generalites sur l`anatomie

publicité
Anatomie fonctionnelle
INTRODUCTION
- LA FLEXION : mouvement réalisé dans le plan sagittal selon un axe transversal. Elle tend a
rapprocher les segment mis en jeu. Exception pour l'articulation de la cheville appelé flexion
dorsale
- L'EXTENSION : dans le plan sagittal et selon l'axe transversal, il se traduit par
l'éloignement des segments mis en jeu. Exception pour l'articulation de la cheville, le
mouvement d'extension du pied sur la jambe est appelé flexion plantaire. Exception pour
l'épaule quand on va porter le membre supérieur en avant du plan frontal on parlera
d'antépulsion. Si c'est dans le plan arrière ça sera une rétropulsion
- LA ROTATION MEDIALE (= rotation interne): mouvement dans le plan horizontal selon
l'axe longitudinale. Mouvement qui porte une partie du corps en dedans. Cas particulier au
niveau du poignet et du coude qui s'appelle la pronation (= quand la main va dedans)
- LA ROTATION LATERALE (= rotation externe): mouvement qui porte une partie du corps
en dehors. Quand on ramène la main vers l'extérieur on parle de supination. Pour le tronc et la
tête les rotations sont à droite et à gauche
- L'ABDUCTION : mouvement dans le plan frontal selon l'axe sagittal et qui éloigne une
partie du corps de l'axe médian. Cas particulier pour les doigts ou les orteils (selon l'axe
médian de la main). L'abduction du poignet = inclinaison radiale
- L'ADDUCTION : rapproche une partie du corps de la ligne médiane du corps. Pour la main
on prendra l'axe médian de la main. L'adduction du poignet = inclinaison ulnaire
- L'INCLINAISON LATERALE : dans le plan frontale suivant l'axe sagittal
- LA FLEXION OU L'EXTENSION HORIZONTALE : plan horizontal, axe longitudinal.
Mouvement qui correspond à une adduction du bras (flexion) réalisé à partir du position des
bras à l'horizontale
- Quand on a un affaissement de l'arche médiale de la voûte plantaire longitudinale =>
pronation
- Quand on a un affaissement de l'arche latérale de la voûte plantaire longitudinale =>
supination
- Au niveau du pied : mouvement d'éversion = combinaison de flexion dorsale, d'abduction et
de pronation
mouvement d'inversion = combinaison de flexion plantaire, d'adduction
et supination
- Le mouvement de circumduction = mouvement qui permet à l'extrémité distale d'un segment
de réaliser un cercle alors que l'extrémité proximale reste fixe
LES MUSCLES DE L'AVANT BRAS
Ils agissent soit au niveau du poignet soit au niveau du coude. Mouvement au niveau du
poignet : abduction, adduction, supination, pronation, flexion, extension
Mouvement au niveau du coude : flexion, extension, supination, pronation.
I- LES MUSCLES DE LA LOGE ANTERIEUR
Muscle FLECHISSEUR RADIAL du CARPE (grand palmer)
il s'etend de l'humérus au métacarpe
Origine : Epicondyle médiale de l'humérus
Terminaison : Base du métacarpe II (et III)
Action : Flexion au niveau du poignet et il est pronateur de la main et abducteur
Muscle FLECHISSEUR ULNAIRE du CARPE (cubital antérieur)
Muscle superficiel, qui s'étend de l'humérus vers les carpes
Origine : Epicondyle médiale de l'humérus + Ulna (Olécrâne, 2/3 supérieur de l'ulna,
processus coronoïde)
Terminaison : Sur le pisiforme (et parfois sur le métacarpe V)
Action : Fléchissuer du poignet, adducteur du poignet
Muscle BRACHIO RADIAL (long supinateur)
Il s'étend de l'humérus au radius. C'est un muscle monoarticulaire (une seul articulation)
Origine : Bord latéral de l'extrémité distale de l'humérus
Terminaison : le processus styloïde du radius
Action : Fléchisseur de l'avant bras sur le bras, supinateur (à partir d'un mouvement de
pronation) et pronateur (si la main est déjà en supination)
II- LES MUSCLES DE LA LOGE POSTERIEUR
Muscle EXTENSEUR ULNAIRE du CARPE (cubitale postérieur)
Muscle superficiel qui va de l'humérus au métacarpe
Origine : Epicondyle latérale de l'humérus + bord postérieur de l'ulna
Terminaison : Base du métacarpe V
Action : Extenseur de la main (trés faiblement), adducteur du poignet
Muscle COURT et LONG EXTENSEUR RADIAL du CARPE (le 2ème et le 1er radial)
Muscle superficiel qui s'étend de l'humérus au métacarpe
Origine : Epicondyle latéral de l'humérus
Terminaison : pour court => base métacarpe III
pour long => base métacarpe II
Action : Extenseur du poignet, abducteur de la main
LES MUSCLES DU BRAS
Ils agissent soit à l'articulation du coude, soit de l'épaule. Au niveau du coude : flexion /
extension, supination / pronation
Au niveau de l'épaule on aura : abduction / adduction, rotation médiale / latérale, rétropulsion
/ antépulsion.
I- MUSCLE DE LA LOGE ANTERIEUR
Muscle BICEPS BRACHIAL
C'est un muscle superficiel composé de deux chefs, un chef long et un court. Il s'étend de la
scapula vers le radius
Origine : chef long  tubercule supra-glénoïdale
chef court  processus coracoïde
Terminaison : tubérosité du radius
Action : il agit sur deux articulations :
Au coude : Fléchisseur de l'avant bras sur le bras et supinateur de l'avant bras (quand il est en
pronation)
A l'épaule : Abducteur du bras (rôle important) et coapteur de la tête humérale dans la cavité
glénoïdale (= maintient de la tête humérale quand il est en contraction), il participe aussi à
l'antépulsion.
Il sera plus puissant dans une position où l'avant bras sera en supination
II- MUSCLE DE LA LOGE POSTERIEUR
Muscle TRICEPS BRACHIAL
C'est un muscle superficiel composé de 3 chefs (un médial, un latéral, un long). Il rejoint la
scapula et l'humérus à l'ulna
Origine : chef long  tubercule infra-glénoïdale
chef latéral  la moitié proximale de la face postéro-latérale de l'humérus
chef médial  Les 2/3 distaux de la face postérieure de l'humérus
Terminaison : olécrâne (ulna)
Action : il a une action biarticulaire. Au coude : extenseur de l'avant bras sur le bras
A l'épaule : rétropulseur du bras, adducteur du bras (grâce au chef long).
Par sa contraction, il maintient l'articulation.
MUSCLE DE L'EPAULE
Il agit au niveau de la cavité glénoïdale, sterno-claviculaire et scapulo-humérale.
Muscle DELTOIDE
C'est le seul muscle latéral de l'épaule. Il va de la ceinture scapulaire jusqu'à l'humérus (il
protège l'articulation)
Origine : faisceau antérieur  1/3 latéral de la clavicule (= faisceau claviculaire)
faisceau moyen  acromion
faisceau postérieur  l'épine de la scapula (= faisceau épineux)
Terminaison : tubérosité deltoïdienne (Humérus)
Action : Abduction du bras (faisceau moyen), antépulseur et rotateur médial du bras
(faisceau antérieur), rétropulseur et rotateur latéral (faisceau postérieur)
Il agit dans tous les mouvements du bras et de l'épaule sauf l'adduction
LES MUSCLES DU DOS
Ils agissent au niveau de l'épaule, de la scapula et du tronc. Le tronc : on aura flexion /
extension, rotation, inclinaison latérale.
La scapula : adduction / abduction, élévation / abaissement, sonnette externe (= amène la
pointe inférieure de la scapula à s'éloigner de l'axe rachidien) / sonnette interne (= ramène la
pointe inférieure vers l'axe rachidien).
Certains types de mouvements s'accompagnent de mouvements automatiques de la scapula :
- abduction du bras (sonnette externe)
- adduction du bras (sonnette interne)
- antépulsion (sonnette externe + inclinaison de la colonne vertébrale)
- rotation latérale (adduction de la scapula)
- rotation médiale (abduction de la scapula)
Muscle TRAPEZE
C'est un muscle superficiel qui relie le rachis avec la scapula. Il a trois faisceaux.
Origine : - protubérance occipitale externe
- ligament nucal
- processus épineux des vertèbres de C7 à Terminaison : 12
Terminaison : - faisceau supérieur (1/3 latérale de la clavicule)
- faisceau moyen (acromion)
- faisceau inférieur (l'épine de la scapula)
Action : - Faisceau supérieur : élévation de la ceinture scapulaire, sonnette externe.
- Faisceau moyen : adducteur de la scapula
- Faisceau inférieur : abaisseur de la scapula, sonnette externe
Inclinaison du rachis (action unilatérale) ; extenseur du rachis cervical (action bilatérale)
Il participe de manière importante à la fixation de la scapula. Il travail en collaboration avec le
DENTELE ANTERIEUR dans les mouvements d'adduction / abduction.
Le trapèze entre dans tous les travaux de charge.
Muscle GRAND DORSAL
Il se situe vers le bas du dos.
Origine : processus épineux des 6 dernières vertèbres thoraciques et des 5 dernières
lombaires (de T7 à L5). Insertion sur la crête iliaque et sacrée et aussi sur les côtes (3 ou 4
dernières), et une insertion sur la pointe inférieure de la scapula.
Terminaison : sillon intertuberculaire de l'humérus.
Action : Si le tronc est fixe  adducteur de l'humérus, rotateur médial de l'humérus et
rétropulseur. Il est aussi abaisseur de l'épaule. Les épaules sont attirées en arrière et en bas
quand les deux grands dorsaux travaillent ensemble.
Si l'humérus est fixe  élévateur du tronc (bilatérale), inclinateur du bassin
(unilatérale).
Il agit dans tous les mouvements de traction et de sustentation. Il est agoniste (pour
l'adduction) et antagoniste (antépulsion/rétropulsion) du grand pectoral.
Muscle GRAND ROND
Il s'étend de la scapula à l'humérus.
Origine : pointe inférieure de la scapula.
Terminaison : sillon intertuberculaire.
Action : Si la scapula est fixe  adducteur du bras (pour que la scapula soit
immobilisée, il faut l'action du muscle rhomboïde), rotateur médial du bras, rétropulseur du
bras.
Si l'humérus est fixe  sonnette externe de la scapula.
Muscle RHOMBOIDE
C'est un muscle profond situé dans le milieu du dos. Il est placé entre la colonne vertébrale et
la scapula.
Origine : de la 7ème cervicale à la 4ème thoraciques.
Terminaison : bord médial de la scapula.
Action : adducteur et élévateur de la scapula (maintient de la scapula).
Il agit dans tous les mouvements de traction et de sustentation.
MUSCLES DU TORSE ET DE L'ABDOMEN
Muscle GRAND PECTORAL
C'est un muscle superficiel de la partie antérieure et supérieure du tronc.
Origine : la clavicule (2/3 médiaux), le manubrium sternal et le corps du sternum.
Pour les faisceaux profonds de la 2ème à la 6ème côte.
Terminaison : le sillon intertuberculaire.
Action : Si le tronc est fixe  adducteur et antépulseur du bras, rotateur médial
Si l'humérus est fixe  élévateur du tronc
Il agit dans tous les mouvements de flexions horizontales
LES ABDOMINAUX
Ils sont au nombre de 4.
Muscle DROIT de l'ABDOMEN
C'est le plus superficiel des 4, il s'étend du thorax au pubis. Il est interrompu par 4 bandes
tendineuses transversales. Sur la ligne médiane, il forme la ligne blanche (de l'appendice
xiphoïde jusqu'à la symphyse pubienne).
Origine : 5, 6 et 7ème côte, et sur l'appendice xiphoïde
Terminaison : la symphyse pubienne et le pubis
Action : Si le thorax est fixe  élévateur du pubis (rétroversion du bassin), flexion du
bassin
Si le bassin est fixe  flexion du thorax, abaissement des côtes (expiration
forcée)
Muscle OBLIQUE EXTERNE de l'ABDOMEN (Grand oblique)
Origine : les 7 à 8 dernières côtes. Les faisceaux s'entrecroisent avec le dentelé
antérieur.
Terminaison : la ligne blanche, le ligament inguinal, la crête iliaque et le pubis.
Action : Bilatérale  fléchisseur du tronc
Unilatéral  rotateur controlatéral du tronc, inclinateur du tronc
Il maintient les viscères abdominaux et sert à la compression de l'abdomen (il participe à
l'expiration forcée)
Muscle OBLIQUE INTERNE de l'ABDOMEN (Petit oblique)
Il fait partie de la couche moyenne des muscles du tronc.
Origine : la crête iliaque, processus épineux de la 5ème lombaire, le ligament inguinal
Terminaison : la ligne blanche, les 4 dernières côtes, le pubis et la symphyse pubienne
Action : bilatérale  flexion du tronc
unilatéral  inclinateur latéral et rotateur homolatéral
Il participe au maintient des viscères abdominaux et à la compression (expiration forcée).
Muscle TRANSVERSE de l'ABDOMEN
C'est le muscle le plus profond.
Origine : 6 dernières côtes, le processus transverse de L1 à L4, la crête iliaque et le
ligament inguinal
Terminaison : la ligne blanche, l'appendice xiphoïde et le pubis
Action : fléchisseur du tronc
Il maintient les viscères abdominaux et la compression (expiration forcée)
LES MUSCLES DE LA REGION GLUTEALE
Ils agissent au niveau de la cuisse.
