Lire l'article complet

publicité
Q u e s t i o n s d e c o n s u ltat i o n
sur le vif
Traitement de première intention d’une
rhinopharyngite aiguë fébrile évoluant
depuis plus de 3 jours
Le traitement d’une rhinopharyngite aiguë
est purement symptomatique :
– antipyrétiques : conseils d’hygiène (ne
pas couvrir l’enfant, bain, proposer souvent
des boissons...) et médicaments antipyrétiques : paracétamol 15 mg/kg 4 fois par
jour chez l’enfant, au maximum 3 g/jour
chez l’adulte, en choisissant une présentation galénique adaptée à l’âge et au poids
du patient ;
– assurer une perméabilité nasale suffisante : lavages de nez réguliers au sérum
physiologique ou à l’eau thermale chez le
nourrisson et le jeune enfant qui ne sait pas
62
se moucher, en particulier avant les repas et
avant le coucher ; chez l’enfant et l’adulte
qui savent se moucher, des gouttes
nasales, en particulier le matin, peuvent
faciliter l’évacuation des sécrétions lorsqu’elles sont très épaisses. La toux de la
rhinopharyngite est due en partie à la rhinorrhée postérieure et les soins sus-cités
contribuent à la limiter.
Une rhinopharyngite évolue en moyenne
sur 7 jours et il n’est pas rare que le patient
soit encore fébrile au troisième jour, malgré
les antipyrétiques pris en automédication.
La consultation médicale a pour but de vérifier le diagnostic et de s’assurer de l’absence d’otite moyenne aiguë, d’angine ou
de bronchite, mais aussi de vérifier le respect des doses et la bonne répartition des
prises d’antipyrétiques dans le nycthémère.
M. François
Correspondances en médecine - n° 2 - octobre 2000
Téléchargement
Explore flashcards