L’Affirmation de la puissance chinoise depuis
1949
« Quand la Chine s’éveillera, le Monde tremblera » aurait dit Napoléon 1er en 1816, sentence
prophétique mais qui semblait particulièrement illusoire au lendemain de la Première Guerre
Mondiale tant la Chine était le jouet des ambitions européennes et japonaises. Une
caricature Italienne de 1900 présente la Chine comme une tasse de porcelaine cassée dont
les puissances étrangères se partagent les morceaux devant un Empereur impuissant.
En effet, « l’Empire du Milieu » après avoir eu une influence culturelle et économique
majeure jusqu’au XVIIIème siècle, connut une longue descente aux enfers. Ainsi, incapable
de faire face à la concurrence des pays occidentaux qui s’industrialisent et de lutter face aux
différents problèmes qui la gangrènent (corruption grandissante, pression démographique,
famine) le pays entame un terrible déclin.
Dès lors, l’Impérialisme européen s’affirme au détriment de la Chine qui, impuissante, ne
peut qu’observer son affaiblissement sur la scène internationale. Les puissances
occidentales lui imposent les traités inégaux qui placent le pays sous tutelle européenne puis
japonaise. Ce pays, immense et archaïque, est alors occupé, le territoire est partagé, le
régime politique discrédité.
Un siècle plus tard, cet Empire pluri millénaire occupe une place bien différente sur la scène
internationale. Il s’impose aujourd’hui comme un pole majeur des échanges internationaux
et exerce une influence grandissante au delà de ses frontières.
Quelles sont les conditions de l’affirmation chinoise pour qu'en l’espace d’un siècle ce pays
devienne un incontournable partenaire économique et géostratégique pour les puissances
occidentales ?
Harold King Tous droits réservés
1
I / Le renouveau chinois au lendemain de la Révolution
A – Une Chine Nouvelle qui tend à s’affirmer
Mao Zedong, président du gouvernement populaire chinois entend dès son arrivée au
pouvoir rendre à la Chine sa puissance de l’époque impériale. En Octobre 1949, fort du
soutien d’une large partie de la population chinoise majoritairement paysanne, Mao proclame
la 1ère République le 1er Octobre. Aujourd’hui reconnue comme étant la fête nationale, cette
date marque la proclamation de la « République Populaire de Chine ».
Aux yeux de Mao, la Chine doit être une puissance forte et influente, à l’image de
l’URSS. Il met alors en place sa révolution Maoïste en s’appuyant sur le grand frère
soviétique. Il annonce alors que la Chine « ne penchera que d’un seul coté ». Il proclame les
grands principes maoïstes dans son livre intitulé « Le Petit Livre Rouge ».
Ignoré des grandes puissances, Mao rejoint alors le camp soviétique. Profondément
séduit par les principes communistes, il rencontre Staline dès 1949. Le 14 Février 1950, un
traité d’amitié, d’alliance et d’assistance est signé ente ces deux puissances. Dès lors la
Chine reçoit une matérielle, financière et technique pour une durée de 30 années. Durant
cette période l’URSS doit envoyer du matériel militaire et des conseillers techniques en
Chine pour veiller au développement militaire du pays. En échange l’URSS dispose de
bases militaires sur le territoire chinois.
A son arrivée au pouvoir, Mao est à la tête d’un pays extrêmement pauvre, à
l’économie peu développée. Ainsi Mao souhaite accomplir sa révolution pour entreprendre la
reconstruction et pour mettre en place une économie sinisée. Ainsi, il reprend les principes
de son voisin soviétique afin de moderniser rapidement le pays :
-
La Chine est un vaste territoire majoritairement rural. Le monde agricole est
dominant. Mao, soutenu par le monde rural met en place une réforme
agraire. Ainsi, l’Etat récupère 46 Millions d’hectares appartenant aux grands
propriétaires terriens. Ces terres sont redistribuées à plus de 300 Millions
d’habitants. Près de la moitié des terres agricoles changent de main
pendant cette période. Cependant, cette situation se fait dans la violence :
les grands propriétaires terriens sont arrêtés, Dans les campagnes et dans
les villes une Terreur Rouge s’installe et coute la vie a plus d’un million de
personnes.
