25 juin

publicité
1939 : 3 septembre : La France, alliée de la Pologne déclare la guerre à l’Allemagne. C’est le début de la « drôle
de guerre » à l’ouest. Plus tôt, c’est le Royaume-Uni qui avait déclaré la guerre à l’Allemagne.
1940 : 10 mai : Invasion de la France et de la Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg.
Après l’armistice, le Vercors fait parti de la zone non occupée.
1941 : En mars, aux Côtes de Sassenage, au pied du massif du Vercors, Pierre Dalloz et son ami Jean Prévost
imaginent de transformer le Vercors en "Cheval de Troie pour commandos aéroportés" : le futur "Plan
Montagnards". Le 31 décembre, Jean Moulin est parachuté près d'Arles. De Gaulle l'a chargé d'unifier la
Résistance intérieure.
1942 : Le 4 septembre, le gouvernement de Vichy met en place les prémices du futur STO, service de travail
obligatoire, en Allemagne. Le 8 novembre, les troupes américaines débarquent en Afrique du Nord. Le 11
novembre, les Allemands occupent la "zone libre". Le 12, les italiens occupent Grenoble. En décembre, Pierre
Dalloz couche sur papier l’idée qu’il a eue en mars 1941 avec Jean Prévost. Il propose son plan à Yves Farge,
journaliste au Progrès de Lyon et interlocuteur de Jean Moulin. Le 17 décembre, première reconnaissance de la
ferme d'Ambel par la Résistance en vue d’y installer un « maquis ».
Fin 1942, création du premier maquis de France à Ambel au sud du Vercors.
1943
26 janvier : Fusion des trois mouvements : Combat, Franc-Tireur et de Libération. Création des Mouvements
Unis de la Résistance (MUR) présidés par Jean Moulin.
30 janvier : Création d’une police politique, la Milice avec Joseph Darnand à sa tête.
2 février : Les derniers combattants allemands de Stalingrad se rendent : 24 généraux et plus de 90 000 soldats
sont faits prisonniers par les troupes russes.
16 février : Trois classes d’hommes sont mobilisées pour le STO.
28 février : Création de la milice dans la Drôme.
Mars : Création de l’école des cadres de la milice au château d’Uriage dans l’Isère.
Mars : Arrivé en France du « major Roger » alias Francis Cammaerts du SOE-F dont l’adjoint pour la Drôme
sera Pierre Reynaud alias « Alain ».
25 mai : Attentat à l’hôtel Gambetta, siège de l’état major italien à Grenoble.
3 juin : Formation du Comité de Libération Nationale à Alger. De Gaulle et Giraud en sont les présidents.
21 juin : Arrestation de Jean Moulin à Caluire. Il trouvera la mort dans le train le déportant en Allemagne.
25 juin : Arrestation de Mussolini en Italie. Il sera libéré quelques semaines plus tard par un commando
allemand et sera placé à la tête d’une petite République fasciste en Italie du Nord, la République de Salo.
10 août : Réunion de la Résistance sur le plateau de Darbounouze au Vercors, elle se prolonge le 11.
9 septembre : Après la capitulation de l’Italie, la zone dévolue à Rome depuis novembre 1942 est occupée par les
allemands.
14 septembre : Accrochage au col de Lachau entre maquisards du C6 et des fuyards de l'armée italienne.
25 septembre : Arrivé de la mission OSS Brown du commandant Azur.
6 octobre : L’ingénieur André Abry est victime de l’arbitraire allemand. Le 11, 15 000 grenoblois participent à ses
obsèques et scandent des slogans hostiles aux occupants.
11 novembre : Descendus dans la rue pour commémorer le 11 novembre, de nombreux grenoblois sont arrêtés.
398 seront déportés.
14 novembre : La résistance fait sauter le polygone d’artillerie en plein centre de Grenoble.
25-29 novembre : « Saint Barthélémy » grenoblois avec l’arrestation de plus de 20 personnes dans les rangs de la
résistance iséroise.
21 décembre : Le doyen René Gosse et son fils sont assassinés par la milice à Grenoble.
Fin décembre, le maquis du capitaine « Thivollet » monte dans le Vercors.
1944
5-6 janvier : Parachutage de la mission alliée « Union » à Eymeux sur le Terrain Agonie. Celle-ci est chargée
d’évaluer le potentiel et les besoins de résistants.
18 janvier : Arrestations de trois Allemands par la Résistance dans le Vercors.
20 janvier : A Rousset, suite à l'affaire du 18 janvier, une auto blindée allemande, utilisée pour rechercher les
Allemands disparus, est attaquée par les maquisards. 2 Allemands blessés. L'auto blindée est capturée par les
résistants.
