Poissons - Faculté des Sciences de Rabat

publicité
29/04/2014
‫جامعة محمد الخامس أكدال‬
Université Mohammed V Agdal
Filière SVI - S 4 Module M15 : Faunistique et Physiologie Animale
- E1 : Faunistique -
‫كلية العلوم الرباط‬
Faculté des Sciences Rabat
PHYLUM DES CHORDES (CHORDATA)
SYSTEMATIQUE DES « POISSONS »
Cours réalisé par
Pr . A. YAHYAOUI
1
29/04/2014
Présence de la chorde au moins à l’état larvaire
PHYLUM DES CHORDES (CHORDATA)
Pharynx (partie antérieure du tube digestif), percé de fentes branchiales .
N.B. Généralement, chez les vertébrés, la chorde régresse à l'âge adulte pour être remplacée par la colonne vertébrale
2
29/04/2014
Présence d’un crâne osseux ou cartilagineux
Les CRÂNIATES
,
3
29/04/2014
 Corps hydrodynamique (fuselé, plus épais en avant qu’en arrière)
 3 parties indistinctes, avec la tête conique, directement insérée au tronc, les
trois premières vertèbres cervicales sont soudées au crâne.
 opercule ou fentes branchiales
« Poissons »
(Pisces en latin et
ichthys en grec)
Cette allure hydrodynamique permet un déplacement rapide dans l’eau au moindre coût
énergétique. Cependant, il s’agit ici d’une forme typique qui diffère suivant les espèces et par
suite suivant les contraintes imposées par les différents habitats. C’est ainsi que l’on connait
plusieurs formes de Poissons :
- serpentiforme (Anguille),
- fusiforme (Requins),
- comprimée (Sole),
- déprimée (Raie)
ainsi que de nombreux écotypes.
Pour simplifier la définition d’un poisson, on peut dire qu’un poisson est un animal
« vertébré » aquatique qui possède des nageoires et qui respire à l’aide de branchies.
4
29/04/2014
◘ Les nageoires
Nageoires impaires :
 Nageoire caudale  permet la propulsion et la direction (effet gouvernail).
 Nageoire dorsale  permet la stabilisation avec les
nageoires pectorales. Elle est aussi utilisée comme un
organe de défense et de parade chez certaines espèces.
 Nageoire anale  entre l'anus et la nageoire
caudale, elle fait office de stabilisateur.
5
29/04/2014
Nageoires paires :
 Nageoires pelviennes
( N. ventrales) 
utilisées le plus souvent
dans l’exploration des
fonds ou à manipuler
des éléments extérieurs
(graviers, végétaux, ...).
 Nageoires pectorales
(N. latérales) 
utilisées pour
manœuvrer (effet
balancier), elles servent
de stabilisateur avec la
nageoire dorsale.
N. pelviennes transformées en ventouse chez les Gobies
N. Pectorales très développées chez l’Exocet
Rayons inférieurs des pectorales libres chez le Grondin
6
29/04/2014
◘ La ligne latérale
La plupart des poissons osseux possèdent, sur les deux flancs, la ligne latérale.
La ligne latérale est constituée par un long canal muqueux situé juste sous la peau et
communiquant avec l’extérieur par de minuscules orifices qui transmettent les variations de
pression à des cellules sensorielles ciliées groupées en sorte de bourgeons, les neuromastes .
Ces neuromastes, transmettent les
variations de pression au système
nerveux central, et le poisson se fait
ainsi une représentation de
l’environnement proche où il vit.
7
29/04/2014
◘ Les écailles
Les écailles placoïdes existent chez les requins et les
raies . Elles sont fixées sur une plaque basale qui est
insérée dans le derme et leur pointe sort de la peau.
Les écailles ganoïdes (contiennent une substance semblable à l’émail appelée la
ganoïne), formant une véritable carapace.
Ce type d’écailles, on l’observe actuellement chez certaines espèces du genre
Acipenser (Esturgeon)
Chez nombre d’espèces, les
écailles se recouvrent
partiellement les unes les
autres comme les tuiles. Le
bord postérieur des écailles est
soit :
- uniformément arrondi écailles
lisses (cycloïdes),
- se termine en une pointe
carénée les écailles sont dites
rugueuses (cténoïdes).
Les écailles s’accroissent en même temps que le poisson. Elles présentent des cernes
de croissance (stries annulaires : circuli), permettent de déterminer l’âge des poissons.
