La participation au commerce international est

publicité
Sujet N° 1 : Dissertation s’appuyant sur un dossier documentaire
Il est demandé au candidat :
-
de répondre à la question posée par le sujet ;
de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ;
de mobiliser des connaissances et des informations pertinentes pour traiter le sujet, notamment celles figurant dans le dossier ;
de rédiger, en utilisant le vocabulaire économique et social spécifique et approprié à la question, en organisant le développement
sous la forme d'un plan cohérent qui ménage l'équilibre des parties.
Il sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.
SUJET
Ce sujet comporte quatre documents.
La participation au commerce international est-elle toujours avantageuse ?
DOCUMENT 1
Croissance en volume des exportations mondiales de marchandises et du PIB mondial, 1950-2013
Source : OMC, 2014.
DOCUMENT 2 : Spécialisation commerciale de quelques pays en 2013
Les cinq premiers avantages comparatifs par catégories de biens et services
Avantages
comparatifs
Allemagne
France
Chine
Brésil
Nigéria
1
Automobiles
particulières, cycles
Aéronautique et
espace
Matériel de
télécommunication
Minerais de fer
Pétrole brut
2
Machines spécialisées
pour l'industrie
Voyages
(tourisme)
Matériel informatique
3
Moteurs
4
Instruments de mesure
Boissons
Cuirs
Viandes et poissons
Produits agricoles
comestibles autres
que les céréales
5
Quincaillerie
Produits pharmaceutiques
Articles manufacturés
divers
Aliments pour animaux
Minerais non
ferreux
Produits agricoles
Gaz naturel
comestibles autres que
les céréales
Produits de toilette Vêtements de bonneterie
Sucre
Produits agricoles
(parfums...)
(chaussettes, lingerie…)
non comestibles
Source : d'après Profils pays du CEPII, CEPII 2015.
Page 1 sur 8
DOCUMENT 3
Le secteur du textile, habillement, cuir et chaussures en France : production intérieure, importations
et consommation des ménages (en milliards d'euros de 2005)
Source : D'après l'INSEE, 2015.
DOCUMENT 4
Droits de douane (1) appliqués par l'Union européenne aux importations
en 2013 (taux en % du prix
s
des biens importés)
en %
14
12
10
produits agricoles
produits non agricoles
dont vêtement (2)
ensemble produits
(1) Droits de douane : taxes prélevées sur les marchandises importées.
Source : d'après l'OMC, 2015.
(2) La colonne « vêtements » correspond à un type de produit non agricole.
Page 2 sur 8
Sujet N° 2 : Épreuve composée
Cette épreuve comprend trois parties.
1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant
appel à ses connaissances personnelles dans le cadre de l’enseignement obligatoire.
2. Pour la partie 2 (Étude d’un document), il est demandé au candidat de répondre à la question en adoptant une
démarche méthodologique rigoureuse de présentation du document, de collecte et de traitement l’information.
3. Pour la partie 3 (Raisonnement s’appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le
sujet :
 en développant un raisonnement ;
 en exploitant les documents du dossier ;
 en faisant appel à ses connaissances personnelles ;
 en composant une introduction, un développement, une conclusion.
II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.
Première partie : Mobilisation des connaissances
1. Distinguez compétitivité-prix et compétitivité hors-prix. (3 points)
2. Montrez que l'avantage comparatif est un déterminant de la spécialisation des économies. (3 points)
Deuxième partie : Étude d’un document (4 points)
QUESTION
Vous présenterez le document puis vous comparerez l'évolution des exportations mondiales de
marchandises avec celle du PIB mondial depuis 2005.
DOCUMENT
Croissance du volume des exportations de marchandises et du PIB de 2005 à 2012
Taux de
croissance
moyen (en %)
2005-2012
Total des exportations
mondiales de marchandises
Exportations de produits
agricoles
Exportations de
combustibles et produits
des industries extractives
Exportations de produits
manufacturés
PIB mondial
Variations annuelles (en %)
2005 2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
3,5
6,5
8,5
6,5
2
-12
14
5,5
2,5
4
6,0
6,0
5,5
2
-3,0
7,5
6,0
2,0
2
3,5
3,5
3,5
0,5
-4,5
5,5
2,5
2,5
4
7,5
10,0
8
2,5
-15,5
18
7
2,5
2
3
3,5
3,5
1,5
-2,5
4
2,5
2
Source : OMC, Statistiques du commerce international, 2013.
Page 3 sur 8
Troisième partie : Raisonnement s’appuyant sur un dossier documentaire (10points)
Cette partie comporte trois documents.
À l'aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous mettrez en évidence les principaux
facteurs expliquant les choix de localisation des firmes multinationales.
