ELABORATION DU CADRE DE GESTION
ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL (CGES)
ABBREVIATIONS ET ACRONYMES
BAD
BID
CAIE
CEDEAO
CENSAD
CILSS
CNERV
CP
CRD
CSA
CT
ENFVA
EPCV
FAO
FIDA
FVR
GIE
GSM
IEPC
IF
INAP-FTP
ISET
LOA
MAED
ME
MEDD
MEP
MFP
MHA
MR
OIE
OMVS
ONG
ONSER
OP
OPB
PAAO
PAM
PDO
PPCB
PPP
PRAPS-MR
ProGRN
PTBA
PTF
REMEMA
RIMRAP
Banque Africaine de développement
Banque Islamique de Développement
Centrale d’Achat des Intrants de l’Elevage
Communauté économique des Etats d’Afrique de l'Ouest
Communauté des Etats sahélo-sahéliens
Comité Inter-états de Lutte contre la Sécheresse au Sahel
Centre National d’Etudes et de Recherche Vétérinaire
Comité de pilotage
Comités Régionaux de Développement
Conseil National de Sécurité Alimentaire
Comité Technique
Ecole National de Formation et de Vulgarisation Agricole
Enquête permanente sur les conditions de vie des ménages
Organisation Mondiale de l’Alimentation et de l’Agriculture
Fonds International de Développement Agricole
Fièvre de la Vallée du Rift
Groupement d’Intérêt Economique
Global System for Mobile Communications
Initiative Elevage, Pauvreté et Croissance
Institution Financière
Institut National d’apprentissage et de formation technique et professionnelle
Institut Supérieur d’Enseignement technologique
Loi Agropastorale
Ministère des Affaires Economiques et du développement
Ministère de l’Elevage
Ministère Environnement et du Développement Durable
Manuel d’Exécution de Projet
Ministère Formation Professionnelle
Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement
Ouguiya
Organisation Mondiale de la Santé Animale
Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal
Organisation Non Gouvernementale
Office National des Services de l’Eau en Milieu Rural
Organisation Professionnelle
Organisation Professionnelle de Base
Projet amélioration de la productivité agricole en Afrique de l’Ouest
Programme Alimentaire Mondial
Objectif de développement du Projet
Péripneumonie Contagieuse Bovine
Partenariats Public-Privé
Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel-Mauritanie
Projet de gestion des Ressources naturelles
Plan de Travail et le Budget Annuel
Partenaires techniques et financiers
Réseaux Mauritanien d’Epidémiologie des maladies animales
projet de renforcement Institutionnel en Mauritanie vers la Résilience Agricole et
Pastorale
2
RISAP
S&E
SAP
SDR
TFRP
UBT
UCP
UE
UEMOA
UEP
UMA
USD
revue institutionnelle agro-pastorale
Suivi-évaluation
Système d'Alerte Précoce
stratégie du développement rural
Task force régional pour le pastoralisme
Unité Bétail Tropical
Unité de Coordination du projet
Union Europeenne
Union Economique et Monétaire Ouest Africaine
Unite ecopastorale
Union du Maghreb Arabe
Dollars americain
3
TEBLE DE MATIERE
RESUME ................................................................................................................................................... 6
I.
INTRODUCTION ............................................................................................................................... 9
1.1
Contexte de l’étude ................................................................................................................. 9
1.2 Objectif du CGES ........................................................................................................................... 9
1.3 Méthodologie pour le CGES ........................................................................................................ 10
II.
DESCRIPTION DU PROJET .............................................................................................................. 10
2.1 Objectif de développement du Projet ........................................................................................ 10
2.2 Composantes du Projet ............................................................................................................... 11
2.3 Structures de coordination et de mise en œuvre du projet........................................................ 20
III.
Situation environnementale et sociale de la zone du projet .................................................... 23
3.1
Zones d’intervention/Bénéficiaires du projet ....................................................................... 23
3.2
Cadre biophysique dans la zone du projet ............................................................................ 24
IV.
Cadre politique, juridique et institutionnel ............................................................................... 42
4.1
Cadre politique ...................................................................................................................... 42
4.2
Cadre institutionnel de gestion environnemental et social du projet .................................. 48
4.3.
Evaluation des capacités de gestion environnementale et sociale des acteurs ................... 54
4.4
Cadre juridique de gestion environnementale et sociale ..................................................... 56
V.
Procédures d’analyse et de sélection des projets ......................................................................... 64
5.1
Le processus de sélection environnementale et sociale ....................................................... 64
5.2
Responsabilités pour la mise en œuvre de la sélection environnementale et sociale ......... 67
VI.
Consultations publiques ............................................................................................................ 68
6.1 Objectifs :..................................................................................................................................... 68
6.2 Acteurs ciblés et méthodologie : ................................................................................................. 68
6.3
Les points discutés :............................................................................................................... 69
6.4. Analyse des résultats des consultations publiques : .................................................................. 69
VII.
Plan Cadre de gestion environnementale et sociale ................................................................. 76
7.1
Mesures environnementales et sociales déjà prévues par le PRAPS .................................... 76
7.2
Mesures de renforcement institutionnel et juridiques ......................................................... 76
7.3
Mesures techniques, mesures environnementales, surveillance et suivi ............................. 77
7.4
Renforcement de capacités des acteurs impliqués dans la mise en œuvre du projet.......... 77
7.5
Information et sensibilisation des populations et des acteurs concernés ............................ 78
4
VIII.
Programme de suivi-Evaluation environnemental et social ..................................................... 79
8.1
Surveillance ........................................................................................................................... 80
8.2
Supervision ............................................................................................................................ 80
8.3
Suivi ....................................................................................................................................... 80
8.4
Evaluation : ............................................................................................................................ 80
8.5
Indicateurs de suivi ................................................................................................................ 81
8.6
Institutions responsables pour le suivi environnemental et social ....................................... 82
IX.
X.
ARRANGEMENTS INSTITUTIONNELS ET MISE EN ŒUVRE DU CGES ......................................... 83
9.1
Coordination et préparation ................................................................................................. 83
9.2
Mise en œuvre....................................................................................................................... 83
9.3
Surveillance, Suivi, Supervision et Evaluation ....................................................................... 83
Calendrier et Couts ........................................................................................................................ 85
10.1
Calendrier de mise en œuvre des mesures environnementales et sociales ......................... 85
10.2
Coûts des mesures environnementales et sociales.............................................................. 85
10.3 Coûts du plan de gestion des nuisibles, produits chimiques et vaccins utilisés dans le
secteur de l’Elevage........................................................................................................................... 86
ANNEXES................................................................................................................................................ 87
ANNEXE1 : PLAN DE GESTION DES PESTES ET DES PESTICIDES ......................................................... 87
ANNEXE 2 : REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES .................................................................................. 97
ANNEXE 3 : PERSONNES RENCONTREES ........................................................................................... 98
ANNEXE 4 : DETAIL DES CONSULTATIONS PUBLIQUES ..................................................................... 99
ANNEXE5. TERMES DE REFERENCE ................................................................................................. 104
5
RESUME
Contexte du Projet et du CGES
Un forum de Haut Niveau sur la promotion et le développement du pastoralisme s’est tenu le 29
Octobre 2013 à Nouakchott, avec les dirigeants des six pays du CILSS.
En marge de cette manifestation, les participants appellent à sécuriser le mode d’existence et les
moyens de production des populations pastorales, d’au moins 30% dans un horizon de 5 à 10 ans.
Dans ce contexte, la Mauritanie en partenariat avec la Banque Mondiale et le CILSS, est en cours de
préparation pour la mise en œuvre du Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel –PRAPS.
Le PRAPS a l’ambition de financer et de mettre en œuvre des infrastructures pastorales tels que les
parcs de vaccination, les réserves pastorales, des marchés à bétail, des aires de repos pour les
transhumants, des centres de collectes de lait et des mini laiteries, des aires d’abattages, des puits,
forages, mares surcreusées, des grandes quantités de doses de vaccins et campagnes de vaccinations à
grandes échelles, des postes de surveillances épidémiologiques, des réactifs chimiques.
La mise en œuvre de ces sous projets va certainement engendrer des impacts positifs sur le plan
socioéconomique mais également des impacts négatifs très importants sur les ressources naturelles et
même sur l’environnement humain. C’est dans ce contexte que ce présent CGES est élaboré, dans
l’objectif d’identifier, évaluer toutes les mesures techniques, environnementales, les arrangements
institutionnels à prendre en compte, les mesures de suivi évaluation à considérer, le mécanisme
d’implication, de concertation et de communication requis pour la mise en œuvre du cadre de gestion
environnemental et social du projet.
L’application des mesures de sauvegardes environnementales et sociales de la Banque Mondiale a
enclenché les Politiques Opérationnelles de la Banque Mondiale liée à la nature du projet à savoir :
la 4.01 : évaluation environnementales ; la 4.04 : Habitas Naturels ; la 4.09 : Lutte
antiparasitaire ; la 4.11 : Ressources culturelles physiques et la 4.12 : Réinstallation
involontaires des populations.
Situation environnementale et sociale de la zone du projet :
Le projet couvre 10 Wilayas parmi les quelles on note la présence des zones
agrosylvopastorales les plus importantes du pays. Certaines de ces régions font partie des
plus pauvres dans le pays, bien qu’elles abritent l’essentiel du cheptel mauritanien. Le fleuve
Sénégal, traverse la parcourt une bonne partie des zones concernées. On note l’existence de
la part des zones humides parmi ces zones et la présence des aires protégées comme le Parc
National de Diawling et la Réserve de Chattboul.
Processus de sélection des sous projets
Le projet PRAPS est d’emblé classé en catégorie B, donc les impacts induits dans le cadre du
projet sont jugés réversibles et n’ayant pas un impact majeur sur l’environnement biologique
et humain. Les sous projet qui classés en A seraient automatiquement inéligible dans le cadre
du PRAPS.
6
Un dispositif de sélection environnementale sera diligenté dans le cadre du projet en
collaboration avec la Direction du Contrôle Environnemental (DCE) et tous les acteurs
impliqués.
Dispositif de renforcement des capacités :
Un dispositif de renforcement de capacités des acteurs impliqués dans la mise en œuvre des
mesures techniques et environnementales est envisagé par le biais des ateliers d’information,
sensibilisation, formation. Les modules identifiés ont trait aux renforcements des capacités
dans le domaine des connaissances en matière de politique et mesures de sauvegardes
environnementales et sociales appliquées dans les projets de la Banque Mondiale.
Les surveillances, suivi évaluation, gestion des vaccins, gestion des produits dangereux.
Dispositif institutionnel
Le dispositif institutionnel admis dans le cadre du PRAPS se veut participatif avec
l’implication des principaux acteurs notamment ceux du département de l’Environnement, de
l’Elevage, de l’Hydraulique et de l’Assainissement, de la Santé, les délégations nationales, les
collectivités locales, les organisations socioprofessionnelles, les ONG, OCB et Associations
locales.
Coûts et mesures de suivi évaluation
La mise en œuvre du projet va engendrer des coûts relatifs à l’exécution des mesures
techniques et environnementales, de surveillance, suivi, évaluation, des activités de
renforcement des capacités.
Le tableau ci-dessous nous montre l’ensemble des mesures et coûts inhérents à la mise en
œuvre des activités.
Mesures prévues
Provision pour la réalisation et mise
en œuvre d’EIES/PGES
Elaboration des campagnes de
sensibilisation/information/communi
cation
Surveillance environnementale
Description des actions
Implantation de (2) centres de collectes de lait, Centre
de collecte de lait(25), aires d’abattages (25), marchés à
bétail(20), forages (72), mares surcreusées(10),
puits(35), postes d’inspection(25), doses vaccins (4
millions), Parcs de vaccination(120), un laboratoire
d’analyse, surveillance épidémiologique (6000
analyses/an),
Un total de 20 EIES et PGES est prévu pour un coût de
5000/ étude
Il s’agira de mener des campagnes de sensibilisation et
des réunions d’information dans au niveau de chaque
unité écopastorale (par des ONGs), pour informer les
élus et les populations locales des objectifs et enjeux du
PRAPS sur les aspects environnementaux et sociaux
liés aux projets et aux travaux.
pour le suivi, il est proposé :

un suivi durant la phase de préparation du
projet, par l’Expert Environnement et Social
de la CCP, au moins tous les 3 mois, soit un
coût de 60 000 USD ;