Circuli larges  bonne croissance.
Circuli étroits  croissance médiocre.
8
29/04/2014
◘ Les otolithes
Les Poissons osseux possèdent une
oreille interne, avec un labyrinthe.
Sous le labyrinthe se trouvent des
saccules renfermant chacun une otolithe
au nombre de 3 paires :
- La sagitta----------------------------le saccule
- Le lapillus ---------------------------l’utricule
- L’astériscus--------------------------la lagéna
A mesure que le poisson grandit, il se
dépose de plus en plus de calcaire
(carbonate de calcium : CaCO3) sur les
otolithes.
on peut voir, dans la plus grande des
otolithes
(sagitta),
des
cercles
concentriques qui révèlent l’âge du
poisson (par exemple un cycle annuel
consiste en le dépôt d'une zone opaque et
d'une zone hyaline).
La forme des otolithes est caractéristique
de chaque espèce, et les Poissons
cartilagineux n’en ont pas.
9
29/04/2014
◘ L’odorat
Les poissons ont le sens de l’odorat très développé (un Saumon est
capable de sentir l’odeur du cours d’eau où il a grandi avant sa migration dans
la mer).
Généralement 2
orifices sont
présents de chaque côté de la tête du
poisson. L'un laisse pénétrer l’eau
dans la cavité nasale alors que
l’autre la laisse sortir.
L’eau qui pénètre dans les cavités
nasales est analysée par un organe
olfactif. Les signaux détectés sont
envoyés au cerveau.
Chez les poissons, il n’existe aucun lien entre le système nasal et buccal,
car les poissons ne se servent pas de leur narines pour respirer. Les
poissons les utilisent uniquement pour sentir.
10
29/04/2014
◘ L’opercule et les branchies
Les Poissons osseux ont la région branchiale
recouverte par un opercule.
Un opercule est constitué de plusieurs plaques
osseuses minces qui cachent les branchies.
Les Agnathes, les Requins et les Raies présentent des
orifices branchiaux libres.
Les poissons absorbent l’oxygène dissous dans l’eau par
l’intermédiaire des lamelles branchiales.
L’eau servant à la respiration est aspirée par la bouche,
puis elle passe sous pression pour ressortir par
l’ouverture operculaire. Au passage, le sang qui circule
dans les lamelles branchiales absorbe une partie de
l’oxygène dissous dans l’eau.
La face intérieure des arcs
branchiaux
porte
des
branchiospines, appareil filtrant
retenant
les
particules
alimentaires.
11
29/04/2014
◘
La dentition
Chez les poissons, la forme de la bouche et la
structure dentaire sont en rapport avec le mode de
vie et le régime alimentaire.
En général, les dents
sont toutes semblables
et ne diffèrent que par
leur taille (Homodontie).
Parfois,
elles
sont
différentes
(Hétérodontie).
Chez les Requins, les dents sont acérées en
forme de « poignards » à bord crénelé.
Elles sont caduques et situées sur plusieurs
rangées et sont périodiquement renouvelées à
partir de rangées internes (Lyodontie).
Chez les Bradyodontes (chimères), les dents présentent une croissance
continue et ne se renouvellent pas (Statodontie).
12
29/04/2014
◘
Le tube digestif et la vessie natatoire
Le pharynx conduit à l’œsophage, qui donne à son tour sur l’estomac. Puis Les
aliments passent dans l’intestin. Les aliments non digérés sont évacués par l’anus.
La plupart des poissons régule leur flottabilité grâce à la vessie natatoire. Chez
certains groupes, elle est reliée par un canal à l’œsophage. Mais chez la plupart des
poissons, la vessie natatoire reste isolée.
Chez les poissons benthiques (Ex. Poissons plats), la vessie natatoire dégénère après
le stade larvaire.
Aspect de la vessie gazeuse
Les Chondrichtyens ne possèdent pas de vessie gazeuse. C’est le foie qui contribue
à la flottabilité. Il est rempli d’huile (le squalène) plus légère que l’eau.
13
29/04/2014
◘
La reproduction
La plupart des Chondrichtyens sont vivipares et la fécondation est interne. Chez
certaines espèces de requins, la polyembryonie s’accompagne de l’instinct carnassier.
Les embryons les plus développés dévorent dans l’utérus de la femelle les embryons
les plus faibles et les femelles ne donnent naissance qu’à 3 ou 5 juvéniles.