Muscle GRAND GLUTEAL (grand fessier)
C'est le muscle le plus volumineux et le plus puissant du corps. C'est un muscle superficiel
Origine : une partie de la crête iliaque, une partie de la face externe de l'ilion et le
bord latéral du coccyx et du sacrum
Terminaison : tubérosité glutéale du fémur et le tractus ilio-tibiale
Action : Si le bassin est fixe  extenseur puissant de la cuisse sur le tronc et rotateur
latéral
Si le fémur est fixe  il stabilise le bassin, rétroversion du bassin. A partir
de 15° d'extension il devient très puissant (course de vitesse, saut, squats)
Muscle MOYEN GLUTEAL (moyen fessier)
C'est un muscle de la couche moyenne au niveau de la région glutéale.
Origine : face externe de l'ilion
Terminaison : le grand trochanter
Action : Si le bassin est fixe  abducteur de la cuisse, rotateur latéral par ses fibres
postérieures et rotateur médial par ses fibres antérieures
Si le fémur est fixe  important stabilisateur latéral du bassin
Il entre en jeu pendant la marche, la course et les mouvements de contre-pied. Il est coapteur
de la tête fémoral
Muscle PETIT GLUTEAL (petit fessier)
C'est un muscle profond de la région glutéale
Origine : face externe de l'ilion (en dessous du moyen fessier)
Terminaison : face antérieure du grand trochanter
Action : Si le bassin est fixe  abducteur de la cuisse, rotateur médial de la cuisse par
ses fibres antérieures et il participe à la rotation latérale par ses fibres les plus postérieurs
Si le fémur est fixe  stabilisateur latéral du bassin
Il intervient pendant la marche et la course, et il est coapteur de la tête fémorale
LES MUSCLES DE LA CUISSE
Ils entrent en jeu lors des mouvements d'articulations du genou, de flexion / extension, de
rotation médiale / latérale.
I) MUSCLES DE LA REGION ANTERIEURE
LE QUADRICEPS
C'est un muscle très volumineux et très puissant. Il est composé de 4 chefs :
- le muscle droit fémoral
- le muscle vaste latéral
- le muscle vaste médial
- le muscle vaste intermédiaire
Muscle DROIT FEMORAL (droit de la cuisse ou antérieur)
Origine : épine iliaque antéro-inférieure et le sillon supra-acétabulaire
Terminaison : base de la patella (fibres profondes) et la tubérosité tibiale (fibres
superficielles), ce qui forme le ligament patellaire
Muscle VASTE LATERAL
Origine : bord antérieur et inférieur du grand trochanter et la partie supérieur de la
ligne âpre
Terminaison : bord latéral de la patella, bord latéral du tendon du muscle droit
fémoral, bord latérale de la tubérosité tibiale (forme le rétinaculum patellaire latéral)
Muscle VASTE MEDIAL
Origine : ligne âpre
Terminaison : bord médial de la patella, du tendon du droit fémoral et de la tubérosité
tibiale
Muscle VASTE INTERMEDIAIRE
Origine : la face antérieure et latéro-postérieure du fémur
Terminaison : base de la patella
C'est le plus profond des 4 muscles
Actions du QUADRICEPS :
Extenseur au niveau du genou et fléchisseur de la cuisse sur le bassin (droit fémoral). Il est
quasiment en permanence en activité
Muscle SARTORIUS (muscle couturier)
C'est un muscle superficiel
Origine : épine iliaque antéro-supérieure
Terminaison : la face médiale du tibia
Action : fléchisseur de la jambe sur la cuisse, rotateur médial, fléchisseur, rotateur
latéral et abducteur de la hanche. En extension, ce muscle s'oppose au valgus du genou.
Le sartorius fait parti d'un arrangement de muscles appelé muscle de la patte d'oie qui vont se
réunir au niveau de leurs tendons distaux pour participer à la stabilité médiale de l'articulation
du genou. 3 muscles font partis de la patte d'oie : le sartorius, le semi-tendineux et le gracile.
II) MUSCLES DE LA REGION POSTERIEURE
Les ISCHIO-JAMBIERS
Ils regroupent un ensemble de 3 muscles : le biceps fémoral, le semi-tendineux et le semimembraneux. Ces 3 muscles sont bi-articulaires : ils traversent l'articulation de la hanche et
du genou
Muscle BICEPS FEMORAL
Ce muscle est composé de deux chefs : un long et un court
Origine : chef court  la moitié distale de la ligne âpre
chef long  tubérosité ischiatique
Terminaison : tête de la fibula et condyle latéral du tibia
Action : fléchisseur de la jambe sur la cuisse et rotateur latéral du genou.
extenseur de la hanche
Il s'oppose au varus du genou (quand les genoux sont trop écartés)
Muscle SEMI-TENDINEUX (demi-tendineux)
C'est le plus superficiel des 3 ischio-jambiers
Origine : la tubérosité ischiatique.
Terminaison : face médiale du tibia
Action : fléchisseur de la jambe sur la cuisse et rotateur médial du genou quand il est
fléchi. Il est aussi extenseur de la hanche.
Il s'oppose au valgus du genou (quand les genoux sont trop rapprochés)
Muscle SEMI-MEMBRANEUX
C'est le plus profond des 3 ischio-jambiers.
Origine : la tubérosité ischiatique
Terminaison : 3 tendons : un direct  condyle médial du tibia
un réfléchi  en avant de la partie médiale de la tubérosité
tibiale
un récurant  le condyle latéral du fémur
Action : fléchisseur et rotateur médial de l'articulation du genou. Il est aussi extenseur
de la hanche
III) LES MUSCLES MEDIAUX
Les ADDUCTEURS
Muscle LONG ADDUCTEUR (premier adducteur ou moyen adducteur)
C'est le plus superficiel des trois
Origine : face antérieure du pubis
Terminaison : face postérieure du fémur, la partie moyenne de la ligne âpre.
Action : adducteur et rotateur latéral de la cuisse. En action bilatérale  stabilisateur
du bassin.
Muscle COURT ADDUCTEUR (deuxième ou petit adducteur)
Origine : branche inférieur du pubis
Terminaison : 1/3 proximal de la ligne âpre
Action : adducteur et rotateur latéral de la cuisse. En action bilatérale  stabilisateur
du bassin.
Muscle GRAND ADDUCTEUR
C'est le plus profond et le plus puissant des adducteurs.
Origine : branche inférieure du pubis et sur la tubérosité ischiatique
Terminaison : la ligne âpre sur toute sa longueur
Action : adducteur et rotateur latéral de la cuisse. Il est aussi extenseur de la hanche.
En action bilatérale  stabilisateur du bassin. Il intervient en équitation et en natation pour la
brasse.
Muscle GRACILE (droit interne)
C'est un muscle biarticulaire. Il est plus profond que les adducteurs
Origine : branche inférieure du pubis
Terminaison : face médiale du tibia
Action : adducteur de la cuisse, fléchisseur de l'articulation du genou et est une
composante de la rotation médiale
MUSCLES DE LA JAMBE
I) MUSCLE DE LA FACE ANTERIEURE
Muscle TIBIAL ANTERIEUR (jambier antérieur)
Origine : face latérale du tibia et la tubérosité tibiale (partie latérale)
Terminaison : base du premier métatarsien et le cunéiforme médial
Action : fléchisseur dorsal du pied, supinateur de l'articulation de la cheville. Il
participe à l'inversion mais ce n'est pas un inverseur.
II) MUSCLES DE LA FACE DORSALE (postérieure)
Le TRICEPS SURAL
C'est la combinaison de deux muscles : le soléaire et le gastrocnémien
Muscle GASTROCNEMIEN (les jumeaux)
C'est un muscle biarticulaire et s'est le plus superficiel des deux. Il est composé de deux chefs
: un latéral et un médial.
Origine : tubercule supra-condylaire médial et latéral
Terminaison : tubérosité du calcanéus
Action : fléchisseur au niveau de l'articulation du genou et il est un fléchisseur
plantaire très puissant. Il participe à la supination
Muscle SOLEAIRE
Il est situé en dessous du muscle gastrocnémien. Il est mono-articulaire
Origine : tête de la fibula et les 2/3 supérieurs du tibia
Terminaison : tubérosité du calcanéus
Action : fléchisseur plantaire puissant et participe à la supination
Muscle TIBIAL POSTERIEUR (jambier postérieur)
Origine : 2/3 supérieurs du tibia et de la fibula
Terminaison : naviculaire, cunéiformes, cuboïde et sur la base des métatarsiens II, III
et IV
Action : fléchisseur plantaire et supinateur avec une légère adduction  c'est un
muscle inverseur du pied.
Il participe au maintient de l'arche médiale du pied.
ANATOMIE FONCTIONNELLE
I.
MUSCLES INTERVENANT DANS LA MOBILITE DES DOIGTS
Muscles extrinsèques = agissent sur la mobilité des doigts mais leur insertion ne sont pas sur
la main.
1- Muscles fléchisseurs
Ils se situent dans la loge antérieure de l’avant bras.
M. FLECHISSEUR SUPERFICIEL DES DOIGTS.
Origine : épicondyle médial de l’humérus + processus coronoïde de l’ulna (chef 1) et
le radius (chef 2)
Terminaison : 2ème phalange des doigts 3 et 4 (chef 1) et 2ème phalange des doigts 2 et
5 (chef 2)
Action : flexion des doigts et du poignet.
M. FLECHISSEUR PROFOND DES DOIGTS
Origine : tubérosité du radius + 2/3 supérieur de l’ulna.
Terminaison : 3ème phalange
Action : flexion des doigts (3ème phalange sur la 2ème) et flexion du poignet.
M. LONG FLECHISSEUR DU POUCE
Origine : radius
Terminaison : phalange distale du pouce
Action : flexion du pouce (2ème phalange sur la 1ère et en continuité la 1ère phalange sur
les métacarpiens) et abduction du poignet.
2- Muscles extenseurs
M. EXTENSEUR COMMUN DES DOIGTS
Origine : épicondyle latéral de l’humérus
Terminaison : base des 3ème phalange des doigts 2 à 5.
Action : extension des doigts
M. COURT ET LONG EXTENSEUR DU POUCE
Origine : partie moyenne de l’ulna et du radius
Terminaison : base de la 1ère phalange pour le m. court et base de la 2ème phalange
pour le m. long
Action : extension du pouce (1ère et 2ème phalange). Le m. court a tendance à emmener
le pouce en abduction tandis que le long en adduction.
3- Muscles abducteurs
M. INTEROSSEUX DORSAUX DE LA MAIN
Ils se situent dans les espaces métacarpiens.
Action : permettent l’abduction des doigts (écarte les doigts)
4- Muscles adducteurs
M. INTEROSSEUX PALMAIRES
Action : responsable de l’adduction des doigts (resserre les doigts)
II.
MUSCLES INTERVENANT DANS LA MOBILITE DU POIGNET
1- Muscles fléchisseurs
La flexion du poignet peut aller jusqu’à 80°/90° mais on l’utilise habituellement jusqu’à
seulement 40°.
Limité par :
- ligaments dorsaux du poignet
- muscles extenseurs
- capsule articulaire
M. FLECHISSEUR SUPERFICIEL DES DOIGTS
M. FLECHISSEUR PROFOND DES DOIGTS
M. FLECHISSEUR RADIAL DU CARPE
M. FLECHISSEUR ULNAIRE DU CARPE
2- Muscles extenseurs
Extension de 0 à 50° en actif et jusqu’à 90° en passif. Dans la vie on l’utilise seulement
jusqu’à 45°.
Limité par :
- les os
- les muscles fléchisseurs
- les ligaments palmaires.
M. EXTENSEUR ULNAIRE DU CARPE
M. COURT ET LONG EXTENSEUR RADIAL DU CARPE
3- Muscles adducteurs
Adduction du poignet se fait dans un secteur de 0 à 40°. Elle est plus facile à réaliser lorsque
l’on est placé en supination (plus dur en pronation).
Limité par la mise en tension du ligament collatéral radial.
M. FLECHISSEUR ULNAIRE DU CARPE
M. EXTENSEUR ULNAIRE DU CARPE
4- Muscles abducteurs
Abduction de 0 à 15° environ.
Limité par :
- la mise en tension du ligament collatéral ulnaire du carpe.
- les os (le scaphoïde rencontre le radius).
M. FLECHISSEUR RADIAL DU CARPE
M. COURT ET LONG EXTENSEUR RADIAL DU CARPE
5- Muscles de la pronation
Pronation de 0 à 80°.
Limité par :
- la mise en tension du ligament carré
- les os (rencontre de l’ulna et du radius).
M. FLECHISSEUR RADIAL DU CARPE
M. BRACHIO-RADIAL
M. ROND PRONATEUR (Articulation du coude)
Origine : épicondyle médial de l’humérus + la partie supérieure de l’ulna (processus
coronoïde)
Terminaison : face latérale du radius
Action : pronation et flexion du coude. Associe la flexion et la pronation.
M.CARRE PRONATEUR
Il relie le radius et l’ulna dans la partie distale.
Action : pronation. Mouvement qui associe l’extension et la pronation
6- Muscles de la supination
Limité par :
- la mise en tension de la corde oblique (qui va de la tubérosité du radius au processus
coronoïde de l’ulna
- la membrane interosseuse
- muscle pronateur
- buté osseuse : rencontre de l’ulna et du radius
M. BROCHIO-RADIAL
M. BICEPS BRACHIAL
M. SUPINATEUR
Origine : épicondyle latéral de l’humérus + la partie supérieure de l’ulna
Terminaison : face latérale du radius
Action : supination de l’avant bras et il collabore avec le triceps.
