La Chine depuis 1911 :
de la fin de l’empire du milieu à l’un des centres de la mondialisation
Géopolitique. Impérialisme. Littoralisation. Maoïsme. Nationalisme. Puissance/aire de puissance. Totalitarisme.
Intro.
La Chine = État-continent de 9,7 M km² = 18x la France métropolitaine.
La Chine a connu au XXe siècle de profondes mutations.

1911 : fin de « l’empire du milieu » → république nationaliste.

1949 : Mao Zedong fonde la République Populaire de Chine (dictature communiste).

1976 : mort de Mao → lente intégration dans la mondialisation.
Comment un vaste pays soumis à l’intrusion étrangère et aux divisions internes, puis devenu une dictature
communiste, a-t-il réussi à s’imposer comme la 2e puissance économique mondiale ?
I- De l’empire à la république nationaliste (1911-1949)
A. La chute de l’empire du milieu
• Début XXe : ressources, richesses et main d’œuvre chinoises convoitées par les puissances étrangères.
Doc. 2 p. 207 : Quels États menacent l’intégrité du « colosse » chinois ?
(de gauche à droite) Italie, R-Uni, Japon, Russie, All, France, ÉUnis s’ingèrent de plus en plus en Chine :
- le pays doit ouvrir ses ports au commerce étranger ;
- les puissances y obtiennent des concessions : quartiers gérés
par des consuls étrangers, où la souveraineté de la Chine est
suspendue (ex : HK concession britannique jusqu’en 1997).
- des entreprises européennes contrôlent les mines les plus
rentables et des chemins de fer
Carte PPT → La Chine devient une « semi-colonie » des
Occidentaux. Cet impérialisme est l’un des facteurs de la dislocation de l’Empire, de l’implosion du colosse…
Impérialisme : politique de domination d’un État sur un territoire étranger, soit dans le cadre de la
colonisation, soit pour imposer son influence économique.
• En plus, les conditions de vie du peuple chinois sont de plus en plus difficiles car :
- terres concentrées au profit d’une minorité de riches propriétaires
- fort chômage et fiscalité énorme sur les paysans (80% de la pop)
- techniques agricoles archaïques
- exportations des produits chinois (coton, thé, soie) n’enrichit qu’une minorité de Chinois.
→ Les 450 M de Chinois font entendre leur mécontentement. La monarchie impériale et absolue est
incapable de moderniser le pays. Le nouvel empereur PUYI monte sur le trône en 1908 à l’âge de 2 ans... PPT
→ 1911 : une révolution renverse l’empereur et proclame la République de Chine, dans la ville de NANKIN.
B. La République nationaliste
• Face aux difficultés économiques et à l’influence des étrangers, le régime s’appuie sur le nationalisme.
Nationalisme = doctrine et action politique visant à l’affirmation d’une nation, et à son indépendance. Basé
sur le sentiment d’appartenance à une communauté soudée par une histoire, une culture, une langue.
• 1912 : SUN YAT-SEN fonde la parti du Guomindang (« parti national du peuple ») dont l’idéologie repose sur :
-
le nationalisme : la Chine doit se débarrasser des ingérences étrangères.
-
la démocratie : la Chine ne peut être sauver que par la République (régime avec des représentants
élus, qui gouvernent dans l’intérêt général).
-
la justice sociale : il faut redistribuer les terres agricoles et rendre les impôts plus justes.
→ Sun Yat-Sen est le premier président de la République de Chine. Son successeur transfère le siège du gvt à
Pékin, qui devient la capitale. Mais ce dernier tente de transformer la République en dictature...
S’ouvre alors une longue période de troubles.
C. Quatre décennies de guerres
• Aux lendemains de la 1GM, la Chine est en proie aux troubles :
- actions des seigneurs de la guerre, chefs militaires locaux qui contrôlent une bonne partie de la Chine du
Nord [tout en se livrant au trafic de l’opium].
- intrusion du Japon, autorisé par le traité de Versailles (1919) qui lui confie les concessions allemandes...
- intervention des Occidentaux qui repousse les Japonais mais qui imposent la « porte ouverte » en Chine.
→ 1923 : pour réunifier le pays et ramener le calme, Sun Yat-Sen...
- ...restaure la République à Canton.
- ... négocie une alliance avec les parti communiste chinois / PCC soutenus par la Russie soviétique.
Communisme = doctrine politique qui rejette le capitalisme et veut établir une société sans classes, reposant
sur la mise en commun des moyens de production (terres agricoles, entreprises, ...).
• 1925 : à la mort de SUN YAT-SEN, l’alliance entre Nationalistes du Guomindang et PCC est rompue, car les
premiers craignent que les seconds importent en Chine la révolution soviétique.
→ Guerre civile entre nationalistes et communistes.