Les poissons osseux sont ovipares, les
femelles pondent des « œufs » ovules qui
sont ensuite fécondés par la laitance du mâle
dans le milieu externe (pas d'accouplement).
Les œufs et les alevins sont des proies
faciles et très peu arrivent à maturité. Mais
l'équilibre des espèces se maintient grâce à
l'énorme quantité d'œufs pondus ; une Morue,
par exemple, pond de 4 à 9 millions d'œufs
en une seule ponte.
Après l'éclosion , la larve porte sous le ventre un sac (le sac vitellin = vésicule ombilicale)
rempli de réserves nutritives. (Larve  alevin  juvénile  adulte)
D'autres espèces pondent moins d'œufs, mais les protègent (construction de
nids, incubation buccale). Parmi ces systèmes de protection, il y a le cas très
original de l‘Hippocampe : le mâle protège ses œufs, puis ses jeunes, dans
une poche située au niveau de sa partie ventrale.
14
29/04/2014
Systématique des Poissons
Les poissons forment un groupe hétérogène avec plusieurs lignées évolutives.
Certaines classes sont connues du primaire et sont actuellement éteintes.
- Cl. Acanthodiens (yeux bien développés et possèdent des N. paires et
impaires).
- Cl. Placodermes (plaques osseuses recouvrant la partie antérieure du corps)
Au cours de l'évolution, grâce à des adaptations, qui leur permettent de répondre à
trois impératifs :
- manger ,
- ne pas se faire manger ,
- assurer sa descendance,
les poissons ont réussi à coloniser de nombreux habitats y compris des milieux
qualifiés « d'extrêmes » : grandes profondeurs, sources hydrothermales sous-marines,
rivières souterraines, régions arides,…
Actuellement, les poissons constitue le groupe le plus diversifié des vertébrés,
plus de 30 000 espèces différentes de poissons sont connues.
15
29/04/2014
3 groupes de poissons, se sont différenciés au
primaire (il y a quelques 400 millions d’années) et qui
constituent les poissons actuels :
- Les Agnathes : Myxines et Lamproies
- Les poissons cartilagineux (Chondrichtyens) :
Requins, Raies et Chimères
- Les poissons osseux (Ostéichtyens) : englobent la
plupart des espèces actuellement présentes.
16
29/04/2014
 AGNATHES
Myxinoïdes
► Absence de vertèbres 
Sans mâchoires
Classe des Myxines (Myxini)
Les Myxinoïdes sont des Chordés
crâniates
- vermiforme,
- yeux sous la peau,
- une seule nageoire : la caudale,
- La bouche comprend des plaques
dentigènes. Ces plaques ne sont pas
l’homologue des mâchoires des
gnathostomes.
17
29/04/2014
► Présence de vertèbres

Pétromyzontides
Classe des Cephalaspidomorphes (Cephalaspidomorphi)
N. dorsales
* Corps allongé, sans nageoires paires ;
une ou deux nageoires dorsales et une
caudale.
* 7 orifices branchiaux latéraux.
* Bouche entourée d’une ventouse et
constituée d’une « langue » portant des
dents cornées . Ce système permet la
succion du sang des victimes.
Œil
Bouche
Orifices branchiaux
Petromyzon marinus
(Lamproie marine)
Ecologie
Les pétromyzontides vivent en milieu marin ou en eau
douce, le plus souvent ectoparasites ; ils se nourrissent du
sang des poissons ou des cétacés.
Les larves = ammocètes.
18
29/04/2014
Vertébrés avec mâchoires 
Gnathostomes
Chondrichthyens
Ostéichthyens
Squelette cartilagineux
Chondrichthyens
(Poissons cartilagineux)
Squelette ossifié
Ostéichthyens
(Poissons osseux)
ab : arc branchial
b : branchie
e: évent = spiracle
19
29/04/2014
Chondrichthyens
5 paires de
fentes
branchiales
visibles
Classe des Elasmobranches (Elasmobranchii)
(pas d’opercule)
Fentes
branchiales
cachées par
un faux
opercule
Classe des Holocéphales
(Holocephali)
20
29/04/2014
Classe des Elasmobranches (Elasmobranchii)
Sous-classe des Sélaciens
Fentes branchiales
en position
latérale ; animaux à
corps fusiforme
terminé par une
queue robuste.
Excellents nageurs.
