UE 5 – Sémiologie psy – Chapitre 12
29/10/12
Troubles du langage
-
-
modification de la voix
o intense, élevée, éraillée (comme dans le syndrome maniaque qui parle fort)
o ton monocorde, faible monotone (syndrome dépressif)
o aphonie (inhibition patient qui n'ose pas, conversion : atteinte psychique comme
dans le cadre de l'hystérie, attention il ne faut pas oublier d'éliminer une cause
organique)
o chuchotée, basse, mais non affaiblie (méfiance, syndrome persécutif)
Modification du débit verbal
o tachyphémie : phémie : mot, tachy = rapide . Patient qui parle vite
o logorrhée : comme une diarrhée verbale
o bradyphémie : ralentissement du débit verbal (comme dans le syndrome dépressif)
o barrages.
 Vrai (également une pause au niveau de la pensé)
 faux (par exemple s'arrête de parler pour écouter une hallucination) pause
dans le discourt
o Fading mental : patient qui nous parle sur un ton normal, puis petit à petit il va se
ralentir et parlé de moins en moins fort, puis reviens progressivement à un débit et
a une intensité normale. ++ psychose et schizophrénie
o Mutisme
-
Production supplémentaires du langage
o stéréotypies:++ psychotique. Caractère stéréotypie
o echolalie / psittacisme = patient qui vont répéter nos derniers mot en écho. ( ++
dans psychose )
o Parasitage : parasitage par des impulsions verbales, ou par des stéréotypies
o impulsions verbales
 hallucinations verbales motrices
 Ex : Coprolalie (Émission involontaire de terme grossier/ordurier)
o Persévérations :
 ex : réponse identique quelque-soit la question
-
Trouble sémantiques
o paralogisme (mot habituel mais sens différent)
o néologisme (formation d'un nouveau mot inexistant)
o glossolalie (langage avec vocabulaire et syntaxe inventés)
 Syndrome dissociatif (ex : schizophrénie)/ jeu (ex : syndrome maniaque)
o schizophasie : se rapproche de la glossolalie, utilise beaucoup de néologisme.
 dissociation, discordance (schizophrénie)
-
Troubles de la syntaxe
o ellipse syntaxique : suppression de mots essentiels à la compréhension
o Paragrammatisme (sens des mot est ok mais pas d'organisation grammaticale
correcte)
o agrammatisme (style télégraphique, sans aucune grammaire : « moi manger … » )
o réponses à côté : personne qui répond mais cette réponse n'a pas de réponse direct
1
UE 5 – Sémiologie psy – Chapitre 12
29/10/12
avec la question. Ex : « vous avez bien dormi cette nuit ? Dans mon lit »
-
-
Troubles de l'articulation
o dysarthrie (trouble périphérique, musculaire..) : défaut d'articulation
o anarthrie (aphasie motrice, plutôt centrale) : absence d'articulation
Troubles de l'apprentissage : dyslexie, dysgraphie, dysorthographie, dyscalculie (trouble
apprentissage et du calcul)
Troubles de la pensée
-
Troubles du cours de la pensée
o rythme
o continuité
-
Troubles du cours de la pensée
o rythme :
 tachypsychie (hypomanie)
 hyperactivité intellectuelle productive dans un premier temps
 puis non productive avec diffluence (pensée se développant dans
plusieurs directions, digression sans rapport entre elles)
 fuite des idées (se concentre sur un détail de sa phrase initiale, pour
au final changer sa phrase, pour ne plus rien à voir avec la phrase
initiale)
 logorrhée /Graphorrhée (équivalent à l'écrit)
 association verbale par assonance
 jeux de mots
 coq à l'âne (par tachypsychie : quand on arrête le patient, le patient
peut expliquer le fil de son raisonnement)
 Bradypsychie (++ syndrome dépressif)
 lenteur d'idéation (association avec bradyphémie et bradykinésie)
 appauvrissement de la pensée
 pauci-idéisme (peu d’idée), monoïdéisme
 à l'extrême, anidéisme.
o Continuité
 barrages (vrai barrage, le faux n'est pas un trouble de la continuité, car il
écoute une hallucination)
 fading mental
 viscosité mentale (ralentissement psychique) : les idées ont du mal à se
mobiliser, le patient a du mal à passer d'une idée à une autre
 persévération mentale : le patient répond toujours la même chose, quelquesoit la question (de manière un peu stéréotypé)
o Relâchement associatif (se retrouve dans le syndrome dissociatif : schizophrénie)
 se manifeste par des passages du coq à l’âne, mais pas par tachypsychie.
2
UE 5 – Sémiologie psy – Chapitre 12