III.
MUSCLES INTERVENANT DANS LA MOBILITE DU COUDE
1- Muscles fléchisseurs
La flexion a une amplitude très grande de 0 (extension complète) à 140° en actif et jusqu’à
160° en passif (grâce à la fossette coronoïde de l’humérus).
Limité par la configuration osseuse : rencontre de l’ulna et de l’humérus
M. BICEPS BRACHIAL
M. BRACHIO-RADIAL
M. BRACHIAL ANTERIEUR
Origine : la moitié distale de l’humérus
Terminaison : tubérosité ulnaire
Action : flexion de l’avant bras sur le bras.
2- Muscles extenseurs
Extension jusqu’à –5 ou –10°.
Limité par :
- la rencontre de l’ulna (olécrane) et de l’humérus
- muscles fléchisseurs (surtout le brachial antérieur)
- la mise en tension des fibres antérieures des ligaments collatéraux.
M. TRICEPS BRACHIAL
M. ANCONE
Origine : épicondyle latéral de l’humérus
Terminaison : olécrane
Action : participe à l’extension et il efface la synoviale (pour qu’elle ne soit pas
pincée).
IV.
MUSCLES INTERVENANT DANS LA MOBILITE DE L’EPAULE
MUSCLES QUI ASSURENT LA MOBILITE DU BRAS :
Ils ont une insertion sur l’humérus.
1- Les muscles abducteurs
Secteur de mobilité 180°. On a l’intervention de l’humérus, de la scapula (sonnette externe) et
du rachis (inclinaison).
Limité par :
- la configuration osseuse
- les muscles adducteurs
- le ligament gléno-huméral inférieur.
M. DELTOIDE
M. BICEPS BRACHIAL
M. SUPRA-EPINEUX
Origine : fosse supra-épineuse
Terminaison : tubercule majeur
Action : abduction du bras, coaptateur de la tête humérale dans la cavité glénoïdale.
Si rupture  abaissement de la tête humérale.
Lieu de tendinite.
Ce muscle appartient à la coiffe des rotateurs (arrangement musculaire).
2- Muscles adducteurs
Adduction de 30 à 35° avec une légère antépulsion.
Limité par la configuration du corps (le tronc).
M. GRAND DORSAL
M. GRAND PECTORAL
M. GRAND ROND
2 autres muscles interviennent :
M. RHOMBOIDE
M. TRICEPS BRACHIAL
3- Muscles antépulseurs
Antépulsion de 0 à 180° avec intervention de la scapula (sonnette externe) et du rachis.
M. DELTOIDE (fibres antérieures)
M. GRAND PECTORAL (fibres supérieures)
M. BICEPS BRACHIAL (intervention + faible)
M. CORACO BRACHIAL
Origine : processus coracoïde de la scapula
Terminaison : 1/3 moyen de la face médiale de l’humérus
Action : antépulsion du bras, adduction du bras
4- Muscles rétropulseurs
Rétropulsion de 60°.
Limité par le ligament coraco-huméral et elle est facilité par une position du bras en rotation
médiale.
M. DELTOIDE (fibres postérieures)
M. GRAND DORSAL
M. TRICEPS BRACHIAL (intervention + faible)
M. GRAND ROND (intervention + faible)
5- Muscles de la rotation médiale
Rotation médiale 90° (+ si rétropulsion) avec une abduction de la scapula.
Limité par :
- la mise en tension de la capsule articulaire
- muscles rotateurs latérales.
M. GRAND PECTORAL
M. GRAND ROND
M. GRAND DORSAL
M. SUBSCAPULAIRE
Origine : fosse subscapulaire
Terminaison : tubercule mineur
Action : rotation médiale (avec le dentelée antérieur), adduction du bras (si la scapula
est maintenu par le rhomboïde), abduction de la scapula.
Il appartient à la coiffe des rotateurs.
6- Muscles de la rotation latérale
Rotation latérale de 50°.
Limité par :
- le ligament gléno-huméral
- les muscles rotateurs médiales.
M. DELTOIDE (intervention faible des fibres postérieures).
M. INFRA-EPINEUX
Origine : fosse infra-épineuse
Terminaison : tubercule majeur
Action : rotation latérale de l’humérus aidé par le rhomboïde
M. PETIT ROND
Origine : bord latéral de la scapula
Terminaison : tubercule majeur
Action : rotation latérale de l’humérus et intervient légèrement dans l’adduction.
Il appartient à la coiffe des rotateurs.
Cette coiffe est donc composée de 4 muscles qui entourent l’articulation scapulo-humérale : le
subscapulaire, supra-épineux, infra-épineux et petit rond.
Leur rôle est le maintient de la tête humérale (coaptateur de la tête humérale)
MUSCLES QUI PARTICIPENT AU MOUVEMENT DE LA CEINTURE SCAPULAIRE
Il n’y a pas d’insertion sur l’humérus.
1- Muscles postérieurs
M. TRAPEZE
M. RHOMNOIDE
M.ELEVATEUR DE LA SCAPULA (ou m. angulaire)
Origine : processus transverse des 4 premières cervicales C1 à C4.
Terminaison : angle supérieur et médial de la scapula
Action : si le rachis cervical est fixé :  élévation de la scapula + sonnette interne
Si la scapula est fixé  extension du rachis cervical (action bilatérale) inclinaison du rachis
(en action unilatérale).
2- Muscles antérieurs
M. DENTELEE ANTERIEUR (ou grand dentelée)
Origine : les 10 premières cotes
Terminaison : face médiale et antérieur de la scapula
Action : si la scapula est fixée :  inspirateur (participe à l’inspiration).
Si les cotes sont fixées :  abduction de la scapula
Il permet de plaquer la scapula sur la cage thoracique.
V.
MUSCLES INTERVENANT DANS LA MOBILITE DU TRONC
1- Muscles extenseurs
M. TRAPEZE
M. ELEVATEUR DE LA SCAPULA
M. STERNO-CLEIDO MASTOIDIEN
Origine : manubrium sternal, clavicule (partie proximale)
Terminaison : processus mastoïde.
Action : extension du rachis cervical (action bilatéral), rotation controlatérale (rotation
opposée auquel il se contracte), inclinateur de la tête.
M. INTEREPINEUX
Ils concernent toute la colonne vertébrale. Ils s’étendent d’un processus épineux à un autre.
2- Muscles fléchisseurs
M. ABDOMINAUX (droit, oblique interne et externe, transverse)
M. PSOAS
M. ILIAQUE
3- Muscles inclinateurs
M. ABDOMINAUX (oblique interne et externe)
M. TRAPEZE
M. CARRE DES LOMBES
Origine : 12ème cotes + processus transverse de L1 à L4
Terminaison : crête iliaque
Action :
Unilatéral  inclinaison du bassin (ou thorax)
Bilatéral  maintient de la rectitude du tronc, abaisse la 12ème cote et
participe à l’expiration forcé.
M. INTERTRANSVERSAIRES
Ils s’étendent d’un processus transverse à l’autre.
4- Muscles rotateurs
M. ABDOMINAUX (oblique externe : rotation controlatérale, oblique interne : rotation
homolatérale)
M. STERNO CLEIDO MASTOIDIEN
M. ROTATEURS
Ils s’étendent d’un processus épineux à un processus transverse de la vertèbre inférieure.
5- Muscles de la respiration
M. DIAPHRAGME
Le centre phrénique est la partie centrale tendineuse.
Origine : insertions vertébrale (de L2 et L3), costale (cotes 7 à 12), sternale
(appendice xiphoïde)
Action : inspiration qui se fait en 3 temps :
- début de la contraction  le centre phrénique s’abaisse et s’appui sur les viscères
- élévation des cotes  augmentation du diamètre transverse de la cage thoracique
- le sternum se soulève légèrement  augmentation du diamètre antéro-postérieur.
L’expiration est le relâchement du diaphragme.
M. INTERCOSTAUX
Il y a les internes pour l’expiration forcée, et les externes pour l’inspiration.
VI.
MUSCLES INTERVENANT SUR LA MOBILITE DE LA HANCHE
1- Muscles fléchisseurs
Flexion de 90° (si le genou est tendu) à 120°
M. DROIT FEMORAL
M. SARTORIUS
M. GRACILE
M. PSOAS
Origine : vertèbre de T12 à L5
Terminaison : petit trochanter
Action : Si le fémur est mobile  fléchisseur de la hanche et rotation latérale
Si le fémur est fixe  flexion du rachis lombaire (bilatérale) et inclinaison (unilatérale).
M. ILIAQUE
Origine : fosse iliaque
Terminaison : petit trochanter
Action : Si le fémur est mobile  flexion de la hanche et rotation latérale (très
légèrement)
Si le fémur est fixe  antéversion
M. TENSEUR DU FASCIA LATA
Origine : épine iliaque antéro-supérieure + crête iliaque
Terminaison : tractus ilio-tibial
Action : flexion de la hanche (faiblement), abduction et tendre le tractus ilio-tibial
2- Muscles extenseurs
Extension de 30° en actif et supérieur en passif. Cela dépend du degré de flexion du genou.
C’est limité par la mise en tension du ligament ilio-fémoral.
M. ISCHIO JAMBIERS
M. GRAND FESSIER
3- Muscles adducteurs
Adduction de 20° / 30°.
Les ligaments pubo-fémoral et ischio-fémoral sont relâchés, par contre le ligament iliofémoral est tendu (limitation).
M. GRAND ADDUCTEUR
M. COURT ADDUCTEUR
M. LONG ADDUCTEUR
M. GRACILE
M. PECTINE
Origine : le pecten du pubis
Terminaison : ligne pectinée
Action : adduction de la cuisse, rotateur latéral et intervient faiblement dans la flexion.
4- Muscles abducteurs
Abduction pure de 60° et si rotation latérale on arrive à 160°.
Limité par :
- configuration osseuse
- ligament pubo-fémoral
Le ligament ilio-fémoral est par contre totalement relâché.
M. PETIT FESSIER
M. MOYEN FESSIER
M. GRAND FESSIER (fibres postérieures)
M. TENSEUR DU FASCIA LATA
M. SARTORIUS
5- Muscles de la rotation médiale
Rotation médiale de 30°
Limité par la mise en tension du ligament ischio-fémoral.
M. PETIT FESSIER (fibres antérieures)
M. MOYEN FESSIER (fibres antérieures)
6- Muscles de la rotation latérale
M. PETIT FESSIER (fibres postérieures)
M. MOYEN FESSIER (fibres postérieures)
M. GRAND FESSIER (fibres postérieures)
M. ADDUCTEUR
M. SARTORIUS
M. PIRIFORME
Origine : partie antérieure du sacrum
Terminaison : grand trochanter
Action : rotation latérale et abduction
M. OBTURATEUR INTERNE
Origine : autour du foramen obturé + branche ischio-pubienne
Terminaison : face interne du grand trochanter
Action : rotateur latéral et composante légère d’adduction
M. OBTURATEUR EXTERNE
Origine : autour du foramen obturé (face externe)
Terminaison : face interne du grand trochanter
Action : rotateur latéral et composante de l’adduction et de la flexion
M. JUMEAUX SUPERIEUR ET INFERIEUR
Origine : épine ischiatique (pour le supérieur) et tubérosité ischiatique (pour
l’inférieur)
Terminaison : face interne du grand trochanter
Action : rotateur latéral
M. CARRE FEMORAL
Origine : tubérosité ischiatique
Terminaison : crête intertrochantérique
Action : rotateur latéral et adduction
VII.
MUSCLES INTERVENANT DANS LA MOBILITE DE GENOUX
1- Muscles extenseurs
il existe une hyper extension jusqu'à 10°
Limité par :
- capsule articulaire
- ligaments (collatéraux + croisé postérieurs)
- muscles fléchisseurs (surtout le m. poplitée)
M. QUADRICEPS
M. TENSEUR DU FASCIA LATA (légèrement)
2- Muscles fléchisseurs
Flexion de 120° et plus en passif
Limité par la rencontre du talon / fesse.
M. ISCHIO JAMBIERS
M. SARTORIUS
M. GRACILE
M. GASTROCNEMIEN
M. POPLITEE
Origine : épicondyle latéral du fémur
Terminaison : face postérieure du tibia
Action : fléchisseur du genoux, rotateur médial (quand le genou est en flexion)
3- Muscles de la rotation latérale
Rotation latérale de 30 à 40° (genoux fléchi)
Limité par les ligaments collatéraux.
M. BICEPS FEMORAL
4- Muscles de la rotation médiale
Rotation médiale de 30°
Limité par les ligaments croisés antérieur et postérieur
M. SEMI-MEMBRANEUX
M. SEMI-TENDINEUX
M. SARTORIUS
M. GRACILE
M. POPLITEE
VIII.
MUSCLES INTERVENANT DANS LA MOBILITE DE LA CHEVILLE
1- Muscles de la flexion plantaire
Flexion plantaire de 30 à 50° (et jusqu'à 90° avec l’intervention des autres articulations)
Limité par :
- la configuration osseuse talus / tibia
- les ligaments latéraux
M. TIBIAL POSTERIEUR
M. GASTROCNEMIEN
M. SOLEAIRE
M. LONG FLECHISSEUR DES ORTEILS
Origine : 1/3 moyen du tibia
Terminaison : phalanges distales de tous les orteils sauf le gros orteil
Action : flexion plantaire et supinateur (il est donc inverseur), fléchisseur des orteils II
àV
C’est un muscle important dans la marche, il assure, au niveau des appuis, les contacts avec le
sol.
