UNIVERSITÉ QUÉBEC MONTRÉAL FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT

publicité
UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL
FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT DE STRATÉGIES DE COMPRÉHENSION EN
LECTURE D'ÉTUDIANTS DU COLLÉGIAL AYANT DES TROUBLES
D 'APPRENTISSAGE OU UN TDA/H
MÉMOfRE
PRÉSENTÉ
COMME EXIGENCE PARTIELLE
À LA MAÎTRISE EN EDUCATION
PAR
MARIE-PIER RIV ARD
FÉVRIER 2012
UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL
Service des bibliothèques ·
Avertissement
La diffusion de ce mémoire se fait dans le' respect des droits de son auteur, qui a signé
.le formulaire Autorisation de reproduire et de diffuser un travail de recherche de. cycles
$Upérieurs (SDU-522- Rév.01-2006). Cette autorisation stipule que «conformément ·à
!.'article 11 du Règlement no 8 des études de cycles supérieurs, [l'auteur] concède à
l'Université du Québec à Montréal une licence non exclusive d'utilisation et de .
publication ~e la totalité ou d'une partie importante de [son] travail de recherche pour
des fins pédagogiques et non commerciales. Plus précisément, [l'auteur] autorise
l'Université du Québec à Montréal à reproduire, diffuser, prêter, .distribuer ou vendre des .·
copies de. [son] travail de recherche à des fins non commerciales sur quelque support
que ce soit, y compris l'Internet. Cette licence et cette autorisation n'entraînent pas une
renonciation de [la] part [de l'auteur] à [ses] droits moraux ni à [ses] droits de propriété
intellectuelle. Sauf entente contraire, [l'auteur] conserve la liberté de diffuser et de
commercialiser ou non ce travail dont [il] possède un exemplaire ..»
REMERCIEMENTS
Je tiens à remerci er les personnes qui ont co ll abo ré, de près o u de lo in , à ma recherche
réa li sée dans le cadre de la maîtrise en éducati on. Tout d' abord, j e tiens à remercier
mesdames Chantal Ouellet, directrice de cette recherche et professe ure à 1' UQAM ainsi que
France Dubé, co-directrice et également professeure à I'UQA M. Non seul ement ell es ont
accepté de me superviser dans la rédaction de ce mémoire, mais e lles ont été de préc ieuses
conse ill ères en moments de dou te. Sans votre so upl esse, madame Ouell et, j e pense qu e j e n'y
serais pas arri vée.
Je remercie ma famill e \!t tout spéci alement ma mère, directri ce d ' éco le à la retraite, pour ses
préc ie ux conseil s, sa franchi se, sa généros ité et so n indén iable soutien. Toi qui as to uj ours
trava ill é à temps pl ein , pri s so in de tes e nfa nts, de ton mari et po ursuivi ta maîtri se, tu as su
me g uider et m' épaul er et me convai ncre d' all er jusqu ' au bo ut de cette tumultueuse aventu re .
Il va sans di re que je sui s très reconnaissante du temps que m'ont accordé les participants à
cette recherche. Des étudi ants travaill e urs, co urage ux et dotés d' une intelligence inouïe. Je les
remercie de leur générosité et pour leur grand e capacité d'adaptation.
À Juli en, mon mari, j e t'a im e.
TABLE DES MATIÈRES
LISTE DES FIGURES ..... ... ... ... ... ......... ... ............ .................................... .. ...... ... .. ................ viii
LISTE DES TAB LEAUX ... .... .... .. .... .. .. ....... ..... .. ........ .. .. ........ ...... .. ... ...... ... .. .. .. ... ...... .. ... ... ... .. ix
LISTE DES ABRÉVIATI ONS, DES SIGLES ET DES ACRONYMES ............ .. ................ xi
RÉSUMÉ ................ .............. .. ......................... ........ .......... .. ...... ..... ... ............ ....................... xiii
INTRODUCTION ...... ....... ..... ....... ... .......................................... ........... ........... .... ..... .............. l
CHAPITRE 1
PROBLÉMATIQUE .. .... ...... ......... ...... .... ...... ...... ..... .... ... .... .... ................. ................................ 4
1.1
Un bref portrait du milieu collégial d' hier à auj ourd ' hui ................ ........ .. ..................... 5
1.2
L' intégration des étudiants handicapés au niveau collégial. .... .... ..... .. .... ....... .. .............. 6
1.3
L'engagement des cégeps dés ignés dans l' intégration des étudiants handicapés .. ........ 7
1.4
Des besoins parti culiers et des problèmes scolaires qui augmentent. ...... .. ........ .. .. .. .. .. 10
1.5
La création de répondants plus spécialisés .............. .. .................................................. I l
1.6
Les multiples défis de l'adaptation scolaire au niveau co llégial. .. .. ......... ..... .. .......... .. . 12
1.7
L'émergence d' une nouve lle clientèle ...................................................... .. ............. .. .. 13
1.8
Les diffic ultés et les troubles d'apprentissage : di sti nction .............. .. .. .... .... .. ...... .. .. .. . 14
1.9
Les troubles d'apprentissage et le TDAH chez le jeune ad ulte .. .. ....... .. .. ....... :............ 15
1.10 Les étud iants de niveau collégial ayant des troub les d'apprentissage .......... ............. .. 18
1.11
Les dispositifs de soutien aux étudiants du postsecondaire ......................................... 19
1.11.1 Le tutorat par les pairs .... .. ...... .. ......................... .................. .... ........................ 21
1.12 L' omniprésence de la lecture au collégial : un constat imp011ant... ............................. 26
1.13 La compréhension de lecture, le défi des élèves ayant des difficultés en lecture ........ 27
1.14 La question générale de recherche ............................................................................... 32
CHAPITRE II
CADRE DE RÉFÉRENCE ... ........ .. ... ..... ... .. .. .... ... ..... ...... ... .... ............ .............. ....... ..... ..... ... . 33
2.1
Les
mesures
spécifiques de
soutien
aux
étudiants ayant
un
troubl e
d'apprentissage ............. .. .. ..... .. .... ...... .. .. ................. ..... ... .................. ... ........ ..... ... .... .... 33
2.2
2.1.1
Le temps supplémentaire aux examens .......... .. .......................... .. ............. .. .. .. 35
2.1.2
L'utilisation d'un portable avec logiciels spécialisés .... .. .... .. .... .... .. .... .. .... .. .... 35
2.1.3
Les logiciels spécialisés .... .. .. .................................................... ........ .. ...... .... .. 37
2.1.4
Les mesures disponibles pour l'Épreuve uniforme de français .... ................... 38
L'enseignement de stratégies en lecture .......................................... .. ........ .. .. ...... .. ...... 40
2.2.1
Le modèle de l'ensei gnement explicite .... .... .......... .......... ............ .. ................. 41
2.2.2
Les stratégies cognitives et métacognitives .............................................. ...... 41
2.2.3
Le concept d'autorégulation dans l'apprentissage de la lecture ...... .. .. .. .......... 45
2.2.4
L'efficac ité des stratégies de lecture ................................................. .. .. .......... 46
2.2.5
Le Strategie Instruction Model .. ........................... ............ .................. .. .......... 46
2.2.6
Le développement des stratégies de lecture grâce à l'enseignement
réciproque ... .... ...... ................. ....... .... ..... ....... ..... ..... .. .. .... ..................... .. ..... .... 4 7
2.2.7
L ' enseignement de stratégies de lecture en utilisant l' enseignement
explicite ... .... ......... ....... .... ........................... .. .. .. ..... .. .. ...... ................... .......... ... 48
2.3
Une approche favorisant la compréhension en lecture ............ .. ................ .. ................ 50
2.3 .1
Les fondem ents de l'approche Reading Apprenticeship ................................. 50
2.3.2
L 'origine de l' approche Reading Apprenticeship: cinq stratégies à
privilégier ...................................... ... .... ......... ... ........ .. ......... ... ... ..... .. ... ... ..... .... 52
2.3.3
L'enseignement explicite et la conversation
métacognitive dan s
l'approche R.A .. ...... ... ....... ...... ............. .... .. .. .. ....... ............. ........... .................. 55
2.4
L' implantation de l' approche Reading Apprenticeship au niveau postsecondaire ...... 55
2.4. 1
L'approche R.A aux États-Un is: une approche uti le au mveau
postsecondaire ....... ............. ........ .... .. .. ......... ..... ........ ............ .... .. .. ... ................ 56
2.4.2
2.5
Les effets de l'implantation de la R.A en Californie .............................. ........ 57
Objectifs spécifiques de recherche ..... .. ....... .. .. ........ ........... .......... ...... ...... ...... .... ........ .. 60
CHAPITRE III
MÉTHODOLOGIE ................ ... .. ..... ....... ...... .. ... .. .. ................................................................ 62
3.1
Le choix de l'approche méthodo logique : l'étude de cas mul tiples .. ..... .. ..... .. ............. 62
3.2
Caractéristiques du mil ieu.......... .. ....... ................. ... ........ ............ ...... .... ........ .. .. .... .. ..... 63
3.3
Les procédures ................. ... ........... ..... ............... ... ..... ...... ..... ............. ...... .... ... ... .......... 65
3.3 .1
La sélection de l'échantillon .. .. .. ..... .. .... .......................... ....... .... ......... .... ...... .. 65
3.3 .2
Les instru1nents .......... .... ........... ........... ..... .......... .... ...... ....................... ..... ...... 66
3.3.3
Les questionnaires ........................ .... ..... .... ..... ... ........... ... ... ........... ....... ... .. .... .. 66
3.3.4
L'entrevue semi-dirigée ..... ..... ... ..... ... .. ........ ..... ... ... .... .. .. .... ... ... .. ..... ..... ... ... .. .. 69
3.4
Le dérou lement de la co llecte de données ... .. ... ... ........... ... .. ... .. .... ......... ..... ...... .... ....... 70
3.5
Description de l'intervention .......... .. ..... .... ........ ...... ...... ...... ... ... ... .... ... .... .. ...... ............ 71
3.5.1
Les origines et l' implantation de la R.A .... .......... .. .. ... .... ..... ... ... ............. ... ... .. 72
3.5.2
La dimension sociale ...... .... ... ... ....... .. .... .. .. ........................ ... .................. ......... 72
3.5.3
La dimension personnelle ........... ....................... .. ...... ....... ... .... ......... .............. 73
3.5.4
La dimension cognitive ...................... ........................ ...... ... ............ ................ 73
3.5 .5
La dimension construction des connaissances .................................... .... .. ... ... 74
3.5.6
Rendre visible l' invisible : la conversation métacognitive .. .. .... .. .......... .. ....... 74
3.5.7
L'expérimentation de techniques de l'approche R.A ................ ...................... 75
3.6
Le déroulement de l'intervention ........ .. .... .. ................... ........ .. .. .. .......................... .. .. .. 77
3.7
Le plan d 'analyse ................... ......... ...... .... .. ...... .................................. ...... .................... 77
3.7.1
3.8
L'analyse de contenu .... .. .. .. ...... .......................... .. ...................... ...... ........ .. .. .. . 78
Considérations éthiques .... ..... ............. .......... ........ ......... ... .. ............ ..... .. .................... .. 79
CHAPITREN
PRÉSENT A TION DES RÉSULTATS .... ................................ ........... .......... ................ ...... ... 81
4.1
Anamnèse et histo ire personnelle de lecteur. ................... ...... ............................ .......... 81
4.1.1
Le cas d'Alexia ............................................................................................... 82
4.1.2
Le cas d' Anne ................................................................................................. 83
4.1.3
Le cas de Flavie .......... .......................... .. .. .. .............................. .. ............ .. ...... 85
4.1.4
Le cas de Mathieu .. .. ....................................................................................... 87
4.1.5
Le cas de Sabrina ...... .. ........ .... .............. .. .................... .. .................................. 89
4.2
Présentation des résultats aux questionnaires .............................. .......................... .. .. .. 93
4.3
La présentation des résultats de l'entrevue fina le ................ .... .................................. 122
CHAPITRE V
ANALYSE ET lNTERPRÉTA TION DES RÉSULTATS ................ .. .......... .... .................. 131
5. 1
Analyse et interprétation des données de l'entrevue initiale ...................................... 132
5.2
L'analyse des résu ltats au Répertoire des connaissances métacognitives en
lecture ... ... ....... .... .... ............. ... .............. ..................... .. ....... ................. .... ... ..... ... ..... ... 135
5.3
L'analyse
des résultats au questionnaire de Conscience métacognitive des
stratégies de lecture ...... ........ .............. .. ..................................... ........ ....... .................. 136
5.4
L'analyse des résu ltats au Répertoire des stratégies en métacompréhension ............ 137
5.5
L'analyse des données de l'entrevue finale .............. .............. .................. .... ........ ..... 138
5.6
L'analyse des extraits de l' entrevue finale en lien avec l'atelier ........................ .. ..... 140
CONCLUSION ........ ..... .. ...... ... ....... ...... ............ .......... ... .. .................... .. ......... ..................... 146
APPENDICE A
FORMULAIRE DE DÉONTOLOGIE ................................... .... .... .. .... .. ........ ..................... 151
APPENDICEB
LETTRE DE CONSENTEMENT .......... .... ........................................... ........ .. .................. .. 154
APPENDICEC
REPERTOIRE DES CONNAISSANCES METACOGNITIVES EN LECTURE .......... .. .. 156
APPENDICED
CONSCIENCE MÉTACOGNITIVE DES STRATÉGIES DE LECTURE ........................ 160
~~
- --- ~------;----------------------
APPENDICE E
RÉPERTOIRE DES STRATÉGIES EN MÉTACOMPRÉHENSION .... ....... .. ......... .. ....... . 163
RÉFÉRENCES .... ... ...... .............. ... ... ... .... ............ .... .... .. ............ ........... .......... ..... ......... ... .. .. . 168
LISTE DES FIGURES
Figure
Page
2. 1 Relation entre les différents types de connaissances métacognitives et leurs variab les
(Paris et Winograd, 1983) .................................................. ........... .... ..... ... ......... ....... ...... 43
2. 2 Contrôle métacognitif du lecteur en situation de compréhension de lecture (Baker et
Brown, 1984) ................................................................... .. .. ........ ... ........................... ..... 44
3. 1
Répartition des différentes clientèles de l'adaptation sco laire au Cégep SaintJean-sur-Richelieu (A-2009) ..................... ......... .................... ... .. ......................... ........ 64
4. 1
Moyenne des résultats obtenus au pré-test selon la catégorie de stratégie ................. 106
4. 2
Moyenne des résultats obtenus au post-test selon la catégorie de stratégie ............... 107
LISTE DES TABLEAUX
Tableau
Page
3. 1
Exemples de questions posées au Répertoire des connaissances
métacognitives en lecture .... .... ......... ... .. .............. ............ ..... ... ...... ... ... ... .................. .. 67
3. 2
Tableau d' expérimentation de technique de l'approche R.A ...... ............................... 76
4. 1
Synthèse des entrevues initiales (Anamnèse) ..................... .. .. .. ...... .......... .. ................ 91
4. 2
Synthèse des entrevues initi ales (histoire personnelle de lecteur) ............................. 92
4. 3
Répertoire des connaissances métacognitives en lecture (Évaluation de la
lecture) .... .. ... ...... ... ... .................. .. ......... .... ... ..... .. ...... ..................................... ....... ... ..95
4. 4
Répertoire des connai ssances métacognit ives e n lecture (Planification de la
lecture) ..... ....................... .... ...... ... ... ... ... .... ........ .. ...... ......... ... ........ ... .... ... ....... .... ...... ..97
4. 5
Répetioire des connaissances métacognitives en lecture (Régu lation de la
lecture) ... ........................... ........... ...... ........ ............. .... ... ......... ... ...... ... .... ......... ...... ...99
4. 6
Répertoire des connaissances métacognitives en lecture (Connaissances
. conditionnelles) ............ ........................................ ~ .................... .... ............... ........... . 101
4. 7
Différences (en po ints) obtenues entre le pré-test et le post-test selon les
quatre volets du répertoire des connaissances métacognitives en lecture ................ ! 02
4. 8
Conscience métacogn itive des stratégies de lecture (Mokhtari et Reichard,
2002) ... ... ............ .. ........ ............................................................................................ ! 04
4. 9
Différences entre les rés ultats obtenu s a u pré-test et au post-test au
questionnaire ....... .......................................... ........................ .................................. 108
x
4. 10
Répertoire des stratég ies en métacom préhension (A VA NT la lecture) ...... ............. Il 0
4. 11
Répertoire des stratégi es en métacompréhension (PENDANT la lecture) ... ......... ... ll2
4. 12
Répertoire des stratég ies en métacompréhension (APRÈS la lecture) ....... ....... .. ..... 114
4. 13
Pourcentage des participants ayant choisi la réponse attendue au pré-test et
au post-test en 1ien avec la stratég ie prédire et vérifier ........................................ .. . 115
4. 14
Pourcentage des participa nts ayant cho isi la réponse attendue au pré-test et
au post-test en lien avec la stratég ie de prévision ....... ..... ... ...... ..... .. .... .. .. ...... ..... .... 117
4. 15
Pourcentage des participants ayant choi si la répon se attendue au pré-test et
au post-test en lien avec la stratégie avo ir une intention de lecture ......
...... 11 8
4. 16
Pourcentage des participa nts ayant choisi la répo nse attendue a u pré-test et
au post-test en lien avec la stratég ie se questionner .... .............. ..... ... ... ....... .. ......... .. l\9
4. 17
Pourcentage des participants ayant choi si la réponse atte ndue au pré- tes t et
au post-test en lien avec la stratég ie activer les connaissances antérieures ....... .... 120
4. 18
Pourcentage des participants ayant choisi la réponse attendue au pré-test et
au post-test en li en avec les stratég ies résumer et clarifier ... ................. ...... .. ........ .. 121
4. 19
Synthèse des réponses obtenues à l' entre vue tïnale ........... ... ... ..... ... ................. ...... l24
4. 20
Synthèse des réponses · obtenues en li en avec les dim ensions de l' approche
RA ......................... .... ............... ....... ............ ... ..... .. ........ .. ............ ..... .... .... ... .... ......... l29
S. 1
Tab leau synthèse des répon ses obtenues par les partic ip ants en li en avec
l'utilisation des stratégies de compréhension de lecture et le troubl e
d' apprentissage ........ ...... ... ,.............. ... .... ..... ... ..... .. .......... ..... ..... ....... .... ..... ............... 144
LISTE DES ABRÉVIATIONS, DES SIGLES ET DES ACRONYMES
AQEIPS
Associa ti on québéco ise des étudi ants ayant des in capacités au postsecondaire
AQICEBS
Associ a ti on québécoise inter-uni versita ire des co nse ill ers a ux étudi ants ayant
des beso in s spéciaux
ACCC
Associati on canadi enn e des coll èges co mmun autaires
AQPC
Associati on québéco ise de la pédagog ie co ll égiale
CEGEP
Co ll ège d 'enseigneme nt général et profess ionnel
CSN
Confédérati on des sy ndi cats nati o na ux
DGEC
Directi on gé nérales é lecti ons Canada
EHDAA
Élève handi capé ou en di ffi culté d ' adaptati on ou d' apprenti ssage
FEESP
Fédératio n des empl oyés et empl oyées des services publics
FSE
Fédération des sy ndicats de l' enseignement
IRA
Index of Reading Awareness
MARSI
Metacognitive Awareness of Reading S trategies lnventory
MSI
Metacognitive Strategy Index
MELS
Mini stè re de 1' Éducati on, du Loisir et du Sport
MEQ
Mini stère de l'Éd ucation du Q uébec
OPHQ
Offi ce des personnes handi capées du Q uébec
Xli
RHDSC
Ressources humaines et Déve loppement Social Canada
RA
Reading Apprenticeship
SA IDE
Service d ' aide à l' intégrati on des étudi ants
SIM
Strategie Instruction Mode!
TA
Troub le d ' apprenti ssage
TAAC
Troub le d 'apprenti ssage-Associati o n ca nadi enne
TDAH
T ro ubl e déficitaire de l' attenti on avec ou sa ns hyperactivité
RÉSUMÉ
Cette étude porte sur 1' enseignement de stratégies co mpensato ires en lecture comme mes ure
de so uti en spécifique chez les étudi ants dys lex iques et o u aya nt un troubl e défi c ita ire de
l'attenti on avec ou sans hyperactiv ité de ni vea u co ll égial. No us avo ns entrepri s cette
recherche avec l' obj ectif que les étud ia nts au co ll ég ia l, plus préc isément les étudi ants
présentant un trouble d 'apprenti ssage, pui sse nt déve lopper des stratégies co mpensato ires en
lecture, avec le soutien d ' un spéc ia liste, notamm ent le conse ill er en adaptati on sco laire . Po ur
ce faire, nous avo ns mis en place un atelier de lecture axé sur le modè le soc io-co nstructi viste
et inspiré de l'approche Reading Apprenticeship. Le conseill er en adaptation sco laire a
travaill é individue ll ement auprès de c inq étudi ants, à ra ison de deux péri odes de 45 minutes
par semaine durant cinq semaines, so it l'équi va lent du tiers d ' une sess ion complète au ni vea u
coll ég ia l. Les rés ultats montrent qu e les participants de notre étude ont déve loppé des
stratég ies cogniti ves et métacog niti ves à la s ui te de l' ate lier ins piré de l'approche R.A . Les
stratég ies s'étant le plus déve loppées sont les stratég ies de lecture g lobales co mprenant les
stratégies de prédi ction, de prévis ion, de pl ani fica tion, d ' intenti on de lecture, de
questionnement et d 'acti vatio n des conna issa nces antéri eures . Dans un deux ième temps, nos
rés ultats 'm ontrent qu e l'ense ignement de stratég ies compensatoires en compréhension de
lecture entraî ne des effets pos itifs s ur la ré uss ite de certa ins co urs de formati on gé néra le et
permet aux étudiants aya nt des troubl es d'apprentissage d 'a border la lecture de faço n plu s
positive .
Mots clés: éducati o n, stratég ies de lecture, tro ubles d 'apprenti ssage, j eune adulte, co ll ég ia l.
INTRODUCTION
La création des collèges publics en 1967 a permi s à un e proportion importante de
Québécoises et Québécoi s d' accéder à peu de frais à une fo rm ati on postsecondaire. Depui s
son impl antation , le résea u collégial , unique au Québec, a accueilli des milli ers d'étudiants
dés ireux d' obtenir une formation générale ou technique menant aux études universitaires ou
directement au marché du travai1. Ces form ations durent généralement deux ans pour la
formation générale pré-universitaire et troi s ans pour la formation teclmique. En 2004, dans le
document de consultation du Forum sur L'avenir de L'enseignement c;ollégial, le Mini stère
soul ève plusieurs problèmes li és au chem inement des élèves et s' interroge sur les retards et
les errances dans les parcours qui, peut-être, seraient li és à « des obstacles ou des défi s qui
conviennent très inéga lement à l' ensemb le des étudi antes et des étudi ants» (MEQ, 2004,
p. 2 1). Les réponses à ces probl èmes pe uvent être de di ve rs ordres : pédagogie, ori entation
sco laire, gouvernance, restructuration et pl us particuli èrement, difficultés d' apprenti ssage.
En effet, depuis quelques années, les chercheurs en éducation ainsi que les ense ignants et les
admini strateurs des établissements de nivea u co ll ég ial relèvent qu ' il y a de plus en plus
d'étudi ants ayant des troubles d' apprenti ssage qui s' in sc rivent dans des programm es d'études
postsecondaires (AQICEBS, 2007). De nom breux facteurs so nt à l' ori gin e de cette
augmentation, notamment le dép istage en bas âge des enfants ayant des di ffic ultés
d'apprenti ssage; les retombées sc ientifiques qui traitent de l' origine et des conséquences
sco laires des différents troub les d' apprentissage et de compo rtement; le raffinement des
éva luations diagnostiques de ces troubles; l' augmentation des serv ices d ' intervention auprès
de cette clientèle au ni veau primaire et seco ndaire; et, les lég islations go uvernementales
visant à protéger ces perso nnes de la di scrimin ation et à leur offrir un support fin ancier pour
obtenir des services .
2
Depui s le début des années 2000 , 1'associ ati on québécoi se inter-universitaire des conseillers
aux étudi ants aya nt des besoins spéci aux, l' AQI CEBS , produit des rapports statistiques pour
le public visant à faire connaître la prop01tion d 'étudi ants universitaires ayant des tro ubl es
d 'apprenti ssage par rapport à l'ensembl e d es étudi ants ayant des beso in s patii culie rs. Ces
stati stiques de 1' AQI CE BS montre nt un e augme ntati on des étudi ants ayant des beso in s
particuli ers tant dans les établi ssements d 'ense ignement ti·ancoph ones qu ' ang loph ones
(AQICEBS , 2007).
Au nivea u coll égial , il est plu s diffi c ile de connaître l'évo luti on des in scripti ons puisque ce
n' est que de pui s l'année 2006-200 7 que les cégeps déc lare nt au mini stère de l' Éducation , du
Loi sir et du Spoti (MELS) le nombre d'é lèves aya nt un troubl e d 'a pprenti ssage, et ce, so us
forme de plan s de se rvices adaptés. Par co ntre, se lon les données fourni es au MELS par les
cégeps dés ig nés, Sainte-Foy et Vie ux- Montréa l, en foncti on des pl ans d ' interve nti on réa li sés
dans ch acun des établi sse ments de leur territo ire res pecti f et par le Coll ège Dawso n pour sa
cli entè le en 2000, 303 étudi ants aya nt un ha nd icap et 136 aya nt des troubl es d ' apprenti ssage
ou des problèmes de sa nté menta le ont fo rmul é un e dema nde à leur co ll ège po ur obtenir des
services. En 2007, 778 étudiants ayant un handi cap et 764 étudi ants ayant des troubl es
d ' apprenti ssage ou des problèmes de santé mentale ont fa it de même (Con se il supéri eur de
l'éducation, 2010). Il s'agit d ' une a ug mentati on de presque 40 % de la cli entèle ayant des
tro ubl es d ' apprenti ssage en seul e ment un e année, et ce, uniquement pour les -cégeps de
l' Ouest de la province.
Depui s quelques années déj à, ma is plus que j ama is à partir de ma intenant, cette situ ati o n
metta it en évidence la nécess ité po ur les cégeps et les uni ve rsités qu ébéco ises de mettre en
pl ace des servi ces adaptés afin de combl er les beso ins de ce_tte c li entè le éme rgente . Plusieurs
mesures d'aide ont été impl antées afi n de pa lli er les di ffi cultés des étudiants aya nt un trouble
d 'apprenti ssage . Ces mesures, qui seront présentées dans les prochaines pages, montrent une
certa ine efficacité, mais présente nt a ussi des lac unes, notamment par leur manque de
spéc ific ité pour une c li entè le de niveau co llégia l ayant un tro uble d'apprentissage.
3
Le présent travail de recherche portera principalement s ur la pertinence d ' un dispositif d ' aide
s pécifique aux étudiants ayant un trouble d ' app rentissage, plus précisément au plan de la
compréhension de lecture. Dans un premier temps sero nt présentés de faço n pl us approfond ie
la natu re spéc ifique du problème et surtout, le contexte dans leq uel se déroulera la recherche.
Par la suite, une recension des écrits portant s ur le suj et sera présentée dans le but de mi eux
connaître les recherches sur lesqu e ll es s' app ui e le présent proj et de recherche . La
méthod o log ie sera présentée dans un tro is iè me temps suivi e des rés ultats de notre
intervention ainsi que de l'analyse et de l'in te rprétation des résultats . Enfi n, nous conc lurons
en présentant les principales retombées de l'étude, ses limi tes et les pros pectives de l.a
recherche.
CHAPITRE 1
PROBLÉMATIQUE
Depui s déj~ quelques années, aux États-Unis, au Canada , en Grande~Bretagne et dans
d' autres pays, les chercheurs en éducation ainsi que les enseign ants et les ad mini strate urs des
établissements de nivea ux collégial et universitaire relèvent qu ' il y a de plus en plus
d 'étudiants ayant des troubles d ' apprentiss age et qui présentent des difficultés au plan de la
compréhension de lecture qui s' inscrivent à des programmes d ' études postseco nda ires (Dubé
et Sénécal, 2009).
La clientè le ayant des troubles d ' apprenti ssage étant nouvelle au co ll égia l, celle-ci susc ite
beaucoup de réactions de la part du mili e u sco laire puisqu ' elle entraîne la nécessité de mettre
en place des mesures adaptatives jusque- là peu con nues, voire méconnues du milieu
postsecondaire . Bien qu ' utiles, ces mes ures d 'aide aux étudiants ayant des troubles
d ' apprentissage génèrent certaines critiques de la part du mili eu co ll égial. Plusieurs
enseignants et intervenants se demandent s i les mesures d ' aide sont véritab lement adaptées à
la c li entè le et si elles fournissent de 1' aide sporadiquement ou à long terme à 1' étudiant qui
dés ire entrer à l' université ou s ur le marché du travail.
Pui squ ' il est difficile de répondre à ces qu estions et parce qu ' elles demandent réflexion, le
présent chapitre s'y intéressera. Dans les pages qui suivent sera présenté le mili eu dans lequel
aura li eu la recherche, so it Je réseau collégial. Par la s uite, nous présenterons un hi storique
portant sur l' intégration des perso nnes hand icapées de la création des cégeps jusqu'à
aujo urd ' hui. Le chapitre se terminera par la présentation de notre c li entèle, les étud iants ayant
un troub le d 'apprentissage, et abordera auss i leurs importantes difficu ltés au plan de la
5
lecture, plus spécifique ment en compréhen sion de lecture. Par la suite, no us conclurons par la
question générale de recherche que so ulè ve cette probl ématique ..
1.1
Un bref portrait du milieu collégial d'hier à aujourd 'hui
Avant d ' aborder la probl ématique, un bref hi storique du mili eu coll égia l s'a vère impo11ant
pour mieux comprendre le contexte dans lequel se situe notre démarche . Relater bri ève ment
les fa its hi storiques concernant la création et le déve loppement des cégeps est un exercice
essenti e l à la compréhension du lecteur. Para llè lement à cette présentati on, 1' impl antatio n des
servi ces aux é lèves ayant des beso ins parti culiers, entre 1967 et auj o urd ' hui , sera abord ée.
Un Co ll ège d'Enseig nement Généra l et Profess ionne l (CEGE P) est un établi sse ment
d'ense ig neme nt coll égia l, unique a u Québec, où est offerte une fo rm ati on technique et préuniv ersitaire. Au Québec, le C égep constitue le niveau entre le co urs secondaire et l'univers ité .
La création des cégeps a pu se fa ire grâce à l'ado pti on du proj et de loi 2 1 dé posé en premi ère
lecture par le gouvem ement unioniste de Danie l Johnson et ce, le 27 j anvier 1967 (Jubinv ille,
. 2005). Il reçoit a lors l'appui unanime des députés présents à l'Assembl ée lég is lati ve. Ce proj et
de lo i a été conçu à la suite du Ra pport Parent, critiquant entre autres l'accès diffi c il e,
di scriminatoire et onéreux aux études supérie ures et le bas niveau de sco larité des Québéco is
(FEESP-CSN , 2004).
L'ou ve rture des premi ers Cégeps a eu lieu le 18 septembre 1967. En tout, dou ze
établi ssements de ce genre ouvriront leurs po rtes, do nt c inq à Montréal. Entre 1967 et 1970,
le nombre d'étudiants po ursui vant des études co ll ég ia les au Q uébec passe ra de 18 541 à
70 385 (Linteau, Durocher, Robert et Ri card, 1986). Les cégeps sont des établi ssements
soumi s à la Lo i s ur les co ll èges d'ense ignement généra l et profess ionn el a insi qu'a u règle me nt
sur le régime des études co ll égiales, qui vi sent tous les co ll èges publics du Québec et/o u to us
les établissements pou vant émettre un dipl ôme d'études co ll ég ia les (DEC) ou une attes tati o n
d'études co llég ia les. A insi , à cette époq ue, la créat ion des cégeps a été réalisée dans le but
d'harmoni ser le système d 'éducation au Québec et de créer un système d'éducation éq uitable
6
et diversifi é pour tous en rempl acement parti el du Cours class ique dans les co ll èges privés
menant vers des profess ions libéra les. La création d' un cégep permet, dans un e même région,
de joindre les différentes écoles déjà présentes en un seul étab li ssement. Les cégeps so nt
implantés sur l' ensemble du territoire où il s jouent un rôl e essenti el au pl an du
développement social, économique, cu lturel et démocratique du Québec. Il s ont permi s, au fil
des ans, à plus d' un million de Québéco ises et de Québéco is d'obtenir un dipl ôme d' études
collégiales.
Deux types de programmes menant au DEC sont offe rts dans les cégeps. Les programmes
pré-universitaires sont d'une durée de deux ans (quatre sess ions) et mènent à l'université; les
programmes techniques durent troi s ans (six sess ions) et mènent au marché du trava il et à
certains programmes universitaires. Quelques programmes de form ation continue sont auss i
offerts. En cou rs d'études, l'étudiant de niveau collégial se voit attribuer une cote R, calculée
à pm1ir de son rendement comparé à celui des autres étudiants de ses classes , qui déterminera
sa capacité à accéder à certains programmes universitaires. Une coteR moye nne, qui permet
d'accéder à la plupart des programmes, est de l'o rdre de 25 .
1.2
L'intégration des étudiants handicapés au niveau collégial
Au tout début de sa création en 1967, le réseau co ll égia l n'offre pas de services aux
personnes handicapées en rai son du peu de connaissances sur le sujet (Regroupement de
fondations co ll égiales de Montréa l, 201 0). À cette époque, les services des tinés aux
personnes handicapées étaient très peu développés, tant à l'extérieur du milieu sco la ire qu ' au
se in même de celui-ci . Pendant de nombreu ses années, on plaça les personnes handicapées en
institution. En 1976, le ministre des Affaires sociales de l'époqu e dépose le tout premi er
projet de loi concernant la protection des personnes handicapées. Il faut attendre près de di x
ans à la suite de la création de 1' office des personn es handicapées (O PHQ) en 1978 pour
mettre en place des mesures d' intégration. Cette année-l à marque l'adoption à
l ' unanimit~
par
l'Assemblée nationale de la Loi assurant l' exercice des droits des personnes handicapées. La
loi assurant l'exercice des droits des personnes hand icapées en vue de leur intégration
7
scol aire, profess ionne ll e et sociale définit la perso nne handicapée comme « toute perso nn e
ayant un déficience entraî nant une incapac ité signifi cative et persistante et qui est suj ette à
rencontrer des obstacles dans l' accompli ssement d 'activités courante» 1 • Cette loi obl ige les
fourni sseurs de serv ices publics et les établi ssements sco laires à se res pon sabili ser face à
cette cli entèle. La m iss ion de I' OPHQ à l'époque vise un changement soc ial dans l' exerc ice
du droit à l' égalité et l' intégration pleine et enti ère des personnes handicapées au se in de la
soc iété.
Par la suite, les Nations Unies déclarent 198 1 comm e étant L' Année internationale des
personnes handicapées (Le courrier d e l' Unesco, 198 1). Au même moment, la province de
Québec tient le Sommet de la person ne handi capée a uquel partic ipe la Fédératio n des cégeps.
Cette rencontre permet d ' élaborer les ass ises du fonctionnement des services scola ires
postseco ndaires. À partir de ce moment, les res ponsab ilités d ' accue il et d ' intégration des
personnes handicapées au collégial s' inscrivent au cœur des préoccupation s du mini stère de
l'Éducation . Dès lors, les· co ll èges doiv ent permettre l'accès aux études à toute personne qui
en a la vo lonté et l' aptitude.
1.3
L'engagement des cégeps désignés dans l'intégration des étudiants handicapés
Pour accuei llir et favoriser l'access ibili té aux études supérieures d' étud iants aya nt une
limitation fonctionnelle , la Direction de l'enseignement co ll ég ial du mini stère de l'Éd ucation
mandate les cégeps de Sa inte-Foy et du V ieux-Montréal (Be llemare, 20 10). En 1982 , les
services d'aide de ces deu x gran ds centres desservent les é lèves ayant un e déficience auditive
ou visuelle. Ensemble, ils mettent en place des services de production de textes en braille et
procèdent à l'embauche d ' accompagnateurs ou de tuteurs pour ven ir en aide à cette cli entèle.
Les parents d 'étudiants handi capés prennent con na issance des serv ices offerts et demandent
1
QUÉBEC. Lois ass urant l'exercice des dro its des personnes handicapées en vue de leur intégrati on
scolaire, professionnell e et sociale : LRQ, chapitre E-20. 1, à jour le 15 décembre 2008, «Définitions,
objets et orientations, Interprétation : l.G», Québec, Éditeur offi ciel du Québec.
8
que soient mi s en pl ace des services équi va lents pour les é lè ves atteints de défi cience motri ce.
Rapidement, les responsables organisent et offrent des services aux étud iants ayant un e
incapacité motrice. L'approche se vo ulant restri cti ve et centra li sée, les élèves q ui dés irent
bénéfici er de ces services do ivent s' in sc rire da ns 1' un des de ux cégeps mand atés. A u début,
les demandes sont tra itées à la pi èce dans le but de fa ire un e ad mi ss ion respectue use et
réali ste en tenant compte des besoin s de chac un des é lèves aya nt un handi cap.
A u mili eu des années 1980, on éva lue le système d 'ad mi ss ions avec la parti c ipati on des
usagers et des organi smes
représent ~nt
les perso nnes handi capées afin de préparer un proj et
de po li tique qui sera déposé par la Dire cti on Générale de l' enseignement au co ll ég ial ( DGEC)
au ministre de l'Éducati on au début de l'année 1987. Les ori entati ons et les mes ures mi ses de
l'a vant da ns ce proj et servent depui s de cad re de référence po ur la gestion du doss ier au
ni veau co ll égial. À ce moment, les ori e ntati ons pro posées so nt les sui vantes :
Access ibilité uni versell e des programm es d 'études;
Orga ni sati on des services palli a ti fs à partir d' un plan d' intervention ;
Régionali sati on des pratiques d 'accueil et d' intégrati on ;
Reconnaissance des beso in s de so uti en au réseau et de dé ve loppement de l'ex perti se.
Suite au dépôt du proj et, le Cégep du Vie ux- Mo ntréal et le Cégep de Sainte-Foy obt iem1ent le
titre de cégep dés ig né et fo nt bénéfi c ier l'ensemble des cégeps de l'Ouest du Q uébec, tant
francophones qu'ang lo phones, de l'ex perti se déve loppée à trave rs un réseau de réponda nts
loca ux qui, dans chaque co ll ège, ass um ent cette fo ncti on d'aide (M ELS, 20 10). Le Cégep
Sainte- Foy ass um e la tâche de coo rdonner les cégeps de la région de l'Est d u Québec, tandi s
que le Cégep du Vi eux- Montréa l trava ill e a uprès des cégeps de la régio n de l' Ouest. Chaque
cégep qui acc ue ill e cette cli entè le pa rti culi ère dispose d' un répondant loca l qui ve ill e à
l'accue il et l' intégration de cette cli entèle a lors qu e les respo nsabl es d u cégep dés ig né leur
ass ure nt conse il et so uti en. Durant les 15 années qui su ivront, les réponda nts nommés dans
chaque cégep ne seront pas des spéc ia li stes en éducation ma is bi en des employés d u cégep
q ui fo nt cette tâche en compl ément de ce ll e po ur laq ue ll e il s so nt mandatés. Le besoi n
d'uniformisation des responsabilités et des tâches se fait dès lors sentir.
9
En 1992, le programme Accueil et intégration des personnes handicapées au collégial est
pub lié (MELS, 20 10). Ce docum ent précise entre autres le rôle de coord inati on des cégeps
désignés. L' une des orientati ons rappell e la fonction essentiell e du pl an d' intervention qui
sert à bien définir les besoins des étudi ants et les services requi s.
En aoüt 1993 , un rappo rt d' enquête 2 sur les rôles et tâches des responsables locaux des
services aux p ersonnes handicapées dans les cégeps publics réali sé par le Service des affaires
étud iantes du Mini stère, fait ressortir les difficu ltés rencontrées par les répond ants locau x
dans l' exercice de leurs fon cti ons. La surcharge de trava il, le manque de temps pour répondre
adéquatement aux demandes des étudi ants hand icapés et le manque de fo rmati on et
d' information sur les différents handicaps sont ex primés par les répondants locaux. Le
manque de spécialisation dans le domaine amène les répondants locaux à demander un
mandat plus clair et des services d' assistance plus comp lets. Il faut rappeler qu ' à cette époque,
les répondants ne travaill ent pas dans le domaine de 1'éducation spéc iali sée.
Depuis le début des ann ées 2000 , force est de co nstater qu e la clientèle d' élèves ayant des
besoins particul iers, de même que les services qui leur sont offerts sont plus diversifi és que
jamais. Tous les répondants locaux, appuyés par les cégeps dés ignés offrent maintenant des
servi ces aux étudi ants ayant des troub les vi suels, auditifs , neurolog iq ues, organiques et
moteurs. Au même mom ent, un e clientèle en émergence fait so n apparition: celle des
étudiants ayant un tro uble d' apprenti ssage, un troubl e déficitaire de l' attention ou un trouble
de santé mentale.
2
Fédération des Cégeps (2005). Intégration des étud iants handicapés : synthèse des recommandatio ns
des rap ports el études pour fin s de présentation aux membres du so us-co mité du fin ancement
parti culier de certaines popul ations étudiantes .
10
1.4
Des besoins particu liers et des prob lèmes sco laires qui augmentent
La mi se en pl ace de législati ons sur les dro its de la perso nn e et sur les dro its des perso nnes en
s ituati on de handi cap c ontribue à une plus grande access ibilité aux études et a in si, on constate
que le nombre d'étudi a nts ayant des beso in s particuli ers au postseco nda ire aug mente (M ELS,
201 0). En Amérique du Nord, entre 5 et Il % des étud iants de nivea u postsecondaire ont un
ou plusieurs handicaps (Bourassa et To usig nant, 2009) . Une étude pancanadi enne po rta nt sur
les étudi ants co llégiaux de première année réa li sée en 2007 par l' Assoc iati on des co llèges
communautaires du
Canada (ACCC) de concert avec les Resso urces humaines et
Déve loppeme nt soc ial Canada (RHDSC) rapporte que, parmi les étudi ants ayant un handi cap,
un trouble d ' apprenti ssage o u un probl ème grave de santé mentale qu esti onnés, 6 1%
déclaraient que le handi cap en questi on éta it un troubl e d'a pprenti ssage.
Malgré l'engagement des cégeps da ns un e réfl ex ion portant sur les mes ures d ' a ide à offrir
aux étudi ants ayant des beso in s particuli ers, les chercheurs co nstatent que les mes ures
adaptées so nt insuffi santes . Dans un ra pport de recherche dé posé en 2009 int itul é
L'intégration au Cégep del 'Outaouais, une responsab ilité collective, Bourassa et Tous ignant
ont so ulig né que parmi les mes ures reco mm andées po ur les étudi ants ayant un handi cap, le
Hanover Research Council (200 8) indique qu e les ét abli ssements postseco nd aires doivent
leur offrir un appui dans l'utili sation des services à leur di sposition. Les auteurs de ce rap port
insistent en particuli er sur l' imp011ance po ur ces étudi a nts de conn aître et de se pré va loi r des
services d' ass istance a ux co urs (interprétati on, tra nsc ripti on, impressio n des documents en
grand fo rmat, en Braille, en format a ud io, prise de notes, access ibilité aux notes de co urs,
lectu re ass istée), des services de soutien à l' util isation efficace des outil s in for matiques et,
enfin, des services d'ass istance en gestion des hora ires de cours et des examens. On souligne
qu 'à cette fin , il fa ut consacrer en services d'a ppui , en moyenne, une ressource
profess ionnelle par tranche de 3 000 étudi ants.