-
La RPC met en œuvre un politique de planification et d’industrialisation
inspirée du modèle soviétique. L’ensemble de l’économie est collectivisé.
Ainsi, l’accent est mis sur l’industrie lourde afin d’équiper le pays.
Cependant, ces mesures ne sont que peu adaptées à la société chinoise
majoritairement rurale. Ainsi, les campagnes ne reçoivent que 7% des investissements. Ce
système inégalitaire donne alors lieu à des famines puis à des soulèvements.
Face à ces révoltes Mao pratique une terreur de masse. En 1951 une loi est votée et
permet l’arrestation et l’exécution des contre révolutionnaires. Cette loi entraine la mort de
Harold King Tous droits réservés
2
4,6 Millions de personnes. Dans les campagnes, chaque chef de village doit identifier et
arrêter au minimum une famille d’opposants au régime.
Parallèlement à cela, des camps de travail, symbole du totalitarisme chinois, sont mis
en place. Ces Laogaï servent à réapprendre le travail collectif aux éléments divergents.
Le Parti communiste chinois contrôle toutes les Institutions, tous les organes du
pouvoir. Des lors, Etat et parti communiste sont intimement liés. Le PC est alors au cœur du
pouvoir.
La jeunesse est embrigadée dans des chantiers de jeunesse où leurs sont inculqués
les valeurs maoïstes.
Cependant très vite se pose la question de la puissance politique et militaire. Dans
les années de Guerre Froide, la Chine apparaît comme un agent de l’influence soviétique en
Asie. Elle exerce alors une puissance nouvelle, à la fois politique et militaire, visant à
soutenir l’expansion du communisme et à combattre ouvertement l’impérialisme occidental.
Des lors la Chine exerce une influence sur toutes les péninsules qui l’entourent :
-
INDOCHINE : Elle apporte un soutien matériel au Viet Minh face à la France
coloniale lors de la guerre d’Indochine.
COREE : près de 250 000 volontaires sont envoyés en Corée pour soutenir
les Nord Coréens.
TIBET : En 1911, le Tibet, profitant de la faiblesse de la Chine, a annoncé
son indépendance. Mao ne l’admet et occupe le pays qui devient alors une
province chinoise.
La Chine dispose alors d’une armée nombreuse, composée de plus d’un million de
soldats fanatisés par la lecture du Petit Livre Rouge. Le pays apparaît alors comme une
puissance militaire, mais seulement régionale.
La Chine souhaite alors devenir une puissance protectrice avec ses voisins. Les
chinois interviennent massivement dans le processus de décolonisation mené chez leurs
voisins. Elle joue ainsi un rôle important dans la décolonisation de pays d’Asie du Sud Est et
participe à la création de nouveaux Etats comme le Laos, le Cambodge ou encore le
Vietnam.
Mao profite de cette médiatisation pour mettre en place une Propagande ventant les mérites
des volontaires chinois, ayant pris spontanément les armes pour lutter face à l’impérialisme
occidental. Certains journaux occidentaux reprennent ces thèmes. On observe alors en
Europe une prise de conscience de l’importance grandissante de la Chine.
Face à la montée de cette puissance aux intentions troubles, les EUA refusent de voir
la Chine occuper une place au Conseil de Sécurité de l’ONU. Cette place est ainsi donnée à
Taiwan.
B – Le Conflit Sino - Soviétique
Cependant la méfiance entre la RPC et l’Union Soviétique devient de plus en plus
importante et s’accélère à la mort de Staline. En effet, les chinois n’acceptent pas la politique
menée par l’URSS sous l’impulsion de son nouveau dirigeant : Nikita Khrouchtchev. Ce
Harold King Tous droits réservés
3
dernier, lors du XXème Congrès du PC en 1956, prône une Coexistence Pacifique à l’égard
des occidentaux ce qui déplait à Mao, farouche opposant à l’Impérialisme occidental.
Mao refuse le processus de déstalinisation mené dans le bloc soviétique. Mao sort
ainsi de l’orbite soviétique et souhaite concurrencer l’URSS pour devenir à terme le chef de
fil du monde soviétique.
Face à cette opposition naissante, Khrouchtchev dénonce le pacte sino-soviétique.