M. LONG FLECHISSEUR DE L’HALLUX
Origine : 2/3 inférieur de la fibula
Terminaison : base de la phalange distale de l’hallux
Action : flexion plantaire et supination (il est donc inverseur), fléchisseur de l’hallux
Il participe au maintient de l’arche médiale de la voûte plantaire longitudinale.
M. LONG FIBULAIRE (long péronier latéral)
Origine : condyle latéral du tibia, tête de la fibula et 2/3 supérieur de la fibula
Terminaison : cunéiforme médial + méta I
Action : fléchisseur plantaire et pronateur
Muscle important dans la marche pour le bon positionnement du pied en pronation lors de la
phase aérienne.
M. COURT FIBULAIRE (court péronier latéral)
Origine : ½ distale et latérale de la fibula
Terminaison : base du méta V
Action : fléchisseur plantaire et pronateur
Il intervient comme le précédent dans la marche.
2- Muscles de la flexion dorsale
flexion dorsale de 20 à 30°
Limité par :
- tendon calcanéum
- capsule articulaire
- configuration osseuse
M. TIBIAL ANTERIEUR
M. LONG EXTENSEUR DES ORTEILS
Origine : condyle latéral du tibia + 2/3 supérieur de la fibula
Terminaison : 2ème et 3ème phalanges des orteils II à V
Action : fléchisseur dorsal et pronateur (il est évertuer), extenseur des orteils II à V
M. LONG EXTENSEUR DE L’HALLUX
Origine : ½ distale de la fibula
Terminaison : phalange distale de l’hallux
Action : fléchisseur dorsal et pronateur (il est donc évertuer), extenseur de l’hallux
IX.
MUSCLES INTERVENANTS DANS LA MOBILITE DES ORTEILS
1- Muscles fléchisseurs
M. LONG FLECHISSEUR DES ORTEILS
M. LONG FLECHISSEUR DE L’HALLUX
2- Muscles extenseurs
M. LONG EXTENSEUR DES ORTEILS
M. LONG EXTENSEUR DE L’HALLUX
3- Muscles adducteurs
M. INTEROSSEUX PLANTAIRES
Ils sont dans les espaces métatarsiens et font adduction des phalanges.
4- Muscles abducteurs
M. INTEROSSEUX DORSAUX
 abduction des orteils
GENERALITES SUR L'ANATOMIE
Fin XIVème, début XVème siècle : VESALE.
Elle a commencé par des observations et des dissections du corps humain. Avec les nouvelles
technologies, l'anatomie va faire beaucoup de progrès.
I) PROCEDES D'OBSERVATION DIRECTE
* Anatomie descriptive : décrit ce que l'on voit.
* Anatomie topographique : comparaison et situation des organes.
* Inspection : palper, mesurer, peser tous les organes.
* Microscopie, puis microscopie électronique : observations plus précises donc
capable de reconnaître les différentes fonctions des organes (=Physiologie).
II) PROCEDES D'OBSERVATION INDIRECTE
* Radiologie
* Scintigraphie réalisée avec l'utilisation des isotopes
* Echographie
* Scanner IRM (Imagerie par Résonance Magnétique)
III) ANATOMIE GENERALE
C’est celle qui étudie les parties élémentaires de l'organisme (tissus, organes, système,
appareils).
IV) ANATOMIE COMPAREE
Elle étudie les transformations successives que subissent les êtres vivants.
Ontogenèse = Etude des transformations qui ont lieu de la fécondité à l'âge adulte.
Phylogenèse = Etude des transformations qui apparaissent chez une espèce au cours du temps.
V) THERMINOLOGIE
Position anatomique = référence au corps humain vivant debout avec les membres supérieurs
le long du corps et les paumes tournées vers l'avant.
Il existe différents plans :
* Le plan transversal horizontal, qui est perpendiculaire à l'axe du corps :
Distal = éloigné du plan
Proximal = près du plan
Cranial = proche de la tête
Caudal = éloigné de la tête
* Le plan sagittal médian qui divise le corps en deux parties (droite et gauche) :
Profond / Superficiel
Inférieur / Supérieur
* Le plan frontal qui divise le corps en deux (une partie antérieure et une partie
postérieure)
Antérieur / Postérieur
VI) OSTEOLOGIE
La constitution du squelette :
* Un squelette axial :
- Crâne : boîte crânienne 8 os, face 14 os
- Os hyoïde : 1 os (situé à la base du crâne)
- Osselets auditifs : 6 osselets
- Colonne vertébrale : 26 vertèbres
- Thorax : sternum 1 os, côtes 24 os
 Total : 80 os
* Un squelette appendiculaire :
- Ceinture scapulaire : clavicule 2 os, scapula (ou omoplate) 2 os
- Membres supérieurs : humérus 2 os, ulna (ou cubitus) 2 os, radius 2 os,
carpiens 16 os, métacarpiens 10 os, phalanges 28 os
- Ceinture pelvienne : os iliaques 2 os
- Membres inférieurs : fémur 2 os, tibia 2os, péroné 2 os, rotule 2 os, tarsiens
14 os, métatarsiens 10 os, phalanges 28 os
 Total : 126 os
Le squelette est donc constitué de 206 os.
VII) CLASSIFICATION DES OS
* Les os longs : ceux qui ont une de leurs trois dimensions très supérieures aux deux
autres :
- EPIPHYSE : extrémités de l'os, épiphyse proximale et épiphyse distale.
- DIAPHYSE : la partie entre les deux extrémités.
- METAPHYSE : zone intermédiaire entre la DIAPHYSE et l'EPIPHYSE.
* Les os courts : trois dimensions à peu près équivalentes, forme cubique avec de
nombreuses facettes articulaires (ex : colonne vertébrale).
* Les os plats : leur épaisseur est très réduite par rapport à leur longueur et leur
largeur (ex : la scapula).
VIII) MORPHOLOGIE DE L'OS
Caractéristiques structurales des os.
DEPRESSIONS ET OUVERTURES :
CANAL : Tube étroit ou passage (ex : canal auditif du temporal).
FOSSE : Dépression sur ou dans un os (ex : fosse mandibulaire du temporal).
CONDUIT : Passage en forme de tube (ex : canal auditif du temporal).
FISSURE : Ouverture étroite entre deux parties adjacentes (ex : fissure orbitale
supérieure).
FONTANELLE : Espace membraneux entre les os du crâne.
GOUTTIERE ou SILLON : Rainure servant à loger une structure molle (ex :
humérus).
SINUS PARANASAL : Cavité remplie d'air à l'intérieur d'un os (ex : sinus frontal).
TROU : Ouverture qui permet le passage des vaisseaux sanguins, des nerfs, des
ligaments (ex : trou infraorbitaire du maxillaire).
APOPHYSE ou PROCESSUS : Saillie de l'os (ex : apophyse mastoïde du temporal).
APOPHYSES QUI FORMENT DES ARTICULATIONS :
CONDYLE : Eminence articulaire volumineuse arrondie (ex : condyle médial du
fémur).
FACETTE : Surface plane lisse (ex : facette articulaire des vertèbres).
TETE : Saillie articulaire arrondie soutenue par le col d'un os (ex : tête de fémur).
APOPHYSES AUXQUELLES S'ATTACHENT DES TENDONS, LIGAMENTS,
CONJONCTIFS
APOPHYSE EPINEUSE : Pointue et mince (ex : vertèbre).
CRETE : Rebord proéminent (ex : crête de l'os iliaque).
EPICONDYLE : Eminence située sur un condyle (ex : épicondyle médial du fémur).
LIGNE : Moins prononcée qu'une crête (ex : ligne âpre du fémur).
TUBERCULE : Petit processus arrondi (ex : tubercule d'une côte).
TUBEROSITE : Apophyse volumineuse, arrondie, rugueuse (ex : tubérosité
ischiatique).
TROCHANTER : Saillie volumineuse présente seulement sur le fémur (ex : grand
trochanter)
- L'os est enveloppé de manchons fibreux conjonctifs et élastiques (=PERIOSTE) au niveau
de la diaphyse.
- TISSU OSSEUX COMPACT au niveau de la diaphyse qui limite un canal (= CANAL
MEDULAIRE) renfermant la moelle osseuse jaune. Le tissu compact s'amincit lorsqu'on se
dirige vers les épiphyses comportant des CANAUX VASCULAIRES (ou canaux de
HAVERS).
- TISSUS OSSEUX SPONGIEUX au niveau des épiphyses qui conduit la moelle osseuse
rouge (synthèse des globules rouges).
- CARTILAGE ARTICULAIRE à la surface de l'épiphyse.
IX) DEVELOPPEMENT DE L'OS
OSTEOGENESE = Ossification, formation de l'os qui débute en fin de période embryonnaire.
L'os se développe à partir d'une membrane cartilagineuse qui va être progressivement
remplacée par du tissu osseux (= OSTEOBLASTES).
Il y a deux types d’ossifications :
- Ossifications de membranes : au niveau du crâne et de la face. Apparition des
ostéoblastes au centre d'une matrice et s'étale progressivement sur toute la membrane.
- Ossification endochondrale pour les os longs.
LES ARTICULATIONS
X.
CLASSIFICATION DES ARTICULATIONS
Articulation = point de contact, d’union entre 2 ou plusieurs os.
Nos articulations assurent 2 fonctions essentielles :
- lien
- mobilité du squelette
Leur fonction d’union est aussi importante que celle de mouvement.
Exemple : articulation rigide du crâne (seulement union).
5- Classification structurale
Classification en fonction du type de matériaux qui va unir les os. Selon que les articulations
ont ou n’ont pas une cavité articulaire.
On trouve 3 types d’articulations :
 Articulations fibreuses.
 Articulations cartilagineuses.
 Articulations synoviales.
6- Classification fonctionnelle
Prise en compte du degré de mouvement permit par l’articulation.
3 types d’articulation :
 Articulations immobiles = les synarthroses.
 Articulations semi-mobiles = les amphiarthroses.
 Articulations mobiles = les diarthroses.
Les articulations mobiles plus importantes dans les membres supérieurs et inférieurs.
Les articulations immobiles et semi-mobiles sont dans le squelette axial.
Les articulations fibreuses sont immobiles en règle générale.
En revanche toutes les articulations synoviales sont totalement mobiles.
Les articulations cartilagineuses offrent des exemples d’articulations immobiles et semimobiles.
XI.
LES ARTICULATIONS FIBREUSES
Les os sont reliés par des tissus fibreux. Il n’y a pas de cavité articulaire. Il existe quelques
articulations semi-mobiles.
Il existe 3 types d’articulations fibreuses que l’on classe en fonction du mouvement qu’elles
peuvent générer (selon la longueur du tissu fibreux qui unit les os).
7- Les sutures
Articulations présentent seulement dans les os de la tête. La soudure est entièrement comblée
par des fibres très court de tissus conjonctifs (qui unit les os). Il maintient les os fermement en
place  aucun mouvement.
8- Les syndesmoses
Articulations fibreuses dans lesquelles les os sont reliés par un faisceau de tissus fibreux
(ligaments).
Ex : le ligament qui unit le tibia et la fibula avec une légère mobilité.
9- Les gomphoses
Articulations fibreuses dont le seul et unique exemple est l’articulation entre la dent et
l’alvéole osseuse = c’est le ligament périodontique.
XII. LES ARTICULATIONS CARTILAGINUEUSES
Les os sont unis par du cartilage avec l’absence de cavité articulaire. On trouve 2 types
d’articulations cartilagineuses.
10- Les synchondroses
C’est une lame de cartilage hyalin qui unit les os. Au cours du jeune âge toutes les
synchondroses sont des sites de croissance osseuse avec une flexibilité osseuse. A la fin de la
croissance osseuse toutes les synchondroses se solidifient ( immobiles), transformation en
os.
Ex : cartilage de conjugaison des os.
11- Les symphyses
C’est du cartilage hyalin qui unit les os, mais sa spécificité est que le cartilage repose sur un
coussinet (disque intermédiaire) fibrocartilagineuse.
Le fibrocartilage est un tissu compressible qui joue le rôle d’amortisseur (absorbe les
tensions).
Ex : articulations que l’on trouve au niveau des vertèbres (les disques intervertébraux
fibrocartilagineux).
XIII. LES ARTICULATIONS SYNOVIALES
Les os s’unissent par l’intermédiaire d’une cavité articulaire remplie d’un liquide (le liquide
synovial).
Il y a une grande liberté de mouvement (=diarthroses). Toutes les articulations des membres
appartiennent à cette classe.
12- Structure générale
a.
Le cartilage articulaire
C’est le 1 élément, les surfaces des os qui s’articulent sont recouvertes d’un cartilage hyalin
lisse et luisant.
er
b. La cavité articulaire
Ce 2
ème
élément est spécifique au synoviales, elles renferment le liquide synovial.
c.
La capsule articulaire
3ème élément qui entoure la cavité articulaire comprenant 2 couches de tissus :
- Une externe (la capsule fibreuse) qui est résistante et est fixé au périoste des os adjacents a
l’articulation.
- Une interne (la membrane synoviale) recouvre entièrement les surfaces internes des
articulations.
d. Le liquide synovial
Ce 4ème élément possède 2 origines :
- Une quantité est produite à partir du plasma
- Une autre quantité est produite par les cellules de la membrane synoviale.
Le liquide est épais, très visqueux. Le mouvement de l’articulation chauffe ce liquide
(diminution de la viscosité) ce qui facilite le mouvement de l’articulation.