Un appui à la DCE et aux DRE dans le suivi
Coût $
100 000
20 000
40 000
7
Evaluation environnementale
Gestion des déchets
Provision pour le renforcement des
capacités des acteurs
Sécurité
Peste et pesticides du PRAPS
externe, deux fois par année, soit 30 000
USD.
Il s’agit du recrutement d’un Consultant pour une
évaluation à mi-parcours (fin 3 ème année) et une autre
à la fin du projet, soit un total de
15 000 USD/évaluation.
Respect des mesures d’hygiène
et de sécurité des installations de
chantiers
Assurer la collecte et
l’élimination des déchets issus
des travaux
Mise en place dans le sous projet
des mesures d’accompagnement
(assainissement, programme de
gestion et d’entretien)
Ateliers de formation partenaire
techniques
Signalisation adéquate des
travaux
Veiller au respect des règles de
sécurité lors des travaux
Gestion, suivi évaluation,
EIE/NIE/PGES/renforcement
des capacités
30 000
Ce sont des coûts
supportés par le
mandataire
75 000
Coûts supportés par le
mandataire
135 000
400 000
Total
8
I.
INTRODUCTION
1.1
Contexte de l’étude
Le Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES) est un outil de planification
permettant de trier les impacts environnementaux et sociaux des investissements et activités
inconnues avant l’évaluation du projet. Dans cette étude, il doit y être procédé et développé le
mécanisme participatif de consultation du publique, les autorités administratives et toutes les
parties prenantes impliquées dans la mise en œuvre du projet.
Un mécanisme de suivi-évaluation, de renforcement de capacité des acteurs concernés, les
mesures palliatives permettant de réduire au maximum ou de supprimer les impacts négatifs
du projet, et les arrangements institutionnels requis sont également tenus en considération.
Le Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES) du projet devra être en conformité
avec les Politiques de Sauvegarde du Groupe de la Banque mondiale (Banque mondiale et
SFI) et la législation environnementale actuellement en vigueur en Mauritanie. Le projet doit
aussi être en conformité avec les directives du Groupe de la Banque mondiale (Banque
mondiale et SFI) comme élaborées dans le « Pollution Prévention and Abattement
Handbook. »
C’est dans ce cadre que ce présent CGES est élaboré pour satisfaire à la fois les exigences de
la Banque Mondiale concernant les mesures environnementales et sociales mais également
les impératifs de la Mauritanie en matière d’Evaluation environnementale et sociale de tout
projet de développement.
1.2 Objectif du CGES
L’objectif de cet exercice est d’identifier les impacts négatifs induits par les interventions
d’aménagement (hydraulique pastorale, création ou sécurisation d’axe de transhumance,
construction de poste vétérinaire aux frontières, de marchés à bétail, des centres de collecte de
lait et des mini laiteries, aménagement des aires de repos, de marres surcreusées pour
l’abreuvement des animaux, des parcs de vaccination, d’aires d’abattage, forages, puits, etc.)
qui seront mises en œuvre par le PRAPS et de proposer des actions palliatives pour les
atténuer durablement conformément aux politiques et cadres réglementaires en vigueur à
l’échelle de la Mauritanie.
Pour ce faire on compte poursuivre les objectifs suivants pour arriver à cette fin :
-
Procéder à une description du Projet et de ses sites potentiels ;
Etablir la situation environnementale et sociale dans la zone d’étude ;
Décliner le Cadre politique, administratif, et juridique en matière d’environnement en
Mauritanie ;
9
-
Exposer la méthodologie en vigueur pour la préparation, l’approbation, et l’exécution
des sous-projets ;
Procéder à l’identification et évaluation des impacts environnementaux et sociaux et
potentiels et leurs mesures d’atténuation ;
Faire une proposition d’un Plan de Gestion Environnementale et Sociale ;
Faire une Analyse des alternatives ;
Procéder à l’évaluation des capacités institutionnelles ;
Exposer le déroulement de la consultation du public ;
Proposer un mécanisme de renforcement des capacités institutionnelles : formation,
information, et sensibilisation ;
Proposer un plan de suivi, surveillance et d’évaluation
1.3 Méthodologie pour le CGES
La méthodologie adoptée a consistée tout d’abord à effectuer un travail bibliographique sur le
sujet par le rassemblement de toute la documentation disponible en puisant dans la
documentation du consultant, les services concernés du département de l’Elevage et de
l’Environnement, de l’Unité de Coordination pour la préparation du PRAPS, la capitalisation
des documents de consultants recrutés pour la préparation du PAD, les aides mémoires des
missions de la Banque Mondiale etc.
Des entretiens sont effectués avec les agents de l’UC pour la préparation du PRAPS,
notamment celui chargé des Mesures environnementales et sociales, les responsables des
départements de l’Elevage, de l’Environnement, d’hydraulique et de l’Assainissement, les
organisations socioprofessionnelles etc.
Une consultation publique regroupement toutes les parties prenantes impliquées dans la mise
en œuvre de ce présent CGES a été effectué à Nouakchott et à ROSSO, les différentes
conclusions et recommandations issues de ces rencontres sont consignées dans la partie
dédiée pour cette fin.
II.
DESCRIPTION DU PROJET
2.1 Objectif de développement du Projet
L’objectif de développement du PRAPS-MR est «d’améliorer l’accès aux marchés et à des
moyens et services de production essentiels pour les pasteurs et agropasteurs dans les zones
ciblées par le projet, et d’améliorer la capacité nationale à répondre à temps et de façon
efficace en cas de crises pastorales ou d’urgence».
10
2.2 Composantes du Projet
a. Composante 1: Améliorer la santé Animale
L'objectif de cette composante est de réduire la morbidité et la mortalité liées aux maladies
animales prioritaires, notamment les maladies transfrontalières et l'amélioration des
productions animales dans les zones pastorales à travers: (i) l’amélioration de la couverture
vaccinale contre la PPR et la PPCB, respectivement, à hauteur de 40% et 80% et (ii) l'appui
au système national de surveillance épidémiologique et de contrôle des médicaments
vétérinaires. Elle comprend deux sous-composantes : (i) le renforcement des capacités des
services vétérinaires et des dispositifs institutionnels, (ii) la modernisation des infrastructures,
surveillance et contrôle harmonisés de maladies animales prioritaires.
Sous-Composante 1.1. Modernisation des infrastructures et renforcement des capacités
des services vétérinaires.
La sous-composante visera à renforcer les capacités opérationnelles des Services Vétérinaires
: (i) construction/réhabilitation de locaux et mise à disposition d’équipements informatiques,
de froid, de communication au niveau central, au niveau des Wilayas (10 régions), au niveau
des Moughatâas (36) et au niveau des postes frontaliers (25); (ii) mise à disposition de
moyens logistiques (motos et véhicules au niveau central et au niveau local) (iii) Soutien à
l’installation de professionnels de la santé animale en zone pastorale, en appuyant le
développement d’un Service Vétérinaire Privé de Proximité (pilote) (17 vétérinaires privés) ;
(iv) Formation des différents acteurs des Services Vétérinaires sur la base d’un plan de
formation (23 cadres, 70 para-professionnels, 20 vétérinaires privés) et une meilleure
intégration des auxiliaires vétérinaires dans le dispositif de santé animale (recensement,
enregistrement, formation de 300 auxiliaires.
Sous composante 2: Appui à la surveillance et au contrôle harmonisé des maladies
prioritaires et des médicaments vétérinaires
Elle visera à appuyer le dispositif de surveillance épidémiologique et de lutte contre les
maladies animales prioritaires : (i) Appui au déploiement de campagnes de vaccination contre
la peste des petits ruminants (PPR) et la Péripneumonie Contagieuse Bovine (PPCB) pour
atteindre respectivement, des taux de 40% et 80%, (ii) gestion des foyers épidémiques (10 par
an, en moyenne); (iii) redynamisation des activités d’épidémiosurveillance (6000 analyses par
an), appui au fonctionnement du réseau REMEMA; (iii) appui à la surveillance active (iv)
amélioration des méthodes de collecte et d’analyse de données (v) renforcement conséquent
de la communication à l’attention des pasteurs et agro-pasteurs, via notamment l’organisation
de réunions d’information et de tournées de sensibilisation en amont des campagnes de
vaccination et la sensibilisation des éleveurs sur les médicaments vétérinaires, (vi) appui aux
services vétérinaires à mettre en place un système de contrôle des médicaments vétérinaires
dans le pays par l'équipement d'un laboratoire d'analyse de qualité des médicaments et une
assistance technique
11
La DSV assurera la mise en œuvre des activités de la Composante 1. Pour ce faire, elle
s’appuiera sur des établissements publics (CNERV, CAIE, ENFVA, ISET) et sur des
opérateurs extérieurs au Ministère (OP, OSC,)
Le PRAPS-MR contribuera aux interventions à dimension régionale qui seront menées par le
CILSS au bénéfice des pays notamment: (i) l’harmonisation des stratégies en santé animale
(protocoles de lutte et de surveillance des maladies animales prioritaires dans le Sahel,
modalités de contrôle aux frontières, qualité du médicament vétérinaire, statut des
professionnels de la santé animale), (ii) une assistance technique aux 6 pays pour l’élaboration
et la mise à jour de plans de surveillance et des plans d’urgence nationaux, (iii) le
développement des banques de données épidémiologiques nationales et régionales, et la
facilitation de la circulation des informations sanitaires entre les 6 pays, (iv) le développement
de manuels et guides techniques pour la conduite des activités d’épidémiosurveillance, (v)
l’organisation de la formation continue des cadres des Services vétérinaires des 6 pays (sur la
base d’un socle commun de connaissances, un appui en matière d’ingénierie de la formation
auprès des 6 pays (élaboration ou mise à jour des programmes nationaux de formation,
élaboration de curricula de formation, élaboration de manuels)
b. Composante 2. Améliorer la gestion des ressources naturelles
L’objectif de la composante est d’améliorer l’accès des pasteurs et agropasteurs aux
ressources et espaces pastoraux à travers un meilleur aménagement et une gestion
participative dans un climat apaisé. Les activités sont réparties autour de deux sous
composantes : (i) Sécurisation de l’accès aux ressources naturelles et gestion durable des
pâturages, (ii) Gestion durable des infrastructures d’accès à l’eau.
Sous-composante 2.1. : Sécurisation de l’accès aux ressources naturelles et gestion
durable des pâturages.
La sous composante portera sur :
- L’amélioration de la diffusion des textes législatifs et règlementaires régissant la gestion
des ressources naturelles : (code pastoral et son décret d’application, code forestier, code
environnemental, code de l’eau)
- La planification et gestion concertée avec tous les acteurs notamment les
bénéficiaires/utilisateurs des ressources naturelles pour la conception participative des
schémas d’aménagement et de gestion concertée des ressources pastorales des 6 unités
ecopastorales (UEP) de la zone du projet couvrant les zones transfrontalières et les
principaux axes de transhumance du pays : (i) méthodologie et formation de l’ensemble
des services et acteurs impliqués, (ii) caractérisation des zones d’intervention du projet,
(iii) définition et mise en place d’un plan d’aménagement et de gestion des UEP et d’un
système de suivi des ressources pastorales impliquant les bénéficiaires ;
- Amélioration des capacités des communautés pastorales en gestion ressources naturelles et
pratiques d’élevage adaptés (services de conseil, de formation et de communication) : (i)
élaboration des plans de formation par UEP qui répondent à la demande des pasteurs sur la
base des schémas d’aménagement et plans et de gestion établis des UEP, (ii) mise en place
d’un dispositif endogène de formation,(iii) promotion de l’utilisation des savoirs
traditionnels ;
12
- Appui aux associations d’éleveurs et collectivités locales à bénéficier du transfert des
pouvoirs de gestion des ressources naturelles : élaboration des conventions de gestion
collective permettant de bénéficier des transferts de pouvoirs de gestion et de mandat de
délégation de gestion ;
- Développement
des
mécanismes
sociaux
de
résolution
de
conflits :
(i) identification/diagnostic des zones de conflits et des mécanismes existants de
prévention et résolution des conflits dont les djemââs, (ii) formation aux instruments de
résolution des conflits ;
- Aménagement des ressources naturelles et restauration des terres dégradées : (i)
sensibilisation, (ii) identification participative des zones dégradées, (iii) formation des
populations à l’aménagement, (iv) travaux d’aménagement et de restauration des sols, (v)
réserves pastorales communautaires à la demande des pasteurs dans les axes de
transhumance et au niveau des villages.
Sous composante 2.2 : Gestion durable des infrastructures d’accès à l’eau
Les aménagements viseront en particulier à favoriser la mobilité des transhumants en
direction des frontières, d’une part, et à ouvrir/valoriser de manière durable des pâturages
actuellement sous-exploités faute de points d’eau (de manière notamment à limiter la
surpopulation de troupeaux qui existe dans certaines zones). Les stratégies nationales de
l’hydraulique pastorale et des zones humides, préparées récemment, devraient guider ces
interventions. La sous composante portera sur :
-
La mise en place et la réhabilitation des infrastructures d’hydraulique pastorale : 72
forages dont 62 nouveaux et 10 réhabilités), 35puits (11 nouveaux et 24 à réhabiliter) et
10 mares surcreusées
appui à l’organisation des usagers pour la gestion, l’exploitation, l’entretien et la
maintenance des infrastructures hydrauliques par l’ONSER
- Formation de techniciens locaux (2 par forage) issus des associations/comités
locaux pour la gestion des forages, points d’eau pastoraux à la maintenance et à
l’entretien des ouvrages hydrauliques par le Ministère de l’Hydraulique et
l’Assainissement (ONSER) dans le cadre de la convention avec le Ministère de
de l’Hydraulique et de l’Assainissement. Formation des associations de gestion des
forages (ASUFOR) (5 par comité)
- Formation des comités de gestion des mares (2 par comité)
La mise en œuvre de cette sous-composante sera réalisée par le Ministère de l’Hydraulique et
de l’Assainissement dans le cadre d’une convention avec le Ministère de l’Elevage. Une
convention sera établie entre le Ministère de l’Elevage et le Ministère de l’Environnement et
du Développement Durable (pour l’ensemble de la composante) notamment pour sa
contribution à différentes analyses/études sur le terrain. La planification des activités et
aménagements découlera du travail de planification concertée et participative prévue au
niveau des UEP dans le cadre de la sous-composante 2, de manière à conforter la gestion
intégrée des différentes ressources pastorales.
13
Sur le plan régional, le CILSS assurera une bonne cohérence des activités similaires menées
au niveau des différents pays auxquelles contribuera le PRAPS-MR dont notamment : (i)
l’Observatoire régional de la transhumance coordonnée par le CILSS au bénéfice de tous les
pays (suivi des ressources pastorales, des mouvements de transhumance..) qui facilitera les
harmonisations éventuelles, l’appui aux systèmes d’informations, et la surveillance ; (ii) le
dialogue politique régional sur les problématiques pastorales (analyses, ateliers
thématiques…), (iii) la coordination transfrontalière (appuis sur demande aux concertations
transfrontalières bi/trilatérales) (iv) la facilitation de la mobilité (suivi et appui à la mise en
application des accords CEDEAO en matière de transhumance entre la Mauritanie et ses
voisins : Sénégal, Mali), (v) les échanges d’expériences entre pays de la région (visites
croisées, ateliers sur des problématiques liées à la transhumance ), (vi) la préparation par le
CILSS de manuels des bonnes pratiques de gestion durable des terres pastorales.
c. Composante 3. Faciliter l’accès au marché
L’objectif de la composante est de faciliter l’accès aux marchés de bétail et des produits
pastoraux pour les pasteurs et agropasteurs ainsi que d’accroître la compétitivité des filières
animales. Elle est structurée autour de deux sous composantes : (i) développement des
infrastructures et du système d’information, (ii) renforcement des organisations pastorales et
interprofessionnelles.
3.1 La sous composante développement
d’information :
des
infrastructures
et du
système
Le diagnostic réalisé, au cours de la préparation du PROTOPAD, révèle que les
investissements significatifs en matière d’accès aux marchés pour les produits de l’élevage
sont peu nombreux et à ce jour, aucun système d’informations permettant de faciliter un tel
accès n’a été développé et fait l’objet de diffusion. Ainsi, au sein de cette sous composante, le
PRAPS-MR, partant des besoins exprimées par les pasteurs, au cours des missions de terrain
réalisées lors de la préparation du prepad, s’attachera à la réalisation d’infrastructures
permettant d’améliorer le commerce des produits d’animaux et de contribuer à les valoriser
davantage. Elle soutiendra, en effet, (i) la construction et/ou la réhabilitation de vingt
marchés à bétail équipés dont neuf aux frontières du Mali et du Sénégal, (ii) l’aménagement
de trois aires de repos le long du principal axe de commercialisation du bétail, (iii) la
construction et l’équipement de deux centres de collecte de lait ainsi que la mise en place de
vingt-cinq mini laiteries en zone pastorale qui sont à même de contribuer à une plus grande
valorisation de la production laitière; (iv) la construction et/ou la réhabilitation de quinze 15
aires d’abattage respectant les normes sanitaires.
14
Le choix des localités où seront implantées les infrastructures, au-delà des pasteurs, implique
la participation des organes de la décentralisation (maires et élus locaux), des autorités
administratives. A cet effet, les propositions relatives aux localités seront affinées lors de la
mise en œuvre du projet.
Le PRAPS-MR mettra en place un système d’information des marchés de bétail et des
produits d’animaux qui sera résolument orienté vers la satisfaction des besoins des opérateurs
privés (les commerçants, les transporteurs et exportateurs de bétail, et leurs organisations
professionnelles) tout en fournissant des informations indispensables à la formulation des
politiques sectorielles et commerciales efficaces à travers les interventions ci-après : (i)
l’organisation d’ateliers régionaux d’identification des besoins d’information et des normes
techniques (équipements, logiciels, méthodologies etc.), (ii) le diagnostic du système existant
et définition du niveau requis de réhabilitation, (iii) l’acquisition de matériels informatiques,
logiciels et équipements requis, (iv) la formation des différentes catégories de personnel
technique pour assurer une utilisation appropriée et l'entretien du matériel, et la bonne qualité
des produits, (v) la collecte et traitement des données, (vi) la diffusion de l’information et
mise en réseau avec le module régional installé au CILSS, (vii) l’organisation d’ateliers de
mise á niveau du personnel technique.
Le PRAPS-MR contribuera également à la facilitation du commerce du bétail-viande au
niveau national et régional, à travers un appui à l’application des textes ciblés (normes de
qualité pour le lait, réglementation du transport de bétail) et une série d’activités et de
plaidoyers visant à réduire les tracasseries routières et les paiements illégaux sur les axes de
commercialisation du bétail-viande (domestiques et régionaux) dont notamment la diffusion
des réglementations sous régionales sur le commerce du bétail et des produits animaux par la
promotion du plaidoyer et un renforcement des initiatives pour l’application effective des
textes communautaires ainsi que le suivi régulier des tracasseries sur les corridors de
commercialisation des produits pastoraux, (ii) production-dissémination de guides.
3.2 La sous composante
interprofessionnelles :
renforcement
des
organisations
pastorales
et
Elle portera sur deux principales interventions : (i) le renforcement des organisations
pastorales et interprofessionnelles, (iii) la facilitation du commerce.
Renforcement des organisations pastorales et interprofessionnelles : La complexité du
paysage des organisations pastorales, en Mauritanie et leurs faibles performances par rapport
aux services à rendre à leurs membres, malgré les efforts de consolidation de leur
structuration à travers la mise en place d’organisations faitières, appelle un renforcement de
leurs capacités. Ainsi, à travers cette sous composante, le PRAPS-MR procédera à (i)
l’amélioration de la capacité organisationnelle et institutionnelle pour améliorer la qualité de
la gouvernance et de la vie associative : vulgarisation des textes de base, fora régionaux et
nationaux de concertation, voyages d’étude, etc. ; (ii) appui à la mise en place de
l’interprofession bétail-viande de la Mauritanie par le renforcement des organisations de base
par profession au niveau local, régional et national (consolidation, restructuration,
renouvellement des instances dirigeantes, etc.); (iii) amélioration des capacités techniques des
15
professionnels du bétail et de la viande: formation à la carte, alphabétisation fonctionnelle,
tenue des comptes, etc. ; (iv) appui au partenariat entre professions, et entre les professions et
acteurs en dehors de la filière bétail-viande; etc.
Par ailleurs, cette sous composante permettra la revue des textes portant sur la réglementation
du commerce des animaux et des produits d’élevage ainsi que la transhumance avec le
Sénégal et le Mali.
La facilitation du commerce sera promue, par, notamment, (i) l’appui à la préparation et la
vulgarisation des principaux textes régissant les activités de la filière bétail-viande, (ii) la
participation à des foires nationales et internationales, le développement de partenariats avec
les opérateurs des pays importateurs de bétail-viande, l’implication des acteurs privés dans la
lutte contre les tracasseries et autres paiements illégaux sur les axes de commercialisation ;
participation aux foires (nationales et régionales), (iii) un appui, à travers le CILSS, à la
facilitation du commerce régional : SIM-Bétail, communication, plaidoyer, productiondissémination des guides, appui à la mise en œuvre des réglementations régionales
Pôle d’exportation des viandes rouges : la Banque Mondiale et AAAID ont convenu d’un
accord de principe pour la réalisation d’une étude de faisabilité pour le développement d’un
pôle de viandes rouges. Cet Accord de principe, qui ne sera effectif qu’a la signature d’un
EFO (Externally Financed Output), s’insèrera dans un soutien plus large à la réalisation des
objectifs du pôle d’exportation des viandes rouges de Nema, qui inclut un voyage d’étude en
Zambie, un éventuel soutien financier sur le PPA du PRAPS pour la contribution à des frais
d’étude, ainsi que le concours de l’Assistance Technique pour le développement de
Partenariats Public-Privé (PPP).
d. Composante 4: Améliorer la gestion des crises pastorales
L’objectif de la composante est de renforcer la prise en compte du pastoralisme dans le
dispositif de gestion des crises, de diversifier les revenus en vue d’une meilleure résilience
aux crises pastorales et d’avoir un dispositif de réponse aux situations de crise. La composante
est subdivisée en deux sous composantes : (i) Gestion des crises pastorales et diversification
et (ii) intervention en situation de crise pastorale
Sous composante 4.1 : Gestion des crises pastorales et diversification :
Cette sous composante comporte deux volets : (i) volet A : Renforcement de la prise en
compte du pastoralisme dans le dispositif de gestion des crises, (ii) Volet B : Diversification
des revenus en vue d’une meilleure résilience aux crises pastorales
Volet A : Renforcement de la prise en compte du pastoralisme dans le dispositif de gestion
des crises: Il vise à renforcer la prise en compte de la problématique pastorale (impact des
crises sur les systèmes pastoraux, réponses adaptées,..) à tous les niveaux du Dispositif
National de Prévention et de Gestion des Crises: système d’alerte précoce, élaboration des
plans de contingence, préparation aux interventions. La stratégie d’intervention du projet sera
16
d’appuyer le Ministère de l’Elevage (nouvellement créé) et le CSA dans leurs rôles respectifs
dans le suivi de la situation, l’alerte, la préparation de plans d’intervention ainsi que la
réflexion sur les modalités d’intervention en situation de crise. Le projet viendra renforcer le
niveau central en tant que de besoin mais surtout assurer qu’un fonctionnement décentralisé
soit effectif (structuration, formation, équipement) et faire voir aux pasteurs et leurs
organisations une place importante dans le dispositif de prévention et de gestion des crises.
Les principales activités ciblées sont :
- Le renforcement de la prise en compte du pastoralisme et des organisations pastorales dans
les dispositifs d’alerte précoce par : (i) le renforcement de la capacité du ME à produire
l’information pertinente à travers le financement des missions de terrains (bilans de
campagne, évaluation de la situation agro-pastorale), l’élaboration et dissémination des
rapports relatifs à la situation agro-pastorale, l’amélioration de la communication avec les
OSP, la formation et l’équipement de points focaux (50) et hommes-ressource et l’appui à la
décentralisation du système de collecte, traitement et archivage des données (région), (ii) le
renforcement de la capacité de l’OSA/CSA à traiter et diffuser par : la création d’une
commission sur la révision des outils, la mobilisation de consultants / spécialistes par rapport
à ces outils, la formation et le renforcement des capacités, l’équipement informatique et de
communication, la dotation en moyens de fonctionnement d’un GTS dirigé par le Ministère
de l’Elevage traitant la question pastorale, l’amélioration du système de suivi de la situation
pastorale en utilisant le système GFI.
- Le renforcement de la prise en compte du pastoralisme et des organisations pastorales dans
les plans de contingence à travers : l’appui aux instances chargées d’élaborer des plans de
contingence au niveau des régions, la formation et assistance à l'élaboration du plan de
contingence
- Le renforcement des capacités d’intervention en situation de crise pastorale par : la
dynamisation des radios rurales et l’élaboration d’un plan d’action guidant les interventions
(stratégie) sous forme d’alimentation pour bétail en temps de crise, notamment afin
d’améliorer le ciblage.
Une assistance technique nationale sera mobilisée au profit respectivement de la Direction de
la Politique, de la Coopération et du Suivi-Evaluation et du CSA dans le cadre du
renforcement de leurs capacités respectives visées. Une assistance technique internationale
sera mobilisée de façon intermittente (3 fois par an / période de 1 mois) afin d’appuyer
l’ensemble des activités du Volet A au cours des 6 années. Un partenariat avec une
organisation internationale expérimentée (type FAO, PAM..) en matière de renforcement des
SAP et de résilience en milieu rural doit être établi. Ce partenariat pourra notamment servir de
canal à la fourniture de l’assistance technique.
Le PRAPS-MR contribuera à l’harmonisation des méthodologies d’analyse de la vulnérabilité
qui sera développée par le CILSS pour les Etats membres, l’appui à la mise en place des
systèmes d’alerte précoce incluant la dimension pastoralisme et la formation à l’élaboration
de plans d’intervention rapide inclusifs, la capitalisation et le partage des initiatives
nationales.
La coordination de l’ensemble du Volet A sera assurée par l’UCP du PRAPS et l’assistance
technique jouera un rôle fondamental dans l’animation et le déroulement des activités du
Volet au profit des institutions bénéficiaires. Une étude viendra faire le bilan des activités
passées de distribution d’alimentation pour bétail. Un groupe de travail sera ensuite constitué
17
afin d’aboutir à une stratégie d’intervention en matière de distribution d’aliment pour bétail en
situation de crise. Cette étude sera externalisée à un opérateur (bureau d’étude spécialisé).
Volet B : Diversification des revenus en vue d’une meilleure résilience aux crises
pastorales
Dans ce volet B de la sous-composante, le PRAPS a pour stratégie ; (i) de renforcer les
capacités des pasteurs à travers leurs organisations, de formuler leur demande en termes
d’appui en formation professionnelle leur permettant de diversifier leurs activités
professionnelles, (ii) de renforcer les capacités d’offres de service des structures de formation
professionnelle (INAP-FTP en particulier) au bénéfice des jeunes pasteurs, (iii) de renforcer
les capacités de l’ANAPEJ à soutenir le développement de projets émanant de jeunes pasteurs
formés à travers le PRAPS. (iv) de renforcer les capacités des jeunes pasteurs dans le
montage de projets de diversification de leurs revenus. Le dispositif de mise en œuvre choisi
devra tenir compte des expériences récentes en la matière en Mauritanie (en particulier le
« Projet d’Appui au Développement des Compétences» P-144575 financé actuellement par la
Banque Mondiale). Le PRAPS examinera la faisabilité d’un soutien aux AGR et microprojets à fournir aux jeunes pasteurs et aux femmes aux travers de groupements d’opérateurs
spécialisés contractualisés pluri-annuellement par et le PRAPS.
Sous –composante 4.2 : intervention en situation de crise pastorale
Un dispositif de réponse aux situations de crise est intégré au PRAPS-MR, comme il le sera
dans tous les autres pays, sans faire l’objet d’allocation budgétaire initiale. Conformément aux
dispositions opérationnelles en vigueur à la BM, les éléments détaillant les conditions
d’activation du dispositif de crise (définition des crises pastorales éligibles), ainsi que les
interventions finançables seront décrits et agréés entre les parties prenantes au cours de la
première année d’exécution du PRAPS-MR. En cas de crise éligible, la sous-composante se
verra abondée budgétairement par un prélèvement d’un certain pourcentage restant à
déterminer des financements non-mobilisés des autres composantes.
e. Composante 5. Gestion du projet et appui institutionnel
Cette composante transversale clé du PRAPS-MR inclut les dispositions prévues pour la
gestion du projet (en matière de questions fiduciaires, suivi-évaluation, création de données et
gestion des connaissances, mais aussi les aspects appui institutionnel, renforcement des
capacités, plaidoyer et communication) ainsi que le montage institutionnel. Cette composante
permettra (i) d’assurer le pilotage et la coordination des activités du PRAPS-MR et (ii)
d’appuyer le ME et les partenaires dans la mise en œuvre des activités prévues dans le
PRAPS-MR.
18
Sous composante 5.1. Coordination, gestion fiduciaire, suivi évaluation, création de
données, gestion des connaissances.
La sous-composante vise à fournir à l’UCP les moyens requis pour assurer la coordination du
projet, la gestion fiduciaire du projet (qui intègre la gestion administrative et comptable, le
suivi-contrôle, la passation des marchés) la mise en place d’un système de suivi évaluation la
création de données et la gestion des connaissances. La mise à disposition de ces moyens se
fera dans le respect des dispositions prévues dans l’Accord de Financement quant à la gestion
et l’utilisation des ressources IDA, ainsi que des procédures nationales et de la Banque
mondiale. Le financement de cette sous-composante couvrira, aussi, les coûts liés aux
fonctions d’orientation, d’appui et de consultation conduites à leurs niveaux par le Comité de
Pilotage et par le Comité Technique.
La création de données : L’absence de données récentes sur le pastoralisme en Mauritanie est
apparue dans la préparation du PRAPS-MR. Pour y remédier, il s’agira d’allouer des
ressources
aux études conduisant à la production de données sur le pastoralisme en
Mauritanie notamment le recensement des ressources animales en Mauritanie et des études
permettant notamment d’obtenir des données sur les pasteurs et agro-pasteurs. Une base de
données nationale sera créée à partir de ces éléments de référence et d’autres études
identifiées au fur et à mesure du déroulement du projet. La base de données servira également
à alimenter une base de données de niveau régional, que le CILSS mettra en place.
La gestion des connaissances: La gestion et le partage des connaissances se fera à travers:
(i) l’organisation annuelle des ateliers bilans aux niveaux national et local. Ces ateliers
permettront le partage des connaissances, des contraintes, des approches de solutions et des
technologies à adopter, (ii) l’organisation de plateformes au niveau des cadres régionaux de
concertation, des régions couvertes par le projet qui permettront d’examiner et d’analyser
les données quantitatives et qualitatives de manière dynamique pour générer et documenter
les innovations introduites, (iii) la réalisation d’études thématiques relatives à des
problématiques dégagées par les acteurs durant les concertations ou par les interventions sur
le terrain, (iv) la production et la diffusion de supports écrits (publication régulière d’un
bulletin d’information du projet) et audio-visuels à travers les radios locales, régionales et
nationales.
Sous composante 5.2. Appui institutionnel et renforcement de capacités, plaidoyer et
communication:
Appui institutionnel et renforcement de capacités : A travers cette composante, le PRAPSMR appuiera les services centraux, régionaux et départementaux d’élevage, les postes
vétérinaires et le ME. A ce titre, les capacités des acteurs directement impliqués dans le
PRAPS-MR seront renforcées non seulement via l’acquisition de moyens de fonctionnement
opérationnels comprenant notamment des équipements , du mobilier et des fournitures de
bureau, du matériel roulant, etc. mais aussi des formations dans des domaines clé (passation
des marchés, gestion financière, suivi-évaluation…) voire également d’autres aspects
identifiés durant la vie du Projet. Des études couvrant des domaines transversaux seront
19
également financées par cette composante, en plus de celles incluses dans les quatre
composantes techniques. Un pool d’Assistance Technique est prévu sous forme d’hommesmois, pour apporter un appui ponctuel au ME dans la mise en œuvre des activités du PRAPSMR et selon les besoins.
Plaidoyer : le projet financera également: (i) le renforcement des capacités de son personnel
technique, administratif et financier, (ii) la prise en charge des activités de plaidoyer à
l’endroit des autorités administratives, des parlementaires, des institutions sous régionales (iii)
et l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de communication.
Communication : L’importance de la communication, sera essentielle dans le cadre d’un
projet régional avec plusieurs pays incluant plusieurs partenaires. Sur la base de la stratégie de
communication globale, un plan de communication du PRAPS-MR sera décliné qui conduira
à des activités de communication de niveau interne, externe et de proximité. Le logo déjà
disponible pour le PRAPS (moyennant les quelques corrections apportées par la TFRP-3) sera
valorisé sur les différents outils qui seront produits. Les activités pourront donc inclure (liste
indicative et non-exhaustive) une page PRAPS sous le site du ME, des bulletins, des
newsletters, des émissions sur les radios communautaires, le développement d’une application
type WAZE, la création d’une page Facebook, le développement d’une page Youtube,
l’introduction d’un numéro vert, la production de films institutionnels, l’émission de
brochures d’information à des fins de communication avec les bénéficiaires, les partenaires et
les bailleurs… Une communication spécifique en cas de crise sera également développée.
Enfin, l’expérience du PAAO/WAAPP dans ce domaine clé pourra être mise à contribution.
Le PRAPS-MR mènera ces activités à travers son UCP avec ses antennes. Il travaillera au
niveau national en relation avec les partenaires comme le CILSS au niveau sous régional et
la BM au niveau international.
2.3 Structures de coordination et de mise en œuvre du projet
A. Dispositions institutionnelles de mise en œuvre
La coordination : Le projet de schéma institutionnel retenu repose sur la mise en place d’une
Unité de Coordination du Projet (UCP-MR) ancrée au sein du Ministère de l’Elevage (ME) et
travaillant avec les directions techniques dudit ministère. Cette UCP-MR aura vocation à
coordonner et suivre la mise en œuvre des activités du Projet. L’UCP-MR rendra compte à un
« Comité Technique (CT) », lui-même orienté par un « Comité de Pilotage (CP) ». Au plan
régional, les « Comités Régionaux de Développement (CRD) » seront également associés à la
mise en œuvre du PRAPS-MR pour évaluer le degré d’avancement du PRAPS-MR dans la
région concernée. Le PRAPS-MR sera mis en œuvre suivant les délibérations du CP, qui se
réunira de façon périodique afin d’examiner et valider notamment les PTBA, les rapports
d’activité et de suivi, fournir des orientations et statuer sur la mise en œuvre du PRAPS-MR
au vu des résultats présentés. Le schéma d’ancrage institutionnel du PRAPS-MR au sein du
ME est en annexe 5.
Au niveau central : L’UCP-MR sera dirigée par un Coordonnateur National (cadre du ME),
assisté d’une équipe de contractuels recrutés sur base compétitive notamment un Directeur
20
Technique, un Responsable Administratif et Financier assisté d’un Comptable, un spécialiste
technique pour chacune des composantes techniques (4 experts), un Auditeur interne, un
Expert en Passation des Marchés épaulé de deux Assistants en passation des marchés, un
Expert en Suivi-Evaluation (S&E), un spécialiste des Mesures de Sauvegardes
environnementales & Sociales, un spécialiste en communication et un spécialiste de la
dimension genre, couvrant les fonctions transversales indispensables à la bonne gestion du
Projet. Tout le personnel, contractuel ou fonctionnaire, répondra à des critères de qualification
et d’expérience pour les fonctions occupées et nécessitera l’accord préalable de la Banque
mondiale tandis que le personnel payé par le Projet sera recruté sur une base compétitive. Le
personnel de l’UCP-MR sera intégré aux agents du ME. A cet égard, il sera (de grande
préférence) logé dans les bureaux du ME ; à terme, il faudrait que les spécialistes de
composante soient logés dans les Directions Techniques concernées, dans la mesure du
possible. Pour ce qui concerne les autres personnels du ME qui seront nommés ou redéployés
pour travailler sur le PRAPS-MR, ils devront être dégagés de toute autre fonction afin de
suivre de manière effective les activités du PRAPS-MR et éviter tout délai. Au niveau central,
il sera signé des conventions entre le PRAPS-MR et les directions techniques de
l’administration concernées pour exécuter les activités du PRAPS-MR relevant de leurs
mandats.
Au niveau régional. Pour les besoins de suivi des activités sur le terrain et de rapportage dans
les zones les plus directement concernées par la mise en œuvre des activités du PRAPS-MR,
certaines Délégations Régionales du ME se verront renforcées avec les ressources du Projet :
au-delà du redéploiement de personnels du ME, l’appui du PRAPS-MR pourra permettre le
recrutement d’un assistant en S&E et d’un assistant administratif.
Réforme institutionnelle du MDR et création du Ministère de l’Elevage. Le Ministère de
l’Elevage a été créé suite à la division du Ministère du Développement Rural (MDR) en août
2014 qui a aussi donné naissance au Ministère de l’Agriculture. Pour une bonne mise en
œuvre du PRAPS-MR, compte tenu du schéma institutionnel retenu, Il est nécessaire qu’il soit
pourvu en ressources (matérielles et humaines) adéquates, aussi bien au niveau central que
dans les services déconcentrés de niveau régional et que ses différentes structures fassent
l’objet d’un regroupement physique au niveau central (Cabinet, Secrétariat Général,
Directions …) afin d’en renforcer la cohésion et de faciliter l’insertion du PRAPS-MR au sein
du ME.
Mise en œuvre des activités à travers des conventions et contrats de partenariats:
L’UCP-MR travaillera en étroite collaboration: (i) avec les ministères concernés par la mise
en œuvre du PRAPS comme ceux de l’Hydraulique et de l’Assainissement (MHA), de
l’Environnement et du Développement Durable (MEDD), de la Formation Professionnelle
(MFP), le CSA à travers des conventions et (ii) avec les opérateurs privés et ONG à travers
des contrats de service. Afin de faciliter l’exécution des activités du PRAPS-MR dans sa
gestion quotidienne (telles que par exemple le montage des dossiers d’appel d’offre
impliquant des spécifications techniques précises ne pouvant être fournies que par les
directions techniques concernées) qui englobent plusieurs acteurs allant au-delà du ME
(exemple : le MEDD, le MHA, le MFP), le ME préparera et diffusera dans les directions et
21
services techniques concernées une note circulaire signée précisant bien les rôles et
responsabilités de chacun dans le cadre du PRAPS au vu des activités prévues dans les
composantes techniques.
Mise en œuvre des travaux d’infrastructures. Les infrastructures réalisées dans le cadre des
composantes 1, 2, 3 et 4 feront l’objet de marchés publics, dont le contrôle et le suivi seront
confiés à un ou plusieurs bureaux d’ingénieur-conseil en génie civil Assistance technique.
Compte tenu de l’importance du programme, de la coordination nécessaire des différentes
parties prenantes et des différents domaines du développement pastoral qui sont à couvrir, un
pool d’Assistance Technique internationale et nationale sera mobilisé sous forme d’hommesmois. Il est estimé à 120 hommes/mois sur la durée du PRAPS-MR, ce qui permettrait de
disposer de 20 hommes/mois chaque année, en moyenne, pour apporter un appui ponctuel au
ME dans la mise en œuvre des activités et selon les besoins. Pour faciliter les procédures et
réduire les délais, un seul marché de services pourrait être lancé au démarrage du projet
englobant l’ensemble de l’assistance technique prévue par la composante 5. L’association de
bureau national et international sera favorisée dans les deux cas.
Gestion financière : Il est prévu la mise en place d’une équipe financière composée de
contractuels au sein de l’unité de gestion du projet et, dans le cadre de l’utilisation des
systèmes nationaux de gestion des finances publiques. Le suivi des engagements et des
réalisations financières du PRAPS s'appuiera sur l’utilisation du logiciel de gestion comptable
et financière TOMPRO pour la saisie des opérations comptables et la production d'états
financiers. L’UCP établira des situations financières et comptables régulières qu’elle
transmettra au Gouvernement et à la BM.
Schéma institutionnel PRAPS-MR
CILSS
Comité Régional de
Pilotage CRP
Mauritanie
Ministère de l’élevage
Ministre
membre
Cabinet du Ministre
Expert UCP
Communication
Comité de Pilotage CP
(Prés. MAED /
VP SGME)
Autres partenaires
administratifs centraux
Environnement, Hydraulique
Formation Technique et
professionnelle, CSA
Comité
Technique CT
Autres partenaires
administratifs régionaux /
déconcentrés
Environnement, Hydraulique
Comité Régional
de Développement
CRD (prés. Wali)
Unité de Coordination
du projet UCP-MR du
PRAPS
Direction des Services
Vétérinaires
DSV
Expert UCP
Santé animale
Secrétariat
Général
Direction du
Développement
des Filières Animales
DDFA
Experts UCP
Marchés et Gestion RN
Directions des Politiques, de la Coopération
et du Suivi-évaluation
DPCSE
Experts UCP SÉ
et Gestion des crises
Direction des Affaires
Administratives et
financières DAAF
Structures sous-tutelles
- Établissements et institutions
publics
CNERV, CAIE, SAN
Programmes et Projets
UCP-MR (Composition)
Légende:
Liens hiérarchiques:
Liens fonctionnels projet:
Délégations régionales
1 Assistant S E
1 Assistant administratif
(PRAPS )
Inspections
départementales
-------------------------------------------------------- Coordonnateur national expertise PRAPS (fonctionnaire)
- Directeur technique
- Spécialistes composantes (4)
- Gestion financière (RAF et 1 comptable)
- Resp. Passation des marchés et 2 assisTants
- Auditeur interne
- Resp. Suivi-évaluation
- Spécialiste Communication,
- Spécialiste Dimension genre
- Resp. Mesures de Sauvegardes
22
III.
3.1
SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA ZONE DU
PROJET
Zones d’intervention/Bénéficiaires du projet
Conformément à l’objectif de développement du projet, le PRAPS-MR interviendra
prioritairement au niveau des axes de transhumance et dans les zones transfrontalières. Ainsi,
Le Projet interviendra dans vingt-quatre (24) axes de transhumance et vingt-six (26) points de
passage transfrontaliers identifiés, par l’étude réalisée à cet effet, suivant l'importance des
activités pastorales: circuits de transhumance saisonniers très fréquentés, points de passages
transfrontaliers, effectifs du cheptel animal, ressources fourragères, points d'abreuvement et
zones de concentration des animaux en saison sèche. Les zones d’intervention du projet
identifiées passent par (10) différentes wilayas (Régions) dont elles ne couvrent que les axes
de transhumance et points de passage transfrontaliers qui sont définis en six (6) Unités
ecopastorales (UEP) qui correspondent plus à la réalité des mouvements pastoraux et dont
chacune peut concerner des zones relevant de différentes wilayas. (Cf carte ci-dessous). Il
s’agit de :
-
-
-
4 axes de transhumance et 4 points de passage transfrontaliers qui sont dans la wilaya
de Hodh Echarghui qui constituent l’Unité Ecopastorale 1 Hodh Echarghui
4 axes de transhumance et 4 points de passage transfrontaliers qui sont dans la wilaya
de Hodh Elgharbi qui constituent l’Unité Ecopastorale 2 Hodh Elgharbi
5 axes de transhumance et 3 points de passage transfrontaliers qui traversent les
wilayas de l’Assaba, du Tagant de l’Adrar qui constituent l’Unité Ecopastorale 3
Assaba/Tagant/Adrar
3 axes de transhumance et 3 points de passage transfrontaliers qui traversent les
wilayas de
Guidimagha et Gorgol qui constituent l’Unité Ecopastorale 4
Guidimagha/Gorgol
3 axes de transhumance et 4 points de passage transfrontaliers qui traversent les
wilayas du Gorgol et du Brakna qui constituent l’Unité Ecopastorale 5 Gorgol/Brakna
5 axes de transhumance et 3 points de passage transfrontaliers qui sont dans les
wilayas du Trarza et de l’Inchiri qui constituent l’Unité Ecopastorale 6 Trarza/Inchiri
Il est à noter qu’au sein de chaque unité écopastorale un nombre important d'itinéraires de
transhumance ont été identifiés par l’étude réalisée mais, seuls les itinéraires les plus
fréquentés sont considérés. Par ailleurs, les unités ecopastorales ne couvrent pas les zones
montagneuses, généralement inaccessibles par les animaux (Dhar de l'Assaba, une partie des
massifs du Tagant ...).
Le PRAPS-MR tiendra compte des complémentarités et synergies possibles avec les
interventions du Gouvernement, notamment à travers les financements apportés par d’autres
projets
23
Les bénéficiaires directs du Projet seront des pasteurs et agro-pasteurs, dont le nombre total
est estimé à 400.000 ; le Manuel d’Exécution du Projet (MEP) veillera particulièrement aux
critères de choix des bénéficiaires selon les types d’activités et modalités d’intervention du
Projet. Aussi, le système de rapportage devra veiller à comptabiliser (i) les femmes et (ii) les
réfugiés/personnes déplacées. Les bénéficiaires secondaires du PRAPS seront entre autres les
services techniques de l’élevage les opérateurs ou prestataires de services publics et privés,
les ONG qui seront impliquées dans la mise en œuvre du projet.
3.2
Cadre biophysique dans la zone du projet
3.2.1 Situation administrative, démographique et vocation agropastorale
24
Les zones cibles du PRAPS sont situées dans) dix (10) wilayas, une description sommaire qui
décline la position géographique, la situation sociale, les conditions climatiques, la situation
agropastorale des principales wilayas agropastorales cibles du projet sont présentées cidessous :
Wilaya du Brakna
Le Brakna s’étend sur une superficie 33.000 km2 soit 3,2 % du territoire national. Cette
Wilaya est limitée à l’est par l’Assaba, au sud est par le Gorgol, au sud par le fleuve Sénégal,
à l’ouest et au nord par le Trarza et nord est par le Tagant. La Wilaya regroupe 21 communes
réparties entre 5 Moughataa à savoir : Bababé (3), Boghé (4), Maghta Lahjar (4), Mbagne (4),
Aleg (6). A noter l’existence de 3 arrondissements : Maal, Dar EL Barka et Djonaba.
La wilaya du Brakna est une région agro-pastorale où les activités principales sont
l’agriculture et l’élevage avec 1 374 000 Bovins, 17 150 000 Ovins et Caprins, 1 351 000
Camelins. Au gré des conditions climatiques, les terres produisent des céréales (sorgho, mil,
maïs, riz, etc.).
Wilaya du Gorgol
Le Gorgol s’étend sur une superficie 13.600 km2 soit 1,3 % du territoire national. Cette
Wilaya est limitée par l’Assaba au nord et nord est, par le Guidimagha au sud et sud est, par le
Brakna au nord ouest et le Sénégal au sud ouest.
La Wilaya regroupe 29 communes réparties entre 4 Moughataa à savoir (Bout (9), Maghama
(8), Monguel (5) et Kaédi (7). A noter l’existence de 2 arrondissements : Toufondé Sivé et
Legseyba dans la Moughataa de Kaédi.
La Wilaya du Gorgol est indéniablement l’une des plus importantes de Mauritanie en matière
d’élevage, notamment en raison de ses importantes réserves naturelles productrices de
fourrages (zone d’el Atf) ce qui la place comme destinée privilégiée des cheptels
transhumants issus des Wilayas voisines. Cette importance se manifeste aussi par la taille du
cheptel transhumant dans la Wilaya.
De par sa situation géographique, elle constitue un couloir important de transition pour le
bétail à l’exportation sur pieds et en transhumance transfrontalière visant les pays voisins
(Mali et Sénégal).
En termes comparatifs, l’élevage constitue la seconde activité des populations du Gorgol
après l’agriculture. Il s’agit une activité traditionnelle séculaire pratiquée par l’ensemble de la
population du Gorgol à quelques exceptions près.
L’élevage semi-sédentaire extensif est prédominant à l’échelle de la Wilaya en tant que mode
d’exploitation avec, selon la période, un recours à la transhumance sur des parcours limités
puisque, depuis l’introduction des cultures irriguées, les éleveurs utilisent les débris de la
production agricole comme aliments complémentaires pour le cheptel.
25
L’examen de la structure des cheptels montre que ’élevage des petits ruminants et des bovins
reste prépondérant au niveau de la wilaya, avec respectivement 1 540 000 et 170 000 têtes,
mais aussi on remarque depuis quelques années la progression d’un élevage de camelins avec
11500 têtes, favorisé par l’importance du potentiel pastoral de la région.
Effectifs et structure des cheptels
Camelins
Bovins
Ovins/Caprins
Equins
Asiens
Kaédi
6000
45000
400 000
400
6500
Maghama
1000
40 000
52 000
550
6000
M’bout
3000
65000
320 000
600
8000
Mounguel
1500
20000
300 000
150
5000
Ensemble
11 500
170 000
1 540 000
1 700
25 500
Wilaya du Trarza
La wilaya du Trarza, large de 76 000 km2, soit 6,58% de la superficie totale du pays, se situe
au Sud de la Mauritanie. Elle est limitée à l’Est par la wilaya du Brakna, à l’Ouest par l’océan
Atlantique, au Nord par les wilayas de l’Inchiri et de l’Adrar et au Sud par le fleuve Sénégal.
C’est une région à vocation essentiellement agro-pastorale. La Wilaya regroupe 25 communes
réparties entre 6 Moughataa à savoir : Boutilimit (7), Keur Macène (3), Mederdra (5), Ouad
Naga (3), R’Kiz (5) et Rosso (2). A noter l’existence de 5 arrondissements : Jedr El Mohguen,
Ajouer, N’Diago, Tiguent et Tékane.
L’élevage contribue largement à l’économie de la wilaya du Trarza et joue un rôle
fondamental dans la sécurité alimentaire des populations et apporte incontestablement une
forte valeur ajouté. Le caractère redistributeur de la contribution du sous secteur, son rôle
social et son mécanisme de solidarité aide la wilaya à améliorer les revenus des ménages en
milieu rural.
Le type d’élevage pratiqué est semi-sédentaire en raison du rétrécissement graduel des aires
pastorales, de l’introduction de l’amélioration génétique chez les bovins et de la présence de
nouvelles usines suscitant la naissance de nouvelles pratiques d’élevage intensif.
L’évolution du cheptel des bovins, dans la wilaya de 2005 à 2009, a connu des hauts et des
bas. La croissance en dents scie est constatée entre 2005 et 2008. Globalement, les bovins
avec 104 603 têtes ont connu une croissance de 15,72% entre 2005 et 2009. Quant aux
camelins avec 149 923 têtes, ils enregistrent une croissance régulière. Pour le cheptel de petits
ruminants avec 1 120 478 têtes, il s’est accru de 21,55% sur la même période.
Wilaya du Guidimaka
26
Le Guidimagha s’étend sur une superficie 10.300 km2 soit 1 % du territoire national. Cette
Wilaya est limitée au nord par l’Assaba, par le Mali au sud est, par le Sénégal au sud ouest et
par le Gorgol à l’ouest. La Wilaya regroupe 18 communes réparties entre 2 Moughataa à
savoir : Ould Yengé (7) et Sélibaby (11).
L’élevage constitue également une activité importante pour cette région qui possède un fort
potentiel fourrager. Potentiel qui subit une forte pression, notamment en cas de fort déficit
pluviométrique, de la part du bétail non résidant venant des régions voisines du Nord et
s'installant dans cette zone de repli. Une très vague estimation démontre que l'élevage
contribue le plus au produit intérieur du Guidimaka, service/commerce et migration se plaçant
en deuxième position, laissant la troisième place aux produits forestiers et à l'agriculture.
Hodh EChargui
Le Hodh Echargui s’étend sur une superficie de 182.700 km2 soit 17,7 % du territoire
national. Cette Wilaya est limitée au nord ouest par les Wilaya du Tagant et de l’Adrar, au
sud-est par le Mali et à l’ouest par la Wilaya du Hodh Elgharbi.
La Wilaya regroupe 30 communes réparties entre 6 Moughataa à savoir Amourj (3),
Bassiknou (4), Gjigueni (7), Néma (10), Oualata (1) et Temberdra (5). Elle compte en plus 4
arrondissements (Addel Bagrou, Bousteila, Vassala et Aoueinate Ezbel).
Située entre les 16e et 17e de latitude Nord et les 7e et 8e de longitude Ouest, la wilaya du
Hodh Echarghi est une wilaya à vocation agro-pastorale, avec une prédominance marquée de
l’élevage, qui est l’activité autour de laquelle s’organise la vie économique de la wilaya.
L’élevage, première activité économique de la Wilaya, représente un important potentiel de
croissance actuellement sous-exploité.
Les effectifs du cheptel dans la Wilaya du Hodh Echarghi est donnée par le tableau n°1
ci - dessous.
Cheptel
Effectif
Bovins
422.700 têtes
Camelins
235.000 têtes
Ovins et Caprins
1.980.000 têtes
Source : Délégation du Ministère du Développement Rural au Hodh Echarghi
Hodh El Gharbi
Le Hodh Elgharbi s’étend sur une superficie 53.400 km2 soit 5,2 % du territoire national.
Cette Wilaya est limitée au nord par le Tagant, à l’ouest par la Wilaya de l’Assaba, au sud par
27
le Mali et à l’est par le Hodh Echargui. La Wilaya regroupe 27 communes réparties entre 4
Moughataa à savoir Kobeni (7), Tamcheket (5), Tintane (8) et Aioun (7).
La zone pastorale de l’Aouker grâce à ces conditions agro écologiques constitue un territoire
de prédilection pour les communautés vivant de l'économie pastorale.
La zone agro-sylvo-pastorale du Sud. Cette bande Sud est plus arrosée par les pluies ce qui
rend possible l’agriculture pluviale. Cette relative hospitalité du milieu fait de cette zone, la
zone la plus densément peuplée de la wilaya. Même si elle porte l’appellation de zone
d’agriculture pluviale, les activités pastorales y sont particulièrement importantes (systèmes
d’élevage local, nomade et transhumant). La forte présence de zones humides est aussi à
l’origine d’une végétation arborée plus importante que dans les zones plus au Nord.
L’élevage qui constitue l’activité principale, représente 80% de l'économie de la région. En
outre, son important potentiel fourrager lui permet de constituer une zone de repli régulière
pour de nombreux troupeaux des wilayas limitrophes et du Mali
Wilaya de l’Assaba
Située au centre de la partie sud de la Mauritanie, la willaya de l’Assaba compte cinq (5)
Moughataas et occupe une superficie d’environ 36.600km² (Kankossa : 10.600km2 ; Barkéol :
7.000 km² ; Guérou 3.600 km² ; Kiffa : 10.700 km² et Boumdeid : 4.700 km²).
L’élevage reste l’activité économique dominante de la région et d’une grande importance
économique, écologique et sociale.
Il s’agit d’un élevage transhumant, très extensif, à faible productivité par tête de bétail,
notamment chez les bovins : faible taux de fécondité (de l’ordre de 60%), mortalité des veaux
élevée (souvent plus de 40%) et faible poids des carcasses des animaux abattus (100 à 150
kg).
Effectifs du cheptel de l’Assaba
Moughataa
Bovins
Ovins/caprins
Camelins
Kiffa
81.369
588.143
28.866
Kankossa
81.500
451.178
2.310
Barkéol
46.600
249.536
3.464
Guerou
29.000
193.362
43.876
Boumdeid
5.700
145.245
31.173
Total Assaba
244.169
1.627.464
109.689
:
28
Aperçu sur la situation démographique des zones à vocation agricole du pays.
2012
2015
Wilaya
Pop
(mâles)
Pop (Fémin)
Total
Pop
(mâles)
Pop
(Fémin)
Total
Gorgol
152.539
164.963
317.502
162.715
175.967
338.682
Brakna
149.262
166.232
315.493
158.271
176.265
334.536
Trarza
170.568
182.276
352.854
182.202
194.709
376.911
Guidimagha
132.247
135.249
269.297
148.593
149.703
298.296
Aperçu sur la situation démographique des zones sylvopastorales
2012
2015
Wilaya
Pop
(mâles)
Pop (Fémin)
Total
Pop (mâles)
Pop
(Fémin)
Total
Hodh Echargui
180.387
190.970
371.317
192.762
204.115
398.877
Hodh Elgharbi
132.581
148.181
281.761
141.835
158.524
300.359
Assaba
163.917
185.044
348.961
179.113
202.199
381.312
29
Découpage administratif du pays
3.2.2 Cadre biophysique
La Mauritanie, pays saharien et sahélien d’Afrique de l’ouest, baignée sur sa façade
occidentale par l’océan Atlantique ; bordée au nord-ouest par le Sahara-Occidental, au nord
par l’Algérie, à l’est et au sud-est par le Mali et au sud-ouest par le Sénégal ; elle constitue
un véritable pont entre l’Afrique noire et le Maghreb.
Il s’agit du pays le plus occidental de tous les pays sahélo-sahariens, celui où le désert vient
à la rencontre de l’océan au point parfois de s’y noyer. C’est aussi là où le Sahel côtoie le
Sahara, où s’effectue le mariage des flores tropicales et méditerranéennes, et où le brassage
des cultures arabo-berbères et négro-africaines est une réalité et une richesse sociales.
Avec une superficie de 1.030.700 km2, évoluant entre les latitudes 27° et 15° Nord et les
longitudes 5° et 19° Ouest, la Mauritanie recouvre un très vaste territoire, de physionomie
30
très hétéromorphe et dont la population, estimée à près de 4 millions (3.890.000 en 2013),
est géographiquement très inégalement répartie.
Sur le territoire mauritanien, les zones hyperarides, arides, semi-arides et sahéliennes se
côtoient. Avec la sécheresse persistante, les premières gagnent inexorablement du terrain et
la dernière, sahélienne, ne fait que s’amincir. Grâce à l’humidité océanique, la façade
maritime échappe quelque peu aux méfaits de la sécheresse climatique.
La Mauritanie se compose de 13 régions réparties géographiquement selon la figure 1. Sa
capitale est Nouakchott.
La géographie et les principaux milieux physiques
Pays essentiellement désertique, à l’exception du sud de la vallée inondable du fleuve
Sénégal, la Mauritanie est couverte par le Sahara sur les deux tiers de sa superficie.
Son relief, arasé, est constitué de sédiments, de débris rocheux et de dépôts sableux d’où
émergent, ça et là, comme des îles au milieu d’un océan immobile, des massifs de faible
altitude, le plus souvent de forme tabulaire, témoignage d’un passé géologique plus
humide.
La Mauritanie est une vaste pénéplaine désertique, traversée suivant un axe nord-sud par
une série de plateaux et de falaises ou Dhars tels ceux de l’Adrar et du Tagant qui
culminent de 400 à 800 mètres et qui délimitent deux zones arides parsemées d'importantes
formations de dunes: une plaine maritime à l'ouest et une vaste région sédimentaire à l'est.
Le point culminant en Mauritanie, la Kedietej-Jill, atteint à peine 915m.La géomorphologie
mauritanienne se décompose globalement en sept unités (figure 2) :