Ainsi, en 1960, l’URSS rappelle ses conseillers techniques et en 1962 elle met fin à son aide
économique. Les relations se tendent encore plus lorsque Khrouchtchev se rend à
Washington. Condamnant ce voyage, Mao affirme que l’URSS capitule face à l’impérialisme
américain. A de multiples reprises Pékin ne manque de critiquer l’aventurisme et
l’amateurisme de Moscou notamment après la Crise de Cuba.
Dès lors, ces deux puissances entrent en concurrence. Chacune d’elle cherche
l’hégémonie régionale. Mao souhaite alors mettre en place un communisme original en
Chine qu'il présente comme étant la seule forme de communisme possible. De nombreux
problèmes frontaliers opposent ces deux pays.
C – Une nouvelle place internationale
A la suite de la rupture avec l’URSS, la Chine apparaît comme un pays isolé. Elle ne
peut alors compter que sur elle même pour se développer. Pour éliminer tous les opposants,
il lance la Campagne des Cent Fleurs. Près de 400 000 personnes, critiques envers sa
politique, sont alors envoyés dans les Laogai. Les intellectuels, accusés de s’enrichir sur le
dos des paysans, apparaissent comme les principaux boucs émissaires.
Libre de toute opposition, Mao choisit de lancer de grandes réformes économiques :
Le Grand Bond en Avant. Cette politique, lancée par Mao, a pour objectif de faire de la Chine
une grande puissance économique capable de rattraper les pays capitalistes.
Mao souhaite alors industrialiser les campagnes et rassemblent les villages en
communes populaires. Ce sont des unités de production industrielles et agricoles. Pour
réussir cet effort il peut compter sur un réservoir de population fort de plus de 600 millions
d’individus serviles. La propagande est poussée jusqu’à son paroxysme pour soutenir cet
effort industriel.
A travers cette propagande, l’Etat appelle à la mobilisation de tous et affiche des
objectifs irréalistes : remplacer la production agricole par une production industrielle massive.
Il souhaite tendre à une auto suffisance alimentaire, industrielle, politique et militaire. Les
champs sont délaissés pour construire des hauts fourneaux.
Cependant, le Grand Bond en Avant se caractérise par un terrible échec. Il se
termine par un désastre économique et humain. L’agriculture étant délaissée au profit de
l’industrie lourde, la population rurale meurt de faim. Les famines successives entrainent la
mort de plus de 50 millions de personnes.
En Janvier 1961 cette politique est arrêtée et un bilan très sévère est dressé envers
cette politique désastreuse. Mao face à ces critiques est isolé et est écarté du pouvoir par
Deng Xiaoping.
Harold King Tous droits réservés
4
Deng Xiaoping, nouveau dirigeant de la République Populaire de Chine, adopte une
politique plus réaliste. Ainsi, il limite le rôle des Communes Populaires et redistribue les
terres agricoles aux paysans. Chaque paysan possédant son lopin de terre est encouragé à
produire et doit reverser une part de sa production à l’Etat. En légalisant la propriété privé
l’Etat souhaite développer l’agriculture.
Ecarté du pouvoir, Mao souhaite écarter ses principaux adversaires: Deng Xiaoping
et Liu Shaoqi. Soutenu par Zhu Enlai il appelle en 1966 au lancement d’une Révolution
Culturelle. Cette révolution, permettant à Mao de revenir au pouvoir, a pour vocation
d’abattre les Quatre Vieilleries (idées, culture, coutumes et habitudes traditionnelles
chinoises).
Ce mouvement, mené par Mao, est soutenu massivement par la Jeunesse qui lance
des émeutes au sein des villes. Ces mouvements de protestations se répandent peu à peu
dans les campagnes.
Les jeunes ouvriers et les étudiants forment les Gardes Rouges et parcourent le pays
afin d’effrayer les opposants à Mao. Ainsi, Liu Shaoqi meurt en prison tandis que Deng
Xiaoping est envoyé dans un camp de rééducation.
Le pays est alors soumis à des difficultés économiques, privé de ses intellectuels et
de sa jeunesse.
Le Petit Livre Rouge est distribué à chaque chinois par l’armée et doit être appris par
cœur.
La Première bombe atomique chinoise explose en 1964, faisant entrer la chine dans
le club très fermé des pays possédant l’arme atomique. Des lors, le pays devient une
puissance militaire qui ne subira plus jamais les pressions des occidentaux a cause d’un
éventuel déficit militaire.