Ce liquide se trouve également au niveau du cartilage articulaire qui forme une pellicule très
lisse.
Une mauvaise lubrification entraîne le frottement de l’articulation. Lorsque l’articulation
synoviale subit une compression le liquide est expulsé du cartilage.
e.
Le ligament
Ce 5ème élément renforce les articulations synoviales. Ce sont des ligaments intrinsèques
(épaississement de la capsule fibreuse) ou des ligaments extrinsèques (indépendants).
13- Les bourses et les gaines des tendons
Ce ne sont pas des parties de l’articulation synoviale mais elles sont souvent associées. C’est
un système de roulement à bille qui joue un rôle de prévention en empêchant la friction entre
les articulations et les structures adjacentes au cours du mouvement.
- Les bourses sont des sacs qui contiennent du liquide synovial. On les trouve où les
ligaments, muscles, tendons frottent au niveau des os et de l’articulation.
Bursite = enflement des bourses qui sont sollicitées.
- Les gaines de tendon enveloppent les tendons.
14- Les facteurs influant sur la stabilité des articulations synoviales
Il y a trois facteurs :
 Les surfaces articulaires  facteur minime.
 Les ligaments  rôle très important pour la stabilité (+ ligament, + articulation stable). Si
le ligament est le seul facteur cela entraîne une tension excessive et les ligaments sont
étirés ou déchirés.
 Les muscles  il faut un bon tonus musculaire.
15- Les différents mouvements permis par les articulations synoviales
Chaque muscle squelettique se rattache au moins en 2 points à des os. Le tendon de l’origine
du muscle est lié à l’os immobile. A l’autre extrémité, un autre tendon, ce tendon d’insertion
est lié à l’os mobile.
Lorsque le muscle se contracte son insertion se rapproche de l’origine et se produit alors un
mouvement de l’os.
La gamme des mouvements permis par les articulations synoviales des mouvements :
- Uni-axials : mouvement de glissement
-
Multi-axials : mouvement dans les 3 plans de l’espace autour des axes. L’amplitude des
mouvements varie considérablement d’une personne à l’autre.
a.
Les mouvements de glissements
Ce sont les mouvements articulaires les plus simples. Une surface osseuse glisse sur une autre
surface semblable. Les os sont simplement déplacés l’un par rapport à l’autre.
Ex : entre les médio-carpiennes, intertarsiennes, intervertébrales, sterno-claviculaire.
b. Les mouvements angulaires
Modification de l’angle entre les os (augmentation ou diminution de l’angle). Ces
mouvements comprennent la flexion, l’extension, l’abduction, l’adduction et la
circumduction.
- Flexion : mouvement de replis qui diminue l’angle de l’articulation, rapproche les l’os les
un des autres. Ce mouvement s’accompli dans le plan sagittal. (flexion de la tête, colonne
vertébrale, bras, cheville (dorsiflexion)).
- Extension : mouvement qui augmente l’angle de l’articulation, les 2 os s’éloignent l’un de
l’autre (cou, colonne vertébrale, jambe, pied (flexion plantaire)). On peut avoir une hyper
tension.
- Abduction : le mouvement qui écarte un membre du plan médian dans le plan frontal
(pour doigts et orteils : écartement des doigts).
- Adduction : mouvement qui rapproche un membre du plan frontal dans un plan médian.
- Circumduction : mouvement autour duquel le membre décrit un cône dans l’espace.
c.
Le mouvement de rotation
Rotation : mouvement d’un os autour de son axe longitudinal. C’est le seul mouvement
possible entre les 2 vertèbres cervicales (épaules, hanches).
d. Les mouvements spéciaux
- Supination / pronation
La supination est mouvement de l’avant-bras pour tourner la paume en position antérieure ou
supérieure.
Dans le cas de la pronation, la paume est en position postérieure ou inférieure. C’est la
position de repos de l’avant-bras.
- Protraction / rétraction
C’est un mouvement qui s’applique à la mandibule.
- Eversion / inversion
Mouvement spécifique au pied. Dans l’éversion la plante de pied est tournée vers l’extérieur
et dans l’inversion la plante est tournée vers l’intérieur.
- Elévation / abaissement
Déplacement dans une position supérieure.
e.
Les différents types articulations synoviales
Toutes les articulations synoviales présentent une structure générale (commune). On peut les
diviser en 6 catégories différentes suivant leurs structures et les mouvements qu’elles peuvent
produire.
- Les articulations planes
Articulation uni-axiale : les surfaces articulaires sont plates et ne permettent que des
mouvements de glissement.
- Les articulations trochléennes
La saillie convexe (ou cylindrique) d’un os qui s’ajuste dans une surface concave. Le
mouvement s’effectue dans un seul plan et semblable à celui d’une charnière mécanique.
- Les articulations en pivot
L’extrémité arrondie ou conique d’un os qui s’adapte à un anneau osseux d’un autre os. Le
seul mouvement autorisé est la rotation uni-axial (entre C1 et C2).
- Les articulations condyliennes
La surface articulaire convexe d’un os s’ajuste dans la cavité concave complémentaire d’un
autre os. La forme ovale de chacune des 2 surfaces articulaires distingue se type
d’articulation. Elles rendent possible tous les mouvements angulaires (articulation radio
carpienne).
- Les articulations en selle
Elles ressemblent aux articulations condyliennes, mais elles donnent une plus grande liberté
de mouvements. Chacune des deux surfaces osseuses possèdent à la fois une partie concave et
une convexe. La surface convexe s’articule dans la surface concave de l’autre os (articulation
carpo-métacarpienne du pouce).
- Les articulations sphéroïdes
Ce sont des articulations multi-axiales. Elles génèrent les plus grands mouvements. Dans de
telles articulations on a la tête sphérique d’un os qui s’emboîte dans la cavité concave d’un
autre os (articulations de la ceinture scapulaire et pelvienne).
TYPE
DESCRIPTION
EXEMPLE
Synarthroses
(=immobile)
Suture Mince couche de tissus fibreux qui sépare les
Articulations du crâne
différents os adjacents
Gomphose Emboîtement d’un cône dans une cavité et les os Racine des dents dans
sont séparés par le ligament périodontique
les alvéoles
Synchondroses Articulation cartilagineuse, l’os est unit par du
Articulation entre la
cartilage hyalin
1ère côte et le sternum
Amphiarthroses
(=semi-mobile)
Syndesmoses Les os sont unis par du tissu fibreux dense
Ligament tibia / fibula
Symphyse Les os sont unis par un disque large et plat de
Disque
fibrocartilage
intervertébraux
Diarthroses
(totalement mobile)
Synoviales Les articulations planes
Articulation uni-axiale : les surfaces articulaires
sont plates et ne permettent que des
mouvements de glissement.
Les articulations trochléennes
La saillie convexe (ou cylindrique) d’un os qui
s’ajuste dans une surface concave. Le
mouvement s’effectue dans un seul plan et
semblable à celui d’une charnière mécanique.
Les articulations en pivot
L’extrémité arrondie ou conique d’un os qui
s’adapte à un anneau osseux d’un autre os. Le
seul mouvement autorisé est la rotation uni-axial
Les articulations condyliennes
La surface articulaire convexe d’un os s’ajuste
dans la cavité concave complémentaire d’un
autre os. La forme ovale de chacune des 2
surfaces articulaires distingue se type
d’articulation. Elles rendent possible tous les
mouvements angulaires
Les articulations en selle
Elles ressemblent aux articulations
condyliennes, mais elles donnent une plus
grande liberté de mouvements. Chacune des
deux surfaces osseuses possèdent à la fois une
partie concave et une convexe. La surface
convexe s’articule dans la surface concave de
l’autre os
Les articulations sphéroïdes
Ce sont des articulations multi-axiales. Elles
génèrent les plus grands mouvements. La tête
sphérique d’un os qui s’emboîte dans la cavité
concave d’un autre os
Entre C1 et C2
Articulation radio
carpienne
Articulation carpométacarpienne du
pouce
Articulations de la
ceinture scapulaire et
pelvienne
ARTICULATIONS DE LA CEINTURE DU MEMBRE SUPERIEUR
XIV. ARTICULATION STERNO-CLAVICULAIRE.
L'articulation sterno-claviculaire unit l'extrémité médiale de la clavicule au manubrium sternal
et au premier cartilage costal. C'est une articulation synoviale en selle.
16- Surfaces articulaires.
Elles sont recouvertes de cartilage hyalin.
f.
L'incisure claviculaire.
Elle est située sur le bord supérieur du manubrium sternal. C'est une selle concave dans le
sens frontal.
g.
La surface articulaire sternale.
Elle est située à la partie inféro-antérieure de la face médiale de l'extrémité sternale de la
clavicule. Elle s'étend sur sa face inférieure (surface articulaire costale). C'est une selle
concave dans le sens sagittal.
h. Le premier cartilage costal.
i. Le disque articulaire.
Il s'interpose entre la clavicule et les autres surfaces articulaires. Épais, il s'attache :
- sur la capsule solidement ;
- au-dessus de la surface articulaire sternale ;
- et sur le premier cartilage costal faiblement.
17- Capsule articulaire.
La membrane externe (fibreuse), mince, s'ins8re sur le pourtour des surfaces articulaires.
La membrane synoviale (interne) délimite une cavité articulaire divisée en deux parties par le
disque articulaire.
18- Ligaments.
j.
Les ligaments sterno-claviculaires antérieur et postérieur.
Ils sont constitués de fibres obliques qui se fixent sur le pourtour des surfaces articulaires
sternales et claviculaire, et sur le premier cartilage costal.
k. Le ligament interclaviculaire.
Il s'étend d'une clavicule à l'autre et passe au-dessus du sternum, en s'y insérant.
l.
Le ligament costo-claviculaire.
Très puissant, il est tendu :
- du bord supérieur du premier cartilage costal
- à la face inférieure de la clavicule.
19- Vaisseaux et nerfs.
Les artères sont des rameaux de I'artère thoracique interne.
Les nerfs proviennent des nerfs supra-claviculaires médiaux.
XV. ARTICULATION ACROMIO-CLAVICULAIRE.
L'articulation acromio-claviculaire unit le bord médial de l'acromion à l'extrémité latérale de
la clavicule. C'est une articulation synoviale plane.
20- Surfaces articulaires.
Elles sont recouvertes de fibrocartilage (hyalin).
m. La surface acromiale de la clavicule.
Elle est ovalaire et regarde en bas et latéralement.
n. La surface claviculaire de l'acromion.
Analogue à la précédente, elle est inversement orientée.
o.
Le disque articulaire.
21- Capsule articulaire
La membrane fibreuse (externe), résistante, s'insère sur le pourtour des surfaces articulaires.
La membrane synoviale (interne) tapisse la face profonde de la membrane fibreuse.
22- Ligaments.
p. Le ligament acromio-claviculaire.
Très résistant, il renforce la face supérieure de la capsule.
q. Le ligament coraco-claviculaire.
II se compose de deux faisceaux épais, les ligaments trapézoïde et conoïde. Ils sont séparés
par une bourse séreuse
- Le ligament conoïde est triangulaire.
· Son sommet se fixe sur la partie postérieure du processus coracoïde.
· Sa base s'insère sur le tubercule conoïde.
- Le ligament trapézoïde est trapézoïdal.
· Il naît sur la partie moyenne de la face supérieure de la portion horizontale du processus
coracoïde.
· Il se porte obliquement pour s'insérer sur la ligne trapézoïde.
[Le déplacement de la clavicule dans la luxation acromio-claviculaire dépend de l'état du
ligament coraco-claviculaire.]
23- Vaisseaux et nerfs.
Les artères sont des rameaux des artères supra-scapulaires
Les nerfs proviennent des nerfs supra-scapulaires
XVI. LIGAMENTS SCAPULAIRES.
24- Ligament coraco-acromial.
Triangulaire, il est tendu du sommet de l'acromion au bord latéral du processus coracoïde. Son
bord antérieur se continue avec la face profonde du muscle deltoïde et son bord postérieur
avec le muscle supra-épineux. Il est séparé de l'articulation scapulo-humérale par la bourse
subacromiale.
25- Ligament transverse supérieur de la scapula.
Il est tendu entre les bords de l'incisure scapulaire. Il sépare le nerf et les vaisseaux suprascapulaires.
26- Ligament transverse inférieur de la scapula.
Il forme une arcade tendue du bord latéral de l'épine de la scapula au rebord postérieur de la
cavité glénoïdale.
LES OS DU CRANE ET DE LA FACE
Les os du crâne sont soudés entre eux et constituent la cavité crânienne (=
emplacement du cerveau). Cette cavité est constituée de la voûte du crâne (la calvaria) et de la
base du crâne.
On distingue : - les os pairs (en deux exemplaires) : l'os pariétal et l'os temporal.
- les os impairs (en un seul exemplaire) : l'os frontal, l'os éthmoïde, l'os
occipital et l'os sphénoïde. Ce dernier est un os-clef, car il s'articule avec tous les os du crâne.
Les os de la face sont soudés entre eux et au crâne, sauf la mâchoire inférieure (= la
mandibule). Il existe : l'os vomer, l'os maxillaire, l'os nasal inférieur, l'os lacrymal, l'os palatin
et l'os zygomatique.
Ces os délimitent des cavités :
- les cavités orbitaires (yeux)
- la cavité nasale (nez
- la cavité buccale (bouche)
Ces deux dernières contiennent les organes des appareils respiratoires et digestifs, et certains
organes des sens.