Pélagiques
Fentes
branchiales
ventrales, corps
déprimé dorsoventralement.
Benthiques.
Bouche ventrale ; 2 types morphologiques :
Série des Pleurotrèmes
(Requins ou Squales, Roussettes)
Série des Hypotrèmes
(Raies et Torpilles)
21
29/04/2014
○ Série des Pleurotrèmes (Requins ou Squales, Roussettes)
Sont des
carnivores, mais
le requin
pèlerin est
planctonophage.
22
29/04/2014
Série des Pleurotremata
O. Carcharhiniformes (Galéiformes)
Présence de la nageoire anale
F. Scyliorhinidae
Première nageoire dorsale située au
dessus ou en arrière des nageoires
pelviennes
Scyliorhinus canicula (L., 1758)
23
29/04/2014
O. Carcharhiniformes (Galéiformes)
F. Triakidae
Première nageoire dorsale située en avant des nageoires pelviennes
Mustelus mustelus
24
29/04/2014
O. Squaliformes
Absence de la nageoire anale
F. Squalidae
- Chaque dorsale est précédée d’une épine (aiguillon),
- première dorsale en avant du cloaque
Souvent le ventre d’un poisson est plus
clair que son dos. Cette coloration est
une technique de camouflage.
Vu depuis la surface, le dos sombre du
poisson se confond avec le fond.
Vu du fond, le ventre clair du poisson
se confond avec la surface qui est plus
lumineuse.
Squalus acanthias
25
29/04/2014
O. Squatiniformes
Requin en forme de raie, absence de nageoire
anale, corps déprimé dorso-ventralement.
F. Squatinidae
- Tête presque circulaire ;
- 5 fentes branchiales
situées ventralement ;
- spiracles très grands ;
- narines à l’extrémité du
museau ;
- bouche terminale ;
- pectorales très grandes ;
- pelviennes larges ;
- 2 dorsales courtes
insérées sur la queue
- caudale courte.
Ex. Squatina squatina
26
29/04/2014
○ Série des Hypotrèmes (Raies et Torpilles)
Narines
27
29/04/2014
Série des Hypotremata (Raies et Torpilles)
-Corps déprimé dorsoventralement
- Fentes branchiales ventrales,
- Queue frêle
- Bouche ventrale
- Spiracles et les yeux sont
dorsaux
- Les nageoires pectorales se
développent en ailes sur le côté
du corps (rôle locomoteur)
- N. pectorales + tronc + tête =
disque rhombique.
Animaux benthiques se nourrissant de Mollusques et Crustacés.
28
29/04/2014
Série des Hypotremata (Raies et Torpilles)
O. Torpediniformes
Disque rhombique est ovale ou circulaire et épais
F. Torpedinidae
Présence d’organes électriques, la peau est lisse
Torpedo
« L'organe électrique de la torpille est composé d'environ 360 000 électrocytes (cellules
électriques) organisées en empilements de 500 colonnes. La concentration en acétylcholine
y est 600 fois plus élevée que dans un autre muscle ; ce qui produit des décharges
électriques de forte intensité jusqu'à 220V chez la torpille ».
29
29/04/2014
O. Rajiformes
F. Rajidae
Raccordement entre le tronc et la queue est brusque,
queue étroite flagelliforme
Raja
30
29/04/2014
O. Rajiformes
F. Rhinobathidae
Disque rhombique losangique
Raccordement entre le tronc et la queue est progressif
Rhinobatos
31
29/04/2014
Classe des Holocéphales (Holocephali)
Sous-Classe des Bradyodontes
* Fentes branchiales cachées par un faux
opercule
* Tête et yeux relativement développés ;
* nageoires pectorales très développées ;
* queue est effilée en fouet.
* Mâles possèdent des
organes copulateurs et un appendice
frontal (tenaculum).
La chimère (Chimaera monstrosa) vit sur les fonds marins de 100 à 1500 m, se nourrit de coquillages
qu’elle broie grâce à ses dents groupées en plaques dentaires.
32
29/04/2014
▪ Squelette osseux
▪ Ceinture scapulaire, ensemble des os joignant les membres antérieurs à la
colonne vertébrale.
▪ Arcs branchiaux 1 et 2 s’articulent sur une même pièce osseuse
▪ Membrane des nageoires est soutenue par des rayons
Ostéichthyens
33
29/04/2014
Ostéichthyens
34
29/04/2014
▪ Nageoires ont des rayons typiques, d’où leur nom de
« poissons à nageoires rayonnées ».
