11. Paratuberculose

publicité
Fiche maladie
LA PARATUBERCULOSE BOVINE
Bovins
Une maladie digestive ancienne et grave
sévissant dans le monde entier
La paratuberculose est une maladie digestive
bactérienne (bacille de Johne) des ruminants
domestiques et sauvages. Elle est incurable et
aboutit à la mort de l’animal.
Mode de contamination
Contamination précoce de l’animal (0 à 6 mois d’âge) par ingestion de
nourriture, d’eau ou de lait contaminés par les déjections d’animaux
infectés. Les animaux les plus sensibles sont les veaux car le pH acide
du tube digestif et la présence de lactoférine facilite le développement
du bacille. Une fois ingéré, le bacille se loge au niveau de la muqueuse
intestinale où il se multiplie entrainant des lésions intestinales avec une
réponse immunitaire qui empêche l’apparition des symptômes.
L’évolution lente de cette maladie, ne fera apparaître les symptômes
que très tardivement (2 à 3 ans après la contamination) et souvent suite
à un stress « inhibiteur » de la réponse immunitaire.
Signes cliniques
Diarrhée chronique
Amaigrissement
Introduction de la maladie dans un élevage :
• Achat d’animaux infectés
• Matériel / Fumier
• Pâturage sur parcelles contaminées
Matières véhiculant la maladie :
• Bouse / urine
• Lait / colostrum
• (Sperme / utérus / embryon ?)
Aucun traitement
efficace
Baisse de la production
laitière
Facteurs favorables au développement du bacille :
Version de Octobre 2009
• Le fer (favorable au développement)
• L’acidité
• L’humidité
• Déséquilibre alimentaire
• Parasitisme
Un contact
GDS 18 Tél : 02 48 50 87 90
GDS 28 Tél : 02 37 24 45 69
GDMA 36 Tél : 02 54 08 13 80
GDS 37 Tél : 02 47 48 37 58
GDS 41 Tél : 02 54 57 21 88
GDS 45 Tél : 02 38 65 50 60
GDS Centre Tél : 02 54 08 13 80 – [email protected]
Mort
Situations de stress
facilitant l’apparition des
symptômes :
• Vêlage
• Parasitisme
• Déséquilibre alimentaire
• Autres infections
•…
Dépistage (à réaliser sur des bovins > 18 mois)
Modalités
Type de
prélèvement
Résultats
d’analyse
Objectif
Remarques
Coproculture
fécal
16 à 18
semaines
Détection animaux
excréteurs
Méthode de référence
PCR
fécal
48h
Détection animaux
excréteurs
Recommandé pour
les introductions
Méthode couteuse
sanguin
10 jours
Confirmation
diagnostic
Moins sensible mais
plus pratique à
réaliser
Analyses
Sérologie ELISA
Plan d’actions contre la maladie
Aucun traitement, ne pouvant guérir les animaux atteints, il est donc indispensable de suivre un
plan de lutte très rigoureux afin d’éradiquer cette maladie qui peut occasionner d’importantes
pertes économiques.
• Soins aux animaux :
o Si suspicion clinique :
Isoler les animaux >2 ans présentant des diarrhées sans fièvre ;
Faire un prélèvement sur les bouses et éventuellement sanguin pour diagnostic ;
Eliminer les animaux positifs rapidement et ne pas mettre leur descendance à la
reproduction.
o Chez les laitiers :
Isoler les veaux dès la naissance ;
Bien nettoyer la mamelle avant de prélever le colostrum ;
Donner du lait en poudre dès le 2ème jour ;
Proscrire l’allaitement collectif.
o Alimentation : déficit ou déséquilibre alimentaire (attention au ratio énergie/protéines, aux
minéraux et vitamines) diminue la résistance des animaux et favorise l’évolution de la
maladie.
o Parasitisme : contrôler la présence de douves, de strongles et de paramphistomes
(coproscopie à l’automne sur chaque lot traiter si nécessaire).
• Hygiène des locaux :
o Attention aux litières : pailler et racler régulièrement (mini 1 fois/jour).
o Désinfecter régulièrement la nurserie et la stabulation : appliquer après décapage de l’eau de
javel n’est efficace que s’il ne reste aucune matière organique (1 berlingot 40°/ 10 litres).
o Attention au local de vêlage : vidé, nettoyé, désinfecté et bien paillé entre 2 vêlages (ne doit
servir en aucun cas d’infirmerie).
o Interdire l’accès aux marres et ruisseaux : aménager les abreuvoirs pour éviter leur
contamination par les bouses.
• Conduite des pâtures :
o Ne pas épandre le fumier et le lisier sur les pâturages.
o Chauler les pâturages acides (pH<6) régulièrement (1T/ha).
Prévention à l’achat
Aucun test ne peut garantir à 100% que l’animal acheté est sain ! Néanmoins, une sérologie
associée à une PCR constituent un bon dépistage. Certains cheptels bénéficient d’une garantie de
cheptel négatif.
La Paratuberculose n’étant pas une maladie réglementée, il faut faire une demande d’analyse explicite
au moment de la prise de sang d’achat. Par ailleurs, la signature d’un billet de garantie conventionnel (à
demander à votre GDS) avec le vendeur lors de l’achat, permettra, si l’animal s’avère positif, de le
retourner au vendeur.
Téléchargement
Explore flashcards