Cependant, les résultats de cette politique sont très mitigés. La chine fait ainsi partie
des pays les moins avancés du Monde. L’agriculture ne parvient toujours pas à nourrir la
population. L’espérance de vie de la population reste inférieure à 35 ans. 30% de la
population chinoise vit avec moins de 1$ par jour.
Détaché de toute forme d'autorité Mao entend mener une politique indépendante sur
la scène internationale. Critiquant l'impérialisme américain et soviétique, la Chine entend
s'affirmer comme la figure de proue des pays du Tiers Monde, récemment libérés du
colonialisme. Il propose une voie originale qui a pour objectif de résoudre les problèmes de
sous développement des pays asiatiques et africains.
Plus largement la Chine entend s'allier à tous les pays souhaitant favoriser sa
politique de puissance. De plus en plus médiatique, le régime est adulé par l’extrême gauche
européenne. Le Petit Livre Rouge connaît une diffusion massive dans les milieux
révolutionnaires occidentaux. La propagande présente ainsi cette révolution comme un
mouvement résolument moderne. Des partis d’inspiration Maoïste naissent en Europe (Pays
Bas, Albanie). Ainsi, la Chine devient une puissance concurrençant directement l’URSS au
sein de sa zone d’influence.
Mao, voyant son pays se développer souhaite que ce dernier soit reconnue comme
une nation à part entière. Des 1950 des puissances occidentales comme la Suède, la Suisse
Harold King Tous droits réservés
5
ou la GB reconnaissent cet État. Il faut attendre Janvier 1964 pour que la France du Général
de Gaulle reconnaisse ce pays. CDG le fit dans un soucis d'indépendance vis à vis des EUA
et afin de montrer la puissance française à l'international.
Paradoxalement la Chine entend nouer des relations diplomatiques avec les EUA.
Deng Xiaoping adopte ainsi une vision pragmatique. Conscient de l'urgence du
développement pour une population qui a doublé en trente ans, il donne la priorité au
développement économique en délaissant le levier politique. Il souhaite ainsi intégrer la
Chine dans le processus de mondialisation.
Ainsi se met en place la "diplomatie du Ping Pong". Au départ seules les équipes de
tennis de tables chinoise et américaine se rencontraient mais très vites ces rencontres
sportives ont laissé place à des rencontres diplomatiques entre ces deux puissances. Ce
tournant spectaculaire est marqué en 1972 par la visite du président Nixon en Chine à
l'initiative de Zhou Enlai. La Chine, à initiative des EUA rentre au conseil de sécurité de
l'ONU.
Des lors la Chine sort de son isolement international et entame une politique de
détente avec les pays de l'Ouest. Quand Mao meurt en 1976, il laisse une puissance de plus
en plus écoutée mais laisse un pays déchiré entre un fanatisme révolutionnaire et un
pragmatisme politico-économique. Ce pragmatisme met en avant la nécessité de mettre en
place des réformes de fond pour réformer le pays.
La puissance politique c'est fait au détriment du développement économique et
social. Mao laisse un pays exsangue et traumatisé par 30 années de dictature.
II / 1979-1989 la modernisation et l'ouverture de la Chine
A – Redresser le pays après Mao
La mort de Mao laisse la place à une nouvelle génération de dirigeants jugés plus
pragmatiques. Ainsi, Deng Xiaoping construit patiemment son retour au pouvoir alors qu'il
avait été évincé lors de la Révolution Culturelle.
Dans un entretien au journal Français "Le nouvel observateur", Deng Xiaoping évoque les
erreurs de jugements commises par Mao lors du Grand Bond en Avant. Il critique
ouvertement l'orientation économique de la Chine Maoïste.
Ces déclarations marquent alors un véritable tournant avec la politique menées par Mao :
aux yeux des occidentaux un vent de changement est en train de souffler sur la Chine.
Harold King Tous droits réservés
6
Cependant, la Chine est confrontée à une concurrence accrue de ses voisins asiatiques :
Hong Kong, Taïwan, Japon et la Corée du Sud.
Il se retrouve à la tête d'un pays ou la situation économique et sociale c'est profondément
dégradée :
- Baisse de la production
- Diminution des recettes
- Hausse de l'instabilité, des troubles sociaux, des comportements déviants...