L'ensemble des os du crâne et de la face, à l'exception de la mandibule, constitue le
bloc cranio-facial.
XVII. I) LES OS DU CRANE
1) L'os frontal
C'est un os impair, symétrique et convexe. Il forme la partie antérieure de la tête, une
partie de la calvaria, et une partie de la fosse crânienne antérieure.
2) L'os pariétal
C'est un os pair. Il forme la plus grande partie des côtés de la voûte crânienne. Il y a de
nombreuses élévations et dépressions sur la face interne de l'os pariétal, qui permettent le
passage des vaisseaux irriguant les méninges (la duomère).
3) L'os occipital
C'est un os impair et symétrique. Il constitue la base du crâne. C'est un os important : à
sa base, le trou occipital constitue un canal dans lequel passe le bulbe rachidien (liaison entre
le cerveau et la moelle épinière). Les condyles occipitaux s'encastrent sur la colonne
vertébrale.
4) L'os temporal
Il forme les côtés intérieurs de la calvaria.
5) L'os sphénoïde
Il est à la partie centrale de la base du crâne (il ressemble à une chauve souris aux ailes
déployées). Il est composé de deux grandes ailes et de deux petites ailes. Entre ces deux
petites ailes se trouve la selle turcique, qui constitue une partie de la cavité qui renferme
l'hypophyse.
6) L'os éthmoïde
Il est léger et spongieux. Il entre dans la constitution des côtés gauche et droit de la
cloison nasale. C'est une structure de soutien dans cette cavité.
XVIII. II) LES OS DE LA FACE
1) L'os lacrymal
C'est un os mince et fin, qui ressemble à un ongle (pour la forme et la texture). Il
forme une partie de la région médiane de la cavité orbitale. Il possède le trou lacrymal, qui
permet le passage du canal lacrymal (larmes).
2) Le cornet nasal inférieur
Il entre dans la constitution de la cavité nasale. Il ressemble à une lame qui s'enroule
sur elle-même. Il est disposé horizontalement sur la paroi latérale de la cavité nasale.
3) L'os zygomatique
Il forme les saillies des joues et une partie de la paroi latérale et du plancher des
orbites. Il s'accole avec l'os frontal (processus frontal), et s'encastre dans le maxillaire, le
temporal et le sphénoïde.
4) L'os palatin
Il forme la partie postérieure du palais. Il entre dans la constitution de la cavité
buccale, nasale et orbitale.
5) L'os vomer
Il forme la partie postéro-inférieure du septum nasal.
6) L'os maxillaire
Il constitue la mâchoire supérieure, et s'emboîte avec tous les os de la face. Chaque
maxillaire (droit et gauche) comporte un sinus débouchant dans la cavité nasale. Il comporte
aussi les arcades alvéolaires (alvéole où sont implantées les dents de la mâchoire supérieure).
7) La mandibule (ou mâchoire inférieure)
C'est le plus volumineux, et aussi le plus fort. C'est le seul os mobile de la tête. La
partie horizontale constitue le corps de la mandibule, et les deux parties perpendiculaires
constituent les branches. Le processus condylien s'articule avec la fosse mandibulaire du
temporal.
XIX. III) L'OS HYOÏDE
Os non classable dans les os de la tête, il est situé au-dessus du larynx.
L’ARTICULATION SCAPULO-HUMERAL
L’articulation scapulo-humérale unit l’humérus à la scapula. C’est une articulation synoviale
sphéroïde extrêmement mobile.
XX. SURFACES ARTICULAIRES
Elles sont recouvertes de cartilage hyalin.
27- Cavité glénoïdale
De forme ovalaire, elle présente en son centre le tubercule glénoïdal.
28- Bourrelet glénoïdal
Forme 1/3 de la cavité articulaire. C’est un anneau de fibrocartilage, triangulaire dont la base
s’insère sur le pourtour de la cavité glénoïdale. Il en augmente la surface et la profondeur.
29- Tête humérale
C’est une sphère qui regarde médialement, en haut et en arrière (épaisseur cartilagineuse =
2mm).
XXI. CAPSULE ARTICULAIRE.
30- Membrane fibreuse.
Elle s'attache :
- Sur le pourtour du bourrelet glénoïdal. Elle recouvre le tendon du chef long du biceps qui
reste en dehors de la cavité synoviale
- Lâche et fragile, elle est renforcée par les tendons des muscles périarticulaire et par des
ligaments.
31- Membrane synoviale.
XXII. LIGAMENTS.
Les ligaments qui renforcent cette articulation sont situés sur la face antérieure
32- Ligament coraco-huméral.
Épais et très résistant, il renforce la face supérieure de la capsule articulaire. Il unit le bord
latéral du processus coracoïde aux tubercules de l'humérus.
Faible suspenseur de l'humérus, il est le frein principal de la flexion-extension,
33- Ligaments gléno-huméraux.
Ils renforcent en avant la capsule. Ils sont au nombre de trois, supérieur, moyen et inférieur :
r.
Le ligament gléno-huméral supérieur
- né au niveau du pôle supérieur de la cavité glénoïdale
- il se dirige transversalement vers le tubercule mineur (le col anatomique de l'humérus).
s.
Le ligament gléno-huméral moyen
- né au-dessous du précédent, il se dirige obliquement en s'élargissant jusqu'à la moitié
inférieure du tubercule de l'humérus.
34- Le ligament gléno-huméral inférieur
- le plus résistant des trois, il est né de la face antérieure du bourrelet glénoïdal et de la partie
avoisinante du col de la scapula
- il est oblique en bas et latéralement
35- Ligament huméral transverse.
C'est une bandelette fibreuse tendue en pont entre les lèvres du sillon intertuberculaire de
l'humérus.
XXIII. VAISSEAUX ET NERFS.
Les artères sont des rameaux des artères supra-scapulaire.
Les nerfs sont des rameaux des nerfs supra-scapulaire.
XXIV. BOURSES SYNOVIALES PÉRI-ARTICULAIRES.
Outre les prolongements de la membrane synoviale, plusieurs bourses séreuses favorisent le
glissement des structures péri-articulaires :
- la bourse subacromiale
- la bourse subdeltoïdienne qui communique souvent avec la précédente
La bursite subacromiale associée à des dépôts calcifiés dans les tendons de l'épaule, en
particulier du m. supra-épineux est une cause de l'épaule douloureuse aiguë.
Le rôle de ses ligaments dans la stabilité de l’articulation de l’épaule est négligeable par
rapport au tendon du chef long du biceps brachial. Ce tendon maintient la tête de l’humérus
dans l’activité glénoïdale.
LES OS DE LA COLONNE VERTEBRALE
La colonne vertébrale, le sternum et les côtes constituent le squelette du tronc (2/5 de la
hauteur totale du corps), soit 71cm chez l'homme et 61cm chez la femme.
Cette colonne est une tige rigide et souple, qui peut faire des mouvements vert l'avant, l'arrière
et sur les côtés mais aussi des mouvements de rotation. Elle renferme la moelle épinière.
La colonne supporte la tête. Les vertèbres sont munies de trous pour laisser passer les nerfs.
Il y a les vertèbres :
CERVICALES : 7os
THORACIQUES : 12os
LOMBAIRES : 5os
SACREES : 5os (=1vertèbre)
COCCYGIENNES : 4os (=1vertèbre)
Les sacrées et les coccygiennes sont immobiles, et forment le SACRUM et le COCCYX.
Entre chaque vertèbre adjacente se trouve un disque intervertébral, entrant dans la constitution
des articulations des vertèbres ( le mouvement des vertèbres).
La colonne a 4 courbures :
- La courbure cervicale : convexe vers l'avant.
- La courbure thoracique : concave vers l'avant.
- La courbure lombaire : convexe vers l'avant.
- La courbure sacrée : concave vers l'avant.
Chez le fœtus, la colonne vertébrale a seulement une courbure convexe vers l'arrière. Ces
courbures nous maintiennent en équilibre et répartissent la masse corporelle sur l'ensemble de
la colonne. Elles évitent aussi les fractures de la colonne.
Entre chaque vertèbre se trouvent des disques et des foramens intervertébraux.
Il y a une structure de base identique quelque soit les vertèbres :
- Le corps : face antérieure de la colonne, il est épais et résistant. C'est le corps qui va
supporter toute la masse corporelle. La surface est rugueuse pour fixer les disques
intervertébraux (foramen vasculaire : trou qui permet le passage des vaisseaux).
- L'arc vertébral : partie postérieure de la colonne.
Le corps et l'arc entourent la moelle épinière. Cet arc présente des prolongements (processus)
:
- Le processus transverse
- Le processus articulaire
- Le pédicule, entre le corps et l'arc
- La lame et le processus épineux
L'articulation des vertèbres se fait au niveau des processus articulaires.
I) LES VERTEBRES CERVICALES
vertèbre (=AXIS) : elle a un arc vertébral avec un processus épineux qui se divise en deux. Le
corps est un peu plus important (mais pas au maximum) et l'arc est réduit.
- De la vertèbre C3 à C7 : elles sont identiques, mais la C7 est appelée vertèbre
proéminente car elle possède un processus épineux plus volumineux.
II) LES VERTEBRES THORACIQUES
Elles sont identiques de la T1 à T12. Elles possèdent des fosses costales supérieures et
transverses. Elles sont plus volumineuses que les cervicales, présentent une lame plus longue
que sur les autres vertèbres, et se dirigent vers le bas. Les fosses costales sont le point
d'articulation avec les côtes.
III) LES VERTEBRES LOMBAIRES
Ce sont les plus volumineuses de la colonne vertébrale, car elles supportent plus de poids que
les autres. La lame et le processus épineux sont courts, et pratiquement horizontaux.
L'ensemble des processus est plus court et plus épais.
IV) LE SACRUM ET LE COCCYX
- Le sacrum est un point fixe et solide pour la ceinture pelvienne. Il s'articule avec l'os costal
(ou iliaque). Le sacrum est composé :
- d'une base et d'ailes
- de foramens sacrées ventrales et dorsales
- d'une ligne transverse (soudures entre chaque vertèbre)
- d'une crête sacrée latérale et médiane
A la base du sacrum à la fin de la crête médiane se trouve le Hiatus sacral.
- Le coccyx comprends des cornes coccygiennes ainsi que des processus transverses.
Les vertèbres sacrées et coccygiennes ne sont pas soudées dès la naissance, elles se terminent
seulement vers 18 ans.
ARTICULATION DU COUDE
XXV. SURFACES ARTICULAIRES.
Elles sont recouvertes de cartilage hyalin.
36- Surfaces du condyle huméral.
t.
La trochlée humérale.
Elle s'articule avec l'incisure trochléaire de l'ulna. En forme de poulie, elle s'enroule autour du
bord inférieur de l'épiphyse distale de l'humérus.
u. Le capitulum de l'humérus.
Saillie antérieure et arrondie, il est situé latéralement à la trochlée. Il s'articule avec la fossette
radiale au cours de la flexion complète de l'avant-bras.
37- Surfaces de l'extrémité proximale de l'ulna.
v.
L'incisure trochléaire.
Grande échancrure concave qui s'articule avec la trochlée humérale.
w. L'incisure radiale.
Elle est située sur la face latérale du processus coronoïde. Elle s'articule avec la circonférence
articulaire de la tête radiale.
38- Tête radiale.
C'est un segment de cylindre imparfait : sur une coupe horizontale, elle est ovalaire à grosse
extrémité médiale.
x.
La circonférence articulaire.
Partie périphérique de la tête. Elle répond au ligament annulaire du radius et à l'incisure
radiale de l'ulna.
y.
La fossette articulaire radiale.
Face supérieure de la tête, elle est régulièrement excavée. Elle répond au capitulum.
39- Ligament annulaire du radius
Bande fibreuse allant d’un bord à l’autre de l’incisure radiale de l’ulna en s’enroulant de la
tête du radius.
XXVI. CAPSULE ARTICULAIRE
40- Membrane fibreuse
Elle s’insère :
- sur l’humérus
- sur le col du radius
- sur les bords du ligament annulaire
- sur l’ulna.
41- Membrane synoviale
XXVII.
LIGAMENTS
42- Ligament antérieur
Etalé en éventail, ses insertions se confondent avec celles de la capsule articulaire.
43- Ligament postérieur
Peu développé, il est constitué de fibres transversales et obliques.
44- Le ligament collatéral ulnaire
Il est formé de 4 faisceaux dont 3 convergent de l’épicondyle médial :
le faisceau antérieur : peu résistant, il est tendu de l’épicondyle médial au bord médial du
processus coronoïde
- le faisceau moyen : très résistant, il va de l’épicondyle médial au tubercule coronoïde
- le faisceau postérieur : il naît de l’épicondyle médial et s’étale en éventail sur le bord
médial de l’olécrâne.
45- Le ligament collatéral radial
Il est constitué de 3 faisceaux qui naissent de l’épicondyle latéral :
- le faisceau antérieur : il s’insère sur le bord antérieur de l’incisure radiale
- le faisceau moyen : il se fixe sur le bord postérieur de l’incisure radiale et sur la crête du
muscle supinateur
- le faisceau postérieur : il s’étale en éventail sur le bord latéral de l’olécrâne.
XXVIII.
VAISSEAUX ET NERFS
Les artères naissent du réseau artériel du coude + des nerfs.
-
LE THORAX
Il est constitué par le sternum et les côtes, qui sont reliées au sternum et aux vertèbres
thoraciques.