Cette situation est constatée dans plus ieurs cégeps, notam ment au Cégep Sai nt-Jean-surRichelieu depui s l' automne 2007 . Depui s déjà quelques années, de ux professionnels se
partagent la tâche de répondant, en plus des fonctions initiales que le cégep leur a attribuées.
11
Ainsi, un membre de l'aide fin anc ière souti ent les é lèves ayant un hand icap tandi s qu ' un e
a ide pédagog ique du Service de co ns ultati on donne des services aux élèves ayant un troubl e
d 'apprenti ssage ou un pro blème grave de santé mentale. N'étant pas spécia li sés dans ce
domaine, ne pouvant offrir un so uti en pédagogique adéqu at aux enseignants et s urtout, la
clientèle prenant de l'ampl e ur, la directi on du Cégep de Saint-Jean-sur-Ri cheli eu décide de
réfl échir à la création d ' un nouveau poste profess ionnel3 . À l' hi ve r 2007, à la suite d ' un e
ana lyse des beso in s effectuée par des membres du personnel administratif, des enseignants e t
des professionnels, le Cégep crée le premi er poste du Serv ice d ' adaptation sco la ire, so it ce lui
de conseill ère en adaptation sco laire . L' orthopédagog ue qui occupe cet emplo i entre en
fonction au Cégep Saint-Jean- sur-Riche lieu à l' automne 2008 .
1.5
La création de répondants plus s pécialisés
Il est important de spéc ifier ic i que ce ne sont pas to us les cégeps qui ont adh éré à 1' idée d e
développer un service d ' aide à l' intégration des étudi ants avec un personnel professionnel
plus spéc ia li sé. Par contre, il faut note r qu e, depui s le début des années 2000 , de plus en plus
de profess ionn els sont engagés pour ce travail. A ins i, il est de mo ins en moin s rare d e
constater que ce service est offert par des psychologues , des psycho-éducate urs, des
orthopédagogues ou des trava ill eurs sociaux. Par exempl e, le Service d 'adaptati on sco laire a u
Cégep Saint-Jean-sur-Riche li e u est co mposé d ' une conse ill ère en adaptati on sco la ire à te mps
plein. Le fo nctionnement du Service se fa it en étro ite co ll aboratio n avec le Service de
consultati on qui est composé de con se ill ers en a ide pédagog ique, de conse ill ers en ori entatio n
et de conseill ers en inform ation sco laire. Une fo is qu ' un étud iant est acce pté da ns un
programme d'études co ll ég iales et qu 'il a beso in de services adaptés, so n dossier est transmi s
à la conseillère en adaptati on sco laire. Ce ll e-ci est la personne-ressource qui guidera
l'étudiant afin qu'i l bénéfi c ie de to us les serv ices nécessaires à la réuss ite de ses études. Lo rs
de la première rencontre et au début de chaque année, la co nse ill ère et l'étudi ant établi ssent
ensembl e un pl an de serv ices adaptés. Ce pl an ti ent co mpte des beso ins parti culi ers de
3
Ces données nous ont été fourni es par la Direction des études du Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu.
12
l'étudiant et préc ise tous les services dont il aura besoin en fonction des co urs propres à son
programme. Généralement, les serv ices di spensés sont les mêmes que ceux octro yés au
secondaire. Par la suite, une lettre d' informati on est rédigée pour les ense ignants de l' étudiant,
précisant les mes ures d 'aide auxquelles il a droit. Chaque enseignant, et ce pour chaque
étudi ant, reçoit la lettre d ' information en début de sess ion . Ce fonctionnement permet aux
enseignants de prendre connaissance des mes ures nécessaires à la réuss ite de l' élève et ain si
de s' ajuster dès le début de la session.
1.6
Les multiples défis de l'adaptation scolaire au niveau collégial
Le trava il du co nse ill er en adaptation sco laire au co ll égia l est vaste pui squ ' il vi se l' ensembl e
des élèves ayant des beso in s particuli ers. Puisqu ' il s' agit d'un corps d'emploi relativement
nouveau, il n'existe pas une descripti on de tâche unique. Ainsi , chaque co ll ège se réserve le
droit de modifi er les tâches du conseiller en adaptat ion sco laire en fonction des besoins dan s
l'établissement et surtout, de la clientèle cib lée. Généralement, le consei ller en adaptation
scolaire ass iste l'étudi ant dans l'utili sati on de ses resso urces perso nnell es pour faire face à une
situation problématique. Il administre au besoi n des tests psychométriques ou psycholog iques.
En collaboration avec les autres intervenants concernés, il développe et anime des activités
favorisant le cheminement person ne l et sco laire de l'étudi ant. Il ass iste et co nseill e les
équipes d'ense ignants dans leurs interventi ons pédagogiques auprès des é lèves. Il travaille en
étroite co ll aboration avec les profess ionne ls des se rvices a ux étudi ants et des serv ices
pédagogiques. Il apprend aux étudi a nts, en groupe ou individuell ement, à utiliser des
stratégies de lecture, d'écriture, de raisonnement et d'autocorrection . Il étab lit des plans de
stratég ies d'études adaptés a ux beso ins des élèves. Il conse ill e sur l'ac hat d'équipement et de
matériel didactique, a ins i que s ur l'amé nagement des locaux. Il est à jour dans le domaine des
recherches , des changements et des innovations dans le domaine du so uti en à l'apprentissage
au niveau coll égial. Il élabore et donne des atel iers de formation aux ense ignants su r les
13
stratégies pédagogiques à déve lopper a uprès d'étudi ants rencontrant des défi s d'apprenti ssage,
ciblant davantage la cli entè le spécifiq ue, cell e des élèves ayant des troubles d ' apprentissage 4
1.7
L'émergence d'une nouvelle clientèle
Dans les un iversités francophones, le pource ntage des étudiants ayant un tro uble
d'apprenti ssage par rapport à l' ensembl e des étud iants ayant des beso ins pa1t ic uli ers est passé
de 13% en 2006 à 17% en 2009 . Ces pource ntages représentent, en nombre, 137 étudi ants en
2006 et 354 en 2009. Dans les uni versités angloph ones (McG ill , Concordia et Bishop) le
po urce ntage est beauco up plus élevé : 29 ,16% en 2000 et 45 % en 2002 po ur se stabili ser à
24 % en 2009 (AQICEBS , 2009).
Au ni veau co llégial, c'est à partir de l'automne 2000 , à titre expérimental, que des services
sont fin ancés pour la premi ère fo is pa r le min istère de l' Éd ucation du Q ué bec (MEQ) pour
des étudi ants ayant des tro ubl es spécifi ques d'apprentissage tels que la dys lex ie, la
dysorthogra phie ou le trouble défi citai re de l' attention avec ou sans hyperacti vité (TDA/ H)
(MELS, 201 0) . Cependant, ce n' est q u'à l'a utomne 2006 q ue le mi nistère donne suite à la
demande de reconnaissance des besoins de coordination locale des services en introduisant
une pre mière mes ure limitée de so ut ien fi nancier con senti aux cégeps à cette ti n. À cette
même
sess ion,
le
mini stère
déc ide
également
d' enri chir
le
bu dget
co nsenti
à
l' expérimentati on de services pour les étudiants ayant des tro ubl es d ' appre nti ssage.
L' initi ative est éga lement étendue aux étudi ants vivant avec un trouble de santé mentale.
Dans un cas comme dans l' autre, ni le ministère ni l' Aide fi nanc ière aux études n' ont fo urni à
ce j o ur d' indications quant à une reconnaissance pl eine et enti ère de ces incapacités, malgré
le fait qu e le troubl e d'apprenti ssage, contrairement aux di ffic ul tés d'apprenti ssage, est un
handicap reconnu socialement par la Loi sw- les droits de la persmme (T AAC, 2005).
4
La description des tâches est fournie par le Service des ressources hum aines du Cégep Saint-Jean- ·
sur-Richelieu.
l_
---------·- -
- - - - · - - - - - - -- -- -- --
-
14
1.8
Les difficultés et les troubles d'apprentissage :distinction
Une distinction importante est faite entre l'étud iant ayant des di ffic ultés d'apprentissage et
celui aya nt un trouble d'apprenti ssage. Se lon l 'Association des troubles d 'apprentissage du
Canada (TAAC) (2005) , les diffi cultés d'apprentissage dés ignent un e détério ration des
performances sco laires qui est généralement tem poraire. Des situations très diverses peuvent
engendrer des di ffic ultés d'apprentissage : on parle par exempl e des di ffic ultés plu s
impottantes des garçons, des diffi cultés des étudiants en mil ieu défavo ri sé, d ' un manque
d' intérêt pour la matière, d' un deuil, d ' un divo rce, d' une mauvaise orientation sco laire sans
qu'il s'agisse d'un tro uble. Par co nséquent, les d iffi c ultés d'apprentissages de mandent des
mesures inst itutionnell es di ffére ntes et ne relèvent pas d'un diagnostic psycho log ique. En
contrepartie, un troubl e d'apprenti ssage déco ul e de facte urs généti ques o u neurob io log iq ues
ou d'un domm age cérébral, permanents et pers istants dans le temps, malg ré les effott s de
rééducation (TAAC, 2005). Le trouble d' ap prentissage affecte le fo nctionnement du cervea u,
modi fia nt ain si un o u plusieurs process us reli és à l'apprentissage (fonctio ns cogni tives). Les
chercheurs ont démontré qu ' il n' est pas attri buable à des probl èmes d'a uditio n ou de vis ion, à
des facte urs socio-économiques, à des diffé rences c ul ture ll es ou linguistiques, à un manq ue
de motivation o u à un enseignement inadéq uat. Le tro ub le d' apprentissage n'est pas en lien
avec un retard mental : to ute personn e, q uel que so it son ni veau d'inte lligence, peut être
affecté par un troub le d'apprenti ssage (T AAC, 2005).
Bien que plus ieurs chercheurs insistent et considèrent avant to ut le T DA/ H comme un fac teur
de risque d' entraîner un trouble de comportement, les tro ubles d'apprentissage, incl uant le
TDA/H, affectent aussi le rendement sco laire des étudiants du primaire et du secondaire.
Comme no us l' avo ns mentionné plus haut, ces tro ubles demeurent présents tout a u long de sa
vie chez la personne ayant reç u un diagnostic. Nous verrons co mment ces tro ubl es
d' apprenti ssage affectent le rendement des jeunes adultes de nivea u postsecondaire (Vincent,
2008).
-
- --
- - - --
15
1.9
Les troubles d'apprentissage et le TDAH chez le jeune adulte
Dans un article publié à l'automne 2009 dans la Revue Pédagogie collégiale de l'Association
québécoise de p édagogie collégiale (AQPC), Dubé et Sénécal ont effectué une recension des
écrits portant sur les troubl es d' apprenti ssage au postsecondaire. Ell es citent que le concept
de troubles d 'apprentissage n' a pas été utili sé ava nt les années 1960. Cependant, certains
travaux effectués par des chercheurs en neurologie ont trouvé les premi ères traces de ce que
nous regroupons maintenant sous le concept de trouble d'apprentissage au 19e siècl e.
Par exempl e, la premi ère descripti on de la dys lex ie a été pub! iée en 1896 dans le British
Medical Journal. De plus, en 191 7, un chercheur du nom de Hinshelwood créa le nom de
ward blindness (cécité des mots), pour parler de ce trouble d' apprenti ssage. Ses trava ux ont
proposé un programme d'éducati on pour remédi er aux troubl es spéc ifiques en lec ture. Aux
États-Unis, dans la premi ère moiti é du 20e sièc le, des recherches ont éga lement été réalisées
sur les dommages cérébraux des vétérans de la Premi ère Guerre Mondi ale, ell es ont démontré
que ces anciens combattants présentai ent des sy mptômes d' hyperactivité et étaient facilement
distraits et incapables de lire et d' écrire. Outre ces recherch es, c' est à Samuel Kirk (1 963), un
chercheur de l 'Institute fur Research on Exceptional Ch ildren de 1' Université de 1' Illinois,
que l' on doit le concept de troubles d'apprentissage qui est assoc ié aux enfants qui ont de la
difficulté à l'école, mais qui ne présentent P.as les critères d' une défi cience mentale, de
probl èmes émotionnels et de difficultés dues à l' ori gine ethnique ou culturell e.
Depuis 1973, le Congrès américain a adopté plusieurs lois (th e Rehabilitation Act of 1973,
the Americans with Disabilities of 1990, th e Assistive Technology Act of 1998 et the
Individua ls with Disabilities Education Improvement Act of 2004) qui visent, par une liste de
droits et de responsabilités, à protéger de la di scrimin ati on les enfa nts et les adultes ayant des
troubles d' apprentissage. En classe, le résultat de ces lois a permi s aux élèves de recevoi r des
services d' accommodati on tels que du temps suppl émentaire po ur des examens, un local
individuel pour la passation des examens, des copies de notes pour accompagner une
présentation orale et des consignes orales pom réaliser un travail écrit. Pour recevo ir ces
mesures compensatoires, les élèves doivent avoir un diagnostic posé par un profess ionnel.
16
C' est en 1977 que le Congrès américain ajouta à sa loi de 1973 la définition de trouble
d' apprentissage comme étant un probl ème qui affecte la paro le, l'écoute, la lecture, l'écriture,
l' épell ation et les calcu ls mathématiques (Dubé et Sénécal, 2009). Cette définition s pécifia
également qu ' un trouble d 'apprentissage se di ffé renc ie d ' un retard mental ou d ' un problème
émoti onnel ainsi que des résultats des effets des facte urs socioculturel s,
~co nomiqu es
et
envirotmementaux. En 1987; la In teragency Committee on Learning Disabilities du Canada
proposa une définition générique du terme pour avo ir un consensus.
Le trouble d 'apprentissage est un terme genenque qui réfère à un ensembl e de
difficultés hétérogènes se manifestant par des difficultés dans l' acqui siti on et
l' utili sation de la capacité à écouter, li re, parler, écrire, raisonner. Les diffi cultés
peuvent auss i se manifester a u niveau des mathé matiques et dans le déve loppement
des habiletés sociales. Ces troubl es so nt intrinsèques et peuvent être dus à une
dysfonction du système nerveux central. Bien qu'un troubl e d' apprenti ssage puisse
se manifester en comorbidité avec un trouble déficitaire de l' attention ou avec
d'autres handicaps (par exemple, défic ience senso rielle, la défici ence inte ll ectue ll e,
la petiurbation social e et émotionne ll e), o u pui sse être influencé par
l' environnement soc ial de l' indi vidu (par exempl e, des différences culturelles,
l'instruction insuffisa nte), il n 'est pas la résultante de ces co nditions. 5
En 2002 , l' Association canadienne des troubles d'apprentissage (TAAC), en co ll aboration ·
avec le Com ité consultatif des spéci ali stes de TAAC, le Comité consu ltatif juridique nationa l,
plusieurs associations provinciales et territori ales des troubl es d ' app rentissage ai nsi que des
experts et des praticiens de toute 1'Amérique du Nord , donnent une nouvell e définition
officielle des troubles d 'apprentissage:
L'expression
«troub les
d'apprentissage»
dysfonctionnements
pouvant
compréhension
le
ou
affecter
traitement
de
fa it
référence
à
un
certain
l'acqui sition ,
l'organi sation ,
l'information
verbale
ou
la
non
nombre
de
rétention,
la
verbale.
Ces
dysfonctiotmements affectent l'apprenti ssage chez des personnes qui, par ailleurs, font preuve
des habil etés inte ll ectuell es essentiell es à la pen sée ou au raisonnement. Ainsi, les troubles
5
Traduction de l'auteure.
17
d'apprentissage sont di stincts de la d éfici ence intellectuelle. Les troubles d'apprentissage
découlent d'atteintes d'un ou de plus ieurs process us touchant la perception , la pen sée, la
mémori sation ou l'apprentissage. Ces process us incluent, entre autres, le traitement
phonologique, visuo-spatial, le langage, la vitesse de traitement de l'information , la mé mo ire,
l'attention, et les fonctions d'exécution te ll es que la planification et la pri se de déc is ion . Les
troubles d'apprentissage découlent de facte urs génétiques ou neurobiolog iques ou d'un
dommage cérébral, lesquel s affectent le fonctionnement du cerveau, modifiant ainsi un ou
plusieurs process us reliés à l'apprent issage. Les troub les d'apprenti ssage ne sont pas
initialement attribuables à des problèmes d'audition ou de vis ion, à des facteurs socioéconomiq ues, à des différences cu lture ll es ou lingui stiques, à un manque de motivation ou à
un enseignement inadéquat, bien que ces facteurs pui ssent aggraver les défis auxque ls font
face les personnes ayant des troubles d' apprenti ssage.
Depui s déjà plusieurs années, les étudiants ayant un trouble d ' apprentissage diagnostiqué ou
un TDAH, quel que so it le niveau sco laire primaire ou secondaire, reço ivent des di spositifs
d 'aide qui varient du suiv i orthopédagogique aux mesures d 'accommodations plus techniques,
grâce, entre autres, aux nouvelles technologies. Essentiellement, on retrouve troi s types
d 'accommodations aux niveaux prima ire et secondaire, so it :
les accommodations phy siques dans l' éco le et e n classe;
les accommodations pédagogiques;
l es accommodations d 'évaluation et de vérifi cation.
Ainsi , il n' est plus rare auj ourd ' hui de constater qu ' un élève étud iant dans un milieu sco laire
primaire ou secondaire puisse avo ir d es acco mmodations lorsqu ' il reçoit un diag nostic de
trouble d ' apprentissage. En général, lors des évaluations, les di spos itifs d' aide sont le temps
suppl émentaire pour la passation des examens et la poss ibilité d ' effectuer l'examen dans un
local à pmi des autres élèves de la classe. De plu s en plus , on permet l' utilisation de
l' ordinateur pour rédiger des travaux écrits, notamment en français . Pour les é lèves ayan t un
18
trouble d'apprentissage, l'ordinateur contient généralement des logiciels de correction
spéciali sés.
Les élèves du primaire devenus à leur tour étudiants au secondaire ont pris l' habitude, et ce
au moment de la nouvelle réforme sco laire, de recevo ir des mes ures d' aide compensatoires
en raison d ' un trouble d' apprentissage . Il s entrent depui s quelques années dans nos cégeps et
espèrent recevoir les mêmes services.
1.10
Les étudiants de niveau collégial ayant des troubles d'a pprentissage
Il est difficile de répertorier exactement comb ien d' étudiants de niveaux co llégial ayant des
troubles de la lecture sont inscrits alix services d' aide à l'étudiant. En 2008-2009, on
retrouvait, parmi 15 universités québécoi ses répertori ées, 600 étudiants ayant un trouble
d 'apprentissage (AQ lCEBS, 2009).
Au niveau co llégial , une étude de Sénécal (2000)
indiquait en 1999 que parmi 192 étudiants du co ll égial ayant un diagnostic de troubles
d'apprentissage, le trouble de lecture représentait 53% des cas répertoriés . Le Cégep du
Vieux-Montréal, cégep désigné pour les cégeps de l' Ouest du Québec, rapporte qu 'à la
sess ion d' hiver 2008, pour toute la province de Québec, environ 600 plans d' intervention ont
été déclarés pour des élèves ayant un trouble d' apprentissage. Il est difficile de dire si le
nombre est exact puisque les étudiants ayant un troub le d' apprenti ssage, qui ont eu une
reconnaissance du MELS uniquement à partir du semestre d' automne 2006 , ne sont pas
· encore déclarés par tous les cégeps De plus, lorsque les cégeps rédi gent les plans
d' intervention et les déclarent aux cégeps désignés, ils peuvent cocher la case trouble
d'apprentissage ou bien celle où il est inscrit autres. La case autres comprend tout handicap
non répertori é de même qu ' une pattie des élèves ayant un TDA/H. Ainsi, il sera plus prudent
de dire que les 600 plans d' intervention déclarés en 2008 ne sont qu'une estimation du
nombre d ' étudiants au collégial ayant des troubles d 'a pprenti ssage. Une étude menée par
Jorgenson et al. (2007) nous informait sur les étudiants du Coll ège Dawson ayant des
troubles d 'apprentissage ou un TDA/H. Cette clientèle représentait 343 étudiants, soit 52,6%
des étudiants présentant un handicap. Ainsi , les explications mettent en lumi ère l' urgence
-------------------------------------------------------------------------------
19
pour les cégeps et les universités québécoises de mettre en place des dispositifs de so utien
afin de comb ler les besoins de cette clientèle qui est de plus en plus nombreuse à réclamer
des mesures d' aide adaptées. Dans leur recherche, Wolforth et Roberts (2009) estiment qu ' il
importe d ' offrir à ces étudiants des mesures leur étant spécifiquement destinés et conçues
expressément pour eux en vue de faciliter leur réussite. À ce s ujet, Wolfo11h et Roberts
relèvent qu ' on peut observer une baisse des résultats sco laires chez les étudiants de niveau
collégial ayant un trouble d ' apprentissage qui ont eu recours à des mes ures non appropriées à
leur situation.
1.11
Les dispos itifs de soutien aux étudiants du postsecondaire
Désireux d'obtenir de meilleurs résultats sco laires pour la population co llég iale, la plupart
des cégeps offrent des dispositifs de so utien , et ce depuis plus de vingt ans. Au collégial, les
plus répandus sont les activités d 'acc uei l et d ' intégration, les centres d 'a ide en français, le
tutorat et le monitorat par les pairs ainsi que les cours de méthodologie. Dans le même article
publié à l' automne 2009 dans la Revue Pédagogie collégiale de l'Association québécoise de
pédagogie collégiale (AQPC), Dubé et Sénécal s'i ntéressent aussi aux dispositifs de soutien
offerts aux étudiants de ni veau collégial p1:ésentant un trouble d 'apprentissage. Elles ont
recensé quelques articles à ce sujet dont celui de Cartier et Langevin (200 1) qui ont étudié et
évalué les tendances des dispositifs d 'aide offe11s aux étudiants du postseco ndaire entre 1984
et 1999. Le portrait dressé par les deux auteures se basait principalement sur l' ordre
d ' intervention (primaire, secondaire ou tertiaire) et sur les modes d'évaluation (qualitative ou
quantitative) pour analyser les divers programmes de so utien offerts au niveau collégial ou
universitaire. Selon Dubé et Sénécal (2009), l'ana lyse de Cartier et Langevin s'appuie sur le
cadre de référence de l' apprentissage stratégiq ue de Weinstein, Husman et Dierking (2000).
Ces auteurs ont créé huit composantes basées sur l' apprentissage stratégique qui ont une
influence sur 1' implication de 1' étudiant dans ses études. Les composantes 1 à 4 tiennent
compte majoritairement des caractéristiques de l' apprenant. Parmi ces quatre premières
composantes , la première tient compte plus spécifiquement de la personnalité de l'apprenant,
de ses connaissances et de son histoire personnelle. Les trois autres composantes traitent en
20
particulier du vouloir de
1'apprenant
(dés ir/moti vation à réuss ir), de son auto régul ati on
(gestion du temps, du stress, de la compréhension) et de sa co nna issance (la co nna issance
qu ' il a de ses stratégies d ' apprentissage et des tâc hes à réali ser). Di fférentes des précédentes,
les quatre dernières composantes traitent des acti vités d ' apprentissage offe1ies, des
perceptions et des attentes des professeurs, des ressources disponibles et du so utien social.
Cmi ier et Langevin (200 1) ex pliquent que les résultats de cette recherche montrent que les
di spos itifs de souti en offe rts au co ll égia l visent d 'abord une interve nti on d 'ordre prima ire.
Parmi les dis positifs d 'a ide relevant du ni veau prim aire, on retrouve les acti v ités d' acc ue il et
d' intégration , les centres d ' aide et l' harmoni sation du soutien et le monitorat. Elles constatent
que les interventions offertes vi sent dava ntage 1' ensembte de la popul ati on étudi ante afin de
fac iliter les a pprentissages. Carti er et Langev in ex pliquent aussi que très peu de di spos iti fs
sont offe1is aux niveaux secondaires et terti aires, deux ni vea ux d ' interve nti on s' intéressant
aux élèves à risque ou en difficulté grave d ' apprenti ssage. Un des dispos itifs d ' aide éva lué à
ce ni veau est le tutorat destiné spéc ifi que ment po ur ve nir en a ide à une c li entèle à ri sque ou
en di fficulté grave d ' apprenti ssage. Les aute urs expliq uent que le taux de satisfac ti on est
élevé puisqu ' il porte à la foi s sur les caractéristiqu es de l' étud iant a insi que sur la spéc ific ité
des cours et du programme d ' études de l' étud iant.
À la lue ur des informati o ns apportées dans les secti ons précédentes et des é léments
d ' information appo1iés par Cmiier et Langevin , po ur les étudi ants aya nt des troubles
d ' apprenti ssage en l'occurrence, il est importa nt de mettre en pl ace des mesures d 'a ide
indi viduelles qui tienn ent co mpte no n seulement des d iffic ul tés de l'étudiant, mais de la
spécificité des cours et du programm e d ' étude de celui -ci.
Dans les lignes qui sui vent, deux mesures d ' aide à la ré ussite au co llégial seront
somm airement prése ntées. Ces mes ures sont di tes généra les pui sque dans le réseau co ll ég ia l,
ell es s' adressent à toute la popul ation étudi ante et ne tiennent pas compte spécifi qu ement des
besoins des é lèves d iagnosti qués. Bien que di spon ibles et efficaces dans la majorité des cas
pour les étud iants ayant des difficul tés passagères, nous verrons pourquoi e ll es demeurent des
21
di spositifs d' aide limités pour vemr en aide aux étudiants di agnostiqués avec un troubl e
d ' apprentissage.
Les mesures générales de soutien au collégial : les centres d'aide en français
Les centres d' aide en frança is (CA F) ont été impl antés g raduell ement dans les cégeps
québécois afin de soutenir les étudi a nts ayant des diffi cultés e n français écrit (Carti er et
Langevin, 2001 ). Les CAF s'adressent à tous les étudi ants dés irant amé li orer le urs
co mpétences linguistiques et offrent un so uti en individualisé à ce ux et ce ll es qui s'y
inscri vent. Des étudi ants «tuteurs» sont sé lecti onnés par le département de frança is sur la
base des résultats scol aires dans les cours de littérature. Par la sui te, ces étudi ants offrent du
tutorat en français écrit, ciblant principalement des lacun es dans le code écrit (grammaire).
Leur mandat est de g uider les étudi ants sur la voi e de l'autoco rrecti on et de la réuss ite. Les
CAF mettent à la di spos iti o n des élèves plusieurs outil s qui leur perm ettent de se
perfecti onner en français : ouvrages de référence généra ux et spéc iali sés, banques d'exe rcices,
dictées, sites Internet, préparati on à l'épre uve uniform e de frança is. Il est donc poss ibl e pour
des élèves bi en organi sés d' y faire de l'autoapprenti ssage. Les étudi ants qui fréquentent les
CAF s'y présentent sur une base vo lontaire o u sont référés par leurs enseignants.
1.11.1
Le tutorat par les pairs
Généralement, le tutorat est l'associati on d ' un enseignant ou d' un élève tuteur avec un élève
qui éprouve des difficultés d' apprentissage afin de lui permettre de progresser en bénéfi ciant
d ' une aide indi viduali sée. Le tuto rat est un di spos itif d' aide dans lequel un étudi ant rémunéré
offre des séances individuelles à un autre étudiant, généralement à raison d' une heure par
semaine. Au collégial, les associati ons les plus bénéfiqu es sont celles entre l'élève tute ur et
l'étudiant présentant des diffi cultés d ' apprenti ssage (Sénécal et Dubé, 2007). À quelques
excepti ons près, la plupart des tute urs a u co llég ial ne reço ivent pas de for mation en relation
d ' aide et sont avant to ut chois is en fo ncti on de leurs résultats scolaires et de leurs
compétences à communiquer.
1
22
Selon Annoot (200 1) le tutorat est, d'un côté, une mesure préventive contre les abandons et
les échecs et, d'un autre côté, il permet d'apporter une aide personnali sée aux étudiants afin
qu ' ils réussissent leurs cours. Le tuteur se retrouve donc dans une position de médiateur;
l' enseignant transmet des connaissances et le contenu d'un cours alors que le tuteur aide
l' étudiant à les maîtriser. La collaboration entre pairs favoriserait une bonne représentation de
la tâche, des confrontations efficaces et entraînerait des effets positifs sur le contrôle de
l'activité et les activités métacognitives des partenaires (Roux, 2003). Roux (2003) reprend
Vygostky en insistant sur le fait que le tutorat, à 1' image de la coopération, repose sur la
théorie socioconstructiviste puisque lorsque le novice se situe dans sa zone proximale de
développement, il peut développer des compétences nouvelles à l'aide du tuteur.
Des articles ont été
écrit~
sur le tutorat au collégial , et se ulement quelques études ont été
réalisées sur ce sujet, notamment en lien avec le tutorat auprès des étudiants du collégial
présentant des difficultés d' apprentissage passagères et spécifiques à une matière (Rittschof
et Griffin, 2001). Très peu d'études ont porté sur le tutorat auprès des étudiants de niveau
postsecondaire diagnostiqués avec trouble d' apprentissage. À ce jour, la recension d' écrits la
plus récente à ce sujet est celle de Dubé et Sénécal (2009).
La recension qui a été retenue par Dubé et Sénécal fait état des recherches sur les types de
tutorat offerts et ses retombées sur l' apprentissage des étudiants. En regard de ce que
concluaient Cmtier et Langevin (2001), l'efficacité du tutorat est surtout évaluée selon le
degré de satisfaction des étudiants. Seule l'étude menée par Allsopp, Minskoff et Boit (2005)
a permis de démontrer de façon empirique les retombées positives de ce dispositif sur la cote
universitaire d' étudiants ayant des troubles d'apprentissage. L' étude propose un modèle de
tutorat individualisé offert aux étudiants universitaires ayant un TDA/H. Les conclusions de
cette recherche reposent toutefois sur une évaluation quantitative, c' est-à-dire sur
l' augmentation de la cote univers itaire des participants après l'expérimentation. Ce projet
s'est étalé sur une période de trois ans, soit six sessions universitaires. L' étude vise l' analyse
des impacts d' un modèle d' intervention individuelle sur l' enseignement de stratégies afin de
faire des recommandations pour de futures recherches et pour l' implantation de ce modèle
23
dans les institutions postsecondaires. Soulignons que ce modè le est déj à impl anté dans
plusieurs écoles secondaires aux États-U nis. Quarante-six étudi ants provenant de tro is
universités différentes et ayant des troubl es d'apprentissage ou un T DAH ont participé à
l'expérience, et vingt étudiants à la maîtri se en éd ucation de l'U ni versité Ja mes Madison ont
été choisis po ur être les tute urs. Ces derni e rs ont également reçu une fo rmati on de 45 he ures
sur le tutorat individuel.
All sopp, Minskoff et Boit (2005 ) ont utili sé tro is instruments po ur le ur co llecte de données.
Le premi er est un questi o nnaire que les étudi ants devaient re mplir sur leurs diffi cultés
d'a pprenti ssage et les stratégies d 'études q u' il s util isent en général. Le second in strument se
présente so us forme de fe uill e d'a utoéva luation q ue l' étudi ant et le tute ur devaient re mpli r à
la fin de chaque séance d' intervention. Enfi n, le tute ur devait fa ire un rés umé des acti vités
d' intervention et des stratég ies utili sées par l'étudi ant lors de chac une des séances. Les
séances de tutorat, d' une durée de une à de ux heures, se tenaient une à trois fo is par semaine.
Le tuteur ava it la responsabilité d' ense igne r, à chaque séance, des stratégies d ' apprenti ssage
qui étaient basées sur les beso ins spéc ifiqu es de l' étudiant. L'enseignement de, ces stratég ies
visait d'abord à pallier les difficultés les plus importantes po ur ens uite se diriger vers ce lles
plus secondaires. Chaque semaine, les tuteurs parti ci paient à des réuni ons sur l'enseignement
individualisé de stratégies données par l'équipe du proj et. Lors de ces réun ion s, les tuteurs
pouvaient également di scuter des progrès des étudi ants et des problèmes renco ntrés. Ain s i,
les tuteurs n'étaient j amais laissés à eux- mê mes.
Les étudi ants étaient di visés en deux g roupes: l' un a reçu une sess ion d' intervention; l' autre
en a reçu deux. Pour l'analyse statistique, les a uteurs ont considéré trois indices : la cote
uni vers itàire des étudi ants qui avaient compl été a u moins une sess ion de cours au début de la
première sess ion d' intervention, celle de ces mêmes étudiants après la première sess io n
d ' intervention; et leur cote après une deux ième sess ion avec ou sans séances de tu to rat.
L' analyse des résultats montre que 25 des 46 participants ont augmenté leur performance
scolaire qu ' ils aient reçu une ou deux sessions d' intervention. Selon Allsopp, Minskoff et
24
Boit (2005), les deu x facteurs de progrès so nt l' utili sation indépendante des stratégies après
les séances de tutorat (vrai pour les 25 participants), et la relation d ' aide positive qui s'est
établie entre les participants et leur tuteur (vrai pour 13 des participants). Les 21 participants
qui n'ont pas augmenté leurs performances sco laires sont ceux qui n' ont pas appliqué, dans
leurs cours ou dans leurs études, les stratégies ense ignées. Pour sept d 'entre eux, les séances
de tutorat ne leur ont pas été bénéfiques, car il s avaient des difficultés importantes au plan
affectif ou il s éprouvaient de gros probl èmes dus à le ur médication. Pour sept autres
participants, les stratégi es se sont avérées inefficaces pour pallier aux di ffic ultés trop
importantes en lecture et en écriture.
Sans généraliser, les auteurs concluent que ce modèle peut avo ir un impact positi f s ur la
réussite des étudiants avec TA et/ou TDAH. Se lon eux, sans ce modè le, certains étudi ants
n' auraient pas pu continuer leurs étud es i.miversitaires. Les parti cipants ont fait va lo ir qu 'être
en relation avec un tuteur qui s' intéresse à eux en tant qu ' individu et qui possède les
connai ssances et les compétences pour les a ider à développer des stratég ies était le facte ur de
réuss ite le plus important. Selon ces demiers, aucune université n' offre des servi ces
individualisés dont l' interventi on est basée sur les besoins de l'étudiant et sur les ex igences
spécifiques à chacun des cours . Les tuteu rs les ont a idés à mi e ux comprendre le urs façons
d ' apprendre ai nsi que leurs beso ins d ' apprenti ssage.
Dans un autre article recensé par Dubé et Sénécal (2009), Dav ies et McNe il (2005) présentent
le contenu d 'entrev ues réali sées auprès de troi s étud iants dyslex iques. Selon les étudiants,
recevoir un diagnostic de dys lexie a été 1'é lément le plus pos itif de le ur vie, car il apporta it
une réponse à leur questionnement sur la cause de leurs difficultés. Ce diag nosti c leur donne
la poss ibilité d 'aller chercher du soutien tant au point de vue scolaire qu 'émotionnel. Par
contre, après avoi r reçu les services d 'aide demandés, elles ont constaté que la majo rité des
services offerts au postseco ndaire sont peu adaptés à leur problématique et ce constat joue un
rôle s ur la confiance qu ' elles ont envers le système d 'éducation, sur la motivation et sur
l' estime personnelle. Le meilleur soutien que ces étudiantes ont reçu, selon e lles , provient des
centres d ' apprentissage privés qui se spécia lisent dans l' intervention auprès de la clientèle
25
dys lex ique. C'est grâce à ces centres qu ' ell es désirent maintenant poursui vre leurs études
universitaires qu 'elles avaient aband onn ées. Enfin, ell es croient que l' apprentissage de
stratégies compensatoires et d 'autorégul ati on a été très bénéfiqu e aux plans personnel,
scolaire et professionnel.
Cette étude de Davi es et McN eil (200 5) sur le tutorat aux étudi ants de niveau universitaire et
ayant des troubles d' apprentissage a démontré des résu ltats pos itifs auprès de seulement 50%
des parti cipants. Au ni vea u co ll égial, si l' on écarte les cégeps spéciali sés qui fo rment des
tuteurs de façon rigoureuse, le niveau d' effi cacité s' avère pos iti f dans le cas des étud iants
n'ayant pas de di agnosti c T A ou TDAH, c' est-à-dire les étudiants présentant seul ement
quelques difficultés d' apprenti ssage passagères. Ceux-c i, avec l' aide du tute ur, corrigent
généralement leurs lacunes et obti enn ent de bons résultats. Par co ntre, cette constatation
s'avère di fférente dans le cas des élèves TA et va dans le même sens que les conclu sions
d' A ll sopp, Minskoff et Boit (2005), c' est-à-d ire que cettains élèves, ayant de trop
importantes lac unes en lecture et en écriture, notamment les é lèves ayant un TA provenant du
secondaire, n'arrivent pas à réuss ir malgré l' ense ignement de stratégies compensatoires en
tutorat individuali sé. Il faut nuancer en ex pliquant qu' au co llégial, les étudiants tute urs qui
sont engagés n' ont aucune form ation en enseignement, comparati vement aux étudi ants de
cette étude qui étaient tous candidats à la maîtri se en éducati on.
No us nous sommes auss i inté ressée au tutorat comme mes ure d' aide générale en ce qui à trait
à la compréhens ion en lecture. Plusieurs articles in sistent sur le fa it que les d iffi cultés en
compréhension de lecture sont communes pour plusieurs étudi ants lorsqu' ils effectuent la
transition entre le secondaire et le co ll égial et qu ' il est nécessaire de leur fournir des
stratégies concrètes pour accomplir des tâches de ni veau postsecondaire en lecture (Ma lena et
Atwood Coker, 1987). Cependant, les atticles co nsultés, provenant en majori té des États-Unis
et du Canada, ne montrent pas qu ' il ex iste une fo rm e de tutorat par les pairs pour soutenir les
difficultés en compréhension de lecture. Dans certains cas, l' enseignement de stratégies de
compréhension en lecture se fait à l' intérieur des co urs de lang ue maternell e et ce, de façon
non officielle. Au Q uébec, certains cégeps ont mis en place un centre d' aide en méthodo logie,
26
où des tuteurs travaillent la gestion du temps, la tenue de l' agenda, la prise de notes efficace
et 1' enseignement de stratégies d 'études. Généralement, dans les deux cas, 1' enseignant ou le
tuteur met l' accent sur les stratégies de lecture de base telles que so uligner, annoter dans la
marge, de même que lire ies titres et sous-titres, des stratégies ciblant davantage
1' organisation d'idées que la compréhension de lecture.
Ainsi, Cartier et Langevin (2001) insistaient sur le fait qu 'au Québec, dans la majorité des
établissements de niveau postsecondaire, les mesures d'aide aux étudiants en difficultés
mettent principalement l' accent sur une intervention primaire, visant l' ensemble de la
population étudiante afin de faciliter les apprentissages . Parmi les dispositifs d'aide de niveau
primaire relevés par Cartier et Langevin (200 1), on . retrouvait les centres d'aide et le
monitorat, deux mesures fort populaires dans le milieu collégial. Les résultats des recherches
citées plus haut ont aussi rappo11é cette tendance générali sée et ont montré, dans un premier
temps, qu 'aucune de ces mesures ne répondait spécifiquement aux besoins d' une clientèle
d 'étudiants ayant des troubles d'apprenti ssage et dans un deuxième temps, qu ' aucune de ces
mesures n'aidait les étudiants ayant des problèmes au plan de la compréhension en lecture.
Nous pouvons donc conclure sur l' inefficacité des interventions primaires et sur l'absence de
mesures d'aide générales telles que le tutorat ou les centres d' aide pour pallier les difficultés
en compréhension de lecture pour des élèves qui présentent des difficultés en compréhension
de lecture et ce, malgré le fait que plusieurs auteurs insi stent sur l' importance de fournir des
stratégies de lecture aux élèves en difficultés qui font leur entrée au collégial et qui verront la
quantité de lectures obligatoires augmenter tout au long de leur programme d'études.
1.12 .
L'omniprésence de la lecture au collégial : un constat important
Il y a un constat important à faire au collégial : la lecture est omniprésente, quel que so it le
programme dans lequel un étudiant s'inscrit (Mimouni et King, 2007). Ainsi, l'étudiant de
niveau collégial présentant un trouble de la lecture impo11ant se voit confronté, chaque jour, à
cette compétence sollicitée dans tous les cours. Textes plus longs, vocabulaire moins courant
et plus spécialisé, limite de temps imposée, diversité des lectures, tel est le défi quotidien des
27
adultes de ni veau co ll égia l présentant des troubl es d ' apprentissage. Il fa ut ajo uter à cela la
passation d ' une épreuve unifor me de français. Insta urée par le MEQ dep ui s 1994, l' épre uve
unifo rme de français est en que lque sorte l' éq uiva lent des examens du MELS au seconda ire .
Cette épre uve pose un do uble défi po ur les étudiants q ui ont un trouble d ' app renti ssage; ell e
ex ige non seul ement des compétences essentie ll es e n lecture mais aussi en écriture, une
di ffi c ulté chez la plupart des étudi ants ayant des di ffic ul tés de co mpréhension en lecture,
mais auss i chez la plu part des étudi a nts francopho nes du co ll ég ia l qu i pei nent à ré uss ir le
volet maîtrise de la langue à l' épre uve uniforme de frança is (Go uvernement du Québec,
2000).
1.13
La compréhension de lecture, le défi des élèves aya nt des difficultés en lecture
La co mpréhe nsion en lecture est u n processus com plexe duran t lequel un bon lecteur
applique avec so upl esse une vari été de stratégies de co mpréhension, peu importe le type texte
qui lui est présenté (Pressley , 2000 ; Wade, 1990). Il s ' agit en quelq ue sorte de l' ul ti me but à
attei ndre lorsqu' on pratiq ue une acti vité de lecture, spécia lement si la tâc he demandée en est
une de compréhension. Po ur réaliser cette tâche, le lecteur do it avo ir développé des stratég ies
impo11antes telles qu' être en mesure d ' identifier l' idée pri nc ipale d ' un texte, se poser des
questions sur sa lecture, trouver des m oyens d ' y répo nd re et surto ut, être en mes ure, au fin a l,
d ' en résumer le contenu (Curtis, 2002 ; Gersten , Fuchs, Will iams et Baker, 200 1; Kami!,
2003). Une recension de Gersten et al. (200 1) a auss i démontré qu ' un lecteur doit être en
mes ure de fa ire des inféren ces à pmtir du texte et même, de se fa ire une image mentale du
texte et ce, pour arri ver à un e me ill eure compréhens ion en lecture.
De manière plus spécifi que, la plupart des recherches portant s ur la lecture in di quent q ue des
variables peuvent infl uencer la compréhension de lecture. Plus particu lièrement, Ross , Fisher
efFrey (2009) en identifient quatre importantes :
1)
Les variables liées a u lecteur (âge, compétence en lecture, moti vation, habiletés)
2)
Les variabl es li ées a u texte (genre, structure, niveau de d iffi cu lté, vocabul aire)
2g
3)
Les variables li ées au contexte d 'apprentissage (tâche, groupe, but de lecture,
environnement)
4)
Les variables li ées à l' ense ignant (ex périence, connai ssan ce, approche pédagogique,
attitude)
Ce sont les interacti ons entre ces vari a bl es qui influencent la compréhension en lecture chez
un apprenant. Bien sûr, ce11ains facteurs ne peuvent changer, te l que l' âge ou le vécu
antérieur d ' un élève. D'a illeurs, Rey nolds, Tay lor, Steffensen, Shirl ey et Anderson ( 1982)
ont étudié l' impact, en situation de le cture, du vécu chez des élèves de ge a nn ée de race
bl anche et provenant d ' un milie u agrico le . Ces élèves ont dû lire un texte qui abordait des
éléments culturels connus d' étudi ants de race no ire et de mi lie u ouvri er. Les élèves ont eu
énorm ément de difficulté à lire ce texte, ca r le contexte leur était inco nnu . À l' inve rse,
lorsque des étudi ants de ge année de race no ire et de mili eu ouvri er ont lu ce texte, il s
n' avaient auc une difficulté à comprendre. Les c hercheurs concluent que s i on ne peut changer
le vécu d ' un élève, il faut d ' autant plus enco urage r les élèves à lire davantage po ur acquérir
de nouvelles connaissances.