• Le PCC est d’abord écrasé et se replie dans les campagnes : c’est la « Longue Marche » de 1934, dirigée par
MAO ZEDONG sur 12 000 km. Ils recrutent de nouveaux partisans dans les campagnes, mais cette guerre civile
est brusquement interrompue par l’invasion japonaise...
• 1937 : déjà présent en Mandchourie (nord-ouest), le Japon attaque Shanghai et écrase les nationalistes =
conquête par les Japonais du littoral chinois où ils font preuve d’une gde cruauté vis-à-vis des civils. CARTE P. 204.
PPT. [Ex : prise de Nankin, décembre 1937, l'armée japonaise se livre à un massacre de masse pdt 6 semaines
= exécutions à la baïonnette, au sabre ou à la mitrailleuse, viols et mutilations = plus de 100.000 victimes).
→ De 1937 à 1945 : la présence japonaise fait près de 20 M de morts en Chine.
• 1945 : fin de la 2GM, défaite du Japon (allié à Hitler) → reprise de la guerre civile entre Nationalistes et PCC.
→ Le PCC est victorieux grâce à l’aide de l’URSS et des populations rurales.
→ 1er oct. 1949 : les communistes entrent dans Pékin, Mao proclame la République Populaire de Chine.
II- La Chine de Mao (1949-1976)
Les communistes héritent d’un pays ravagé par 40 ans de troubles et par une gde pauvreté.
A. L’influence du modèle soviétique
• Dès 1949, MAO met en place un régime inspiré du « grand frère » soviétique :
- un parti unique (le PCC) qui supprime les libertés (presse, expression), et réprime toute opposition
« contre-révolutionnaire ».
- un « pacte d’amitié » signé pour 30 ans avec STALINE (†1953)
- un culte de la personnalité autour de MAO (bio p. 210).
La Chine de Mao est un régime totalitaire / totalitarisme = dictature d’un seul homme et d’un parti unique ; il
s’appuie sur le culte de la personnalité, la propagande et la terreur pour contrôler l’ensemble de la vie des
individus.
• Mao applique le communisme :
- contrôle totale de l’économie par l’État.
- collectivisation des terres et création des « coopératives de production »
- priorité donnée à l’industrie lourde (charbon, acier, électricité) au détriment de
l’agriculture.
Maoïsme = idéologie prônée par Mao, inspirée du communisme ; mouvement de masse
qui s’appuie sur le nationalisme chinois et l’identité rurale.
→ Mais Mao se rend compte que le modèle soviétique est inadapté à une Chine de 600 M d’hab. De plus, la
Chine devient très dépendante de l’URSS, ce qui va à l’encontre du nationalisme chinois.
B. La recherche d’une « voie chinoise »
• 1958 : Mao lance le « Grand Bond en avant » pr rattraper en 15 ans le niveau de dvpt des gdes puissances =
les paysans doivent se regrouper dans les communes populaires où tout est collectivisé ; chaque commune
doit être autosuffisante et doivent s’industrialiser pour produire de l’acier.
→ Cette politique est une catastrophe :
- désastre écologique
- acier inutilisable
- fin de l’aide soviétique (rupture entre Chine et URSS en 1963).
= Le Gd Bond en avant cause la mort de 30 M de personnes (famines, épuisement, maladies). PPT
Mao quitte la présidence de la Chine, mais reste le guide spirituelle de son peuple : « le Grand Timonier » (un
timonier est celui qui tient la barre d’un navire).
C. La « Révolution culturelle »
• Face aux contestations, Mao renforce l’endoctrinement de la population et la terreur = la « Révolution
culturelle » lancée en 1966. PPT
- président destitué et emprisonné [meurt en prison en 1969]
- lycéens et étudiants forment les « Gardes rouges » et se munissent du « Petit Livre rouge » (recueil des
pensées de Mao)
- ils persécutent les « éléments contre-révolutionnaires ».
Ex : Au Tibet, les moines bouddhistes sont massacrés et seuls deux monastères sont épargnés.
Ex : des cadres du PCC, des intellectuels et d’anciens bourgeois envoyés aux champs pour « se
réformer » par le travail manuel (= mort par le travail).
• La Révolution culturelle crée un chaos dans l’État chinois : production désorganisée, écoles et universités
fermées, grèves et affrontements au sein de la population.
L’armée intervient pour ramener l’ordre en 1969.
• 1969-76 : dernières années du maoïsme
- … au plan intérieur : reprise éco accompagnée d’un contrôle des naissances (« enfant unique »)
- … au plan international : la Chine veut s’affirmer comme leader du « Tiers monde » = arme nucléaire
(1964), entrée à l’ONU.
→ La mort de Mao, en septembre 1976, ouvre une période d’incertitude jusqu’en 1978.