I) LE STERNUM
Os plat et étroit, il comprend trois parties :
- le manubrium sternal (ou fourchette sternale)
- le corps du sternum
- le processus xiphoïde
Le corps s'articule directement ou indirectement avec les côtes. Le processus xiphoïde sert de
point d'attache pour certains muscles.
II) LES COTES
ère
Les côtes forment les parois latérales de la cage thoraciques : 12 paires de côtes. De la 1 à la
ème
7 côte, elles sont de plus en plus longues, puis leur longueur décroît de nouveau jusqu'à la
ème
12 .
ère
ème
- de la 1 à la 7 côte, elles s'articulent directement sur le sternum.
ème
ème
- de la 8 à la 10 , elles s'articulent indirectement.
ème
ème
- la 11 et la 12 ne sont pas reliées à l'avant (= côtes flottantes).
Chaque côte comprend :
- Une TETE (extrémités postérieures), qui s'articule avec les vertèbres thoraciques : 2 surfaces
articulaires.
- Un COL, partie étroite de la côte.
- Un TUBERCULE COSTAL, qui comprend une partie non articulaire (pour la fixation des
ligaments) et une surface articulaire s'articulant avec le processus transverse des vertèbres.
- Un CORPS (partie la plus grande), qui va s'incurver pour donner l'ANGLE COSTAL (à
l'intérieur du sillon costal passent les vaisseaux et les nerfs).
- Une extrémité : l'EXTREMITE STERNALE, qui s'articule avec le sternum.
ARTICULATION DU POIGNET
Les mouvements de la main sur l’avant-bras font intervenir de nombreuses articulations
solidaires entre elles du point de vue fonctionnelle. Ces articulations comprennent
l’articulation radio carpienne et les articulations intercarpiennes.
XXIX. ARTICULATION RADIO-CARPIENNE,
C'est une articulation synoviale de type ellipsoïde. Elle unit le carpe à l'avant-bras.
46- Surfaces articulaires.
Elles sont recouvertes de cartilage hyalin.
z.
La surface articulaire antébrachiale.
Elle est formée par la surface caudale du radius et par la face caudale du disque articulaire.
Elle est concave dans les 2 sens.
aa. La surface articulaire radiale du carpe.
Elle est formée par les surfaces radiales du scaphoïde, du lunatum et du triquétrum, unies par
les ligaments interosseux carpiens. Elle est convexe dans les 2 sens
47- Capsule articulaire
Il y a une membrane fibreuse et synoviale
48- Ligaments.
bb. Le ligament radio-carpien palmaire.
Très résistant, il s'insère sur le processus styloïde du radius va s'attacher sur le lunatum et le
capitatum.
cc. Le ligament ulno-carpien palmaire.
Moins résistant, il s'insère sur le processus styloïde de l'ulna et le disque articulaire. Il s'étale
en éventail et se fixe sur le lunatum, le triquétrum et le capitatum.
dd. Le ligament radio-carpien dorsal.
Moins développé que les ligaments palmaires. Il naît sur le bord postérieur de I'extrémité
distale du radius et se termine sur la face dorsale des os triquétrum, hamatum, lunatum.
ee. Le ligament collatéral radial du carpe.
Triangulaire, il est tendu du sommet du processus styloïde du radius au scaphoïde.
ff. Le ligament collatéral ulnaire du carpe.
Plus résistant et allongé, il est tendu du processus styloïde de l'ulna au pisiforme et au
triquétrum. Il est renforcé par la présence du tendon du fléchisseur ulnaire du carpe.
XXX. ARTICULATIONS INTERCARPIENNES
LES MEMBRES SUPERIEURS
Les membres supérieurs sont reliés au squelette axial par la ceinture scapulaire. Elle est
constituée de 2 clavicules et de 2 scapulas.
- la clavicule s'articule avec le sternum (articulation sterno-claviculaire) et avec la scapula,
maintenue en place par un réseau musculaire important.
- la scapula s'articule avec l'humérus.
I) LA CEINTURE SCAPULAIRE
La clavicule :
Elle ressemble à un "s" en italique comprenant le corps, les surfaces articulaires (sternales et
acromiales). C'est un os fragile, il est aplati latéralement et présente un bord supérieur où
s'insère les muscles trapèzes et de l'autre côté les muscles sterno-cleïdomastoïdien et sternocleïdohyoïdien.
La scapula :
C'est un os triangulaire avec une épine se terminant par l'acromion et possède un processus
coracoïde. L'acromion est la partie la plus volumineuse de l'épine, elle a une face supérieure
convexe et rugueuse, et une face intérieure concave et lisse.
II) LES MEMBRES SUPERIEURS
L’humérus :
L'épiphyse proximale de l'humérus s'articule avec la scapula et l'épiphyse distale s'articule
avec le radius et l'ulna.
Le radius et l’ulna :
Voir les photocopies.
Les os de la main :
Ce sont des os spongieux entourés d'une pellicule d'os dur.
- Le carpe ( le poignet) est constitué de deux rangées d'os : une rangée proximale
comprenant l’os scaphoïde, le lunatum, le triquétrum et le pisiforme, et une autre rangée
distale comprenant le trapèze, le trapézoïde, le capitatum et l'hamatum.
- Le scaphoïde présente trois surfaces articulaires [radius] ; [trapèze,
trapézoïde] ; [lunatum, capitatum].
- Le lunatum a quatre surfaces articulaires [radius] ; [capitatum, hamatum] ;
[scaphoïde] ; [pisiforme].
- Le triquétrum a quatre surfaces articulaires [radius, ulna] ; [pisiforme] ;
[hamatum] ; [lunatum].
- Le pisiforme a trois surfaces articulaires [radius] ; [triquétrum] ; [hamatum].
Des muscles fléchisseurs (ulnaire et carpe) et abducteur (petit doigt) viennent s’insérer.
- Le trapèze a trois surfaces articulaires [scaphoïde] ; [métacarpes 1 et 2] ;
[trapézoïde]. Des muscles viennent s’insérer : muscles fléchisseur radial du carpe, muscles
opposant au pouce, muscle court fléchisseur.
- Le trapézoïde a quatre faces articulaires [scaphoïde] ; [métacarpien 2] ;
[trapèze] ; [capitatum]. Des muscles viennent s’insérer : muscle court fléchisseur du pouce et
muscle adducteur du pouce.
- Le capitatum a quatre faces articulaires [lunatum] ; [trapézoïde, scaphoïde] ;
[métacarpiens 2, 3, 4] ; [hamatum]. Des muscles viennent s’insérer : muscle fléchisseur du
pouce et adducteur du pouce.
- L'hamatum a trois faces articulaires [capitatum] ; [lunatum, triquétrum] ;
[métacarpiens 4, 5].
- Les métacarpiens : ils vont de 1 (le pouce) à 5 (le petit doigt). Ils sont constitués de
trois parties : un corps, une base et une tête.
- Le corps est prismatique triangulaire. Sur sa face dorsale s’insèrent des
tendons et des muscles extenseurs du petit doigt. Sur sa face antéro-mediale s’insèrent les
muscles interosseux palmers et les interosseux dorsaux.
- La base présente trois surfaces articulaires : le carpe et 2 autres métacarpiens
adjacents.
- La tête a une surface avec la phalange.
Les métacarpiens possèdent un canal médullaire, entouré d’os compact.
- les phalanges : elles sont constituées d'une base, d'un corps, et d'une tête.
- Le corps est semi-cylindrique, avec une face dorsale convexe et une face
palmaire concave.
- La base : muscles interosseux et ligaments (métacarpophalangiens).
- La tête présente une surface articulaire où s'insère les ligaments
interphalangiens.
On distingue les phalanges proximales, médiales et distales. Elles sont constituées d'os
compact qui entoure un fin canal médullaire.
ARTICULATIONS DE LA CEINTURE DU MEMBRE INFERIEUR
Les os de la ceinture du membre inférieur sont maintenus solidement par 3 articulations : la
symphyse pubienne et 2 articulations sacro-iliaques. Il y a aussi 2 ligaments à distance, les
ligaments sacro-tubéral et sacro-épineux.
XXXI. SYMPHYSE PUBIENNE.
Cette symphyse unit les pubis.
49- Surfaces articulaires.
gg. La surface symphysaire.
Elle est située sur le segment antérieur de la branche inférieure du pubis. De forme ovoïde il
est recouvert d’une couche de cartilage hyalin.
hh. Le disque interpubien.
C'est un fibrocartilage qui comble l'interligne articulaire.
50- Ligaments.
ii. Le ligament antérieur du pubis.
Lame fibreuse épaisse et résistante, renforcée par des faisceaux provenant des muscles voisins
: muscles droits, obliques, longs adducteurs.
jj. Le ligament supérieur du pubis.
Bandelette fibreuse épaisse, il est tendu transversalement d'un pubis à l'autre.
kk. Le ligament arqué du pubis.
Lame fibreuse très résistante. En forme de croissant, il adhère à la partie supérieure de
l'arcade pubienne.
XXXII.
ARTICULATION SACRO-ILIAQUE.
C'est une articulation synoviale de type ellipsoïde.
51- Surfaces articulaires.
Elles sont constituées par les surfaces auriculaires du sacrum et de l'os coxal. Elles sont en
forme de croissant à concavité postéro-supérieure.
52- Capsule articulaire
Il y a une membrane fibreuse et une membrane synoviale.
53- Ligaments
ll. Le ligament sacro-iliaque ventral
Peu résistant, il renforce en avant la capsule articulaire.
mm.
Le ligament sacro-iliaque dorsal
Il naît entre l’épine iliaque postéro-supérieure et la tubérosité iliaque. Il s’étale en  faisceaux
qui se fixe sur les tubercules de la crête sacrale latérale.
XXXIII.
LIGAMENTS A DISTANCE
54- Ligament sacro-tubéral
Il naît en trois points :
- sur les épines iliaques postérieures
- sur le bord latéral du sacrum
- sur le bord latéral des 1ère et 2ème vertèbres coccygiennes.
Sur la face postérieure du ligament s’incère le muscle grand fessier.
55- Ligament sacro-épineux
Triangulaire et mince, il est situé en dedans du précédent. Sa base se fixe sur les bords
latéraux des vertèbres sacrales (S4 et S5) et coccygiennes (Co 1,2 et 3).
Son sommet s’incère sur l’épine ischiatique.
LES MEMBRES INFERIEURS
I) LES MEMBRES INFERIEURS
Ils sont constitués de 60 os : deux os coxaux, deux fémurs, deux patellas, deux tibias, deux
fibulas, tarses, métatarses, phalanges.
- Le fémur : os de la cuisse le plus grand, le plus gros et le plus fort. Il s'articule avec
l'os coxal (acétabulum) et avec le tibia  orientation oblique.
- La tête du fémur s'articule avec l'os coxal.
- Le col de fémur est une zone comprimée de l'os supportant une grande partie
du poids du corps.
- La patella : petit os triangulaire situé au devant de l'articulation du genou. Elle a une
base (=l'apex). La face postérieure a deux surfaces articulaires [condyles du fémur médial et
latéral]. Elle augmente l'effet de levier quand on plie les genoux.
- Le tibia : os le plus gros de la jambe, il supporte le poids du corps. Son extrémité
proximale s'articule avec le fémur et la fibula, son extrémité distale avec la fibula et le talus.
- épiphyse proximale : deux condyles (médial et latéral). C'est sous le condyle
latéral que s'articule la fibula. Il possède une tubérosité tibiale où s'insèrent des tendons
(rotulien et patellaire).
- épiphyse distale : malléole (médiale et latérale) qui s'articule avec le talus.
Echancrure fibulaire du tibia.
- La fibula : Elle est parallèle et extérieure au tibia, c’est un os plus petit que le tibia,
qui supporte moins de poids. La tête de la fibula s'articule avec le tibia et la malléole s’articule
avec le talus.
- Le pied : 3 régions qui sont le tarse, le métatarse et les phalanges.
- le tarse (7 os) :
- le talus
- le calcanéus
- le cuboïde
- le naviculaire
- les os cunéiformes (3 os)
Parmi ces os, seul le talus est articulé.
- le métatarse (5 os) :
Numérotés de 1 (gros orteil) à 5. Ils sont composés d'une base, d'un corps et d'une tête
s'articulant avec les phalanges.
- les phalanges :
Il en existe trois types : proximale, médiale et distale. Le gros orteil n'a que deux grosses
phalanges (proximale et distale).
II) LA CEINTURE PELVIENNE
- L'os coxal : Les deux os coxaux supportent la masse corporelle. Ils s'articulent avec
le sacrum. Ils sont reliés entre eux par la symphyse pubienne.
L’os coxal se compose de trois parties : l’ilion, l’ischion et le pubis chez le nouveau-né. Ils
sont soudés chez l'adulte (=os coxal) et forme une cavité (l’acétabulum).
Il possède :
- deux faces (une face interne et une face externe)
- quatre bords (supérieur, inférieur, antérieur et postérieur)
- quatre angles
- Sur le bord supérieur : crête iliaque.
- Sur le bord antérieur : il y a 3 saillies (l'épine iliaque antéro-supérieure, l'épine iliaque
antéro-inférieure et l'éminence iliopubienne).
- Sur le bord postérieur (l'épine iliaque postéro-supérieure, l'épine iliaque postéro-inférieure,
l'épine ischiatique, la grande incisure ischiatique et la petite incisure ischiatique).
- Sur le bord inférieur : surface symphysaire (articulation des 2 os coxaux).
ARTICULATION COXO-FEMORALE
L’articulation coxo-fémorale ou articulation de la hanche unit l’os coxal au fémur ; c’est une
articulation synoviale sphéroïde alliant stabilité et mobilité.