Si certains facteurs ne peuvent être m odifi és , d ' autres très importants peuve nt être in staurés
pour faciliter la compréhension de lecture. Un de ces facteurs est la raison pour laquelle
l'étudi ant do it li re un texte, so it le but de lecture. Banikowski et Mehring ( 1999) indiquent
que dans plusie urs écoles primaires et secondaires américaines, trop d ' élèves li sent en classe
sans connaître le but de cette lecture. Sans but de lecture, le lecteur ne sai t pas ce sur quoi il
do it po11er so n attention. De plus, se lo n les aute urs, il arri ve d iffi cil ement à reteni r
1' information .
Un autre fac teur impm1ant est la connaissance du vocabulaire dans une situation de
compréhension en lecture. To ut com me le véc u personnel, le vocabul a ire est un facteur
prédicatif de ré ussite en compréhension de lecture (Baumann, Kame'enui et As h, 2003). Il est
donc important de pl acer réguli èrement les étud iants en s ituati ons de lecture afi n qu ' il s
puissent acquérir un vocabu laire approprié.
29
Bien que la plupart des étudi ants soi ent capabl es de co mprendre des lectures de la v1e
co urante, environ un étudiant sur tro is connaîtra des di ffic ultés significati ves avec les tâches
plus complexes de compréhens ion en lecture lorsqu ' il arrive aux études supérieures (G unning,
201 0). C' est d' ailleurs le cas pour les étudi ants ayant un trouble d' apprentissage qui
connaissent des difficultés impo11antes en lecture. Da ns le cas des étudi ants ayant un troubl e
de la lecture (dys lex ie), on peut déce le r des lacunes relativement à la reconnaissance des mots
écrits, à la vitesse de lecture et a u vocabul aire (Associati on ontarienne des troubl es
d'apprenti ssage, 2004). En plus des di ffic ultés présentées plus haut, les étudiants ayant des
difficultés en compréhension de la lecture sont souvent caractérisés par leur incapac ité à
choi sir et appliquer des stratég ies de lecture efficaces (Schi ff et Cali f, 2004). De plus, il s
présentent moins d' habiletés non seul ement dans le choix des stratégies, mais aussi dans
l'évaluation de leur efficacité, ce qui fai t qu ' il s ont du mal à se réajuster quant au choix d' une
stratégie par rappo11 à une autre (Oishavsky, 1976; Oison, Duffy et Mack, 1984) . Bien que
les étudi ants de niveau postsecondaire ayant des di ffi cultés de compréhension reconnaissent
l' importance des stratégies métacogniti ves et cognitives, il n' en demeure pas moins qu ' il s
éprouvent beaucoup de di ffi cultés à les util iser to ut au long de leur lectvre (pré-lecture,
lecture, post-lecture) (Barksdale-Ladd et Thomas, 2000).
La motivati on est un des aspects diffi cil e à déve lopper chez les étudi ants présentant des
difficultés au pl an de la co mpréhension en lecture. D' après Archambaul t et Chou inard ( 1996),
la motivation sco laire est l'ensemb le des détermin ants in ternes et externes qui poussent l'é lève
à s'engager activement dans le processus d'apprentissage, à adopter des attitudes et des
compot1ements susceptibl es de co nduire à la réali sati on des obj ectifs d'apprentissage qu 'il
poursuit et à persévérer face aux diffi cultés. Pour favo ri ser la moti vati on en situati on de
lecture, des mes ures peuvent être pri ses en classe. Campbell, Voek l et Donahue ( 1997)
in sistent sur 1' importance d' ense igner des stratégies de lecture efficaces aux étudiants, de
choisir des textes accessibles et de donner un but aux étudiants chaque fo is qu ' ils do ivent lire
un texte. En plus, ces mêmes auteurs suggèrent la co ll aborati on en classe dans les tâches de
lecture et soutiennent que l' enseignant a un rô le important à jouer en donnant de la
rétroaction réguli èrement lors des lectures.
30
Ces di ffi cultés ont un impact sur la co mpréhension de lecture et s ur la capac ité à entre prendre
une tâc he de lecture trop grande, comme c ' est souvent le cas au ni vea u postsecondaire. Dans
le cas des étudi ants présentant un T DA H, c'est le prob lème d ' inattenti on qui engendre
réguli èrement des di ffic ul tés au pl an de la compréhens io n en lecture (Moss, 20 10).
L'attention est l' une des vo ies d ' ac cès de l' apprenti ssage et il s'avèrera diffic ile pour
l'étudiant présentant un TDAH de recevo ir, tra iter et analyse r, comprendre et mémori se r
l' informati on, et ce, spécialement dans l'apprenti ssage de la lecture et éventu ellement, au
niveau adulte, dans la compréhens ion de lectu re. Plus les tex tes lus sont lo1~gs et complexes ,
plus l'étudi ant présentant un T DAH épro uve des di ffi cultés à rester concentré et ain si, à
demeurer acti f dans une tâche de compréhensio n de lecture.
Avec un éventail auss i large d ' habil etés qu i contri buent à une meill eure compréhens io n de la
lecture, il est di ffic il e de déterminer lesq ue ll es so nt les plus importantes pour des étudi ants
d 'âge adulte aya nt des diffi cultés en lecture. Hock et Me ll ard (2 00 5) ont effectué un e
recherche en ré unissant un panel de six analystes, soit 4 chercheurs et 2 praticiens qui avaient
pour tâc he de fa ire ressortir les stratégies les plus impo rtantes à déve lo pper chez des lecteurs
d' âge adulte. C haque participant ava it une g rande connaissance des stratégies cogniti ves et
métacogniti ves , ainsi que des stratégies d'apprentissage nécessaires en co mpréhension de
lecture. De plus, chaque pa11icipant avait une expérience dans l'enseignement des stratégies
de lecture efficaces auprès d 'étudiants. C hac un de le ur côté, il s ont lu une dizaine de textes et
ont fa it resso rtir les stratégies essentie lles à mettre en place po ur chac un d 'eux. Par la suite,
en se réun issant, il s ont conc lu ensemb le de leu r efficacité et ont te nté de va lider que ll es
stratégies éta ient com munes à chac un . Le prem ier co nstat est que les bons lecteurs peuvent
utili ser des stratégies de compréhensio n de lecture d ifférentes de leurs pa irs selon le type de
texte à lire. Dans le cas des lecteurs d'âge ad ulte aya nt des di ffic ultés au ni vea u de la
. compréhension de lecture, il s' avère q ue résumer et in férer sont les stratég ies les plus
importantes à acquérir, sui vies de près par le questi01mement (generating questions)
e~
la
recherche d' indi ces permettant de mieux comprendre le texte (lookingfor elues ). Par contre,
rendus à ce stade de leurs ap prentissages, les lecte urs d'âge ad ulte ayant des diffic ul tés au
niveau de la compréhension de lecture ont peu de ressources dans leurs milieux scolaires
31
pour palli er ces lacunes et surto ut, pour apprendre à utili ser ces stratégies effi caces qui
demandent le support d' un ex pert.
Nous avons ex pliqué plus haut qu ' il éta it essentiel de · fo urnir des mesures d' aide en
co mpréhensio n de la lecture a ux étudi ants en difficul té qui effectuent une transiti on entre
l'école secondaire et le milieu co llégial puisqu ' en généra l, il s présentent des lacunes
impo1iantes dans l' acqui sition de stratég ies de lecture. D'autres études, celles Dowhower
(1 999), Duffy et al. (1987) ainsi que Long ( 1987) entre autres, o nt démo ntré que les étudi ants
de niveau co ll ég ial ayant de bonnes habil etés en compréhens io n de lecture ont tendance à
effectuer plus d' interactions avec le texte, notamment en fa isant des inférences, en rés umant
et en fai sant des li ens avec leurs pro pres ex péri ences personne ll es en lecture. À l' in verse, les
étudi ants qui présentent des di ffi cul tés impo11antes au pl an de la compré hens ion en lecture
ont tenda nce à so uligner le texte o u à relire pass iveme nt ce11ain s passages, en omettant
d ' utiliser des stratégies de lectu re spéc ifi ques. Or, présentement, les interventions mineures
en compréhension de lecture effectuées au co ll égial visent directement l' acqui siti on de
stratégies qui n'aident pas les étudiants qui présentent ce11aines fa iblesses au pl an de la
compréhension en lecture (Cartier et Langevin, 2001 ).
Le milie u co llég ial accueille de plus en plus d' étudi ants prése ntant des probl èmes
d' apprenti ssage spécifiques et réalise q ue, parmi ces mêmes élèves, nombreux so nt ceux qui
présentent des lacunes
imp o 1tante~
a u pl an de la com préhension de la lecture. Jusqu ' à
maintenant, les dispos itifs de so utien offerts à ces élèves sont pratiquement absents et surtout,
ineffi caces pour pallier leurs di ffi cultés. Ca1tier et Langevin (200 1) insistent sur des
interventi ons secondaires, voire même te rtiaires qui ti end ra ient compte des spécificités de
l'étudiant, mais auss i de son progra mme d'études.
No us l' avo ns vu dans les sections
précédentes, les étudiants ayant des tro ubles d' apprentissage nécess ite nt des interventions
faites sur mesure et selon leurs besoins. Nous avons aussi constaté qu ' un des beso ins
impo1tant de cette clientèle est sans conteste la nécessité d'acquérir des stratégies efficaces en
compréhension de lecture pour fa ire face à l' omniprésence de la lecture dans les programmes
d' études co ll ég iaux.
- - - - - - -- ---
--
----·--
------ - -- - - - - - - -- -- - - - - - - -
32
1.14
La question générale de recherche
L' augmentation du nombre d' étudiants de niveau co llégial ayant un troubl e d'apprenti ssage
préoccupe les intervenants du milieu de 1' éducation au Québec, bien que peu de rec herches
ai ent été rapportées à ce sujet. Outre Carti er et Langevin (2 00 1), très peu de chercheurs
québécois se sont intéressés aux mes ures d' aide spéc ifiques offertes à la nouvell e clientèle du
collégial. Ces étudiants présentent un certain nombre de dysfoncti01mements pouvant affecter
l'acquisition, l'organisation, la rétention, la compréhension ou le traitement de l'informati on,
notamment en lecture. La nouvell e cli entèle des troubl es d' apprentissage ainsi que le dés ir de
réuss ite du plus grand nombre d'étudi ants au co ll égial ont forcé plusieurs cégeps à instaurer
un Service d'adaptation sco laire, service d'aide pour l' intégrati on des étudi ants en diffi culté.
Ce service fournit présentement des mes ures d'aide de to utes sortes aux étudi ants ayant un
handicap, un troub le d' apprentissage ou un problème de santé mentale. Cependant, compte
tenu des besoins en compréhension de lecture des étudiants ayant un troubl e d'apprentissage
au co llégial et du fait que les mes ures d' aide proposées sont trop générales, la question de
recherche à laquell e nous tenterons de répondre est la suivante. De quell es faço ns une mesure
d' aide spécifiquement axée sur la compréhension en lecture peut-ell e aid er des étudi ants au
collégial ayant des troubles d' apprentissage?
CHAPITRE TI
CADRE DE RÉFÉRENCE
La présence grandissante d 'étudiants ayant des troubles d'apprenti ssage au collégial de même
que les difficultés en compréhension de lecture qu ' ils présentent so nt quelques-uns des suj ets
très préoccupants depui s quelques années . Enseignants, directeurs d'établissements sco laires
et chercheurs se penchent sur la situation afi n de mi e ux comprendre ce qui caractérise ces
troubles , et surtout, ce qu'il est possible de mettre en place pour aider les étudiants. Alors
qu 'au niveau de l'enseignement primaire et seco ndaire, les troubles d' apprentissage
commencent à être mieux connus, il en va d' une toute autre façon au niveau postsecondaire.
Les étudiants ayant des troubles d'ap prentiss age au collégial vivent régulièrement des
situations d' échecs qui entraînent un décrochage scolaire parce qu ' ils ne trouvent pas 1' a ide
adéquate pour les so utenir, notamment au niveau de la compréhension en lecture. « Très
souvent aussi, ils se heurtent à un mur d 'incompréhension ainsi qu 'à l 'incapacité des
enseignants et du personnel d 'encadrement de les aider, toutes ces personnes étant mal ou
peu informées, ou mal ou peu équipées, pour gérer ce genre de trouble» (Mimouni et King,
2007, p. 2). Afin d' améliorer cette situation, certains intervenants tentent d' introduire au
collégial des mesures d 'aide pour les étudiants ayant des troubl es d'apprentissage et essayent
de soutenir le personnel enseignant qui accueille ces jeunes adultes en classe.
Dans le présent chapitre, nous ferons un tour d ~ hori zo n des diftërentes mesures d' aide
spéci fiques offertes au collégial pour des étudiants présentant des troubles d' apprentissage.
Cette partie sera appuyée par des études réali sées aux États-Uni s, au Canada et plus près de
nous, au Québec. Par la suite, nous exposerons brièvement les difficultés qu ' engendre
l' acquisition de stratégies de compréhension . Dans la dernière partie du chapitre, nous
aborderons le sujet de l' enseignement de stratégies compensatoires en lecture.
2.1
Les mesures spécifiques de soutien aux étudiants ayant un trouble
d'apprentissage
Tout comme les écoles primaires et secondaires, le réseau collégial offre aussi des services
d' aide aux élèves ayant des troubles d'apprentissage. Au primaire et au secondaire, ce n'est
34
que récemm ent, so it en janv ier 2008, que la Di recti on de la Sanction des études annonçait
avec I' Info Sancti on 554, que « les élèves ayant des troubles d 'apprentissage seraient
autorisés, sur demande de l 'école, à utiliser les aides à l 'écriture y compris les correcteurs
orthographiques pour la passation des ép reuves ministérielles en écriture» (Service national
du RÉC IT en adaptati on sco laire, p. 4). On y explique que les outils technologiques doivent
tout de même permettre à 1' élève de faire la démonstration de sa compétence en lecture et en
écriture. Pour que l' él ève puisse bénéficier de cette mes ure, la demande d'autori sation doit
être accompagnée d' une évaluation de la situation de l' élève sur le plan de la lecture et de
l' écriture fa isant la preuve que l' utilisation des outils d' aide s' avère essentielle pour la
poursuite de ses études. Cette demande doit être effectuée au moment de la rédacti on du pl an
d' interventi on. La nature du tro uble d ' apprenti ssage et les obj ecti fs visés par l' utili sation des
outils doivent être clairement énoncés dans la demande d ' autori sation. De plus, le type
d ' outils fa isant l' obj et de la demande doit être préc isé, et un profess ionnel de l' établissement
scolaire (orthophoniste ou orthopédagogue en l' occurrence) devra confirmer que ces outils
sont régulièrement utilisés par l' élève lors des apprenti ssages et des autres évaluations . En
l' absence d' un pl an d' interventi on, la demande devra être accompagnée d' un rapport
d'évaluation réalisé par un profess ionnel reconnu de l' établissement sco laire, attestant de la
présence du trouble et de la nécess ité de l' utili sation des outil s (Service national du RÉCIT en
adaptation scolaire, p. 4).
Au collégial, c' est le rapport d' évaluation réalisé par un professionnel et reconnu par le
MELS qui permet d' octroyer des outils technologiques aux étudiants, non seulement pour
toute la durée du programm e, mais aussi . dans le cadre de l' Épreuve uni forme de la langue
d' enseignement. À partir de ce rapport d'évaluation, un plan d' intervention est réalisé ensuite
par le professionnel de l' établissement co llégial et permet de déterminer les mesures
spéciales permises pour la passation des examens. Parmi les mes ures spéciales permi ses par
le MELS aux étudiants présentant des tro ubles d 'apprentissage, on retrouve l' utilisation de
cassette aud io ou lecture à voix haute des textes et questions d' examens, l' utilisation d' un
ordinateur avec logiciels de correction, un signalement des erreurs que le correcteur ne peut
relever et jusqu' à 50 pourcent de temps supplémentaire pour effectuer 1' examen (Mimouni et
- - - - - --- - - - - - - - - ------ - - - - - -- - --
35
King, 2007). Nous tenons à souli gner qu ' il est poss ibl e que certa in s cégeps, et ce, de façon
indépendante, utili sent d 'autres mes ures créées spéc ifiquement dans leurs établi sseme nts
respectifs. D'ailleurs, une étude de Sénécal (2000) so utient que dans plusieurs cégeps, les
modalités d'application des mesures spéciales sont impréc ises, ex pli quant ainsi la raison pour
laquelle certains étudiants ayant des troubl es d ' apprentissage bé néfici ent de ces mes ures et
d 'autres non. Les mes ures présentées dans la sectio n sui vante sont cell es reconnues et
acceptées par la Di rection de la Sancti o n des Études du Q ué bec.
2.1.1
Le temps supplémentaire aux examens
Le temps supplémentai re aux examens est une mes ure d'a ide impot1ante aux étudi ants ayant
des troubles d'apprenti ssage. En général, les étud iants dys lexiques peuvent utiliser un temps
suppl émentaire all ant d' un tiers du temps prév u pour la passati on de leur examen jusqu 'à 50
pourcent du te mps prévu. Une étude de Mimouni et King (2007) avait comme obj ect if
d 'évaluer le temps sup plémentaire comme mes ure de so uti en généralement offerte aux
étudi ants dys lexiques pour compléter une tâche de compré hensio n de texte. L'étude a révélé
une améli oration considérabl e de
la
perfor mance des étudi ants ayant
un
trouble
d'apprenti ssage lorsque le temps de passati on correspo nd à une fois et demie celui du temps
régulier. Une autre étude, ce lle-ci réali sée aux États-U ni s par Runyan ( 199 1) a dé montré
l' importance du temps sup plémentaire sur la réuss ite en com préhe nsion de lecture d'étudiants
universitaires présentant des tro ubles d'apprentissage. Ces étudia nts ont obtenu des rés ultats
éq ui va lents à leurs pairs n'ayant pas de tro ubl es d'apprentissage et n'ayant pas eu de temps
s upplémentaire. Lorsque cette mes ure d 'aide est retirée par contre, les étudi ants di ag nostiq ués
n 'arrivent pas à obteni r des rés ultats équi valents.
2.1.2
L'utilisation d'un portable avec logiciels spécialisés
Les services d'aide et les accommodements offerts aux étudiants ayant des beso ins
particuliers se retrouvent sous p lusieurs formes (temps supp lémentaire, séances de tutorat,
preneur de notes, etc.). Certains auteurs ont notamment étudié l' efficacité de l'une de ces
- - - - -
36
formes d'accommodation , soit l' utili sation du portable. Dubé et Sénécal (2009) se sont
intéressées à quelques études ayant fait état de l' efficacité de l' utilisation d' un po1iable avec
logiciels spécialisés pour des étudiants ayant un trouble d'apprentissage de niveau
postsecondaire . Engstrom (2005) a réalisé une étude de cas dont l'o bj ectif était de déterminer
l' efficacité de l' ordinate ur et de iogiciels sur le développement de compétences et de
stratégies en compréhension de
lecture et en écriture a insi que sur la préparation des
étudiants aux études postsecondaires.
Dans cette étude, cinq étudiants d' une école secondaire spéc iali sée pour les étudi ants ayant
des troubles d'apprenti ssage ou un TDAH ont participé à une activité qui leur permettait de
développer des compétences et des stratégies d' apprentissage nécessa ires en lecture et en
écriture afin d' obtenir les préalab les exigés par les programmes postsecondaires. Cette
activité comprend un cours de lecture, un autre d' écriture et, au besoin , des sess ions de
soutien au développement de compétences et de stratég ies en tutorat individuel. Le cours a
été élaboré dans le but d'enseigner aux étudiants des stratég ies de lecture utiles à la
compréhension et à la rétention des informati ons contenues dan s divers types de textes. Il
repose d'ailleurs sur les étapes du processus de lecture: prélecture, lecture, surlignage, pri se
de notes, regroupement de sections du texte, résumé de texte et relecture. Le logiciel
informatique utilisé dans le cadre de ce cours, Kurzweil 3000, met l' accent à la fois sur la
lecture et l' éco ute d' un texte. Il permet de réali ser les étapes de prélecture, lecture, surlignage
et de prise de notes dans la marge tandis que le logiciel Inspiration est utili sé pour relever les
mots-clés du texte, pour réaliser un réseau de co ncepts et pour organiser les idées. Le cours
d'écriture vise de son côté le développement de stratégies d'écriture sur la fonne, la structure
et le contenu de divers types de textes. Les logiciels utili sés en écriture permettent de vérifier
l'orthographe des mots, de réviser un texte, de faire un remue-méninges et d'organi ser les
idées. En utilisant les deux logiciels, l'étudiant apprend à lire un type de texte pour en
connaître la structure et le contenu po ur ensuite être capable de rédiger ce même type de texte.
Lors de la rédaction de l' article d' Engstrom (2005), trois participants avaient été diplômés et
les deux autres étaient en voie de l' être. Le but est d' amener l' étudiant à vivre plusieurs
37
expériences de lecture et d'écriture afin qu ' il devienne actif dans son propre processus
d ' apprentissage, qu'il vive des succès et qu ' il so it plus confiant en ses compétences.
2.1.3
Les logiciels spécialisés
Le logiciel Antidote6 est probablement l' outil technologique le plus utilisé au niveau co ll ég.ial
en ce qui à trait au souti en pédagogique des étudiants dyslexiq ues. Ce logicie l, qui agit à la
fois comme cotTecteur, dictionnaire orthographique, dictionnaire de synonymes et guide de
conjuga isons et de grammaire, permet de voir l' illustration du mot sé lectionné et d ' entendre
sa prononciation en françai s, en ang la is et en espag nol. Les dictionnaires ling ui stiques
électron iques permettent d ' avoir accès rapidement à une multitude d ' informations : définition,
orthographe, synonymes et conj ugaison de verbes. Les personnes qui ont des troubles
d ' apprentissage présentent généralement, de par leurs caractéristiques, beaucoup de
difficultés à utiliser adéquatement un dictionnaire ou des ouvrages de référence. Le
dictionnaire électronique leur permet d 'économiser un temps préci eux de recherche et de
priori ser la réflexio n, le choix des idées , la construction de phrases, soit to us les aspects
qu ' aucu n livre ne peut traiter à leur place. Parmi les autres log ic ie ls conçus pour venir en a ide
aux persotmes dyslexiques, on retro uve Dragon NaturallySpeakinl . Ce logiciel pennet de
s' adresser verbalement à son ordinateur au li eu de se serv ir du clavier. L'utilisateur peut ainsi
communiquer avec les programmes de traitement de textes tel s que Micros of t Ward, Corel,
WordPeJfect'\ le courrier électronique et pratiquement tou s les autres programmes pour
lesquels on utilise nonnalement le clavier. Le fait de parl er à un programme pendant que
Dragon NaturallySpeaking tape vos paroles est .appelé « dictée ». Pour les personnes ayant
6
http://www. druide.com/antidote.html
7
http://www.nuance.com/dragon/index. htm
8
http://office.microsoft.com/fr-ca/
38
des difficultés en lecturè et en écriture, Kw-zef! 3000 9 et Wynn Wizard 10 sont deux logicie ls
permettant de verbaliser un texte numérisé.
2.1.4
Les mesures disponibles pour l'Épreuve uniforme de français
Il a été question plus tôt de l' Épreuve uniforme de français . No us tenons simplement à
ajouter que dans le cas des étudiants ayant un di agnostic d' handicap, de troubl es
d'apprentissage ou de trouble de santé mentale, si des mesures d'aide ont été mises en pl ace
durant tout le programme collégial, alors elles sont effectives pour la passation de l'Épreuve
uniforme de langue d' enseignement. Ainsi, les étudi ants dys lexiques qui ont eu droit,
notamment, à l' usage du pottable et de logiciels, de même qu 'à du temps ·supplémentaire lors
d' activités de lecture et d'écriture, auront droit d'effectuer leur épreuve uniforme dans les
mêmes conditions.
Nous avons constaté qu ' il ex iste des mesures d'aid e importantes, dest inées à la foi s à une
clientèle générale d'étudiants et à une clientèle plus particulière, ce ll e des · étudi ants
présentant des troubles d'apprentissage. Dans le premier chapitre, il a été question de mesures
plus générales portant sur l' accompagnement par les pairs. Nous avons remarqué que, bien
qu 'apprécié, ce type de mesure présente des limites pour une clientèle rencontrant des
difficultés plus marquées en lecture et en écriture, les accompagnateurs (o u tuteurs) étant peu
ou pas formés pour soutenir les étudiants en troubles d' apprenti ssage. En aucun cas, le tutorat
par les pairs de même que les centres d' aide n' offrent de services d' aide en compréhension de
lecture.
Dans le présent chapitre, nous avons par la suite abordé et décrit des mesures d' aide plus
·spécifiques aux étudi ants en troubles d'apprentissage, des mesures nécessitant l' utilisation de
moyens technologiques et généralement conçues pour des périodes spécifiques, soient la
9
http://www.kurzwei ledu.com/ kurz3000.htm l
10
http://www.freedomscientific.com/ lsg/products/wynn.asp
39
passation d' examens ou à la rédaction de travaux . Bien que fonctionnelles et répondant aux
besoins spécifiques de ce1iitins étudiants ayant des troubles d'apprentissage, ces outils
ponctuels répondent uniquement à un besoin immédiat, soit la rédaction de travaux ou la
passation d'examens_. Ain si, en aucun cas, le temps supplérpentaire, l' usage d ' un portable de
même que l' utilisation de logiciels spécialisés ne peuvent remplacer l' utilisation de stratégies
efficaces de compréhension de lecture ou même, la capacité à faire des ·liens avec un texte,
quel que soit son genre.
Nous cherchons donc à savoir, à la lueur de ce constat, s' il s ' avère possible d ' utiliser d ' autres
formes d ' interventions, comme l' enseignement plutôt que la technologie, pour soutenir ces
étudiants en compréhension de lecture, autant en contexte de classe, à la maison ou lorsqu ' ils
sont en examens. Nous cherchons à savoir s' il est possible de les aider à développer des
stratégies, des mesures d ' aide au plan de la compréhension en lecture qui leur permettront
d ' être encore mieux outillés pour réaliser des exainens et des travaux en lecture et surtout,
pour être efficaces dans tous les cours de leur programme d ' études.
Nous insistons sur l' enseignement de stratégies de compréhension en lecture comme
dispositif de soutien d ' abord en raison de l'omniprésence de la lecture, quel que soit le
programme dans lequel un étudiant de niveau collég ial s' inscrit et ensuite, parce qu ' il
demeure un outil essentiel pour devenir un apprenant compétent. Sans 1' utilisation de
stratégies de compréhension de lecture, les étudiants éprouvent beaucoup de difficultés à faire
des inférences durant leur lecture, n'arrivent pas à faire des li ens entre ce qu'ils ont lu et ce
qu'ils connaissent ou comprennent du sujet, n' arrivent pas se questionner durant leur lecture
et surtout, éprouvent des difficultés importantes au moment de clarifier ou de résumer le texte
(Duffy et al, 1987; Long et Long, 1987; Underwood, 1997). Ces difficultés peuvent aussi
mener à un désengagement durant la tâche de lecture et aussi à une démotivation de la part du
lecteur puisqu'à aucun moment, ce lui-ci ne se sent actif durant la lecture d ' un texte
(Dowhower, 1999). De plus, lorsque les étudiants effectuent la transition entre le secondaire
et le collégial; ils constatent que les lectures sont plus nombreuses et se complexifient. Les
étud iants faisant face ·à des di ffi cultés en compréhension réalisent alors que malgré
40
l' utili sation de mesures d' aide com pensatoires, la nécess ité de développer de me ill eures
stratégies de lecture est un incontournabl e (Dowhower, 1999). Cet auteur a auss i menti onné
qu ' un enseignement sur le choix et 1' utili sation de stratégies de compréhens ion de lecture
pe ut amé li ore r les compétences des étudi ants en di ffic ul té de compréhe ns ion de lecture et que,
dans certains cas, il devenait pratique ment impossible de distinguer ces derniers pa1mi les
meilleurs lecteurs dans un groupe.
Nous verrons dans les prochaines secti ons les considératio ns pédagogiques qu ant à
l'ense igneme nt de stratégies de lecture à offrir aux étudiants ayant des diffi cultés importantes
en compréhe ns ion de lecture. Dans un deuxième temps, no us fe rons un bref portrait des
di spos itifs de souti en qui sont déj à en pl ace dans certa ines éco les et qui viennent en aide aux
étudi ants éprouvant des di fficultés importantes au pl an de la co mpréhension de lecture.
2.2
L'enseignement de stratégies en lecture
Les stratégies d' apprentissage sont des étapes ou des procédures effi caces et organi sées dont
un indi vidu se sert pour apprendre, se so uvenir ou po ur acco mplir ce11aines tâches (Sousa,
2001 ). L' utilisation de stratégies aide 1' étudi ant en diffi c ulté à comprendre ou retenir de
nouve lles co nnaissances pour plus tard les intégrer intelligemm ent à ce qu ' il sa it déj à. Les
stratégies d' apprenti ssage peuvent être simpl es au po int de vue cognitif. Par exemple, il peut
s' agir de prend re des notes, de produire des rés um és sous forme de tabl eaux, d' utili ser des
ouvrages de référence, de relire le text e o u de poser des questions à l' e nse ignant. Dans le cas
des stratégies plus compl exes, les recherches de Swanso n ( 1995) et Wong (1982) dé montrent
que les étudiants ayant des difficultés en lecture n'arri vent pas à acquérir se uls de bonnes
stratégies de lecture. Elles doi vent do nc être enseignées pui squ 'ell es aident à accomplir des
tâches plus élaborées qui impliqu e nt plusieurs étapes o u fo nt appe l aux habil etés
intell ectuelles de ni veau supéri eur. Être conscient de ses process us cogni tifs, pl anifi er un e
rédacti on, chercher et corriger ses erre urs, activer ses connaissances a ntéri eures, effectue r le
suivi de ses progrès représentent autant d' exemples de stratégies d' apprentissage comp lexes .
Les étudiants qui présentent des difficultés en lecture ont donc besoin de quelqu ' un
41
d 'expérim enté qu i pui sse expliquer concrètement comment, à quel moment et quand utiliser
les stratégies de lecture compl exes po ur fac iliter le ur compréhensio n en lecture (Swanson et
Paz, 1998).
2.2.1
Le modèle de l'enseignement explicite
Se lon Boyer ( 1993), si l'enseignement de connaissances et la mi se en contexte sont des
conditions nécessa ires à l'acqui s ition des habil etés de lecture, on do it leur ajo uter un
enseignement expli cite, ce qui rend vis ibl e à l' étudiant la procédure so us-jacente à l' hab ileté
à exercer. Le modèle de l'enseig nement explicite s'appl ique princi pa lement à l' enseig nement
de stratég ies d 'apprenti ssage et d 'auto régul ati on. Il repose, au dé patt, s ur l'ense ignant qui
servira de modèle de lecteur aux étud ian ts (G iasso n, 1990). Dans une séance type,
l' enseignant choisit la stratégie à ense igner, la définit et préc ise so n utilité. Alors qu ' il li t le
texte, l' enseignant verba li se ses · process us cogniti fs internes . JI s' agit ici de rendre un
processus menta l interne transparent a ux ye ux des élèves, en le verba li sant et en mo ntrant
comment la stratég ie opère sur un e tâc he précise. Cette conversation métacognitive chapea ute
les dim ensions de l'approche Read ing Apprenti ceship et s'actuali se au moyen de la réfl ex ion
parl ée" (thin k a lo ud) et du parl er a u texte (talk to the text). Peu à peu, l'enseignant se retire
afin de favo ri ser l'autonomi e dans l' utili sation de ces deux stratég ies qui o nt été modelées. Il
est impottant que l'enseignant insiste s ur le mo ment (quand) où les étudiants do ivent utili ser
la stratégie lors de leurs lectures personne ll es. Le modèle de l' enseignement explicite insiste
non seulement sur l'application des stratégies de lecture enseignées, le comment-faire, mais
aussi sur le quoi.faire, le pourquoi faire et le quand faire.
2.2.2
Les stratégies cognitives et métacognitives
On peut classer les stratég ies d ' app rentissage en deux catégories, soient les stratég ies
cogn it ives et les stratégies métacog nitives (Sturo msky, 1997). Les stratég ies cogni tives ai dent
l' étudiant à apprendre certaines tâches pour ensuite les exécuter. Les stratégies cognitives
l' aideront à résoudre un problème, comprendre un concept, ass imi ler une information ou
42
encore, se re mémorer certa ines info rmati ons. Le nombre de stratég ies et les stratég ies e ll es mêmes varient beaucoup selon les a ute urs. E n général, on parl e de stratég ies te ll es qu e
résumer, inférer, se poser des questio ns, acti ver les co nnaissances antéri eures, etc. Les
stratégies métacogniti ves servent à pla nifi er, à gé rer et à éva luer l' apprentissage . L' utilisation
de ces stratégie s permettent à l' apprenant de se fi xer des obj ecti fs au co urs de leur tâche, de
se corri ger en cours de route et d ' utili ser des outil s ou des moyens pos itifs pour s' a ider
lorsqu ' ils rencontre nt des pro blèmes d ' apprentissage. Paris et W inograd ( 1990) maintiennent
que l' utilisation de bonnes stratégies métacog ni tives augmente la capacité d ' ap prenti ssage et
entraîne une motivati o n suppl émentai re chez les étudi ants. Avec 1' utili sation de stratégies
métacogniti ves, les étudi ants apprennent davantage en devenant consc ients de ce qu ' il s li sent
ou écri ve nt. De plus, il s sont plus effi caces pour réso ud re des probl èmes d ' ord re sco laire. Ces
mêmes auteurs insistent sur le fait qu' il est importa nt qu e les stratégies métacogni tives so ient
ense ignées en c lasse.
Dans le Hanbook of Reading Research , Baker et Brown (1984) affirment qu ' il ex iste un li en
entre l' utilisati on de stratégies métacog niti ves et la lectu re efficace. En effet, selon ces
auteurs, la maîtrise des stratégies métacogniti ves et le contrôle qu ' un étudi ant peut avo ir s ur
l' utili sation de cell es-ci ont un li en d irect et criti q ue avec la comp ré hension en lecture. Se lon
Paris, Lipson et Wixson (1983), il ex iste tro is catégo ri es de co nna issances essenti e ll es po ur
établir une rel ati on entre le lecte ur et la tâc he. La premi ère catégorie regroupe les
connaissances déclarati ves fa isant référence au qui et au quoi en lecture . Ces connaissances
déc laratives se di visent en trois caractéristiq ues importantes : les caractéristiq ues personne ll es
.
(ex : ce sujet m ' intéresse, j ' ai de la d iffic ul té avec les mots longs, etc.), les caractéristiques
li ées à la tâche (ex : la lecture se fa it de gauc he à dro ite, les personnages du texte ont
habituell ement des probl èmes à so lut io nne r, etc.) et les caractéristi ques en li e n avec les
stratégies métacogni tives efficaces (ex: je peux uti liser cette image po ur m ' aider à
comprendre, je peux re lire la phrase pour m ' a ider à com prendre ce mot, etc.). La deuxième
catégori e renferme les connaissances procédurales.
Cette catégorie est au cœ ur de la
compréhension de lecture pui sq u' elle impl ique qu e le lecteur do it être en mesure de connaître
43
à quel moment et de quelle façon il doit utili ser les bonnes stratégies métacog nitives en
compréhension de lecture.
Paris et Winograd ( 1983) exp liquent que ces deux catégories à ell es seules ne peuvent s uffire
au lecteur en compréhension de lecture. À ce la doit s' ajouter une trois ième catégorie, les
connaissances conditionnelles. A lors que les deux premières catégories mettent 1' accent s ur
la connaissance et les habiletés, les connaissances condition ne ll es impliquent l'as pect
motivationnel du lecteur. Ces connai ssa nces so nt essentie ll es pu isqu'e ll es permettent au
lecteur de déterminer quand et pourquoi il faut utili ser une stratég ie métacog nitive
particulière. La figure 2.1 montre la relation entre les différents types de connaissances
métacognitives et le li en établi entre les caractéristiques perso nnelles, liées à la tâche, et liées
à 1' utilisation des stratégies.
Figure 2. 1
Connaissances
Caractéristiques
déclaratives
personnelles
Connaissances
Caractéristiques li ées à
conditionnelles
la tâche
Connaissances
Caractéristiq ues li ées à
procédurales
aux stratégies
Relation entre les d ifférents types de connaissances métacog nitives et leurs
variables (Paris et W inograd , 1983)
·
44
La métacognition est un processus qui s' effectue tout au long des étapes de la lecture, soit
avant, pendant et après la lecture (Schmitt, 1988). La figure 2.2 il lustre bien ce contrô le
métacognitif du lecteur en situation de compréhension de lecture et montre les li en s entre les
différentes étapes de la lecture.
Planification
-
Prévision
Prédiction
Questionnement
Activation des con naissances antérieures
Monitorin~
-
-
Confirmer ou non ses prédiction s
Faire de nouvell es prédiction s
Vérifier sa compréhension
Relever les sources de prob lèmes
Résoudre des problèmes 1iés à la lecture
Révision
-
Relire et confinner ou non si les problèmes
sont résolus
Auto-correction de ses erreurs
Accepter ou rejeter la résolution de
problème
Figure 2. 2
Contrôle métacognitif du lecteur en s ituation de compréhension de lecture
(Baker et Brown, 1984)
45
2.2.3
Le concept d'autorégulation dans l'apprentissage de la lecture
Depuis déj à plusieurs années, les recherches po1iant sur l' autorégul ation démontrent qu'il
s' agit d' un point central dans l' apprentissage scolaire (Zimmennan, Bonner et Kovach, 1996).
Les bonnes habitudes de travail créées par l' autorégul ation jouent un rôle important dans
l' apprentissage, la prise de décision, la réso lution de problème et dans la gestion des
ressources telles que le temps, le lieu et la façon dont on s' acquitte d' une tâche. Plusieurs
chercheurs se sont penchés sur les différents concepts qui génèrent l' autorégul ation.
Le concept de l'autorégulation est complexe et met en jeu plusieurs facettes de la psyc hologie
telles que la cognition , la métacognition , la capacité à résoudre des problèmes divers, la prise
de décis ion de même que la motivation et la volition (vo lonté de fa ire la tâche) (Z immerman
et Kitsantas, 2005). Pendant plusieurs années, les chercheurs ont pensé que la motivati on et
volition éta ient un seul et même .concept, alors qu ' auj ourd ' hui , des chercheurs te ls que Corno
(2005) ont déco uvert que ce n' est pas le cas. La motivation est défini e comme étant ce qui
précède l'engagement dans une tâc he et inclut dans ses composantes le désir de réuss ir, les
croyances et les attentes ainsi que les buts fi xés et les intentions. La motivati on orchestre la
poursuite d' un but. Une fois les buts, les intentions et le dés ir de réuss ir établis, il fa ut passer
à un autre stad e, so it l'accompli ssement de la tâche. Cette partie est opérée par la volition et
requiert l'usage de plusieurs composantes. Par exempl e, pl anifier la façon de faire pour
atteindre les buts fixés, prioriser une tâche avant une autre pour s' ass urer de notre réuss ite,
vérifier la qualité de son travail, estimer le temps qu' il faut pour accomplir la tâche ou encore
choisir un lieu appr.oprié pour effectuer la tâche. En résumé, lorsq ue vient le temps de faire
une tâche ou un travail sco laire, l'élève peut compter sur la motivation pour débuter la tâche
et sur la volition pour la poursuivre (Como, 2005).
Ainsi , un lecte ur compétent doit pou vo ir fa ire preuve d' autorégulation dans l' apprenti ssage
de la lecture. Il doit être capable de choisir une stratégie, l' utiliser, en évaluer l' efficacité,
l'abandonner s' il réalise qu ' elle n' est pas appropriée et en cho isir une autre si nécessaire. Pour
ce faire, il doit être accompagné et recevoi r tous les outil s nécessaires pour savoi r com ment,
de quell e façon et pourquoi il doit utili ser cette stratég ie en lecture.
46
2.2.4
L'efficacité des stratégies de lecture
Les premières recherches sur l'efficacité des stratégies d'apprentissage remontent à la
décennie 1970. Des chercheurs américains cherchaient à trouver l'avantage d 'enseigner de
telles stratégies aux étud iants en difficulté. C'est à cette époque qu 'a été conçu le modèle
SIM (Strategies Integration Mode!), une approche qui permettait aux enseignants d' enseigner
efficacement des stratégies de lecture étape par étape et qui rendrait les étudi ants autonomes
dans leurs .apprentissages.
Nous ajouterons aussi que l'ense ignement de stratégies de lecture offre aux élèves en
difficulté la possibilité de mieux comprendre les process us internes au moment où il s
apprennent. Les élèves en difficulté, reconnus généralement pour leur manque de confiance,
ont ainsi la possibilité de voir à quoi est attribué leur succès plutôt que de mettre celui-ci sur
le compte de la chance.
2.2.5
Le Strategie Instruction Model
Le centre de recherche sur les apprentissages de l'U niversité du Texas travaille depui s 1978
au développement de méthodes et d'approches permettant aux étudi ants ayant des difficultés
d' apprentissage d'améliorer leurs compétences en tant qu ' app renants (V all era nd et Martineau ,
2011). Le Strategie Instruction Madel (SIM) est une des approches développées par
l' Université du Texas qui se destine aux étudiants ayant des difficultés en lecture et en
écriture. Étant conscients des standards élevés ex igés par les co ll èges et les univers ités
américains au plan de la lecture (grande quantité de li vres, matéri el de lecture complexe, etc.),
des chercheurs ont décidé d' implanter cette approche dans le but de fournir aux élèves en
difficulté· de lecture et d' écriture, la possibilité de s'améliorer et d'acquérir de meilleures
stratégies d ' apprentissage.
Le Strategie Instruction Mode! se pratique de façon intensive en compagnie d' un enseignant
qualifié. Cette approche intègre deux types d' interventions. Le premier type d'intervention
cible l' enseignement et l' acquisition de stratégies d' apprentissage en lecture telles que
47
l' identification d' un mot, la prédiction , le questi onnement et le vocabulaire. L' interventi on
met auss i l'accent de façon égale sur l' acqui sition de stratégies d' écriture. La deuxième
intervention mise sur le renforcement et l' intégrati on de ces stratégies dans une routine
quotidienne.
Une séance en co mpagnie d' un étudi ant et d' un expe1i dure entre 30 et 60
minutes par jour. Les ense ignants qui dés irent utili ser cette approche ou ses composantes
doivent sui vre une formation auprès des formateurs du centre de recherche sur les
apprentissages, au Texas .