Les pénéplaines sahariennes, il s’agit d’un reg immense et plat s’étalant dans
l’extrême nord du pays et renfermant d’innombrables inselbergs. C’est la
région minière de la Mauritanie.

La Trab el-Hajra, situé au centre du pays, est constitué de plateaux peu
élevés, c’est le domaine des palmeraies et de l’élevage des camelins.

Le Hodh, immense cuvette au sud-est de la Mauritanie dans laquelle se dresse
un ancien massif ; il s’agit du réservoir bucolique des bovins et des petits
ruminants.

Les Majabat el Koubra, immense désert à l'est de la Mauritanie, s’étendant
sur plus de 250 000 km2 le long de la frontière avec le Mali, il est considéré
parmi les déserts les plus impénétrables du monde ; son avancée menace
constamment les villes et villages mauritaniens.

Les plaines occidentales, régions profondément ensablées, elles s'étendent à
l'ouest en une série de regs et d’ergs.

La cote, longue de 720 km, est rocheuse au nord et sableuse et rectiligne au
sud. C’est le domaine des ressources halieutiques et des parcs nationaux qui
jouissent d’un intérêt écologique particulier.
31

La plaine alluviale du fleuve Sénégal, au sud, appelée Chemama, qui borde le
pays dans ses marges sud-ouest sur plus de 600km ; elle renferme des terres
cultivables qui représentent moins de 1% du territoire national et dont les
superficies cultivées sont très variables selon la pluviométrie. Le fleuve Sénégal
constitue en Mauritanie le seul domaine hydrographique d'écoulement
permanent dont ses affluents ne sont que des oueds intermittents. Partout
ailleurs, les écoulements sont saisonniers.
Carte géomorphologique de la Mauritanie.
Le climat et les subdivisions bioclimatiques
D’une manière générale, le climat mauritanien est principalement désertique, la
température diurne moyenne est de 37,8 °C sur plus de six mois de l’année, mais les nuits
sont fraîches. La région côtière est plus tempérée. De manière plus détaillée et en tenant
compte de la classification climatique, on distingue en Mauritanie trois types de climat :

Un climat tropical sec de type sahélo-soudanien dans l’extrême sud du pays
caractérisé par huit mois secs et une pluviométrie supérieure ou égale à 400 mm;

Un climat subdésertique de type sahélo-saharien au centre caractérisé par une
forte amplitude thermique et une pluviosité comprise entre 150 et 400 mm ;

Un climat désertique de type saharien au nord caractérisé par une pluviosité
inférieure à 150 mm/an.
Le climat de la Mauritanie est régi par trois principaux phénomènes météorologiques :

L’anticyclone des Açores, centré au sud-ouest de l’archipel des Açores avec un
alizé maritime correspondant, soufflant de manière permanente sur le littoral
mauritanien suivant une direction nord, nord-ouest.
32

L’anticyclone de Sainte Hélène ou mousson, centré sur l’Atlantique sud, souffle
suivant une direction sud ou sud-ouest. Il est responsable des pluies estivales.

Les cellules anticycloniques, installées sur le Sahara en hiver et migrant vers le
nord en été, donnent naissance à une dépression saharienne. L’Harmattan issu de
ces cellules anticycloniques est frais et sec pendant l’hiver et chaud et sec pendant
l’été.
Cette caractérisation météorologique donne naissance au phénomène de l’hivernage, il
représente la période au cours de laquelle les précipitations sont les plus importantes, voire
le seul moment où elles sont présentes. Ainsi le mois d’août dans certaines régions peut
représenter à lui seul la moitié des précipitations tombées au cours de l’année.
À l’inverse, durant la saison sèche, les hautes pressions tropicales matérialisées
particulièrement par l’anticyclone des Açores migrent vers les basses latitudes. Ainsi, le
pays se situe-t-il alors dans une période anticyclonique où les pluies sont quasi inexistantes.
Cette période correspond également à l’établissement d’un flux dominant soufflant du
nord-est, c’est l’Harmattan. En Mauritanie, cet alizé continental est présent de façon quasicontinue, d’octobre à juin, donnant de grands vents de sables chauds et secs qui favorisent
la progression de l’ensablement. La pluviométrie annuelle est faible, généralement
inférieure à 300 millimètres, avec une diminution du gradient pluviométrique du Sud au
nord.
Subdivisons bioclimatiques et agro-écologiques
L’interaction entre les spécificités bioclimatiques et les modes de développement
particulièrement ruraux, tels que l’agriculture et l’élevage, aboutit à un zonage qualifié
d’agro-écologique. Sur cette base, la Mauritanie peut être subdivisée globalement en deux
grandes zones bioclimatiques / agro-écologiques d’inégales importances : une région
saharienne sur les trois quarts nord du pays et une région sahélienne (autrefois appelée
saharo-soudanienne) sur le quart restant.
A cette subdivision globale, on peut ajouter deux sous domaines azonaux, à l’Ouest le
secteur littoral et au Sud le secteur de la Vallée du Fleuve Sénégal, tous deux biens
individualisés par leurs spécificités éco-géographiques (figure 3).
33
Carte bioclimatique de la Mauritanie (BAD, 2013)
Les spécificités de ces différentes zones se résument comme suit :
Le domaine saharien
C’est une zone aride, la plus vaste entité écologique du pays (80 % du territoire national,
soit 810 000 km2), elle est comprise globalement entre la frontière nord du pays et
l’isohyète 150 mm à l’exclusion de la bande littorale correspondant à la façade maritime ;
elle est caractérisée par des écarts de température considérables, diurnes et annuels, par une
sécheresse extrême de l'air, par une pluviométrie très faible rendue insignifiante par les
températures élevées et les valeurs de l'évaporation qui en découlent.
Sur le plan végétal, ce domaine est caractérisé par une grande pauvreté en espèces, une faible
couverture du sol et une monotonie végétale sur de grandes étendues.
Les activités économiques de la cette zone sont orientées essentiellement vers l’agriculture du
type oasien, la culture en amont des petits barrages et l’élevage camelin.
Le domaine sahélien
Ce domaine offre un climat plus contrasté avec alternance d’une saison hivernale sèche et une
saison estivale pluvieuse. Les pluviométries moyennes annuelles, caractérisées par l’extrême
irrégularité dans leur distribution spatio-temporelle varient entre 150 à 500 mm/an. Les
températures moyennes annuelles se situent entre 26°C et 30°C, avec toutefois des écarts
34
marqués surtout dans la dépression du Hodh, alors que l’évapotranspiration très élevée dans
cette zone, 79 m3 / ha /jour à Rosso, limite l’efficience de l’humidité.
Au plan de la végétation, ce domaine sahélien est une région de steppes composées
principalement d’herbes annuelles se caractérisant par la présence d’une flore ligneuse, en
individus isolés et qui forment parfois des bosquets aérés, plus rarement des halliers
difficilement pénétrables (Forêts de Mouddi, de Gani etc.).
C’est ici le domaine des Commiphora (Adress), celui de l’introgression des différents Acacia,
de l’épanouissement des Combrétacées et où se retrouvent, à l’état rélictuel, des espèces
appartenant à des genres soudaniens comme Ceiba, Terminalia, Anogeisus et Ptérocarpus.
Les principales unités hydrogéologiques
o le bassin côtier, sédimentaire sénégalo-mauritanien, renfermant d’importants
potentiels d’eau (grandes nappes continues du Trarza et de Taoudenni, nappes
de la vallée du fleuve) ;
o l’arc des Mauritanides à aquifère discontinu caractérisé par des conditions
hydrogéologiques défavorables ;
o la dorsale de R’Gueibatt à aquifère discontinu ;
o le bassin de Taoudenni qui renferme des aquifères discontinus et continus.
Répartition des eaux souterraines (PEP, 2013)
Les ressources en eau de surface renouvelables totales sont estimées à 11,1 km³/an dont 0,1
km³/anest généré à l’intérieur du pays. Elles sont représentées par le fleuve Sénégal et ses
35
affluents(Karakoro, Gorgol), les points humides localisés dans les parties Sud et Sud-est du
pays avec plus de300 lacs (Aleg, Mâle, R’Kiz) et de mares pérennes (Mahmouda, Kankossa,
Tamourt En Naaj, Goorgolnoir à FoumGleita, Gouraye). A ceci s’ajoutent la capacité totale
des barrages et digues (405 d’aprèsMEDD, 2010) de 0,9 km³, dont 0,5 km³ pour le barrage
FoumGleita.
La vallée du fleuve Sénégal
La zone du fleuve, est celle où l’eau et la végétation constituent des ressources favorables aux
développements des activités agro- sylvo- pastorales. Avec 22000 Km2, soit 2 % de la
superficie totale du pays. Les principales ressources forestières du pays en cours de
destruction accélérée sous l’effet conjugué de la sécheresse, des défrichements et de la
carbonisation. C’est une zone caractérisée par la monotonie de son couvert végétal fermé et
comprenant essentiellement une strate herbacée dense d’où émergent de beaux arbres
annonçant le domaine soudanien à dominance de Combretacées.
Dans sa partie orientale se trouve encore une brousse à Combrétacées ou dominent des genres
comme Combretum, Guiera et Bauhinia. La strate herbacée est essentiellement composée de
Chloris prieuriiKunth. et Schoenfeldia gracilis Kunth.
Dans sa partie occidentale où l’influence du littoral est très remarquable une végétation
variée se rencontre sur les dunes; certaines espèces comme Commiphoraafricana,
Adansoniadigitata, Celtisintegrifolia, Ficus gnaphalocarpa, Opuntia sp. s’intègrent dans une
végétation littorale,
caractérisée par la dominance de Nitrariaretusa et
Euphorbiabalsamifera.
La majeure partie de la vallée du fleuve Sénégal a été défrichée pendant des siècles par
l’homme à des fins agricoles et pastorales, la sécheresse ayant accéléré le processus de
déboisement, laissant des terres boisées sévèrement dégradées et de vastes superficies de
steppes arbustives et arborées composées essentiellement d’A. nilotica (L.) Willd.,d'A.sayal
Del. et de Balanites aegyptiaca (L.) Del. pour la strate arborée.
Le littoral
Marqué par les Alizés maritimes, le littoral présente les principaux caractères climatiques
suivants : humidité constante, fraîcheur et faibles écarts de température, mais il doit aux lignes
de grains, nées dans la mousson, qui l'atteignent dans sa partie méridionale à la fin de leur
parcours, des précipitations estivales au sud de Nouakchott ; sa partie septentrionale bénéficie
de faibles précipitations liées à la montée du front méditerranéen en automne.
Dans toute cette région de faible altitude, l’uniformité du peuplement végétal domine très
largement. Elle se caractérise par une végétation halophile, dominée par des plantes
buissonnantes : Tamarix sp. et Nitrariaretusa (Forsk.)Asch.; mais également au niveau des
dunes littorales se trouvent Euphorbiabalsanifera Ait. et Salvadorapersica L. Dans le delta on
peut encore remarquer la présence d’un peuplement de palétuviers représentant l’écosystème
littoral adapté à l’eau saumâtre. La mangrove d’Avicennianitida, se situe à Birette (Keur-
36
Macène) dans la région du Trarza dans le delta Mauritanien à l’embouchure du N’thiallakh et
au confluent du Bell et du Ndioul.
Les sols
En dehors de quelques massifs montagneux d’une altitude comprise entre 400 et 800 mètres,
le relief est constitué de plaines alluviales et d’alignements de cordons dunaires. La
combinaison lithographie – géomorphologie – climatologie permet le développement des
grands types de sols suivants :
 les sols minéraux bruts, jeunes, squelettiques, peu différenciés développés sur ergs et
roches couvrant environ 80 % du pays (APE/MEDD, 2010) ;
 les sols iso-humiques (latosols, sols latéritiques et bruns) des zones semi-arides ;
 les sols alluviaux, en général hydro-morphes, situés principalement dans le Sud au
niveau de la vallée du fleuve Sénégal (région du R’Kiz) propices aux cultures de mil et
de riz ;
 les sols halomorphes localisés le long du littoral et dans les cuvettes endoréiques et
impropres aux cultures vivrières.
A l’exception de la plaine alluviale du fleuve Sénégal au Sud, le reste du pays est constitué
d’alignement dunaires qui lorsqu’il pleut, se couvrent de pâturages et où se pratiquent les
cultures pluviales. En Mauritanie, les terres et les sols cultivables représentent moins de 1 %
de la superficie (FAO, 2009).
La superficie de l’ensemble des terres arables est de 502.000 ha mais l’utilisation du sol
arable annuellement s’élève à moins de la moitié (entre 50.000 et 220.000 ha).
La dégradation des sols est importante. Elle est liée aux érosions éolienne, hydrique et à la
pression humaine. Environ 220.000 ha, soit environ 20 % des espaces agricoles et boisés
utilisés par l’homme ont été dégradés ; les terres agricoles des zones arides et des régions
boisées étant les plus gravement touchées (APE/MEDD, 2010). Par ailleurs, il existe des cas
de salinisation des sols au niveau du delta du fleuve Sénégal suite à la mise en place du
barrage de Diama.
De plus, le cordon dunaire du littoral connait une dégradation et une déstabilisation
importante suite à l’exploitation anarchique du sable utilisé pour la préparation du ciment.
Parallèlement, la Mauritanie subit une désertification sévère depuis quelques décennies. Entre
1974 et 2004, 150.000 km², soit 15 % de son territoire national se sont transformés en zone
désertique (MEDD, 2012).
Le coût annuel de la dégradation de l’environnement pour les ressources en sol est estimé à
5% du PIB (APE/MEDD, 2010). Ce coût est essentiellement lié à la dégradation physique et
chimique inhérente aux mauvaises pratiques agricoles et aux inefficiences.
37
3.2.3 Activités socio-économiques :

Activités pastorales
La production animale reste très importante dans l'économie globale de la Mauritanie puisque la
valeur ajoutée du sous–secteur, en prenant en compte les filières de transformation/distribution a
été évaluée à près de 80 milliards d’UM. L’élevage représente environ 10 % du PIB national et
80% du PIB issu des activités du secteur primaire. La Mauritanie dispose d’un cheptel important
(tableau 1).
Evolution du cheptel (BAD, 2012)
2006-07
2007-08
2008-09
2009-10
2010-11
Bovin
1 397 000
1 421 000
1 699 000
1 723 000
1 747 000
Ovin / Caprins
18 007 000
18 907 000
13 403 000
14 073 000
14 777 000
Camelins
1 370 000
1 380 000
1 181 000
1 190 000
1 202 000
Le cheptel se réparti selon trois zones écologiques avec :
o au Sud-est (les deux Hodhs et Assaba) accueillant environ 64% du cheptel bovin,
49% desovins et caprins et 40% du cheptel camelin ;
o au Sud-ouest (Guidimakha, Gorgol, Brakna et Trarza) comprenant environ 37%
du cheptelbovin, 44% du cheptel ovin et caprin et 22% du cheptel camelin ;
o au Nord du pays (Tagant, Adrar, InchiriTiris Zemmour) qui constitue la zone
d'élevage lamoins importante avec des taux estimés à 3% des bovins, 7% des
ovins et caprins et 38% ducheptel camelin
o Une bande littorale de 50 km de large de Nouadhibou au bas delta du fleuve.
L’élevage se pratique selon trois systèmes de production avec :
o le système d’élevage extensif prédominant dans le pays sauf au niveau du fleuve ;
o le système d’élevage sédentaire, quelquefois semi-intensif dans la vallée du fleuve
;
o le système d’élevage périurbain spécialisé dans la production de lait.
L’élevage de type extensif présente une bonne mobilité et se caractérise par l’utilisation optimale
desressources naturelles. La production de viande rouge de l’ordre de 74 milliers de tonne
estsatisfaisante et couvre les besoins des populations. A l’inverse, la production annuelle de lait
necouvre qu’en partie les besoins de la population puisque la consommation nationale globale de
lait(évaluée à 0,9 litre/hab./jour) puisque au moins 79.000 tonnes de produits lactés ont été
importés viale port de Nouakchott (ONS, 2012).
Malgré un important potentiel sylvo-pastoral en Mauritanie, estimé à près de 14.000.000 ha
(FAO, 2002), la difficulté d’accès à ces zones pastorales et l’inégale répartition du cheptel
38
entraînent un surpâturage intense et rendent d’autant plus forte la dépendance du cheptel aux
ressources fourragères. Par conséquent, le pays se voit dans l’obligation d’importer de grandes
quantités d’aliments pour bétail des pays voisins.
L’appui à ce secteur se limite à quelques actions sanitaires, à l’octroi de subventions pour la
créationd’organisations communautaires pastorales, dont la principale semble être le Groupement
National des Associations Coopératives Agro-Sylvo-Pastorales (GNACASP), à l’amélioration
génétique desvaches laitières des régions du Trarza (SO) ; Brakna et Gorgo (SE), à l’ouverture
d’un centre d’insémination artificiel à Idini (localité proche de Nouakchott). Par ailleurs, deux
autres centres sontprogrammés près du lac Kankoussa (Sud) et de la mare de Mahmouda (SE)
ainsi que des essaispilote de cultures fourragères.
Le développement de l’élevage est en adéquation avec la biomasse végétale disponible des
parcoursnaturels. En cas de mauvaise année pluviométrique, le cheptel utilise le pâturage des
ligneuxprovenant essentiellement des forêts et autres terres boisées. Pour l’année 2000, le déficit
fourrager aété estimé à la production d’environ 7.000.000 ha de parcours avec une pluviométrie
de 265 mm/an.
La gestion des parcours dépend du maillage des points d’eau et donc d’une hydraulique
pastoraleoptimale. Dans le Sud, près des points d’eau pérennes (fleuve, lacs et mares), il apparait
destensions, notamment avec les agriculteurs, pour l’accès à l’eau de surface. Au Nord, le
surpâturageest important suite aux sécheresses récurrentes et à la progression des dunes. Par
ailleurs, entre 300.000 et 900.00 ha de parcours peuvent être détruits par les feux.
Au sein des villes, il n’y a pas de gestion des déchets et des pollutions liées à l’élevage.
Lesnuisances environnementales imputées à l’élevage proviennent des abattoirs avec :
o des déchets solides (plus de 1000 t/an de résidus de panses) ;
o des effluents liquides (plus de 4.000 m³/an).
Les abattoirs et les aires d’abattage des villes de Nouakchott, Nouadhibou, Rosso et
Alegfonctionnent sans règles de respect de l’environnement. Ceux de Sélibaby et Kiffa
connaissent quantà eux des problèmes de fonctionnement qui semble exclure une préoccupation
de cet ordre.
Par ailleurs, le changement climatique risque d’affecter lourdement les éleveurs pastoraux du fait de la
forte dépendance du mode d’élevage adopté des conditions climatiques. Ce changement climatique
affecte aussi la santé animale et donc aussi humaine. La surveillance, la prévention et le contrôle
efficaces des zoonoses sont indispensables. Toutefois, elles requièrent les moyens, une meilleure
coordination entre éleveurs et agences de contrôle des maladies animales, ainsi qu’une proximité des
services sanitaires publics. Les groupes pauvres, donc vulnérables, qui sont majoritaires en milieu
rural, seront naturellement les plus affectés.
Une étude réalisée par le PNUD en 2009 (APE, 2009) sur l’évaluation économique des coûts et
bénéfices de la dégradation de l’environnement liés au secteur de l’élevage indique que le cheptel
mauritanien est un important consommateur de ressources hydriques, avec une consommation
39
annuelle estimée à 34.000.000 m3/an, soit 4.3% de la consommation d’eau totale du pays. Dans un
pays où les ressources en eau sont rares et inégalement réparties sur le territoire, l’élevage peut être en
conflit direct pour sa consommation avec les activités d’autres secteurs également consommateurs
d’eau, telle que l’agriculture.