III- La Chine s’ouvre au monde et devient une puissance planétaire (1978-2014)
A. Le communisme après Mao
Après 1976, la Chine rompt avec le maoïsme tout en restant non démocratique.
•1978-1989 : DENG XIAOPING est à la tête du pays → politique de « réformes et d’ouverture ». PPT
- décollectivisation des terres au profit des petits agriculteurs
- liberté de gestion et d’initiative rendue aux entreprises qui deviennent autonomes et concurrentielles
- appel aux capitaux japonais et occidentaux dans les 4 ZES du littoral chinois (1980).
Zone économique exclusive (enclave sur le littoral attirant les entreprises grâce à des avantages fiscaux).
Les régions littorales ouvertes aux IDE se spécialisent dans les exportations (textile, électronique).
En 1992, le reste du territoire est ouvert et la Chine se convertit au capitalisme = « économie socialiste de
marché ».
→ Forte croissance économique (+10% / an) et grands changements sociaux (urbanisation, essor de la
consommation, enrichissement de certaines catégories sociales).
• Mais le régime reste autoritaire et répressif : PCC parti unique, opposants emprisonnés ou exilés, minorités
réprimées (Tibet). Plusieurs révoltes ont eu lieu. Ex : grand rassemblement étudiant pendant 2 mois sur la
place Tienanmen, écrasé par l’armée en 1989. PPT
B. L’un des acteurs majeurs de la mondialisation
• Depuis 2010 : la Chine est la 2e puissance économique mondiale devant le Japon.
- Des atouts : vaste territoire aux milieux naturels variés, grands fleuves (Yangzi), ressources naturelles et
énergétiques (charbon, pétrole et gaz), main d’œuvre abondante et docile.
- Réussite industrielle : « l’atelier du monde » → 20% de la production mondiale (textile, sidérurgie,
jouets), 1e pays d’accueil des IDE. Énormes investissements pour devenir le « laboratoire du monde ».
- Réussite commerciale : 1e exportateur au monde, excédant commerciaux réinvestis dans la dette des
pays occidentaux, dont celle des États-Unis.
- Puissance militaire et géopolitique : 1e armée au monde en soldats actifs (2,3 M), siège au conseil de
sécurité de l’ONU.
S’oppose souvent à l’Europe et aux USA et ne veut pas que la défense des droits humains permette une «
ingérence » dans les États (refuse toute critique sur sa politique, sur la censure ou la répression au Tibet).
Présence éco sur tous les continents (surtout en Afrique).
Géopolitique : rapports de force entre États, mouvements politiques ou groupes armées.
- Affirmation diplomatique : la Chine veut redorer son blason grâce aux JO Pékin 2008, à l’exposition
universelle Shanghai 2010, au tourisme, aux 700 instituts culturels « Confucius » dans le monde
(enseignement de la langue, promotion de la Chine).
→ La Chine devient peu à peu une grande puissance « émergente ».
Puissance = elle se mesure à l’influence qu’un État peut avoir sur les autres et dans le monde ; elle résulte
d’une position plus ou moins dominante sur les plans démographique, éco, pol, militaire et culturel.
C. Un État confronté à de nombreux défis
• L’immensité de la population :
- 1,35 mds → stabilisation à 1,5 mds vers 2030.
- csq de l’enfant unique : déficit de filles (100/120), vieillissement...
- migrations internes des régions pauvres vers les villes dynamiques = main d’œuvre pléthorique et mal
formée qu’il faut loger, transporter, nourrir... Ex : projet de ville géante sur le littoral sud = mégalopole de
la Rivière des Perles, 45 M d’hab sur 41 000 km² (3x l’Î-d-F).
• L’immensité du territoire :
- 17 x la France (9, 5 M Km²) → 5 500 km Est-Ouest / 5 200 km N-S
- Des frontières contestées avec Taïwan, Inde, Japon.
- Des tensions autonomistes : Tibet, Hong Kong.
• De forts déséquilibres spatiaux et sociaux :
- un littoral développé (15% du territoire = 65% du PIB et 45% de la pop), où existent chômage et précarité.
- une Chine intérieure délaissée, rurale et pauvre.
• La dégradation de l’environnement.
- utilisation du charbon.
- espaces industriels et urbains pollués (air et eau) : sur les 50 pires villes au monde, 16 sont chinoises.
- 1er pays émetteur de CO2, mais aucune volonté de réduire les émissions au nom du dvpt.
Croquis : la littoralisation de l’espace chinois (p. 246)
[Littoralisation = concentration des activités économiques sur les espaces côtiers privilégiés par la
mondialisation à cause de l’importance du transport maritime
→ Recopier le croquis et compléter sa légende à de la carte p. 205
Téléchargement

Cours La Chine depuis 1911