Jusqu ' à ce jour, plus de 3500 écoles aux États-Uni s ont adopté certaines techniques de
l' approche SIM . De nombreuses recherches menées entre autres par Bulgren, Deshler, et
Schumaker ( 1997), Bulgren, Schumaker, et Deshler (1 988 ), Lenz, Bulgren, et Hudson, (1 990)
et Bulgren, Hock, Schumaker, et Deshler ( 1995) sur l' approche SIM , de même qu ' une
évaluation de la .part du département d' éducation des États-Unis ont démontré les rés ultats
pos iti fs de cette implantation dans les écoles améri ca ines. A insi, l' approche SIM permet
d'a ugmenter la réuss ite des étudi ants dans une tâche de lecture et d ' écriture adaptée au ni vea u
sco laire de 1' étudiant.
Ainsi, si nous poursuivons dans la mê me idée que Cmiier et Langevin (200 1), il est possibl e
d' avancer que cette approche répond à l' idée de di spos iti f d' interventi ons secondaire et
te1i iaire puisqu 'elle tient compte non se ul ement des di ffi cultés de l' élève mais aussi de la
spécifi cité des cours de celui-ci.
2.2.6
Le développement des stratégies de lecture grâce à l'enseignement réciproque
Song ( 1997) a effectué une recherch e portant sur le développement de stratégies de
compréhension de lecture à partir de _l' enseignement réc iproque. Le but de cette étude était
d' expérimenter les effets d' un programme d' enseignement de stratégies de lecture sur
l' amélioration des compétences en compréhension en lecture chez des étudiants coréens de
niveau co ll égial. La procédure se basait essentiell ement sur la méthode d 'enseignement
réciproque développée par Brown et Palincsa r ( 1987). Le programme d'enseignement était
48
composé de quatre activités d'enseignement de stratégies de compréhension en lecture. Les
quatre activités avaient pour but de développer les stratégies suivantes : résumer, questionner,
clarifier et faire des prédictions. Ce programme a été enseigné à 68 participants. Un pré-test
et un post-test ont été administrés avant et après l' implantation du programme. Les étudiants
ont été séparés en trois groupes en fonction de leur niveau de lecture et de leurs habiletés à
utiliser des stratégies de compréhension de lecture efficaces. Les chercheurs se sont basés sur
le pré-test pour classer les étudiants dans des niveaux débutants, intermédiaires ou avancés.
L' objectif premier de cette étude était de déterminer si un programme d' enseignement de
stratégies de compréhension de lecture basé sur la méthode de l'enseign ement réciproque
pouvait être bénéfique au développement de la compréhension en lecture chez des étudiants
de niveau collégial. Si c' était le cas, alors le deuxième objectif était de vérifier auprès de quel
groupe cette méthode avait le plus de succès. Les résultats de cette recherche ont démontré
dans un premier temps, qu ' un programme d' enseignement instauré par Song et basé sur la
méthode de l' enseignement réciproque s'avéra it très efficace au plan du développement de la
compréhension en lecture chez des étudiants de niveau co ll égia l. Les étudiants classés dans le
groupe des débutants ont été ceux dont les résultats en compréhension de lecture se so nt
davantage améliorés suite au post-test.
2.2.7
L'enseignement de stratégies de lecture en utilisant l'enseignement explicite
Birch et al. (1995) ont voulu expérimenter l' effet de l'ense ignement exp licite de stratégies de
lecture et d'écriture sur les performances académiques d'étudiants japonais de niveau
collégial. Les pa1ticipants étaient au nombre de cinq. Durant leurs cours, les étudiants ont
reçu un enseignement explicite incluant une variété de stratégies de compréhension de lecture
de même que des stratégies d'écriture. La collecte de données a été effectuée à partir
d ' observation et d'entrevues avec les étudiants. Ces derniers étaient notés sur leurs habiletés
à choisir des stratégies de lecture et d ' écriture efficaces, la fréquence à laquelle ils
choisissaient ces stratégies et de quelle façon elles étaient utilisées.
49
Cette étude a conclu que la méthode de 1'enseignement explicite pour enseigner des stratégies
de compréhension de lecture et d'écriture auprès d'étudiants japonais de niveau collégial
donne des résultats positifs. II a été démontré qu'un plus grand nombre de stratégies de
compréhension de lecture sont utilisées par les étudiants et que ces derniers abordent les
tâches en lecture avec plus de confiance. Les retombées positives de cette recherche
suggèrent même que l'enseignement explicite de stratégies de compréhension en lecture
contribuerait à mettre davantage 1'accent sur la compréhension spécifique d'un texte et non
seulement sur la compréhension globale du texte.
Ainsi, l'enseignement de stratégies de lecture serait un moyen efficace pour aider les élèves
en difficulté et surtout, pour leur offrir la possibilité d'être autonomes en situation de
compréhension de lecture. Nous présenterons, dans les prochaines sections, des recherches
qui démontrent que plusieurs stratégies contribuent à l'amélioration de la compréhension en
lecture.
Dans cette section du chapitre, trois types d'interventions ont été présentées, chacune d 'elles
utilisant une méthode ou une approche différente pour aider les étudiants de niveau collégial
ayant des difficultés d' apprentissage, plus spécifiquement au plan de la compréhension en
lecture. Ces recherches présentent toutes des résultats positifs et répondent en partie aux
besoins des étudiants ayant des difficultés au plan 1'acquisition de stratégies de
compréhension de lecture. Par contre, chaque recherche utilise uniquement une approche de
façon isolée, ce qui pourrait ne pas convenir à certains étudiants. De plus, aucune recherche
ne met 1' accent sur la nécessité de faire des liens entre ce que 1' apprenant lit et ce qu ' il
connaît du sujet, une stratégie qui a été à maintes fois décrite dans ce chapitre comme étant
une stratégie essentielle pour le bon lecteur. Parmi les trois recherches présentées, deux
d' entre elles insistaient à part égale sur 1' enseignement de stratégies de lecture. Il est à noter
qu 'aucune recherche n'a été trouvée au sujet d'une approche visant l' enseignement de
stratégies de compréhension de lecture au collégial et ce, spécifiquement pour des étudiants
présentant un trouble d'apprentissage. Nous pouvons alors nous demander s'il est possible de
trouver une approche en lecture, destinée à de jeunes adultes ayant des difficultés en
- - - -- - - - -
50
compréhension de lecture et ciblant uniquement l'apprentissage de stratégies de
compréhension de lecture et qui regrouperait toutes les stratégies de lecture importantes
mentionnées plus haut, soient résumer, questionner, prédire, faire des liens et clarifier sa
lecture.
2.3
Une approche favorisant la compréhension en lecture
Pendant longtemps, la notion d'apprentissage a été caractérisée par la relation maître-élève
voulant qu'un expert, 1' enseignant ou le mentor, dirige, supporte et aide 1'apprenant, 1'élève
dans ce cas-ci, à améliorer son répertoire d'habiletés en lecture. L'apprenant devait alors
s'engager dans la tâche de lecture, développant ses habiletés en pratiquant et en étant
supporté par l'expert jusqu 'à ce qu'il soit assez autonome et indépendant dans ses
apprentissages (Schoenbach, Braunger, Greenleaf et Litman, 2003).
L'approche Reading Apprenticeship est conçue pour les étudiants qui fréquentent le niveau
secondaire et postsecondaire et est basée sur 1' enseignement de stratégies de lecture
(Greenleaf, Schoenbach, Czico et Mueller, 2001). Un groupe de chercheurs a implanté cette
approche d'abord dans les écoles primaires et secondaires de la région d'Oakland en
Californie et ce, à la demande de certains enseignants qui cherchaient un moyen d'aider les
adolescents en difficulté de lecture qui semblaient avoir atteint leur seuil maximal de
compréhension. Chaque enseignant ayant participé à 1'implantation s'est approprié les
stratégies les plus efficaces en lecture, soit en filmant, soit en notant leurs propres pratiques
ou en regardant des étudiants en processus de lecture.
2.3.1
Les fondements de l'approche Reading Apprenticeship
Pour mieux saisir ce qu'est la démarche de construction des connaissances, il est important de
parler des théories constructivistes de Piaget (1896-1980). Pour Piaget, l'apprenant n'est pas
seulement un réservoir dans lequel on dépose des informations; il est surtout l'acteur dont le
rôle principal est de rendre les connaissances existantes et vivantes en lui et chez l'autre. La
51
dimension sociale des démarches d'accès aux connaissances est donc essentielle, de là
viennent les composants socioconstructivistes. La dimension sociale repose donc sur les
relations interpersonnelles qu'entretiennent les personnes qui ont des rôles sociaux et qui s'en
servent pour donner de la valeur aux informations qu'elles utilisent dans leurs activités
cognitives.
Comme
nous
l'avons
mentionné
précédemment,
l'approche
Reading
Apprenticeship s ' est inspirée des travaux de Vygostky et plus particulièrement du courant
socioconstructiviste. Vygostky est un théoricien qui s' intéressait à l' influence de la culture (la
société) sur le développement cognitif de l'individu et qui avait pour thèse que les cognitions
émergent dans et par l'interaction sociale (Ménard, 2002). Les activités mentales complexes
qui sont intériorisées sont assurées par l'écrit. Selon lui, le langage est le meilleur outil pour
passer de l'intériorisation à l ' extériorisation. « Extérioriser sauve l'activité cognitive de
1'implicite en la rendant davantage publique, négociable et «solidaire»; elle la rend
également plus accessible à 1'intériorisation, c 'est-à-dire à la réflexion à la métacognition
ultérieure » (Ménard, 2002, p.2). Pour Vygostky, l'apprentissage (mots, procédés, stratégies)
et le développement psychologique d'un apprenant se fait uniquement lorsqu'il est en contact
avec l'adulte ou avec la collaboration des autres apprenants.
Le socioconstructivisme se base sur la théorie selon laquelle chaque être humain :
Construit sa connaissance et que tout apprentissage passe par une activité mentale
de réorganisation du système de pensée des connaissances existantes de chacun.
Sans cette activité aussi invisible qu'intense et complexe, aucun savoir nouveau ne
peut être intégré. Elle insiste en outre sur le rôle majeur des interactions sociales
pour que cette activité de construction ait lieu (Vellas, 2008, p .l ).
Contrairement à Piaget qui a développé la dimension purement cognitive des apprentissages,
Vygostky, en raison de l'intérêt qu'il porte aux relations interpersonnelles de même qu'au
développement de l'humain dans son environnement, a observé les interactions sociales
associées au développement des connaissances. C' est pour cette raison que la dimension
sociale du constructivisme lui est attribuée.
52
L'acquisition de l'approche Reading Apprenticeship se fait par l' entremise de l'enseignant
qui partage son expertise et son expérience de lecteur accompli.
Schoenbach (1999)
décrivent le travail de l'enseignant comme celui d'un modélisateur. Lorsqu ' il modélise
devant les élèves sa façon de lire un texte, il insiste sur des stratégies importantes qui sont
toutes liées les unes aux autres. Ces cinq stratégies, qui seront définies dans le prochain
paragraphe, sont la capacité de faire des prédictions avant de lire le texte, le questionnement
face au texte, faire des liens entre le lecteur et le texte, la clarification de même que le résumé.
Cette approche a été conçue pour les adolescents puisque ceux-ci ont assez de connaissances
antérieures en lecture en plus d'un bagage culturel intéressant pour comprendre les textes qui
leur sont présentés. L'approche Reading Apprenticeship permet aux étudiants d' accéder
davantage à une variété de textes qui leur permettront de lire plus régulièrement et d'acquérir
un répertoire des stratégies de lecture efficaces pour la durée entière de leurs études, peu
importe le style de lecture qui sera proposé (Schoenbach, 2000) . Elle insiste aussi auprès des
adolescents afin de leur faire prendre conscience que c' est à partir de leurs expériences et de
leurs multiples lectures qu'ils peuvent devenir des lecteurs plus compétents .
2.3.2
L'origine de l'approche Reading Apprenticeship: cinq stratégies à privilégier
L'approche R.A intègre quatre stratégies empruntées à l'enseignement réciproque et en ajoute
une cinquième (Schoenbach, 2000).
Faire des prédictions
Sur le plan biologique, 1'habileté à faire des prédictions a permis la survie de nombreuses
espèces (Wolsey et Fisher, 2008). Dans le cas de la lecture, lorsque le lecteur fait des
prédictions, il doit utiliser cinq processus importants : activer ses connaissances, réfléchir aux
multiples sens que pourra avoir le texte, anticiper qu ' il faudra peut-être modifier ses
prédictions, réfléchir aux différentes stratégies de lecture qui devront être utilisées et surtout,
faire des liens entre ce qui est écrit et ses propres connaissances (Block, Rodgers et Johnson,
2004). En résumé, si prédire est la stratégie d'apprentissage en lecture à utiliser en premier
lieu, elle est aussi celle qui requière le plus de stratégies à activer en même temps.
53
Les étudiants développent l'habitude d'antiçiper ce sur quoi le texte portera en formulant des
hypothèses. Ils peuvent s'appuyer sur le titre, sur les illustrations ou simplement sur la façon
dont le texte est construit. Ou même encore, ils peuvent faire des liens avec la matière
abordée en classe.
Se poser des questions
En général, les lecteurs utilisent la stratégie du questionnement avant, pendant et après une
situation de compréhension en lecture. Ces questions peuvent alors être en lien avec le
contenu du texte, sa structure ou le vocabulaire utilisé dans le texte. Lorsque les étudiants
génèrent des questions pendant et après la lecture d'un texte, ils renforcent leur
compréhension et peuvent faire leur résumé de façon plus efficace. Quand les élèves mettent
en place la stratégie de questionner le texte, ils commencent d'abord par identifier
1'information qui leur semble la plus pertinente et qui pourrait engendrer un questionnement.
Ils notent dans la marge leurs questions et tentent, une fois qu'ils parcourent le texte, d'y
répondre. S'ils n'y an·ivent pas, alors ils peuvent garder cette question et la partager avec le
reste du groupe.
Faire des liens
Certains auteurs, comme Harvey et Goudvis (2000), ont expliqué comment nos expériences,
nos connaissances, nos émotions et notre compréhension affectent nos apprentissages et la
façon dont nous apprenons. Toutes ces facettes forment ce que l' on appelle les connaissances
antérieures et différencie la façon dont un étudiant entreprend la lecture d'un texte. De façon
générale, les bons lecteurs comptent sur ces connaissances et sur leurs expériences en tant
que lecteurs pour les aider à comprendre ce qu'ils lisent et aussi pour être en mesure de faire
des liens avec le texte lu. Les étudiants ayant des difficultés au plan de la compréhension de
lecture lisent généralement un texte d'un trait, et ce, sans considérer si le texte a du sens. Ils
font rarement des liens entre la compréhension de lecture et leurs propres connaissances sur
le sujet et comprennent peu qu'ils peuvent faire appel à leurs connaissances antérieures s'ils
ne comprennent pas bien certaines parties du texte (Harvey et Goudvis, 2000). Cette
54
composante permet aux étudiants de faire des liens entre le texte et leurs propres expériences
personnelles.
Clarifier
La clarification est une stratégie particulièrement importante pour les étudiants présentant des
difficultés de compréhension en lecture. Lorsque l'enseignant demande d'appliquer cette
stratégie, 1'étudiant doit être en mesure de clarifier les raisons pour lesquelles un texte est
difficile à comprendre (vocabulaire nouveau, mots qui ne sont pas familiers, concepts
difficiles à retenir, etc.) et doit prendre les mesures nécessaires pour remédier à son
incompréhension, par exemple en effectuant une relecture ou en demandant de 1'aide.
Résumer
Il n'y a pas de lecteur qui puisse tout retenir lors de la lecture d'un texte, la raison étant que la
charge cognitive devient tout simplement trop grande. Pour Keene et Zimrnerman (1997), le
résumé est lié directement à l'esprit de synthèse. Le résumé donne l'opportunité d ' identifier
et d ' intégrer les informations les plus pertinentes d'un texte. Le résumé permet aux étudiants
d'améliorer leur compréhension de lecture car il les aide à construire un portrait d'ensemble
de ce qui a été lu (Rinehart, Stahl et Erikson, 1986). Le résumé du texte peut se faire de
différentes façons: l'étudiant peut retenir la phrase principale de chaque paragraphe et en
faire une synthèse du texte, ou il peut carrément réécrire le texte dans ses propres mots. Il
peut aussi, dans son résumé, intégrer des passages importants ou des citations du texte qui
sont nécessaires à sa compréhension.
Le but de 1' enseignement de ces stratégies est de faciliter la lecture, tant pour 1' enseignant
que pour le reste du groupe. Dans les années 1980, Palincsar et Brown (1985) ont mené une
série de recherches pour déterminer les effets positifs de l'enseignement réciproque. Ils ont
découvert que les étudiants ayant travaillé avec le modèle de 1' enseignement réciproque sont
moins dépendants de leur enseignant quand vient le temps de réaliser une lecture ardue. De
plus, ils ont amélioré la qualité des résumés de lecture demandés par les enseignants.
55
2.3.3
L'enseignement explicite et la conversation métacognitive dans l'approche R.A
De nombreuses études empiriques démontrent 1' efficacité de la réflexion à haute voix dans la
réussite en compréhension de lecture (Baumann et al. 1993 ; Davey, 1983; Nist et Kirby, 1986;
Oster, 2001; Womack, 1991). Dans une récente étude de Block (2004), on a demandé à 630
élèves de sixième année ce que leur enseignant pouvait faire de plus pour les aider à mieux
comprendre en situation de lecture. Les réponses les plus fréquentes ont été que les étudiants
désiraient que leur enseignant leur montre ce qui se passe dans leur tête lorsqu 'ils sont en
situation de compréhension de lecture. Une autre étude de Garcia (2002) a conclu que cette
demande provient surtout des étudiants rencontrant des difficultés importantes au plan de la
compréhension de lecture. La réflexion à haute voix est une stratégie métacognitive où
1'enseignant verbalise à voix haute ses pensées et ses idées pendant qu ' il lit un texte et ce,
dans le but de modeler aux étudiants ses processus mentaux de compréhension de lecture
(Harris et Hodges, 1995). La réflexion à haute voix permet aux lecteurs de s'arrêter de temps
à autre durant leur lecture afin de mieux saisir ce qu'ils comprennent du texte et de faire des
liens pour ce qui s'en vient. Block (2004) et Os ter (200 1) ont démontré que cette prise de
conscience des processus métacognitifs a permis à de nombreux étudiants d'augmenter de
façon significative leurs résultats lors d'examens de compréhension de lecture. De plus, la
réflexion à haute voix a permis aux élèves en difficulté de s'engager davantage en situation
de lecture et de renforcer leur habileté à choisir des stratégies plus efficaces lorsqu 'ils font
face à des difficultés au plan de la compréhension de lecture.
2.4
L'implantation de l'approche Reading Apprenticeship au niveau
postsecondaire
L'approche Reading Apprenticeship connaît un grand succès au niveau primaire et secondaire
chez nos voisins du Sud (Ouellet 2008 ; 2009). Déjà très populaire aux États-Unis, l'approche
Reading Apprenticeship commence peu à peu à être introduite dans les classes québécoises.
Des projets d'implantation ont débuté dans la grande région de Montréal de même qu 'à Laval
et ce, dans quelques écoles secondaires. Lorsque nous nous intéressons particulièrement à son
implantation au niveau collégial et universitaire, encore une fois, on constate que des
56
universités américaines ont commencé 1'implantation de 1'approche Reading Apprenticeship.
Par contre, en parcourant la littérature québécoise et canadienne, nous constatons qu'il n'y a
pas d'articles ou de recherches se rapportant à l'implantation de l'approche Reading
Apprenticeship au niveau collégial. Ainsi, jusqu'à ce jour, bien que des expérimentations ont
eu lieu au secondaire, aux secteurs des jeunes et des adultes (Ouellet 2008 ; 2009), aucune
implantation de 1'approche R.A n'a été effectuée au niveau collégial ou universitaire au
Québec.
2.4.1
L'approche R.A aux États-Unis: une approche utile au niveau postsecondaire
L'approche R.A est présentement implantée dans 20 collèges universitaires étatsuniens.
Aujourd'hui, la majorité de ces collèges ont implanté l'approche R.A dans des domaines
d'études tels que 1'anglais, les sciences et 1'administration (Ouellet 2008; 2009) .
L' approche R.A est aussi connue mondialement. Une recherche en Malaisie a démontré les
effets positifs de l'implantation de l'approche R.A pour développer de meilleures
compétences en compréhension de lecture en anglais. Mehdian (2009) a publié un article
portant sur 1' approche R.A. L'étude consistait à voir les impacts de 1'approche R.A sur le
développement de la compréhension en lecture pour des étudiants asiatiques. Les sujets de
1' étude, au nombre de 17, étaient des étudiants étrangers provenant de la Malaisie, de la
Chine, de l' Indonésie, du Japon et des pays arabes qui se sont inscrits à un cours d'anglais
langue secondaire de niveau intermédiaire afin de parfaire leurs compétences en lecture. La
plupart des participants étaient des étudiants ayant terminé leurs études secondaires et
désirant poursuivre des études supérieures dans un collège ou une université dans un autre
pays que la Malaisie et
où les études se font exclusivement en anglais .
À la demande de l' enseignante qui connaissait peu le modelage de stratégies en lecture et
connaissait les limites du groupe quant à l'apprentissage de stratégies cognitives, Mehdian
(2009) a décidé d'explorer la possibilité d'implanter l'approche R.A dans ce groupe. Dès le
début, les apprenants se sont engagés dans un processus de résolution de problèmes pour
57
mieux comprendre les textes écrits en anglais. La dimension sociale propre à l'approche R.A
a été instaurée de façon à ce que les élèves apprennent ensemble. Dans un premier temps, la
démarche d'enseignement a été pour l'enseignant de présenter chaque stratégie et demander
aux élèves comment celles-ci pouvaient leur être utiles dans la lecture d'un texte et dans quel
contexte elles pouvaient être utilisées. Ensuite, 1' enseignante a introduit chaque stratégie avec
des exemples. Suivant cette étape, la réflexion parlée était modelée par 1'enseignante afin de
bien comprendre les processus mentaux engendrés par cette stratégie. Par la suite, les élèves
ont été invités à se placer en petits groupes pour effectuer une tâche en compréhension de
lecture. Avec la collaboration des pairs, les élèves ont pu mettre en pratique l'utilisation des
stratégies présentées et partager leurs impressions sur le texte. Durant les 36 séances de
l'intervention, les stratégies ont été apprises et expérimentées individuellement, en petits
groupes et puis, en grand groupe. Plusieurs séances ont été attribuées à la pratique de la
conversation métacognitive pour aider les élèves à prendre conscience du type de difficultés
rencontrées lors de la lecture d'un texte et pour les rendre habiles à choisir rapidement le type
de stratégies de lecture qui convient pour pallier les difficultés.
Après 35 séances, les étudiants ont passé un test afin de comparer leurs résultats. Deux mois
se sont écoulés entre la passation du pré-test et du post-test. Les résultats ont démontré que
les 17 participants ont enregistré une amélioration importante en comparaison du pré-test. En
moyenne, les étudiants ont effectué une progression de 15%. Outre le pré-test et le post-test,
des entrevue ont été réalisées avant et après l'expérimentation afin d'obtenir les réflexions
des étudiants quant à leur habileté à choisir de bonnes stratégies en compréhension de lecture.
Les entrevues ont montré que dans la majorité des cas, les étudiants ont développé plus
d'autonomie face à une tâche de compréhension de lecture en anglais.
2.4.2
Les effets de l'implantation de la R.A en Californie
Une autre recherche effectuée aux États-Unis a démontré l'efficacité de l'approche R.A
auprès d' étudiants de cinquième secondaire. Johnson (2008) s' est intéressée à l'implantation
de l'approche R.A. L' école a décidé d'adopter cette approche dans le but d'améliorer les
58
perfonnances en compréhension de lecture dans un domaine d'étude tel que les sciences. À la
suite de cette implantation, Johnson a décidé d'évaluer l'efficacité et les difficultés liées à
l'implantation de la R.A.
À chaque dimension (sociale, personnelle, cognitive, construction des connaissances),
Johnson y associe deux stratégies de compréhension. Pour la dimension personnelle, les
élèves devaient utiliser la stratégie parler au texte et devaient compléter un journal utilisant
des stratégies métacognitives pour chaque lecture effectuée en sciences. Quant à la dimension
sociale, les élèves devaient utiliser la liste de stratégies de lecture établie par 1'enseignant et
devaient, pour chaque laboratoire en classe, travailler de façon collaborative avec leurs pairs
sur les lectures qui précèdent le laboratoire. La dimension cognitive incluait deux stratégies,
soient utiliser les stratégies de lecture qui étaient inscrites sur des affiches dans la classe lors
des discussions en grand groupe et résumer leur lecture après chaque retour en grand groupe.
Pour tenniner, la dimension portant sur la construction des connaissances consistait pour les
étudiants à formuler leurs prédictions face au texte dans leur journal de bord et ce, pour
chaque lecture. Ensuite, les étudiants devaient choisir cinq mots importants du texte et les
inclure dans leur journal. Enfin, les étudiants devaient, pour chaque unité du texte, construire
un mur de connaissances qu'ils affichaient dans la classe.
Pour augmenter leur intérêt pour les sciences, les étudiants complétaient chaque semaine des
travaux dans cette matière. L'enseignant sélectionnait une unité dans le livre, procédait à un
pré-test en compréhension de lecture puis après avoir lu le texte et incorporé des stratégies de
lecture, il procédait à un post-test en compréhension de lecture sur la même unité et passait
un questionnaire sur leur confiance face à la lecture de ce texte, à leur attitude face aux
questions posées en lien avec le texte et face à leur capacité à retenir l'information lue.
À chaque pré-test et à chaque post-test, Johnson a examiné les attitudes, la confiance et la
capacité à retenir l 'information chez les élèves . De plus, elle a fait des pré-entrevues et postentrevues avec les groupes ciblés en sciences pour connaître leurs attitudes et leur degré de
confiance lorsqu' ils étaient face à un texte en sciences. Elle a aussi fait tenir un journal à
59
l'enseignante afin qu'elle y inscrive ses propres attitudes et les défis auxquels elle devait faire
face durant 1'implantation de 1'approche R.A.
Les résultats de cette étude ont démontré que les étudiants utilisaient une plus grande variété
de stratégies de lecture et deviennent moins dépendants de leurs parents ou de leur
enseignante quand vient le temps d'effectuer des tâches en compréhension de lecture en
sciences. De plus, la confiance des élèves de même que leur attitude face à une tâche en
compréhension de lecture se sont vues évoluer de façon positive. Finalement, leur degré de
compréhension en lecture en sciences a augmenté et permet des discussions plus
approfondies entre les étudiants. Les enseignants ont trouvé que leurs étudiants étaient
devenus plus compétents et qu'ils pouvaient présenter une plus grande variété de textes aux
élèves.
L'implantation de l'approche R.A dans ces collèges a entraîné d' importantes retombées au
plan scolaire pour les étudiants. À la suite de cette implantation, les étudiants lisent davantage,
ont augmenté leur confiance en tant que lecteur et s'engagent plus facilement dans une tâche
en lecture. De plus, ils ont réussi à développer un large éventail de stratégies leur permettant
de mieux réussir en compréhension de lecture. Ces changements positifs ont favorisé chez les
étudiants ayant des difficultés de lecture une meilleure capacité à interagir avec leurs
enseignants et leurs collègues de classe quand vient le moment de discuter ou d'interpréter
certains textes. De plus, l'implantation de l'approche R.A a permis aux étudiants d'améliorer
leur capacité à retenir 1' information lue.
Pour les enseignants de ces élèves qui présentaient des difficultés en lecture, les avantages
sont aussi nombreux. D 'abord et avant tout, ils comprennent mieux les difficultés de l'élève.
De plus, l'approche R.A a permis aux enseignants de développer de meilleurs outils pour
répondre aux besoins des élèves en difficulté de lecture. En plus, cette approche a permis aux
enseignants d'augmenter leur sens des responsabilités et de mieux comprendre leur rôle de
leader lorsque vient le temps de présenter des lectures en classe.
60
2.5
Objectifs spécifiques de recherche
Nous constatons que, tout conune les établissements pnma1res et secondaires, le réseau
collégial offre au besoin des accommodements, avec des outils technologiques tels le portable
ou l'utilisation de logiciels spécialisés pour les étudiants ayant des troubles d'apprentissage.
Par contre, il est clair que ces mesures sont ponctuelles et n'aident pas les étudiants dans le
développement de leurs compétences en compréhension de lecture, une lacune importante
chez les étudiants de niveau collégial qui présentent des troubles d'apprentissage.
Certaines recherches mentionnées précédemment, notanm1ent celles de Davies et McNeill
(2005) ont soutenu que le meilleur service que les étudiants ayant un trouble d'apprentissage
ont reçu provient des centres d'apprentissage qui se spécialisent dans l'intervention auprès de
cette clientèle émergente. L'état de la situation indique que les étudiants ayant des troubles
d'apprentissage et présentant des difficultés importantes au plan de la compréhension en
lecture nécessitent des mesures d' aide particulières de la part d'un personnel qualifié.
Dans le chapitre précédent, nous avons constaté que Cartier et Langevin se sont intéressées
aux dispositifs de soutien des élèves en troubles d'apprentissage. Elles concluent sur la
nécessité pour les établissements postsecondaires d'offrir plus de dispositifs d' aide visant une
intervention secondaire et tertiaire qui tient davantage compte de la spécificité de l'étudiant,
du contenu des programmes, des cours, des attentes des enseignants, des activités
d' apprentissage et des ressources disponibles. Nous avons vu entre autres, que des ressources
au collégial sont de plus en plus disponibles pour. soutenir et animer des ateliers auprès des
étudiants ayant des troubles d' apprentissage, notamment par la création de Services
d'adaptation scolaire ou de Services d ' aide à l'intégration des étudiants.
En effectuant un tour d'horizon des différentes mesures d'aide offertes pour soutenir les
élèves en difficultés de compréhension de lecture, nous constatons qu ' il en existe quelques
unes, qui s'appuient notamment sur l' enseignement réciproque ou l'enseignement explicite.
Par contre, bien qu ' efficaces, certaines de ces différentes approches ne ciblent pas
-
- - - - - - --
- --
- - - - - - - --
61
spécifiquement les stratégies de compréhension de lecture, intégrant généralement les
stratégies d'écriture.
Aux États-Unis, l'approche R.A a fait ses preuves aux ruveaux pnmatre et secondaire.
Ouellet (2008 ;2009) constate entre autres qu'au Québec, les écoles secondaires et des centres
d'éducation des adultes remportent un succès notable dans l'implantation de l'approche R.A
auprès des élèves en difficulté de compréhension en lecture. Serait-il possible d'implanter
certaines stratégies liées à cette approche au collégial avec 1'aide d'une ressource spécialisée
pour soutenir plus spécifiquement les étudiants ayant des troubles d'apprentissage dans leurs
difficultés de compréhension en lecture et d'en analyser les impacts dans leurs programmes
d'études?
Objectifs spécifiques
Considérant les études antérieures recensées et les nouvelles connaissances en sciences de
1'éducation portant sur 1' enseignement de stratégies de compréhension de lecture chez les
apprenants qui éprouvent des difficultés, les deux objectifs spécifiques visés dans la présente
recherche sont les suivants :
1. Favoriser le développement de stratégies de compréhension en lecture d'élèves du collégial
ayant des troubles d'apprentissage ou un TDAH au moyen d'un atelier inspiré de
l'approche Reading Apprenticeship;
2. Identifier et analyser les stratégies de lecture (cognitives et métacognitives) développées à
la suite de cet atelier en les comparant avec celles utilisées avant 1'atelier en considérant
leur programme d'études et leur trouble d'apprentissage.
CHAPITRE III
MÉTHODOLOGIE
Cette partie présente les aspects méthodologiques de notre recherche. Elle justifie en premier
lieu le choix de l'approche méthodologique. Elle présente également une description des
procédures, le choix des participants, exposant ensuite comment les étudiants ont complété
les diverses tâches. Le déroulement de la collecte de d01mées, de l' intervention et le plan
d'analyse y sont aussi décrits.
3.1
Le choix de l'approche méthodologique : l'étude de cas multiples
Pour réaliser cette recherche, nous avons choisi 1'étude de cas multiples. Selon cette
perspective, l'étude de cas effectuée ne réfère pas à une méthode proprement dite, mais plutôt
à une approche méthodologique faisant appel à plusieurs méthodes où plusieurs entités
différentes qui pourront être comparées entre elles afin de rriieux distinguer les particularités
de chaque cas (Roy, 2003). Cette analyse descriptive de cas multiples (Yin, 2003 ; Stake,
2000) nous permet de décrire et analyser les stratégies cognitives et métacognitives utilisées
par les participants avant et après la tenue d' un atelier inspiré de l'approche R.A. Les
recherches antérieures traitent d'interventions individuelles ou en groupe qui pourraient
favoriser la réussite scolaire des étudiants ayant des difficultés au plan scolaire, comme nous
l'avons présenté dans le chapitre II. Nous avons choisi l'étude de cas multiples puisqu' il
s'agit d'un phénomène nouveau, aucune étude québécoise n'ayant encore expérimenté cette
approche auprès de cette clientèle. Pour cette recherche, nous nous intéressons à un ensemble
d'individus qui étudient au niveau collégial et qui ont à la fois un trouble d'apprentissage et
des difficultés importantes au plan de la compréhension en lecture. Ces mêmes étudiants
63
étudient dans des programmes d ' études différents dont les cours nécessitent de maîtriser de
bonnes stratégies de compréhension de lecture.
Comme nous l' avons mentionné dans les chapitres précédents, quelques auteurs comme
Langevin et Cartier (2001) ont insisté sur l'i mportance de conduire des études sur des
services d'accompagnement te1tiaire comportant une intervention individualisée. C'est pour
cette raison que nous avons opté pour l'étude de cas multiple s. Nous avons inclus à cette
recherche l'observation directe du phénomène à étudier et des entretiens semi -structurés
auprès de sujets directement concernés en tant qu ' acteurs, so it les étudiants de niveau
collégial ayant des troubles d'apprentissage et rencontrant des difficultés importantes en
lecture. Nous croyons que cette étude arrive à point puisque, au moment de notre collecte de
données, le MELS se penche déjà sur la nécess ité d' offrir des di spositifs de so utien adaptés
aux clientèles émergentes présentant un trouble d'apprenti ssage (MELS, 201 0).
3.2
Caractéristiques du milieu
Le Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu est le seul établissement d'enseignement supérieur de
Saint-Jean-sur-Richelieu, ville et région. Ce collège accueille environ 3 000 étudiants dans
plus de 16 programmes d'études pré-universitaires et teclmiques, et près de 3 000 adultes dans
le secteur de la fmmation continue et des programmes de fmmation sur mesure aux
entreprises.
Nous avons sélectionné ce collège puisq u'i l offre une ressource pour les étudiants ayant un
trouble d'apprentissage, soit une o1thopédagogue. Celle-ci s'occupe du Service d'adaptation
scolaire. Lors de sa création en août 2008, le Service d'adaptation scolaire a accueilli et
intégré 45 étudiants ayant des besoins particuliers. De cette catégorie, 28 étudiants
présentaient un handicap moteur, neurologique, visuel ou auditif, 15 présentaient un trouble
d'apprentissage ou un déficit de 1' attention et deux étudiants présentaient un problème grave
de santé mentale. Une année plus tard, soit en août 2009, le Service d'adaptation sco laire
connaît, comme la plupart des cégeps, un accroissement important ; 65 étudiants sont inscrits
64
au Service et requièrent des mesures d'aide diverses. Panni ceux-ci, on dénombre une
augmentation majeure des étudiants ayant un trouble d'apprentissage diagnostiqué. On peut
expliquer cet accroissement, entre autres, par la publicité faite l'année précédente par les
différents médias de la région ainsi que par une tournée des écoles secondaires de la région.
Dans la Figure 3.1 présentant la répartition des différentes clientèles ayant des besoins
particuliers à l'automne 2009, on peut constater que la clientèle d'étudiants ayant un trouble
d' apprentissage occupe une proportion importante. La cl ientèle ayant un handicap a toujours
constitué une majorité dans le passé. Or, on remarque qu' en comparaison avec l'année
précédente, bien que le nombre d'étudiants handicapés soit demeuré relativement stable à
45 %, soit 28 étudiants, elle ne constitue plus la clientèle majeure du Cégep. En ce qui à trait
au reste des étudiants, la Figure 3.1 illustre que les étudiants ayant des troubles
d'apprentissage constituent 55% de la clientèle ayant des besoins particuliers. Ainsi, en une
année, le nombre d'étudiants ayant un trouble d'apprentissage diagnostiqué a plus que doublé,
passant de 15 à 34.
Répartition des différentes clientèles au
Cégep Saint-Jean-sur Richelieu A-2009
• Troub les d'apprenti ssage
• Troubles orga niqu es
1%
• Défic ience motrice
• Défic ience visuell e
• Défic ience auditive
• Troubles de sa nté menta le
• Troub les neurologiqu es
• Autres
Figure 3. 1
Répartition des différentes clientèles de l' adaptation scolaire au Cégep SaintJean-sur-Richelieu (A-2009)
65
En comparant ces données à celles de 2008, on constate l'augmentation importante de la
clientèle d' étudiants ayant un trouble d' apprentissage. C' est une des raisons qui a motivé
l'embauche d'une otthopédagogue. Ce recrutement de personnel qualifié en éducation
spécialisée est commun à seulement quelques cégeps au Québec et a motivé la conduite
d'une recherche quant à un dispositif d' aide pour certains étudiants ayant des troubles
d'apprentissage et présentant des difficultés au plan de la compréhension de lecture.
3.3
Les procédures
3.3.1
La sélection de l'échantillon
L'échantillon est composé de cinq étudiants francophones de niveau collégial et provenant
tous du Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu. Parmi les cinq étudiants sélectionnés, il y quatre
filles et un garçon. L'âge moyen est de 24.4 ans, variant entre 18 et 39 ans. Sur les 20
formulaires qui ont été envoyés par la poste aux étudiants du Cégep ayant des troubles
d'apprentissage diagnostiqués, nous avons obtenu sept accords de participation et f01mulaires
de consentement signés retournés au Service d' adaptation scolaire. Parmi les sept étudiants
ayant signé le formulaire de consentement, deux n' ont pu se joindre au groupe soit parce que
leur horaire était incompatible avec le reste du groupe ou parce qu ' ils avaient déjà un horaire
trop chargé. Cinq participants ont pu faire l' objet d'une triangulation des données au moyen
de différents instruments: questionnaires , entrevues et observations (Roy, 2003).
Les cinq participants sont inscrits dans des programmes d'études supérieures variés et sont
tous à temps complet; deux sont inscrits au programme de Techniques de travail social, un en
Techniques d'analyses biomédicales et un en Techniques de Gestion de commerce. Dans le
dernier cas, le programme de son choix n' étant pas ouvert à la session d'hiver, ce dernier
s' est inscrit en session d'accueil et d'intégration et entrera en Techniques de travail social à la
session d'automne 201 O. Parmi les cinq étudiants retenus pour l' étude, deux étudiants ont un
diagnostic reconnu de TDAH, tandis que les trois autres présentent un diagnostic formel de
dyslexie mixte, c' est-à-dire qu ' ici, le trouble est à la foi s de nature phonologique et lexicale.
66
3.3.2
Les instruments
Les in struments ont été traduits, adaptés et validés pour la présente étude. Les trois
questi onnaires présentés p ennettront de réali ser notre de uxième obj ectif qui était d' identifier
et d' analyser les stratégies de lecture cog niti ves et métacogniti ves développées à la suite de
l'atelier en les comparant à ce lles utili sées avant l'ateli er en considérant le programme
d'études et le trouble d'apprentissage des étudi ants. Nous avo ns sélecti onné ces trois
questionnaires parce qu ' une foi s combinés, ils offrent une variété de questions en lien direct
avec le choix de stratégies cognitives et métacognitives en lecture.
3.3.3
Les questionnaires
Le premier questionnaire présenté est le Rép ertoire des connaissances métacognitives en
lecture 11 (Jacob et Paris, 1987) (Voir Appendice C). Il s'ag it d' un questionnaire qui a été
traduit et vérifi é par un expert. Ce questionnaire à choix multiples a été construit afin de
recueillir des informations sur l' utilisation des stratégies de lecture chez les étudiants. À la
di ffé rence du questi onnaire précédant, le répertoire des co nn aissances métacognitives en
lecture contient 20 questions plus spéc ifiques et di visées en quatre catégories : évaluation,
pl anification, régulati on et connaissances conditi onne ll es. Chac une des questi ons contient
trois choix de réponse. À chaque réponse est attribué un score de 0, 1, ou 2 points o ù 0 est
associé à un e réponse in appropri ée, 1 à un e ré ponse partie llement appro priée et 2, à une
réponse appropriée. Pour chaque question, les cho ix de réponses ont été pl acés au hasard afin
que de minimiser l'effet de positionnement lors de la passati on du questionnaire . Le ca lcul du
.score et l' interprétation se fo nt de faço n q uantitative. Le score de chaq ue catégorie est rep01té
sur une note de 10 et permet de vo ir où se situent les faibl esses des partici pants se lon la
catégorie. Voici un exempl e des questions posées au tableau 3. 1.
11
Traduction libre de Ouellet et Rivard, 20 Il .
- - ----
------ -- - - - - - - - - - - - - - ,
67
Tableau 3. 1
Exemples de questions posées au Répertoire des connaissances métacognitives en lecture
(Paris et Jacob , 1987)
Volet Évaluation
1. Que trouvez-vous le plus difficile lorsque vous êtes en situation de lecture?
A. Lire à haute voix des
mots difficiles .
B. Ne pas comprendre
l' histoire .
C. 11 n' y a rien que je
trouve difficile en
situation de lecture
Volet Planification
5. Avant de débuter votre lecture, que faites-vous pour vous a ider à mieux lire?
A. Vous ne planifiez
rien . Vous débutez vote
lecture immédiatement.
B . Vous choisissez un
endroit confortable
pour lire .
C. Vous pensez à la
raison pour laquelle
vous devez lire .
Volet Régulation
2. Pourquoi lisez-vous certains passages dans un texte?
A. Parce que c'est un
bon exercice.
B. Parce que vous
n'avez pas compris
certains passages.
C. Parce que vous
avez oublié certains
mots.
Volet Connaissances conditionnelles
1. Si vous lisiez une histoire pour le plaisir, que feriez-vous?
A. Regarder les images
pour comprendre
1' histoire
B . Lire l' histoire le
plus .rapidement
possible.
C. Imaginer l' histoire
dans votre tête et en
faire un film
Le deuxième questionnaire s' initiale Conscience métacognitive des stratégies de lecture de
Mokhtari et Reichard (2002) (Voir Appendice D). Ce questionnaire validé et traduit par les
auteurs
est un questionnaire autorapporté portant sur les stratégies cognitives
et
métacognitives en compréhension de lectu re que disent utiliser des étudiants adolescents o u
adu ltes lorsqu ' ils lisent pour des raisons académ iques et non académiques . Le questionnaire
comprend 30 items et regroupe trois catégories de stratégies : les stratég ies de lecture g loba le,
les stratégies de résolution de problèmes en lecture et les stratégies de soutien en lecture. La
68
première catégorie qui comprend les stratégies de lecture globale contient 13
items et
présente un ensemble de stratégies orientées vers 1' analyse globale d' un texte. Voici des
exemples d'énoncés: «Lorsque le texte devient plus difficile, je deviens plus attentif », « Je
vérifie si les prédictions que j ' ai faites sur le texte au début son justes», « J'essaie de deviner
de quoi le texte parlera quand je débute ma lecture». Ces stratégies ciblent principalement la
prédiction, l'intention de lecture et la recherche d' indices dans le texte.
La deuxième catégorie, celle qui comprend les stratégies de résolution de problèmes, contient
huit items qui visent l'utilisation de stratégies utiles lorsque le texte devient difficile à lire.