-
-
-
29/10/12
Les associations entre les idées ne sont pas logiques. Si on arrête le patient,
celui-ci nous donne une explication illogique. Les deux idées n'ont rien à voir.
(différent de coq à l'âne par tachypsychie)
Troubles du contenu de la pensée
o troubles de la représentation
 déficit de la pensée conceptuelle
 n'arrive pas à faire abstraction pour avoir un raisonnement
o Troubles de l'imagination
o idée fixes
 idées prévalentes
mobilisation totale de la pensée au service c'une thématique (persécution, jalousie…) sans
considération pour ce qui la contredit. Ex : délire, qui interprète toute les idées en faveur de
son délire.
 Idées parasites
perturbation de la pensée
o l'extrême, mono idéisme. (Le patient n'a plus que cette idée parasite en tête =
o Idée délirantes (cf. autre cours)
o Obsessions : (le patient est conscient du caractère pathologique)
 obsessions idéatives : idée obsédante qui revient dans le champ de pensée
 obsessions phobiques : obsédé par une de ces phobies
 obsessions impulsives (phobies d’impulsion) : le patient dit : j'ai peur de faire
ceci. Ex : suicidaire qui pense à passer à l'acte, et qui demande de l'aide, il a
peur de cette impulsion suicidaire
 le patient est conscient du caractère morbide de ces préoccupations
o Phobies : craintes irraisonnée jugée absurde par la patient et qui disparaît avec le
stimulus phobogène
-
Distorsions de la pensée
o pensée déréelle
 élaboration mentale en contradiction avec la réalité commune, pensée faite
d'abstraction formelles sans support objectif , les données subjectives et
imaginaires prévalent sur les donnée objectif
 le patient a des idées en dehors de la réalité, et tiens plus compte de la
composante imaginaire et de ses donné subjective que de la réalité
o Pensée autistique
 enfermement dans une pensée déréelle intérieure au dépend de la réalité
extérieur. (retrouvé dans l'autisme avec la bulle autistique)
o Pensée magique
 mode de pensée affranchi des références logiques, fondées sur la toutepuissance du désir, ne tenant pas compte de l'expérience commune
 ex : pensée magique de l'enfant, superstition
o Pensée syncrétique (se retrouve dissociatif = schizophrénie)
 mode d'appréhension globale et indifférencié du monde extérieur et de son
propre corps.
o Digression de la pensée
3
UE 5 – Sémiologie psy – Chapitre 12
29/10/12

interruption de la direction normale des associations idéiques par une idée
parasite puis retour à l'idée initiale
o Pensée paralogique : raisonnement paraissant juste et logique mais postulats de
départ faux (ex : intuition délirante de l'infidélité de son épouse : faux, puis le
patient va raisonner à partir de cela)
o rationalisme morbide : restriction de la réalité vivante et concrète à l'aide de
raisonnements abstraits, de théories…
o Pensée xénopathique : pensée perçue comme empêchée, dictée ou contrôlée par
une influence extérieure (cf. : automatisme mentale )
Troubles instrumentaux
Aphasie de Wernicke
Aphasie de Broca
-Jargonophasie : jargon sémantique /
néologisme, paraphasie, discours fluides et
structuré
-Difficultés de compréhension écrit/oral
-difficultés dans la répétition des mots
-anosognosie
-difficultés d'énonciation des mots (anarthrie,
stéréotypies, agrammatisme, style
télégraphique)
-compréhension écrit/oral conservée
-conscience du trouble (pas d’anosognosie)
-
Autres troubles phasiques
o Anarthrie
o manque du mot (retrouvé dans les démences)
o anomie : incapacité ou difficulté à dénommé que c'est un stylo
 de production (facilitable) : mot sur le bout de la langue, des indices peuvent
l’aider à trouver le mot
 de sélection (non facilitable)
 sémantique
 amnésique
o Jargonophasie
 Sémantique
 néologistique
-
Acalculie : difficulté à calculer
agraphie : aphasique ou motrice (ex : syndrome hypokinétique des parkinsoniens)
Apraxies
o trouble acquis de l'exécution intentionnelle d'un comportement moteur finalisé
 apraxie motrice :
perturbation de l'imitation posturale (n’arrive pas à imiter une posture)
perturbation de la reproduction de séquences motrices (n'arrive pas à reproduire une
séquence (comme pierre papier ciseaux par ex…))
 Apraxie idéo-motrice : intention du mouvement correcte mais réalisation
troublée par des erreurs d'orientation spatio-temporelle
 Apraxie idéatoire : trouble de l'organisation séquentielle des gestes
élémentaires
-
4
UE 5 – Sémiologie psy – Chapitre 12
-
-
29/10/12
 Apraxie constructive : trouble de l'organisation d'activités complexes
trouble à l'examen du dessin spontanée ou imité
 Apraxie de l'habillage
 Apraxie bucco-faciale : atteinte des mouvements bucco-faciaux (ex : siffler,
sourire, claquer la langue…)
Agnosies : trouble de la reconnaissance des objets (gnosie : savoir, a privatif)
o agnosie visuelle :
 Agnosie d'objets (ne reconnais pas un objet) , des images ou des couleurs
 prosopagnosie (fausses reconnaissances) le patient voit quelqu'un pour la
première fois, mais il a l'impression de le connaître, et donc lui dit bonjour
comme si il le connais etc…
 agnosie spatiale, troubles de la stéréopsie
o Agnosie auditive
 surdité psychique (surdité brutale d'origine psychogène)
 surdité verbale ( la surdité ne concerne que les mots, et pas les bruits )
 amusie (ne perçoit pas la musique)
o Agnosies tactiles : astéréognosie : plus de sensation de relief
o asomatognosie : atteinte du schéma corporel,
 c'est le cas du membre fantôme
 anosodiaphorie (ex : négligence hémicorps paralysé)
5
Téléchargement

UE 5 – Sémiologie psy – Chapitre 12 29/10/12 Troubles du langage