Activités agricoles
La Mauritanie fait face à une insécurité alimentaire et nutritionnelle structurelle et récurrente.
L’enquête de sécurité alimentaire des ménages (PAM, 2013) a montré que le taux d’insécurité
alimentaire des ménages au niveau national reste élevé. En janvier 2013, 560 000 personnes (contre
428.000 en 2011), dont près de 340 000 en milieu rural, souffraient d’insécurité alimentaire. Le
potentiel et les moyens de production limités ne permettent pas d’atteindre les objectifs
d’autosuffisance alimentaire.
Au plan national, le déficit céréalier est lui aussi structurel : la production du pays n’assure pas
l’ensemble des besoins alimentaires, ne couvrant que moins de 30% pour les meilleures années. 70 %
de ces besoins sont donc couverts principalement par les importations commerciales (internationales et
transfrontalières), mais également par l’aide internationale. L’extrême vulnérabilité des populations
mauritaniennes ne peut plus être traitée seulement par des logiques d’urgence, notamment à travers les
distributions alimentaires.
L’analyse de l’évolution de la pauvreté montre que celle-ci demeure profondément ancrée dans le
milieu rural. En 2008, le milieu rural contribuait à hauteur de 77,7% (2,9 points de plus qu’en 2004) à
la pauvreté nationale et près de 60 % des ruraux (hausse de 0,4 point par rapport à 2004) vivaient en
deçà du seuil de pauvreté, alors que ce taux n’était que de 20,8% pour les urbains.
Pourtant le pays, malgré une majeure partie désertique, dispose de potentialités agricoles suffisantes,
évaluées à 502 000 ha de terres cultivables. Une grande part de ce potentiel (70%) est constitué de
terres exploitables en système de production traditionnel (Diéri, Bas-fonds et Walo) qui dépendent
fortement de la pluviométrie, de l’écoulement hydrique et donc de la qualité des infrastructures
soumise aux aléas climatiques particulièrement l’agriculture pluviale. Sur la période 1983-2012, les
mises en valeur dans ce système ont varié entre un minimum de 30.000 ha (1983) et un maximum de
264.000 ha (2011). Les performances réalisées en 2012 et en 2013 ont permis de réaliser une forte
baisse des prix des céréales (environ 16%, GIEWS/FAO, 2014) au niveau du marché de Nouakchott.
Evolution des productions agricoles
40
Productions agricoles (Tonnes)
350,000
300,000
250,000
200,000
150,000
100,000
50,000
-
Le système bioclimatique mauritanien est caractérisé par une diversité de systèmes agricoles à travers
une zone aride, une zone sahélienne, une zone maritime et une zone de vallée du fleuve Sénégal. Ces
zones offrent des potentialités intéressantes de développement des productions végétales sous
conditions pluviales, oasiennes et irriguées. Cependant, les activités agricoles, notamment dans la zone
pluviale, demeurent vulnérables et fortement dépendantes des aléas climatiques. Le système de culture
irriguée, malgré l’importance de ses potentialités, ne répond pas encore significativement aux attentes
des populations et des terres restent inexploitées dans une proportion importante.
Pour son approvisionnement en produits alimentaires de base, le pays reste fortement dépendant des
importations de céréales et des aléas climatiques. Cette dépendance le rend fragile aux chocs liés aux
variations des prix des denrées alimentaires sur le marché international. Les prix sont en augmentation
continue depuis plus de dix ans. Dans ce contexte, la question de la sécurité alimentaire devient un
enjeu stratégique prioritaire et un important facteur de stabilité sociale, politique et budgétaire.
Les principaux enjeux environnementaux dans le secteur de l’agriculture semblent se situer
aujourd’hui autour de la culture irriguée. Le développement de l’agriculture irriguée aurait en effet
aggravé les pressions sur l’environnement. Les aménagements hydro-agricoles réalisés à moindre coût
et sans respect de normes techniques minimales d’aménagement, d’exploitation et d’entretien
(mauvais planage, absence de drainage, gestion inadéquate de l’eau, utilisation accrue d’engrais et de
produits phytosanitaires) ont favorisé la dégradation biologique et chimique des sols (engorgement des
sols, salinité et alcalinisation, perte de fertilité, développement des mauvaises herbes) et la
contamination des eaux et des sols par les pesticides.
Dans une étude réalisée par l’initiative pauvreté et environnement (PNUD-PNUE) en 2008 et 2009, le
coût annuel de la dégradation de l’environnement dans le secteur de l’agriculture a été évalué à près de
5% du PIB (soit à l’époque près de 25 milliards d’ouguiyas). Ce coût est essentiellement imputable à
la dégradation des sols et aux inefficiences liées aux pratiques agricoles.
41
IV.
4.1
CADRE POLITIQUE, JURIDIQUE ET INSTITUTIONNEL
Cadre politique
4..1.1 Politiques environnementales

La stratégie nationale de développement durable, SNDD
La stratégie nationale de développement durable, dans la lignée de l’esprit développé et mis en
place lors des différents sommets des nations unies, établit un consensus autour du développement
à long terme dans le pays à travers l’intégration dans une même approche des dimensions sociales,
économique et environnementales. Elle place l’être humain au centre de la décision, avec comme
priorité la satisfaction des besoins des groupes les plus pauvres et les plus marginalisés.
La stratégie nationale de développement durable a été très rapidement et au niveau de sa
conception intégrée dans le cadre nationale stratégique de lutte contre la pauvreté et associée à un
plan d’action national pour l’environnement qui doit constituer l’une de ses principales
illustrations concrètes.
D’une manière générale, la stratégie nationale de développement durable vise à fournir avant tout
un cadre conceptuel global et cohérent. Elle se concentre à la fois sur la logique globale du
développement durable, sur la mise en exergue des enjeux au niveau national et de la nature de
leurs interdépendances et sur la nécessité d’articuler de façon cohérente cet objectif avec le cadre
stratégique de lutte contre la pauvreté. Cette stratégie cible également quelques axes stratégiques
prioritaires susceptibles de servir à la fois d’exemples et de critères de l’intégration de
l’environnement dans les stratégies sectorielles.
Concernant l’échelle temporelle, la stratégie nationale de développement durable représente une
vision de 10 ans et se retrouve par conséquent calée sur l’horizon 2015 qui est celui visé par le
cadre stratégique de lutte contre la pauvreté ainsi que les objectifs du millénaire des Nations
Unies. La stratégie nationale de développement se fixe cinq axes stratégiques qui se déclinent en
objectifs et en sous objectifs ou bien en domaines d’intervention.
Le premier axe stratégique, retenu comme le plus important est celui relatif au renforcement des
capacités institutionnelles et de la gouvernance d’une manière générale de l’ensemble des
intervenants agissant dans le domaine du développement durable. Un ensemble d’outils et de
mécanismes sont proposés dans ce sens.
Le deuxième axe stratégique considéré comme condition nécessaire à la mise en place d’un
développement durable est celui qui vise à favoriser un accès durable aux différents services de
base, comme particulièrement l’eau, l’énergie et le développement urbain. Ce dernier doit être
harmonieux et respectueux des exigences humaines.
Le troisième axe concerne la gestion des ressources naturelles dans une vision de pérennité et de
préservation.
42
Le quatrième axe stratégique est relatif au respect des engagements de la Mauritanie en matière
de gestion environnementale aussi bien sur le plan local que global, pris dans le cadre des
différentes conventions internationales. Il vise aussi à contribuer à la promotion du
développement durable et au renforcement du partenariat de la Mauritanie avec l’ensemble de la
communauté internationale.
Le cinquième et dernier axe stratégique a trait à la mobilisation des ressources financières
nécessaires à la mise en œuvre de la stratégie nationale de développement durable. Un effort,
d’ouverture et d’innovation est nécessaire à ce niveau.
La mise en œuvre du plan d’actions national pour l’environnement, issu de cette SNDD, a permis
d’identifier des problématiques environnementales majeures autour desquelles se structure la
politique de gouvernance. Ces thématiques et les enjeux qui leur sont liés sont présentés dans le
tableau 2 ci-dessous.
Thématiques
prioritaires
Problématiques et enjeux à surmonter
Potentiel des ressources en eau non connu
Tarissement des eaux de surface
Accès limité à l’eau potable
Eau
Développement des maladies liées à l’insalubrité et la qualité de l’eau
Utilisation irrationnelle de la ressource (agriculture et élevage) et surexploitation des nappes
phréatiques en zones oasiennes
Risques de surexploitation des nappes par les industries minières
Développement de la Jacinthe d’eau (Typha)
Réseaux d’assainissement collectifs inexistants
Assainissement
liquide
Assainissement autonome individuel (insalubrité et risques sanitaires)
Eaux usées non traitées/ risques de contamination des nappes phréatiques
Eaux usées et boues, mal épurées, réutilisées dans le maraîchage présentent des risques sanitaires
Production croissante de déchets solides non recyclé / absence de tri
Assainissement
solide
Déchets dangereux non traités (risques pour la santé)
Collecte non généralisée (limitée à Nouakchott)
Prolifération de décharges non contrôlées (risques pour la santé)
Forte pression sur les ressources pastorales/dégradation des parcours naturels
Feux de brousse
Forêts et parcours
Destruction des forêts pour les besoins en énergie domestique
Ressources ligneuses mal connues
43
Fixation moindre du carbone
Ensablement des points d’eau et infrastructures socio-économiques
Désertification et
terres agricoles
Erosions éolienne et hydrique / Dégradation des sols
Ressources halieutiques insuffisamment connues
Pêche
Surexploitation de certaines espèces à forte valeur marchande (stocks en diminution) et sous
exploitation d’autres espèces
Faible taux d’accès à l’électricité pour le secteur domestique (19% au niveau national) et
particulièrement en milieu rural (1%)
Energie
Utilisation irrationnelle de l’énergie
Important potentiel éolien et solaire non valorisé
Destruction des habitats naturels (zones humides marines et continentales)
Perte de la diversité biologique / Braconnage
Biodiversité
Zones humides continentales (ZHC) dégradées (320.000 ha)
Développement non concerté de la zone côtière / Erosion côtière et cordon dunaire fragilisé
Littoral
Les problèmes environnementaux liés aux secteurs des mines et du pétrole.
Risques de pollutions marines liées aux activités industrielles en zones portuaires, au transport
maritime, et à l’exploitation pétrolière (offshore).
Pollution
Pollution atmosphérique / Pollutions des eaux par les produits chimiques
Principales problématiques environnementales
Le tableau3 résume les principales catastrophes naturelles qui surviennent de manière plus ou
moins régulière en Mauritanie tout en apportant des indications sur les modes de leurs
manifestations ainsi que sur leurs principales conséquences.
CATASTROPHES
MANIFESTATIONS

La Mauritanie est confrontée depuis la
grande sécheresse de 1968-73, à une
succession de sécheresses et à une
désertification implacable.

Inondations dues aux crues du Fleuve,
notamment avant la régularisation actuelle
du cours ;
Inondations dues aux eaux de pluie ;
Inondations marines en bord du littoral
Il y a assez régulièrement des infestations
de criquets pèlerins, avec une périodicité
variée ;
Des sautereaux envahissent certaines
années toutes les plantes ;
Les cultures, notamment dans la moyenne
vallée du Fleuve sont, quasiment toute
Sécheresse
Inondations



Invasions
acridiennes
aviaires
et


CONSÉQUENCES
 Dégradation continue des sols ;
 Dégradation importante du couvert végétal ;
 Migrations importantes des populations, entraînant une
urbanisation galopante et une sédentarisation des
nomades ;
 Insécurité alimentaire, malnutrition et menace de famine
 Epuisement des ressources hydriques.
 Pertes en vies humaines ;
 Destruction des infrastructures ;
 Pertes d’animaux d’élevage ;
 Développement d’épidémies (maladies diarrhéiques en
particulier) ;
 Destruction du couvert végétal et accentuation de la
désertification ;
 Destruction des récoltes dans les rares zones
productrices ;
 Accentuation de l’insécurité alimentaire ;
 Risque de pollution et d’intoxication des personnes dû à
l’épandage des pesticides utilisés dans la lutte contre les
44
Rupture
du
cordon dunaire
Feux de brousse
et incendies
Perturbations
climatiques
spéciales





l’année, la proie d’oiseaux granivores,
compromettant ainsi des récoltes déjà très
faibles.
Ce risque plane sur toutes les populations
établies le long de la cote, notamment
celles de Nouakchott, c’est-à-dire plus du
tiers de la population totale du pays
Les feux de brousse se développent surtout
dans la zone agro-pastorale. Ils sont
souvent d’origine humaine (cultures sur
brûlis).
Des vagues de froid occasionnelles
accompagnées
de pluies hivernales,
(janvier 2002).
Des tempêtes de sable ;
Des séquences de canicule
criquets
 Inondations ;
 Destruction des infrastructures et des habitations ;
 Mouvements de populations.








Perte en vies humaines ;
Perte d’animaux d’élevage ;
Dégradation des sols ;
Dégradation de la biomasse ;
Pollution de l’atmosphère
Pertes en vies humaines ;
Perte d’animaux domestiques ;
Destruction des infrastructures et particulièrement des
routes
 Maladies pulmonaires ;
 Déshydratation ;
 Choc s thermiques
Synthèse des principales catastrophes naturelles

Le plan d’action national pour l’environnement (PANE 2)
Le PANE 2, approuvé en avril 2012 s’articule autour de 8 axes thématiques et de 7 axes
transversaux :
Les axes Thématiques
I : Lutte Contre la Désertification / Gestion Durable des Ressources Naturelles.
II : Conservation, Restauration et Gestion durable de la Biodiversité.
III: Lutte contre les effets du Changement Climatique.
IV : Gestion du Littoral.
V: Filière Bois Energie.
VI: Espaces Urbains et Industriels.
VII: Gestion des produits chimiques et des déchets.
VIII: Pollutions et Risques de catastrophes.
Les axes Transversaux
IX: Suivi Évaluation et mécanismes de gestion.
X: IEC (Information Education et Communication) + SIE (Système d’Information
Environnemental)
XI: Evaluations environnementales.
XII: Cadre légal.
XIII: Normalisation et cadre normatif.
XIV: Réforme institutionnelle.
XV: Mobilisation des financements.
4.2.1 Politique d’aménagement du territoire
Cette politique est définie à travers la Loi d’orientation N°201/001 du 7 janvier 2010 sur
l’Aménagement du Territoire. Elle précise les principes et choix stratégiques d’aménagement
45
du territoire en Mauritanie, énonce les orientations majeures de la politique d’aménagement
du territoire, et définit les outils et les structures d’aménagement du territoire.
4.2.2 Politiques sociales
La Mauritanie fait de la lutte contre la pauvreté une priorité nationale. Elle a ainsi mis en
place en 2001, et à travers une loi adoptée solennellement au Parlement, un Cadre Stratégique
de Lutte contre la Pauvreté (CSLP), structuré autour de quatre axes majeurs: (i) l’accélération
de la croissance et le maintien de la stabilité macro-économique, (ii) l’ancrage de la
croissance dans la sphère économique des pauvres, (iii) le développement des ressources
humaines et l’expansion des services de base, et (iv) l’amélioration de la gouvernance et le
renforcement des capacités.
Le CSLP définit les grandes orientations et s’appuie sur des stratégies sectorielles
interdépendantes, décentralisées et intégrant l'ensemble des acteurs de l'économie nationale
qui visent à assurer une croissance économique soutenue et partagée, à même de réduire
l’incidence de la pauvreté de moitié d’ici 2015. Le CSLP 3 (2011-2015) se distingue par la
priorité donnée à la réduction de la pauvreté, à l’appropriation du processus par les institutions
nationales, à l’intérêt pour les questions environnementales et à la participation de la société
civile. La vision stratégique du développement est centrée sur l’objectif de réduction de la
pauvreté, ancrée dans le long terme, et mise en œuvre selon des principes de bonne
gouvernance.
Selon les résultats de l’EPCV de 2008, le taux de pauvreté s’élève à 42 % contre 46.7 % en
2004 et 56.6 % en 1990, soit une réduction de 0.7 point par an sur la première période contre
1.2 point en moyenne sur la période 2004-08. Cette baisse rapide s’est maintenue sous le
double effet d’une amélioration de la croissance (3 % en moyenne sur la période 2004-08 et 5
% en moyenne sur les trois dernières années) et de son ancrage dans la sphère des pauvres.
Les actions menées depuis 2008 dans le cadre du CSLP ont sans doute contribué à réduire la
pauvreté. Il faudra attendre les résultats du prochain EPCV pour confirmer cette hypothèse.
En vue de renforcer le ciblage et la décentralisation des programmes de lutte contre la
pauvreté, des Programmes Régionaux de Lutte contre la Pauvreté ont été mis en place dans 9
wilayas du pays. Selon la loi d’orientation en matière de lutte contre la pauvreté, ces PRLP
constituent le cadre de détermination des objectifs régionaux de réduction de la pauvreté et
d’amélioration des conditions de vie des populations. Ils assurent la mise en cohérence des
stratégies et programmes de développement régional et fixent les actions prioritaires pour la
région.
La protection de l’environnement et le développement durable apparaissent de plus en plus
comme une voie incontournable dans le processus de lutte contre la pauvreté. C’est pour cela
46
que cette 3ème génération de CSLP (2011-2015) a traduit cette nouvelle orientation en
intégrant l’environnement au niveau de deux axes stratégiques sur quatre : axe 2 et axe 4.
4.1.4 Politique de développement du pastoralisme
La stratégie de développement du secteur rural (SDSR, 2013-2025) est le document principal
d’orientation politique des secteurs de l’agriculture et de l’élevage en Mauritanie. Son
élaboration découle des enseignements tirés de la mise en œuvre du cadre stratégique de lutte
contre la pauvreté (CSLP). Le CSLP III (2011-2015) s’est fixé pour objectif majeur de lutter
contre l’insécurité alimentaire et la vulnérabilité de la croissance économique face aux chocs
extérieurs. Le CSLP promeut la diversification du système productif et ambitionne de traduire
les engagements politiques du Gouvernement par des réformes à impacts rapides sur les
dysfonctionnements des institutions publiques et sur le manque de compétitivité du secteur
privé.
Il faut espérer que cette nouvelle SDSR sera effectivement mise en œuvre et échapper ainsi
au sort des anciennes stratégies et politiques de développement du secteur, élaborées depuis
1998 et jamais mises en œuvre. Pour éviter un tel écueil et rendre opérationnelle la SDSR, le
gouvernement a mis en place un Programme National de Développement de l’Elevage et de
l’Agriculture (PNDEA).
La SDSR s’articule, pour le secteur de l’agriculture, autour des axes stratégiques suivants :









L’amélioration de l’environnement juridique et institutionnel
Le développement de l’approche filières ;
La dynamisation de la recherche agricole ;
La formation professionnelle et l’emploi ;
Le développement du conseil de gestion aux exploitations agricoles ;
La gestion rationnelle et participative des ressources naturelles pour un développement
durable des filières végétales
Le développement des infrastructures (aménagement et enclavement des zones de
production) ;
La promotion du mécanisme de crédit ;
L’appui à la commercialisation dans les filières agricoles.
La SDSR affiche clairement son ambition d’intégrer la dimension environnementale dans le
processus d’élaboration de la SDSR dans le but de garantir une gestion optimale des
ressources et d’assurer un développement durable du secteur de l’agriculture.
47
4.2
Cadre institutionnel de gestion environnemental et social du projet
4.2.1 Les institutions en charge de l’environnement et des ressources naturelles
Le Ministère chargé de l’Environnement et du Développement Durable (MEDD) est la principale
institution en charge de l’environnement et des ressources naturelles. Il a pour mission générale de
concevoir et de mettre en œuvre avec les différents acteurs concernés la politique du
Gouvernement dans le domaine de l’Environnement et la gestion des ressources naturelles. Il
veille à l’intégration des impératifs de l’environnement dans les différents processus de
développement socioéconomique du pays. Le MEDD est constitué de cinq directions centrales à
caractère techniques ; elles œuvrent à la mise en œuvre et la concrétisation des objectifs et des
prérogatives du Ministère, leurs missions principales se présentent dans le tableau suivant :
Directions
Principales Missions


Direction
de
la
Programmation, de la
Coordination
et
de
l’Information
Environnementale









Direction du Contrôle
environnementale



Direction des Pollutions
et
des
Urgences
Environnementales

assurer la cohérence de la programmation des activités envisagées par
l’ensemble des structures du Département et sa mise en forme ainsi que sa
publication ;
assurer, en coordination avec les structures homologues des autres départements
ministériels, une programmation et une intégration des dimensions du
développement Durable et de la problématique de l’environnement dans les
politiques sectorielles,
accompagner l’élaboration des documents de politiques de référence, ainsi que
les outils de planification thématiques à l’intérieur du Département ou ceux
sectoriels concernés par la mise en œuvre des activités environnementales ;
sensibiliser l’ensemble des acteurs concernés sur les problématiques
environnementales et sur les notions de développement Durable.
faire connaître les contenus et diffuser les documents de politique
environnementale de référence ;
développer et vulgariser les notions de développent Durable et les notions
d’éducation environnementale à l’échelle la plus transversale ;
Collecter, produire, exploiter et diffuser l’information environnementale
concevoir et mettre en œuvre un mécanisme de suivi évaluation des différentes
planifications environnementales.
émettre les directives et les guides organisant les différentes étapes nécessaires à
l’aboutissement des Etudes d’Impact sur l’Environnement ;
s’assurer de l’application effective des mesures d’atténuation et autres,
inscrites dans les EIE et notamment dans les Plans de Gestion
Environnementale ;
exercer un rôle de surveillance et de police environnementale dans les
conditions qui seront fixées par arrêté du Ministre ;
évaluer, en étroite collaboration avec les structures techniques concernées,
la recevabilité de l’étude d’impact sur l’environnement, sur la base de sa
consistance technique ;
suivre les opérations de remise en état des sites conformément aux Plans de
remise en état annexés aux Etudes d’Impact sur l’Environnement de
certains projets.
donner au Ministre pour décision à prendre un avis sur la proposition de
projet, en étroite collaboration avec les structures concernées du
Département.
élaborer, coordonner la mise en œuvre des stratégies nationales destinées à
la prévention et à la lutte contre les pollutions chimiques, biologiques,
radioactives, sonores ; et les nuisances ainsi que les risques naturels et/ou
liés à l'activité humaine ;
48