Voici des exemples des questions posées : « J'arrête ma lecture de temps en temps pour
mieux comprendre ce que je viens de lire», « Lorsqu'il y a des mots que je ne connais pas,
j'essaie de deviner ce qu ' ils signifient », «J'essaie de me faire une image du texte pour me
souvenir de ce que j ' ai lu ». L' usage de ces stratégies permet aux lecteurs de parcourir le
texte en entier avec succès.
La troisième catégorie, 1'utilisation de stratégies de soutien, contient neuf items et cible
l' utilisation d' un matériel de soutien tel que le dictionnaire ou l'usage de notes personnelles
ou simplement l'utilisation des images et des légendes dans un texte. Voici un exemple des
items répertoriés : « J'utilise les images, les légendes et les tableaux dans le texte pour
m'aider à comprendre», « Je me pose des questions en espérant trouver les réponses dans le
texte», « Je souligne ou encercle l'information dans le texte pour m' aider à la retenir ». Ces
stratégies permettent la mise en place de mécanismes qui soutiendront les lecteurs tout au
long de la lecture d'un texte. Pour chacun des énoncés, le participant doit encercler le chiffre
compris dans une échelle de 1 à 5 (échelle de Likert) qui correspond le mieux à ce qu ' il fait
en situation de lecture. Chaque énoncé correspond à 1' une des trois catégories. La fidélité et
la validité de cet instrument ont été démontrées à plusieurs reprises, notamment par ses
auteurs, Mokhtari et Reichard (2002) en français comme en anglais . Les données ainsi
recueillies sont de nature quantitative.
69
Enfin, le troi sième et dernier questi onnaire utili sé est le Répertoire des stratégies en
métacompréhension 12 (Schmitt, 1990) (Voir Appendice E). Il s' agit d' un questi onnaire
général validé et traduit par les aute ur comprenant 25 question s à choix multipl es. Cet
instrument a été développé pour évaluer le ni veau de connaissances qu ' ont les étudiants face
aux stratégies de compréhension de lecture. Le MSI mesure les stratégies de co mpréhension
de lecture selon six catégori es : prédicti on, prév ision, but de lecture, auto-questionnement,
activation des connaissances antéri eures, rés umé et appli cation de stratégies. Le MSI est
généralement utilisé auprès des étudiants afin d' identifi er certai ns comportements avant,
pendant et après une situation de lecture. Il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses
dans le MSI. Ce questionnaire a pour objectif de vali de r auprès d' un groupe d ' étudi ants
quelles sont les stratégies de lecture qu ' il s utili sent ou de vérifier les stratégies de lecture qui
leur sont familières. Il est donc poss ible d' utili ser les résultats du questi onnaire pour vérifi er
quell es sont les stratégies utili sées avant, pendant et après une situati on de co mpréhension de
lecture.
3.3.4
L'entrevue semi-dirigée
Afin de mieux comprendre le vécu de chaque étudiant en tant que lecteur, nous avons choisi
d' opter pour l'entrevue indi viduelle et semi- diri gée. L' entrev ue de recherche semi-dirigée se
veut une technique de collecte de données s' inscriva nt da ns une perspecti ve interprétative et
constructiviste (S avoie-Zajc, 2009). Afi n d'év iter les biais, les questi ons posées lors des
entrevues étaient les mêmes pour chacun des étudi ants, mais étaient «fl exi bl es» en fo nct ion
de leurs conditions d'intégration. Le sens des questions était essenti ellement le même pour
chacune des entrevues afin d'obtenir des réponses qui peuvent ensuite être co mparées. Les
questi ons éta ient lues aux parti cipants étant donné les limitati ons au ni veau de la lecture de
certains étudiants . Le but de ces entrevues individue ll es est de connaître chaque étudiant en
tant que lecteur et de mieux saisir les pratiques de lecture de celui-c i. Il s' agira donc d ' un
échange portant sur l'anamnèse de l' étudiant, sur l' historique de l' étudiant en tant que lecte ur,
12
T raduction libre de Ouell et et Rivard (20 11 ) du Metacogn itive Strategy fnventory (MS I).
70
de ses débuts au primaire à son entrée au niveau collégial , de même que sur ses habitudes de
lecture tant à l' intérieur du cadre sco laire qu ' à l'extérieur de celui-ci. Les questions sont
toutes des questions ouvertes qui nécessitent un développement de la part des étudiants et
permettent a in si d'établir des 1iens avec leurs réponses précédentes ou subséquentes. Nous
pourrons donc dresser un portrait de chaque étudiant avant le début de l' atelier de
compréhension de lecture et faire des liens entre certain s comportements antérieurs et
présents face à la lecture. Les entrevues semi-dirigées nous ont aidé dans l' ana lyse des
résultats, notamment pour établir des liens entre chacune des dimen sion s de la R.A qui seront
présentées à la section 3.5. Lorsque l' atelier inspiré de l' approche R.A a été complété, les
participants ont été rencontrés à nouveau afin de di scuter des apprentissages réali sés au cours
de l'atelier de lecture, de même que des liens à établir entre ces apprentissages et leurs
programmes d 'études respectifs. Le temps moyen des entrevues était de quarante-cinq
minutes . L'entrevue semi-dirigée a permi s d'explorer plus en détail le point de vue des
étudiants par rapport à leur hi stoire en tant que lecteur et par la suite, d' obtenir de la
rétroaction sur l'atelier. Une version pré liminaire de l'entrevue a été validée a uprès de deu x
é lèves, ayant des services éducatifs différents, ne faisant pas parti e de l'échant i li on (Voir
appendices D etE). Les questions d'entrevue sont égale ment di sponibles à l'appendice D et à
l'appendice E. Dans la section suivante, nous présentons le déroulement de la collecte de
données.
3.4
Le déroulement de la collecte de données
La collecte de données s' est déroulée en trois étapes. Lors de la première étape, chaque
étudiant de notre échantillon a d' abord participé à une entrevue individuelle semi-dirigée.
Lors de la deuxième étape, chaque étudiant a dû répondre, de faço n individuell e, à troi s
questionnaires portant sur 1' utilisation de stratégies en situation de compréhens ion de lecture,
soient le Répertoire des stratégies en métacompréhension, le Répertoire des connaissances
métacognitives en lecture, et le questionnaire de Conscience métacognitive des stratégies de
lecture. La passation de ces questionnaires avait pour but de mieux cemer quelles sont les
71
stratégies de compréhension de lecture utilisées par les participants en contexte sco laire,
c ' est~à-dire, dans leur programme d'études et aussi à la maison. Étant donné que nous
sommes consciente des difficultés en lecture des étudiants ayant un trouble d' apprenti ssage,
tous nos questionnaires ont été installés sur une clé USB et les questions et les choix de
réponses ont été lus aux participants et ce, avec le logiciel de synthèse vocale WordQ.
La troisième étape consiste en une entrevue semi-dirigée individuelle. L' entrevue avait pour
but de faire un retour sur l'atelier inspiré de l' approche R.A et sur les stratégies de
compréhension de lecture utilisées.
A va nt de débuter 1'atelier insp iré de 1' approche R.A, chacun des participants a été convoqué
pour l' entrevue individuelle semi-dirigée. Dans un deuxième temps, les étudiants ont été
invités à remplir les trois questionnaires mentionnés plus haut sur l' utilisation de stratégies
de lecture en situation de compréhension. Cette étape a été répétée à la fin de notre
intervention puisque les étudiants, une fois l' intervention comp létée, ont dû remplir à
nouveau les trois mêmes questionnaires. Les étudiants ont aussi été rencontrés une deuxième
fois pour une entrevue semi-dirigée. Il a alors été question de di scuter des app1·entissages
effectués au cours de l' atelier de lecture, de même que des liens à faire entre ces
apprentissages et leurs programmes d'études res pectifs.
3.5
Description de l'intervention
L' intervention expérimentée pour les beso ins de cette recherche consiste en l'animation d' un
atelier inspiré de l' approche R.A pour favoriser le développement de stratégies
de
compréhension en lecture. Pour mieux comprendre ce qui a inspiré le choix de notre ate li er,
un court portrait des origines et de l' implantation de l' approche R.A sera prése nté.
3.5.1
Les origines et l'implantation de la R.A
L' approche R.A intègre à la fois l' enseignement explicite et les stratégies de l' enseignement
réciproque. Il s' agit d' une approche basée sur la collaboration entre les étudiants mais aussi
72
avec l'enseignant. L'enseignement en classe de la R.A se centre principalement sur le
comment lire et sur le pourquoi lire dans le but, par la suite, de se concentrer sur ce que 1' on
doit lire (quoi lire) . L'approche R.A tient compte des forces des étudiants et les aide par la
suite à développer un savo ir-lire, des stratégies de lecture, une motivation et une confiance
afin de devenir des. lecteurs compétents et habiles à lire de façon autonome un e panopli e de
textes. Quatre dimensions importantes contribuent à l'apprenti ssage de l' approche R.A. Le
paragraphe qui suit présente ces quatre dimensions, soient la dimension soc iale, personnelle,
cognitive et la dimension basée sur la construction des connaissances.
3.5.2
La dimension sociale
La dimension sociale abordée dans la R.A d01me l' occasion aux étudi ants de partager entre
eux des stratégies d'apprenti ssage en lecture. À même la classe, se trouve un réseau de
partage permettant aux étudiants d' échanger sur leurs difficultés, leurs limites et leur
compréhension du texte. Ensemble, et sous la supervision de l'enseignant, ils partagent leurs
connaissances et vont à la recherche de nouvelles faço ns de co mprendre le texte. Pour mi eux
développer ce principe de commnnauté de lecteurs et d'apprenants dans la cl asse, les
étudiants doivent avoir eu l' occas ion de présenter à leurs collègues des livres, romans, bandes
dess inées, magazines ou journaux qui illustrent leurs goûts et intérêts en mati ère de lecture.
L' enseignante fait alors des photocopies aux autres étudiants qui li sent le teX.te à voix haute
pour partager leurs c01maissances sur le suj et (Schoenbach et al., 1999).
Un autre aspect important de la dimension sociale dans la pratique de la R.A est certainement
la collaboration.
Des règles et des normes sont établies afin de favoriser le climat
d' apprentissage dans la classe. À l' intéri eur de cet environnement centré sur l'étudi ant,
l'enseignante agit comme facilitatrice et mentor. À quelques reprises, ell e est au centre des
apprentissages, modelant les stratégies de lecture aux élèves. Dans la classe, les étudiants
apprennent à discuter ensemble de mani ère respectueuse. Il s peuvent être en désaccord avec
leurs pairs, mais ils doivent être en mesure d' exprimer clairement et adéquatement leurs
opinions. Ensemble, les étudiants de la classe expriment leur confusion à propos de certains
73
textes, cherchent de l'a ide auprès des autres et déve loppent de meill eures stratégies pour
interpréter ce1tains textes. Ainsi , les é lèves appre_nnent des stratég ies utilisées par d 'autres
élèves.
3.5.3
La dimension personnelle
La dimension personne ll e de la R.A se centre princ ipalement s ur le développement de
l' identité des étudia nts en tant que lecteurs et a ide l'étudi ant à prend re conscience de sa pl ace
de lecteur dans la c lasse. Les étudi ants explorent leurs champs d ' intérêts en lecture et
développent l' habitude d 'avo ir des buts o u des obj ecti fs lorsqu ' il s li sent. L' ense igna nt dans la
classe encourage les étudiants à exprimer ce qu ' il s a im ent ou non dans les lectures proposées.
Il s développent peu à peu l' habitude defaire des liens avec le texte. Le but de la dimension
personnelle e st d 'amener les étudi ants à déve lopper de bonn es stratégies de lecture afin de les
amener à diversifi er leurs styles en tant que lecteur et à prendre confiance en eux.
3.5.4
La dimension cognitive
La dimension cog niti ve est la plus importante parmi ce ll es qui ont été me nti onn ées
précédemment (Schoenbach et al. , 1999). E ll e pennet entre autres à 1' élève de construire et de
définir l' ensemble des outils nécessai res po ur sa réuss ite en lecture. La d imension cogniti ve
fait ic i référen ce aux process us mentalix impliqués dans la lecture, inc luant des stratég ies de
réso luti on de probl èmes et de co mpréhension te ll es que re lire, ques tionner, fa ire des
prédictions s ur le texte, de même qu ' en fa ire un rés umé . Avec 1' approche R.A, les étudi ants
constatent non seulement que lles sont les stratég ies de lecture effi caces, ma is auss i po urquo i
et quand ils doivent les utiliser.
3.5.5
La dimension constr uction des connaissances
Pour comprendre un texte en
profondeur, les étud iants vont généralement pu iser
l' information en activant des connaissances antérieures sur le sujet, cherchant d'a bord dans
leurs ex périences personnell es pui s dans les connaissances qu ' ils ont sur la structure du texte,
74
le genre et la discipline scolaire pour laquelle ils doivent lire (Schoenbach, 2000). En utilisant
1' approche R.A, les étudiants développent 1' habileté à identifier la, provenance des textes et à
en analyser la structure tout en tenant compte de la raison pour laquelle ils doivent lire ce
texte. Il s développent cette dimension en apprenant à faire des prédictions sur le contenu du
texte en regardant entre autres, les illustrations et les titres tout en observant la structure du
texte. L'enseignante, encore une foi s; sert ici de guide, en aidant les étudiants à activer leurs
connaissances antérieures, en les invitant à identifier les mots inconnus, leurs racines, leurs
préfixes et leurs suffixes. Cette dimension permettra à l'étudiant, au fil de ses lectures, de
mieux disting uer, par exemple, la structure d' un poème de celle d' un texte informatif.
3.5.6
Rendre visible l'invisible : la conversation métacognitive
Une dimension métacognitive chapeaute les autres dimensions de l' approch e Reading
Apprenticeship. Il s'agit d' une particularité de l' enseignement se lon l' approche R.A . Selon
Doudin et Martin ( 1992) :
La métacognition désigne la connaissance qu ' un sujet a de son
propre
. fonctionnement cognitif et de ce lui d 'autrui , la manière dont il peut en prendre
conscience et en rendre compte; plus récemment, ce terme est venu dés igner
également les mécani smes de régul ation ou de contrôle du fonctimmement cognitif.
Ces mécanismes font référence aux activités permettant de guider et de rég uler
l'apprentissage et le fonctimmem ent cognitif dans des situations de réso lution de
problème.
Les adolescents et les jeunes adultes de niveau co ll égial ont pris peu à peu l' habitude de
réfléchir aux processus cognitifs qu ' il s utili sent. Plus il s apprennent sur leurs processus
mentaux, plus il s sont en mesure, tout au long de leurs lectures, de réali ser ce qui se passe à
l' intérieur de leur cerveau. Il s peuvent alors noter les moments où ils ont le plus de difficulté
à demeurer attentifs ainsi que les moments où la compréhension semble faire défaut.
Une façon intéressante de mieux comprendre cette dimension métacognitive est d'apprendre
à parler au texte. Le parler au texte (Davey, 1983) est un outil important pour stimul er à la
fois les dimensions cognitives et métacognitives. li permet aux étud iants de développer
75
l' habitude d' interagir avec le texte et de valider ponctuellement ce qui se passe dans leur tête
au fur et à ù1.es ure qu 'avance la lecture. La technique de parler au texte permet de ralentir le
débit de lecture des élèves lorsqu ' ils li sent; il s peuvent alors se concentrer sur la
compréhension et éviter la lecture en surface.
3.5.7
L'expérimentation de techniques de l'approche R.A
L'expérimentation de l'approche R.A s'est effectuée sous fmme d' ateli ers. Chaque rencontre
avait une durée de 50 minutes et était divi sée en quatre pat1ies, de façon à aborder chaque
dimension de l' approche R.A. Le tableau 3.2 13 présente le calendrier des séances de l'ateli er.
13
Nancy
Ybarra,
Department
of
English,
Los
Medano s
Co ll ege,
CA
http://www.cfkeep.org/html/snapshot.php? id=68 198986880667 (En ligne) Traduit et adapté par
Marie-Pier Rivard , 20 1O.
76
Tableau 3. 2
1
Tableau d'expérimentati on de technique de l'approche R.A.
Durée de chaque
artie de l'atelier
Discussion sur des
lectures faites
durant la semaine
Lecture
individuelle
Discussion en
.sous- groupes
Discussion en
grand groupe
Explicationsquantaucon~nu
Durant les 10 premières minutes · de
l' ateli er, les étudi ants partagent avec le reste
du groupe les lectures qu ' il s ont effectuées
à l' extérieur de l' ate li er. Chaque étudiant
doit alors remettre un journal de bord où il a
con signé les stratég ies de co mpréhension de
lecture utili sées de même que les dif fi cultés
rencontrées.
Dimensions mises
en ·eu
Dimension sociale
Dimension
personnelle
Une tâche en lecture incluant des questi ons
de compréhension est assignée à toute la
cl asse. Les élèves ont environ 20 minutes
pour lire le texte individuellement. Ils
doivent utiliser les cinq stratégies de la R.A
pour répondre à leurs questionne ments to ut
au long du texte.
Dimension
cognitive
Lorsqu e les é lèves ont terminé leur lecture
et ont répo ndu a ux questions de
compréhension, il s se réuni ssent en petits
groupes pour partager le urs réponses et
échanger
sur
leur
co mpréhens ion .
Ensemble, ils rev ie1ment sur certaines
interrogations dans le texte.
Dimension soc iale
Durant la péri ode de di scuss ion en petits
groupes, 1' ortho pédagog ue se dé place po ur
éco uter les di sc uss ions. Une fo is en grand
groupe, ell e fait la synthèse des questi ons et
revient sur certain s échanges entre petits
groupes qui pourraient aider les autres
étudi ants à mi eux comprendre.
Dimension
cognitive
Dimension
construction des
connaissances
Dimension
personnelle
Dimension soc iale
Dimension
cognitive
Dimension
construction des
connaissances
77
3.6
Le déroulement de l'intervention
Le déroulement de l' intervention s' est effectué sur un total de huit sema ines. La premi ère
étape de l'expérimentation s'est déro ul ée s ur une semaine, a lors que les étudi ants so nt
rencontrés de faço n indi viduelle à raison de tro is séances de 1h30 chac une.
Entre la deux ième et la sixième sema ine, un ateli er dirigé par l'orthopédagogue du Cégep
Saint-Jean-sur-Richelieu s' est déro ul é avec le groupe de parti c ipants et de ux séances de 50
minutes ont eu lieu chaque semaine afin d ' impl anter des techniques de l' approche Reading
Apprenticeship. Lors des dix rencontres avec le groupe, entre cinq et dix textes ont été étudi és
durant 1'ate lier, soit un texte par rencontre ou un texte par deux rencontres. De plus, une fo is
par semain e, les étudi ants ont dû auss i sé lectionner un e lecture à faire dans leur programm e
d ' études res pectif et ont dû ex périmenter seul s les techniques de l' approche R. A.
Deux séances de deux heures chacune ont eu lieu les r et ge sema ine qui incluaient d ' abo rd
une entrev ue pour identifier les stratégies de co mpréhension de lecture déve loppées sui te à
l'atelier et dans les programmes d ' études respectifs des étudiants, puis no us avo ns procédé à
la passation d ' un post-test.
3.7
Le plan d'analyse
Il existe deux approches principales en recherche, soit l'approche qualita tive ou quantitati ve.
La recherche qua litati ve vise à acqué rir une meill eure compréhension d'un ph éno mène, a lors
que la recherche quantitative cherche à co nfirm er o u infirm er des hypothèses (Ho rth, 1986).
Dans le cadre de notre étude, il s'agit d'une approche mi xte où des données qua litatives sont
jumelées à des donn ées quantitati ves afin d'accroître l'enverg ure ex plicative de notre
recherche (Kars en ti et Savo ie-Zaj c, 2004 ). Ces mêmes aute urs aj outent que ces deux grandes
approches ont so uvent été opposées d urant les années 1980 -1 990, mais qu'elles ne peuvent
pas être co nsidérées comme étant co ntra ires ou inco mpatibl es. Les do nnées quantitat ives
rec ueillies au moyen de questionnaire ont été traitées à l' aide d'éc helles de Like t1 pennettant
de classer, de tri er et de comparer les résultats obtenus. Kat·senti et Savo ie-Zajc (2 004)
78
indiquent que la reche rche quantitative présente des avantages, nota mment sa grande fac ilité
à organi ser les informati ons représentées par des nombres, pui sque les données sont
présentées dans des tableaux qui indiquent déj à des diffé rences entre e ll es ou bi en les
tendances de l'étude. Les tabl eaux fo urni ssent do nc beaucoup d' informations, ce qui fac ilite
l'analyse des rés ultats et permet de fa ire ressortir les di verses relati ons entre les vari abl es.
Dans le cadre de cette étude, nous avons converti certain es do nnées des parti cipants,
notamment en ce qui a trait à l' hi stoire de lecteur, en données numériques de fréquence. No us
avons ainsi comptabi 1isé les fréquences d' appari tion des perceptions recueillies afin de les
transformer en pourcentage. Nous avo ns opté po ur l'ap proche mixte qui co mbin e les
approches orientée-cas et ori entée-variable. Ainsi, chaque cas est présenté en profo ndeur en
plus de rapporter les diverses variables qui modifient ou infl uencent les perceptions des
étudi ants.
3.7.1
L'analyse de contenu
Nous avo ns utili sé une méthode d'ana lyse de contenu thématique pour analyser les donn ées
obtenues à l'aide des entrevues initi ales et fin ales. Selon Leray (2008), l'analyse de contenu
permet de co ncili er les analyses qualitatives et quantitati ves par la réali sation d'un tri des
données recueillies. Se lon cet auteur, il dev ie nt poss ibl e de quantifi er la présence des
éléments de contenu que l'on veut retracer (quantitatif) et de les évaluer (qualitatif) . Ainsi,
nous avons regroupé les réponses des étudi ants, au moyen de catégori es, afin de classer et de
comparer les éléments du contenu des entrev ues des étudi ants (Leray, 2008). Nous no us
sommes appropri ée le verbatim de chaque étudi ant afin de bien intégrer les ré po ndes do nnées
par les étudi ants de notre échantill on. Les extraits d'entrevues ont été condensés et regro upés
dans des tableaux. L'analyse de co nte nu ne pe ut pas être di ssociée de la condensati o n des
do nnées. La condensati on est une for me d'analyse qu i consiste à é lag uer, trier, di sting uer,
rejeter et organi ser les données afin que l' on pui sse en ti re r des conclusions (Miles et
Huberman, 2003 ). Il s'agit alors de sé lectio nner et de transfo rmer les données brutes fi g urant
dans les entrevues des é lèves afin d'obtenir des résultats centrés sur nos objectifs de recherche
79
3.8
Considérations éthiques
Nous avons préalablement sélectionné, par l' entremise du Service d'adaptation sco laire du
Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu, tous les étudiants ayant un trouble d' apprentissage
diagnostiqué. Par la suite, un formu laire de consentement écrit a été envoyé à l'adresse de
chacun des étudi ants et à leur attention dan s le cas des étudiants ayant 18 ans et plus. Un
formulaire de consentement éc lairé a été envoyé aux parents des étudiants ayant moins de 18
ans. Dans cel ui-ci, une lettre exposait les objectifs de l'étude, la confidentialité des donn ées
collectées et la procédure utilisée. Afin de réali ser cette étude en respectant l'éthique des
recherches portant sur des sujets humains, une demande d'approbation éthique a été déposée à
l'Université du Québec à Montréal (voir appendice B). Tous les renseignements
communiqués par les étudiants de notre échantillon sont demeurés confidentiels puisqu' il s ont
été codés au moment de la transcription . De plus, aucu ne donnée nominale n'a été dévoi lée
lors de cette étude puisque les entrevues éta ient numérotées en plus de l'utilisa tion de
pseudonymes. Les entrevues se sont déroulées dans un local où l'étudiant était seul avec la
chercheuse. La chercheuse était la seul e perso nne à avo ir accès à ces données. Les résu ltats
sont communiqués à la Direction -des études du Cégep Saint-Jean-sur-Richeli eu qu ' au
moment où le mémoire sera comp lété. Les enseignants ont également accès à nos résu ltats
par l'entremise de la Direction des études. La participation des étudiants à cette recherche
était vo lontaire, ce qui sign ifi e que, même si les parents consentaient à ce que leur enfant
participe à cette recherche, celui-ci demeurait entièrement li bre de ne pas participer ou de
mettre fin à sa participation en tout temps sans justification ni pénalité. Il n'y avait pas de
ri sque associé à la participation des étudiants à ce projet. Les documents codés seront
conservés pendant deux ans dan s un classeur sous clé. Après cette période, les documents
papier seront déchiquetés.
Pour conclure ce troisième chapitre, voici un rappel des objectifs visés par notre étude et des
instruments qui nous permettront d'eh constater l' atteinte:
80
Objectif 1 : Favoriser le développement de stratég ies
de co mpréhension en lecture
d 'étudiants du collégial ayant des troubl es d ' ap prentissage ou un TDA/ H au moye n d ' un
atelier inspiré de l' approche Reading Apprenticeship;
Instruments utilisés: techniques de l'approche R.A, textes écrits
Objectif 2 : Identifier et analyser les stratég ies
de lecture (cognitives et métacognitives)
développées à la s uite de cet atelier en les comparant avec cell es utili sées ava nt l' ateli er en
considérant leur programme d ' études et leur tro ubl e d ' apprenti ssage.
Instruments utilisés: entrevue semi-dirigée, textes utilisés lors des ate li ers.
La prochain e section présente les rés ultats obtenu s s uite à la tenue de l'ateli er ins piré de
l'approche Reading Apprenticeship.
CHAPITRE IV
PRÉSENTATION DES RÉSULTATS
Ce chapitre est consacré à la présentation des résultats obtenus en lien avec les question s et
objectifs de notre recherche. Rappelons que notre premier objectif était de favoriser le
développement de stratégies de compréhension en lecture d'étudiants du collégial ayant des
troubles d' apprentissage ou un TDAH au moyen d' un atelier inspiré de l' approche Reading
Apprenticeship et que le deuxième objectif de cette recherche était d' identifier et analyser les
stratégies cognitives et métacognitives développées en les comparant avec celles utilisées
avant l'atelier en considérant le programme d'études et le trouble d' apprentissage des
participants.
Dans un premier temps, nous présenterons les résultats obtenus à la suite de l'entrevue
initiale. Celle-ci avait pour but de recuei llir des données sur le cheminement .sco laire de
l'étudiant, son diagnostic et la nature de ses difficultés liées à la lecture. Nous présenterons
alors les participants en ordre alphabétique. Pui squ'i ls sont toujours présentés suivant cet
ordre, il sera plus simple de les comparer par la suite. Dans un deuxième temps, nous
présenterons les stratégies cognitives et métacognitives utilisées par les étudiants avant la
tenue de l' atelier inspiré de l'approche Reading Apprenticeship et par la suite, nous
présenterons les stratégies cognitives et métacognitives utilisées après la tenue de l'atelier
afin de les comparer, tout en considérant le programme d'études ainsi que le trouble
d' apprentissage de chacun des participants. Dans un troisième et dernier temps, nous
présenterons les résultats obtenus à la suite de l'entrevue finale effectuée auprès des étudiants
dans le but de répondre principalement à notre deuxième objectif de recherche qui était
d' identifier et analyser les stratégies cognitives et métacognitives développées en les
comparant avec celles utilisées avant l'atelier, en considérant le programme d ' études et le
trouble d'apprentiss~ge des participants.
4.1
Anamnèse et histoire personnelle de lecteur
L' entrevue initiale a eu lieu une semaine avant le début de l' atelier RA. Chaque participant,
une fois le formulaire de consentement rempli, a rencontré la chercheure pour une première
entrevue d'une durée approximative de 60 minutes. La première partie consistait en
82
l'anamnèse de l'étudiant. Dans la deux ième parti e de l'entrevue initi ale, les participants
devaient échanger avec la chercheure sur leur hi stoire perso nnell e de lecteur et leurs
compétences en lecture.
4.1.1
Le cas d'Alexia
Alexia est âgée de 18 ans. Les documents d 'évalu ati on d ' Alexia indiquent qu 'e lle a touj o urs
été en diffi culté au pl an scolaire. Dès la premi ère a nnée, Alex ia présentait des diffic ultés sur
le plan de la lecture, de l' écriture, ma is auss i au ni veau de la concentration et de
L' organisation. Durant to ut son primaire, A lexia a reçu des serv,ices en orthopédagogie. A lo rs
qu ' elle est en cinquième année prima ire, sa mère a demandé une évaluati on médi cale pour
vérifi er la présence du trouble défi citaire de l'attentio n (TDA). Les rés ultats ont confi rmé la
présence d' un T DA sans hyperacti vité. Malgré la prise de psychostimul ants, Alex ia fait
diffic il ement ses études secondaires. À la fin de ses études secondaires, Alexia a'choisi de ne
plus prendre de médi cati o n psychostimul ante po ur des raiso ns perso nnell es.
Alexia est étudi ante au Cégep Saint-Jean-sur-Richelie u depuis la session d' automne 2008 .
Elle est inscrite au programme de techniques de travail soc ial. En raison de diffi cultés
scolaires connues, Alex ia a fait le choix de sui vre son programme d' études sur une période de
cinq ans plutôt que tro is. Au Cégep, Alex ia éprouve des di ffi cultés 'très impo rtantes en
littérature. Malg ré un soutien ortho pédagog ique au service d' ada ptati on sco laire, Alex ia
reprendra pour un e troisième fois son premier cours de li ttérature. Lors des rencontres avec la
conseillère en adaptation, il a été fo rtement suggéré d ' aller en consultation privée en raiso n
de fo rtes possibilités de tro ubles d' appre ntissage.
En deuxième partie d' entrev ue, les ré ponses d 'A lexia nous ont permis de constater qu 'e lle ne
garde pas de bons souvenirs de l' apprenti ssage de la lecture. A u primaire et au secondaire,
Alex ia nous explique que souvent, c' est à sa mère que revenait la tâche de lire les li vres avec
ell e parce qu 'ell e ne comprenait rien de ce qu 'ell e lisait. Ell e le fait encore d ' ai lleurs au
Cégep. De plus, Alex ia ajo ute qu 'en classe, elle lisait et faisait comme si e lle comprenait.
Parfois, elle allait voir 1' enseignante po ur de 1' aide.
83
En raison de ses difficultés en lecture et de son manque de concentration, Alexia ne lit pas du
tout, à moins qu ' elle n'y so it obligée. Alexia trouve difficile de répondre à la question qui
porte sur des lectures qui la mettent à l'aise pui squ ' elle ne lit pas pour le plaisir. Après un
moment, elle ajoutera qu'elle aime les bandes dess inées. Par contre, à l'opposé, les roman s
ou les textes classiques à l'étude (Molière, Victor Hugo, etc.) rendent Alexia mal à l' aise en
tant que lectrice parce qu ' elle ne connaît pas beaucoup de mots de vocabulaire dans ce type
de textes.
En ce qui a trait au développement de la lecture et des compétences li ées à celle-ci, Alexia
affirme que jusqu 'à maintenant, aucun élément n'a pu l' aider dans l'apprenti ssage de la
lecture. Les éléments qui l'ont davantage découragée en lecture sont en li en avec la difficulté
constante à se concentrer et l' incapacité à retenir l' information i ue.
Maintenant qu 'elle est au collégial, Alexia se connaît mieux sur le plan scolaire. Elle affinne
avoir choisi la technique de travail social parce que ses forces se trouvent dans la relation
d' aide, la résolution de problèmes et dans les situati ons de communication orale. Par contre,
elle se voit davantage confrontée à ses difficultés importantes en lecture. Elle a échoué troi s
fois le premier cours de littérature et deux fois celui en philosophie parce qu ' elle ne lit pas
suffisamment. Elle se débrouill e grâce à ses amies.
4.1.2
Le cas d'Anne
Anne est âgée de 28 ans et est maman d ' une petite fille de trois ans. Au primaire, elle se
souvient avoir reçu des serv ices en 01thopédagogie. En 2006, alors âgée de 24 ans, Anne
décide d'effectuer un retour à l' école pour compléter son diplôme d ' études secondaires à
l' éducation des adultes. Durant trois ans, e lle fréquente l' éducation a ux adultes et termine, à
son rythme, sa quatri ème et sa cinquième secondaire.
Anne est étudiante au Cégep Sai nt-Jean-sur-Richelieu depuis la session d'automne 2009 . Elle
est inscrite au programme de techniques d'analyse biomédicale. Tout comme les autres
84
participants, Anne a fait le choix de suivre son programm e d 'études sur une période de cinq
ans plutôt que troi s en raison de ses di fficultés d 'apprentissage et de ses obli gations fa miliales .
En août 2009, alors qu ' ell e fa it son entrée au Cégep, Anne fait l'expérience d' une sess ion très
di ffi cil e. Elle échoue deux cours propres a u programme et réuss it de justesse son premi er
cours de littérature, et ce, grâce au soutien de so n ense ignant. Anne arrive mal à expl iquer ses
difficultés d'apprentissage. Ayant fa it toutes ses études prim aires en anglais, elle se
questionne à savoir si cette parti cul arité l'a amenée à avoir des di ffi cultés d'apprenti ssage en
français. Les enseignants de sa technique l' invitent à rencontrer la conse illère en ada ptation
scol aire du Cégep. Après quelques rencontres, il est fortement suggéré à Anne de procéder à
une évaluati on neuro psychologique. Elle fa it l' obj et d' une évaluation en neur? psychologie
afin de vérifier les impress ions de la conse illère en adaptation sco laire. L' évaluation en
neuropsychologie a pu mettre en évide nce un trouble d 'apprenti ssage de ty pe dys lex ie sévère
et de dysorthographie .
Lors de la deuxième partie de l' entrev ue, les réponses d' Anne à nos questions nous ont
permis de constater qu 'elle ne conserve pas de bons souvenirs de la lecture au primaire. Petite
et même encore aujourd ' hui , elle nous dit avoir touj ours détesté la lectu re mai s appréciait les
moments où quelqu' un lui lisait des li vres ou lui relisait les textes qu ' ell e ne comprenait pas.
Tout
comm~
les autres candidats, ell e conserve le souvenir de ne pas aimer lire parce que dès
son jeûne âge, elle était consciente qu ' elle ne lisait pas comme les autres et qu ' elle n 'arriva it
pas souvent à comprendre les textes suggérés en classe.
Anne lit uniquement lorsqu' il s' agit de livres sco laires nécessaires à sa réussite. Elle ne lit pas
à la mai son pour se détendre ou pour le pl aisir de lire. Par contre, elle est consc iente que la
lecture joue un rôle essentiel dans la réuss ite sco laire, et c' est pourquoi elle fait la lecture à sa
fi lle tous les soirs avant le co ucher. Si on pro pose à Anne des lectures qui la mettent à l'aise,
ell e chois ira des lectures qui conti ennent des éléments fantastiques. Par contre, à l' opposé, les
textes de poésie ainsi que les textes informatifs très techniques rendent Anne ma l à l'aise en
tant que lectrice.
,~~-
85
En ce qui a trait a u dével oppement de la lecture et des co mpétences li ées à ce ll e-ci, A1me
n'est pas en mesure de nous dire quels sont les éléments qui l' ont aidée dans l' apprenti ssage
de la lecture, mais affirme avoir souve nt été découragée. Les situations de compréhension de
texte sont difficil es pour Anne et sont souvent so urce de stress et d'ango isse. Dans ses
explications, elle ajoute que ce n' est pas la matière qui l' inqui ète, mais bien sa capac ité à lire
et à comprendre les questions.
Anne affirme qu 'au pl an scol aire, ses forces sont les sc iences et les mathématiques. Par
contre, ell e se voit davantage confrontée à ses di ffic ultés importantes en lecture. Parmi les
éléments qu ' elle trouve difficile, on retrouve la lecture de nombreux textes sc ientifiques et la
diffic ulté à décoder un nouveau vocabulaire scientifique qu ' eile n' avait jamais vu auparavant
comme les termes propres au programme d' analyse biomédicale.
4.1.3
Le cas de Flavie
Flavie est âgée de 18 ans. Dès la première année, Flav ie éprouve des di ffi cultés importantes
en lecture et en écriture. À l' âge de 8 ans, Fl av ie a été référée à la psychologue sco laire de la
Commiss ion scolaire afin d' évaluer la présence probabl e d' une dyslex ie. Suite à la rencontre,
la psycholog ue sco laire a demandé une évaluati on en consultation pri vée pour confirm er la
présence d' un troubl e d'apprenti ssage. L' ensembl e des di fficultés cogniti ves observées au
cours de cette éva luati on neuropsycho logique a mis en év idence la présence d ' une dys lex ie
mixte.
Au coll égial, Flavie a d'abord fa it une demande au programme de techniques de travail social,
mai s a été refusée en raison de rés ultats scolaires insuffi sants. Elle a fait le choix d;entrer en
sess ion d'Accueil et intégration, profil « ré uss ite sco laire ». Elle compte refaire une demande
en techniques de travail social pour la session suivante.
Flavie a eu beauco up de di ffic ultés à l'éco le primaire et secondaire et se rappelle avoir reçu
des serv ices en orthopédagogie au primaire. Ell e a termi né ses études secondaires avec
86
difficulté, à l'éducation aux adultes. L'école secondaire et le centre d'éducation des adultes
n' offraient pas de services adaptés pour Flavie.
Lors de la deuxième partie de 1' entrevue, les réponses de Flavie à nos questions nous ont
permis de constater que Flavie ne garde pas de bons souvenirs de la lecture au primaire.
Petite et même encore aujourd'hui, elle nous dit avoir toujours détesté la lecture mais
appréciait les moments où quelqu ' un lui lisait des livres ou lui relisait les textes qu ' elle ne
comprenait pas. Tout comme les autres participants à la recherche, elle conserve le souven ir
de ne pas aimer lire parce que dès son jeune âge, elle était consciente qu ' elle ne lisait pas
comme les autres et qu ' elle n' arrivait pas souvent à comprendre les textes suggérés en classe.
Flavie ne lit pas beaucoup, mais lorsqu' elle trouve des livres qui lui plaisent ou la mettent à
l'aise comme lectrice, elle le fait. C'est d'ailleurs le cas lorsqu'e lle a lu les quatre tomes de la
série Twilight. Elle a aimé ce type de roman parce que c ' était écrit en gros caractères et que
les livres n'étaient pas compliqués à comprendre. Ce sont les livres de littérature française
écrits par des auteurs tels que Molière ou Victor Hugo qui la rendent mal à l'aise comme
lectrice.
En ce qui a trait au développement de la lecture et des compétences liées à celle-ci, Flavie
connaît très bien les éléments qui l' ont aidée dans l' apprentissage de la lecture. Ainsi , elle sait
que la pratique est l'élément essentiel pour améliorer ses compétences en lecture. Elle sait
que plus elle lit, plus elle développe de la facilité à assimiler la matière, les connaissances.
Elle devient plus motivée par la suite parce qu'elle comprend ce qu'elle a lu . Elle fait ensuite
un parallèle intéressant avec la nourriture et le spo1t, en spécifiant qu ' elle sait que pour être
en bonne santé, il faut bien manger et faire de l' exercice mais qu ' en pratique, elle ne le fait
pas beaucoup. C'est la même chose pour la lecture. Par contre, ce qui la décourage à
persévérer dans la pratique est principalement la difficulté à comprendre les textes proposés.
Dans ses explications, elle ajoute que ce n' est pas la matière qui l' inquiète mais sa capacité à
lire et à comprendre les questions de même que la possibilité de manquer de temps pour
compléter sa lecture.
87
Plus loin dans l'entrevue, lorsqu'on lui demande de parler de ses fo rces et faiblesses sur le
plan sco laire, e ll e peine à se trouver des forces et affirme être en réflexion quant à sa place au
collégial. Elle a longtemps songé à faire un diplôme d'études professionnelles (DEP) et y
songe encore. Présentement, elle se voit davantage confrontée à ses difficultés importantes en
lecture. Parmi les éléments qu ' elle trouve difficiles , on y retrouve la charge de lecture
imposante et le manque de liens entre les lectures proposées. Les échéances sont aussi un
problème majeur pour Flavie. El le constate une grande différence entre l'éducation des
adu ltes et le collégial.
4.1.4
Le cas de Mathieu
Mathieu est âgé de 18 ans. Il est suivi à la C linique Externe de pédopsychiatrie de l' Hôpital
Charles-Lemoyne depuis qu ' il a quatre ans . Il est connu pour présenter un syndrome de
Gilles de la Tourette, ainsi qu ' un TDAH et un trouble d' apprentissage de type dyslexiedysorthographie en comorbid ité 14 • Il prend actue ll ement une médication indiquée pour le
traitement du trouble déficitaire de l' attention avec hyperactivité (Concerta) ainsi qu'une
autre médication (Risperda!) en lien avec son syndrome de Tourette.
À l'automne 2009, Mathieu s'est inscrit au programme de techniques de gestion de
commerce. En raison de ses troubles d'apprenti ssage, Mathieu a fait le choix de suivre son
programme d'études sur une période de cinq ans plutôt que trois .
À l'éco le primaire, Mathieu a reçu des services en orthopédagogie. · Malgré tous les
diagnostics émis, Mathieu a fait avec succès ses études secondaires avec une moyenne de
80%, et ce, sans adaptation particulière. Face aux exigences élevées au plan de la lecture et de
l'écriture, Mathieu reconnaît par contre qu ' il ne pourrait plus poursuivre ses études
14
En médecine, la comorbidité désigne la présence d'un ou de plusieurs troubles associés à un troub le
ou une maladie primaire.
88
collégiales s' il n' avait pas le support du service d ' adaptation sco laire et la possibilité d ' être
· inscrit à des sessions allégées.
Lors de la deuxième partie de l' entrevue, les réponses de Mathieu à nos questions nous ont
permis de constater qu'il ne garde pas de bons souvenirs de la lecture au primaire. À cette
époque, il se rappelle avoir détesté la tecture parce qu'il ava it l' impression de ne pas savoir
1ire contrairement aux autres élèves de sa classe.
Mathieu lit très peu pour le plaisir, mais lorsqu ' il trouve des l.ivres qui lui piaisent ou le
mettent à l' aise comme lecteur, il le fait. C ' est d ' ai ll eurs le cas lorsqu ' on lui propose des
romans d'aventure et des romans à suspense. Mathieu ajoute qu ' il se sent à l' ai se comme
lecteur si le roman le tient en haleine . Mathieu est mal à 1' aise lorsqu ' il se trouve face à des .
textes informatifs, d'abord parce qu ' il trouve ce la enn uyeux, mais aussi parce que ce type de
texte ne suscite pas de curiosité en lui . Il ajoute auss i n' avoir aucun intérêt pour les livres qui
contiennent des histoires d'amour.
En ce qui a trait au développement de la lecture et des compétences liées à celle-ci, Mathieu
est conscient que lire davantage joue un rôle déterminant dans l'amélioration de ses
compétences en lecture. Lire davantage l' aide à repérer de nouveaux mots ou à en
emmagasiner de nouveaux. Par contre, ce n ' est pas une pratique courante . chez Mathieu de
lire régulièrement. L'élément qui le décourage à persévérer dans la pratique est le manque de
compréhension des textes. Il trouve la compréhension difficile lorsque les lectures ne
l' amènent pas à se faire une image mentale de l' hi stoire pour comprendre, comme c ' est le cas
pour les textes informatifs.
Maintenant qu' il est au col légial , Mathieu se connaît mieux au plan sco laire. Lors de
l' entrevue, il explique que ses forces sont davantage centrées sur les mathématiques et la
comptab ilité. Il a aussi de bonnes forces au plan des communications. Parmi les éléments
qu ' il trouve difficiles, on dénote, tout comme Flavie, la charge de lecture imposante et le
manque de liens entre les lectures proposées.