22 janvier : Suite à la capture de civils allemands et à l’attaque d‘une voiture de Feldgendarmerie par les
maquisards, 300 soldats allemands mettent le feu au hameau des Barraques en Vercors et incendient la scierie
Morin à Rousset.
25 janvier : La réunion Monaco se déroule à Méaudre. Création du CDLN ou Comité départemental pour la
libération nationale.
29 janvier : Le camp de Malleval est anéanti par les Allemands et la milice française. 33 personnes sont tuées
dont 8 civils qui furent brûlés vifs. 7 villageois furent déportés et ne revinrent jamais des camps. 75% des
habitations furent détruites, le presbytère également et 18 granges brûlées.
1er février : Création des forces françaises de l'intérieur (FFI). Au titre du STO, les hommes de 16 à 60 ans
maintenant peuvent être requis comme les femmes de 18 à 45 ans. Du 1er mars au 17 mai 44, 45 jeunes quittent la
gare de Valence au titre du STO. Sabotage par la Résistance de la Cuivrerie du Sud-Est à Valence.
8 février : Un bombardier anglais, devant larguer des armes, s’écrase près du pas de la Clé au nord du village
d’Autrans. Les 7 hommes d’équipage, âgés de 19 à 22 ans, trouvent la mort. Leurs tombes se trouvent
aujourd’hui au cimetière d’Autrans.
18 février : Isère : Raid de la Gestapo à Vizille au sud de Grenoble : 17 déportations (10 ne revinrent pas)
20 février : « Legrand » devient l’adjoint de « l’Hermine » pour la Drôme.
26 février : Affaire de Châtillon-en-Diois puis du collège de Die, 19 résistants arrêtés, 6 tués.
29 février : Suite à l'affaire du collège de Die le 26, les forces de l'ordre de Vichy viennent chez Paul Béranger et
le tuent.
9 mars : A Pont en Royans, quatre maquisards sont arrêtés par les allemands. Torturés, ils sont ensuite fusillés.
Mort du lieutenant du 153 RIA, Jean Ruettard.
18 mars : Les allemands, bien renseignés, détruisent le PC régional de la Matrasière à Sain Julien Vercors et
incendient plusieurs maisons. Six résistants sont tués ainsi que trois civils.
25 mars : La Milice française et les troupes allemandes massacrent quatre cents maquisards sur le plateau des
Glières en Haute-Savoie.
16-24 avril : La milice se rend coupable de multiples exactions, pillages et maltraitance. Le premier jour, la ferme
d’Ambel, premier refuge des réfractaires dès 1943 est détruite. Le 16, la milice se trouve à Plan de Baix.
20 avril : Arrestation et exécution du traitre André Alboloy dit Cémoi, au Moulin de la Pipe, à Omblèze. Ses
obsèques ont lieu à Valence, le 24 avril en présence du préfet, du chef départemental de la Milice, etc. Il reçoit la
Légion d'honneur à titre posthume.
23 avril : Les miliciens du chef Raoul Dagostini assassinent trois personnes à Vassieux en Vercors.
6 mai : Disparition et assassinat du commandant de Reynies, le chef de la Résistance dans l’Isère. Alain Le Ray, le
premier chef militaire du Vercors, lui succède. François Huet dit « Hervieux » devient commandant militaire du
Vercors.
13 mai : Le capitaine le Ray est nommé chef des FFI de l’Isère. Il était auparavant en charge du Vercors en tant
que chef militaire.
22 mai : Eugène Chavant « Clément » se rend à Alger pour demander des précisions sur le plan Montagnard.
4 juin : Libération de Rome.
5 juin : La BBC diffuse le message, « Le chamois des Alpes bondit », signifiant la mobilisation du Vercors : « Le
chamois des Alpes bondit »; Le lieutenant colonel Huet arrive dans le Vercors.
6 juin : Débarquement de Normandie. Au total, plus de 200 000 hommes auront débarqué au soir du jour J.
8 juin : Les maquisards entreprennent le verrouillage complet du plateau du Vercors et la mobilisation générale.
De 450, le nombre de résistants présents sur le plateau passe à 3000-4000 hommes.
13 juin : Premiers combats à Saint Nizier. Les 300 allemands sont repoussés après 12 heures de combat.
14 juin : Parachutages d’armes sur les terrains de la Chapelle en Vercors et Méaudre. Parachutages de containers
sur le terrain Rayon à Méaudre.
16 juin : A Saint Nizier, les maquisards sont contraints de se replier. Demande de renforts aéroportés.
17 juin : Tentative d’infiltration des allemands dans le défilé des Ecouges.