DOCUMENT 1
Répartition des flux d'investissement direct à l'étranger (IDE(1)) par région, 2007-2010
(en pourcentage des flux mondiaux)
Région
Entrées d'IDE
2007 2008 2009 2010
Sorties d'IDE
2007 2008 2009 2010
Pays développés
68,8
55,3
50,9
48,4
84,8
80,7
72,2
70,7
Pays en développement
dont :
- Amérique latine et Caraïbes
- Asie du Sud, de l'Est et du Sud-Est
Europe du Sud-Est, CEI(2)
26,9
37,7
43,1
46,1
12,9
16,2
23,1
24,8
7,8
12,3
4,3
11,9
16,3
6,9
11,9
20,4
6,0
12,8
24,1
5,5
2,5
7,9
2,3
4,2
9,3
3,2
3,9
16,5
4,2
5,8
17,5
4,6
Source : « Mondialisation et entreprises : quelles interactions ? », RAINELLI M., Cahiers Français n°365, 2011.
(1) Investissement direct à l'étranger : création d'un lieu de production à l'étranger ou acquisition d’au moins 10%
de la propriété d'une entreprise située à l'étranger.
(2) Communauté des États Indépendants : ensemble économique formé par 11 républiques de l’ex Union
Soviétique, dont la Russie.
DOCUMENT 2
La firme ne s'engage pas si elle n'a pas conscience de détenir des avantages compétitifs spécifiques : un
avantage technologique, une marque, un accès privilégié au marché étranger, l'apprentissage que lui a procuré
l'exportation vers ce marché. (...) Quant aux pays où elle est susceptible de s'implanter, ils doivent présenter
des avantages comparatifs. (...)
La disparité(1) entre les salaires du pays d'origine et ceux des pays hôtes est supposée susciter l'IDE(2). Telle
quelle, cette explication est inexacte théoriquement : la productivité du travail est omise. Et concrètement : les
IDE ne se concentrent pas au Bouthan, au Mali ou à Madagascar où les salaires sont les plus faibles. L'IDE est
attiré dans les pays ayant le rapport le plus avantageux entre coût salarial, charges incluses et productivité du
travail. (...)
En outre, la main-d’œuvre doit avoir les qualifications requises en pays hôte ; la qualité relative du capital humain
peut donc attirer l'IDE. Les différences de productivité renvoient aussi à des écarts technologiques entre pays.
Source : Les multinationales globales, ANDREFF Wladimir, 2003.
(1) Disparité : écart.
(2) Investissement direct à l'étranger : création d'un lieu de production à l'étranger ou acquisition d’au moins 10%
de la propriété d'une entreprise située à l'étranger.
Page 4 sur 8
DOCUMENT 3
Les firmes chinoises qui appartiennent au secteur primaire(1) sont des firmes étatiques qui investissent à
l'étranger pour des motifs d'accès aux ressources naturelles. Le recours à l'IDE(2) plutôt qu'à l'importation vise
essentiellement à réduire les risques de non-approvisionnement, malgré les coûts engendrés par l'exploration,
l'extraction et la distribution.
Les firmes opérant dans l'industrie lourde ont pour principal motif d'internationalisation des problèmes de taille
du marché interne comparée à celle des marchés mondiaux. (...) Le recours à l'investissement est une
alternative aux exportations lorsque celles-ci sont limitées par les barrières à l'entrée(3). L'accès au marché
comme facteur déterminant est ainsi cité par 85% des entreprises. (...)
Le deuxième motif le plus cité par les firmes multinationales chinoises est l'accès aux actifs stratégiques(4) (51%),
en particulier dans les secteurs de l'électronique, de la chimie et des services en infrastructure. (...)
Au total, les stratégies de déploiement des firmes multinationales des pays émergents(5) sur les marchés
occidentaux suivent des logiques d'accès aux ressources naturelles, d'accaparement des actifs technologiques
et stratégiques et d'accès aux marchés dans les secteurs traditionnels.
Source : Mondialisation et délocalisation des entreprises, MOUHOUD El Mouhoub, 2011.
(1) Secteur primaire : activités liées à l'exploitation des ressources naturelles.
(2) Investissement direct à l'étranger : création d'un lieu de production à l'étranger ou moins 10% de la propriété
d'une entreprise située à l'étranger.
(3) Barrières à l'entrée : difficultés d'entrée sur le marché dues notamment à protectionnistes.
(4) Actifs stratégiques : atouts tels un brevet, une marque.
(5) Pays en développement connaissant une croissance économique très rapide.
Page 5 sur 8
Corrigé Épreuve composée
Première partie : Mobilisation des connaissances
1. Distinguez compétitivité-prix et compétitivité hors-prix. (3 points)
La compétitivité-prix d’une entreprise ou d’une économie est sa capacité à gagner des parts de marché
sur ses concurrents en pratiquant des prix plus bas qu’eux (ce qui suppose soit d’avoir des coûts plus bas, soit
d’avoir des marges plus faibles).