B - Le passage a une économie socialiste de marché
Deng Xiaoping est alors confronté à la nécessité de moderniser le pays. Il met alors en
œuvre la politique des 4 modernisations :
- Agriculture : Pour nourrir la population grandissante, la priorité est mise sur l'agriculture.
Les paysans voient leurs libertés de production accrues. Ils peuvent désormais choisir leur
production et exploiter des terres. Ils peuvent vendre une partie de leur production. Cette
nouvelle politique entraîne un développement économique dans les campagnes. Les
communes populaires, symboles du régime Maoïste, sont supprimées. L'Etat inséré donc
l'économie de marché dans le monde rural. La mécanisation de l'agriculture s'accélère et
l'utilisation des intrants se développe. On assiste alors à une "Révolution Verte".
- L'Industrie : le but de cette politique est de transformer la Chine en "Atelier du monde". La
puissance chinoise doit ainsi se baser sur l'exportation. L'autarcie, souhaitée par Mao est
abandonnée au profit d'une économie socialiste de marché : économie ou le libéralisme
économique se développe au sein d'un système politique autoritaire à l'idéologie
communiste. Les agents économiques sont incités à s'enrichir et à faire du profit. Des lors
les entreprises s'ouvrent aux capitaux étrangers et deviennent de plus en plus autonomes.
Les entreprises familiales se multiplient.
Cependant l'état garde le contrôle des principaux secteurs économiques et contrôle un
grand nombre d'entreprises.
- Défense :
- Science :
Deng Xiaoping maintient un communisme de façade mais il opte pour une économie de
marché.
L'économie chinoise se développe grâce à sa conversion à l'économie de marché. La Chine
s'ouvre alors aux échanges et aux capitaux internationaux. En effet la Nouvelle Division
Internationale du Travail (NDIT) offre une extraordinaire opportunité au développement
économique de cela Chine.
Possédant un immense réservoir d'une main d'œuvre bon marché la Chine reçoit un nombre
croissant d'IDE.
Face à cette ouverture, Deng Xiaoping autorise en 1980 l'ouverture de 4 ZES. Ces zones
franches sont des zones ou les entreprises étrangères sont incitées à s'installer Grace à des
Harold King Tous droits réservés
7
avantages (fiscalité avantageuse, faibles droits de douane). Placées sur les principales
routes maritimes chinoises, ces ZES apparaissent comme un point d'entrée sur le marché
chinois pour les entreprises occidentales. Très vite des ZES sont élargies avec l'ouverture de
l'ensemble du littoral chinois aux échanges internationaux. En 1990 toutes les régions
frontalières sont ouvertes aux échanges. Les entreprises ont alors accès aux fleuves et
pénètrent l'intérieur du marché chinois.
Les grands principes socialistes ont alors définitivement disparus : Deng Xiaoping à alors
mis fin à la planification et la collectivisation des terres. Grace à cette ouverture la Chine
connaît une croissance extraordinaire de 10% par an.
C – Aspiration à la démocratie
Ce décollage économique a entraîné l'enrichissement de la population. Cependant les
inégalités se creusent entre les cadres du parti communiste et les travailleurs migrants. Les
régions critiquent elles aussi les disparités de développement entre les régions. Le littoral,
particulièrement dynamique et développé s'oppose aux régions du centre situées à l'écart de
la mondialisation.
Déjà en 1978 les étudiants avaient dressé à pékin un " mur de la Démocratie" sur lequel ils
avaient affichés des journaux muraux : les dazibaos. Ce premier printemps de Pékin avait
été rapidement réprimé par les autorités.
En parallèle la Glasnost mené en URSS par Gorbatchev entraîne une amélioration des
conditions de vie en URSS et le respect des libertés fondamentales. Encouragée par cette
politique menée par leur voisin, les étudiants se rassemblent à l'occasion des 70 ans du 4
Mai 1919. Très vite se mouvement de protestation occupe la rue et se propage à d'autres
villes.
Les manifestations se succèdent et regroupent plus de 100 000 étudiants opposes au
communisme. La place Tien ´ Anmen devient alors un lieu de rassemblement et de
contestation pacifique. Pour contester l'absence de libertés, certains réalisent des grève de
la faim ou dressent une Statue de la Liberté. La jeunesse réclame alors la "Cinquième
modernisation" : la Démocratie.