21 juin : Tentative d’incursion des allemands à Rencurel dans les Coulmes.
22 juin : Le village de Plan de Baix est bombardé par l’aviation allemande. Le maquis et village de Combovn
sont attaqués par des blindés et des avions allemands. Les opérateurs radio sont tués. Les liaisons radios du PC
départemental FFI de la Drôme sont détruites. Demande du bombardement du terrain d‘aviation de Vassieux.
23 juin : A Lyon, un détachement du Vercors parvint à libérer 53 tirailleurs sénégalais pour les enrôler dans le
maquis.
25 juin : 36 forteresses volantes larguent en plein jour des containers d’arme légères au dessus du Vercors. Prise
d’armes à Saint Martin en Vercors. Mort de Gaston Vincent ("Azur") à Saint-Martin-en-Vercors. Opération Zebra
: 36 avions alliés parachutent de jour de grandes quantités de matériel sur le plateau du Vercors. D'autres avions
parachutent sur l'Ain, la Haute-Vienne, le Jura.
28 juin : En tentant de voler un camion pour le compte du maquis du Vercors, René Juven est gravement blessé.
Il sera soigné d’abord à Bourg de Péage puis dans le Vercors.
29 juin : Les premières bombes allemandes tombent sur les villages de Saint Jean en Royans, Pont en Royans et
la Chapelle en Vercors. Des hommes sont parachutés à Vassieux.
1er juillet : A cette date, les troupes FFI (AS et FTP) se montent à 4500 hommes dans la Drôme selon l’état major
départemental.
3 juillet : Eugène Chavant proclame la "restauration" de la République française dans le Vercors. De Lassus
(Legrand) remplace Drouot (L’Hermine) au poste de chef des FFI pour le département de la Drôme.
Proclamation de la République dans le Vercors par Chavant. Drouot ("l'Hermine"), chef départemental des FFI
Drôme, est muté comme chef des FFI des Hautes-Alpes où il part avec la mission Jedburgh Chloroform.
6 juillet : Tentative d’infiltration, repoussée, des allemands, au col de Grimone au sud est du Vercors. Arrivée de
la mission Eucalyptus au Vercors. L'un de ses membres, le capitaine Tournissa ("Paquebot"), va préparer le
terrain d'atterrissage de Vassieux.
7 juillet : La mission du capitaine Tournissa « Paquebot » est parachutée à Vassieux afin de préparer des terrains
d’aviations pouvant accueillir des appareils américains.
8 juillet : Ordre de l'état-major allemand du sud de la France pour action contre le maquis du Vercors - nom de
code : opération Bettina.
10 juillet : Des maquisards du Vercors avec l’appui du commando américain montent une embuscade au col de
la Croix Haute.
13 juillet : Le 6ème BCA es officiellement recrée. Bombardement des villages de la Chapelle en Vercors et de
Vassieux.
14 juillet : Deuxième parachutage d’armes en plein jour à VASSIEUX (72 forteresses volantes). Le avions
allemands, basées non loin de Valence à Chabeuil, attaquent immédiatement le terrain, bombardent toute la
journée le site ainsi que la Chapelle et Vassieux. La veille, les deux villages avaient déjà été bombardés.
19 juillet : Attaque allemande du col de Grimone par les allemands au sud est du Vercors
20 juillet : Le groupe de combat (Kampfgruppe) composé du II/Pz.Gren.Rgt10 et d'une compagnie de blindés de
reconnaissance du Pz.Aufkl.Abt.9, commandé par Zabel, remonte la vallée de la Drôme avec le IIe Bataillon
d'Azerbaïdjanais, au soir ils investissent Crest. Nombreux viols. Le général allemand Karl Pflaum établit son
centre d’opération à Saint Nazaire en Royans au pied ouest du Vercors.
21 juillet : Attaque généralisé du Vercors. 15 000 hommes de la 157e division alpine du général Pflaum sont
lancés à l’assaut du Vercors, et en moins d’une semaine, le Vercors tombe dans les mains de l’ennemi. Vassieux
est incendié, sa population violentée. Le "Plan Montagnards" n’a pas fonctionné : « C’est du ciel qu’ils
attendaient leur salut, c’est du ciel qu’a surgi la mort. » Combat à Saillans dans la vallée de la Drôme.
21 juillet : Le jeune André Salliquet, 16 ans, est tué à Autrans. Les deux chefs du C5, le sous lieutenant Cheynis
et sous chef Jacquet le sont également au col de la Croix Perrin.