La Direction des Aires
Protégées et du Littoral







La Direction de la
Protection de la Nature





coordonner l’élaboration et la mise en œuvre d’un Plan d’Urgences
Environnementales ;
promouvoir et appuyer des politiques locales de gestion durable des déchets
en partenariat avec les collectivités territoriales ;
contrôler les opérations de traitement des déchets concernant notamment le
recyclage, la valorisation, l’incinération et l’enfouissement;
Inciter les entreprises locales à prendre en compte l'environnement dans
leur stratégie industrielle et commerciale et encourager le développement
des techniques propres et des produits à haute qualité écologique ;
participer à la gestion de produits dangereux, périmés ou obsolètes et suivre
leur destruction en tant que de besoin ;
procéder à des analyses de la qualité de l’environnement ;
promouvoir la certification et la labellisation écologique des produits.
concevoir la politique nationale en matière de conservation des aires protégées et
du littoral et des zones humides et concrétiser les impératifs de la durabilité du
développement dans cette politique ;
développer le réseau des aires protégées dans une optique de développement
durable ;
coordonner et animer les activités de conservation et d’aménagement des aires
protégées et favoriser la mise en place d’un réseau de partenaires scientifiques,
techniques, associatifs et institutionnels ;
favoriser la gestion intégrée et harmonieuse du littoral ;
mettre en œuvre les politiques nationales de protection et de gestion des
ressources du littoral;
assurer la préservation des espèces menacées d'extinction, y compris les espèces
migratrices itinérantes ou résidentes dans les aires protégées, le littoral et les
zones humides ;
assurer l’élaboration et la mise en œuvre de la politique du Département en
matière de protection de la faune et de la flore ;
suivre l’état des ressources naturelles forestières et fauniques, tant en
termes de régénération et de renouvellement qu’en termes d’exploitation
rationnelle et durable;
identifier et mettre en œuvre les mesures prioritaires ou urgentes pour
assurer la pérennité de l’ensemble des ressources naturelles ;
sauvegarder les paysages et les sites naturels de valeur écologique,
archéologique ou esthétique particulière ;
élaborer et exécuter des plans d’aménagement et de gestion des forêts ;
organiser les campagnes nationales de reboisement ;
élaborer et mettre en œuvre des plans locaux de lutte contre la
désertification.
élaborer et mettre en œuvre des plans de protection des pâturages et de lutte
contre les feux de brousse.
Pour le projet PRAPS, en matière d’Evaluation environnementale, la Direction du Contrôle
Environnemental est la plus concernée. Mais aussi deux autres directions sont étroitement liés par le
sujet et il s’agit notamment de la Direction de Protection de la Nature dont le directeur est d’ailleurs
point focal du PRAPS au ministère et aussi la Direction des Pollutions et des Urgences
environnementales.
4.2.2 Les institutions en charge du pastoralisme
Les institutions en charge du pastoralisme sont nombreuses et variées du point de vue de leur
statut, de leur objet et de leurs compétences. On y retrouve essentiellement des départements
ministériels, les collectivités territoriales et les organisations socioprofessionnelles du
pastoralisme. Les principales institutions du pastoralisme sont :
49
-
Le Ministère de l’Elevage ;
Le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable ;
Le Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement ;
Le Ministère des Finances ;
Le Ministère du Commerce, de l’Industrie, de l’Artisanat et du Tourisme ;
Les communes
Les organisations socioprofessionnelles du pastoralisme
Le cadre institutionnel du pastoralisme se caractérise notamment par :
i)
La pluralité des acteurs publics et privés impliquées dans le pastoralisme
(Ministères,
services
déconcentrés
et
décentralisées,
organisations
socioprofessionnelles, secteurs privés, etc.) ;
ii)
La confusion qui caractérise la répartition des missions entre les institutions
publiques particulièrement en matière de gestion de l’eau, des ressources
pastorales, des parcours, etc. ;
iii)
La marginalisation des organisations socioprofessionnelles et la société civile dont
les rôles dans la mise en œuvre du développement pastoral ne sont pas précisés.
4.2.3 Les acteurs nationaux d’exécution du PRAPS
Le PRAPS sera exécuté par l’Unité de Coordination du Projet, comme organe de coordination
planification et de supervision, amis aussi les partenaires techniques comme le département de
l’Environnement, le Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, le Ministère de l’Elevage et le
Ministère de l’agriculture. Les organisations socioprofessionnelles, les ONG, OCB, Associations, les
autorités locales, les collectivités locales, et les services décentralisés de l’Etat, les délégués régionaux
au niveau décentralisés.
Au niveau du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, en matière
environnementale, la Direction du Contrôle Environnemental (DCE) sera la plus sollicitée.
Au niveau du département d’Elevage, la Direction des Services Vétérinaires (DSV) sera la plus
impliquée dans la mise en œuvre du projet pour la composante1.
Pour les composantes 2 et 3 c’est la DDFA (Direction du Développement des Filières Animales).
Pour la composante4 c’est la DPCSE (Direction des Politiques Coordination et Suivi-Evaluation).
4.2.4 Les Collectivités locales de la zone du projet
Le Projet PRAPS couvrira Six zones écopastorales reparties sur Dix Wilayas (régions),
36 Moughataas (départements) et 179 Communes. Ces unités écopastorales sont définies
suivants l'importance des activités pastorales : effectif du cheptel animal, circuits de
50
transhumance saisonnières très fréquentés, points de passages transfrontaliers, ressources
fourragères importantes, points d'abreuvement et des zones de concentration des animaux en
saison sèche.
Au sein de chaque unité ecopastorales un nombre important d'itinéraires de transhumance
était identifié mais, seuls les itinéraires les plus fréquenté sont considérées.
Les Moughataas incluses dans les zones pastorales ne seront pas forcement couvertes
totalement par les activités du projet.
4.2.5 Les organisations pastorales
Il s’agit des organisations socioprofessionnelles dont le ressort territorial s’étend à toute
l’étendue du territoire national. Ces organisations sont présentes dans toutes les régions du
pays et exercent des activités de développement en rapport avec leur objet qui est général ou
spécifique. Elles sont généralement bien structurées et présentes pour défendre leurs intérêts
et faire entendre leur point de vue. Elles sont en contact permanent avec l’administration de
l’élevage et les partenaires du développement. Elles exécutent souvent des programmes et des
activités à leur initiative ou sur mandat des autorités, des partenaires du développement ou des
ONGs. Elles ont acquis au fil des années une expérience dans les domaines liés à l’élevage et
ont accumulé des connaissances considérables sur le secteur et le contexte dans lequel il
évolue. Les principales organisations socioprofessionnelles nationales sont :
i)
La Fédération Nationale des Eleveurs de Mauritanie (FNEM) est une
organisation socioprofessionnelle qui fédère de nombreuses organisations de base.
Elle a pour objet de contribuer au développement de l’élevage, à l’organisation des
éleveurs et à la défense de leurs intérêts. Par son emprise territoriale et le nombre
élevé de ses adhérents, elle peut contribuer à la mise en œuvre du programme dans
le domaine de l’animation du monde pastoral, la maîtrise d’ouvrage déléguée des
équipements, la formation et la sensibilisation des pasteurs.
ii)
Le Groupement National des Associations Agropastorales (GNAP) est une
coalition d’associations pastorales. Il est créé par les associations coopératives
pastorales mise en place par le Projet de Promotion de l’élevage. Par la suite le
GNAP s’est renforcé par l’adhésion d’autres organisations socioprofessionnelles
impliquées dans le développement agropastoral. Le GNAP est présent sur
l’ensemble du territoire national et s’implique activement dans la politique et le
développement du pastoralisme. Il est lié à l’Etat à travers les structures de projets
existantes par de nombreuses conventions de partenariat. Il peut jouer un rôle dans
la mise en œuvre du PRAPS à travers des conventions de partenariat et de maîtrise
d’ouvrage pour la réalisation des activités d’animation, de sensibilisation ainsi que
l’exécution et gestion d’équipements pastoraux.
iii)
La Fédération Nationale Corporative des Bouchers de Mauritanie (FNCBM)
est une organisation qui regroupe les bouchers de Mauritanie. Elle a pour objet
51
d’appuyer la production et la commercialisation locale et l’exportation de la viande
rouge et des produits de l’élevage. Elle représentée sur l’étendue du territoire
national. Elle peut jouer un rôle dans le cadre du PRAPS en particulier dans
l’organisation des marchés de l’élevage et la valorisation des sous-produits de
l’élevage.
iv)
La Fédération Nationale des Commerçants de Bétail (FNCB) est une
organisation qui regroupe les professionnels de la commercialisation du bétail sur
pied. Elle a pour objet la commercialisation du bétail dans les pays voisins de la
Mauritanie. Elle peut jouer un rôle dans le cadre du programme en participant dans
l’organisation des marchés et dans leur régulation.
v)
La Fédération des Agriculteurs et Eleveurs de Mauritanie (FAEM) est une
organisation fédérative qui regroupent des organisations socioprofessionnelles
spécialisées en agriculture et élevage. Elle a pour vocation d’exercer ses activités
sur l’ensemble du territoire national et de ce fait elle présente dans les régions du
pays. Elle peut contribuer à la mise en œuvre du projet dans le domaine de
l’animation, de la sensibilisation, de la gestion des parcours, de l’organisation des
marchés et le financement et de la gestion des équipements du pastoralisme.
4.2.6 Les autres acteurs nationaux et locaux
En plus des organisations nationales, il existe de très nombreuses organisations à l’échelon
régional, départemental, communal ou communautaire. Les principales organisations locales
sont :
i)
Les Associations de Gestion Participatives des Oasis (AGPO) : Mise en place
dans le cadre du projet Oasis pour accompagner le développement dans le contexte
oasien, les AGPO ont un statut d’association et exercent des missions de
développement intégré durable au niveau des zones oasiennes. Leurs missions sont
fixées par la loi relativement au développement oasien. Elles sont structurées en
unions régionales disposent de la pleine capacité juridique. Elles sont du point de
vue juridique, l’unique interlocuteur de l’Etat et des organismes publics dans la
zone oasienne.
Dans le domaine du développement du pastoralisme, les AGPO peuvent
statutairement participer à la mise en œuvre du programme à travers des
conventions de partenariat et des conventions de maîtrise d’ouvrage portant des
activités (travaux, services, etc.).
ii)
Les associations de développement communautaire (ADC) : Ces organismes
communautaires sont mis en place dans le cadre du Projet de Gestion des
Ressources Naturelles en zone Pluviale (PGRNP), puis consolidées par le Projet de
52
Développement Rural Communautaire (PDRC) qui est son prolongement. Ils sont
chargés de la mise en œuvre du développement local au niveau de leur emprise
territoriale. Ces organisations ont acquis une grande expérience dans la délégation
de maîtrise d’ouvrage des activités de développement grâce à l’approche du projet
qui était fondée sur le principe de l’implication des associations dans la mise en
œuvre du projet. Elles peuvent jouer un rôle important dans la mise en œuvre du
PRAPS particulièrement en matière de gestion des parcours et de l’hydraulique
pastorale.
iii)
Les Unions des Coopératives Agricoles : Les Unions des Coopératives Agricoles
ont été mises en place à l’initiative de l’Etat et plus particulièrement de la Société
Nationale pour le Développement Rural (SONADER). Leur but est de gérer les
périmètres collectifs et organiser et animer les agriculteurs au niveau de la zone
agricole.
Ces organisations sont liées à l’Etat par des contrats de délégation de gestion et
bénéficient de l’appui de l’Etat. Elles peuvent jouer un rôle dans le cadre du projet
et particulièrement de la gestion et surveillance des couloirs de passage et dans la
prévention et règlement des conflits entre agriculteurs et éleveurs.
iv)
L’Association des Usagers du Walo et ses comités villageois : Créés dans le
cadre du Projet d’Aménagement des Cultures de Décrue de Maghama,
l’association des Usagers du Walo regroupe de nombreux Comités Villageois dans
la zone de Maghama-décrue (27 villages). l’AUW est chargée notamment de
prévenir et de régler les conflits entre agriculteurs et éleveurs dans la zone de
Maghama qui attenante à une zone pastorale d’importance Nationale (El Atef).
Cette association peut être impliquée dans l’organisation du pastoralisme dans la
zone de décrue de Maghama et dans la zone d’El Atef. Elle peut jouer un rôle dans
la gestion des agriculteurs et des éleveurs.
v)
Les associations de gestion participatives des ressources naturelles :
Ces associations sont crées au niveau du Guidimagha et des deux hodhs dans le
cadre d’une approche de décentralisation de la gestion des ressources naturelles où
les communautés prennent en charge la gestion des ressources forestières dont sont
riveraines. Les associations sont chargées à cet effet d’exploiter les produits
forestiers non ligneux et d’assurer l’organisation des usages y compris l’usage
pastoral des espaces soumis à la délégation de gestion.
Ces organisations peuvent être associées à la mise en œuvre du PRAPS au niveau
de leur zone d’intervention. Le rôle qui peut leur être attribué peut être étendu à la
maîtrise d’ouvrage et la gestion des équipements du pastoralisme, le contrôle des
couloirs de transhumance, l’animation et la sensibilisation des éleveurs.
53
4.2.7 Acteurs impliqués dans la gestion des nuisibles, produits chimiques et vaccins dans le
secteur de l’élevage
Pour ce qui concerne de la gestion des nuisibles, produits chimiques et vaccins dans le secteur
de l’élevage, les partenaires techniques des départements de l’Environnement et du
Développement Durable et plus spécifiquement la Direction du Contrôle Environnemental
(DCE) et la Direction du Contrôle des Pollutions et des Urgences Environnementales sont les
plus concernées.
Pour le département de l’Elevage, deux directions sont les plus concernées, il s’agit de la DSV
(Directions des Services Vétérinaires), la CAIE (Centre d’Achat en Intrants d’Elevage).
4.3.
Evaluation des capacités de gestion environnementale et sociale des
acteurs
4.3.1 Les institutions en charge de l’environnement et des ressources naturelles
La Direction du Contrôle Environnemental (DCE) est chargée au sein du Ministère chargé de
l’Environnement et du Développement Durable, de la conduite et du suivi des procédures des
EIES et CGES qui concernent la présente étude. Cette direction dispose d’experts qualifiés en
évaluation environnementales et sociales, mais ne dispose pas de moyens matériels et
humains suffisants pour pouvoir effectuer efficacement sa mission de suivi environnemental.
Comme signalé, d’autres directions sont aussi être concernées par les activités du PRAPS : la
Direction des Aires Protégées, la Direction de la protection de la Nature, la Direction du
Contrôle des pollutions et des Urgences Environnementales, ainsi que les Délégations
Régionales pour l’Environnement et le Développement Durable (DREDD).
Les agents de ces différentes directions ont besoins d’être formé sur les Politiques
Opérationnelles de la Banque Mondiale, et l’intégration des mesures environnementales st
sociales, les mesures et normes environnementales dans le secteur de l’élevage, suivi des
paramètres de l’élevage, les procédures d’élimination des déchets biomédicaux et résidus de
laboratoire etc.
4.3.2 Les institutions en charge du pastoralisme
Les institutions en charge du Pastoralisme doivent être toutes formées dans le domaine des
Politiques et mesures de sauvegardes environnementales et sociales de la banque mondiale.
Mais à part le département de l’environnement, toutes les autres institutions doivent voire
leurs capacités renforcées dans le domaine de l’Evaluation environnementale et sociale en
général, la prise de conscience de la responsabilité de chacun dans la mise en œuvre des
mesures environnementales et sociales.
4.3.3 Les acteurs nationaux d’exécution du PRAPS
54
Les acteurs nationaux d’exécution du PRAPS, ont aussi besoins d’être formés en politiques de
sauvegardes environnementales et sociales de la banque, aussi en suivi- évaluation des
indicateurs environnementaux, la législation nationale dans le domaine des Evaluations
environnementales, politiques stratégiques nationales d’intégration de l’environnement dans
les projets de développement etc.
4.3.4 Les Collectivités locales de la zone du projet
Les collectivités locales ont besoins de voir leurs capacités renforcées dans les politiques et
mesures environnementales de la Banque, l’Evaluation environnementale en Mauritanie mais
aussi en surveillance et suivi rapproché pour l’application et le respect des mesures techniques
et environnementales.
4.3.5 Les organisations pastorales
Les organisations pastorales formées
essentiellement par des organisations
socioprofessionnelles, le domaine ont aussi besoins de renforcement des capacités dans le
domaine des politiques et mesures de sauvegardes environnementales de la banque,
l’Evaluation environnementale au niveau national. La conscientisation des organisations
pastorales et leurs rôles dans la gestion concertées des ressources pastorales et conservation de
l’environnement.
4.3.6 Les autres acteurs nationaux et locaux
Les autres acteurs nationaux tels les associations, ONG, OCB, Coopératives ou autres ont
besoins eux aussi de renforcement des capacités en Politiques, et mesures environnementales
et sociales de la Banque, surveillance et suivi rapproché des mesures environnementales et
techniques, prise de conscience des enjeux environnementaux, mobilisation des populations,
organisation et gestion communautaire pour la conservation des ressources naturelles et de
l’environnement etc.
4.3.7. Acteurs impliqués dans la gestion des nuisibles, produits chimiques et vaccins dans le
secteur de l’élevage
Pour ce qui est de la gestion des nuisibles, produits chimiques et vaccins dans le secteur de
l’élevage, les partenaires techniques des départements de l’Environnement et du
Développement Durable et plus spécifiquement la Direction du Contrôle Environnemental
(DCE) et la Direction du Contrôle des Pollutions et des Urgences Environnementales.
Pour le secteur de l’Elevage, deux directions sont les plus concernées, il s’agit de la DSV, la
CAIE (Centre d’Achat en Intrants d’Elevage).
Ces Directions doivent bénéficier des actions dans le cadre de renforcement des capacités en
politiques et mesures environnementales et sociales de la banque, suivi-évaluation, impacts de
l’élevage sur
l’environnement, santé animale/environnement, gestion des déchets
biomédicaux, gestion des produits chimiques etc.
55
4.4
Cadre juridique de gestion environnementale et sociale
4.4.1 Législation environnementale et sociale nationale
En vue d’asseoir les fondements de la protection de l’environnement et garantir la mise en
œuvre d’un développement durable, la Mauritanie a adopté un ensemble de textes législatifs
en faveur de la protection et de la gestion durable de l’environnement et des ressources
naturelles. Le code de l’environnement, promulgué au niveau de La loi n° 2000-045, constitue
dans ce sens, le cadre réglementaire général de référence en la matière. Il a pour objectif
essentiel de concilier les impératifs écologiques avec les exigences du développement
économique et social du pays à travers particulièrement l’imposition de prescriptions
environnementales nécessaires à la protection des différentes composantes du milieu naturel.
Le code de l’environnement
L’environnement est défini dans le cadre du code mauritanien comme étant l’ensemble des
éléments physiques, chimiques et biologiques, naturels ou artificiels et des facteurs
économiques, sociaux et culturels dont les interventions et les interactions sont susceptibles
d’avoir un effet direct ou indirect ou à terme sur le milieu ambiant, sur les ressources
naturelles, sur les organismes vivants et qui en même temps conditionnent le bien être de
l’homme.
Ce code de l’environnement se fixe pour objectif principal de définir et de contribuer à
l’établissement des principes généraux qui doivent fonder la politique nationale en matière de
protection de l’environnement et servir de base pour l’harmonisation des impératifs
écologiques avec les exigences d’un développement économiques et social durable. Il vise
dans ce sens à garantir :
 La conservation de la diversité biologique et l’utilisation rationnelle des ressources
naturelles ;
 La lutte contre la désertification ;
 La lutte contre les pollutions et les nuisances;
 L’amélioration et la protection du cadre de vie;
 L’harmonisation du développement avec la sauvegarde du milieu naturel.
De manière pratique et concrète, le code de l’environnement a définit les composantes de
l’environnement devant faire l’objet d’une protection et d’une préservation dans le cadre des
processus de développement engagés, il s’agit particulièrement de la faune et la flore ; le sol
et le sous-sol ; les forêts et les aires protégées, les mers et les océans ; les eaux continentales
et l’air. Le code a défini pour chacune de ces composantes les modalités et les principes de
protection qu’il faut respecter et aux quels il faut se soumettre.
56
En même temps, ce même code a arrêté les nuisances engendrées par les activités humaines
auxquelles il faut faire face et ceci particulièrement en milieu urbain. Il a proposé à ce niveau
les objectifs à atteindre ainsi que les pratiques à suivre pour que les nuisances occasionnées
par les activités humaines ne constituent plus des entraves au développement et ne contribuent
plus à la dégradation de la qualité de vie des populations. Les nuisances énumérées dans le
code de l’environnement sont principalement : Les déchets, les bruits et les vibrations, les
odeurs, les poussières, les lumières incommodantes, la dégradation de l’esthétique naturelle et
urbaine.
Le code de l’environnement prévoit différents outils de planification et de gestion que sont :
(i) le Plan d'Action National pour l'Environnement (PANE) et le Plan d’action National de
Lutte contre la Désertification, PAN/LCD ; (ii) les Etudes d'Impacts sur l'Environnement ; et
(iii) le Fonds d'Intervention pour l'Environnement (FIE).
Le plan d’Action National pour l’Environnement (PANE)
Afin d’assurer la cohérence en matière de protection de l’environnement, le gouvernement a
définit un plan d’action national pour l’environnement. Celui-ci doit permettre d’assurer la
coordination qui s’impose dans le domaine ainsi que toute activité de suivi et d’évaluation.
L’élaboration de ce document a nécessité la mobilisation et l’implication de l’ensemble des
acteurs concernés, notamment les collectivités locales et les associations intéressées. Le plan
national d’action pour l’environnement intègre l’ensemble des actions pour l’environnement,
y compris, le programme national de lutte contre la désertification prévu dans le cadre de la
mise en œuvre de la Convention Internationale sur la lutte contre la désertification. Le PANE
est mis en œuvre depuis 2007.
Le fonds d’invention pour l’environnement
D’après le code de l’environnement, Il est institué un fonds d’intervention pour
l’environnement (FIE). Celui-ci est exclusivement réservé au financement des activités de
protection et de restauration liées aux conséquences de la dégradation de l’environnement. Le
décret d’application définissant les modalités de fonctionnement de ce fonds a été promulgué
depuis près d’un an.
Les études d’impact sur l’environnement
Le code de l’environnement stipule que toute activité susceptible d’avoir des effets sensibles
et nuisibles sur l’environnement est soumise à une autorisation préalable du Ministre chargé
de l’Environnement et ceci à travers l’examen et l’évaluation dans le cadre d’une étude de
l’impact de cette activité sur l’environnement. Le décret n° 2007-105, relatif aux études
d’impact sur l’environnement précise les projets soumis à cette procédure d’évaluation
environnementale ainsi que les modalités de son élaboration et son évaluation.
57
Réglementation spécifiques dans le domaine de l’environnement
En plus du code de l’environnement, la Mauritanie a adopté un ensemble de textes législatifs en
faveur de la protection et de la gestion durable de l’environnement et des ressources naturelles.
Plusieurs textes et règlements ont été élaborés et promulgués afin de renforcer l’intégration
des préoccupations environnementales dans les politiques sectorielles et impliquer plus
largement les populations dans la gestion rationnelle des ressources naturelles (code de l’eau,
code pastoral, code forestier, réglementation foncière et domaniale, code minier, code des
pêches, loi relative à la gestion participative des oasis…). D’autres projets de textes sont en
préparation (ex : code de l’environnement marin, code sur les pollutions chimiques…).
Ainsi, la prise en compte de la dimension environnementale s’est caractérisée au cours des
dernières années par l’adoption d’un arsenal juridiques (Lois, codes et décrets) dont
principalement :









Le Code de l’Environnement (loi 2000/045 du 26 Juillet 2000)
Le Code Forestier (Loi n° 2007-55 du 18/9/2007)
Le Code de la Chasse et de Protection de la Nature (Loi 97/007 du 20 Janvier
1997.
Le Code Minier et ses textes d’application (Loi 99/013 du 27 Juin 1997)
Le Code Pastoral (Loi 2000/044)
Le Code de l’eau (la loi n° 2005.030 du 02 février 2005).
La Loi sur la réorganisation foncière et domaniale de 2002
La Loi d’orientation N°201/001 du 7 janvier 2010 sur l’Aménagement du
Territoire
La Loi de 2010-042 portant code de l'hygiène :
D’autres projets de textes sont en préparation en ce qui concerne l’élaboration des normes
environnementales et des instruments juridiques spécifiques pour une meilleure prise en
compte de l’ensemble des questions se rapportant à la préservation des ressources naturelles et
à la protection des écosystèmes fragiles.
4.2.2 Procédures nationales d’évaluation environnementale et sociale
Tels que les EES, les EIE et les PGES, sont peu appliqués et concernent uniquement les projets
soumis aux conditionnalités des partenaires au développement. Les projets financés par l’Etat et
les bailleurs de fonds arabes (Banque Islamique de Développement, Fonds Arabe pour le
Développement Economique et Social, etc.) accordent peu d’importance à ce type d’exercice et
sont généralement mis en œuvre sans une prise en compte réelle des problèmes liés à la
gouvernance environnementale au niveau des politiques, plans et programmes.
Enfin, le faible niveau d’intégration de ces instruments peut être expliquée par les facteurs
suivants: (i) manque de vision sur les dimensions environnementales au niveau de certains; (ii)
absence d’un cadre de concertation intersectoriel ; (iii) non application des dispositions relatives
aux EIE ; (iv) non implication de certaines structures clés chargées, notamment le Ministère en
58
charge de l’environnement ; (v) manque de moyens financiers et techniques pour la mise en
œuvre des politiques environnementales.
4.2.3 Les conventions internationales relatives à l’environnement applicables au projet
La Mauritanie est signataire de plusieurs conventions et accords internationaux relatifs à la
protection de l’environnement parmi lesquels on peu citer: i) la Convention des Nations Unies
sur la lutte contre la désertification (UNCCD) ; ii) la Convention des Nations Unies sur la
Diversité Biologique (CBD) ; iii) la Convention des Nations Unies sur les Changements
Climatiques (UNCCC) et le protocole de Kyoto ; iv) la Convention de RAMSAR sur les
zones humides ; v) la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de
flore sauvages menacées d’extinction (CITES) ; vi) la Convention sur la conservation des
espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS) ; vii) la convention de Stockholm
sur les Polluants 0rganiques Persistants (POPS) ; viii) la Convention pour la protection de la
couche d’ozone et ses amendements; ix) la Convention sur la lutte et la coopération
internationale en cas de pollution par les hydrocarbures (OPRC 90) ; x) la Convention
internationale sur la prévention de la pollution des mers, résultant de l’immersion des déchets
et son protocole (LC 72) ; xi) la Convention internationale sur l’intervention en haute mer en
cas d’accident entraînant ou pouvant entraîner une pollution par les hydrocarbures ; xii) le
Protocole, portant création du Fonds International sur les Pollutions (FIPOL 92) et le Plan de
prévention et de lutte contre les pollutions marines (POLMAR).
Par ailleurs, aux niveaux communautaire, sous régional et bilatéral, la Mauritanie, consciente
des enjeux de la problématique de la gestion des zones humides et de leurs ressources ainsi
que des principes du droit international et de la préservation des ressources partagées, a ratifié
l’ensemble des instruments juridiques et législatifs de l’Organisation pour la Mise en Valeur
du fleuve Sénégal (OMVS) et a signé un protocole d’accord avec le Sénégal pour les
ressources de pêche.
Malgré cette adhésion de la Mauritanie à la législation environnementale internationale, il faut
souligner que la mise en œuvre de la plupart des conventions et accords ainsi que leur
intégration à la législation et réglementation nationale, demeure limitée. Les entraves à cette
intégration s’expliquent le plus souvent par le manque d’appropriation des départements
sectoriels et par la faiblesse de leurs capacités (techniques, humaines et financières).
Le tableau 4 présente la liste des conventions, protocoles et accords ratifiés par la Mauritanie dans
le domaine de l’environnement.
59
Convention ou accord: intitulé
Ratification
Convention africaine sur la conservation de la nature et des ressources naturelles, Alger
1968
Accord pour l'établissement d'une commission pour la lutte contre le criquet dans le Nord-Ouest de l'Afrique, Rome
1970
Convention relative à la protection de l'héritage culturel et naturel mondial, Paris
1972
Convention établissant un comité permanent inter-Etat de lutte contre la sécheresse au Sahel, Ouagadougou
1973
Convention internationale sur le droit civil pour les dommages de pollution des hydrocarbures, Bruxelles 1969 et 1976
1969, 1976
Convention internationale sur l'établissement d'un fonds international de compensation des dommages résultant de la pollution des
1971, 1976
hydrocarbures, Bruxelles 1971 et le Protocole de 1976
Convention internationale de 1973 pour la prévention de la pollution par les navires et son Protocole de 1978 (MARPOL 73/78).
1973, 1978
Protocole sur l´ intervention en haute mer en cas de pollution par des substances autres que les hydrocarbures
1973
Convention internationale de 1974 sur la sauvegarde de la vie humaine en mer et son Protocole de 1978
1974, 1978
Convention internationale de 1979 sur la recherche et le sauvetage maritimes (SAR 79).
1979
Protocole amendant la Convention sur les zones humides d'importance internationale, spécialement en tant qu’habitat aquatique, Paris
1982
Convention sur les zones humides d'importance internationale, spécialement en tant qu’habitat aquatique, Ramsar
1983
Accord portant création d´un Centre régional de réforme agraire et de développement rural pour le Proche-Orient, Rome
1983
Protocole de Montréal sur les substances appauvrissant la couche d'ozone, Montréal
1987
Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontières des déchets et substances dangereuses, Bâle
1989
Convention internationale de 1990 sur la préparation, la lutte et la coopération en matière de pollution par les hydrocarbures (OPRC 90)
1990
Accord portant création de l´Organisation intergouvernementale d´information et de coopération pour la commercialisation des produits de
1991
la pêche en Afrique, Abidjan
Convention sur l'interdiction du développement, de la production, de l'emmagasinage et de l'utilisation des armes chimiques et de leur
1993
destruction, Paris
Accord sur l'établissement d'une organisation au Proche Orient sur la protection des plantes, Rabat
1993
Acte constitutif du Centre pour les services d´information et d´avis consultatifs sur la commercialisation des produits de la pêche dans les
1993
pays arabes, Manama
Convention et Protocole de Vienne pour la protection de la couche d'ozone
1994
Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, New York
1994
Convention sur la diversité biologique, Rio de Janeiro
1994
Accord relatif à la mise en œuvre de la partie XI de la convention des Nations Unies sur les droits de la mer du 10 Décembre 1982, New
1982, 1994
York 1994
Accord pour la mise en œuvre des dispositions de la convention des Nations Unies sur les droits de la mer du 10 Décembre 1982 relatives à
1995
la conservation et la gestion des stocks halieutiques et poissons grands migrateurs, New York
Convention des Nations Unies de lutte contre la désertification dans les pays éprouvés par une grave sécheresse et/ou désertification,
1996
particulièrement en Afrique, Paris
Traité d´interdiction complète des essais nucléaires
1996
Convention sur l´ interdiction de l´ emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction, Oslo
1997
60
Convention ou accord: intitulé
Ratification
Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage, Bonn
1998
Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction, Washington 1973 et amendée à
1998
Bonn en 1979, CITES
Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l´alimentation et l´agriculture, Rome
2001
Protocole de Cartagena sur la prévention des risques biotechnologiques relatif à la Convention sur la diversité biologique
2004
Convention de Stockholm sur les Polluants Organiques Persistants (POPs, Stockholm)
2004
Amendement au Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissant la couche d´ ozone
2005
Convention de Rotterdam sur la procédure de consentement préalable en connaissance de cause applicable a certains produits chimiques et
2005
pesticides dangereux qui font l´ objet d´ un commerce international
Protocole de Kyoto à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques
2005
Liste des accords, traités et conventions internationaux ratifiés par la Mauritanie dans le domaine ou en relation
avec l’environnement.(Source ECOLEX/FAO, 2007)
4.4.4 Rappel de la réglementation nationale sur la gestion des nuisibles, produits chimiques et
vaccins dans le secteur de l’élevage
Cette partie est traitée d’une manière exhaustive à l’annexe 1 relatif à la gestion des pestes et
produits chimiques.
4.4.5 Politique de sauvegardes environnementales et sociales de la Banque mondiale
Les activités prévues dans le cadre du PRAPS seront financées par la Banque Mondiale. A ce
titre, elles sont soumises aux Politiques de Sauvegarde de cette institution. Ces procédures
comprennent à la fois, les Politiques Opérationnelles (OP) et les Procédures de la Banque
(PB). Les politiques de sauvegarde qui concernent à la fois la gestion des ressources naturelles
et des considérations sociales sont conçues pour protéger l’environnement et les populations
contre les effets négatifs potentiels des projets, plans, programmes et politiques. Les
politiques de sauvegarde environnementale et sociale les plus courantes sont :
OP 4.01 Évaluation Environnementale, y compris la Participation du Public
OP 4.04 Habitats Naturels
OP 4.09 Lutte antiparasitaire
OP 4.11 Patrimoine Culturel
OP 4.12 Réinstallation Involontaire des populations
OD 4.10 Populations Autochtones
OP 4.36 Forêts
OP 4.37 Sécurité des Barrages
OP 7.50 Projets relatifs aux voies d’Eaux Internationales
OP 7.60 Projets dans des Zones en litige
Les politiques de sauvegarde environnementale et sociale de la Banque Mondiale qui
s’appliquent aux activités qui seront réalisées dans le cadre de la mise en œuvre du PRAPS
61
sont : l’OP 4.01 « Evaluation Environnementale » , l’OP 4.12 «Réinstallation Involontaire
des populations » ; Habitas Naturels ; la 4.09 Lutte antiparasitaire ; la 4.11, Ressources
culturelles physiques.
OP 4.01: L’objectif de l’OP 4.01 est de s’assurer que les projets financés par la Banque
Mondiale sont viables et faisables sur le plan environnemental, et que la prise des décisions
s’est améliorée à travers une analyse appropriée des actions et leurs probables impacts
environnementaux (OP4.01, para 1). Cette politique est déclenchée si un projet va
probablement engendrer des risques et des impacts environnementaux potentiels (négatifs)
dans sa zone d’influence. L’OP 4.01 couvre les impacts sur l’environnement physique (air,
eau et terre) ; le cadre de vie, la santé et la sécurité des populations; les ressources culturelles
physiques ; et les préoccupations environnementales au niveau transfrontalier et mondial. Les
aspects sociaux (réinstallation involontaire, peuples indigènes) ainsi que les habitats naturels,
la lutte antiparasitaire, la foresterie et la sécurité des barrages sont couverts par des politiques
séparées ayant leurs propres exigences et procédures.
OP 4.12: L’objectif de l’OP 4.12 est d’éviter ou de minimiser la réinstallation involontaire là
ou cela est faisable, en explorant toutes les autres voies alternatives de projets viables. De
plus, l’OP 4.12 a l’intention d’apporter l’assistance aux personnes déplacées par
l’amélioration de leurs anciennes normes de vie, la capacité à générer les revenus, les niveaux
de production, ou tout au moins à les restaurer. L’OP 4.12 encourage la participation
communautaire dans la planification et la conduite de la réinsertion et l’octroi de l’assistance
aux personnes affectées, indépendamment du statut légal du régime foncier. Cette politique
couvre non seulement la réinstallation physique, mais aussi toute perte de terre ou d’autres
biens causant la : (i) réinstallation ou perte d’abri; (ii) perte de biens ou de l’accès aux biens;
et (iii) perte de sources de revenus ou de moyens d’existence, indépendamment du fait que les
personnes affectées doivent rejoindre un autre emplacement. La politique s’applique aussi à la
réinstallation involontaire d’accès aux parcs légalement désignés et aux aires protégées causée
par les impacts préjudiciables sur les moyens d’existence des personnes déplacées. Les
exigences de divulgation sont celles qui sont requises sous l’OP 4.01.
Diffusion: L’OP 4.01 décrit aussi les exigences de consultation et de diffusion. Pour la
catégorie (i) des projets A et B; et (ii) les sous-projets classés comme A et B dans un prêt
programmatique, l’Emprunteur consulte les groupes affectés par le projet et les Organisations
non Gouvernementales (ONGs) à propos des aspects environnementaux du projet et tient
compte de leurs points de vues. L’Emprunteur commence cette consultation le plus tôt
possible. Pour la catégorie des projets A, l’Emprunteur consulte ces groupes au moins deux
fois: (a) un peu avant la sélection environnementale et la fin de la rédaction des termes de
référence pour l’EIE ; et (b) une fois un projet de rapport d’EIE est préparé. En plus,
l’Emprunteur se concerte avec ces groupes tout au long de la mise en œuvre du projet aussi
souvent que nécessaire pour aborder les questions relatives à l’EIE qui les affectent.
L’Emprunteur donne les informations pertinentes assez rapidement avant les consultations, et
dans un langage accessible aux groupes consultés.
L’Emprunteur rend disponible le projet d’EIE (pour les projets de la catégorie A) ou tout
rapport EIE séparé (pour les projets de la catégorie B) dans le pays et dans la langue locale à
62
une place publique accessible aux groupes affectés par le projet et aux ONG locales avant
l’évaluation. Les Plans de Réinstallation Séparés et les Plans des Peuples Indigènes sont
divulgués avec le rapport d’EIE approprié. Sur autorisation de l’Emprunteur, la Banque
diffusera les rapports appropriés à Infoshop.
OP : 4.04, Habitats Naturels :
Cette politique enclenchée dans le cadre du PRAPS, n’autorise pas le financement de projets
dégradant ou convertissant des habitats naturels critiques. Les habitats naturels présentent un
intérêt particulier et sont importants pour la préservation de la diversité biologique ou à cause
de leurs fonctions écologiques.
OP : 4.11, Ressources Culturelles Physiques
Cette politique procède à une enquête sur les ressources culturelles potentiellement affectées
par les activités du projet et leur inventaire. Elle intègre des mesures d’atténuation quand il
existe des impacts négatifs sur des ressources culturelles matérielles.
OP/ 4.09 : Lutte antiparasitaire
La politique opérationnelle OP 4.09 se fixe comme objectif de prendre en compte du principe
de la lutte contre les pestes et pesticides, par une lutte intégrée. Elle identifie les pesticides
pouvant être financés dans le cadre du projet et élabore un plan approprié de lutte
antiparasitaire visant à traiter les risques.
4.4.6 Convergence et divergence entre la législation nationale et les politiques de sauvegardes de
la Banque mondiale
Aux fins de la présente étude, nous analysons ci-dessous la conformité et la cohérence des
dispositions pertinentes de la réglementation nationale aux politiques de sauvegarde de la Banque
Mondiale. Il s’agit notamment de la OP 4.01 par rapport à la législation nationale dans le domaine
de l’Evaluation environnementale.
Politiques
sauvegarde
environnementale
applicables
de
OP 4.01 Evaluation
environnementale :
L’OP 4.01 classifie les
projets comme suit :
 Catégorie A : impact
négatif majeur certain
 Catégorie B : impact
négatif potentiel
 Catégorie C : impact
négatif
non
significatif.
Instruments
de
environnementale
gouvernance
Décrets 94/2004 et 105/2007 relatifs à
l’étude d’impacts sur l’environnement
(EIE)
Deux catégories sont spécifiées :
 Catégorie 1 : EIE
 Catégorie 2 : NIE
Existe une inclusive de projets
assujettis aux procédures d’EIE
Enquête publique exigée
Diffusion d’information prévue
mais les modalités pratiques de
conduite de la consultation
Commentaires/Observations
 Conformité d’ensemble, sauf dans le
processus de catégorisation des projets (3
catégories contre 2)
 Pas de procédure de classification des
projets (screening et formulaire de
classification), mais seulement une liste
inclusive par catégories de projets
 Conformité
partielle
concernant
la
Participation publique
 Conformité partielle concernant la diffusion
de l’information
63
publique ne sont pas définies
Consultation
publique
Pas de législation sur les EES en
Mauritanie
Diffusion
de
l’information
Analyse de conformité et de mise en cohérence entre la législation nationale et les politiques de sauvegarde
environnementale
V.
5.1
PROCEDURES D’ANALYSE ET DE SELECTION DES PROJETS
Le processus de sélection environnementale et sociale
Selon la réglementation mauritanienne dans ce domaine, tout projet de développement ayant
un impact sur l’environnement naturel et humain, est soumis à une Evaluation
Environnementale.
Les instruments juridiques pour cet exercice sont consignés dans la loi N° 2000-045 portant
Code sur l’Environnement et les deux décrets d’application sur les « Etudes d’Impacts sur
l’Environnemental », les décrets 2004-094 et 2007-105.
Sur le plan institutionnel, la Direction du Contrôle Environnemental du Ministère chargé de
l’Environnement et du Développement Durable, est la seule habilitée à superviser le
processus, d’Evaluation environnemental d’un projet.
La procédure de sélection est faite, sur demande et présentation par le promoteur du projet en
question aux fins de screening à la DCE, après une classification préalable par le promoteur
de son projet en A, B ou C.
Le service de l’Evaluation Environnementale, et les Inspecteurs de la DCE valident ou rectifie
cette classification en se référant à l’annexe 1 du décret d’Etude d’Impact Environnement
numéro 2007-105.
Le résultat de cet examen est notifié au promoteur pour commanditer par le biais d’un bureau
d’Etude, d’une Etude d’Impact Environnement, ou Notice d’Impact Environnement ou à
défaut d’un simple plan de gestion environnementale pour éliminer, ou atténuer au maximum
l’impact social et environnemental du projet en question.
o Processus d’Analyse et de Validation des microprojets passés au screening
Une fois que la classification est validée par la Direction du Contrôle Environnementale
(DCE), et dans le cas d’une EIE ou NIE, le promoteur présente les Termes de Références en
vue du Cadrage de l’EIE ou la NIE. Le Ministère de l’Environnement dispose d’un délai de
14 jours pour convoquer toutes les parties susceptibles d’être concernées par l’Etude et le
promoteur, dans une réunion pour la validation des Termes de Références et le cadrage de
l’Etude requise.
Les TDRs amendés lors de cette séance serviront comme de cahier de charge pour le
promoteur.
64
Pendant la phase d’élaboration d’EIE ou de la NIE, le promoteur est tenu de procéder á la
consultation et de l’information du publique.
L'information du public comporte notamment :
• Une ou plusieurs réunions de présentation du projet regroupant les autorités
locales, les populations, les administrations impliquées, les ONGs et autres
organisations concernées.
• L'ouverture d'un registre accessible aux populations auprès du Hakem (Préfet)
territorialement compétent où sont consignées les appréciations, les observations et
suggestions formulées par le public, par rapport au Projet
Après élaboration du rapport de l’EIE ou la NIE, le Ministère de l’Environnement par
l’intermédiaire de la DCE, envoi un résumé non technique du rapport au Hakem de la localité,
qui se charge de publier le résumé non technique dans un journal.
La publication du résumé non technique dans un journal constitue le point de départ de
l’Enquête publique du projet en question, cette phase dure 30 jours.
A partir de la publication toute personne physique ou morale a le droit de demander au
Hakem des informations sur le projet et même exiger l’intégralité du document d’EIE ou la
NIE ; le résumé non technique est mis à la disposition du public.
Après le délai des 30 jours, les enquêteurs désignés examinent les résultats de l’enquête et
accorde un délai de 7 jours au promoteur pour fournir des informations complémentaires, si
nécessaire.
Passé ce délai les autorités locales notamment le Hakem dispose de 5 jours pour formuler son
avis au vu des résultats de l’enquête des explications ou documents fournis par le promoteur.
Dans les 15 jours qui suivent l’enquête publique, les enquêteurs doivent rédiger leur rapport
d’enquête publique qui relate le déroulement de l’enquête, les observations, les suggestions,
les propositions, contre-proposition et leurs propre avis sur la faisabilité environnemental et
social du projet.
Le rapport des enquêteurs est directement remis au Ministre de l’Environnement, et les autres
Ministères concernés par le projet dans un délai de 5 jours après expiration des 15jours.
Le Ministre de l’Environnement dispose d’un délai de 20 jours pour donner son avis sur la
faisabilité environnementale du projet, passé ce délai l’avis est réputé favorable.
Un organigramme illustrant les différentes étapes de la validation du screening d’un projet
selon la réglementation mauritanienne est illustré ci-dessous :
65
Diagramme du Processus de « Screening" environnemental d’un projet en Mauritanie
Présentation d’un projet classé A,
B ou C, par le promoteur
B ou C/ NIE ou PGE
oumesure
Validation par la DCE/ référence
Annexes1 du décret d’EIE
C/simple mesure de
gestion environnementale
Cadrage/ DCE
L’Information Publique/
information du public et les
autorités locales
Remise du Rapport d’EIE ou NIE
à la DCE
Remise du Résumé non Technique
de l’EIE ou NIE au Hakem pour
publication aux journaux
Publication du Résumé non
Technique par le Hakem (Préfet)
dans les journaux
Avis du Ministre de
l’Environnement, au Ministère de
Tutelle du Projet, sur sa faisabilité
Environnementale et Sociale
Remise du Rapport d’Enquête
publique au Ministre de
l’Environnement pour Avis
Enquête Publique par les
techniciens de la DCE désigné par
le Ministre de l’Environnement
66
5.2
Responsabilités pour la mise en œuvre de la sélection
environnementale et sociale
Etapes
Responsabilités
1.
Remplissage
du
formulaire
environnementale et sociale
de
sélection
2. Classification environnementale et sociale des activités
RES du PRAPS/ bénéficiaires
RES du PRAPS/ DCE, Délégués régionaux de Ministère
de l’Environnement
Réalisation d’études environnementales et sociales
Si une EIES n’est pas nécessaire :