Face à ce soulèvement populaire Deng Xioping condamne ces manifestations. L'Etat
proclame alors la Loi Martiale. A la fin du mois de Mai l'armée chinoise déploie ses chars
dans la ville. Cette opération militaire entraîne l'arrestation de milliers de personnes et la
mort de plus de 2500 jeunes.
Ce massacre, filmé par les télévisions étrangères, porte un coup important à l'image de la
Chine. Les occidentaux condamnent le non respect de valeurs morales. Ainsi, l'ONU décrète
un embargo sur les ventes d'armes à destination de la Chine. Les relations diplomatiques
avec la Chine sont interrompues. La Croix Rouge propose une assistance humanitaire et
médicale aux chinois.
Cependant on observe la non promulgation de sanctions commerciales. En effet la Chine
reste un des principaux partenaires commerciaux des EUA. Le marché chinois reste un
débouché majeur pour les entreprises occidentales. Pour préserver les bonnes relations
avec la Chine les sanctions sont levées en 1990 et les relations reprennent à partir de 1992.
Cependant on observe encore l'absence des libertés fondamentales. Les occidentaux ont
ainsi reculé devant la Chine et son arme économique.
Harold King Tous droits réservés
8
Le pouvoir politique reste autoritaire, les libertés fondamentales sont bafouées, les syndicats
sont interdits. Les étudiants et les intellectuels opposes au régime sont envoyés en camp de
rééducation.
III / l'après 1989, le rebond de la Croissance et l'affirmation de la puissance
A – La succession de Deng Xiaoping : la Chine conquérante
Pour affirmer son développement économique la Chine choisit d'adopter une attitude
conciliante à l'égard de ses voisins et de ses partenaires occidentaux. Ainsi, la Chine
n'oppose pas son veto systématique aux décisions du Conseil de Sécurité de l'ONU. Elle
reconnaît ses frontières avec la Russie.
En échange de cette attitude conciliante les pays occidentaux ne doivent pas s'immiscer
dans les affaires chinoises. D'autre part la Chine reste ferme et affirme sa souveraineté sur
Taïwan.
En devenant l'usine du monde, le pays souhaite conquérir de nombreux marchés (jouets,
textile). Des productions faible Valeur Ajoutée nécessitant une main d'œuvre abondante,
Harold King Tous droits réservés
9
docile et bon marché. Depuis cette période, les secteurs secondaires et tertiaires sont
devenus dominants, au d'étirement du secteur primaire.
Lors de la succession de Deng Xioping, les réformes économiques se multiplient :
- introduction de la concurrence sur le marché chinois
- multiplication des privatisations d'entreprise
- développement des régions de l'intérieur
B – Le miracle économique chinois
Toutes ces réformes sur le long terme entraînent une croissance Record au milieu des
années 1990 :
14 % de croissance annuelle.
De part sa spécialisation (usine du monde) et de part son développement économique
extraordinaire, la Chine devient très vite un partenaire économique indispensable pour les
puissances occidentales.
A l'approche du Millénaire la Chine connaît un véritable miracle économique. Le niveau de
vie de la population a augmenté, une classe moyenne apparaît et s'occidentalise très vite
(loisirs, train de vie). Cette dernière, récemment enrichie, à de nouveaux besoins que les
entreprises occidentales vont chercher à satisfaire. La Chine devient ainsi le dernier grand
marché à conquérir.
Shanghai, métropole chinoise devient très vite la vitrine de ce développement économique.
Durant les années 2000, la Chine affirme sa puissance économique sur la planète. Seul
régime à maintenir un régime politique d'inspiration communiste et qui connaît une
croissance souvent à 2 chiffres.
La Chine développe son influence régionale. Elle a ainsi créé avec la Russie l'Organisation
de coopération de Shanghai en 2001 pour stabiliser et développer les liens économiques
entre ces deux puissances.
On observe la mise en place d'un condominium sino-américain qui témoigne de la puissance
diplomatique de la Chine, clef de voûte politique du monde actuel. Son influence dans "les
négociations à 6" (Corée du Sud, Corée du Nord, Japon, RPC, EUA, Russie) a permis de
limiter les velléités nucléaires de la Corée du Nord.
