N°2 Coeur et sport oui absolument, mais pas n`importe

publicité
Cœur et sport oui absolument, mais pas n’importe comment !
Ecoutez votre corps et respectez les possibles signaux d’alerte cardiaques
La pratique sportive qui a des effets bénéfiques indéniables sur la santé et en
particulier sur le cœur, doit toujours être encouragée. Mais comme pour tout, il faut
respecter certaines règles de bonne pratique pour en tirer le maximum de bénéfices et
éviter les incidents voire les accidents. Ces accidents sont heureusement très rares, mais
souvent graves, car on ne rigole pas avec le cœur. En respectant quelques règles de bon
sens, nous pouvons nous les pratiquants diminuer nettement le nombre de ces
accidents.
Nous avons vu l’importance de respecter des temps d ‘échauffement et de retour
au calme lors de nos activités sportives. Parlons aujourd’hui des symptômes à respecter.
En tant que sportif nous avons appris à connaître notre corps et à ressentir ses « ratés ».
Mais du fait de notre pratique nous nous focalisons et respectons essentiellement les
bizarreries musculaires, tendineuses ou ostéo-articulaires. L’expérience montre que les
sportifs négligent les symptômes d’origine cardiaque, surement car pour eux un sportif
ne peut pas avoir de problème cardiaque. Le sport le protège ! Et bien non, grossière
erreur. D’une part il n’a jamais été montré que le sport éliminait tous les accidents
cardiaques, mais seulement qu’il y a moins d’accident cardiaque chez les sujets entraînés
que chez les non entraînés. D’autre part, il est bien montré que dans environ 50 % des
cas les sportifs qui ont un accident cardiaque grave ont eu des symptômes non respectés
dans les semaines précédentes. Quatre principaux symptômes survenant à l’effort sont
à connaître. Ils doivent pousser le sportif à consulter rapidement son médecin avec
interruption de la pratique sportive en attendant la consultation.
La douleur thoracique, plutôt sensation d’oppression ou de serrement avec ou sans
irradiation dans les bras, les mâchoires, les poignets liée à l’intensité de l’exercice avec
une disparition rapide en moins de 2 minutes après arrêt de l’effort.
Les palpitations ou sensations de battements cardiaques désagréablement ressentis
souvent comme cœur anormalement rapide régulier ou non. Associés ou non à un
essoufflement anormal, un blocage musculaire avec incapacité de poursuivre l’effort au
même niveau, un vertige. Le cardiofréquencemètre aide beaucoup au diagnostic car il
permet de chiffrer la fréquence cardiaque. Rappelons à ce sujet que les systèmes de
mesures actuels fonctionnent bien et que l’observation d’une fréquence cardiaque
inhabituelle est anormale et non pas dû à un dysfonctionnement de l’appareil.
Le malaise, ce terme un peu « fourre-tout » qui signifie sensation de mal être va du
simple vertige à la perte de connaissance brutale et complète.
L’essoufflement ou la fatigue anormale car inhabituelle pour le niveau d’effort
correspondant avec ou sans anomalie de la fréquence cardiaque. Non expliqué par des
perturbations récentes de l’entraînement, ils doivent interpeller le sportif
Ces symptômes sont donc des feux clignotants qui doivent alerter le sportif. Ils doivent
absolument être respectés
F. Carré
Cardiologue du sport
Téléchargement
Explore flashcards