SURFACES ARTICULAIRES
Elles sont recouvertes de cartilage hyalin.
56- L’acétabulum
C’est une profonde excavation sphéroïde. Il présente deux parties :
La surface semi-lunaire : périphérique, encroûtée de cartilage.
La fosse acétabulaire : centrale, non articulaire. Elle donne insertion à des ligaments
de la tête fémorale.
57- La tête fémorale
Elle correspond aux 2 tiers d’une sphère de 25mm de rayon. Elle regarde médialement, en
haut. Elle présente une dépression dénudée de cartilage, la fovéa capitis.
Le reste de la tête est encroûtée de cartilage plus épais dans sa partie supérieure.
CAPSULE ARTICULAIRE
Il y a une membrane fibreuse et une membrane synoviale
LIGAMENTS
58- Ligament ilio-fémoral
Triangulaire est très résistant, il renforce la capsule articulaire. Son sommet s’insère au
dessous de l’épine iliaque antéro-inférieur. Sa base se fixe sur la ligne intertrochantérique.
Ses bords plus épais forment :
- Un faisceau supérieur
- Un faisceau inférieur
59- Ligament pubo-fémoral
Il renforce la face antéro-inférieure de la capsule. Il naît de l’éminence ilio-pubienne. Ses
fibres convergent vers la partie inférieure de la ligne intertrochantétrique.
60- Ligament ischio-fémoral
Il renforce et contourne les faces dorsale et supérieure de l’articulation. Il naît de la partie
supérieure de la tubérosité ischiatique, et de la partie ischiatique du limbus acétabulaire.
61- Ligament de la tête fémorale
Il contribue à la vascularisation de la tête fémorale. Très résistant et souple, il mesure 3cm
environ.
VAISSEAUX ET NERFS
Les artères st des rameaux de l’a. obturatrice.
Les nerfs proviennent du n. fémoral directement ou de ses branches, du n obtutateur.
ARTICULATION DU GENOU
Elle unit le fémur, le tibia et la patella. C’est une articulation synoviale, composée de deux
articulations :
- fémoro-tibiale
- fémoro-patellaire
C’est une articulation très stable.
LES SURFACES ARTICULAIRES DU GENOU
62- La surface articulaire fémorale
Elle est située à la face postérieure de la patella.
63- La surface patellaire
Elle est située à la face antérieure de l’épiphyse distale du fémur. Elle s’articule avec la
patella.
64- La surface articulaire des condyles fémoraux
Au nombre de deux, médiale et latérale, elle s’articule avec le tibia.
65- La surface articulaire tibiale supérieure
Au nombre de deux, médiale et latérale, elles sont situées sur la face supérieure des condyles
tibiaux, et s’articulent avec le fémur. Leur cartilage est épais (3 à 4mm).
66- Les ménisques
Au nombre de deux, médial et latéral, ils sont adhérents à la capsule articulaire et sont unis
entre eux par le ligament transverse du genou.
CAPSULE ARTICULAIRE
Elle est composée d’une membrane fibreuse qui s’insère sur le fémur au-dessus de la surface
patellaire mais aussi sur le tibia et la patella.
La membrane synoviale est étendue et complexe. Elle tapisse les surfaces osseuses intraarticulaires. Elle sécrète le liquide synovial.
BOURSES SYNOVIALES
LIGAMENTS
67- Ligament patellaire
C’est une lame résistante, qui naît sur l’apex de la patella, se dirige obliquement vers le bas et
se termine vers la tubérosité tibiale. Ce ligament est renforcé par des fibres superficielles des
tendons du quadriceps.
68- Ligament collatéral tibial
C’est une longue bandelette fibreuse de 10cm., qui naît sur l’épicondyle médial, se porte
obliquement en bas et se fixe sur la partie proximale de la face médiale du tibia. Son bord
postérieur se confond avec la capsule.
69- Ligament collatéral fibulaire
C’est un cordon épais de 5cm. de long, qui naît sur l’épicondyle latéral, se porte obliquement
vers le bas et se termine sur la tête fibulaire.
70- Ligament poplité arqué
Il naît de l’apex de la tête fibulaire et se divise en deux faisceaux : vertical et arciforme.
71- Ligament poplité oblique
Il se détache du bord latéral du tendon du muscle semi-membraneux et s’insère sur la partie
condylienne du fémur.
72- Ligaments croisés
Ce sont des ligaments de la région intercondylaire du genou.
nn. Le ligament croisé antérieur
Il naît sur le versant antérieur de l’aire intercondylaire antérieure. Presque horizontal, il se
termine sur la partie postérieure du condyle latéral du fémur.
oo. Le ligament croisé postérieur
Il naît sur la partie postérieure de l’aire intercondylaire postérieure. Presque vertical, il se
termine sur la partie antérieure de la face axiale du condyle médial du fémur.
VAISSEAUX ET NERFS
Les artères sont des rameaux des artères poplitée et des artères descendantes du genou.
Les nerfs dérivent des nerfs obturateurs fémoral et tibial.
ARTICULATION TALO-CRURALE
L’articulation talo-crurale est l’articulation de la cheville. Elle unit le tibia et la fibula au talus.
SURFACES ARTICULAIRES
73- Les surfaces tibio-fibulaires
Il y a 3 surfaces :
- la surface inférieure du tibia
- la surface articulaire de la malléole médiale
- la surface articulaire de la malléole latérale
74- La trochlée du talus
3 surfaces également :
- la surface supérieure de la trochlée
- la surface malléolaire latérale
- la surface malléolaire médiale
CAPSULE ARTICULAIRE
Il y a une membrane fibreuse et une membrane synoviale.
LIGAMENTS
75- Le ligament médial
C’est un ligament résistant et triangulaire, constitué de 2 couches, une superficielle et l’autre
profonde.
76- Les ligaments latéraux
pp. Le ligament talo-fibulaire antérieur
Court et large, il naît du bord antérieur de la malléole latérale. Il se dirige vers le bas et se
termine sur la face latérale du talus.
C’est le ligament de l’entorse de la cheville.
qq. Le ligament talo-fibulaire postérieur
Epais et résistant, il naît dans la fosse malléolaire latérale et se termine sur le tubercule latéral
du talus.
rr. Le ligament calcanéo-fibulaire
Long cordon qui naît de l’extrémité de la malléole latérale et s’incère sur la face latérale du
calcanéus.
VAISSEAUX ET NERFS
Les artères sont des branches des artères fibulaires, tibiales antérieure et postérieure.
Les nerfs proviennent des nerfs tibial et fibulaire profond.
DOIGTS
77- Flexion
Fléchisseur
superficiel des doigts
Fléchisseur profond
des doigts
Long fléchisseur du
pouce
Extension
Abduction
Adduction
Long fléchisseur du
pouce
Extenseur commun
des doigts
Court et long
extenseur du pouce
Court extenseur du
pouce
Interosseux dorsaux
Long extenseur du
pouce
Interosseux palmaire
POIGNET
78- Fl Extension 50 Abduction
à 90°
exion 80°
15°
Fléchisseur
Fléchisseur
radial du
radial du
carpe
carpe
Fléchisseur
ulnaire du
carpe
Extenseur
ulnaire du
carpe
Extenseur
Extenseur
radial du
radial du
carpe (court et carpe (court et
long)
long)
Adduction
40°
Pronation
180°
Fléchisseur
radial du
carpe
Supination
180°
Fléchisseur
ulnaire du
carpe
Extenseur
ulnaire du
carpe
Brachioradial
Biceps
brachial (à
partir de la
pronation)
Brachioradial
Fléchisseur
superficiel des
doigts
Fléchisseur
profond des
doigts
Rond
pronateur
Carré
pronateur
Supinateur
COUDE
79- Flexion 140° (+20°)
Biceps brachial
(Brachio-radial)
Brachial antérieur
80- Extension 0° (-10°)
Triceps brachial
Anconé
Rond pronateur
CEINTURE SCAPULAIRE
Sonnette
Sonnette
Adduction
externe
interne
scapulaire
Trapèze
Abduction
scapulaire
Trapèze
Rhomboïde
Abaisse
Elève
Trapèze
(faisceaux
inf.)
Trapèze
(faisceaux
sup.)
Rhomboïde
Rhomboïde
Grand rond
Petit pectoral
Petit pectoral
Elévateur de
la scapula
Elévateur de
la scapula
Dentelée
antérieur
EPAULE
81- An Rétropulsion
tépulsion
60°
180°
Biceps
brachial
Triceps
brachial
Deltoïde
Deltoïde
antérieur
postérieur
Grand dorsal
Grand rond (à
partir de
l’antépulsion)
Grand
pectoral
(fibres sup.)
Coraco
brachial
Dentelée
antérieur
Abduction
180°
Rotation
médiale 90°
Rotation
latérale 50°
Deltoïde
postérieur
Grand dorsal
Deltoïde
antérieur
Grand dorsal
Grand rond
Grand rond
Grand
pectoral
Grand
pectoral
Adduction
35°
Biceps
brachial
Triceps
brachial
Deltoïde
Coraco
brachial
Supra épineux
Subscapulaire Subscapulaire
Petit rond
Petit rond
Infra épineux
TRONC
82- Fl
exion
Extension
Droit de
l’abdomen
Oblique
externe
Oblique
interne
Transverse
Inclinaison
Oblique
externe
Oblique
interne
Trapèze
(cervicales)
Rotation
homo
latérale
Rotation
controlatéral
oulève
e
ss. S
Oblique
externe
Oblique
interne
Trapèze
(cervicales)
Grand
pectoral
Grand dorsal
Élévateur de
la scapula
Sterno cleido
mastoïdien
inter épineux
Psoas
Iliaque
Élévateur de
la scapula
Élévateur de
la scapula
Sterno cleido
mastoïdien
Psoas
Carré des
lombes
Inter
transversaires
Rotateurs
BASSIN
83- Antéversio
n
Iliaque
Rétroversion
Rotateurs
Inclinaison
Iliaque
Droit de l’abdomen
Droit de l’abdomen
Grand fessier
Moyen fessier
Petit fessier
Adducteurs
Grand dorsal
Oblique ext. et int.
Carré des lombes
HANCHE
84- Fl
exion 90 à
120°
Stabilisation
Carré des lombes
85- Ex
Rotation
Rotation
86- Ab
87- Ad
tension 20 à
médiale 30° latérale 50°
duction 60°
duction 30°
30°
Grand fessier Grand fessier Grand fessier
Grand fessier
(fibres sup.)
(fibres inf.)
Moyen fessier
Moyen fessier Moyen fessier
(fibres ant.)
Petit fessier
(fibres ant.)
Petit fessier
Droit fémoral
Sartorius
(fibres post.)
Petit fessier
(fibres post.)
Sartorius
Sartorius
Semitendineux
Semimembraneux
Biceps
fémoral
(Long
adducteur)
(Grand
adducteur)
Gracile
Psoas
Iliaque
Tenseur du
Fascia Lata
Pectiné
Long
adducteur
Long
adducteur
Grand
adducteur
Court
adducteur
Gracile
Grand
adducteur
Court
adducteur
Psoas
Iliaque
Tenseur du
Fascia Lata
Tenseur du
Fascia Lata
Pectiné
Pectiné
Piriforme
Obturateur
interne
Obturateur
externe
Jumeaux sup.
et inf.
Carré Fémoral
Piriforme
Obturateur
externe
Obturateur
interne
Obturateur
externe
Carré Fémoral
Carré Fémoral
GENOU
Flexion 140° Extension 0°
(+20°)
(-10°)
Gracile
Rotation
médiale 30°
Rotation
latérale 40°
Gracile
S’oppose au S’oppose au
varus (arqué)
valgus
(rentré)
Gracile
Droit fémoral
Vaste latéral
Vaste
intermédiaire
Vaste médiale
Biceps
fémoral
Semitendineux
Semimembraneux
Sartorius
Biceps
fémoral
Biceps
fémoral
Semitendineux
Semimembraneux
Sartorius
Tenseur du
Fascia Lata
Gastrocnémie
n
Poplitée
Poplitée
Muscles de la patte d’oie (face médiale) = Semi-tendineux, Sartorius et Gracile
Semitendineux
Sartorius
CHEVILLE
Flexion
plantaire
30 à 50°
Gastrocnémien
Soléaire
Tibial
postérieur
Flexion
dorsale
20 à 30°
Supinatio
tt.
Adductio
P
ronation
n
n
Gastrocnémien
Soléaire
Tibial
Tibial
postérieur
postérieur
Tibial
Tibial
antérieur antérieur
Long
Long
fléchisseu
fléchisseu
r des
r des
orteils
orteils
Long
Long
fléchisseu
fléchisseu
r de
r de
l’hallux
l’hallux
Long
Long
fibulaire
fibulaire
Court
Court
fibulaire
fibulaire
Long
Long
extenseur
extenseur
des orteils
des orteils
Long
Long
extenseur
extenseur
de
de
l’hallux
l’hallux
ORTEILS
Flexion
Long fléchisseur des
orteils
Long fléchisseur de
l’hallux
Extension
Abductio
n
Adduction
Soutient
arche
médiale
Soutient
arche
latérale
Tibial
postérieur
Tibial
antérieur
Long
fléchisseu
r des
orteils
Long
fléchisseu
r de
l’hallux
Long
fibulaire
Court
fibulaire
Abduction
Long extenseur des
orteils
Long extenseur de
l’hallux
Interosseux plantaire
Interosseux dorsaux
Téléchargement
Explore flashcards