L'entrée de la Chine à l'OMC en 2002 permet à la Chine d'exprimer son influence
commerciale. Les investissements étrangers en Chine se multiplient. Ainsi, à partir de cette
date de nombreuses firmes à occidentales choisissent de délocaliser leur production pour
profiter de cette main d'œuvre bon marché, docile et abondante. Des alliances industrielles
se nouent alors entre des groupes chinois et occidentaux dans les secteurs de l'automobile
et du textile.
Depuis 2000 la croissance annuelle est de 9% par an. La Chine concurrence alors son voisin
japonais jusqu'à le dépasser en 2010. Elle devient ainsi la deuxième puissance mondiale
Harold King Tous droits réservés
10
derrière les États Unis. Cette réussite économique, associée à un fort contrôle du Yuan
permet de constituer des réserves financières importantes.
Ces réserves sont utilisées dans le cadre d’investissements diversifiés :
- secteur énergétique : Son économie, particulièrement énergivore nécessité sans cesse de
nouvelles matières premières : exploitation de ressources minières en Afghanistan,
exploitation de puits de pétrole et Amérique Latine et au Moyen Orient. Les besoins
chinois en matières premières augmentent de 10% par an.
- Infrastructures : Elle adopte une politique de grande puissance sur le contient africain. Elle
se substitue peu à peu aux puissances occidentales. Elle se place désormais a la 3ème
place des investisseurs étrangers en Afrique derrière les EUA et la France. Cependant ce
développement d'infrastructure à pour principal objectif de puiser les ressources du sous
sol africain (minerais au Congo). Elle adopte alors une position colonisatrice : elle pille les
ressources sans se préoccuper des préoccupations de la population locale. L'ex président
Hu Jintao, avait en moins de deux ans visite la quasi totalité des pays africains alors qu'il
ne s'était que très rarement rendu en Europe.
- Militaire : ambition de se doter d'une puissante flotte navale ( la première d'Asie). Cette
dernière, autonome peut alors mener des opérations loins des bases chinoises. Elle
affirme de ce fait sa puissance militaire sur l'Asie du Sud Est. Les budgets militaires sont
en pleine expansion et les chantiers navals tournent à plein régime : 4 portes avions sont
en cours de construction. Elle souhaite mettre en place la stratégie du collier de perles :
un ensemble de bases visant à isoler l'Inde et à protéger ses routes commerciales.
Cependant son influence militaire ne reste limitée qu'en Asie du Sud Est et ne peut
concurrencer les EUA. L'armée chinoise est dotée de 2 millions d'hommes et d'un budget
de 35 milliards de $. Cette puissance militaire lui permet de contrarier les intérêts Sudcoréens et japonais dans la région notamment dans des dossiers maritimes.
- Spatiale : la Chine veut mettre fins à la bipolarité opposant américains et russes dans le
domaine aérospatial. Elle développe ce domaine en lançant des recherches de pointe et à
pour objectif qu'un taïkonaute pose le drapeau chinois sur la Lune d'ici 2020. Elle veut
devenir le leader des nouvelles technologies.
Elle souhaite alors montrer aux yeux de tous sa modernité et sa puissance retrouvée.
La diaspora chinoise, aujourd'hui hui la plus importante du monde : 36 millions de personnes
réparties dans plus de 80 pays. Souvent bien intégrée socialement, elle exporte les traditions
chinoises. Son identité culturelle reste ainsi extrêmement forte. L'apparition des ChinaTown
dans les principales métropoles témoigne de cette puissance culturelle. Les JO d'été à
Beijing en 2008 (ou la Chine récolte le plus de médailles d'or devant les EUA : 51 contre 36)
et l'exposition universelle à Shanghai en 2010 ont pour objectif de montrer la puissance
culturelle chinoise.
Harold King Tous droits réservés
11
Elle adopte une stratégie du sort Power dans les pays occidentaux. On observe ainsi la
multiplication des centres Confucius qui promeuvent la culture et la langue chinoise à travers
le monde.
La Chine est devenue une attraction touristique avec de nombreux centre d'intérêts comme
la Muraille de Chine ou bien la Cité Interdite. Elle est ainsi devenir la troisième destination
mondiale en attirant près de 56 millions de visiteurs par an.