22 juillet : Combats dramatiques au Pas de l’Aiguille. Bombardement puis prise de Die par les allemands. Les
prisonniers de la résistance sont relâchés. Parmi eux, la milicienne Mireille Provence. L’hôpital de la résistance
quitte Saint Martin en Vercors pour s’établir à la grotte de la Luire sur la commune de Saint Agnan. Au total 130
personnes, civils ou maquisards y seront soignés dont 4 prisonniers polonais.
22/23 juillet : Combats au hameau de Valchevrière. Mort héroïque du lieutenant Chabal et d’une grande partie
des chasseurs de sa section.
23 juillet : Ordre de dispersion du Maquis. Le "Plan Montagnards" n’a pas été appliqué par les Alliés. Une
polémique jamais éteinte. Les allemands atteignent le col de Rousset. Deuxième vague de planeurs sur Vassieux.
24 juillet : L’aéroport de Chabeuil est enfin bombardé par l’armée de l’air américaine.
25 juillet : Pillage et incendie de La Chapelle-en-Vercors. Seize jeunes du village sont exécutés dans la cour d’une
ferme. Brûlée, elle n’a jamais été reconstruite depuis, étant devenue un lieu de mémoire.
26 juillet : Exécutions de maquisards à Beauvoir en Royans.
27 juillet : Massacre des blessés de l’hôpital de Saint-Martin-en-Vercors sous le porche de la grotte de la Luire et
au hameau du Rousset. (Le 28) Deux de trois médecins de l’hôpital seront fusillés à Grenoble Les six infirmières
sont envoyées ans le camp de concentration de Ravensbrück. L’une, Odette Malossane, n’en reviendra pas.
29 juillet : Arrestation du professeur Albert Triboulet à Saint Just de Claix, à la frontière de la Drôme et de
l’Isère. Il sera exécuté le 1er août à Saint Nazaire en Royans avec 9 autres compagnons d’infortune.
31 juillet : Mort à Die malgré des soins de la petite Arlette Blanc coincé avec les cadavres des siens pendant
plusieurs jours à Vassieux en Vercors.
1er août : L’écrivain Jean Prévost dit « Capitaine Goderville » et quatre camarades sont abattus au dessus de
Sassenage au lieu dit Pont Charvet. Exécutions de maquisards à Saint Nazaire en Royans.
5 août : Les allemands se retirent du plateau.
Bilan : Au total, le Vercors a coûté 639 tués aux combattants et 201 aux civils. Seulement une centaine
d'allemands ont été tués dans les combats et une cinquantaine de blessés sont décédés par la suite à Grenoble.
573 maisons ont été détruites, 41 habitants de Vassieux déportés.
10 août : Les médecins de la grotte de la Luire (Le docteur Galimède étant parvenu à s’échapper) sont fusillés au
Polygone à Grenoble. Il s’agit du médecin capitaine Fischer alias « Ferrier » et du docteur Ullman. L’aumônier
Yves Moreau de Montcheuil est également abattu par les nazis.
11 août : Exécution de résistants dont les frères Jarrand d’Autrans au Polygone à Autrans.
14 août : 17 jeunes résistants du Vercors, prisonniers des allemands sont fusillés cours Berriat à Grenoble.
15 août : Second débarquement franco-américain dans le sud de la France.
17 août : Arrivée d’un groupement franco-américain à Plan de Baix. Attaque d’un convoi de 40 véhicules
allemands ente Donzère et Montélimar par le 2ème Bataillon FTP de la Drôme.
21 août : Libération de Grenoble.
22 août : Début de l’insurrection de Paris. La capitale sera totalement libérée le 25. Les maquisards de Thivollet
attaquent Romans et ont une centaine de prisonniers.
23 août : 350 maquisards FTP tentent de libérer la ville de Valence mais sont arrêtés par un barrage allemand : 15
morts.
27 août : La ville de Romans est reprise par les allemands qui prennent des otages.
28 août : Victor Boiron et le capitaine Tournissa « Paquebot » sont tués à la sortie de Saint Nazaire par une
patrouille allemande.
29 août : Libération de Montélimar
30 août : Seconde libération de Romans sur Isère
31 août : Libération de Valence (Drôme).
1er septembre : Libération complète de la Drôme. Pierre de Saint-Prix est nommé préfet de la Drôme.
3 septembre : Libération de Lyon.
16 septembre : Date de rédaction du rapport de l'officier Kléberg qui fut le chef de l'état-major de liaison
allemand de Valence qui écrit : "le département de la Drôme est l'un des départements le plus infesté de
terroristes, si bien que le rayon d'action de l'administration allemande se réduisait pratiquement à une étroite
bande le long du Rhône. Le reste du département n'était pas occupé par la Wehrmacht, il était dominé par les
terroristes".
Téléchargement
Explore flashcards