Cl. Actinoptérygiens
(Actinopterygii)
35
29/04/2014
◘
Super-Ordre des Chondrostéens
Les Chondrostéens ont conservé des caractères archaïques (N. caudale
dissymétrique, N. pectorales insérées bas sur les flancs) et montrent une régression
de l’ossification et du revêtement écailleux.
Un seul ordre celui des Acipensériformes.
●
Ordre des Acipensériformes
Du nom de l’esturgeon (Acipenser) qui se caractérise par un corps allongé, avec 5 rangées
d’écussons osseux le long du corps, N. caudale hétérocerque, bouche ventrale petite précédée
d’une rangée de 4 barbillons.
La plupart des espèces d’esturgeons sont marines et viennent se reproduire en eau douce
(poissons anadrome). Au moment où les femelles viennent pondre dans les fleuves, elles sont
capturées pour être vidées de leurs œufs qui fournissent le caviar.
36
29/04/2014
◘
Super-Ordre des Holostéens
Nageoire caudale arrondie bien qu’hétérocerque à l’origine. Deux ordres :
● Ordre des Lépisostéiformes
Les Lépisostéiformes tirent leur nom du
genre : Lepisosteus (le lépisostée). Son
corps est allongé et aplati latéralement, a
l’aspect de brochet, recouvert d’une
cuirasse faite d’écailles en losange.
● Ordre des Amiiformes
Les Amiiformes tirent leur nom du
genre : Amia (l’amie). Poisson d’eau
douce très carnassier vivant dans
l’ouest américain où il est appelé le
« brochet-lance ».
Elle a l’allure de Téléostéens, critères distinctifs : la nageoire caudale arrondie et
asymétrique et la vessie natatoire est alvéolée et pourvue d’un conduit œsophagien qui
permet à l’espèce de respirer l’air atmosphérique quand les conditions des rivières
marécageuses deviennent défavorables suite à un assèchement temporaire.
37
29/04/2014
◘
Super-Ordre des Brachyoptérygiens
Un seul ordre :
● Ordre Polypteriformes
Les Polypteriformes tirent leur nom de celui du genre principal :
Polypterus : sa nageoire dorsale est fragmentée en nombreuses petites
« ailes » d’où le nom de Polyptère.
Poisson prédateur nocturne, d’eau douce, capable de respirer l’oxygène
atmosphérique grâce à un poumon fonctionnel.
38
29/04/2014
Squelette entièrement ossifié, nageoire caudale homocèrque
◘ Super-O.Téléostéens
▪ Les Téléostéens apodes :
N’ont pas de nageoires pelviennes
▪ Les Téléostéens abdominaux :
Les pelviennes s’insèrent nettement en arrière des
pectorales
▪ Les Téléostéens thoraciques :
Les pelviennes s’insèrent au niveau des pectorales ou
légèrement en arrière
▪ Les Téléostéens jugulaires :
Les pelviennes s’insèrent en avant des pectorales
39
29/04/2014
La classification des Téléostéens est complexe et les relations phylogénétiques, entre
certains taxons, ne sont pas claires.
Au cours de l’évolution, les Téléostéens sont passés progressivement d’un état
malacoptérygien présentant des caractères primitifs à un état acanthoptérygien de
formes plus évoluées.
Caractères
Etat
Malacoptérygiens
Absence de rayons épineux, N. pectorales à insertion
basse, N. pelviennes de type abdominal, écailles
cycloïdes, vessie gazeuse de type physostome
Acanthoptérygiens Présence de rayons épineux, N. pectorales à insertion
médiane ou haute, N. pelviennes de type thoracique ou
jugulaire, écailles cténoïdes (très rarement cycloïdes),
vessie gazeuse de type physoclyste.
Actuellement, les Téléostéens sont regroupés en une trentaine d’ordres. Nous nous limiterons
à quelques ordres, en particulier, ceux qui seront étudiés en T.P. et dont la classification est
basée, surtout sur des caractères morphologiques visibles.