Choix et application de simples mesures
RES du PRAPS/ Prestataire de service, et Bénéficiaires du
sous-projet
Si une EIES est nécessaire

Préparation des TDR

Approbation des TDR

Choix du consultant

Réalisation de l’EIES
3: Examen et approbation des rapports d’EIES
RES du PRAPS
DCE/UC PRAPS
UC PRAPS
Bureau d’Etude/Consultant
RES du PRAPS/DCE non objection de la Banque
Mondiale
4. Diffusion
UC PRAPS/ Banque Mondiale (Infoshop de la Banque)
5 : Intégration des dispositions environnementales et
sociales dans les Dossiers d’appel d’offre et d’exécution
RES du PRAPS/UC PRAPS
6 : Mise en œuvre des mesures environnementales et
sociales
Prestataire de service/ Bénéficiaires du projet
7. Surveillance – Suivi évaluation
RES du PRAPS/DCE/ Délégués régionaux,
bénéficiaires
du
sous-projet/
Consultants
indépendants
67
VI.
CONSULTATIONS PUBLIQUES
6.1 Objectifs :
Pour contribuer à l’atteinte de l’objectif du CGES, qui ambitionne d’abord d’identifier les
impacts négatifs induits par la mise en œuvre du projet, et ensuite de proposer des actions
pérennes qui permettront de les atténuer, l’ensemble des acteurs qui seront impliqués
directement ou indirectement dans l’exécution activités prévues, ont été conviés à participer
aux séances de consultations publiques, tenues respectivement les 03 et les 04 Février 2015à
Rosso et à Nouakchott.
Parmi les objectifs visés, il faut également noter la mise en exergue des préoccupations et
craintes des participants, mais aussi de leurs suggestions et recommandations.
6.2 Acteurs ciblés et méthodologie :
Une consultation publique regroupant toutes les parties prenantes à la mise en œuvre du
PRAPS, a été organisée à Rosso et à Nouakchott, les 3 et 4 Février 2015, respectivement dans
les salles des réunions de la Wilaya et de l’Unité de Coordination du Projet. Les participants,
ont au terme de la consultation ressortis leurs préoccupations et recommandations.
A Rosso, ont participé à l’exercice, le Wali, le Hakem, l’Adjoint au gouverneur, le Délégué
Régional, l’adjoint au maire, les Bouchers, les organisations socioprofessionnelles (ONG EL
Khoumssane, FNAFL, APSDD, FM/Rosso/ONG B)
La séance a été lancée par le Wali du Trarza, et le secrétariat de séance assuré par le Délégué
Régional du Ministère de l’Elevage.
Nouakchott a vu la participation, outre l’équipe de l’Unité de coordination du Projet, les
représentants du Groupement National des Agro Pasteurs (GNAP), le président de la
FNCBM, de l’ONG Association Mauritanienne pour l’Auto Développement (AMAD), de la
CAIE, de la DSV, DDFA, DPCSE, du Centre National de Lutte Anti Acridienne (CNLA), du
Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement.
Après le mot de bienvenue adressé par le Directeur du Projet aux participants, la présidence
de la séance a été assurée par le Président du Groupement National des Agro Pasteurs et le
rapportage assuré par le représentant du Ministère de l’Hydraulique.
Aussi bien à Rosso, qu’à Nouakchott, les participants, après un tour de table, ont suivi une
présentation du projet animée par un cadre du PRAPS. La communication a procédé à une
description du projet, tout en mettant l’accent sur ses principales composantes, les différents
sous projets à mettre en œuvre dans le cadre du PRAPS. Ainsi en fonction des infrastructures
à mettre en place un bref aperçu sur les impacts potentiels qui y découlent, les mesures
68
techniques et environnementales proposées, le montage institutionnel, et le mode de suivi et
évaluation ont fait également l’objet d’une présentation.
Les débats qui ont suivi, ont permis de ressortir les éléments ci-après :
6.3 Les points discutés :
Les principaux discutés se résument comme : les appuis institutionnels, renforcement des
capacités, impacts des aires d’abattages, implication des bouchers et les courtiers d’élevage
etc.
6.4. Analyse des résultats des consultations publiques :
6.4.1 Synthèse des avis et perception sur le projet :
Les parties à la consultation publique pensent que :
 les différentes activités citées reflètent bien les préoccupations des éleveurs ;
 les éleveurs reconnaissent que le problème d’eau se pose avec moins d’acuité au
niveau de certaines régions, telle que le Trarza.
 Que des risques de noyades tant pour les personnes, que pour les animaux existent
dans le sur creusage des mares et qu’elles se préoccupent de leur prise en compte
dans les études d’impacts.
6.4.2 Synthèse des préoccupations et craintes par rapport au projet :
Les principales préoccupations et craintes ressorties lors des débats, sont :
 Les participants pensent que les régions cibles n’ont pas la même importance du
point de vue des vocations. C’est pourquoi, au niveau de la région du Trarza, les
éleveurs pensent que vu sa vocation agropastorale, elle devrait constituer une
zone prioritaire par rapport aux autres régions cibles du projet.
 Les déchets au niveau des abattoirs est une préoccupation majeur. Certains
craignent qu’ils ne fassent l’objet d’aucune valorisation.
 La valorisation des sous produits agricoles est également une préoccupation pour
les éleveurs, dans un pays ou les parcours naturels sont à très faible capacité de
charge.
 La crainte pour les parties prenantes de ne voir le projet accorder une importance
à la structuration, à la formation et à l’amélioration de la qualité d’hygiène dans
les abattoirs, le transport et la commercialisation de la viande rouge ;
 Les participants à la consultation publique se préoccupent beaucoup de l’effort
qui sera consenti au changement des mentalités des éleveurs par le biais des
sensibilisations et des formations pour améliorer les pratiques dans le secteur de
l’élevage.
69
 Les populations de Rosso sont très préoccupées par la pollution causée par le
déversement des déchets de l’abattoir sur le fleuve, ce qui risque de poser un
problème de santé publique, en ce sens que les populations s’abreuvent à partir
du fleuve.
 L’envahissement par le typha des espaces agropastoraux inquiète les populations
et la prospection des possibilités de sa valorisation est un enjeu majeur.
 L’inexistence de formation sur les techniques de coupes de la viande et de
normes d’hygiène au profit des bouchers, installe un sentiment de crainte chez
les consommateurs ;
 L’inexistence d’un abattoir moderne est une préoccupation partagée de tous,
 Le respect des normatives inscrites par le ministère de l’hydraulique, en matière
d’exploitation des eaux souterraines et des eaux de surface,
 Le traitement des emballages des médicaments et la manière de les traiter,
 La mobilité du cheptel qui constitue la gestion durable des ressources naturelles
dans notre type de climat est essentielle pour la survie du type d’élevage en
Mauritanie.
 Il existe des risques majeurs qui peuvent être induits par le sur creusage des
mares tant au niveau des populations, qu’au niveau du bétail,
 Le choix des sites devant abriter les centres de collecte du lait, doit tenir compte
des préalables, dont l’existence des industries de transformation dans la zone
cible (usines de lait),
 La faible capacité des éleveurs et des techniciens,
 L’instauration de la mise de l’AMM (autorisation de mise au marché) pour
stopper l’importation des faux produits vétérinaires qui ruinent le pouvoir d’achat
et cela par l’application du code vétérinaire,
6.4.3 Synthèse des suggestions et recommandations :
Au terme de l’exercice de consultation, les suggestions et recommandations ci-après, ont été
formulées :
 La nécessité de valoriser les sous produits agricoles et les déchets au niveau des
abattoirs,
 Vu la récurrence des crises, il faudra renforcer la disponibilité d’aliment de bétail et
l’installation d’industries de granulés ;
 Penser à faucher l’herbe pendant l’hivernage et mettre à disposition des presses
paille.
 Mettre en place une bonne politique de gestion des pâturages lors des
transhumances ;
 Prendre en compte les marchants de bétail.
 Organiser des visites d’échanges dans d’autres pays au profit des éleveurs.
 Choisir un nouveau site facile d’accès, à l’eau, à l’électricité pour abriter l’abattoir de
Rosso ;
 Promouvoir le biogaz ;
70
 Travailler sur la réduction des circuits de commercialisation du bétail qui impacte
négativement sur le coût ;
 Promouvoir l’aviculture,
 Promouvoir et développer les cultures fourragères ;
 Valoriser le Typha par sa transformation en aliment de bétail ;
 Former les bouchers sur les techniques de coupes de la viande et de respect des
normes d’hygiènes ;
 La nécessité de tenir des débats décentralisés à toutes les zones d’intervention du
projet, afin d’impliquer tous les éleveurs,
 Prévoir la réalisation d’un abattoir moderne,
 Respecter les normatives inscrites par le ministère de l’hydraulique, en matière
d’exploitation des eaux souterraines et des eaux de surface,
 Statuer sur la manière dont seront traités les emballages des médicaments,
 Prendre en compte la dynamique de la végétation pour la composante ligneuse, et
prévoir une périodicité de suivi une fois tous les deux ans,
 Prendre en compte ce que font les autres acteurs/projets/programme dans les régions
cibles du projet, afin d’éviter les chevauchements,
 Prendre en compte le contrôle de qualité au niveau des produits,
 Impliquer la police d’hygiène dans les actions,
 Prendre en compte des actions palliatives contre les risques qui seront induits par le
sur creusage des mares tant au niveau des populations, qu’au niveau du bétail,
 Tenir compte de l’existence des industries de transformation dans la zone cible
(usines de lait) dans le choix des sites devant abriter les centres de collecte,
 Renforcer les capacités des éleveurs et des techniciens,
 La décentralisation de gestion des ressources naturelles pour aboutir au niveau des
utilisateurs contre un cahier des charges d’utilisation,
 L’instauration de la mise de l’AMM (autorisation de mise au marché) pour stopper
l’importation des faux produits vétérinaires qui ruinent le pouvoir d’achat et cela par
l’application du code vétérinaire,
Compte rendu détaillé des consultations et rencontres (à mettre en annexe en option)
Rencontres avec les partenaires institutionnels
Institutions
Service
Environnement
Services Elevage
Services agriculture
Points discutés
-respect
de
la
réglementation
-absence des normes
environnementales dans
certains secteurs comme
l’Elevage
-manque
de
moyens
logistique et humains
-renforcement
des
capacités
Préoccupations et craintes
Risque de contamination et de
pollution
Suggestions et recommandations
Tenir compte de la législation relative aux
Evaluations environnements
Problème de surpâturage
Risque de contamination avec
la manipulation des produits et
des vaccins
Renforcement des capacités du staff
technique du ministère de l’Elevage
(Normes et mesures environnementale de
sauvegarde)
Utilisation des produits
chimiques par le CNLA
Contamination des produits
chimiques sur la végétation
-
suivi, renforcement des capacités en
matière de gestion des produits
71
Hydraulique
Organisations
Exécution
infrastructures
hydrauliques
Mobilité du cheptel
Implication
renforcement
capacités
des
et
des
Manque de concertation avec
les services de l’hydraulique
-
Mobilité des animaux, et le
renforcement de capacités des
éleveurs
-
chimiques
coordonner/concerter avec le MHA,
dans le cadre de l’exécution des
ouvrages hydrauliques.
assurer la mobilité du cheptel
renforcement des capacités des
éleveurs
Consultation publique à ROSSO
Consultation publique à Nouakchott
Impacts et risques environnementaux et sociaux du projet et les mesures de mitigation
La partie analyse des impacts positifs et négatifs du Projet PRAPS sera traitée d’une manière
plus exhaustive par le consultant régional en charge de l’élaboration du CGES. Néanmoins on
ne saurait comprendre et aborder la partie PGES et les mesures de mitigation sans en exposer
au moins quelques impacts négatifs préjudiciables dans l’environnement physique, biologique
et sociale occasionnés par la mise en œuvre des sous projets financés par le PRAPS.
Le PRAPS ambitionne de mettre en place dans le cadre du projet des infrastructures de base
dans le secteur de l’Elevage comme la mise en place et la réhabilitation des aires d’abattage,
la construction des parcs de vaccination, des postes de santés animales au niveau des zones
frontalières, des laboratoires vétérinaires, des marchés à bétails, des centres de stockage et de
distribution d’aliments de bétails, des puits des forages, les campagnes de vaccination etc.
72
Les risques sociaux positifs
Les différentes composantes du projet PRAPS devraient avoir des impacts sociaux positifs
répondant aux besoins de la population. Ces impacts positifs sont de plusieurs natures :
















Création de nouveaux emplois, avec notamment une opportunité spéciale pour les
personnes non qualifiées, nombreuses en milieu rural ; Cela est notamment effectif
dans les travaux des chantiers pour la construction des postes de santé animales au
niveau des frontières, les marchés à bétail, le fonçage des puits et fonçage des puits et
forages.
Lutte contre la pauvreté, la mise en place des mini laiteries, des centres de collectes de
lait et sa commercialisation, les AGR, la mise en place des marchés à bétail bien
structuré, sécurisé et viabilisé, la meilleure organisation des pasteurs et agropasteurs,
la sécurisation des corridors de passage d’animaux et les axes de transhumance etc.
Les bénéficies économiques résultant de l’exploitation durable des cheptels devraient
améliorer les revenus monétaires et les conditions des populations de manière
générale ;
Amélioration des capacités des services d’élevage, par l’appui logistique,
organisationnel, de renforcement des capacités des agents et techniciens officiant dans
le secteur.
Renforcement des capacités des organisations des éleveurs et producteurs impliqués, il
se fait par le bais de renforcement des capacités, la prise de conscience avec des
campagnes de sensibilisation participation de la population et les pasteurs et
agropasteurs, incitation à une meilleure organisation et le renforcement des rôles de
plaidoyer et de lobbying.
Offrir un meilleur accès aux opportunités d'investissement dans le secteur de
l’élevage, se fait se fera sentir par la mise en place de mécanisme de microfinancement pour des petits projets d’insertion au bénéfice des jeunes,
l’approvisionnement d’un fond d’urgence en cas de crise, etc
Amélioration de la santé du cheptel, par l’amélioration de l’épidémiosurveillance aux
postes frontières, diligence des campagnes de vaccination annuelles, un meilleur
contrôle de la qualité des médicaments et des produits chimiques, la formation des
auxiliaires vétérinaires, renforcement de capacités des services décentralisés.
Renforcement des services de santé animale ;
Amélioration de la qualité des médicaments vétérinaires ;
Allégement des travaux par le développement de nouvelles infrastructures ;
Plus grande maîtrise des facteurs de production ;
Meilleures compétitive des produits d’élevage et une amélioration de leur qualité et de
leur coût de production ;
La modernisation des infrastructures devrait améliorer fondamentalement l’accès des
populations bénéficiaires aux services sociaux de base ;
La promotion de l’éducation des enfants des pasteurs nomades peut à terme induire
des changements importants dans la vie des communautés nomades ;
Amélioration de la santé des éleveurs grâce à la formation des populations et leur
sensibilisation sur les risques inhérent au mode de vie et d’élevage pratiqué (ex.
maladies hydriques, risques inhérents à l’abattage insalubre…) ;
Renforcement des capacités de gestion des conflits grâce à la formation et à
l’information des éleveurs et pasteurs.
73
Les risques sociaux négatifs
Les impacts sociaux négatifs peuvent être liés à l’implantation de nouvelles infrastructures.
Des conflits fonciers pourront être engendrés par les choix de sites. Les revendications de
propriété peuvent émaner aussi bien d’individus que de communautés. Les risques négatifs
peuvent aussi être importants si les sites choisis sont situés dans des zones susceptibles d’être
inondées, à proximité de voies d’eau, d’écosystèmes fragiles ou si ces choix entrainent un
déplacement de population ou encore la restriction d’accès à des biens ou à des moyens de
vie. Les travaux engagés dans ce cadre pourront provoquer, de façon limitée dans le temps,
des nuisances sonores ou des émissions de poussières.
L’installation d’une main d’œuvre étrangère pour la réalisation de ces infrastructures peut
susciter des relations conflictuelles avec les communautés locales, mais aussi présenter des
risques de propagation de certaines maladies dont les MST et le SIDA. De plus, la main
d’œuvre résidente non utilisée lors de la construction/réfection des infrastructures pourrait
susciter des frustrations au niveau local où le chômage est très présent.
Par ailleurs, des conflits pourraient naître de la gestion des infrastructures et de l’espace
pastoral aménagé. La transhumance pourrait être à l’origine de confrontations entre éleveurs
de passage et autochtones. De plus les nouveaux aménagements hydrauliques peuvent
entrainer le développement de larves de moustiques et d’autres parasites nuisibles à la santé
de l’homme et des animaux.
Les risques environnementaux :
o Les risques environnementaux positifs
La construction et la modernisation des infrastructures d’élevage constituent une garantie de
la salubrité pour les productions animales. Cette garantie de qualité préserve la santé de
l’Homme et de l’environnement.
La gestion durable des infrastructures d’accès à l’eau permettra de renforcer l’hygiène du
milieu, de réduire très fortement les inondations, sources de développement et de propagation
de maladies hydriques et celles dues aux insectes vecteurs (moustiques, etc.). Elle évitera par
la même occasion la pollution des nappes souterraines.
La gestion rationnelle et durable des parcours et des infrastructures hydrauliques permettra
d’améliorer la préservation des ressources en eau, en sols et en végétation. La sécurisation de
l’accès aux ressources naturelles aura pour conséquences de préserver la biodiversité et
d’assurer la durabilité de la productivité des écosystèmes. Cette sécurisation impactera
positivement la biomasse, ce qui réduira la dégradation des sols et des ressources végétales
surtout si le maillage des points d’accès à l’eau est bien réalisé.
74
Les travaux d’aménagement peuvent avoir des effets positifs sur la recharge de la nappe
phréatique grâce à l’infiltration. Au plan physique, les ouvrages de stockage des eaux de
ruissellement permettent de prévenir les ravinements sur les pentes ou des zones de dunes
vives.
Enfin, les activités du projet PRAPS sont susceptibles d’améliorer la résilience des
populations et des écosystèmes pastoraux au changement climatique grâce au bénéfice de la
sécurisation des ressources naturelles et à la gestion rationnelles des ressources en eau. Les
émissions de gaz à effet de serre résultant des innombrables cas de feux de brousse seront
atténuées avec l’avènement d’une meilleure gestion des espaces pastoraux qui seront bien
désormais aménagés et exploités de façon durable.
o Les risques environnementaux négatifs
L’exécution des chantiers de construction et de modernisation des infrastructures pourrait se
traduire par une perte du couvert végétal, la déstructuration du sol et la modification du
paysage par l’ouverture de carrières.
Les prélèvements d’eau avec la réalisation des nouvelles infrastructures hydrauliques
pourraient affecter les volumes et la qualité des eaux souterraines.
Les impacts environnementaux négatifs tels que l'érosion du sol, la pollution du sol et de
l'eau, la perte de végétation, et les impacts dus à l'augmentation des déchets solides et liquides
peuvent aussi provenir des activités en amont (construction /réhabilitation des infrastructures),
des opérations subséquentes de la mise en place de ces infrastructures et l'utilisation des
carrières d'extraction des matériaux de construction. L’abattage d’arbres pour dégager de
nouveaux terrains pour la construction ainsi que la génération de déchets de chantier sont
aussi d’autres impacts attendus.
Les aménagements pastoraux réalisés, s’ils ne sont pas bien sécurisés, peuvent provoquer un
dépassement de charge et mener au surpâturage. Ceci sera d’autant plus vrai que les éleveurs
transhumants auront tendance à rester dans les zones où l’accès à l’eau pour leurs animaux est
plus facile, entrainant parfois une forte concentration d’animaux. Le surpâturage qui en
résultera, aura des effets néfastes sur la reconstitution du tapis herbacé, sur les ressources
végétales ligneuses et de manière générale sur l’environnement. La raréfaction des ressources
dans des zones ayant subi une dégradation sévère peut entrainer le rabattement des troupeaux
sur d’autres espaces abritant des peuplements naturels d’importance écologique particulière
ou même des aires protégées.
Enfin, les émissions de méthane et de protoxyde d’azote, autres gaz à effets de serre, risquent
d’être importants. Une quantification de ces émissions permettrait de mieux mesurer les
impacts potentiels sur la couche d’ozone.
75
VII.
7.1
PLAN CADRE DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE
Mesures environnementales et sociales déjà prévues par le PRAPS
Dans le cadre d’application des mesures environnementales et sociales du PRAPS, et
conformément aux directives des Politiques Opérationnelles de la Banque Mondiale, la
Politique Opérationnelle OP12.1 relative à l’Evaluation environnementale, et celle OP12.9
relative à la réinstallation involontaire des populations, et il s’y ajoute aussi la législation
nationale en matière d’Evaluation environnementale mais celle de la Banque est largement
suffisante car plus complète. Donc tout type de sous projets qui sera financé par le projet
PRAPS sera soumis d’emblé par un tri et un « screening » environnemental et social en vue
d’en apprécié sa portée environnementale et sociale, et tous les projets qui seront classées en
A, ou ayant une forte répercussion sociale seront rejetés.
Le CPR est déjà élaboré pour le PRAPS, et dans la mise en œuvre des PAR, une assistance
par le recrutement des experts en sciences sociales est aussi programmé.
7.2
Mesures de renforcement institutionnel et juridiques
Dans le cadre du projet il est prévu un comité de pilotage dont un représentant du département
chargé de l’Environnement est membre à part entière.
Au niveau du Ministère de l’Environnement un point focal relevant de la Direction de la
Protection de la Nature (DPN) a été désigné pour être l’interlocuteur du projet. Il est prévu de
conclure un protocole d’accord par la signature d’une convention entre le Département du
Ministère de l’Environnement et le projet pour la mise en œuvre du projet.
Le suivi des mesures environnemental fait partie du rôle régalien de la Direction du Contrôle
Environnemental (DCE) au sein du Ministère de l’Environnement. Dans la convention a
passée entre le projet et le Ministère de l’Environnement, il y sera précisé l’appui du projet
vis-à-vis du Ministère et également les attentes du projet l’assistance du département de
l’Environnement à l’égard du projet.
Au sein de l’unité de Coordination du PRAPS, un Responsable Mesures Sauvegardes
Environnementales et Sociales sera recruté pour superviser toutes les activités relatives à
l’application des mesures.
Un responsable de la Composante 2 sera aussi recruté au sein de l’équipe de coordination, et
un programme de suivi écologique et des données bioclimatiques sera mis au point en
collaboration avec le responsable de cette composante.
76
7.3
Mesures techniques, mesures environnementales, surveillance et suivi
Plusieurs mesures environnementales et sociales mais aussi techniques, de sui et évaluation,
de renforcement des capacités seront envisagées. L’ensemble de ces mesures sont consignées
dans le tableau ci-dessous :
Les mesures techniques sont résumées dans le tableau suivants
Mesures prévues
Provision pour la réalisation et mise
en œuvre d’EIES/PGES
Elaboration des campagnes de
sensibilisation/information/communi
cation
Surveillance environnementale
Evaluation environnementale
Gestion des déchets
Sécurité
Peste et pesticides du PRAPS
Description des actions
Implantation de (2) centres de collectes de lait, Centre de collecte de
lait(25), aires d’abattages (25), marchés à bétail(20), forages (72), mares
surcreusées(10), puits(35), postes d’inspection(25), doses vaccins (4
millions), Parcs de vaccination(120), un laboratoire d’analyse, surveillance
épidémiologique (6000 analyses/an),
Un total de 35 EIES et PGES est prévu pour un coût de 5000/ étude
Il s’agira de mener des campagnes de sensibilisation et des réunions
d’information dans au niveau de chaque unité écopastorale (par des
ONGs), pour informer les élus et les populations locales des objectifs et
enjeux du PRAPS sur les aspects environnementaux et sociaux liés aux
projets et aux travaux.
pour le suivi, il est proposé :

un suivi durant la phase de préparation du projet, par l’Expert
Environnement et Social de la CCP, au moins tous les 3 mois,
soit un coût de 60 000 USD ;