89
4.1.5
Le cas de Sabrina
Sabrina est âgée de 39 ans. En 2004 , alors âgée de 33 ans, Sabrina décide d ' effectuer un
retour à l' école pour compléter son diplôme d 'études secondaires à l'éducation des adultes.
Elle demande alors une évaluation en neuropsycholog ie afin de vé rifi er s i un trouble
d'apprentissage de type dyslexie ou un trouble déficitaire de l' attenti on serait à la base de ses
difficultés d 'apprenti ssage, difficultés qui 1' ont menée au décrochage scola ire à 1' âge de 16
ans. L 'évaluation en neuropsychologie a pu mettre en évidence un trouble d'apprentissage de
· type dys lex ie dys phonétique et de dyso rthographi e lex ical e.
À l' automne 2007, elle est inscrite au prog1~amme de techniques de travail social. Sabrina a
fait le choi x de sui vre son programme d 'études s ur une période de cinq ans plutôt que tro is en
raison de ses difficultés d 'apprenti ssage. Tout au long de son cheminement sco laire, Sabrina
1
rapporte avoir eu des diffic ultés importantes en fran çais, plus précisément au pl an de la
lecture et de l' écriture. Durant le primaire, ell e a reç u des services d 'orthopédagogie . Sabrina
a interrompu ses études secondaires à 1'âge de 16 ans. Pai· la suite, elle a travaill é comme aide
ménagère . Lors de l'entrevue, Sabrina reconnaît auss i qu 'ell e ne po urrait plus pours ui vre ses
études
co ll ég i al e~
si elle n' a vait pa,s le support du service d'adaptation scola ire et la
possibilité d 'être inscrite à des sess ions a llégées.
Lors de la deuxième partie de l'entrev ue, il était questi on notamment des moments ou des
expéri ences marquantes de Sabrina au pl an de la lecture. Sur ce point, la partic ipante décrit
des expériences à la foi s négatives et positi ves. A u primaire, elle ne garde pas de bons
souven irs de ses expéri ences de lecture en cl asse. Pa r contre, elle appréc iait les moments o ù
ell e rencontrait individuell ement l' orthopédagogue. Ell e avait alors le temps et le calme pour
lire seule et se sentait respectée. Un peu plus tard dans l'entrev ue, Sabrina aj oute que les
moments négati fs en li en avec la lecture ont refait surface lorsqu ' elle a décidé de fa ire un
retour aux études à l' âge de 33 ans. Elle réalisait qu ' e lle avait beaucoup de diffic ulté à lire,
mais aussi à comprendre les textes. À ce moment, la lecture lui donnait le sentiment d'être
moins intelligente que les autres et surto ut, qu ' ell e n' était peut-être pas destinée aux études.
90
En dehors des lectures d ' ordre scolaire, Sabrina n' est pas portée à li re. Par contre, e ll e sa it
que pour s' améliorer, elle do it consacrer du temps tous les jours à la lecture . S i on pro pose à
Sabrina des lectures qui la mettent à l' aise, elle choisira des magazines de cuisine ou de
rénovations, des li vres de psychol ogie ou des bandes dess inées. Par co ntre, à l' opposé, les
textes de poés ie a insi que la litté rature fra nçaise te ll e que Mo li ère rendent Sabrina ma l à
1' aise en tant que
lec tri ce~
En ce qui a trait au développement de la lecture et des co mpétences li ées à cell e-ci, Sabrina
affi rme que c' est la pratique, le soutien pédagogique et le fa it d ' avoir reçu un d iagnostic cl air
de dys lexie-dysorthog raphie qui lui o nt permi s de déve lopper et améliorer sa capac ité à lire.
L' élément qui l' a davantage découragée est le manque de comp réhension des textes. Ell e
trou ve qu ' il est encore très difficile pour elle de co mprend re le sens d' un texte, s urto ut en
littérature et en phil osophi e. Ell e épro uve peu de di ffi culté à comprendre un texte informati f
en lien avec son programme d ' études. Elle se di t curieuse d ' apprendre avec les li vres mais
que le manque de compréhension l' empêche de le fai re.
Maintenant qu ' elle est au co llégia l, Sabrina est en mes ure d 'affirm er qu 'au pl an sco la ire, ses
forces se tro uvent dans la re lation d ' aide et les communications. Parm i les éléments qu ' ell e
trouve diffic il es au co ll ég ia l, on retro uve la charge de lecture importante et le fa it qu ' il fa ut
retenir de nombreuses informations q ui n' ont pas de liens entre ell es . La l ecture et l' écriture
de textes créent un effet de stress sur Sabrin a qui a le senti ment de tout devo ir connaître du
premier coup et qui ressent une pression face aux autres étudi ants.
Cette partie des entrevues individuelle nous a permis de mieux cerner le portrait des
participants quant à leur hi sto ire personne lle en li en avec la lecture. Certaines questi ons ont
permis de dégager des similitudes entre les participants. Les tableaux 4. 1 et 4.2 nous
permettent de synthétiser les in formatio ns perti nentes à notre recherche. Au tabl eau 4.1, nous
avons regroupé les éléments essent iels en li en avec l' anamnèse de chacun des partic ipants .
91
Tableau 4. 1
Synthèse des entrev ues initi ales (Anam nèse)
Nom
Âge
A lexia
18
Anne
28
Diagnostic
TDA sans hy peracti vité
Dyslexie
Dysorthographie
Fla vie
18
Dyslexie mixte
Syndrome de T ourette
Mathieu
18
I DA
Dyslexie/Dysorthographie
Dys lex ie dys phonétique
Sabrina
39
Dysorthographie lexicale
Programme
Durée
Programme
Servi ces reçus
Techniques
de trava il
social
Prolongée
de deux
ann ées
O rthopédagog ie
Techniques
d ' analyse
bi omédi cale
Prolongée
d ' une
année
O rthopédagogie
Accueil et
intég rati on
1 session
Techniques
de gestion de
commerce
Prol ongée
d ' une
année
Techniques
de travail
social
Pro longée
d ' une
ann ée
Psycho logie
Orthopédagog ie
Pédopsychi atrie
Psycho logie
O rthopédagog ie
Psycho logie
Orthopédagog ie
Au primaire, tous les pa1tic ipants o nt reçu des services ponctue ls ou réguli ers en
01thopédagogie. À l' exception d ' une seul e, to us ont reç u un di agnostic de dys lexie et de
dys01thographie. Les profil s d ' études des pmticipants sont variés : trois participantes
pours uivent des études o u se destinent à travaill er dans le domaine des services sociaux ou
éducati fs, un participant étudi e dans le do maine de l' admini stration et une autre, dans le
domaine de la santé. De pl us, la sy nthèse des informations no us permet de constater que to us
les étudiants de cette étude ont prolo ngé d ' au moins une année leur programme d ' études en
raison de leurs diffi cul tés d 'apprentissage. Le tableau 4.2 présente une synthèse générale des
entrevues initiales regro upant à la foi s le vo let anamnèse et l' hi sto ire personnelle de lecteur.
92
Tableau 4. 2
Synthèse des entrevues initi ales (histoire perso nne ll e de lecte ur)
Nom
Alexia
Diagnostic
TDA
Expéri e nces de
lecture
Lectures qui
rendent mal
à l' aise
Négative
Littérature
française
Difficultés
(Développement
de la capacité à
li re)
Manque de
compréhension
Poésie
Négative
Anne
Fla vie
Dysorthographie
Texte
info rmatif
Dyslexie mixte
Littérature
française
Négative
Quantité de
lecture
Co mpréhension
Romans
Dyslexie
Difficultés au
collégial vs
lecture
Manque de
co mpréhension
Quantité de
lecture
Vocabulaire
Manque de
co mpré hension
Quantité de
lecture
Échéanciers
Syndrome de
Tourette
Mathieu
TDA
Texte
informatif
Négative
Roman
d ' amour
Dyslexie
Manque de
co mpréhension
Quantité de
lecture
Manque de liens
Dysorthographie
Dys lexie
Sabrina
Dysorthographie
lexicale
Négative
Littérature
françai se,
poésie
Manque de
compréhension
Quantité de
lecture
Manque de liens
Le tableau synthèse 4.2 permet de bien cerner les difficultés rencontrées par ces étudiants en
ce qui a trait aux expériences li ées à la lecture, tous les participants évoq uent principalement
des expériences négatives. De plus, lorsqu ' i"is ont été questionnés sur le type de lecture qui les
rendent mal à l' aise, plusieurs participants invoquent, notamment, la littérature française, la
poésie et les textes informatifs. Dans tous ces cas, c' est le vocabu laire complexe qui est
con sidéré difficil e. Toujours au tabl eau synthèse 4.2, no us présentons les difficultés des
93
étudiants en li en avec le développement de la lecture. À l' unan imité, ceux-ci répondent que
c ' est le manque de compréhension g loba le du texte qui est difficile. En dernier li eu, si l'on
regarde les difficultés au col légial au plan de la lecture, encore une fois , les étudiants sont
unanimes sur un point:. c'est l'imposante quantité de textes à li re et à comprendre qui pose
problème dans la réussite des étudiants.
4.2
Présentation des résultats aux questionnaires
Maintenant que nous connaissons mieux les expériences et les attitudes des étudiants en ce
qui a trait à la lecture, la prochaine section présentera les résultats aux troi s question naires
utilisés pour répondre à notre premier objectif de recherche qu i éta it d ' identifier les stratég ies
cognitives et métacognitives qu'affirment utili ser les participants avant et après l'atelier. Pour
tous les participants, no us présenterons les d iffé rences entre les résultats du pré-test et du
post-test afi n de mieux cerner les différences avant et après la tenue de l' ateli er.
Répertoire des connaissances métacognitives en lecture
Le premier questionnaire présenté aux part icipants est le Répertoire des connaissances
métacognitives en lecture. Cet instrument vise à connaître, en présentant des choix de
réponses, les stratég ies qui seraient utili sées par le répondant dans diverses situat ions en
co mpréhe nsion de lecture et ce, en fonction de quatre vo lets: éva luation, planification,
régulation et connaissances co nditi onne ll es. Pour chacune des questions, les participants
devaient répondre par la lettre a, b, ou c. Chacune des lettres correspondait à un pointage de 0,
1 ou 2 points, 0 étant la réponse la moins attendue, 1, une réponse jugée acceptable et 2, la
réponse la plus attendue. En additionnant tous les points pour chacun des vo lets, il est
possible de voir au pré-test où se situent les difficultés des participants en ce qui a trait aux
choix de stratégies de lecture efficaces et au post-test, où se situe une progression dans
l'util isation des stratégies de compréhens ion de lecture. Les tableaux 4.3 à 4.6 présentent les
résultats obtenus auprès de to us les participants de notre échantillon et permettront de mettre
en relation les réponses recueillies. Ces tableaux exposent les réponses des patticipants quant
94
à leur capac ité à utili ser des stratég ies d' éva luati on, de pl anifi cati onè de régul ation et de
connaissances conditionnelles en lecture.
95
Tableau 4 . 3
Répertoire des connaissances métacogniti ves en lecture (Évaluation de la lecture)
Anne
Anne
(Pré)
(Post)
1
b (2)
b (2)
c (2)
2
c (2)
a (1)
b (O)
c (2)
3
b (O)
c (2)
4
a (1)
a (1)
4
b (2)
b (2)
5
a (2)
c (1)
5
c (0)
a (2)
Total
5/10
8/10
Total
6/10
9/10
Flavie
(Pré)
Flavie
(Post)
Questions
Mathieu
(Pré)
M athieu
1
b (2)
b(2)
1
b (2)
b (2)
2
b (0)
c (2)
2
a (1)
a (1)
3
a (1)
c(2)
3
c (2)
c (2)
4
a (1)
b (2)
4
b (2)
b (2)
5
a (2)
a (2)
5
b (1)
a (2)
Total
6/10
10/10
Total
8/10
9/10
Sabrina
(Pré)
Sabrina
(Post)
1
b (2)
b (2)
2
c (2)
c (2)
3
c (2)
c (2)
4
a (1)
b (2)
5
a (2)
b (1)
Total
9/10
9/10
Alexia
Alexia
(Pré)
(Post)
1
b (2)
b (2)
2
b (O)
3
Questions
Questions
Questions
Légende :
(Pré) : Pré-test
(Post) : Post-test
Questions
(Post)
96
Le tableau 4.3
présente les rés ultats des participants en ce qui a trait aux stratégies
d' évaluation. Les questions portaient notamment sur l' éva luation des difficultés en situation
de lecture et sur le choixde stratégies pour pallier celles-ci. Notons que les résu ltats au prétest sont variés. Pour trois des parti cipants, les réponses donnent en moyenne un score faible ,
soit 5,5/ 1O. Chez les deux autres pmiicipants, les sco res sont quant à eux élevés, donnant en
moyerme 8,5/1 O. Suite à la passation du post-test, nous constatons que chez les participants
plus faibles, il y a une augmentation importante de la moyenne des rés ultats, so it 9/ 10. Ainsi,
les participants ayant obtenu un résultat plus faib le au pré-test sont passés d' une moyenne de
5.5/ 10 à 9/10, soit une augmentation en moyenne de 3.5 points. En ce qui a trait aux autres
participants ayant obtenu un résultat élevé au pré-test, les résultats au post-test ont augmenté
d' un point chez un des participants, passan t de 8/ 10 à 9/ 10 et est resté le même chez l' autre
participant, à 9/1 O.
97
Ta bleau 4. 4
Répe1toire des connaissances métacogniti ves en lecture (Planificati on de la lec tw-e)
Alexia
{Pré)
Alexia
{Post)
1
a {O)
2
Anne
Questions
Anne
{Pré)
{Post)
b {2)
1
b {2)
b {2)
a {2)
c{1 )
2
c {1 )
a {2)
3
a {2)
b {1)
3
a {2)
a {2)
4
a {O)
c {2 )
4
a {O)
b {1)
5
c {2)
c {2)
5
a {1)
c {2)
Total
6/1 0
8/ 10
Total
6/10
9/10
Flavie
(Pré)
Flavie
(Post)
Questions
Mathieu
(Pré)
Mathieu
(Post)
1
a {0)
b {2)
1
a {0)
b {2)
2
a {2)
a {2)
2
a {2 )
a {2)
3
a {2)
a {2)
3
b {1)
b {1)
4
b {1)
b {1)
4
b {1)
b {1)
5
c {2)
c {2)
5
c {2)
c {2)
Total
7/10
9/10
Total
6/10
8/10
Sabrina
(Pré )
Sabrina
(Post)
1
c {1)
b {2)
2
a {2)
c {1)
3
a {2 )
a {2)
4
b {1 )
b {1)
5
b {0)
c {2)
Total
6/10
8/10
Questions
Questions
Questions
Légende :
(P ré) : Pré-test
(Post) : Post-test
98
Le tabl eau 4.4 présente les rés ultats des parti cipants en li en avec l' utili satio n des stratég ies
de planifica tion . Les questions portaient sur la planification de sa lecture, notamment sur la
faço n d 'aller à l'essenti el lorsqu ' on lit ou po ur en produire un rés umé. To us les parti cipants
ont présenté au pré-test un fa ibl e total de 6/ 10, à l ' exce pt i ~n d ' une participante, Flav ie, qui a
obtenu un total de 7/ 1O. A u post-test, l' ensembl e des participants ont sé lectionné des
stratégies j ugées plus effi caces à la suite de l' ateli er inspiré de l' approche R.A de faço n
importante. En effet, les parti cipants ayant obte nu précédemme nt un r·ésultat de 6110 ont
aug menté celui-ci à 8/ 10, so it une aug mentati o n de 2 po in ts. En ce qui co ncern e la c inqui ème
participante, Flavie, celle-ci est passée d ' un total de 7110 à 911 0, so it une aug mentation de 2
points, tout comme les autres participants.
99
Tableau 4. 5
Réperto ire des connaissances métacogni tives en lecture (Régul ation de la lecture)
Alexia
(Pré)
Alexia
(Post)
1
c (O)
2
Quest ions
Anne
(Pré)
Ann e
(Post)
a (1)
1
A (1)
a (1)
c (0)
c (O)
2
B (2)
b (2)
3
b (1)
a (2)
3
A (2)
b (1)
4
b (O)
a (1)
4
a (1)
a (1)
5
c (0)
c (O)
5
c (O)
b (2)
Tot al
1/10
4/10
Tot al
6/10
7/10
Questions
Flavie
{Pré)
Flavie
{Post)
Questions
Mathieu
(Pré)
Mathieu
(Post)
1
c (0)
c (0)
1
a (1)
b (2)
2
b (2)
b (2)
2
b (2)
b (2)
3
a (2)
a (2)
3
b (1)
b (1)
4
c (2)
c (2)
4
a (1)
c (2)
5
b (2)
b (2)
5
c (O)
b (2)
Total
8/1 0
8/10
Total
5/10
9/10
Sabrin a
(P ré )
Sabrina
{Post)
1
c (0)
b (0)
2
b (2)
b (2)
3
a (2)
a (2)
4
a (1)
a (1)
5
c (O)
c (0)
Tot al
5/10
5/10
Questions
Questions
Légende : (Pré) : Pré-test
(Post) : Post-test
100
Le tableau 4.5 aborde les
stratégies de
régul ati on. Les questi ons posées éta ie nt
principa leme nt en lien avec la relectu re d' un passage, la faço n d'aborder un mot inco nnu ou
les stratégies utili sées lorsqu 'on ne co mprend pas une phrase du texte. C hez tous les
participants, à l' exception d ' une, Flav ie, les rés ultats au pré-test so nt plutôt fa ibl es. La
participante Alexia a obtenu un to tal de 1Il 0, le p lus fa ibl e de tous les participants, sui v ie de
Mathi eu et Sabrina qui ont o btenu un rés ul tat de 5/ 10 et Ann e, qui elle, a obtenu 6/1 O. Notons
que Fl avi e a obtenu le total le plu s é levé avec 8/ 1O. Au post-test, seulement 60% de
participants ont connu une augmentati on de feurs rés ultats. Al ex ia, Anne et Mathi e u ont
obtenu une augmentati on respective de 3 points, 1 point et 4 points. Pour leur part, Flav ie et
Sabrina ont obtenu un tota l équi valent à ce lui du pré-test, soit 8/10 et 5/ 1O.
101
Ta bleau 4. 6
Répertoire des connaissances métacogn itives en lecture (Connaissances conditionnell es)
Questions
Anne
(Pré)
Anne
(Post)
c (2)
1
c (2)
c (2)
c (1)
c (1)
2
c (1)
c (1)
3
a (1)
c (O)
3
b (2)
b (2)
4
b (1)
b (1)
4
a (O)
b (1)
5
c (2)
c (2 )
5
c (2)
b (1 )
Total
6/10
6/10
Total
7/10
7/10
Flavie
(Pré)
Flavie
(Post)
Mathieu
(Pré)
Mathieu
(Post)
1
c (2)
c (2)
1
a (1)
c (2)
2
c (1)
c (1)
2
c (1)
c (1)
3
c (O)
b (2)
3
a (1)
a (1)
4
a (0)
a (O)
4
c (2 )
b (1)
5
c (2)
c (2)
5
b (1)
c (2)
Total
5/10
7/10
Total
6/1 0
7/10
Sabrina
(Pré)
Sabrina
(Post)
1
a (1)
a (1)
2
a (1)
c (2)
3
a (1)
a (1)
4
b (0)
a (1)
5
c (2 )
c (2 )
Total
5/10
7/10
Alexia
(Pré)
Alexia
(Post)
1
a {1 )
2
Questions
Questions
Questions
Légende :
(Pré) : Pré-test
(Post) : Post-test
Questions
102
Le demier tableau, soit le tableau 4 .6, présente les résu ltats aux questions qui abordai ent les
stratégies des connai ssances conditionnelles et questionnait les partic ipants sur leur façon de
choisir leurs stratég ies de lecture en fonction du type de textes proposé. À ces questions, les
participants ont obtenu au pré-test un résultat moyen-faible. Flavie et Sabrina ont obtenu un
résultat de 5/ 10, Alexia et Mathieu, 6/ 10 et Anne a obten u le total le plus élevé, so it 7/ 10 .
Quant aux résultats au post-test, les participants ont connu peu d' augmentation de leurs
résultats respectifs. Ainsi, 60% des participants ont co mm une .augmentation de 1 ou 2 points.
Fla vie et Sabrina sont passées de 5/ 10 à 7/ 10 et Mathie u est passé d ' un total de 6/ 10 à 7/ 1O.
Nous avons présenté les résultats au pré-test et au pos t-test suite à la passation du Répertoire
des connaissances métacognitives en lecture. Pour conclure cette parti e, nous présentons au
tableau 4.7 suivant, une synthèse des rés ultats obtenus aux quatre vo lets du ques tionna ire.
Tablea u 4. 7
Différences (en points) obtenues entre le pré-test et le post-test selon les quatre volets du
répertoire des connaissances métacognitives en lecture
Écart
(Alexia)
Écart
(Anne)
Écart
(Fla vie)
Écart
(Mathieu)
Écart
(Sabrina)
Éva luation
+3
+3
+4
+1
0
Planification
+2
+3
+2
+2
+2
Régulation
+3
+1
0
+4
0
0
0
+2
+1
Volets
Connaissances
conditionnelles
Total
+2
'
+8
+7
+8
+8
+4
Le tableau 4.7 montre les différences obtenues e ntre les résul tats du pré-test et du pos t-test au
questionnaire intitulé Répertoire des connai ssances métacognitives en lecture. Le tableau
permet de constater qu ' au premi er vo let, so it le vo let évaluati on de la lecture, quatre
participants ont améli oré de façon importante leurs perfonminces. Une participante, Sabrina,
a vu son résultat demeurer le mê me. Les écarts dans les résultats obtenus au vo let
103
pl anification de la lecture nous permettent de constater un prog rès chez tous les participants.
En effet, la synthèse des rés ultats montre que quatre des parti c ipants ont aug me nté de deux
points leurs performances alors que la cinqui ème participante a a ugmenté de trois po ints ses
résultats. Quant au volet régulation de la lecture, les écarts obtenus chez les pm1i c ipants so nt ·
très variables. Trois participants ont vu leurs rés ultats augmenter respectivement de un , troi s
et quatre points. Par contre, deu x pa11icipants ont vu leurs résultats de meurer stabl es . Le
dernier volet traite des connaissances conditionnelles en lecture. Encore une foi s, les rés ultats
obtenus sont variés. Trois participants ont des rés ultats supéri eurs au post-test et ainsi,
montrent une augmentation respective de un ou deux points selon les participants. Les deux
autres participants de la recherche ont vu le urs rés ul tats demeurer stables. La derni ère li g ne
du tabl eau 4.7 présente l'amélioration totale des participants . Ceux qui se sont le plus
améliorés sont Alexia, Fla vie et Mathi eu ( +8) suivi s d ' Anne (+ 7) et enfin de Sabrina ( +4 ).
Conscience métacognitive. des stratégies de lecture
Ce questi01maire (Voir Appendice D) , qui avait pour but de connaître quelles sont les
stratégies métacognitives les plus utili sées par les pa11icipants, est co mposé de 30
affirmations qui so nt classifiées selon trois catégori es di ffé rentes : so ient les ·stratégies
globales (G), les stratégies de soutien (S) et les stratégies de réso lutio n de problèmes (P). Tel
que mentionné au troisième chapitre, no us avons utili sé la grille d ' ana ly se proposée par le
MARS! (Mokhtari et Reichard, 2002) afin de déterminer d ' abord qu ell e éta it la catégorie de
stratég ies la moins utili sée par les partic ipants. Pou r chac une des questions, le participant
devait encercler le chiffre compris dans une éche ll e de Likert de 1 à 5 qui correspond le
mieux à ce qu 'il fait en situation de lecture, 1 étant je n'applique jamais cette stratégie, 2
j'applique cette stratégie occasionnellement, 3 j 'applique cette stratégie environ un fois sur
deux fois , 4 j'applique régulièrement cette stratégie et 5, j'applique toujours cette stratégie.
Nous avons repris cette grille à nouveau po ur le post-test afi n de vérifier si les pm1icipants
utili saient plus fréquemment ou dava ntage des stratég ies appa11e nant à tell e ou telle catégorie.
Les réponses des participants se trouvent au tableau 4.8.
~·
fi·
(i.Je fais un résumé de ce que j'ai lu.
G
s
s
~·Je discute avec d ' autTes personnes pour vérifie
13. Selon ce que je lis, j ' ajuste ma vitesse de
lecture.
14. Je déc ide moi-même des sections du texte que
"' ignore et celles que je lis plus atte nti vemen t.
p
G
12. Je souligne ou encercle 1' information dans le
ex te pour m ' aider à la retenir.
Il. Lorsque je perds ma concentration, j ' essa ie de
eprendre le fi l de ma lecture.
p
s
10. Avant de lire, je parcours rapidement le texte
pour voir la longueur du texte et comment il est
prganisé.
ln• compréhension.
G
s
~·Je lis lentement et sûrement pour être certain(e)
p
~ue je comprends ce que je lis.
11. Je prends le temps de réfléchir si le texte
k:orrespond à l'intention que j'ai fixé a u départ.
G
Lorsque le texte est diflicile à lire, je li s
miquement pour faire ressortir les informations
importantes .
Avant de lire un texte, je fais des prédictions.
3. Je réfléchis à ce que je connais déjà pOtu
m ' aider à mieux comprendre ce que je lis.
G
. Quand je lis, je prends des notes en même
emps (ex : je note dans la marge, j ' anno te au
dessus des mots, etc.).
1. Je lis en ayant une intention .
G
s
StTatégie
Type
1
5
1
5
3
5
4
1
5
1
5
5
5
4
5
2
1
1
2
1
5
5
5
1
5
5
2
3
3
1
5
1
1
3
5
1
Anne
5
2
5
A lexia
3
1
2
A lexia
5
5
4
5
3
5
5
2
4
4
3
3
5
2
Anne
5
5
5
4
2
5
5
4
3
2
1
5
4
1
Fla vie
5
5
5
4
5
5
5
4
3
4
4
5
4
3
Fla vie
Tableau 4. 8 Conscience métacognitive des stratégies de lecture (Mokhtari et Reichard, 2002)
4
2
2
4
2
3
5
5
3
3
1
3
1
3
3
4
3
2
4
5
2
4
3
4
3
3
4
2
Mathie u
Mathieu
2
5
5
5
2
5
3
3
3
4
1
3
5
3
Sabrina
5
5
5
5
5
5
4
4
3
4
4
4
4
5
Sabrina
.j::.
0
16. Lorsque le texte devient plus difficile, j e devien s p lus
attentif.
p
23. J'analyse, je critique et j 'évalue l' information
24. Je retourne lire que lques passages pour faire des liens
avec certaines idées du texte.
25. Je vérifie ma compréhension lorsque j e ne comprends
pas 1' information donnée.
26. J'essaie de deviner de quoi le texte parlera quand je
débute ma lecture.
27. Lorsque le texte commence à être di ffic ile, je le re lis.
G
s
G
G
p
29. Je vérifie si les prédictions que j 'ai faites sur le texte
au début sont j ustes.
30. Lorsqu ' il y a des mots que je ne conna is pas, j ' essa ie
de deviner ce qu'ils signifient.
G
p
28. Je me pose des questions en espérant trouver les
réponses dans le texte.
22. J'uti lise des aides typographiques (écriture italique ou
en gras) pour identifier les mots clés du texte.
G
s
21. J'essaie de me faire une image du texte pour me
souvenir de ce que i ' ai lu.
20. Je redis ou réécris dans mes propres mots les idées du
tex te pour mieux comp rendre.
p
s
19. J'essaie de trouver des indices dans le tex te pour
G
rn 'aider à mieux comprendre.
18. J'arrête ma lecture de temps en temps pour mieux
comprendre ce que je vien s de lire.
p
17. J'utilise les images, les légendes et les tableaux dans
le texte pour m 'aider à mieux comprendre.
15. J'utilise des outils de références (ex. dictionnaire)
pour m ' aider à mieux comprendre ce que j e lis.
s
s
Stratégie
Type
4
2
2
5
1
4
3
5
3
5
4
5
3
5
1
3
5
1
4
3
5
3
4
5
3
5
4
2
1
2
l
5
4
4
4
5
4
5
4
5
Anne
l
3
3
5
4
5
4
4
Anne
1
5
2
5
4
1
5
4
Alexia
l
5
2
l
5
l
5
l
A lex ia
4
2
3
4
2
4
5
3
1
5
4
3
4
3
4
3
Fla v ie
4
4
3
4
5
3
5
3
1
5
3
3
4
4
4
3
Fla vie
l
l
l
3
2
4
4
3
2
5
3
2
2
1
5
3
Mathieu
Tab leau 4.8 Conscience métacognitive des stratégies de lecture (Mokhtari et Reichard, 2002) - SUITE ...
4
4
3
4
4
4
4
4
4
4
2
4
4
4
4
5
Mathieu
4
3
4
4
2
5
5
' 2
5
5
4
3
3
4
4
5
Sabrina
5
5
4
5
4
4
5
3
5
5
3
5
4
5
2
4
Sabrina
Ul
0
106
L'analyse des résultats à ce questionnaire révèle que la catégorie de stratégies la moins
utili sée au
pré~test
par les étudiants est celle des stratégies globales. Tous les résultats
sous la barre de 2,4 permettent de conclure à une faible utilisation de cette catégorie de
stratégies. Les scores se situant entre 2, 5 et 3,4 démontrent une utilisation moyenne de
ces stratégies tandis qu'un score de 3,5 et plus démontre tme utilisation élevée de cette
catégorie. La figure 4.1 montre la moyenne des résultats obtenus au pré-test selon la
catégorie de stratégies.
5
4,5
4
3,5
3
2,5
2
1,5
1
0,5
0
Alexia
Anne
• Globa les
Figure 4. 1
Flavie
• Support
Mathieu
Sabrina
• Problèmes
Moyenne des résultats obtenus au pré-test selon la catégorie de stratégie
Par contre, les résultats au pré-test nous permettent de constater que la catégorie de
stratégies la plus utilisée par les participants est celle de soutien. En effet, les résultats au
pré-test démontrent que tous les participants ont un résultat élevé qui se situe au-delà de
3,5 (3,37 à 4,75). D 'autre part, la catégorie de stratégies la moins utilisée est celle qui
présente des stratégies métacognitives globales. Bien qu'i ls utilisent les stratégies
globales moins fréquemment dans plus de la moiti é des cas, les résu ltats demeurent plus
faibles que pour les autres catégories de stratégies. Quant aux stratégies de résolution de
problèmes, les résultats au pré-test sont variés. Trois des cinq participants ont un résultat
démontrant une utilisation fréquente des stratégies métacognitives de résolution de
problèmes, tandis qu 'un participant utilise moyennement cette catégorie de stratégie alors
qu'tm autre ne l'utilise pratiquement jamais.
107
5
4,5
4
3,5
3
2,5
2
1,5
1
0,5
0
Alexia
Anne
• Globale s
Flavie
• Support
Mathieu
Sabrina
• Problèmes
Figure 4. 2 Moyenne des résultats obtenus au post-test selon la catégorie de stratégie
Les résultats au post-test nous pennettent de voir à la fois une constance et une
amélioration dans 1'utilisation de certaines catégories de stratégies. En effet, les résultats
au post-test démontrent que tous les participants ont encore tm résultat élevé qui se situe
au-delà de 3,5 (3,87 à 4,6) en ce qui concerne 1' utili sation des stratégies de soutien. Un
des participants a obtenu un score inférieur, un autre n' a pas augmenté ses résultats alors
que les trois autres ont obtenu une faible augmentation de leurs résultats. D'autre part, la
catégorie de stratégies qui était la moins uti li sée lors du pré-test était celle qui présente
des stratégies métacognitives globales. À l'unanimité, les cinq participants ont augmenté
leurs résultats dans cette catégorie en rapportant avoir utilisé de façon plus élevée des
stratégies globales. Le tableau 4.9 présente les différences entre le pré-test et le post-test
pour chaque participant.
108
Tableau 4. 9
Différences entre les résultats obtenus au pré-test et au post-test au questionnaire
Conscience métacognitive des stratégies de lecture
Stratégies
globales
Stratégies de
soutien
Stratégies de résolution
de problèmes
Alexia
+ 1,60
-0,25
+0,50
Anne
+ 1,46
+0,10
+0,60
Fla vie
+0,86
0,00
+0,80
Mathieu
+ 1,01
+0,05
+0,40
Sabrina
+ 1,56
0,00
0,00
Les résultats montrent une hausse importante de l' utilisation des stratégies g lobales
(+0,86 à + 1,60). Quant aux stratégies de résolution de problèmes, même si les progrès
sont moins importants que pour les stratégies g lobales, il n ' en demeure pas moins que
quatre des cinq participants les utilisent davantage après l'atelier. Quatre des cinq
participants ont sensiblement augmenté l' utilisation des stratégies métacognitives de
résolution de problèmes (+0,18 à 0,60) pour en faire une utilisation de moyenne à élevée.
Un participant est demeuré stable, conservant le même résultat qu ' au pré-test.
Répertoire des stratégies en métacom préhension
Le dernier questionnaire est le Répertoire des stratégies de métacompréhension. Il s' agit
d' un questionnaire comportant 25 questions à choix multiples réparties selon les trois
temps de la lecture : avant la lecture, pendant la lecture et après la lecture. Six catégories
de stratégies étaient présentées parmi les 25 questions : la prédiction et la vérification, la
prévision, l' intention de lecture, le questionnement, les connaissances antérieures et le
résumé. 11 n 'y a pas de pointage attribué à chacune des réponses mais le questionnaire
fournit la réponse attendue de la part des participants et ce, pour chacune des questions.
L'ensemble des réponses pour chacun des participants se trouve en annexe. La réponse
attendue est celle qui correspond à celle jugée la plus efficace par les concepteurs de cet
instrument (Schmitt, 1990). Le tableau 4.10 présente quant à lui toutes les réponses
109
obtenues au pré-test, de même qu ' au post-test pour chacun des participants. La réponse
attendue a été soulignée et mise en gras pour chacune des questions.
b\ Lire le titre a fin de savoir sur ouoi 10 rtera le tex te.
b) Lire le titre afi n de savoir su r guoi porter a le texte.
~ ) Vérifier si les il lustrations sont en ordre et ont du sens.
~.a) Vérifier q u'il ne manque pas de pages.
(20%)
(40%)
(40%)
4. a) Vérifier qu' il ne manque pas de pages.
b) Faire une li ste des mots do nt j e ne suis pas certain(e) de la signification .
c) Utiliser les ima ges et le titre pour m 'a id er à prédire s ur guoi portera
l' histoire.
c) Relirecertai nes parties de l'hi stoire pour mieux comprendre les aspects
qui me font moins de sens.
d) Demander de J' aide pour les mots que j e trou ve diffici les.
qui me font moins de sens.
d) Demander de J' aide pour les mots que j e trouve diffici les.
b) Uti liser les mots difficiles pour m' aide r à prédire sur quoi portera
5. a) Co nnaître la raison pour laguelle je dois lire l' histoire.
l' histoire.
(20%)
(80%)
c) Relire certaines part ies de l' histo ire pour mieux comprendre les aspects
b) Utiliser les mots diffici les pour m' aide r à prédire .sur quo i portera
5. a) Connaître la r a ison JlOUr laguelle je d ois lire l' histoire.
d ) Lire la dernière phrase pour savoir comment l' histoire fin ira.
d) Lire la dernière phrase po ur savoir comment l' histo ire finira.
Utiliser les im a<>es et le tit re nour m'a ider à orédi re sur ouoi norter a
l' histoire.
l' histoi re.
r\
" )Faire une li ste des mots dont j e ne suis pas certai n(e) de la significatio n.
~)Vérifie si la plupart des mots ont beaucoup ou peu de voye lles.
c) Vérifie si la plupart des mots o nt beaucoup ou peu de voyell es.
d) Vérifier si les ill ustrations sont en ordre et ont du sens.
(100%)
3. a) Demander à quelqu ' un de lire le texte pour moi .
3. a) Demimder à quelqu' un de lire le texte pour moi .
(20%)
~)Véri fier si l' histoi re a du sens pou r moi .
b) Estimer combien de temps j e devrai prendre pour lire l' hi stoire.
b) Estimer combien de temps j e devrai prendre pour li re l' histoire.
d) Vérifier si l' histoire a du sens pour mo i.
~ . a ) Regard er les illustrations pour savoir de guoi parlera l'histoire.
(40 %)
(40 %)
2. a ) Rega rd er les illustra tions po ur savo ir de guoi Jla r lera l'histoire.
c) Commencer à lire à haute voix mots que je ne connais pas.
~)Ré fl éc hir à ce qui s'est passé j usqu ' à maintenan t dans l' histoire.
d) Ré fl échir à ce qui s'est passé jusqu 'à maintenant dans l' histoire.
c) Commencer à lire à haute voix mots que je ne conna is pas.
~\Fa ire des r>rédictions sur ce dont Ja rlera l' hist oire.
c} Fa ire des Jl rédictions sur ce d ont parlera l' histoire.
l. a) Regarder combien de pages l' histoire contient.
b) Vérifier tous les mots difficiles dans le d ictionnaire.
(80% )
(20% )
1. a) Regarder combien de pages 1' histoire contient
b) Vérifier tous les mots diffic iles dans le dictionnaire
Pre-test
Post-test
Répertoire des stratégies en métacompréhension (AV ANT la lecture)
Question : Avant de débuter ma lecture, c'est une bonne idée de ...
Tableau 4. 10
(20%)
(80 % )
(100 % )
(100% )
(100% )
( lOO%)
0
~
(60%)
b) Vérifier combien de pages le texte co ntient.
(60%)
10. a) vérifier si je comprends bien ma lecture jusqu'à maintenant
d) fa ire la liste de tous les détails importants dans le texte
~)faire la liste de tou s les détai ls importa nts dans le texte
(b) vérifier si les mots dans le texte comporte plus qu' un sens
kl réfléchir au lieu où oourrait se situer l'action
cl réfléchir au lieu où JlOUrrait se situer l'action
10. a) vérifier si je comprends bien ma lecture jusqu'à maintenant
~)Vérifier si j'ai assez de temps pour lire le texte.
~
b) vérifier si les mots dans le text e comporte plus qu'un sens
(40%)
(40%)
d) Vérifier si j'ai assez de temps pour lire le texte
Réfléchir sur ce à auoi oeuvent ressembler les oersonnae:es de
(20%)
c} Réfléchir sur ce à guoi )leuvent ressembler les Jlersonnages de l'histoire.
kl
b) Me rappeler tous les éléments importants du texte pour être certain( el
~e me souvenir de l' histoire .
(20"/o)
~ · a) Me pratiquer à lire le texte à vo ix haute.
de me souvenir de l'histoire .
(20%)
9. a) Me pratiquer à lire le texte à voix haut e.
) Choisir la meilleure partie du texte à relire.
~)Lire le texte à voix haute à quelqu' un d'a utre.
b) Me rappeler tous les éléments importants du texte pour être certain(e)
(20%)
d) Lire le texte à voix haute à quelqu'un d' autre.
b) Vérifier combien de pages le texte contient.
8. a} Réfléchir à ce gue je connais déjà sur ce gui est déjà illustré.
(20%)
8. a} Réf léchir à ce gue je connais déj à sur ce gui est déjà illustré.
c) Choisir la meilleure partie du texte à relire.
d) Réfl échir à un mei lleur titre pour cette histoire.
van! de commencer à lire.
avant de commencer à lire.
d) Réfléchir à un meilleur titre pour cette histoire.
) M ' assurer que je suis capable de prononcer correctement tou s· les mots
c) M ' assurer que je suis capable de prononcer correctement tou s les mots
b) Utiliser les ouestions nue ·e m e nase et deviner oour ouelle r aiso n_ie
7. a) Vérifier si j ' ai déjà lu ce texte.
dois lire cette histoire.
(20%)
b} Ut iliser les guestions gue je m e pose et deviner (!OUr guelle raison je
dois li re cette histoi r e.
(80% )
7. a) Véri fier si j ' ai déjà lu ce texte.
dl Survoler le texte oour trouver tous les mots oui ont troi s sv llabes ou ol us.
c) Réfléch ir sur le sens des mots qui ont plus d' un sens.
c) Réfléchir sur le sens des mots qui ont plus d' un sens.
d) Survoler le texte pour trouver tous les mots qui ont trois sy llabes ou plus
b) M e poser des questions sur cc _que j'aimerais apprendre dans ce
(20%)
b} Me uoser des guestions sur ce gue j'aim erais auurcndre dans ce texte.
6. a) Faire une récapitulation de toutes les idées importantes du te xte.
(20% )
(60%)
6. a) Faire une récapitulation de toutes les idées importantes du texte.
Pré-test
Post-test
Répertoire des stratégies en métacompréhension (A V ANT la lecture) SUITE ...
Question : Avant de débuter ma lecture, c'est une bonne idée de ...
. Tableau 4.10
(20%)
(80%)
(100%)
(100%)
(lOO%)
(20%)
(80%)
Il. a) Lire l' histoire très lentement pour m'assurer de ne pas manquer de
k\
c) Lire le titre pour connaître sur quoi portera l' histoire.
) Lire le titre pour connaître sur quoi portera l' histoire.
(40%)
d} De valider si mes 11rédictions sont bonnes ou erronées.
c) D' écrire le nom du personnage principal.
ki\ De valider si mes prédictions· sont bonnes ou erronées
) D'écrire le nom du personnage principal.
!maintenant.
(40%)
maintenant.
15. a) D' avoir quelqu ' un pour me lire l'hi stoire.
[b) De vérifier régulièrement combien de pages ont été lues ju squ ' à
(20%)
15. a) D' avoi r quelqu' un pour me lire l' histoire.
~)Ajouter les détails aux illustrations.
b) De vérifier régulièrement combi en de pages ont été lues j usqu ' à
d) Ajouter les détails aux illustrations.
Ide commencer à lire.
(20%)
commencer à lire.
14. a) Garder en tête le temps dont j ' ai besoin pour lire l' histoire.
b) Vérifier si ·e Jeux répondre à certaines auestions aue j'avais avant
(80%)
14. a) Garder en tête le temps dont j 'ai besoin pour lire l' histoire.
b} Vérifier si je (leux ré11ondre à certaines guestions gue j'avais avant de
~)Ga rder en tête le nombre de pages q u' il me reste à lire.
d) Garder en tête le nombre de pages qu ' il me reste à lire.
Garder en tête le titre du livre et les illustrations JOur m'aider à
!prédire ce aui pourrait se 11asser dans les chapitres suivants.
11rédire ce gui 110urrait se ]!asser dans les chapitres suivants.
(40%)
c} Garder en tête le titre du livre et les illustrations pour m'aider à
pas.
~omprends
pas.
13. a) Vérifier la signification· des mots difficiles dans le di ctionnaire.
b) De mettre la lecture de côté et en commencer une aut re si je ne
(60%)
~)Saute r les parties du texte qui sont trop diffi cil es pour moi.
b) De mettre la lecture de côté et en commencer une autre si je ne comprends
13. a) Vérifier la signification des mots difficiles dans le dictionnaire.
parle.
d) Sauter les parties du texte qui sont trop difficiles pour moi.
Lire seulement le déb ut et la fin de l' histoire pour savo ir de quoi elle
~)
c) Lire se ulement le début et la fin de l' hi stoire pour savoir de quoi ell e parle.
12. a) De m 'a rrêter et faire un rappel des.princinaux éléments.
[b) Lire le texte rapidement pour découvrir ce qui s ' est passé.
(lOO%)
lpassé dans mes mots.
'e neux redire ce aui s'est
Vérifier s' il manque quelque chose dans les illustrations.
kil Vérifier si le texte a du sens en vérifiant si
b) Lire le texte rapidement pour découvrir ce qui s' est passé.