40
29/04/2014
● Ordre des Anguilliformes
▪ Corps allongé serpentiforme,
▪ apodes,
▪ ND fusionne avec NC et NA pour former une seule nageoire continue,
▪ opercule sous forme d’un trou
41
29/04/2014
F. Anguillidae
 Présence de N. Pectorales,
 écailles tardives,
bouche supère,
 ND commence nettement en arrière
des nageoires pectorales
Civelle
Anguilla anguilla (Anguille)
42
29/04/2014
F. Congridae
Distance entre l’origine de la ND et les
pectorales est réduite,
 bouche infère,
 absence d’écailles
Conger conger (Congre)
43
29/04/2014
F. Muraenidae




Absence de pectorales
absence de pelviennes,
absence d’écailles,
dents pointues
Muraena helena (Murène)
44
29/04/2014
● Ordre des Clupéiformes
Tirent leur nom de celui du Hareng (Clupea).
▪ Pelviennes abdominales,
▪ Écailles cycloïdes
▪ N. à rayons mous,
▪ 1 ND
45
29/04/2014
F. Engraulidae
▪ Bouche infère,
▪ l’articulation des mâchoires se fait nettement en arrière des yeux
Engraulis encrasicolus (Anchois)
46
29/04/2014
F. Clupeidae
▪ ND insérée au milieu du dos,
▪ la bouche est terminale
carène ventrale lisse

Sardina pilchardus
47
29/04/2014
● Ordre des Cypriniformes
ND au milieu du corps ou étalée
sur le dos ; existence de l’Appareil
de Weber (double chaîne d’osselets
qui réunit la vessie gazeuse aux
organes auditifs)
F. Cyprinidae
Tête dépourvue
d’écailles ; bouche
tapissée par des os
pharyngiens disposés
sur une ou deux
rangées formant des
dents pharyngiennes ;
bouche protractile
munie ou non de
barbillons ; tous les
représentant de ce
taxon ont conservé des
caractères primitifs
(type Malacoptérygien)
Barbus (Barbeau)
Cyprinus carpio (Carpe)
48
29/04/2014

Ordre des Beloniformes
. N. pelviennes abdominales,
. N. à rayons mous,
. ND et NA opposées et insérées en arrière du corps
F. Belonidae
. Corps allongé,
. le prémaxillaire et le dentaire sont allongés en un bec robuste
Belone svetovidovi (Orphie)
49
29/04/2014
 Ordre des Salmoniformes
La 2ème ND si elle existe, elle est petite et adipeuse
F. Salmonidae
2ème ND adipeuse ;
ligne latérale visible ;
bouche protractile
Salmo trutta (Truite fario)
50
29/04/2014
 Ordre des Mugiliformes
Sont généralement des détritivores (ex. mulet)
F. Mugilidae
▪ Téléostéens abdominaux,
▪ 2 ND dont la 1ère est épineuse et la seconde est molle est opposée à la NA,
▪ NC fourchue
Mugil (Mulet)
- Tête large est plate,
- museau arrondi
51
29/04/2014
 Ordre des Atheriniformes
F. Atherinidae
▪ Téléostéens abdominaux,
▪ petite taille,
▪ Bouche oblique,
▪ 2 ND
Atherina (Athérine)
52
29/04/2014
 Ordre des Beryciformes
. La tête est creusée de cavités muqueuses,
. la tête et l’opercule portent souvent des crêtes dentelées et des épines,
. yeux développés
F. Berycidae
. Pelviennes thoraciques,
. origine de la NA au dessous du milieu de la ND,
. la NA est plus étendue que la ND
Beryx decadactylus (Pageot)
53
29/04/2014
 Ordre des Zeiformes
. Téléostéens thoraciques,
. N. pectorales peu
développées,
. 2 ND, 2 NA, la 1ère est
épineuse
F. Zeidae
Tache noire annulaire
Zeus faber (Saint-Pierre)
54
29/04/2014
● Ordre des Perciformes
Sont des carnivores (Mérou),des herbivores (saupe) ou des omnivores (Blennie)
Tirent leur nom de celui de la perche (Perca)
Pelviennes thoraciques, jugulaires ou abdominales,
ND simple ou multiple dont la première partie est toujours épineuse
Perca (perche)
55
29/04/2014
F. Mullidae
▪ Téléostéens thoraciques,
▪ 2 ND et 1 NA courtes et sensiblement égales,