Un appui à la DCE et aux DRE dans le suivi externe, deux fois
par année, soit 30 000 USD.
Il s’agit du recrutement d’un Consultant pour une évaluation à miparcours (fin 3 ème année) et une autre à la fin du projet, soit un total de
15 000 USD/évaluation.
Respect des mesures d’hygiène et de sécurité des
installations de chantiers
Assurer la collecte et l’élimination des déchets issus
des travaux
Mise en place dans le sous projet des mesures
d’accompagnement (assainissement, programme de
gestion et d’entretien)
Signalisation adéquate des travaux
Veiller au respect des règles de sécurité lors des
travaux
Gestion, suivi évaluation, renforcement des
capacités EIE/NIE/PGES
Total
7.4
Renforcement de capacités des acteurs impliqués dans la mise en
œuvre du projet
Pour la mise en œuvre du projet, plusieurs acteurs sont impliqués, il s’agit notamment des
agents du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, le Ministère de
l’Elevage, Ministère de l’Agriculture, de l’Hydraulique et d’Assainissement, le CNLA, des
organisations socioprofessionnelles, des ONG/Associations, et OCB locales, des entreprises
privées, les autorités administratives, les collectivités locales.
Vu la multitude des acteurs impliqués l’approche méthodologique et le contenu des modules
de formation doit être adapté en conséquence.
77



Les autorités administratives, les agents communaux, ONG, OCB, Associations et
organisations socioprofessionnelles seront formées, informées et sensibilisées sur les
Politiques et Mesures environnementales sociales de la Banque Mondiale, la
législation environnementale nationale et les procédures et mesures d’application des
Evaluations environnementales des projets de développement, les maladies
vénériennes, les maladies hydriques, l’hygiène, les effets des changements
climatiques et les mesures de mitigation, etc.
Des ateliers de formation seront organisés au niveau d’un chef lieu représentatif pour
chaque unité écopastorale.
les entreprises privées impliquées dans la mise en œuvre du projet, les organisations
socioprofessionnelles, et les associations impliquées dans la gestion des ressources
naturelles seront formées non seulement sur les politiques et mesures
environnementales sociales de la Banque, la législation nationale pour les Evaluation
environnementale mais aussi sur les plans de gestion environnementale et sociale et
mesures de gestions techniques à appliquer pendant la phase de mise en œuvre,
l’hygiène, la sécurité du personnel, les maladies hydriques, les maladies vénériennes
Les agents du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable,
notamment les Inspecteurs de la Direction du Contrôle Environnemental, les
Délégués régionaux chargé de l’Environnement au niveau des régions, notamment les
services chargés de la mise en œuvre des campagnes de vaccination, de
l’épidémiosurveillance, du fonctionnement du laboratoire d’analyse des produits
chimiques, les départements de l’Agriculture, de l’Hydraulique et Assainissement, le
CNLA, seront formés sur plusieurs modules suivants :
- Mesures environnementales et sociales, Politique opérationnelle de la
Banque, législation nationale sur l’environnement et Evaluation
environnementale.
- Plans de Gestion Environnementale et Sociale des produits chimiques,
vaccins, produits biomédicaux, emballages, flacons etc.
- Hygiène, maladies hydrique, pastoralisme,
- rôle et responsabilité de chacun dans la mise en œuvre du projet,
coordination, et synergie.
7.5
Information et sensibilisation des populations et des
acteurs concernés
L’information sensibilisation des populations et acteurs concernés est primordial pour la
réussite du projet et la pérennisation des interventions et activités qui seront mises en œuvre
dans le cadre du projet.
Le projet va mettre en place un programme de sensibilisation des populations et acteurs
concernés sur le Projet, son objectif de développement, les différentes composantes, les rôles
et responsabilités des acteurs et de la population, l’intégration des mesures environnementales
et sociales dans le projet, les enjeux environnementaux globaux (Changement climatique,
protection de la biodiversité etc) avec un focus mis sur la spécificité de la Mauritanie en
78
rapport avec le pastoralisme ( Changement climatique, protection des ressources naturelles,
sécheresse, etc), gestion durable rationnelle des ressources naturelles etc.
Dans le cadre du projet il est prévu de passer des conventions avec les radios rurales pour
cette fin. Des ateliers de sensibilisation/formation et éducation environnementale sont
envisagées dans le cadre du projet.
Il sera procédé également pour l’information des populations et des acteurs la diffusion des
informations à travers des journaux locaux, diffusion des documents notamment le CGES et
le CPRP du projet, le développement d’un site web du projet, la conception et l’animation
des sketchs, diffusion des brochures, panneaux signalétiques dans ce sens.
7.6 Mesures de gestion des nuisibles, produits chimiques et vaccins utilisés en santé animale

Produits et vaccins recommandés
Pour la Péripneumonie Contagieuse Bovine (PPCB), le vaccin le plus recommandé est le T(1)44



Mesures d’utilisation et de protection
Mesure de formation et d’IEC
Mesures de suivi
Tous les autres aspects concernant les mesures d’utilisations, IEC, suivi sont développés dans
la partie annexe consacrée à la gestion des pestes et pesticides.
VIII.
PROGRAMME DE SUIVI-EVALUATION ENVIRONNEMENTAL ET
SOCIAL
Les aspects de suivi par l’intermédiaire d’une surveillance rapprochée, et d’évaluation
permettent de réussir au mieux les objectifs fixés dans la mise en œuvre des mesures
environnementales et sociales. Ils sont aussi la gage d’apport des réajustements, réorientations
ou corrections nécessaire qui peuvent survenir pendant la phase de mis en œuvre pour
l’atteinte des objectifs.
Le suivi et l’évaluation sont activités complémentaires. Le suivi a pour but d’apporter des
corrections en temps réel par le biais des surveillances continues et rapprochées, les
méthodes d’exécution lors des interventions pendant les travaux, ou lors de la phase
exploitation des sous-projets financés dans le cadre du PRAPS.
Pour ce qui concerne l'Evaluation, elle vise à vérifier si les objectifs ont été respectés et à
tirer les enseignements d’exploitation pour modifier les stratégies futures d’intervention. Le
premier niveau du suivi concerne la surveillance ou le contrôle de proximité.
Le second niveau est le suivi environnemental et social.
Le troisième niveau est celui de l’inspection par des activités de supervision.
79
8.1
Surveillance
La surveillance est une activité de contrôle de proximité qui va se faire de manière
rapprochée ; par des prestataires de service privés ou autocontrôle des entreprises ou bureau,
d’étude chargé de la réalisation des travaux, bénéficiaires, services décentralisés, lors de la
mise en œuvre des sous projets.
8.2
Supervision
L’animation, coordination et la supervision des activités issues des études d’Evaluation
environnementales et sociales assorties des plans et mesures de gestions environnementales
et sociales sera assurée par l’Unité de Coordination du Projet notamment par le Responsable
Mesures Environnementales et Sociales du Projet.
8.3
Suivi
Pendant l’exécution des sous-projets, la législation environnementale, et les mesures
environnementales et sociales identifiées dans PGES consignées lors de l’étude CGES
doivent être appliquées. Les entreprises ou bureau en charge de la réalisation des sous-projets
devront respecter les mesures techniques et environnementales telles que :
les mesures de protection de l’environnement et de mitigation des impacts
sociaux;
- les règles de sécurité concernant la protection des ouvriers et des riverains ;
- les modalités de gestion des déchets solides et liquides ;
- les mesures d’information, sensibilisation et de prévention (santé, hygiène,
sécurité, VIH/SIDA).
Le suivi sera assuré par la Direction du Contrôle Environnemental du Ministère de
l’environnement, les délégués régionaux de l’environnement, appuyé par le Responsable
Mesure Environnemental et Social de l’UC du PRAPS.
-
8.4
Evaluation :
Comme indiquée précédemment, l’Evaluation, consiste à vérifier si les objectifs ont été
respectés et à tirer les enseignements d’exploitation pour modifier, ou apporter des
réajustements si nécessaires sur les futures stratégies d’intervention.
Cette évaluation sera assurée par des consultants indépendants, sous la supervision des agents
de la DCE, et du responsable environnemental et social du PRAPS.
80
8.5
Indicateurs de suivi
Plusieurs indicateurs qui ressortent des mesures techniques, environnementales et sociales
peuvent ressortir dans le cadre du projet.
Les indicateurs poursuivis dans le cadre de la mise en œuvre des mesures techniques et
environnementales sont les suivants :


















Effectivité de la sélection environnementale et sociale et de la réalisation des EIES ;
Nombre de projet ayant fait l’objet d’une EIES avec PGES mis en œuvre ;
Nombre de séances de formation/sensibilisation organisées ;
Nombre de personnes formées avec rapport de formation, liste de présence, module
etc
Nombre de mission de suivi/évaluation environnemental.
Nombre de NIE élaborées
Nombre d’EIE réalisées Nombre et types d’indicateurs suivis
Nombre de missions de suivi
Nombre de missions de surveillance
Nombre et nature des modules élaborés
Nombre de sessions organisées
Typologie et nombre des cadres et agents formés par groupe de parties prenantes
impliquées
Typologie et nombre des personnes sensibilisées
Nombre de sessions organisées
Nombre d’émissions radio- télé réalisés
Nombre de communiqués presses réalisés
Nombre de documents de documents de planification CGES, CPRP diffusés
existence des rapports de formation
Tableau : Synthèse et calendrier de suivi environnemental
Eléments biophysique
suivi
Paramètres indiqués
Sol
-
Eau
-
Niveau d’altération des
structures et textures du sol lors
des travaux de
Etat des carrières, problème
d’érosion
souillure par les huiles usées des
engins
paramètres physicochimiques
des eaux des puits
paramètres physicochimiques
des eaux au niveau des marres
surcreusées
piézométrie au niveau des
environs des marres surcreusées
suivi et surveillance des foyers
de maladies hydriques
Périodicité
Responsabilités
1 fois/mois
Délégués régionaux de
l’environnement/Bénéficiaires
des sous projet/RMES du PRAPS
1 fois/ 6 mois
Laboratoires spécialisés
81
-
Végétation
Vaccins,
déchets
biomédicaux, matériels
et
résidus
de
laboratoire, emballage
Patrimoine culturel
Activités
socioéconomiques
-
RMES/DCE/CNLA/ Délégués
régionaux
1 fois/mois
Suivi très rapproché
pendant les 2 ou 3
mois de campagne
de vaccination à
raison d’une mission
/15 jours
découverte de site archéologique
Tombes, lieu sacré etc
-
conflits liés à l’employabilité
locale
Conflit éleveur/agriculteur
1 fois/mois
plainte pour la gestion des points
d’eau, marchés à bétail ou autres
infrastructures du projet
Types et qualité de gestion des
déchets
Problème d’hygiène, de sécurité
1 fois/mois
sur les chantiers
Prévalence des maladies MST
Existence de consignes
sécuritaires
Evaluation sur le nombre d’acteurs
impliqués formés/sensibilisés en
gestion environnementale et
sociale
Choix consensuel des sites
Bruits, dommage olfactif etc
-
-
-
8.6
surveillance des sites de
libération d’emprises pour
travaux
Emondage sévère ou coupe
abusive sur les végétaux
élimination des déchets
biomédicaux par des
incinérateurs spécialisés
traitement des produits de façon
adéquate
3 fois/an
-
-
Cadre de vie et
environnement
immédiat
suivi sur les sites de lutte
antiacridienne
1 fois/mois
DCE/RMES/Santé/ services
d’hygiène/ CAIE
DCE/ RMES/service de la
culture
RMES/DCE/autorités locales
RMES/DCE/santé/
Institutions responsables pour le suivi environnemental et social
La Direction du Contrôle Environnementale et les délégués régionaux chargés de
l’Environnement, et sont les principales institutions chargées du suivi des mesures
environnementales et sociales du projet. En fonction de la pluridisciplinarité des interventions
les institutions et département concernés peuvent être sollicitées par exemple la CAIE, le
CNLA, les services des Ministères de l’Elevage, d’Hydraulique et de l’assainissement
peuvent être impliqués.
82
IX.
9.1
ARRANGEMENTS INSTITUTIONNELS ET MISE EN ŒUVRE DU CGES
Coordination et préparation
La Direction générale du projet est assurée par un comité de pilotage, ce comité de pilotage
est dirigé par un comité technique. Le Ministère de l’Environnement et du Développement
Durable est représenté au niveau de ce comité technique pour s’assurer de l’application
effective des mesures environnementales et sociales déjà prévu par le projet.
Pour la coordination et la préparation du projet et une intégration des mesures
environnementales et sociales, il est prévu le recrutement au sein de l’équipe de coordination
du projet le recrutement d’un Responsable Mesures Environnementales et Sociales PRAPS.
Le RMES de PRAPS va assurer le le suivi de la mise en œuvre des instruments de gestion
environnementale et sociale tels que le CGES, le CPR, les EIES, les PGES, la préparation de
termes de références, la préparation et l’intégration des clauses environnementales et sociales
des dossiers techniques comme les DAO et le suivi des travaux sur le terrain.
9.2
Mise en œuvre
La mise en œuvre des mesures environnementales et sociales sera faite par les prestataires de
services spécialisés comme ceux chargés de l’exécution des travaux, les bénéficiaires des sousprojets, ou des contractants indépendants.
9.3
Surveillance, Suivi, Supervision et Evaluation
Le suivi sera assuré par la Direction du Contrôle environnemental (DCE). La supervision
générale de la mise en œuvre du CGES s’effectuera par le RMES du PRAPS, en collaboration
avec le responsable suivi-évaluation du projet et les responsables des composantes.
L’évaluation sera effectuée par un consultant individuel à mi-parcours et en fin du projet.
83
COMITE DE
PILOTAGE
(CP)
Organe
concertation
et d’orientation.du
Il sera
sous la présidence d’un
Synthèse
dudemontage
institutionnel
PRAPS-MR
COMITE
TECHNIQU
E (CT)
UNITE DE
COORDINA
TION DU
PRAPS-MR
(UCP-MR)
CP1
CP2
CP3
CP4
Gestion Financière
Passation des Marchés
Suivi-Evaluation
Sauvegardes
Environneme
ntales et
Sociales
Communication
Dimension Genre
représentant du MAED et comprend le Ministère
ME, Ministère de l’Environnement, le Ministère de l’Hydraulique, les autres Ministères concernés, Min. de la
Formation Technique et Professionnelle, les PTFs impliqués en appui au pastoralisme et GRN, , des représentants
des communes, un représentant des ONGs / des OP, de représentants des instituts de recherche et de l’Université un
représentant de la société civile, un représentant des projets de pastoralisme ; un représentant du CILSS. Fréquence
de réunion : semestrielle
Fréquence
réunion
deux en
foisœuvre.
par an Il sera sous la présidence du Coordonnateur National et constitué des représentants des
Organe dede
suivi
de la: mise
directions techniques, organisations d’éleveurs, de représentants des autre projets actifs dans le secteur de l’élevage
(le cas échéant), de représentants clé choisis sur une base ad hoc.
Fréquence de réunion : une fois : trimestrielle.
Responsable de l’exécution au jour le jour des activités du PRAPS - MR. L’UCP-MR sera composée comme suit :
Un Coordonnateur National (fonctionnaire)
Un Directeur Technique (contractuel)
Un spécialiste en santé animale (contractuel)
Un spécialiste en gestion des ressources naturelles (contractuel)
Un spécialiste accès aux marchés (contractuel)
Un spécialiste en gestion des crises pastorales (contractuel)
Un Responsable Administratif et Financier - RAF (contractuel)
Un Comptable, Assistant du RAF (contractuel)
Un Expert en Passation des Marchés (contractuel) et deux Assistants en Passation des Marchés (contractuels)
Un Expert en S&E (contractuel)
Un spécialiste des Sauvegardes environnementales & Sociales (contractuel)
Un spécialiste en communication (contractuel)
Un spécialiste de la dimension genre (contractuel)
Personnels d’appui (secrétaires, chauffeurs, gardiens…)
Personnels du ME redéployés pour appuyer les Directions Techniques concernées
Pool d’Assistance Technique de 60 Hommes mois pour la vie du Projet + autre Assistance Technique (à déterminer)
DISPOSITIF DE MISE EN ŒUVRE DANS LES REGIONS D’INTERVENTION (en association avec les Comités Régionaux de Développement - CRD
concernés en matière d’orientation des activités)
Des coordinations régionales seront constituées au sein des Délégations Régionales existantes du ME et composées :
Un Délégué Régional (agent du ME, fonctionnaire)
Un(e) Assistante en Suivi-Evaluation (contractuel)
Un(e) Assistant Administratif (contractuel)
Acteurs de la mise en
œuvre
Composante 1 Santé
animale
Acteurs de la mise en
œuvre
Composante 2 Gestion des
ressources
pastorales
Acteurs de la mise en
œuvre
Composante 3
Accès aux marchés
(à confirmer)
Acteurs de la mise en
œuvre
Composante 4
Gestion des crises
pastorales
DSV et services déconcentrés (délégations régionales et départementales de l’élevage)
Spécialiste en santé animale (contractuel)
CNERV, REMEMA, CAIE
Autorités administratives locales, chefferies traditionnelles
Vétérinaires privés, OP, ONG, opérateurs privés
Directeur et cadres techniques de la DDFA
Directeur et cadres techniques de la DH
Directeur et cadres techniques de la DPN
Spécialiste en gestion des ressources naturelles (contractuel)
Echelons régionaux
Bureau d’études spécialisé (appel d’offres international) opérateur principal pour les interventions d’ingénierie sociale
Partenariats OP, ONG (appels à propositions) pour l’appui terrain aux communautés locales
Ministères de l’Hydraulique et de l’Environnement (Conventions): supervision des interventions en hydraulique et en GRN
Bureau d’études et Entreprises de travaux pour les aménagements hydrauliques
Directeur et cadres techniques de la DDFA (renforcement de la fonctionnalité des services rendus par les OP à leur membres)
Spécialiste accès aux marchés (contractuel)
Echelons régionaux
Partenariats OP, Commerçants, Syndicats, Fédérations, Interprofessions, ONG
Entreprises de travaux
Commissariat à la Sécurité Alimentaire
Spécialiste en gestion des crises pastorales (contractuel)
Partenariats FAO, OPs, INAP-FTP
Prestataires de formation
84
X.
CALENDRIER ET COUTS
10.1 Calendrier de mise en œuvre des mesures environnementales et
sociales
Mesures
Actions proposées
Responsabilités
A1
Mesures d’atténuation
Identifié par sous projet
x
Mesures
Recrutement du
RMES/désignation du point
focal au MEDD/convention
avec le MEDD
Prestataires de
service
UC PRAPS
UC
PRAPS/Prestatair
es de services
Prestataires de
service/ONG
institutionne
lles
Mesures techniques
Formation
Information
Sensibilisati
on
Mesures
de suivi-évaluation
Réalisation d’EIES/PGES pour
certains sous projets
Activités
compensatoires/végétalisation/a
rrosage des sites/DRS
Formation, Information et
Sensibilisation des partenaires
techniques, les ONG,
organisations
socioprofessionnelles, autorités
locales, bénéficiaires des
infrastructures etc
Suivi
Suivi
de proximité
Mesures
de suivi-évaluation
Supervision
Evaluation
mi- parcours et
finale
Périodes de réalisation/année
A2
A3
A4
A5
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
A6
x
x
Prestataires de
services/bénéficiai
res/Délégués
régionaux/UC
PRAPS
RMES
PRAPS/DCE/Dél
égués régionaux
Consultants
x
x
10.2 Coûts des mesures environnementales et sociales
Mesures prévues
Provision pour la réalisation et mise
en œuvre d’EIES/PGES
Elaboration des campagnes de
sensibilisation/information/communi
cation
Surveillance environnementale
Description des actions
Implantation de (2) centres de collectes de lait, Centre
de collecte de lait(25), aires d’abattages (25), marchés à
bétail(20), forages (72), mares surcreusées(10),
puits(35), postes d’inspection(25), doses vaccins (4
millions), Parcs de vaccination(120), un laboratoire
d’analyse, surveillance épidémiologique (6000
analyses/an),
Un total de 20 EIES et PGES est prévu pour un coût de
5000/ étude
Il s’agira de mener des campagnes de sensibilisation et
des réunions d’information dans au niveau de chaque
unité écopastorale (par des ONGs), pour informer les
élus et les populations locales des objectifs et enjeux du
PRAPS sur les aspects environnementaux et sociaux
liés aux projets et aux travaux.
pour le suivi, il est proposé :

un suivi durant la phase de préparation du
Coût $
100 000
20 000
40 000
85
Mesures prévues
Evaluation environnementale
Gestion des déchets
Provision pour le renforcement des
capacités des acteurs
Sécurité
Peste et pesticides du PRAPS
Description des actions
projet, par l’Expert Environnement et Social
de la CCP, au moins tous les 3 mois, soit un
coût de 60 000 USD ;