12. a } De m 'a rrêter et faire un ra(l(lel des (lrinci(laux éléments.
passé dans mes mots.
d} Vérifier si le texte a du sens en vérifiant si je (leux redire ce gui s'est
b) Lire le titre savoir de quoi parlera l' histoire.
~)
~étails importants.
b) Lire le titre savoir de quoi parlera l'hi stoire.
(80%)
(20%)
c) Vérifier s ' il manque quelque chose dan s les illustrations.
détails importants.
Il. a) Lire l' histoire très lentement pour m' assurer de ne pas manquer de
Pré-test
Post-tes t
Répertoire des stratégies en métacompréhension (PENDANT la lecture)
Question : Pendant ma lecture, c'est une bonne idée de ...
Tableau 4. Il
(lOO % )
(lOO%)
(100%)
(lOO%)
(80% )
(20%)
N
de répondre a ux guestions gue je me [!OSe.
d) De vérifier si j e prononce correctement les nouveaux mots de vocabulaire
18. a} Vérifier si mes [!rédictions sont bonnes ou erronées.
(40%)
(20%)
(20%)
(20%)
(40% )
d) De vérifier si je prononce correctement les nouveaux mots de vocabulaire.
18. a} Vérifier si mes [!réd ictions sont bonnes ou e rronées.
b) Reli re le texte pour être cen ain(e) que je n' ai pas sauté de mots.
c) Réfl échir à la raison pour laquelle je doi s lire cette hi stoire.
d) Faire une liste de ce qui s' est passé au début, deuxièmement,
) Changer la fi n de l'hi stoire pour qu ' elle ait du sens.
d) Vérifi er s' il y a assez d ' images dans le texte po ur m' aider à comprendre
le texte.
c) Changer la fin de l' hi stoire pour qu' ell e ait du sens.
d) Vérifier s' il y a assez d' images dans le texte po ur m' aider à comprend re le
texte.
e li s
b) Prendre mon temps pour li re afin d ' être certain(e) de comprendre ce que
(20%)
lis.
b) Prendre mon temps pour lire afin d' être certai n(e) de comprendre ce que je
O. a } Relire certains [!assages ou fai re un retour en arrière [! Our
la rifler certaines confusions.
(80%)
20. a} Relire certains [!assages ou fa ire un r etour en a rrière [!Our
clarifier certaines confusions.
e qui arrivera ensu ite dans le texte.
princjpJIIes du texte nour m ' a id er à continuer à faire des nrédictions sur
(20%)
[!rinci[!a les du texte pour m'aider à continuer à fa ire des [!rédictions sur
ce_qui arriver a ensuite dans le texte.
) Vérifier combi en de mots je connais déj à.
dl Ga rd er en tête ce aue ·e connais dé "à sur le s u ·et et les id ées
b) D' être atte ntif pour ne pas sauter des parties du texte.
pour moi.
b) D' être attentif pour ne pas sauter des parties du texte.
d} Garder en tête ce gue je conna is déjà sur le suj et et les idées
pour moi .
(60% )
19. a) Voir s i je suis capable de reconnaître le vocabulai re qui est nouveau
c) Vérifier combien de mots j e connai s déjà.
roisièmement etc.
19. a) Voir si j e suis capable de reconnaître le vocabulaire qui est nou veau
(20%)
troisièmement etc.
d) Faire une liste de ce qui s' est passé au début, deuxièmement,
) Réfléchir à la raison pour laquelle j e doi s lire cette hi sto ire.
b) Relire le texte pour être certain(e) que je n' ai pas sauté de mots.
c) De lire l'hi stoire silencieusement.
(60%)
c) De lire l' histoire silencieusement.
et ce que je li s présentement.
D 'essa:~:er
et ce que je lis présentement.
17. a}
b) D' essayer de ne pas me mélanger entre ce que j e connais déjà sur le sujet
b) D'essayer de ne pas me mélanger entre ce que je connais déjà sur le suj et
de ré[!ondre aux guestions gue je me [!OSe.
d) Lire l' hi stoire à voix haute à quelqu ' un d' autre.
D ' essa:~:er
(60%)
c) Ne pas regarder les illustrations pour ne pas me mélanger.
17. a}
) Ne pas regarder les illustrations pour ne pas me mélanger.
d) Lire l'histoire à voix haute à quelqu ' un d' autre.
(20%)
b} Faire [!lusieurs [!rédictions sur ce g ui arrivera ensuite dans l'histoire.
(20% )
Pos t-test
SUITE .. .
b) Faire plusieurs préd ictions sur ce qui arrivera ensuite dans l'histoire.
16. a) Vérifier si les personnages sont réels.
Pré-test
lecture)
16. a) Vérifier si les personnages sont réels.
Répertoire des stratégies en métacompréhension (PENDANT la
Question : Pendant ma lecture, c'est une bonne idée de ...
Tableau 4.11
(20% )
(80% )
(60% )
(40% )
(20% )
(80%)
(20% )
(80%)
(40%)
(60%)
......
1.;>
1. a) Co mpter tou tes les pages que j ' ai pu lire sans fa ire d ' erreurs.
) Faire une li ste des choses aue i' a i le mie ux compris dans l' histo ire.
l' histoire.
l' histoire.
180% )
) Regarde r les images et lire le titre du texte pour voi r ce qui se passera dans
d) Faire une li ste des choses a ue '' a i le mieux comoris da ns l' histoire.
b) Me pratiquer à lire lentement le texte pour mie ux lire .
c) Regarder les images et li re le titre du texte pour voir ce qui se passera dans
(100% )
?5 . a } R éfl échir à comm e nt j' a ura is a~: i si j' ava is été le 11ersonnage llrincilla l
(20% )
25. a} Réfléchir à com ment j'aurais a2i si i' avais été le ne rsonna2;e n rinc inal
ri e l' histoire.
(60% )
b) Me pratiquer à lire lente ment le tex te pour m ieux lire.
(20 % )
d) Fa ire d es liens entre ce n ue 'e conna issa is d é'à ava nt d e lire et ce aue ''a i lu.
(80% )
d} Faire des lie ns e n tre ce gue je conn a issais d é jà ava nt d e li re et ce gue j' a i lu .
d e l' histoire.
(20% )
b) Lire les me ill eures part ies du texte à vo ix haute.
c) De mander à q ue lqu ' un de me lire l' histoire à voix ha ute.
(20% )
c) Demander à que lqu ' un de me lire l' histoi re à voix ha ute.
24. a) Regarder to us les longs di ffi ciles dans le d ictionnaire.
(80% )
(20% )
b) Lire les meilleures part ies du texte à vo ix haute.
24. a) Regarde r to us les. longs difficiles dans le diction nai re.
rédictions.
c) Réfl échi r su r ce o u i fa it en so rte que j' ai fa it d e bonnes ou de m a uva ises
b) Vé rifie r si j e n ' ai pas sauté des mots dans le texte.
fai re un survol de l' histoire pour savo ir ce sur quoi e lle
d) Faire des hypothèses sur ce qui se passera dans le texte.
(60% )
portera.
d) Faire des hy pothèses sur ce qui se passe ra dans le texte.
(l r édictions.
c} Réfléc hi r sur ce g ui fa it en so rte gue j' a i fa it d e bonnes o u d e ma uva ises
b) Véri fi er si je n ' ai pas sauté des mots dans le texte.
portera.
23. a) L ire le titre et
d) Me pratique r à re lire l'histoire à voix haute
(40% )
) Reli re l' histo ire pour être certa in( el q ue j'ai lu tous les mots correcteme nt.
d) Me pratiquer à re lire l' histoire à voix haute
c) Re lire l' hi stoire pour être certa in(e) que j ' ai lu to us les mots correcte ment.
fa ire un survol de l' histo ire pour savoir ce sur quoi e lle
'e les a i bien comnris.
je les a i bien comJlris.
23. a) Lire le ti tre et
(lOO% )
bl Fa ire un ra 1ne l d e to us les élém ents importants d e l'histoire Jo ur vé rifie r si (1 00%)
(20% ) 02. a) Souligner l' idée principa le
22. a) So uligner l' idée princ ipale.
(80% )
d) Soul iPner les causes et les effets.
120% )
d) Souli oner les causes et les effets.
b} Faire un ra!!!!Cl de to us les élé me nts imJlOrta nts d e l'h istoire 110ur vé rifier si
c) Vé rifie r si ma lecture a oerm is d e rép ondre a u b ut aue ·e m 'éta is fix é.
(80% )
intéressante
b) Vé rifier s' il y a vait assez d ' images po ur comprendre to ute l' histoire et la rendre
c} Vé rifier si ma lectu re a Jlermis d e réJlond re a u b ut gue je m ' éta is fi xé.
intéressante
b) Vérifier s' il y avait assez d ' images pour comprend re toute l' histo ire et la rendre
21. a) Compter toutes les pages que j 'ai pu lire sans fa ire d ' erreurs.
Pré- test
Po st-test
Réperto ire des stratégies en métacom préhension (APRÈS la lecture)
Question : Après ma lecture, c'est une bonne idée de ...
Tableau 4. 12
~
,.....
115
Dans le tableau précédent, nous avons regroupé les questions selon les six types de
stratégies mentionnées plus haut. Cette façon de faire permet de mieux cerner les forces et
les faiblesses des participants selon la catégorie de stratégies. La stratégie prédire et
vérifier regroupe les questions 1, 7, 12, 14, 15, 16, 18, 19 , et 21 , la stratégie prédire, les
questions 2, 3, 4, et 13, la stratégie intention de lecture, la question 5. La stratégie activer
les connaissances antérieures comprend les questions 8 et 24, la stratég ie se questionner,
les questions 6, 9, 10, 17, 23, et 25 . Enfin , la dernière stratégie résumer réunit les
questions 11 , 20 , et 22. Les tableaux 4.13 à 4. 18 présentent les résultats de l'échantillon
des réponses attendues.
Tableau 4. 13
Pourcentage des participants ayant choisi la réponse attendu e au pré-test et au
post-test en lien avec la stratég ie prédire et vérifier
Réponses attendues selon la
question
% de
réponses au
pré-test
% de
réponses au
post-test
Écart entre le prétest et le post-test
1 Faire· des prédictions sur ce dont parlera
l' hi stoire . (C)
0
100
+ 100%
4. Utiliser les images et le titre pour m' aider
à prédire sur quoi portera l' histoire (C)
40
100
+ 60%
13. Garder en tête le titre du li vre et les
illustrations pour rn 'aider à prédire .. .(C)
40
100
+ 60%
15 . Valider si mes prédictions sont bonnes ou
erronées. (D)
0
100
+ 100%
16. Faire plusieurs prédictions sur ce qui
arrivera ensuite dans l'hi stoire. (B)
0
60
+ 60%
18. Vérifier si mes prédictions son t bonnes ou
erronées (A)
20
80
+ 60%
23.Réfléchir sur ce qui fait en son e que j'ai
fait de bonnes/mauvaises prédictions. (C)
0
80
+ 80%
Le tableau 4.13 montre le pourcentage des participants ayant choisi la réponse attendue
au pré-test et au post-test en lien avec la stratégie prédire et vérifier. De manière générale,
116
les participants ont amélioré de façon importante le choi x des stratégies de prédiction et
de vérification . À la première question, aucun des participants n' avait sé lectionné la
réponse attendue au pré-test alors qu ' au post-test, tous les participants ont choisi la bonne
réponse qui était de <<Faire des prédictions sur ce do nt parlera l 'histoire». li s' agit donc
d' une augmentation de 100% . Suivant cela, la qu estion quatre était la même que la
précédente, mai s la réponse attendue était «utiliser les images et fe titre pour m 'aider à
prédire sur quoi portera l 'histoire» . Une parti e des étudiantes (deux) ont répondu
correctement au pré-test, comparativement au post-test où tous les étudiants (c inq) ont
donné la réponse attendue . Nous pouvons alors con stater un écart positif important de
60%. La prochaine question , quant à elle, abordait la stratégie de prévi sion après la
lecture d' un texte . Au pré-test, la réponse attendue, soit «garder en tête le titre du livre et
les illustrations pour m 'aider à prédire ce qui pourrait se p asser dans les chapitres
suivants», a été sélectionnée par deux des participants, comparativem ent au post-test où à
ce moment, tous les participants ont opté pour celle-ci. Nous pouvons donc constater un
écart pos itif important de 60% entre les deux tests. La question 15 montre une
augmentation très importante de 100% entre le pré-test et le post-test. En effet, au pré-test,
aucun des participants n ' a été en mes ure de donner la réponse attendu e, so it «qu 'il serait
une bonne idée de valider si mes prédictions sont bonnes ou erronées;;. Par contre, une
fois le post-test effectu é, l' ensemble des participants ont sé lectionn é la répon se attendue.
La seiz ième question nécess itait de donner la répon se : «fa ire plusieurs prédictions sur ce
qui arrivera ensuite dans l 'histoire» et au pré-test, aucun des participants n ' a été en
mesure de choisir cette répon se. Au post-test, nous remarquons que trois des participants
ont donné la réponse attendue, ce qui constitue une augmentation de 60%. La question 18
portait sur l'idée de «garder en tête ce que j e connais déjà sur le sujet et les idées
principales du texte pour m 'aider à continuer à fa ire des prédictions sur ce qui arrivera
ensuite dans le texte». Dans ce cas, seulement un parti cipant a donné la répon se attendue
au pré-test et trois ont donné la ré pon se juste au post-test. Les résultats ont connu un
augmentation de 40% . Finalement, la question 23 portait sur l' idée de «réfléchir sur ce
qui fa it en sorte que j 'ai fait de bonnes ou de mauvaises prédictions» . Dans ce cas, aucun
participant n' a été en mesure de donner la réponse attendue au pré-tes t et quatre ont
donn é la réponse seulement au post-test. Les résultats se sont donc améliorés de 80%.
11 7
Tableau 4. 14
Pourcentage des participants ayant choi si la réponse attendue au pré-test et au post-test en
lien avec la stratégie de prévision
Réponses attendues selon la
question
%a u prétest
%au posttest
Écart entre le
pré-test et le
post-test
2. Regarder les illustrations pour
savoir de quoi parlera 1' histoire (A)
40
100
+ 60%
3. Lire le titre afin de savoir sur quoi
portera le texte (B)
100
100
0
Deux questions ont été posées en li en avec les stratégies de prév ision . Elles sont toutes
deux en lien avec les stratégies de prév ision ava nt de débuter la lecture. Une seule des
deux questions montre un écart positif entre le pré-test et le post-test. À la qu estion deux
notamm ent, la réponse attendue éta it de «regarder les illustrations pour savoir de quoi
parlera 1'histoire». Deux participants ont sé lectionné cette réponse au pré-test. Une fois
le post-test effectué, c' est l' ensemble des participants qui ont cho isi la réponse attendue.
À la question trois, on demandait aux par1ic ipants de cho isir la réponse qui correspondrait
le mieux à l' énoncé «avant de débuter ma lecture, ce serail une bonne idée de ... )). La
réponse attendue à cette question était la sui vante : <dire le litre afin de savoir sur quoi
portera le texte)). Au pré-test comme au post-test, tous les participants ont donné la
réponse attendue.
118
Tableau 4. 15
Pourcentage des participants ayant choisi la répon se attendue au pré-test et au
post-test en lien avec la stratégie avoir une intention de lecture
Réponse attendue selon la
question
%au pré-test
%au posttest
Écart entre le
pré-test et le
post-test
5. Connaître la raison pour
laquelle je dois lire l' histoire (A)
80
80
0
7. Utiliser les questions que je me
pose et deviner pour quelle raison
je dois lire cette histoire (B)
20
lOO
+ 80%
21. Vérifier si ma lecture a permis
de répondre au but que je m 'étais
fixé . (C)
80
100
+ 20%
Trois questions portaient sur l' intention de lecture. À la question cinq, nous ne constatons
aucun écart entre le pré-test et le post-test. En effet, lorsque nous avons posé au pré-test
la question suivante : «avant de débuter ma lecture, ce serait une bonne idée de ... »,
quatre participants ont donné la réponse attendue, so it «connaître la raison pour laquelle
je dois lire l'histoire» . Au post-test, les résultats demeurent les mêmes, avec à nouveau
quatre participants ayant répondu correctement à la question. À la question sept du prétest, seulement un participant a sélectionné la réponse attendue alors qu ' une fois le posttest complété, ce sont tous les participants qui ont choisi la réponse attendue, so it «utiliser
les questions que je me pose et deviner pour quelle raison je dois lire cette
histoire>>. Finalement, la question 21 portait sur l' idée de «vérifier si ma lecture a permis
de répondre au but que je m'étais fixé». Dans ce dernier cas, quatre participants ont
répondu correctement et ont choisi la stratégie attendue au pré-test. Lors du post-test,
nous constatons une augmentation de 20% puisque tou s les participants ont répondu en
choisissant le meilleur énoncé.
119
Tab leau 4. 16
Pourcentage des participants ayant choisi la ré ponse attendue au pré-test et au post-test en
lien avec la stratég ie se questionner
% au pré-test
%au posttest
Écart entre le
pré-test et le
post-test
6. Me poser des questions sur ce
que j 'aimerais apprendre dans ce
texte (B)
60
80
+ 20%
14. Vérifier si je peux répondre à
certaines questions que j'avais
avant de commencer à lire (8)
20
100
+ 80%
17 . D' essayer de répondre aux
questions que je me pose. (A)
0
80
+8 0%
Réponses attendues selon la
question
La quatri ème catégorie portait sur la stratégie du questionn ement. Trois des questi ons
portaient sur les stratégies utili sées ava nt de débuter la lecture d' un texte, une question
portait sur les stra,tégies pendant la lecture et les deux dernières , sur l' utilisation de
stratégies après la lecture. Me p oser des questions sur ce que j 'aimerais apprendre dans
ce texte , qui était la réponse attendue à la quest ion six, a été bien réuss ie par les
participants tant au pré-test qu ' au post-test. Ainsi, un écart positif de 20% a été noté entre
les deux tests. À la question 14 au pré- test, seul ement un participant a répondu que la
stratégie la plus efficace selon lui est de vérifier si je peux répondre à certaines questions
que j'avais avant de commencer à lire, alors qu ' une fois le post-test effectué, nous
constatons que tous les participants ont donné la réponse attendue . Il s'agit là d' une
augmentation totale de 80% . La question 17 montre un e augmentation très importante de
80% entre le pré-test et le post-test. En effet, au pré-test, aucun des participants n ' a été en
mesure de donner la réponse atte ndue qui est d 'essayer de répondre aux questions
soulevées. Par contre, une fois le post-test effectué, quatre des cinq participants l' ont
sé lectionnée.
120
Tableau 4. 17
Pourcentage des participants ayant choisi la répon se attendue au pré-test et au post-test en
lien avec la stratégie activer les connaissances antérieures
Réponses attendues selon la
question
%au prétest
%au posttest
Écart entre le
pré-test et le
post-test
8. Réfléchir à ce que je connais déj à
sur ce qui est déj à illustré (A)
20
100
+ 80%
9. Réfléchir sur ce à quoi peuvent
ressembler les personnages de
l' histoire (C)
20
0
-20%
10. Réfléchir au lieu où pourrait se
situer l'action (C)
40
20
-20%
19. Garder en tête ce que je connais
déj à sur le sujet et les idées
principales du texte ... (D)
20
60
+ 40%
24. Faire des liens entre ce que je
connaissais déjà avant de lire et ce
que j ' ai lu (D)
80
60
-20%
25. Réfl échir à comment j ' aurai s
agi si j 'avais été le personnage
principal de l' histoire . (A)
20
0
-20%
Six questions tirées du Répertoi re des stratégies en métacompréhension portaient sur la
stratégie consistant à activer les connaissances antérieures. À la question huit, on faisait
l' affirmation suivante: «avant de débuter ma lecture, ce serait une bonne idée .. . » et la
réponse attendue était «de réfléchir à ce que je connais déjà sur ce qui est déjà illustré».
Au pré-test, un pat1icipant a donné la réponse .attendue alors qu 'au post-test, ce sont tous
les participants qui ont donn é une réponse juste. Les résultats à cette question ont
augmenté de façon importante, soit 80%. La seconde question en lien avec la stratég ie du
questionnement, soit la question neuf, proposait la réponse suivante : «réfléchir sur ce à
quoi peuvent ressembler les personnages de l 'histoire». Au pré-test, seulement un des
participants a répondu correctement. Au post-test, aucun des étudiants n' a été en mesure
de donner la réponse attendue. La tro isième question , la question 10, portait sur
121
l'utilisation de stratégies avant de débuter la lecture d ' un texte. Ainsi , la réponse attendue
était «réfléchir au lieu où poùrrait se situer l'action». Au pré-test, seulement deux des
participants a répondu correctement. Au post-test, aucun des étudiants n'a été en mesure
de donner la réponse attendue . La question 19, montre une amé lioration entre le pré-test
et le post-test. Au départ, un seu l participant a répondu à la question de façon juste, tandis
qu ' une fois le post-test effectué, ce sont tro is participants qui ont donné une répon se juste,
ce qui dénote une amélioration de 40%. La prochaine question portant sur l'activation des
connaissances antérieures, soit la question 24, montre une diminution des résultats de
20% entre le pré-test et le post-test. Au pré-test, quatre participants ont répondu
correctement qu 'après la lecture, ce serait une bonne idée de «faire des liens entre ce que
je connaissais déjà avant de lire et ce que j'ai lu», alors qu ' au post-test, seulement trois
participants ont donné cette réponse. Finalement, la question 25 portait sur l' idée de
«réfléchir à comment j 'aurais agi si j'avais été le personnage principal de 1'histoire».
Dans ce dernier cas, un participant a répondu correctement et a choi si la stratég ie attendu e
au pré-test. Lors du post-test, nous constatons une diminution de 20% pui squ 'aucun des
participants n' ont répondu de façon attendue à question.
Tableau 4. 18
Pourcentage des participants ayant choi si la réponse attend ue au pré-test et au
post-test en lien avec les stratégies résumer et clarifier
%au prétest
%au posttest
Écart entre le
pré-test et le
post-test
11. Vérifier si le texte a du sens en
vérifiant si je peux redire ce qui
s ' est passé dans mes mots. (D)
80
80
0
12. De m'arrêter et faire un rappel
des principaux éléments (A)
100
100
0
20. Relire certains passages ou faire
un retour en arrière pour clarifier
certaines confusions (A)
80
80
0
22. Faire un rappel de tous les
éléments importants de
l' histoire ... (B)
80
100
+ 20%
Réponses attend ues
selon la question
122
La dernière catégorie de stratég ie p01te sur le résumé et la clarification. Quatre question s
portaient sur cette catégorie et portaient sur le résumé pendant et après la lecture. La
première question , so it la question 11 , demandait quelle était la meilleure stratégie en
situation de lecture. À cette que stion , la réponse attendue était de « vérifier si le texte a
du sens en vérifiant si j e peux redire ce qui s'est passé dans mes mots>>. Nous ne
remarquons pas d 'ecart entre la réponse donnée au pré-test et celle du post-test. Ainsi,
dans les deux cas, quatre des cinq participants ont donné la réponse atte ndue. La seconde
question, soit la question 12, demandait aux participants ce qu ' ils faisaient avant de
débuter une lecture. À cette question , la réponse attendue était «c'est une bonne idée de
m'arrêter et faire un rappel des principaux éléments». Autant au pré-test qu ' au post-test,
l'ensemble des participants ont donné la réponse atte ndue. Les questions 20 et 22
déterminaient les stratégies utiles après une situation de lecture. La question 20 proposa it
la réponse suivante : «relire certains passages
at! .faire
un retour en arrière pour clarifier
certaines confitsions». Encore une fois , nous ne remarquons pas d'écart entre le résultat
du pré-test et du post-test et ce, dan s le cas de la réponse attendue. Ainsi , dans les deux
cas, quatre des cinq _participants ont donné la répon se attendue . À la question 22, les
participants devaient répondre qu 'après une situation de lecture, ce serait une bonne idée
de «faire un rappel de tous les éléments importants de l 'histoire pour vérifier si j e les ai ·
bien compris». Au pré-test, quatre participants ont donné la réponse attendue, alors qu 'au
post-test, nous constatons une augmentation de 20% puisque tous les participants ont
répondu la stratégie jugée la plus efficace.
Le questionnaire portant sur le Répertoire des stratégies en métacompréhension nous a
permis de constater les forces et les limites des participants en ce qui a trait à l' utili sation
de stratégies métacognitives en situation de compréhension de lecture.
4.3
La présentation des résultats de l'entrevue finale
Pour cette dernière portion portant sur les résultats , nous présenterons un e synthèse des
réponses obtenues par les participants lors de l'entrevue finale. L'entrevue fin ale
comprenait a u départ dix questions ouvertes permettant d' obtenir une rétroaction sur les
apprentissages et les acquis développés au cours de l'ate li er et ce, en tenant compte du
trouble d 'apprentissage de même que du programme d'études de chacun des participants.
Pour les besoins de ce questionnaire, huit items perm ettaient d ' atteindre notre obj ectif de
rech erche, soit identifier et analyse r les stratég ies de
~ectu re
(cognitives et métacognit ives)
déve loppées à la suite de cet ate lier. La synthèse des réponses est présentée au ta bleau
4.19.
Ce tableau présente des extra its de l'entrevue réa lisée auprès de chac un des pmiic ipants.
L' obj ectif de l'entrevue finale était de perm ettre aux étudi ants de donn er leurs
commentaires, entre autres, sur la tenu e d ' un ateli er in spiré de l' approche R .A. Il permet
d'exposer ce que les participants pensent, entre autres, de la tenu e d' un atelier de
stratégies compensatoires en lecture en petit groupe en plus de conn aître leur opini on sur
l' intégration de ·cet atelier dans le cadre de leur programm e d' études et ce, en lien avec
leur trouble d'apprenti ssage.
Afin de recueillir leur appréciation des apprenti ssages effectués durant et après l'ateli er,
nous leur avon s posé diverses questi ons en lien avec le groupe, leur ex péri ence et le
transfert des connaiss ances une foi s l' ateli er compl été. Le tabl eau suivant présente les
questions adressées aux participants a ins i que leurs réponses. Nous avo ns regroupé les
réponses des participants se lon les thèmes suivants : les stratégies de l'approche R .A, les
stratégies de cette approche en lien avec les troubles d' apprentissage, en lien avec le
programme d'études et enfm, l' expérience tirée de l' atelier. Le tableau 4. 19 prése nte ces
résultats.
Observer les images,
'auteur
Faire des prédi ctions (de
quoi ça va parler)
Se poser des questions
Lire, s'arrêter,
Clarifier)
Rés tuner
Connecter
1- Quelles sont les cinq stratégies de
compréhension de lecture qui ont été
enseignées durant l'atelier R.A? Pouvez-vous
les expliquer dans vos mots ?
Faire des prédictions
Co nnecter
Résum er. Je le fais dans
na tête mais je ne
prends pas le temps de le
faire sur papier ou en
dess in
Résum er, parce que
j'annote déjà mon texte et je
ne fi s à ce que j? ai annoté
~ans la marge. Ça me fait un
n ini-résum é.
Résumer
-
5-Qu' avez-vous retiré de l'expérience d' atelier Permet de voir d' autres Constat : je ne sui s pas la ' ai aimé ça.
TDAH et voir comment seule adulte dyslexique. Me penne! de vo ir ce
en groupe ?
il s fonctionnent en
Permet de cl arifier avec que les autres font .
ecture.
es autres.
M' aide à clarifier quand on Permet de voir les
néthodes des.autres.
est plusieurs à se
questionner.
Me montre l' importance de
comprendre le texte.
Parler au texte m' aide à TDAH)
Moins dans la lune.
Pl us généraL
Penser moins à ma
Toujours occupé.
Me fait prendre
fa ire de lien, me
dyslexie et plus à la
onscience que je peux demande de m ' arrêter
Mo ins de ti cs nerveux.
façon pouvant m' aider à
ur les mots difficiles. Ça Moins dans la lune
me donner beaucoup
d' outil s même si je ne lis me décourage moins
Le parler au texte me donne comprendre des mots.
pas bien et pas vite. Je parce que je sui s outill ée. quelque chose à faire.
peux lire «mieux».
Prédire
Connecter
Prédire
Se poser des questions
Connecter
Connecter
Faire des prédictions
Se poser des questions
Résumer
Clarifier
*Éntdiante ajoute qu ' il
est plus facile de retenir
les stratégies en raison
des images associées.
Sabrina
Préd ire
Connecter
Se poser des questions
Faire des prédictions
Fa ire des prédictions
Poser des questions
Résumer à la fin de
haque paragraphe ou à Analyser
Revenir sur les phrases
a fm du livre
Poser des questions au difficiles, comprendre les
!mots (Clarifier)
ex te
Résumer
Vérifier si c' est clair
clarifier)
Faire des prédi ctions
Connecter
Poser des questions
Fa ire un résumé
Mathieu
Fla vie
[Anne
Résumer, parce que je le Rés um er parce que
fais déjà. Ce n' est pas
c' est une tâche qui est
nouveau pour moi
longue et que je ne
fai sais pas avant non
p lus.
4. En lien avec votre trouble d' apprentissage, TDAH)
avez-vous remarqué une di fférence dans votre To uj ours occupée.
Perd moins de tem ps.
façon d' aborder la lecture ?
Moins dans la lune
Par ler au texte me
donne quel que chose à
fa ire.
3- Quelles stratégies avez-vous moins
retenues?
2-Quelles stratégies avez-vous plus retenues ? Faire des prédictions
Connecter
Clarifier
Alexia
Synthèse des réponses obtenues à l'entrevue finale
Questions
Tableau 4. 19
~
N
-
~nne
Flavie
-
U' utilise la prédiction en u' utilise la prédiction, le
ralk ro rhe rex/ et le
littérature et dans les
autres cours, j ' utilise la questi onnement. Je
stratégie de connecter. Je cl arifie dans ma tête,
sans écrire dans la
prends davantage le
emps de fa ire des liens 1·narge. Je trouve que ça
~ntre les cours, de
~ ' a ide en frança is mais
étl échir si j ' ai déj à vu que c' est di ffi cile en
' utili se toutes les autres
tphil osophi e.
ce concept ou ce mot
stratégies en bo ucle lors
aill eurs, etc.
· que je lis en littérature.
La préd iction est cell e
qui est la plus nouvell e
pour moi.
~lexia
Synthèse des réponses obtenues à l' entrevue finale - SUITE ...
6-Avez-vous utilisé certaines stratégies dans le Même si je n' aune pas
ça, je constate de c' est
cadre de votre programme? Si oui,
lesquell es? Si non, pourquoi ?
pertinent de s' arrêter et
de résumer dans sa tête
ce qu 'on vient de lire. Je
l' utilise pour les textes
~n travail social.
Questions
Ta bleau 4.19
~ tra tég i e
' utilise régulièrement la
de prédi ction mais
e tro uve que ça ne
fo ncti onne pas en
ph il osophie car on nous
présen te rarement des
omans. Il s' agit plutôt de
recueil de textes. C' est
difficil e de se fa ire une idée
du texte.
~e qui m' aide le plus en
phil osophie, c' est le parler
pu texte et le
questi onnement. Ça me
perm et de rester concentré
sur la tâche, d' oublier mes
ics.
Mathieu
e trouve que je sui s
11oin s dan s la lune
qu and je lis. Je
co mprends auss i tous les
iens qu ' on peut faire
pendant qu ' on lit. Je fais
plu s de li ens avec mes
autres co urs.
' utili se la stratégie de
co1u1ecter. Je me
demande si je conn ais
déjà l' auteur. si je
econ nais les mots, le
vocabul aire, le contex te.
O ui . J' utilise
constamment la stratégie
prédire lorsqu ' on me
donne un roman. Je li s la
pochette, je regarde les
images. Par contre, c' est
une stratég ie difficile à
utiliser en philosophie.
Sabrina
......
N
V1
Alexia
.
8-Q uels so nt les po ints à améliorer ?
Dynamisme des
"tud iants.
Avoi r l' atelier à mon
Prése nce du groupe.
10raire en début sess ion.
Atelier plus long pour
M' impliq uer davantage . approfondir.
ronn aître les dates en
début de session.
Perme t d 'all er plus loi n
dans notre ré tlex ion
qu and je ne comprends
pas, je me donne plus de
n oyens).
Flavie
Mathieu
Sabrina
--------------
Dynami sme des élèves.
Présence du groupe.
~vo ir 1' atelier à mon
Fa ire J' atelier en début de
1orai re en début sess ion.
sess io t~.
Etre avec des étudi ants
Pas un plus gros groupe.
de mon programme.
· Fa ire l' ate li er en début
~e sess ion.
~tratégies .
Apprendre de nouve ll es Laisser du temps en petit
Je trouve que pro upe pour partager mes
' est pertinent qu and on difficultés.
arrive au Cégep.
Les ateliers devraient
durer au moins 1h30 à
cause de la dyslex ie.
La RA est plus longue à
fa ire quand on lit mais
plus efficace.
On devrait obliger les
"tudiants faib les en
français à suivre l' atelier
Apprendre une nouvelle
Apprendre de nouve lles Partager mes difficultés Apprendre de nouvell es
eclmiques pour mieux ~vec un groupe qui a les ~ tratég i es autres que relire et méthode de travail qui
es t compl ète.
nêmes troubl es que moi. annoter.
lire.
~nne
Synthèse des réponses obtenues à l'entrevue finale- SUITE ...
7-Q u' avez-vous trouvé de positif durant cette Mieux com prendre
expérience ?
quand je lis .Je prends
davantage le temps de
n 'arrêter.
Questions
Ta bleau 4. 19
----------------------------------------------------------------------
N
......
0\
127
Nou s remarquons que certaines des réponses des parti c ipants vari ent. La premi ère
question de l'entrevue p011ait sur les cinq stratég ies de compréhension de lecture qui ont
été ense ignées durant l' atelier R.A. La plupm1 des pa11icipants sont est mesure de
nommer au moins quatre des cinq stratégies ense ignées. Bien qu ' ils ne soient pas tous en
mesure d 'énon cer clairement le nom de la stratégie, les parti cipants sont en mesure de les
expliquer dans leurs mots. On remarq ue qu e les seul es stratégies qui n' ont pas été
mentionnées sont fa ire des liens et clarifier, et ce, chez trois des cinq participants. En lien
avec les stratégies ayant été les plus retenues, tous les participants ont nommé les
stratégies fa ire des prédictions et fa ire des liens. Deux parti cipants ont auss i répondu la
stratégie se poser des questions, alors qu ' une autre participante
a aj outé
la stratég ie
clarifier. Nous avons auss i demandé aux pm1ic ipants que ll e étai t la stratégie la mo in s
retenue. En ce sens, nous cherchions à conn aître la stratégie qui était susceptible d' être
moin s utilisée par les participants. Tou s les étudiants de l' échantill on ont répondu que la
stratégie la moins retenue est résumer. Certains ont répondu que c' est parce qu ' il s
utilisent déj à cette stratégie alors qu e d ' autres ont aj outé que c ' est une tâche trop longue à
effectuer.
Par la suite, on demandait aux participants de nous expliquer s' ils ava ient noté une
différence dans la façon d' aborder la lecture et ce, en lien avec leur trouble
d'apprentissage. En général, les étudiants ayant un TDA rappo11ent que l' utilisation de la
stratégie parler au texte donne le sentiment d' être occupé du rant la lecture, fa vorisant
selon eux une meilleure concentration. En ce qui a trait aux autres participants, ceux-ci
expliquent que leur fa çon positive d'aborder la lecture a pour effet de leur redonner du
courage. Il s ont le sentim ent d' être mieux outillés pour pall ier leurs diffic ultés en lectu re .
En ce qui a trait à l'appréci ation du travail en groupe, l' expérience fut agréable pour tous
les participants. Certains ont mentionné qu e c' est le fa it de partager avec d 'autres
étudiants ayant des problèmes d' apprentissage qui a été bénéfique pour eux. D 'autres
expliquent que le travail en groupe permet de voir comment les autres participants
travaillent et ainsi apprendre des pairs, Les participants ont soulevé des po ints à améliorer
en ce qui à trait à la logistique et à l' organisation des ateliers : certains auraient préféré
avoir cet atelier à l' horaire dès le dé but de la session, d ' autres auraient aimé que l' atelier
débute à la première semaine de classe pour pouvoir expérimenter l' approche R.A. durant
- - - - -- - - - - - - - -
128
la sess ion . Il a auss i été question de prol onger l' heure de l' ateli er afin d'avoir plus de
temps pour lire.
La qu estion six portait sur l' utili sation des stratégies de lecture en li en avec le programm e
d'études. À cette question, certains des pati icipants ont mentionné développer davantage
l' habitude de faire des liens entre les textes lus et les cours propres au programm e
d'études. D 'autres participants ont menti onn é que ce transfert d ' apprenti ssages était
plutôt utili sé dan s les cours généraux, notamm ent en littérature. La stratég ie la plus
utilisée est la prédicti on, bi en que. certa in s parti c ipants constatent que celle-ci ne peut être
utilisée en situatio[l de lecture lors des cours de philosoph ie. Enfi n, la sept ième questi on
et la huitième question portaient dava ntage sur l'appréc iati on générale des participants
lors de l' atelier de lecture. En premier li eu, nous leur avons demandé d ' identifi er que ls
étaient selon eux les points pos iti fs de cet ate li er. Les participants ont ré pondu que
l' expérience leur a permis d ' ado pter de nouvelles stratégies de lectu re j usque-l à
inconnues. D'autres ont aj outé que cet ate lier a permi s d' échanger avec un groupe
d 'étudiants connaissant les mêmes diffic ul tés. Dans un deuxième temps, nous les avo ns
questi onnés sur les points à amé liorer si un prochain atelier avait lieu. Enfin , des
participants ont soulevé qu ' il serait intéressant que les étudiants so ient plus actifs et plu s
dynamiques durant l' atelier.
Pour conclure ce chapitre, nous présentons des extraits de l' entrevue finale. Le ta bleau
4.20 regroupe les réponses obtenues par les part icipants lorsque nous leur avo ns demandé
ce qu ' ils ont développé en lien avec les quatre dimensions de la RA.
!Alex ia
lAnne
Fla vie
Mathieu
Synthèse des réponses obtenues en li e n avec les dimension s de l' approche RA
Sabrina
--
Qu' avez-vous développé au ~e me demande plus
On dirait carrément que
Une méthode.
niveau
[Pourquoi je lis. Je fais des !Apprendre une faço n de ·e réapprends à lire. Je
cognitif/ métacognitij?
prédi ctions avant de
fa ire efficace pour ne !vois comment la
commencer à lire. Faire la [Pas perdre de temps.
co nseillère fo nctionne
poucle (prédi re,
~u and elle lit et
~u esti o nn e r, clari fier,
omment les autres
connecter, rés um er), ça
foncti onnent. Je
m ' aide à mieux gérer mon
~n ' a ppliqu e surto ut dans
emps.
la prédi ction.
On n ·en a pas beauco up On a moins abordé ce
!Parl é. Je tà is des li ens
hème. On a parl é de la
avec mes co urs de bio et structure du texte. Je
de chimie. Je vo is moins ente de fa ire des liens
la raiso n de le tài re dans entre les matières mais
les cours de base.
c'est difficile en accueil
et intégration.
développé au Être avec les al! tres, c ' est ~e me sens moins toute L'atelier de groupe me
le fun. On s' éco ute, on
seule. J'aurais aimé être perm et d' échanger sur
échange sur ce qu 'on a . avec des étudi ants de
des visions différentes,
des façons de faire
compris. J'aime ça parler mon âge. J'ai aimé .
avec du mond e de mon
rava iller avec la
di fférentes. J' apprends
[Programme.
ll'onseillère parce qu 'elle des autres.
1ous montre sa faço n de
li re.
Qu 'avez-vous développé au ~e ne sais pas.
niveau de la construction
des connaissances?
niveau social?
Qu'av ez~v ous
~ e trouve ça plus fac ile de
fa ire des liens entre les
po urs. On dirait qu e tout
s' enchaîne mieux par le
ruesti onn ement.
lfrava iller en groupe est
!agréable. J' ai aimé
ravaill er avec la
onseillère car elle nous
!montre comm ent elle lit.
Le parler au texte et la
~a m 'aide à comprendre le
prédi ction, c'est ce qui
~e n s d' une phrase.
J ' ai appris à planifier ma
m ' aide le plus. J' aime
aussi questio nner. Je
lecture. Je me sens mieux
comprends mieux qu ' il y structurée dans ma lecture.
a un avant, pendant et
Le trava il est plus long à
après lire.
fai re mais cela rn 'év ite de
·el ire pour ri en plusieurs
fois.
On a moins abordé ce
hème parce qu'on n'est
pas de le même
programme. Je vois
moins de liens dans mon
programme parce que
c'est plus de la
comptabilité.
Le fa it de travailler en
me montre que j e
ne suis pas le seul
dys lexique au Cégep et
que plusieurs étudiants
rencontrent les mêmes
di ffic ultés que moi.
~roupe
Qu'avez-vous développé au Ça me permet d' être plus ~e sui s moins stressée Ça me donne confiance ~e me fais plus confiance ~e suis plus confiante avant
niveau personnel?
concentrée. Je ne lis pas avant de commencer ma et ça m ' aide. Quand je quand j e lis. Je sais que si ~ ' aborder un texte. J'ai
laus si 1' impression de mieux
!beaucoup mais ça va me lecture. Pour me
n e compare aux autres, ï ai de la diffi culté, j e
!me connaître au plan de la
donner des outils pour lire ~éstresser, j e comm ence ·e réali se que parfois j e peux utiliser des
lecture. J'accepte mes
par la prédi ction.
comprends mieux qu e j e stratégies.
n es textes d'école.
~iffi cultés.
pensais.
DIMENSIONS
Tableau 4. 20
....
N
\0
130
Au plan personnel, les participants ont menti onné que l' atelier et l'expérimentation d' une
nouvelle approche leur ont permis d'augmenter leur sentiment de confiance en situati on
de lecture. De plus, certains des participants voient leur stress diminué parce qu ' ils se
sentent mi eux outillés pour fa ire face aux pro bl èmes rencontrés è n situation de
compréhension de lecture. Deux des pat1icipants ont mentionné mieux se conn aître au
plan des apprentissages. En ce qui a trait au déve loppement de la dimension sociale, les
résultats obtenu s nous perm ettent de constater que les parti cipants ont appréc ié travailler
en groupe. Ils se sentent moin s iso lés avec leurs probl èmes d' apprenti ssage et ont le
sentiment de pouvoir partager sur leurs di ffi cultés avec des étudiants qui connaissent les
mêmes qu 'eux. Dans un deuxième temps, les participants disent avo ir aimé participer à
un atelier en compagnie d' un expert (la conse ill ère) pui sque ce la leur perm ettait de
comprendre et de voir ce qu ' un bon lecteur fa it en situati on de lecture. La tro isième
dim ension portait sur le développement de la constru ct ion des conn aissances. À cet effet,
quatre des patticipants ont dit qu ' ils étaient en mesure de vo ir certains li ens entre les
cours de leurs programmes respectifs. Une parti cipante n'a pas été en mesure de répondre.
Pour terminer, la dernière dim ension portait sur leur déve loppement aux niveaux cognitif
et métacognitif. À cette question, les participants en généra l disent avo ir bénéfic ié d' une
nouvelle approche en lecture. À ce suj et, une participante a déc laré « on dirait carrément
que je réapprends à lire» et une autre a ajouté qu'elle se demande davantage la raison
pour laquelle elle doit lire. Une des partici pantes a ré pondu «ça m 'aide à comprendre le
sens d'une phrase» ou «j'ai appris à planifier ma lecture».