C – Les défis à relever
Cependant son rayonnement reste à nuancer. Ce rayonnement reste prépondérant en Asie
mais le sort Power chinois n'a qu'une influence limitée dans les pays occidentaux.
Consciente de cette situation, elle préfère se concentrer sur une zone d'influence Sud
asiatique.
La puissance chinoise présente de nombreuses limites qui suscitent l'indignation des
occidentaux :
- Limites environnementales : l'économie chinoise, en pleine expansion multiplie les
atteintes à l'environnement. En effet, cette économie se base principalement sur le
Charbon, ressource très polluante. Les cancers des poumons et les pluies acides se
multiplient. Récemment la construction du barrage des 3 Gorges a inondée une vallée
entière, détruisant tout un écosystème.
- Non respect des droits de l'Homme : les droits de l'homme et les libertés fondamentales
sont régulièrement bafoués dans ce pays. La population chinoise n'a pas accès aux
archives de la police. Les répressions d'opposants restent fréquentes. Les dissidents sont
envoyés dans des camps de travail ou ils sont rééduqués par la force. La Chine reste l'un
des rares pays à autoriser la peine de mort. Il est le pays à utiliser le plus fréquemment la
peine de mort : bien que aucun chiffre officiel ne soit avancé, environ 8 000 personnes
sont exécutées chaque année. Un des derniers exemples en date est la répression des
minorités tibétaines, comparées à des groupes terroristes. Le Travail d'enfant dans le
secteur textile est souvent avancée par les ONG.
Les partis opposés au PC ne sont pas autorisés tandis que toutes les décisions sont prises
par le PC. Peut on alors réellement parler d'un régime démocratique? L'information reste
contrôlée et la censure est fréquente. Liu Xiaobo, principal dissident du régime chinois ne fut
pas autorisé à venir chercher son prix Nobel de la Paix à Oslo en 2010. Son ouvrage fut
censuré dans le pays.
La Chine fait leur aux occidentaux et à ses voisins pour différentes raisons :
- Le coût du travail chinois, anormalement faible entraîne une perte de compétitivité des pays
occidentaux. Ces derniers ne pouvant concurrencer la Chine voient leurs industries
pénalisées => dumping social.
- La dépréciation fréquente du Yuan permet à la Chine d'exporter massivement ses produits
manufacturés à bas coût. La valeur de cette monnaie pénalise alors les exportations
américaines et surtout européennes.
Harold King Tous droits réservés
12
D'autre part la Chine inquiète par ses méthodes des contrefaçons mais surtout par son
piratage informatique qui attaque régulièrement les EUA. Les pays asiatiques critiquent sont
omniprésence dans la région et craignent la mise en place d'une Chien toute puissance.
Cependant, tous ces pays contestataires ne peuvent pas mener des opérations punitives à
l'égard de la Chine qui, de part sa puissance économique apparaît comme le principale
créancier du Monde.
Au XVII ème siècle, Blaise Pascal énonce : " La Chine obscurcit, mais il y a clarté à trouver;
cherchez-la".
Après avoir rencontré des difficultés économiques sous le régime de Mao, la Chine a ainsi
connu un développement économique exceptionnel du à l'ouverture du pays aux échanges
internationaux. Grace à la mise en place d'un régime socialiste de marché, l'économie à su
se développer au sein d'un réveil s'inspiration communiste.
La Chine est ainsi devenue une puissance nucléaire, spatiale commercial, industrielle et
financière. Elle regroupe toute la panoplie d'une puissance "qui a la capacité d'influencer ses
voisins". Toute? Non. Il lui en manque une, la séduction. La Chine inquiète et séduit peu;
l'absence de transparence de ses institutions n'encourage pas ce processus de séduction.
La Chine, superpuissance du XXI ème siècle? Avant de pouvoir affirmer cela, le pays devra
résoudre de nombreuses difficultés comme la libéralisation de la société, la lutte contre la
corruption, la transition démographique, les inégalités de revenus, la dépendance aux
énergies fossiles et une économie dépendante des exportations et des partenaires
commerciaux. La Chine, entre aveuglement et éclaircie.
Harold King Tous droits réservés
13