Un appui à la DCE et aux DRE dans le suivi
externe, deux fois par année, soit 30 000
USD.
Il s’agit du recrutement d’un Consultant pour une
évaluation à mi-parcours (fin 3 ème année) et une autre
à la fin du projet, soit un total de
15 000 USD/évaluation.
Respect des mesures d’hygiène
et de sécurité des installations de
chantiers
Assurer la collecte et
l’élimination des déchets issus
des travaux
Mise en place dans le sous projet
des mesures d’accompagnement
(assainissement, programme de
gestion et d’entretien)
Ateliers de formation partenaire
techniques
Signalisation adéquate des
travaux
Veiller au respect des règles de
sécurité lors des travaux
Gestion, suivi évaluation,
EIE/NIE/PGES/renforcement
des capacités
Coût $
30 000
Ce sont des coûts
supportés par le
mandataire
75 000
Coûts supportés par le
mandataire
135 000
400 000
Total
10.3 Coûts du plan de gestion des nuisibles, produits chimiques et vaccins
utilisés dans le secteur de l’Elevage
Mesures
Formation, Education, Communication
Surveillance, suivi et évaluation
EIES/NIE/PGES (Evaluation environnementale)
Coûts UM
20 000 000
10 000 000
10 000 000
Total
40 000 000
86
ANNEXES
ANNEXE1 : PLAN DE GESTION DES PESTES ET DES PESTICIDES
Contexte de l’étude :
Dans le cadre du PRAPS, il est supposé que les éleveurs puissent utiliser des produits chimiques
(acaricides) pour le traitement des tiques sur le bétail. En plus, les activités vont nécessiter des services
vétérinaires et l’utilisation de vaccins. L’utilisation potentielle de ces produits déclenche la politique
opérationnelle 4.09 de la Banque mondiale. Pour permettre au PRAPS d’être en conformité avec cette
politique, chaque consultant national devra élaborer une note restreinte sur les impacts potentiels et les
stratégies proposées (mesures techniques, renforcement capacités, IEC, etc.) pour gérer ces produits de
façon écologiquement durable. Il ya lieu de rappeler cette note sur la gestion des pestes et des
pesticides devra se focaliser exclusivement sur la gestion des produits chimiques susceptible d’être
utilisés pour la santé animale par les éleveurs (bien noter ici que les pesticides du secteur de
l’agriculture ne sont pas concernés).
6.2
Objectifs
Le plan de gestion des nuisibles et produits chimiques du PRAPS définit les conditions d’utilisation
des produits vétérinaires dans le respect de la réglementation nationale et internationale, notamment
l’OP 4.09 de la Banque Mondiale en matière de lutte phytosanitaire. Il vise à terme à identifier et
promouvoir l’utilisation des produits vétérinaires qui de par leur nature, stockage et utilisation causent
moins de dommage à la santé humaine et animale ; et à renforcer la capacité des actifs pastoraux sur
une utilisation acceptable du point de vue environnementale des dits produits.
Rappel de la réglementation nationale sur la gestion des nuisibles et pesticides
La gestion des pestes et pesticides en Mauritanie était gérée institutionnellement par deux
département : le Ministère chargé de l’Environnement et du Développement Durable, et
l’ancien Ministère du Développement Rural qui est actuellement scindé en deux : le
Ministère de l’Agriculture et le Ministère de l’Elevage (ME) crée au cours de l’année 2014,
qui est entrain de se mettre en place. Donc l’essentiel de la gestion des pestes et pesticides au
niveau de l’ancien ministère du développement rural était assurée par deux Direction à savoir
la Direction de l’Agriculture et la Direction de l’Elevage.
Actuellement dans l’organigramme actuel du Ministère de l’Elevage, la Direction des
Services Vétérinaires (DSV), est celle qui s’occupe de l’ensemble des services ayant trait à la
question de santé animale en Mauritanie.
Au niveau du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, deux directions
sont concernées par la gestion des produits chimiques : la Direction du Contrôle
Environnemental (DCE), et la Direction des pollutions et Urgences Environnementales.
87
D’autres acteurs gravitent autour pour assurer chacun en ce qui le concerne par rapport aux
prérogatives assignées une gestion rationnelle des pestes et pesticides (contrôle, sécurité des
populations) :
 Le Ministère de l'Intérieur (Direction de la Protection Civile) est chargé de la répression,
de la lutte et du contrôle des substances toxiques et dangereuses et des risques encourus par
les citoyens (décret n°046/2002 du 11/03/02).
 Le Ministère des Finances (Direction Générale des Douanes) est chargé du contrôle de
l'entrée et de la sortie des produits chimiques (décret n°2000/05 du 10/01/2000).
 Le Ministère de la Santé et des affaires Sociales (Direction de la Protection Sanitaire,
Centre National d'Hygiène CNH) utilisateur de pesticides, veille et contrôle l'existence des
POPs (décret n°076/2000 du 20/09/2000).
 Le Ministère du Commerce de l'artisanat et du Tourisme (Direction du Commerce
Extérieur, Direction de la Protection des Consommateurs, de la Concurrence, de la
Répression de la fraude) joue un rôle important dans le contrôle et la gestion des pesticides
(décret n°70/98 du 10/01/1998).
 La Société Général de Surveillance des Importations (SGSI) qui répertorie toutes les
importations en Mauritanie notamment en ce qui concerne les produits chimiques.
Ces acteurs participent aux travaux de l’ensemble ou d’une partie des structures ci-après : le
Conseil National pour l'Environnement et le Développement durable (CNED), le comité
consultatif de la protection des végétaux, le comité sahélien sur les pesticides. Les activités du
Conseil National pour l'Environnement et le Développement Durable (CNED) (décret n°95
060 du 27/12/1995) sont relayées au niveau décentralisé par les CTED (Comité Technique
pour l'Environnement et le Développement) (arrêté n°R0146 du 08/05/1996) et les conseils
régionaux pour l'environnement et le développement (CRED) (arrêté n°R0147 du
08/05/1996).
Ministères
Structures concernées
Rôles
MEDD
-
Directions
de
la
pollution
et
des
Urgences
environnementales
Direction du Contrôle
Environnemental
Élaborer
des
politiques
et
réglementation en
matière
de
l’Environnement
Assurer tous les
services relatifs à la
santé animale
Assurer
l’approvisionnement
en intrants agricoles
dont les pesticides
et herbicides
Contrôle
et
répression contre les
substances toxiques
-
ME
-
Direction des Services
Vétérinaires
MA
-
Direction
l’Agriculture
MINTD
Direction Protection Civile
de
Niveau d’implication des
départements
- surveillance, contrôle de
l’utilisation des produits
chimiques
- formation/sensibilisation
des utilisateurs
- transport des produits
chimiques
Surveillance, contrôle des
substances
toxiques
et
dangereuses des marchés
parallèles.
Répression contre les fraudes
88
MF
Direction
Douanes
Générales
MEENESTER
Université
MPEM
Direction des mines
Cellule nationale de maîtrise
de l’énergie
Direction des Hydrocarbures
Direction de l’électricité
Société de tutelle
SOMAGAZ, SOMIR,
SOMELEC
Elaboration
politiques
l’énergie
MCIAT
Direction de l’Industrie
MPEM
Direction marine marchande
IMROP
ONISPA
Gestion des unités
industrielles
Contrôle de qualité
de produits de mer
Recherches
des
polluants chimiques
et biologiques
Homologation des
pesticides et des
produits d’hygiène
Contrôles
et
surveillance
des
polluants
sur
l’environnement
MS
DHP
INRSP
MET
Direction des transports
des
Contrôle
de
rentrée/sortie toute
marchandise
Recherche
scientifique
et
expertise en cas de
pollution chimique
des
de
Veiller sur la bonne
qualité
des
hydrocarbures
fournis au pays
Transport
Contrôle aux entrées/sorties
des produits chimiques
Publication des résultats de
recherche
Organisation des séminaires
de
formation
et
de
vulgarisation
Importation
des
produits
pétroliers
Transport
des
produits
chimiques
Stockage
des
produits
pétroliers
Distribution des produits
pétroliers
Octroi des licences
Octroi des agréments
Publication de résultats de
recherche
Information du public
Développement des normes
d’utilisation des produits
chimiques
Surveillance de la traçabilité
des produits chimiques
Analyse des risques de
contamination chimique (eau,
aliment)
Assurer le transport sécurisé
des produits chimiques
Source : Profil chimique de la Mauritanie
Cadre réglementaire sur les pestes et les pesticides : analyse
L’année 2000 a constitué un tournant dans la politique de gestion des pestes et pesticides en
RIM. En effet les deux textes fondamentaux base de la gestion de ces produits ont été votés
(la loi N°2000-045 portant loi cadre sur l'environnement du 27/07/00, la loi N° 2000-042
relative à la protection des végétaux du 26/07/00, le décret N° 2002-062 portant application
de la loi 042/2000 du 26/07/2000 relative à la protection de végétaux). Ils complètent d’autres
textes plus anciens qui prenaient en charge de manière très partielle la préoccupation de
gestion rationnelle de ces produits (Le code de l'hygiène : ordonnance du 84-208 du 10
septembre 1984, le code de l'eau : ordonnance N° 85-144 du 04/07/1985). La RIM a aussi
ratifié la réglementation sur l’homologation des pesticides du CILSS (Comité Inter-Etats de
lutte contre la sécheresse dans le Sahel).
89
La loi sur la protection des végétaux
La loi relative à la protection des végétaux et des produits dérivés intègre le contrôle de la
distribution et de l'utilisation des produits phytopharmaceutiques destinés à la lutte contre les
nuisances aux végétaux et produits dérivés.
En ce qui concerne le contrôle des pesticides, leur mise sur le marché et leur utilisation sont
conditionnées par leur homologation par le Ministère de l'Agriculture après avis du Conseil
Consultatif de la Protection des Végétaux (article 26) mais aussi par le CILSS (résolution du
conseil des Ministres du CILSS N° 7/27/CM/92 du 7/04/92). Ces produits sont consignés dans
un registre mis à jour périodiquement.
Au chapitre II art 31, il est stipulé que les fabricants, importateurs, distributeurs doivent
s'assurer de la conformité des produits phytopharmaceutiques aux normes d'homologation. De
même, (art 32), les établissements concernés par l'expérimentation, l'importation, la
fabrication, le conditionnement, la vente ainsi que les prestataires de traitement
phytosanitaires doivent avoir un agrément du Ministre chargé de l'Agriculture. Ces produits
peuvent être néanmoins contrôlés par les agents de contrôle (examen des licences,
homologation, registres) voire saisis lors du constat de leur non conformité (art 35/36). Le
décret 2002-062 fixe les conditions du contrôle des produits phytopharmaceutiques : la
procédure de demande d'homologation, l'autorisation d'expérimentation.
Aussi il est bien spécifié, art 29, que les règles relatives à l'emballage, à l'étiquetage, à la mise
sur le marché, au transport, au stockage et à l'utilisation des produits phytopharmaceutiques
ainsi qu'à l'élimination des produits périmés sont arrêtées par le Ministre de l'Agriculture en
concertation avec le celui chargé du commerce, de l'industrie et de la santé. (Chap. VII, art22,
23, 24, 25, 26, 27, 28, 29).
La loi cadre sur l'environnement
Cette loi établie les principes généraux qui fondent la politique nationale de protection de
l'environnement concept définit dans son sens large intégrant la lutte contre les pollutions et
nuisance, la qualité du cadre de vie, la conservation de la diversité biologique, l'utilisation
rationnelle des ressources naturelles. Les acteurs de la mise en œuvre ainsi que leurs
responsabilités sont aussi définis.
Dans le cadre de la protection des ressources et du milieu naturel, certaines activités (art.26)
susceptibles de porter atteinte à la faune et à la flore ou la destruction de leurs habitats sont
interdites ou soumis à autorisation préalable. Certaines activité aussi sont soumises à l'étude
d’impact sur l’environnement (EIE) qui fera état lorsque pertinent de la liste des produits
chimiques utilisés (art 17).
Dans le chapitre II consacré à la protection de l'eau en vue notamment de l'alimentation en eau
potable et de la santé publique, de la vie biologique du milieu récepteur en particulier la faune
piscicole, certaines dispositions sont prises qui s'appliquent aux déversements, écoulements,
90
rejets, dépôts directs ou indirects de matière de toute nature pouvant occasionner ou renforcer
la dégradation des eaux superficielles ou souterraines.
Le chapitre III traitant de la protection du sol et du sous-sol est plus explicite en terme
d'utilisation des pesticides. En effet, les articles 45, 46 et 47 stipulent respectueusement :
 Article 45 : il est interdit de déposer, jeter, déverser ou éparpiller des déchets ou des
résidus solides, liquides, ou gazeux, ou toute autre substance susceptible de polluer
le sol en des endroits autres que ceux exclusivement prévus à cet effet par les textes
en vigueur ;
 Article 46 : les utilisateurs des pesticides ou d'autres substances chimiques nocives
sont tenus d'en faire usage de façon rationnelle uniquement pour combattre les
maladies, les déprédateurs ainsi que pour favoriser la fertilisation des sols ;
 Article 47 : les vendeurs et les utilisateurs des pesticides ou d’autre substance
chimique à effets nuisibles sont tenus de ne vendre et de n'utiliser que des produits
entrant dans la nomenclature légalement admise par les organismes compétents.
Dans la prise en charge des déchets le chapitre II section II traite des déchets industriels
produits sur le territoire. La définition prend en charge les produits phytosanitaires obsolètes
(pesticides), Art 4. Cependant il n'est pas fait cas de la collecte, du stockage et du traitement
ainsi que de la responsabilité des intervenants sauf les entreprises industrielles classées
soumises à un cahier des charges général dont l'élaboration incombe aux ministères chargés
de l'industrie, des mines, de l'environnement et de la santé.
La réglementation subsidiaire
Le code de l'hygiène
Le code de l'hygiène ordonnance N° 84-208 du 10 septembre 1984 mentionne au chapitre II,
mesures d'assainissement de base, section 1 eau potable que sur les citernes enterrés dont le
revêtement doit être uniquement en gazon l'utilisation des pesticides, des fumiers organiques
ou autres est interdit (art 16). En ce qui concerne les aliments d'origine végétale, ils doivent
être conformes aux prescriptions en vigueur en matière de résidus de pesticides.
Le code de l'eau
Le code de l'eau (ordonnance N° 85-144 du 04/07/1985) interdit, à l'intérieur des périmètres
de protection des sources d'eau destinées à l'alimentation humaine, certaines activités
notamment le dépôt d'hydrocarbures ou de toute substance présentant des risques de toxicité
(engrais - pesticides, etc.) Art 27.
Aussi il est bien spécifié qu'aucun déversement, écoulement, rejet, dépôt direct ou indirect
dans une nappe superficielle ou souterraine, susceptible d'en modifier les caractéristiques
91
physiques y compris thermiques, atomiques, chimiques, biologiques et bactériologiques ne
peut se faire sans autorisation du Ministre chargé de l'hydraulique "art 105.
Le code attribue aussi la responsabilité de l'exploitant de zones irriguées en ce qui concerne
l'utilisation raisonnée de l'eau mais aussi la propagation des maladies ; en ce sens il est
responsable de la lutte anti vectorielle dans les eaux utilisées.
Loi sur la gestion des oasis
La loi N° 98-016 du 09 Juillet 1998 relative à la gestion participative des Oasis qui stipule
que, dans le cadre de la mise en valeur et de la protection phytosanitaire des palmiers et des
cultures sous palmiers, l'utilisation des pesticides doit se faire dans le respect de la santé
publique, de la faune, de la flore ainsi que de la protection de l'environnement (art 31, 32
section IV)
Ce cadre réglementaire souffre de la prise en compte des pesticides destinés à la lutte contre
les vecteurs de maladie humaine et de la définition des conditions de gestion au niveau de
toute la filière (stockage primaire, transport, stockage secondaire, utilisation, élimination des
contenants). Aussi, afin de favoriser l’application de toutes les dispositions arrêtées, il est
essentiel de vulgariser ces textes aux fins d'application par les différents intervenants.
6.3
Acteurs impliqués dans la gestion des pestes et pesticides
 Les services de l’Etat :
Les acteurs impliqués dans la gestion des pestes et pesticides sont des acteurs issus des
services de l’Etat notamment la Direction des Services Vétérinaires (DSV), la CAIE (Centre
d’Achats en Intrants d’Elevage), le CNERV, la DCE, la Direction des Pollutions et Urgences
environnementales.
Au niveau décentralisé ce sont les délégations régionales et les services associés qui prennent
le relais au niveau des régions, et départements.
 Les pharmacies et cliniques vétérinaires privées
A partir de 1993, l’encadrement médical vétérinaire a été élargi aux prestataires de
services privés en santé animale, avec la mise en œuvre par l’État d’une politique de
privatisation des prestations, et la distinction subséquente d’un secteur privé et d’un
secteur public vétérinaires.
Le secteur privé est composé de vétérinaires, de para professionnels et d’auxiliaires de
santé animale formés.
La plupart des pharmacies et cliniques sont concentrées à Nouakchott et dans certaines
capitales régionales. L’absence de telles structures dans les zones pastorales est notoire.
92
 Le REMEMA : Réseau Mauritanien d’Epidémiosurveillance des Maladies Animales
mis en place en septembre 1998. Il fourni des informations zoo sanitaires, de suivi et
surveillance des maladies animales.
6.4
Approche de gestion des produits chimiques dans le secteur de l’élevage (à
l’échelle nationale)

Les principaux nuisibles dans le secteur de l’élevage
Il importe de préciser, qu’en élevage, on fait recours aux appellations de virus et de parasites
qui occasionnent des maladies et des pathologies qui pénalisent lourdement le sous secteur.
-
Les principaux parasites externes sont constitués par des acariens, des tiques et des
insectes
Les acariens (Sarcoptidés, demodex, et Psoroptidés) sont responsables de l’apparition des
acarioses, communément appelées gales.
Les infestations aux tiques sont fréquemment observées, particulièrement au lendemain
d’hivernages pluvieux précédés de longs déplacements transfrontaliers des animaux. Elles
occasionnent l’apparition de certaines maladies (piroplasmoses, anaplasmose etc.).
Plusieurs insectes hématophages, inventoriés au sud du pays sont vecteurs de redoutables
maladies, particulièrement chez les dromadaires (trypanosoma evansi).
-
Les parasites internes, objet de lutte, sont quant à eux constitués principalement de
nématodes, de strongles, de ténias et de douves.
Ils sont à l’origine de maladies souvent dont les effets économiques sont assez élevés et les
effets sanitaires parfois mortels, surtout en cas de période de disette.
-
Les bactéries et les virus constituent les causes de nuisance chez les animaux
mauritaniens.
Au nombre de ces micro-organismes, le virus de la peste des petits ruminants, celui de la
variole ovine (poxvirus) et le mycoplasma mycoides mycoides méritent d’être cités puisqu’ils
sont responsables des deux maladies qui font l’objet de campagnes vaccinations au niveau
national. Le premier est responsable de la peste bovine, le second de la variole du mouton et
le troisième de la péripneumonie contagieuse bovine (PPCB). La présence d’autres germes est
signalée. Il s’agit notamment de ceux responsables du botulisme (clostridium botulinum) et de
la fièvre aphteuse

Approches de gestion des pestes et des produits chimiques utilisés dans l’élevage
La lutte contre les maladies parasitoses est uniquement d’ordre chimique.
93
Contre les parasites externes, la méthode de lutte la plus usitée actuellement est le traitement
par la voie parentérale, basée sur l'administration du produit acaricide par injection ou en
percutanée. L'acaricide doit à la fois s'accumuler dans les tissus de l'hôte à un taux suffisant
pour avoir une rémanence et un effet sur les parasites, et ne pas être toxique pour l'animal ni
pour le consommateur de lait et de viande Le bain, la douche individuelle et collective ainsi
que le pour on sont très rarement usités.
Les organochlorés (particulièrement le lindane) et les organophosphorés, les amidines dont
l’Amitraze ne sont plus utilisés dans le pays. Les professionnels (services publics et
vétérinaires privés) et les éleveurs, qui sont, aujourd’hui, les plus grands manipulateurs des
médicaments, préférant l’emploi des ivermectines qui peut se faire par simple injection sous
cutanée.
La lutte vectorielle, à l’endroit notamment des tabanidés n’est jamais faite.
La lutte contre les parasites internes passe par l’administration de molécules dont les plus
usitées sont le thiabendazole, le tartrate de morantel, le levamisol, l’ivermectine et le
bithionol. A l’exception de l’ivermectine, tous les autres antiparasitaires sont administrés sous
forme de bols.
Contre la plupart des maladies infectieuses, l’action la plus répandue est la vaccination avec
des produits parfois vivants, lors des campagnes annuelles de prophylaxie.
Ceux-ci sont généralement acquis par la Centrale d’Achat des Intrants d’Elevage qui en assure
la vente. On peut citer dans cette catégorie, les vaccins contre la Péripneumonie contagieuse
bovine, la peste des petits ruminants et variole du mouton (clavelée).
La détention et la vente des autres types de vaccins peuvent être assurées par des privés, après
autorisation.

Lutte intégrée et biologique
La lutte intégrée en Mauritanie se fait à travers l’intervention de tous les départements ministériels
concernés, et les services étatiques et privés qui sont affiliées à la gestion de la problématique des
pestes et pesticides.
La lutte biologique n’est pas encore expérimentée en Mauritanie.
6.5
Mode d’utilisation et de gestion des produits chimiques utilisés dans le secteur de
l’élevage
Comme indiqués plus haut la CAIE est la seule institution habilitée à importer des vaccins
vivants, néanmoins les médicaments vétérinaires et les vaccins non vivants peuvent être
acquis par les partenaires privés sous l’autorisation du ministère de l’Elevage.
94
6.6
Risques environnementaux et sanitaires de l’utilisation des produits chimiques
utilisés dans le secteur de l’élevage
Les risques environnementaux et sanitaires liés à l’utilisation des produits chimiques et
vaccins dans le secteur de l’élevage sont nombreux et variés, on peut ainsi citer :
- risque de corrosion, irritation, inflammation pendant le transport et la manutention ou le
stockage des produits.
- risque de déversement et contamination sur le sol, l’eau, etc
- risque de mauvaise utilisation du point de vue dosage, qui peut causer la mortalité des
animaux, ou des intoxications alimentaires sur la viande consommée ou le lait par
l’homme.
- risque de réutilisation des emballages contaminés par des produits toxiques par les
riverains.
- risque de contamination des vaccins vivant contenant des germes pathogènes sur l’eau, la
végétation ou le sol.
- risque de résistance des germes aux antibiotiques avec une mauvaise utilisation des
dosages recommandés.
6.7
Mesures de gestion et de suivi proposées
Elles sont constituées de :







L’application effective de la réglementation portant notamment sur la détention et la
manipulation des médicaments et des produits biologiques, de façon à les limiter aux
professionnels
L’information et la sensibilisation des éleveurs sur les mesures préconisées pour la gestion
des déchets résultant de l’utilisation des médicaments et produits biologiques ;
L’information et la sensibilisation des éleveurs et des professionnels sur les risques
encourus par le non respect des périodes d’attente des différents médicaments utilisés ;
La destruction au feu et/ou l’enfouissement, à la fin de chaque séance de vaccination ou
de traitement des déchets qui en résultent.
L’élaboration de prospectus (guide) imagés, destinés aux éleveurs et portant sur la
conduite à tenir après l’utilisation des médicaments.
Produits recommandés
A l’état actuel, la Mauritanie n’a pas encore pris des dispositions dans le sens d’homologation des
produits dans le domaine de santé animale.

Mesures d’utilisation et de protection
Les mesures de précaution passent nécessairement par des actions suivantes :
- un bon choix des produits et vaccins réputés par leur qualité et leur efficacité.
- Conseil ou expertise pour la manipulation des produits et vaccins par des vétérinaires ou
techniciens vétérinaires ou des auxiliaires bien formés.
- procéder aux campagnes d’informations, sensibilisation et éducation des éleveurs et
professionnels du secteur sur les enjeux, et risques sanitaires et environnementaux.
95

bonne formation des ouvriers et ceux chargés de la manutention sur les bonnes pratiques
sécuritaires et mise à disposition du matériel de sécurité et de protection personnel.
Mesure de formation et d’IEC
Il est indispensable de procéder à des campagnes de sensibilisation sur les risques
environnementaux et sanitaire sur la manipulation des produits et vaccins. Dispenser des
formations sur les conduites sécuritaires, et procéder à une large communication avec les
dédias ruraux (radios, affiche, sketchs, affiches etc).

Mesures de suivi
Un suivi rapproché doit être de rigueur surtout pendant les 3 mois de campagnes vaccination
annuelle contre les maladies majeures du cheptel en Mauritanie.
Ce suivi va s’intéresser à la manière d’élimination des emballages, les flacons, les seringues.
La qualité des produits et vaccins utilisés
Les conditions de transport des produits
Les mesures de protection des ouvriers et les techniciens de l’élevage.
Les conditions de stockages des produits.
6.8 Couts
Les mesures techniques et environnementales, et les coûts inhérents à ces activités sont les
suivants
Mesures
Formation, Education, Communication
Surveillance, suivi et évaluation
EIES/NIE/PGES (Evaluation environnementale)
Coûts UM
20 000 000
10 000 000
10 000 000
Total
40 000 000
Total 40 000 000 UM soit environ 135 000$
96
ANNEXE 2 : REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
APE, 2009. Évaluation économique des coûts et bénéfices de la gestion de
l’environnement en Mauritanie : Application aux ressources Hydriques, Pastorales et
Halieutiques.
APE, 2010. Evaluation Environnementale Stratégique (EES) du secteur du
développement rural. Projet articulation Pauvreté Environnement. Travaux réalisé
dans le cadre de l’initiative PNUD-PNUE.
CMAP, 2013. Système de financement du secteur rural en Mauritanie : Etat et
perspectives
FAO, 2010. Evaluation des ressources forestières de la Mauritanie. FRAN/FAO in
2005.
MAED, 2011. Cadre Stratégique de réduction de la pauvreté 2011-2015.
MAED, 2013. Rapport de mise en œuvre du CSLP 3.
Mauritanie, 2012.Stratégie Nationale pour la Sécurité Alimentaire.
Mauritanie. FAO, 2002. Banque Mondiale. Initiative « Elevage, pauvreté et croissance »
Document national.
MDRE, 2013. Stratégie de développement du secteur rural en Mauritanie.
MEDD, 2005. Stratégie nationale de développement durable – SNDD.
MEDD, 2010. Plan d’Action National pour l’Environnement – PANE 2 (2011-2015)
Mele, G. 2014. Mauritanie : Les richesses naturelles au service d’un avenir durable.
Evaluation du capital naturel – Banque mondiale.
PNDEA, 2013. Plan national de Développement de l’Elevage et de l’Agriculture en
Mauritanie
PRAPS, 2014. Rapports sur les différentes composantes du projet : de 1 à 5.
UE, 2013. Revue institutionnelle du secteur du développement rural en Mauritanie.
DJOCGOUE, PF. 2014. Elaboration du Cadre de Gestion Environnementale et Sociale
PRAPS-Tchad (Rapport provisoire).
97
ANNEXE 3 : PERSONNES RENCONTREES
Noms et prénoms
Sow Mamadou
Samba
Brahim O/
Abdelkader
Dah O/ Khtour
Dah O/ Salihi
Dr Ahmed Salem El
Arbi
Dr Brahim Taleb
Moussa
Dr Diagana Dieydi
Dr El Yedaly
Mohamedou
Dr Kane Mamoudou
Dr Lehbib Abdel
Aziz
Dr Mohamed El
Moctar Abdallahi
Dr Teslem Cheikh
Bourweiss
El Hacen O/ Taleb
Hadya Amadou Kane
Cheikh Tourad
Mohamed El Moctar
ISSELMOU
Titre
RMES
Institution
PRAPS
Contact
47 50 90 35
Email
Consultant
/composante 5
Consultant/co
mposante 4
Consultant/co
mposante 2
Directeur
Adjoint
Directeur
Général
Consultant
Chef Service
UC/PRAPSMR
UC/PRAPSMR
UC/PRAPSMR
DSV
22356858
[email protected]
41254160
dahouldkhtou[email protected]
22332115
[email protected]
22245560
[email protected]
CAIE
22245558
[email protected]
FAO
DSV/ME
22439950
22435583
[email protected]
[email protected]
DA
Cadre
DPCSE
ME
46595333
22113012
[email protected]
[email protected]
Directeur
Adjoint
Cadre
CNERV
22245553
[email protected]
DSV/Elevag
e
GNAP
GIZ/Nouakc
hott
DCE
UC/PRAPSMR
22245562
[email protected]
22367455
46408072
[email protected]
[email protected]
44461472
22046670
[email protected]
Président
Consultant
Directeur
RSE
[email protected]
98
ANNEXE 4 : DETAIL DES CONSULTATIONS PUBLIQUES
99
100
101
102
103
ANNEXE5. TERMES DE REFERENCE
« Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel –PRAPS-Mauritanie »
Recrutement d’un consultant national individuel pour la contribution de la Mauritanie à la
préparation du
Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES)
I.
Contexte
Un forum de Haut Niveau sur le pastoralisme s’est tenu le 29 Octobre 2013 à Nouakchott. Il a
rassemblé des Chefs d’Etat, les ministres de l’élevage des six pays sahéliens invités (Burkina
Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tchad), les principales organisations régionales
(CEDEAO, UEMOA, CILSS, …), ainsi que de multiples partenaires, dont la FAO.
Le Forum a abouti à la “Déclaration de Nouakchott” adoptée par les Chefs d’Etat et de
gouvernement des six pays réunis, qui appelle à « sécuriser le mode d’existence et les moyens
de production des populations pastorales et d’accroître le produit brut des activités d’élevage
d’au moins 30% dans les six pays concernés au cours des cinq prochaines années, en vue
d’augmenter significativement les revenus des pasteurs dans un horizon de 5 à 10 ans ».
A Nouakchott, les six pays de la déclaration se sont en particulier engagés à :
 Progresser vers un cadre d’action programmatique à moyen terme en faveur du
pastoralisme, englobant des appuis institutionnels, des réformes de politiques
publiques et des investissements stratégiques, piloté par le CILSS pour les six pays,
sous le leadership politique de l’UEMOA / CEDEAO (plus la Mauritanie et le Tchad).
 Bâtir une alliance solide autour du pastoralisme, en fédérant les compétences et les
ressources de chacun (partenaires techniques et financiers bilatéraux et multilatéraux,
Etats, secteur privé, société civile pastorale). Les appuis seront complémentaires et
alignés sur les priorités des pays définies de façon participative et inclusive, en tenant
compte de la dimension régionale des actions prioritaires à entreprendre, dans le
respect du principe de subsidiarité.
 Valoriser les cadres de concertation existants et constituer une plate-forme multiacteurs permettant d’agir durablement pour le pastoralisme.
 Accélérer la formulation, le financement et la mise en œuvre de programmes
nationaux, multi-pays et transfrontaliers, afin de répondre à l’objectif de progresser
rapidement vers la sécurisation des activités pastorales, d’accroitre le poids
économique de l’élevage et d’augmenter durablement les revenus des communautés
pastorales et agro-pastorales sahélo-sahariennes.
Répondant à cet appel, le groupe de la Banque Mondiale, s’est engagé avec les pays
participants au Forum de Nouakchott et en partenariat technique avec le CILSS, dans la
préparation d’un programme régional destiné à traduire l’impulsion politique donnée et mettre
en œuvre les orientations actées. Ce programme régional, ou « Projet régional d’appui au
pastoralisme au Sahel -PRAPS » dont le budget s’élève à 250 millions de $US, vient en appui
au développement du pastoralisme et à l’amélioration de la résilience des populations
pastorales des six pays signataires de la Déclaration de Nouakchott. La coordination
opérationnelle de la préparation de ce programme a été confiée au CILSS qui devra, en
104
relation étroite avec les pays bénéficiaires, identifier un programme d’investissement
composé : (i) d’un ensemble cohérent d’investissements stratégiques ; (ii) d’appuis aux
institutions en mesure de soutenir ou contribuer efficacement au développement du
pastoralisme dans la sous-région ; (iii) de réformes politiques (et réglementaires) ou d’une
accélération de celles-ci.
Le PRAPS devra être en conformité avec les règlementations environnementales des six pays
bénéficiaires et aussi avec les politiques de sauvegarde environnementales et sociales de la
Banque mondiale. A cet effet, il devra faire l’objet d’une évaluation environnementale et
sociale, et prévoir la préparation des instruments de sauvegardes appropriés liés à la nature
des interventions, dont un Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES) et un Cadre
Politique de Réinstallation des Populations (CPRP).
II.
Objectif de l’étude
L’objectif de la présente consultation est de contribuer à l’évaluation environnementale et
sociale du PRAPS et à la préparation des éléments complémentaires du Cadre de Gestion
Environnementale et Sociale (CGES) de ce projet régional. Il s’agit de façon plus spécifique
de traiter les points suivants en respectant scrupuleusement leurs contenus se trouvant dans le
canevas présenté par le consultant international (en annexe) :
-
-
d’organiser la consultation publique
de traiter l’évaluation de capacités de gestion environnementale et sociale des acteurs du
projet en mettant l’accent sur le département de l’Elevage, les ONG, Organisations
pastorales, etc.
de décrire la procédure d’analyse et de sélection des projets.
d’établir un plan cadre de gestion environnementale et sociale du projet
d’établir un programme de suivi-évaluation environnemental, et social
élaborer un Plan de renforcement de capacités des acteurs
de définir les arrangements institutionnels et mise en œuvre du CGES
de définir un Calendrier, et d’évaluer les Couts des mesures environnementales et sociales
de traiter de façon détaillée les contours de la gestion des nuisibles et pesticides dans le
secteur de l’élevage.
L’équipe nationale de préparation du PRAPS mettra à la disposition du Consultant les
documents et les informations nécessaires concernant la nature des investissements et les
zones d’intervention proposées pour le Pays.
III.
Produits attendus
Le Consultant transmettra un rapport détaillé sur les éléments complémentaires demandés au
titre du CGES.
Le consultant assistera le CILSS et l’équipe nationale de formulation du PRAPS dans
l’organisation d’une consultation du public dans la ou les zones d’intervention du Projet, où
sera présenté le PRAPS. Les présentations devront se faire dans une langue et une forme
compréhensibles par les groupes de populations ciblées. Le matériel de base pour cette
consultation sera préparé par l’équipe préparant le CGES au niveau national.
105
Le Consultant recueillera les commentaires émis lors de la consultation, afin d’incorporer les
commentaires et suggestions dans le document à fournir.
IV.
Profil du consultant
L’équipe nationale de formulation du PRAPS recrutera un consultant national individuel pour
la préparation du rapport national. Le consultant devra :
 Etre un Expert en gestion et évaluation environnementale, jouissant d’une
expérience d’au moins 10 années dans ce domaine et ayant conduit des travaux
similaires ;
 Etre capable d’identifier et d’analyser les contraintes techniques et
institutionnelles relatives aux écosystèmes des bassins subsahariens ou bassins
similaires ;
 Avoir une connaissance des politiques de sauvegarde environnementale et
sociale de la Banque mondiale et de leur application dans les projets
d’investissements est fortement désirable.
4.4.1.1.1 V. Durée
La durée de ce recrutement sera de 15 jours, répartir comme suit :
-
Douze jours d’analyses, de synthèse et de préparation les éléments complémentaires
demandés au titre du CGES.
-
Trois jours d’organisation de la consultation nationale et préparation des résultats et
recommandations pour tenir compte des commentaires.
VI.
Modalités financières
Les modalités de paiements sont les suivantes pour chaque consultant individuel :
i.
20% à la signature du contrat ;
ii.
40% à la soumission du rapport provisoire ;
iii. 40% lors de la soumission du rapport final.
VII. Annexes du document :
106
Annexe 1 : Plan de Gestion des nuisibles et produits chimiques
Annexe 2 : Références bibliographiques
Annexe 3 : Personnes rencontrées
Annexe 4 : Détail des consultations publiques (voir tableau en 6.5)
Annexe 5 : TDR du CGES
107
Téléchargement

Les risques environnementaux - PRAPS