La compétitivité- hors prix d’une entreprise ou d’une économie est sa capacité à gagner des parts de
marché sur ses concurrents autrement qu’en pratiquant des prix plus bas, notamment en différenciant ses
produits sur leur qualité, leur image, leur emballage, etc.
2. Montrez que l'avantage comparatif est un déterminant de la spécialisation des économies. (3 points)
L’avantage comparatif est une notion que l’on doit à l’économiste David Ricardo. D’après lui, tout pays
dispose d’un avantage comparatif sur certains produits : un pays qui a des coûts plus bas sur tous les produits
a un avantage comparatif sur ceux où sont avantage est le plus grand et un pays qui a des coûts plus élevés
sur tous les produits a un avantage comparatif sur ceux où son désavantage est le moins grand. Ricardo montre
que, sous certaines conditions, si chaque pays se spécialise sur les produits pour lesquels il a un avantage
comparatif, la production de l’ensemble des pays est plus élevée que si chacun avait cherché à tout produire.
Deuxième partie : Étude d’un document (4 points)
Vous présenterez le document puis vous comparerez l'évolution des exportations mondiales de
marchandises avec celle du PIB mondial depuis 2005.
Ce document est un tableau qui présente le taux de variation (en %) des exportations de marchandises ainsi
que du PIB entre 2005 et 2012, selon les données publiées par l’INSEE en 2013.
De 2005 à 2012, les exportations mondiales de marchandises ont crû plus vite que le PIB mondial (+3,5
% par an contre + 2 % par an), d’où une augmentation des taux d’ouverture. Ceci est particulièrement vrai pour
les exportations de produits agricoles et de produits manufacturés (+ 4 % l’an chacun), mais pas pour les
exportations de combustibles et produits d’industries extractives qui n’ont crû que de 2 % par an.
Les variations des exportations sont plus amples que celles du PIB mondial tant à la hausse (en 2010
par exemple les exportations mondiales augmentent 2,5 fois plus que le PIB) qu’à la baisse (en 2009 les
exportations mondiales ont diminué 2,5 fois plus vite que le PIB).
Enfin, en fin de période, les exportations cessent de croître plus vite que le PIB, d’où une stabilisation du
taux d’ouverture moyen des économies.
Troisième partie : Raisonnement s’appuyant sur un dossier documentaire (10points)
A l'aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous mettrez en évidence les principaux
facteurs expliquant les choix de localisation des firmes multinationales.
Voir corrigé sur diaporama
Page 6 sur 8
Page 7 sur 8
Plan dissertation : La participation au commerce international est-elle toujours avantageuse ?
I. La participation au commerce international peut être avantageuse
A. Selon la théorie ricardienne chaque pays a intérêt à se spécialiser et à échanger avec les
autres
1) Car chaque pays dispose d’un avantage comparatif (doc. 2)
2) Cet avantage comparatif repose sur les différences de dotations factorielles entre pays
B. Les avantages du commerce international pour les producteurs
1) Les entreprises peuvent s’approvisionner en matières premières et en biens intermédiaires auprès
des meilleurs fournisseurs mondiaux en termes de prix et de qualité
2) Les entreprises peuvent conquérir des marchés au-delà du marché intérieur qui peut être trop
étroit pour réaliser des économies d’échelle et bénéficier d’effets d’apprentissage
C. Les avantages du commerce international pour les consommateurs
1) Des prix plus bas grâce aux économies d’échelle réalisés par les producteurs et grâce à la
concurrence qui s’impose aux producteurs
2) Des gammes de produits plus diversifiés que s’il n’y avait que les producteurs nationaux
La réussite des pays émergents d’Asie dont la stratégie de croissance est fondée sur la promotion des
exportations semble confirmer les avantages de la participation au commerce international. Pourtant,
l’insertion dans la division internationale du travail n’est pas toujours avantageuse.
II. La participation au commerce international n’est pas toujours avantageuse
A. Toutes les spécialisations ne se valent pas
1) Les spécialisations sur les produits primaires ont moins d’effets d’entraînement sur le reste de
l’économie que les spécialisations sur des biens manufacturés
2) Les pays en développement spécialisés sur les produits primaires subissent une détérioration de
leurs termes de l’échange
B. Un protectionnisme éducateur peut être utile
1) Exposer une industrie naissante à la concurrence des industries étrangères arrivées à maturité les
empêche de se développer de rattraper leur retard technologique (F. List)
2) Les pays émergents d’Asie ont su combiner promotion des exportations et protection de leurs
industries (par exemple en sous évaluant leur monnaie)
C. La concurrence internationale n’est pas profitable si elle pousse au dumping
1) La compétition internationale peut pousser au dumping social : le travailleur perd ce que gagne le
consommateur
2) La compétition internationale peut pousser au dumping environnemental
Page 8 sur 8
Téléchargement
Explore flashcards