. 48, n° 3, 2009, p. 5-6.
46. Lapenu, C et Pierret D., “The Analysis of the Governance for Microfinance Institutions”, GTZ et
IFAD, 2005.
47. Ledgerwood J. et white V., “Transforming Microfinance Institutions Providing Full Financial Services
to the Poor”, Washington, DC: World Bank,2006.
48. Lelart M., “De la Finance Informelle à la Microfinance”, AUF et Editions des Archives
Contemporaines,2006.
49. Littlefield E. et Rosenberg R. “La Microfinance et les Pauvres, la Démarcation Entre la Microfinance
et le Secteur Financier s’estompe”, Techniques Financières et Développement, n° 78, 2005, p.45-55.
50. Macey J.R et O’Hara M., “The Corporate Governance of Bank”, Federal Reserve Bank of New York
Economic Review, vol. 9, n°1, 2003, p. 91-107.
51. Maginson W., Ginglinger E. et Waxin T.,. “Employee Ownership, Board Representation, and
Corporate Financial Policies”, Journal of Corporate Finance, vol. 17, n° 4, 2009, p. 868-887.
52. Manos R. et Yaron J.,“Measuring the Performance of Microfinance Providers: An assessment of Past
et Present Practices”, International Journal of Financial Services Management, vol. 3, n°2, 2008, p. 171-187.
53. Mees M., “Quel Impact pour la Microfinance ? L’expérience de SOS FAIM”, Techniques Financières du
Développement, 73, 2003, p 28-32.
54. Meisel N., Culture de Gouvernance et Développement. Un Autre Regard sur la Gouvernance
d’Entreprise, Études du Centre de développement OCDE, 2004.
55. Mersland R. et Øystein R. S, “Performance and Governance in Microfinance Institutions”, Journal of
Banking and Finance, vol. 33, n°4, 2009, p. 662-669.
56. Mishkin F., “Monnaie, Banque et Marchés Financiers”, 10e édition, Broché, 2013.
57. Morduch J., “Does Microfinance Really Help the Poor? New Evidence on Flagship Programs in
Bangladesh”, MacArthur Foudation Project on Inequality - Princeton University, Document de travail,
1998.
58. Mundlak Y., “On the Concept of Non-significant Functions and its Implications for Regression
Analysis”, American Journal of Agricultural Economics, vol. 74, n° 1, 1981, p. 132-149.
59.Ndiouma N. et Paget-Blanc E., “Étude Comparée d’un Effet de Choc Positif du Taux d’Impayé sur les
Performances Financière et Sociale : Le Cas des Institutions de Microfinance du Marché Sénégalais”,
D’épargne et de Développement, vol. 38, n °1, 2014, p. 45-67
60. Ordioni N., “L’Approche Genre, Outil de Développement ou Dispositif Idéologique au Service de la
"Bonne" Gouvernance Mondiale ? ” in Froger, Mainguy, Brot J. et Gérardin H., Quels acteurs pour quel
développement ?, Paris, Gemdev-Karthala, 2005a.
61. Peck et Rosenberg R., “La Course à la Règlementation : Etablissement de Cadre Juridique pour la
Microfinance”, CGAP étude spéciale N°4, 2004.
62. Ponsot F., “Introduction en Bourse de l’IMF Compartamos”, BIM, 3 juil, 2007, p. 1-6.
63. Robinson M. et Fridler Peter J., “The Microfinance Revolution: Sustainable Finance for the Poor”;
Washington, D.C.: The World Bank, 2001, p. 304.
64. Roodman D. et Morduch J., “The Impact of Microcredit on the Poor in Bangladesh, Revisiting the
evidence”, The Journal of Development Studies, vol. 50, n°4, 2014, p. 583-604.
65. Sabana, S., Governance: Organizing, Developing and Empowering Boards to Oversee MFI
Operations. Commissioned by Microcredit Summit Campaign 2006. Microfinance Gateway. [En ligne,
disponible sur: http://microfinancegateway.org/content/article/detail/36740]
66. Satta T.A, “Microfinance Regulation Influence on Small Firms Financing in Tanzania”, Journal of
Financial Regulation and Compliance, vol 12, n°1, 2004, p. 64-74.
67. Schreiner M., “Aspects of Outreach a Framework for Discussion of the Social Benefits Microfinance”,
Journal of International Developpement, vol. 14, n° 5, 2002, p. 591-603.
68. Servet J-M, “La Vraie Révolution du Microcredit”, Editions Odile Jacob,2015.
69. Shahidur R. , Khandker S. et Pitt M., “The Impact of Group-Based Credit Programs on Poor
21
Households in Bangladesh: Does the Gender of Participant Matter ? ”, Journal of Political Economy,
vol. 106, n°5, 1998, p. 958-98.
70. Sinclair H., “Confessions of a Microfinance Heretic: How Microlending Lost Its Way and Betrayed
the Poor”, Berrett-Koehler Publishers, 2012.
71. Singh V. et Vinnicombe S., “Why so Few Women Directors in Top UK Boardrooms? Evidence and
theoretical explanations”, Corporate Governance: An International Review, vol. 12, n°4, 2004, p. 479-488.
72. Smith N., Smith V. et Verner M., “Do Women in Top Management Affect Firm Performance? A
panel study of 2,500 Danish firms”, International Journal of Productivity and Performance Management, vol.55,
n°7, 2006, p. 569-593.
73. Tchuigoua H. T., “Gouvernance et Performance Sociale des Institutions de Microfinance. Le Cas de
l’Afrique Subsaharienne”, Revue Française de Gouvernance d’Entreprise, n°9, 2011, p. 95-113.
74. Trognon A., “L’Econométrie des Panels en Perspective”, Revue d'économie politique, Vol. 113,
n° 6, 2013, p 727-748.
75. Van den Berghe L. A. A. et Levrau, A., “Evaluating Boards of Directors: What Constitutes a Good
Corporate Board ? ”, Corporate Governance: An International Review, vol. 12, n°4, p. 461-478.
76. Varottil, U., “Microfinance and the Corporate Governance Conundrum”. Berkeley Business Law Journal,
vol. 9, n° 1, 2004, p. 241-292.
77. Wooldridge J. M., Introduction à l'Econométrie, Une Approche Moderne, 5ème édition, De Boeck
Supérieur, 2015.
78. Yermack D., “Higher Market Valuation of Companies with a Small Board of Directors”, Journal of
Financial Economics, vol. 40, n°2, 1996, p. 185-221.
79.Zhao Y. et Peters G., “The State of the State: Comparing Governance in China and the United States”,
Public Administration Review, Vol. 69, n°1, 2009, p. 122–128.
22
23
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Créer des cartes mémoire