▪ une paire de barbillon mentonnier,
▪ bouche petite protractile
Mullus (Rouget)
56
29/04/2014
F. Sparidae
▪ Téléostéens thoraciques,
▪ corps haut avec le profil antérieur élevé,
▪ 1 ND dont la partie antérieure est épineuse
Sparus aurata
- Bande dorée entre les yeux,
- tache noire sur la partie supérieure de l’opercule
57
29/04/2014
F. Moronidae
2 ND ; + de 6 rayons mous à la NA ; présence de 2 épines operculaires plates et coupantes
Dicentrarchus labrax (Loup)
58
29/04/2014
F. Carangidae
▪ Téléostéens thoraciques,
▪ 2 ND dont la première
est formée d’épines unies
ou non par une
membrane,
▪ NC profondément
fourchue,
▪ ligne latérale arquée et
recouverte de scutelles
(grandes écailles
épineuses)
Trachurus
59
29/04/2014
F. Scombridae
▪ Téléostéens thoraciques,
▪ pinnules au niveau du pédoncule caudale,
▪ 2 ND,
▪ NC fourchue
Scomber
Thunnus
60
29/04/2014
F. Trachinidae
▪ Téléostéens
jugulaires,
▪ épine
operculaire
dirigée vers
l’arrière et
en relation
avec une
glande à
venin,
▪ 2 ND dont
la 1ère est
épineuse,
▪ yeux situés
sur le dessus
de la tête,
▪ bouche
oblique
Trachinus
61
29/04/2014
● Ordre des Scorpaeniformes
Appelé Ordre des joues cuirassées car un arc osseux constitué par
l’infraorbitaire (donc au niveau de la joue) rejoint presque l’opercule.
Tête volumineuse cuirassée avec souvent des épines,
nageoires pelviennes développées
F. Scorpaenidae
▪ N. pelviennes thoraciques,
▪ 1 ND,
▪ présence d’épines operculaires et préoperculaires
Scorpaena scrofa (Rascasse)
62
29/04/2014
F. Triglidae
▪Téléostéen thoracique,
▪ importante ossification souscutanée, la tête et les joues sont
entièrement cuirassées,
▪ museau prolongé par un rostre,
▪ 2 ND,
▪ 2 ou 3 rayons inférieurs des N.
pectorales libres, digitiformes
Trigla (Grondin)
63
29/04/2014
 Ordre des Lophiiformes
 L’Opercule n’est pas bien
constitué,
 les premiers rayons de la ND se
transforment
en filaments pêcheurs (illicium)
F. Lophiidae
-Téléostéens jugulaires,
- forme conique,
-tête grosse,
-bouche large
Lophius (Lotte)
64
29/04/2014
● O. Pleuronectiformes (Poissons plats)
Téléostéens jugulaires ; Corps dissymétrique ; les 2 yeux du même côté du corps ; côté
pigmenté = face zénithale, opposée à la face nadirale = face claire (Version dextre /
version senestre). Nageoires dorsales et anales très longues.
65
29/04/2014
F. Scophthalmidae
▪ Version senestre,
▪ museau pointu,
Scophthalmus rhombus
- Distance entre les yeux > au diamètre de l’œil,
- la peau est lisse
Le turbot possède une capacité de camouflage
plus sophistiquée qui permet à l'animal de se
fondre dans son environnement. De cette manière,
le poisson devient invisible à la fois pour ses
prédateurs, mais aussi pour ses proies .
66
29/04/2014
F. Citharidae
- Distance entre les yeux est inférieure au diamètre de l’œil,
- la base des pelviennes est courte,
- corps très aplati, mince
Citharus linguatula
67
29/04/2014
F. Soleidae
▪ Version dextre,
▪ œil supérieur en avance par rapport à
l’œil inférieur,
▪ museau arrondi
Solea solea
Solea senegalensis
68
29/04/2014
● Ordre des Gadiformes
Leur nom provient de celui du genre Gadus (la morue).
- Pelviennes jugulaires
-Nageoires dorsales multiples
- Nageoire anale simple ou double.
- Écailles cycloïdes
69
29/04/2014
F. Gadidae
3 ND, 2 NA et pas de barbillon

Merlangus merlangus
70
29/04/2014
F. Merlucciidae
Merluccius merluccius
- 2 ND et 1 NA,
- absence de barbillon,
- crête en v sur le dessus de la tête.
71
29/04/2014
F. Phycidae
Pelviennes filiformes, 2 ND, 1 NA, 1 barbillon
Phycis phycis (L., 1758)
72
29/04/2014
◘Cl. Sarcoptérygiens (Sarcopterygii)
du grec, sarkos, chair (charnu) et pteryx, nageoire, aile
▪ N. paires très mobiles et charnues
▪ Les nageoires paires deviennent monobasales (apparition de
l’humérus (membre antérieur) et du fémur (membre postérieur))
▪ Présence de l’émail vrai sur les dents.
Les Sarcoptérygiens renferment 2 lignées évolutives :
 Actinistiens ou Coelacanthes : une seule
espèce connue, véritable fossile vivant
(Latimeria chalumnae).
 Rhipidistiens ayant de nombreuses affinités
avec les premiers Amphibiens dont ils sont
considérés comme les ancêtres.
73
29/04/2014
 Lignée des Actinistiens
Le cœlacanthe est aisément reconnaissable à ses
nageoires.
▪ 1er N. D. à lobe basal charnu réduit et armé de gros
rayons épineux et creux (d’où le nom de cœlacanthe
qui signifie « nageoire creuse »).
▪ Les nageoires paires ont un long lobe charnu et
sont très mobiles.
▪ La nageoire caudale est très caractéristique, dotée
de 3 lobes : un lobe ventral, un lobe dorsal et un
lobe médian.
Ecologie
Le cœlacanthe vit
entre 70 et 400
m de profondeur
(jusqu’à 25 ans)
dans les grottes
sous-marines au
large des îles
Comores et en
Indonésie.
Latimeria chalumnae (Coelacanthe).
Il est prédateur, il se nourrit surtout de poissons-lanternes.
L’espèce est ovovivipare
Poisson-lanterne
74
29/04/2014
 Lignée des Rhipidistiens
▪ Le poumon fonctionnel est muni d’alvéoles
▪ Il y a 2 oreillettes au cœur.
▪ Présence d’une glotte : point de confluence du
larynx et du tube digestif.
▪ La larve présente un épiderme cilié.
Ex. vue dorsale du poumon du
dipneuste Lepidosiren
(al : alvéoles, g : glotte, pou : poumon,
td : tube digestif).
75
29/04/2014
Sous-Cl. Dipneustes
Les Dipneustes partagent avec les vertébrés terrestres (Tétrapodes) plusieurs caractères :
- narines internes,
- structure du cœur.
Ils sont aussi caractérisés par la présence de poumons fonctionnels en plus des branchies.
Les Dipneustes utilisent pour respirer beaucoup plus leurs poumons que leurs branchies.
Ils sont aussi caractérisés par des plaques dentaires
broyeuses.
Comme les autres sarcoptérygiens, leurs nageoires
ventrales s'attachent sur la ceinture scapulaire par un seul
os, annonçant les membres des tétrapodes.
Ecologie
Les dipneustes vivent dans les eaux douces à faible courant, ou dans les eaux boueuses.
En cas de sécheresse, certaines espèces creusent une loge dans la boue « cocon ».
Ils respirent à l’aide de branchies si l’eau est suffisamment oxygénée, ou à la surface, en aspirant de l’air dans
leurs poumons, si l’eau est pauvre en oxygène.
A la saison des pluies, période de reproduction, c’est le mâle qui prépare un nid en forme de tunnel dans
lequel la femelle pond ses ovules. Le mâle les féconde et surveille les œufs jusqu’à l’éclosion.
Ils se nourrissent de crustacés, mollusques et petits poissons.
76
29/04/2014
En
résumé,
nous
pourrions
considérer que les Poissons sont
les
premiers
gnathostomes
aquatiques apparus sur la Terre il
y a 500 Millions d’années à
l’Ordovicien. Par la suite, ils se
sont scindés au cours du Dévonien
(-400 Ma) en : Chondrichtyens et
Ostéichtyens. Ces derniers ont
donné
naissance
aux
Actinoptérygiens
et
aux
Sarcoptérygiens. A leur tour, ces
derniers se sont divisés en deux
lignées évolutives : les Actinistiens
(Coelacanthes) et les Rhipidistiens.
De
nombreux
ichtyologistes
considèrent
les
Rhipidistiens
comme étant les ancêtres des
Amphibiens et, par suite, ceux de
tous les Vertébrés Tétrapodes qui
leur ont succédés.
Sur la figure ci-contre, chaque numéro indique
une étape importante de l'évolution des vertébrés
et
les
flèches
indiquent
les
inventions
anatomiques marquantes.
77
Téléchargement
Explore flashcards