CHAPITRE V
ANALYSE ET INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS
Ce cinquième chapitre présente l'analyse et l'interprétation des résultats en lien avec notre
question de recherche. Nous nous demandions de quelles façons une 'mesure d'aide
spécifiquement axée sur la compréhension en lecture peut-elle aider des étudiants au
collégial ayant des troubles d' apprentissage? Des liens sont effectués avec les différentes
recherches recensées dans le cadre de notre étude. Rappelons que cette recherche
poursuivait deux objectifs. Le premier était de favoriser le développement de stratégies de
compréhension en lecturÇ! d'étudiants du collégial ayant des troubles d'apprentissage ou
un TDAH au moyen d' un atelier inspiré de l'approche Reading Apprenticeship.
Parallèlement, cette étude visait à identifier et analyser les stratégies cognitives et
métacognitives développées en les comparants avec · celles utilisées avant l' atelier en
considérant le programme d'études et le trouble d' apprentissage des participants.
Dans un premier temps , nous aviOns comme objectif premier de favoriser le
développement de stratégies de compréhension en lecture d'étudiants du collégial ayant
des troubles d' apprentissage ou un TDAH au moyen d' un atelier inspiré de l' approche
Reading Apprenticeship. Pour atteindre cet objectif, nous avons recueilli des données au
moyen des entrevues initiales et finales , et de quatre questionnaires.
Au départ, nous voulions connaître de quelle façon les participants bénéficieraient d' un
dispositif de soutien tertiaire visant davantage une clientèle présentant des troubles
d' apprentissage, service dont ils ont bénéficié par l' entremise d' un atelier inspiré de
l' approche R.A . Les propos rapportés par les étudiants lors des entrevues et les résultats
aux post-tests abondent dans le sens de l'étude de Cartier et Langevin (2001) à ce sujet, à
savoir que l'atelier R.A a permis de développer des stratégies de compréhension de
lecture chez nos participants. Les entrevues individuelles ont permis de connaître
davantage les perceptions des étudiants de niveau collégial inscrits au Service
132
d' adaptation scolaire et qui présentent des troubl es d' apprentissage. De plu s, l' entrevue
semi-structurée nous a permi s d'obten ir leur histoire en tant que lecteur ainsi que les
difficultés rencontrées en situation de compréhension de lecture et ce, afin de valider si la
tenue d ' un atelier R.A serait pertinent pour cette cli entèl e.
5. 1
Analyse et interprétation des données de l'entrev ue initiale
Les résultats de notre recherche indiquent que peu importe leur provenance ou leur âge,
tous les participants ont reçu des services d ' aide à l' éco le primaire, que ce soit en
orthopédagogie ou en psychologie. Malgré ce la, seulement trois des étudiants ont reçu un
diagnostic de trouble d'apprentissage au prim aire. li est possible que les étudi antes les
plus âgées de notre échantill on, Anne et Sandra , n ' aient pas eu accès aux services
d ' évaluation, moins connu s à l' époque . Ell es ont donc été diagnostiquées un peu avant
leur entrée au collég ial , bien qu ' ell es aient toujours su qu ' elles présentaient des lac un es
importantes au plan de la lecture. E lles ont toutes les deux décroché au secondaire en
raison de leurs difficultés persistantes en français . D' ailleurs, l' ana lyse des anamnèses
nous a permis de constater qu ' un parcours très semblable caractérise Anne et Sandra .
Parmi
les participants, quatre étudi ants ont un
diagnostic de dys lexie et de
dysorthographie. Seu lement une étudiante, Alex ia, n' a pas de di agnostic forme l de
dys lexie ou ·de dysorthographie. Par contre, tel que mentionné en entrevue, ell e présente
aussi des indices de dys lexie et de dysorthographie importants se lon la conseillère en
adaptation scolaire du Cégep, qui est aussi orthopédagogue. Les profils d' études des
participants sont variés : trois participantes poursuivent des études ou se destinent à
travailler dans le domaine des services soc iaux ou éducatifs , un participant étudie dans le
domaine de l'administration et une autre, dans le domaine de la santé. Il est à noter que
tous les participants ont choisi un domaine ne fa isant pas partie du domaine des lettres.
De plus, la synthèse des informations nous permet de constater que, de manière générale,
les étudiants ayant un trouble d' apprenti ssage prolongent la durée de leur programme
d' études en moyenne d' une à deux années afin de faciliter leur réuss ite sco laire et sans
doute en raison des nombreuses lectures au programme.
133
Oans la deuxième portion de l'entrevu e initi ale, il a été question de l' hi stoire personnelle
de lecteur. Les résultats montrent que tous les étudiants qui ont participé à notre recherch e
évoquent principalement des expériences négatives en lien avec l'apprentissage de la
lecture. C' est sans doute dû au fait que dès leur jeune âge, plus de la moiti é des
participants avaient déjà un diagnostic de dys lex ie et présentai ent des retards impor1ants
dan s l' acqui sition de la lecture. De plus, les ex périences négatives des participants sont
toutes reliées au sentiment de ne rien comprendre lorsqu' ils lisent, un sentiment qui les
isolait, à certains moments, du reste de la classe. Ces quelques extraits présentent bi en ce
sentiment. Alexia ajoute: «En classe, j e lisais et fa isais comme si je comprenais>>. Anne:
« j'étais consciente que je né lisais pas comme les autres el que j e n 'arrivais pas souvent
à comprendre les textes suggérés en class e» . Flavie expose la même situation : <<j'étais
consciente que je ne lisais pas comm e les autres». Mathieu ajoute : « je me rappelle avoir
détesté la lecture parce que j'avais 1'impression de ne pas savoir lire contrairement aux
autres élèves de ma classe».
Les rés ultats de notre recherche nous indiquent aussi que les participants doivent lire des
textes au niveau collégial qui les rendent mal à l'a ise en tant que lecteur, notamment en
littérature française avec la poésie et les textes informatifs, des types de lecture
fréquemment présentés durant le parcours collég ial. Dans tous ces cas, c' est le
vocabulaire complexe qui est difficile. Ces résultats nous perm ettent de faire un lien avec
les écrits de Baumann, Kame ' enui et Ash, (2003) qui expliquent qu ' un des facteurs
importants de la réuss ite est la connaissance du vocabulaire dans une situation de
compréhension en lecture. Tout comme le vécu personnel, le vocabulaire est un fac teur
prédictif de réussite en compréhension de lecture. Les participants de notre échantillon
éprouvent de la difficulté et ont peu de stratég ies pour comprendre le vocabulaire
complexe proposé en situation de compréhension de lecture.
Toujours en lien avec le tableau sy nthèse 4.2, sur les difficultés qu 'ont connues les
étudiants en lien avec le déve loppement de la lecture, c'est une mauvai se compréhension
globale du texte qui ressort. Nous pou vons en déduire que ces difficultés sont dues
principalement à une incapacité à choisir et appliquer des stratégies de lecture efficaces,
tel qu 'expliqué par Schiff et Calif (2004). Comme le soulignent Olshavsky (1976) et
Oison, et al. ( 1984), en raison de leur trouble d'apprentissage, les participants de notre
134
recherche peuvent avo ir un e mauvaise compréhension globa le du texte car ils possèdent
moins d' habiletés, non seulement dans le choix des stratégies, mais auss i dan s
l'évaluation de leur efficac ité, ce qui fait qu ' ils ont du mal à se réajuster quant au choix
d' une stratégie efficace par rappo1t à un e autre.
Si l'on considère les difficultés de lecture au co llég ial, les résultats convergent vers un
point: c'est l'imposante qu antité de textes à lire et à comprendre qui pose prob lème dan s
la réussite des étudi ants ayant un troubl e d'apprenti ssage. Encore un e fo is, les rés ultats de
nos entrevues abondent dans le même sens que ceux des auteures cités dans notre cadre
de références. Ainsi, Mimouni et King (2007) ont aussi relevé que la lecture est
omniprésente, quel que soit le programm e dan s lequel un étudiant s' in scrit et qu 'à cela
s' ajoute un e réa lité importante: l'étudi ant de niveau co llégial présentant un trouble de la
lecture se voit confronté chaque jour à cette compétence so li icitée dans tous les cours.
Les entrevues initiales nous ont permis de dégager un portrait général des participants à
notre recherche et montre que le cho ix de notre dispos itif de souti en était judicieux. Nous
constatons que leurs profils peuvent correspondre à ce1tains des profils dégagés par les
auteurs cités dans notre recension des écrits. Ainsi, les étudiants de notre recherche sont
des étudiants ayant tous reç u un diagnostic de trouble d'apprentissage. Depuis le déb ut de
leur parcours scolaire, ils rencontrent des diffi cultés graves au plan de la lecture, plus
spécifiquement au niveau de la com préhension des textes lu s. Encore aujourd ' hui , alors
qu ' il s sont au collégial, ils font face à ces mêmes diffi cultés en raison de la quantité de
lectures imposante et du type de textes qui leur sont présentés. Tous les jours, ils sont
confrontés à des difficultés importantes en compréhension de lecture et n'arrivent pas
toujours à cho isir efficacement les tratégies cognitives ou métacogniti ves en lien avec le
vocabul aire com plexe ou la compréhension globale d' un texte. Jusqu ' à maintenant, aucun
service au cégep n'avait été offert à ces étudiants afin de pallier leurs difficultés au niveau
de la compréhension globale d' un texte écrit. Nous pouvons affirmer que le choix d' un
ate li er in spiré de l' approche Reading Apprenticeship était d' autant plus pertinent qu ' il
permet aux étudiants d' accéder davantage à une variété de textes qui leur permettront de
lire plus régulièrem ent et d'acquérir un réperto ire de stratégies de lecture efficaces pour la
durée entière de leurs études, peu importe le type de lecture qui sera proposé (Schoenbach,
2000).
135
5.2
L'analyse des résultats au Ré pertoire des connaissances métacognitives en
lecture
Les écarts obtenus entre les résultats du pré-test et du post-test des quatre vo lets du
questionnaire intitul é Répertoire des connaissances métacognitives en lecture nous
permettent de constater que de façon général e, les participants ont augmenté leurs scores
de façon positive à la suite de l'atelier et ont, par le fait même , déve loppé des stratégies
en compréhension de lecture. En effet, bien qu ' avant l'ate lier les participants
connaissaient certaines stratégies, nous pouvwns constater qu ' il s ava ient des lacun es
importantes dans tous les volets.
Au post-test,
trois participants, Alexia, Flavie et
Mathieu, ont amélioré leurs stratégies de lecture de huit points. Un e quatri ème
participante, Anne, a augmenté son rés ultat de sept points, suivie de Sabrina, qui a
augmenté son score de quatre points. En regardant plus attentivement les résultats, nous
pouvons affirmer que les écarts les plus importants sont ceux obtenus aux volets
éva luation des stratégies de lecture et pl anification des stratég ies de lecture. Au pré-test,
les participants avaient beaucoup de difficulté à éval uer. et planifier correctement leurs
stratégies de lecture. L'amélioration des résultats au vo let éva luation est importante
puisque ces stratégies d'évaluation en compréhension de lecture sont un des facteurs
essentiel s pour la réussite des étudiants du co ll ég ial. Ces résultats sont en li en avec les
travaux d' Olshavsky (1976) ainsi que Oison et al. (1 984) qui expliquent que les étud iants
ayant un trouble d'apprentissage au plan de la lecture présentent moins d' hab iletés non
seulement dans le choix des stratég ies, mai s auss i dans l' éva luation de leur efficac ité, ce
qui fait qu ' ils ont du mal à se réajuster quant au cho ix d' u1ie stratégie par rapport à un e
autre . L'utili sation de ces stratégies perm et à l' apprenant de se fixer des objectifs au cours
de sa tâche , de se corriger en cours de route et d' utili ser des outil s ou des moyens positifs
pour s' aider lorsqu ' ils rencontrent des problèmes d'apprenti ssage. Dowhower (1999) a
aussi mentiormé qu ' un enseignement portant sur le choix et l' utilisation de stratégies de
compréhens ion de lecture peut améliorer les compétences des élèves en difficulté.
D'autre part, les écarts les moins importants sont ceux obtenus aux vo lets régu lation des
stratégies de lecture et connaissances COJ1ditionnell es des stratég ies de lecture. Au suj et
des connaissances conditionnelles, l'atelier nous a perm is de constater qu ' en théorie, les
étudiants connaissent très bien les stratégies conditionnelles à la compréhension en
lecture. Par contre, durant 1' ate lier, la chercheure a pu constater que les étudiants avaient
136
de la difficulté à réin vestir ces connaissances dans des activ ités de lecture. La tenue de
l' atelier a permi s aux étudi ants d'améli orer leurs perform ances à ce niveau mais nous ne
pouvons affirmer, à la lumi ère des rés ultats obtenus aux questi onna ires, que les
participants ont des résultats satisfaisants dans ce volet. Par contre en pratique, durant
l' ateli er, la chercheure a pu constater qu e les participa nts maîtri saient peu les stratégies de
connaissances conditi01melles. Ainsi, nous pouvons comprendre que les étudiants ont
bien répondu aux questionnaires puisq u' il s connaissent bien, en théori e qu elles sont les
stratégies conditi onn elles à la réuss ite en compréhension de lecture, ce qui explique leurs
résultats sati sfaisants au questionnaire, mais qu' ils ont encore de la diffi culté à les mettre
en pratique.
5.3
L' analyse des résultats au qu estionnaire de Conscience métacognitive des
stratégies de lecture
Les résultats au pré-test et au post-test nous perm ettent de vo ir à la foi s une constance,
mais surtout un développement im pot1ant de certa ines catégori es de stratégies. En effet,
les rés ultats au post-test démontrent que to us les participants ont encore un résultat élevé
qui se situe au-delà de 3,5 (3 ,87 à 4,6) en ce qui concerne l' utili sation des stratég ies de
soutien. Ainsi, nous pouvons comprendre qu e malgré leur troublé d'apprenti ssage et leurs
difficultés en compréhension de lecture, les parti cipants utilisent déjà fréquemment les
stratégies de souti en pour leur venir en aide. Mokthari et Reichard (2002) soulignent que
les stratégies de soutien sont principalement annoter, surligner, relire Le texte à haute
voix, reformuler Les passages d 'un texte p our valider sa compréhension, utiliser des outils
de référen ces. Il s'agit là de stratég ies qui sont généralem ent ense ignées aux étudiants dès
le primaire ou le secondaire et qui continuent d'être abordées au co llégial uniquement par
le biais du centre d'ilide en méthodo logie.
La catégori e de stratégies qui était la moin s uti lisée par les participants lors du pré-test
était ce ll e des stratégies métacognitives globa les. L' ensemble des participants ont
amélioré leurs résultats dans cette catégor ie en démontrant une utilisation élevée des
stratégies globales. Les résul tats ont augmenté de façon im portante (+0,86 à + 1,60), ce
qui démontre qu ' ils ont développé cette catégorie de stratégies à la suite de l'ate lier
inspiré de 1' approche R.A . Les stratégies globales sont princi palement des stratégies
137
métacognitives servant à comprendre 1' intention de lectu re, à pl anifi er, à gérer et à
évaluer l'apprentissage (Mokthari et Reichard , 2002). Le déve loppement de ces stratég ies
est essentiel. Nos résultats abondent dans le sens de ceux de Sturom sky ( 1997), c'est-àdire que le déve loppement des stratégies globales entraîne des retombées extrêmement
positives chez les participants pui squ ' il perm et à l'apprenant de fa ire des prédi ctio ns, de
se fi xer des obj ectifs au cours de sa tâche, de se corri ger en cours de route et d' utili ser des
outils ou des moyens positifs pour s'a ider lorsqu ' il rencontre des probl èmes
d'apprentissage.
Toujours en ce sens, lorsqu e nous regardo ns plus attenti vement le détail des réponses
données en lien avec les stratég ies globales, nous po uvons constater que, tout comm e
pour le répertoire des stratégies en métacompréhension, ce sont les stratégies de
pl anification , plus précisément les stratégies liées à la prédi ction, qui ont été développées
de façon plus importante. En effet, des stratég ies tell es que «avant de lire un texte, je fa is
des prédictions» ou «A vant de lire, je parcours rapidement le texte pour voir la longueur
du texte et comm ent il est organisé)) ou «j 'essaie de deviner de quoi le tex le parlera
quand je débute ma lecture» n' étaient j amais utilisées par les participants avant la tenue
de l' atelier alors qu ' après, les résultats montrent que les participants appliquent
régulièrement ou touj ours cette stratég ie. Ces retombées sont très pos itives et concordent
avec les écrits de Graham ( 1997) qui affirm e que les stratég ies métacogniti ves , celles qui
permettent à !"' étudiant de planifier, contrôler, et éva luer ses apprentissages, jouent un rôle
central dans l' amélioration de la co mpréhension en lecture.
5.4
L'analyse des résultats au Répertoire des stratégies en métacompréhension
Le Répertoire des stratégies en métacompréhension comportait six types de stratégies.
Les résultats au questionn aire montrent que les participants ont augmenté leur utili sation
des stratégies métacognitives dans les six types. Cependant, seulement deux types de
stratégies se démarquent davantage des autres : prédire et vérifier, de même que
questionner. ·Avant de regarder plus attentivement celles-c i, voyons ce lles qui ont été les
moin s déve loppées. Les stratégies activer les connaissances antérieures , résumer et
clarifier ont connu peu d'amélioration chez les patticipants, augmentant en moyenne de
6,6% et 5%. Quant aux stratégies utiliser l 'intention de lecture et utiliser la prévision,
138
elles se sont davantage démarquées qu e les précédentes. En moyenn e, l'écart entre le prétest et le post-test montre une am élioration respecti ve de 30% et 33%. Enfi n, deux
stratégies montrent un e améli orati on importante : il s' agit des catégories prédire et
vérifier, de même que questionner. En effet, nous pouvons remarquer une augmentation
considérabl e de plus de 74% en moyenn e pour la premi ère catégori e et un e améli oration
de plus de 60% pour la deu xième. Au pré-test, les étudi an ts n' utili sa ient pas du tout les
stratégies de prédiction et de questionnement. Encore une fois, c'est l' utilisation de
stratég ies globales qui a augmenté le plus chez les participants, tout comm e au
questionnaire précédant, so it le MARS!. Ces résultats rejoignent ceux des auteurs qui
affirm ent qu ' il est essentiel de mettre l' accent sur l'enseignement de stratég ies
métacognitives pour améli orer la compréhension en lecture (Alexander & Jetton, 2000 ;
Guthrie & Wigfield, 1999 ; Pressley, 2000; Press ley & Affl erbach, 199 5). Ainsi, nous
pouvons encore une fois conclure qu e l' ateli er in spiré de l' app roche R.A a permis aux
participants de développer des stratég ies globa les de compréhension de lecture. En all ant
plus loin dans notre analyse, nous remarquons que dans l'in ventaire des stratégies
métacogniti ves, ce sont les stratég ies utili sées ava nt la lecture (36%) et pendant la lecture
(48%) qui se sont davantage améli orées. No us voyons un e améli orati on très faible des
stratégies utilisées après la lecture (16%). No us po uvons expliquer ce fa ible résultat par
le fait que lors des ateliers, l' accent a été mis principalement sur les stratégies utilisées
avant et pendant la lecture.
5.5
L'analyse des données de l'entrev ue finale
Lors de l'entrevue fin ale, une qu estion était posée aux pa11ic ipants en li en avec les
stratégies cogniti ves et métacogni ti ves déve loppées lors de 1'atelier. À la question
«Qu'avez-vous développé au niveau cognitif et métacognitif? » les réponses sont variées,
mais abondent toutes dans le même sens, so it l'acqui sition d' une nouvelle faço n.de lire et
surtout, une mei lleure compréhension de ce qu' il s lisent. Une des participantes, Alexia, a
répondu «Je me demande davantage pourquoi j e lis. Je fa is des prédictions avant de
commencer à lire. Faire la boucle (prédire, questionner, clarifier, connecter, résumer, ça
m 'aide à mieux gérer mon temps». Une · autre participante, Anne, explique : «j'ai
développé une méthode. Apprendre une façon de fa ire efficace pour ne pas perdre de
temps». Dans le cas de Flavie : « On dirait carrément que je réapprends à lire. Je vois
139
comment la conseillère fonctionne quand elle lit et comment les autres fonctionnent. Je
m 'applique surtout dans la prédiction>>. Mathi eu répond dans le même sens qu' Anne :
«Le parler au texte et la prédiction, c 'est ce qui m 'aide fe plus. J'aime aussi questionner.
Je comprends mieux qu 'il y a un avanl, pendant et après lire». Enfi n, Sabrina expliqu e :
«Ça m'aide à comprendre le sens d 'une phrase. J'ai appris à planifier ma lecture. Je me
sens mieux structurée dans ma lecture. Le lravail est plus long à fa ire mais cela m 'évite
de relire pour rien plusieurs fois». Les répo nses des parti cipants en entrevue montrent
que, bien qu ' ils maîtri saient certaines stratégies ava nt la tenue de l' atelier, ils avaient du
mal à les sél ectionner et à les utiliser de faço n structurée et efficace. L'ate li er R.A montre
que chacune des stratég ies ense ignées a une uti1ité à des moments préc is lors de situation
de compréhension en lecture. Encore une fo is, c' est l' apprentissage de stratégies de
prédiction et de planifi cation qui se sont les plu s démarqu ées. Dans plusieurs des
réponses, nous notons un dés ir d' effi caci té chez les étudiants de niveau co llég ial. Les
pati icipants expliqu ent que le déve loppement de stratégies cognitives et métacogniti ves
appropriées leur permet de ne pas perdre de temps durant la lecture, ce qui engendre une
meilleure compréhension de lecture. Ces rés ul tats concordent avec ceux de Johnson
(2008) qui démontrait elle auss i dans son étude qu'à la sui te de l' implantation d'ateliers
R.A, les étudiants lisent davantage, ont une meilleure confiance en tant que lecteur et
s'engagent plus fac ilement dans une tâche en lecture. De plus, ils ont réuss i à déve lopper
un large éventail de stratégies leur permettant de mi eux réuss ir en compréhension de
lecture.
Pour conclure cette partie, nous pouvons dire que, selon les propos des étudiants de notre
échantillon , la tenue de l' ateli er in spiré de l' approche R.A et l'enseignement de stratégies
cognitives et métacognitives en co mpréhension de lecture ont eu un impact sur
l' utilisation qu 'en font les partic ipants. En effet, avant la ten ue de l'atelier, nous
constatons que les étudi ants utilisent davantage des stratégies de soutien telles que
prendre des notes, souligner, lire à voix haute et utiliser des outil s de réfé rences. Auss i,
les résultats au pré-test montrent qu' ils ut il ise nt un nombre limité de stratégies de
compréhension de lecture. Après la tenue de l' ate lier, nous constatons que non seulement
les participants ont acqu is un e variété im portante de stratégies en lecture, mais qu ' ils ont
davantage développé les stratégies de planification, de prévision et de régulation en
compréhens ion de lecture. Les résultats au MARS! ont aussi montré que les participants
140
ont augmenté de façon importante leur utili sation des stratég ies globales. Par stratégies
globales, nous entendons les stratég ies qui mettent l' accent sur l' intention de lec ture,
l'activation des connaissances antérieures, la prédiction, et la vérification. Nous avons vu
que ces rés ultats rejoignent ceux de Dowhower (1 999), Duffy et al. ( 1987) et Long et
Long (1987) entre autres, qui ont démontré qu e les étudi ants de niveau collégial ayant de
bonnes habiletés en compréhension de lecture ont tendance à effectuer plus d' interaction s
avec le texte, notamment en faisant des liens avec leurs propres expériences personnell es
en lecture.
La deuxième partie de notre chapitre porte sur le deu xième obj ectif de notre recherche qui
est de comparer les stratégies cognitives et métacognitives acquises suite à l' ate li er et de
vérifier si elles ont un impact sur le trouble d'apprenti ssage et le programm e d' étud es de
chaque participant. Pour ce faire , nou s utiliserons principalement l' analyse et
1' interprétation des données de 1'entrev ue finale.
5.6
L'analyse des extraits de l'e ntrevue finale en lien avec l'a telier
L'entrevue finale a permis de connaître davantage l'appréciation qu ant à l' atelier des
étudi ants de niveau collégial inscrits au Serv ice d' adaptation sco laire et qui présentent des
troubles d'apprenti ssage. De plus, l'entrevue semi-structurée nous a permis d'obtenir leurs
commentaires à l'égard de l' ateli er in spiré l'approche Read ing Apprenticeship. Il est à
noter qu 'encore une fois , ce sont les propos des étudiants au suj et de leurs propres
apprentissages des stratégies de lecture qui ont été analysés dans cette étude.
Le tableau 4.11 , au chapitre précédant, présentait la synthèse des données obten ues à
!;entrevue finale. Les réponses ont été regroupées sous troi s catégories généra les, soient
les apprentissages réalisés en lien avec l'ateli er, leurs appréc iati ons face à l'atelier, et le
transfert des apprentissages. Puisque l' appréciation des participants a déjà été abordée
plus haut, nous conserverons uniquement deux catégories à cette étape de notre analyse,
soient les apprentissages déclarés en lien avec l'atelier et le transfert des apprentissages.
Au suj et des apprentissages réalisés en li en avec l' ate li er, troi s questions ont été posées
aux participants. Nous n' avons retenu qu ' une des questions puisqu 'elle nous semble plus
pertinentes que les autres. À la question «Quelles stratégies avez-vous les plus et les
141
moins retenues?», l'ensembl e des par'ticipants ont menti onné avoir retenu deux
stratégies, soient prédire et .faire des liens. Nous pouvons constater un e cohérence entre
les données de l'entrevue et les améli orati ons constatées aux questionnaires . Les
participants disent avoir bien retenu la stratégie consistant à faire des prédictions et on
remarque une augmentation directe de son utilisation tell e qu e déc larée dans les trois
questionnaires. Nous constatons que tous les part ic ipants ont déc laré que la stratég ie
résumer est celle qui a été moin s retenu e. Certain s participants affirm ent qu ' il s'ag it
d' un e stratégie trop longue, alors qu e d'autres aj outent qu ' ils utili saient déjà cette
stratégie à leur mani ère et don c, que ce n' était pas nouveau pour eux.
Au suj et du transfert des apprentissages, nous voulons savoir si les parti cipants ont uti 1isé
les stratég ies métacognitives et cognitives acquises lors de l'ateli er à l' intéri eur des cours
de leurs programmes d' études . À ce suj et, nous avons posé la question sui vante en
entrevue : «Avez-vous utilisé certaines stratégies dans le cadre de votre programme
oui, lesquelles? Si non, pourquoi ?»
?
Si
Tous les parti cipants affirm ent avoir utilisé les
stratég ies enseignées lors de l' ateli er R.A et ce, à di fférents ni veaux. Les réponses des
participants démontrent que les étudi ants utili sent principalement ces stratégies dans deux
cours généraux de form ation, soient en littérature et en phil osophie. Les étudiants n'ont
pas mentionné avoir utilisé les stratégies dans les cours spéc ifiqu es à leur programm e,
qu 'i ls soient dans des domaines liés aux sciences, aux math ématiques, ou à la relation
d' aide. En littérature, ils disent appliquer généralement la majorité des stratég ies, mai s
mettent davantage l' accent sur la prédicti on, l' activation des connaissances antérieures et
l' intention de lecture. Les participants mentionnent auss i éprouver de la di fficulté à
utiliser certaines stratégies lors des lectures en phil osophi e, n' ayant souvent aucun repère
pour se situer. Il faut ajouter que bien souvent, les textes lus en philosophie sont imprim és
et placés dans un recueil. Très peu d' enseignants utili sent des romans, ce qui permet peu à
l' étudiant de faire des prédictions en lien avec les images, ou en lien avec la qu atrième de
couverture. Toujours en lien avec l' étude de Johnson (2 008), nous constatons que le
déve loppement de stratégies cognitives et métacognitives a permis aux étudiants d' utiliser
une plus grande vari été de stratégies et suriout, de com prendre qu ' il fa ut choisir et utiliser
les stratégies au bon moment.
142
Le deuxième objectif devait nous perm ettre égal ement de savoir si le développement de
stratégies cognitives et métacogniti ves en considérant le trouble d' apprenti ssage des
participants de notre étude et leur faç on d' aborder la lecture. Nous avons posé la questi on
suivante aux participants lors de 1' entrevu e fin ale : « En lien avec votre trouble
d 'apprentissage, avez-vous remarqué une différence dans votre façon d'aborder la
lecture ?» Les deux parti cipants ayant un troubl e déficitaire de 1'attention affirm ent avo ir
une meilleure capacité de concentration, un sentim ent d'être touj ours actifs durant la
lecture, moins de moments d' inattention en raison du fa it que les participants sont
toujours occupés à travaill er une stratég ie de compréhension. Cette affirmation va dans le
sens de Moss (2010) qui expliquait que dans le cas des étudiants prése ntant un TDAH,
c' est le problème d' inattention qui engendre régulièrement des difficultés au pl an de la
compréhension en lecture. L' attention est l'une des vo ies d'accès de l' apprentissage et il
s'avère difficile pour l'étudiant présentant un TDAH de recevoir, traiter et analyser,
comprendre et mémoriser l' inform ation, et ce, spéc ialement dan s l'apprentissage de la
lecture et éventuellement, à l' âge adulte, en compréhension de lecture. Plus les textes lus
sont longs et complexes, plus l' étudiant présentant un TDAH éprouve des difficultés à
rester concentré et ainsi, à demeurer actif dans une tâche de compréhension de lecture.
Ainsi , nous pouvons conclure que le développement de stratégies cognitives et
métacognitives acquises lors de l'atelier R.A joue un rôle important pour le maintien de
l' attention des étudiants ayant un trouble déficitaire de l' attenti on. Chez les trois autres
participants ayant un trouble d' apprentissage en lecture; les différences majeures so nt le
sentiment d' être plus autonome face à la lecture et la prise de conscience qu ' ils peuvent
effectuer des tâches en lecture de façon efficace même s' ils lisent plus lentement et plus
difficilement qu e les autres. De façon général e, les parti cipants affirm ent être moin s
découragés face à une situation de compréhension de lecture parce qu ' ils sont outillés et
ont moins peur de ne pas comprendre le texte avant même d' avoir entamé leur lecture.
Cette affirmation rejoint celle de Dowhower (1999) qui explique que les étudiants fa isant
fac e à des difficultés en compréhension réali sent que malgré 1' utilisation de mesures
d' aide compensatoire, la nécessité de déve lopper de meilleures stratégies de lecture est un
incontournable pour augmenter le sentim ent d' autonomie face à la tâche. De plus, cette
même constatation des participants est positive puisqu'e ll e vient pallier un problème
majeur qu ' avaient les participants avant la tenue de l'atelier: le manque de
compréhension en lecture. Rappe lons qu 'à 1' entrevue initiale, 1' ensemble des participants
----------------------
~
--------------
143
avaient affirm é que leur plus grande difficulté en lecture était le manque de
compréhension en lecture et la peur de ne pas comprendre le texte.
Pour conclure, le tableau 5. 1 à la page sui vante présente la sy nthèse des réponses
obtenues par les participants en li en avec l' utilisation des stratég ies de compréhension de
lecture et le troubl e d' apprentissage.
TDA
18
Alex ia
Dyslexie
Im pacts co mmuns à
tous les partici pants
indépendamment du
di agnosti c
rDA
Plus grande auto nom ie
-Prise de consc ience que chaqu e stratégie a un rôle à j ouer dans la compréhens ion d' un tex te
-Plu s de confian ce à aborder les textes
- Moin s de déco uragement face à un e tâche en lecture
Plus grande autonomi e
Me ille ure organi sati on
Plus grande moti vation
Plus grande moti vati on
Meill e ure orga ni sati on
Me ill e ure co ncentrati on
Sentiment d. être pl us
actif dans ma lecture
Plus grande motivati on
Mei ll eure orga ni sation
- Plus grande autonom ie
Litté rature
Phi loso phie
Litté rature
Phil oso phi e
Littérature
Phil osoph ie
Littérature
Prédi cti on
Co nn ecter
Prédiction
Prédi cti on
Co nnecter
ronn ecter
Dvso rthographi e
Dys lexie
Dyslex ie
Dysorth ographi e
Syndrome de Tourette
39
18
18
Prédicti on
Dyslex ie
Sabrin a
Mathieu
Flavie
Conn ecter
Dysorth ographie
28
Ann e
Im pact de l' util isati on
Me illeure co ncent rati on
·Plus grande moti vation
des stratég ies de lecture Sentim ent d'être plus actif -M eille ure orga ni sation
se lon le diagnosti c
~ ans ma lecture
-Plus grande autonomie
Cours da ns lesque ls les Litt érature
stratég ies son t les plu s
util isées
Stratég ies de lecture les Prédi cti o n
plus utili sées
Connecter
Diagnosti c
Âgé
Tableau synthèse des réponses obtenues pa r les participants en li en avec l'utilisa tion des stratégies de
compréhen sion de·lecture et le trouble d'apprentissage
Tableau 5. 1
~
~
145
En somme, nous pou vons dire qu e, se lon les participants de notre échantillon, le
déve loppement de stratégies cognitives et métacogn iti ves a un impact sur les
apprentissages des participants, puisque ceux-ci disent les utiliser dans le cadre de leur
programme d' études, plus spéc ifiqu ement dans le cadre des cours généraux de littérature
et de philosophie. Par contre, l'entrevue finale auprès des participants n'a pu ap porter de
réponses à savoir si le développement de stratégies cogniti ves et métacognitives ava it un
impact sur les cours spéc ifiques de chacun des programm es d'études des participants. De
plus,
nous constatons que l' ense ignement de stratég ies métacognitives et cogniti ves
constitue un apport auprès des part icipants, et ce, dans leur faço n de fai re face à leur
troubl e d'apprentissage. Ainsi, nous avons constaté qu e ces résultats concordent avec
ceux des recherches antérieures que nous avons recensées dans notre rec herche,
notamm ent en ce qui a trait au trouble déficitaire de l'attention. Les participants ont
constaté que l' utili sat ion de stratégies de compréhension de lecture efficaces leur
permettait non seulement d' être actifs tout au long de leur lecture, mais auss i d'être
davantage concentrés sur la tâch e à faire. Chez les participants ayant un troubl e
d'apprentissage en lecture, nous avons pu voir qu ' il s remarquaient auss i une différe nce
dan s leur faço n d' aborder la lecture. C' est l' aspect motivationnel et auss i organisationnel
qui a davantage été souli gné. .En effet, les étudiants de notre recherche ayant un trouble
d'apprentissage ont affirmé être moi ns découragés et se sentent davantage en confiance
lors d' une situation de con1préhension de lecture puisqu ' il s sont mieux outillés et ont
acqui s une méthode efficace pour pallier leu rs difficultés. Tout comme l' étude de
Falardeau et Loranger (1993) portant sur le choix de stratég ies d'apprent issage dans
différents contextes sco laires par l' élève du primaire et du secondaire, il est vrai que les
résultats présentés dans cette étude sont des répon ses auto-rapportées et des pratiqu es
déc larées comme l' ont auss i re levé Brown et Ca mpione (198 1). Cependant, l' étude de
Fal ardeau et Loranger (1993) tend à démontrer qu e l'élève prend un e part active dans son
apprentissage, lorsqu ' il a déve loppé plusieurs stratégies qu ' il considère efficaces se lon le
contexte dans lequel il se retrouve.
CO CLUSION
Dans le cadre de cette recherche, nous nous sommes penchée sur la prob lématique des
dispositifs de soutien offerts aux étudiants de niveau postseco ndaire présentant un troub le
d' apprentissage et de leurs difficu ltés importantes au pl an de la compréhension en lecture.
Aucune rech erche n'a été réa li sée sur l' ense ignement de stratég ies compensatoires en
compréhension de lecture ch ez les étudiants de ni veau co llégial ayant un troub le
d' apprentissage.
Notre recherche avait pour obj ectif pre1i1ier de favo riser le déve loppement de stratég ies
de compréhension en lecture d'étudi ants du co ll ég ial ayant des troub les d'apprentissage
ou un TDAH au moyen d' un atelier inspiré de l'approche Reading Apprenliceship. Dans
un premier temps, nous avons rencontré les étu diants en entrev ue ind ividuelle afi n de
mi eux connaître leur parco urs sco laire et leur hi sto ire personn ell e en tant que lecteur. Par
la suite, les participants ont été in vités à répondre à trois questi onnaires pem1ettant de
déterminer les stratég ies cogni ti ves et métacogni tives ut ili sées en s itu ati on de
compréhension de lecture. Dans un deuxième temps, les étudiants de notre échanti llon ont
participé à un atelier d' une durée de cinq semaines inspiré de l' approche R.A. Ces
séances nous ont permis d'expérimenter l' ense ignement de stratégies cognitives et
métacogniti ves en compréhension de lecture auprès des participants to ut en tenant compte
de leur trouble d' apprentissage et de leur program me d' études respectifs. Cette partie
nous a donc permi s de répondre à notre de uxième objecti f de recherche qui éta it
d' identifier et d'analyser les stratégies de lecture cogniti ves et métacogniti ves
développées à la suite de cet ateli er en les comparant avec ce ll es uti lisées avant l' ate lier
en considérant leur programm e d' études et leu r troub le d' apprentissage.
Les résultats aux trois question naires présenté aux part icipa nts nous indiquent d' abord
que les participants ont déve loppé des stratégies de compréhension de lecture, plus
préc isément des stratégies métacogniti ves globa les en lien avec la préd icti on, la prév ision
et la planifica tion. De plu s, nous constatons qu ' un dispos itif de soutien tertia ire permet
----~-----
147
d' aider les étudi ants de façon efficace et ce, tout au long de leur parcours au coll ég ial. Par
la suite, les résultats de cette étude ont pu démontrer que le déve loppement de stratégies
compensatoires en compréhension de lecture pouvait contribuer à la réuss ite des cours
généraux tel s que la littérature et la phil osophi e. De plus, les résultats on t aussi montré
que le développement de stratégies cogniti ves et métacogni tives effica ces amenai t les
participants à développer davantage leur confi ance en eux lors d' une tâche de lecture et
ce, malgré la présence de leur trouble d'apprenti ssage. Ain si, les parti cipants ont déc laré
aborder la lecture de façon plus positi ve.
Nous constatons que la mi se en place d' un ate li er in sp iré de l'approche Reading
Apprenticeship s'est avéré un dispositif de so uti en efficace et dont les éléments ense ignés
sont tran sférables en si tu ation de lecture dans les programm es co ll ég iaux. Notre étude a
éga lement permis
d~
mi eux co nnaître les besoi ns en comp réhension en lecture des
étudiants de niveau co llég ial ayant un trouble d' app renti ssage. Malgré leur âge et leur
niveau d'études, les étudiants de niveau co ll ég ial ayant des troubl es d' apprenti ssage ont
encore besoin d'être outillés au plan de la co mpréhension en lecture.
Limites de l'étude
Notre recherche comporte certaines limites. Tout d'abo rd, le fai t d'avo ir recours à des
entrevues semi-dirigées ne permettait pas nécessa irement aux parti cipants de laisser libre
cours à leur pensée et leurs réponses dépendent donc de leur honn êteté. Il y a également
les ri sques de suggestion s de répon ses par un e entrev ue trop dirigée. Auss i, le phénom ène
de désirabilité social e peut infl uencer les participants de notre échantillon à répondre à
certaines questions, dans le but de pl aire à la cherchèure, qui est auss i la conse ill ère en
adaptat ion sco laire qui s'occupe de leur suivi.
De plus, le fai t que notre recherche n'a pas été app liquée à un large échantill on entraîne
aussi des limites au plan de la générali sation de nos résultats, vu le choix d' effectuer une
étude de cas multiples. li est auss i vrai de dire qu' il aura it été imposs ible d' avoir un
échantillon plus large vu le nombre lim ité d'étud iants répondants aux critères de notre
recherche.
148
L'entrevue fin ale a aussi permi s de constater des limi tes qu ant à la mi se en pl ace d' un
atelier. Les étudiants auraient aimé qu e l'ate lier soit inscr it à une période préc ise à leur
horaire, et ce, dès le début de la sess ion. Ce la aurait év ité certains conflits d' horai re avec,
notamment, les cours de programmes teclmiques. De plus, en raison de leur trouble
d'apprentissage, les parti cipants auraient appréc ié qu e les ateli ers so ient d' un e durée de
90 minutes et non de 45 minutes et ce, pour avo ir plus de temps pour lire. Il a aussi été
suggéré que l' atelier so it d' une durée de 15 semaines, c'est-à-dire, équi va lent à la durée
complète d' une· sess ion au co ll égial. La bonification du nombre de séances aurait permi s
aux étudi ants d' approfondir davantage les lectures et d'expérimenter davantage les
stratégies en classe et à la maison.
À la suite de cette recherche, nous constaton s que nombreuses sont les études qui ne
préc isent pas la nature des pratiques pédagogiques posées à l'égard des étudiants de
ni vea u co llég ial ayant un trouble d' ap prenti ssage. Une étude ultérieure devrait se pencher
sur l' importance d'expliquer concrètement, en classe ou à l'extérieur de la classe,
comm ent, à quel moment et quand utiliser des stratégies de lecture de textes ciblées pour
faciliter leur compréhension. C'est ainsi que d'autres profess ionnels poun·ont se rendre
compte qu 'une tell e pratiqu e pédagog ique a une influ ence sur le bien-être et sur la
progression des apprenti ssages des étudian ts.
Retombées de l'étude /
Notre étude a des retombées sur les plans prat ique, théorique et politiqu e. To ut d'abord,
en ce qui concerne la pratique, les résul tats indiquent que les étudiants bénéfic ieraient de
la tenue d' un atelier insp iré de la R.A. en compréhens ion en lecture et ce, po ur di ffére ntes
raisons. D' abord , parce qu ' ils pourraient profiter d' un ense ignement de stratég ies
efficaces et seraient ain si mieux outill és pour fa ire face aux nombreuses lectures de
nivea u collégial. Par la suite, parce qu' il est essentiel que les étudiants ayant des troubles
d' apprentissage se regro upent afin d' échanger sur leurs difficultés et réa li ser qu ' ils ne
sont pas seufs.
Au pl an théorique, nous pouvons dire que notre méthode de recherche s'avère efficace
afin d'obtenir les propos des étudi ants en ce qu i a trait à leurs beso in s en compréhension
149
en lecture et auss i, à leur fa çon de travailler en situ ati on de compréhension de lecture. Ce
type de recherche n'avait jamais été effectu é auparavant au Québec et se mble être
novateur quant au type de so uti en à offrir aux étudi ants de niveau co llég ial ayant des
troubles d' apprentissage. Les outils adaptés po urront être utili sés dans une étude
ultérieure. Cette étude de cas peut servir de base à un e étude de plus grande enve rgure
comportant plus de participants.
Finalement, au plan politique, nous con stato ns que l'émergence de nouvell es cli entèles
combinée à l' obligation des co llèges d"acc ueillir les étudiants ayant des troubles amènent
le MELS à se pencher sur des so lution s qui favo ri seraient l' intégrati on des étudi ants ayant
des troubles d' apprenti ssage au co ll égial. No tre projet de recherche s' in scrit tout à faire
dans cette lignée pui squ ' il pourrait être impl anté dans plu sieurs cégeps du Québec et
perm ettrait ainsi aux différents serv ices adaptés d' offri r un di spositi f de so uti en qui
répondrait aux besoin s spéc ifiqu es de cette nouvell e cli entèle individuell ement ou en
sous-groupe.
Prospectives
Dans le cadre de cette recherche, nous avons pu rn ieux co nn aître quelles étaient les
stratégies cognitives et métacognitives utili sées en situati on de compréhension de lectu re
chez des étudiants de niveau co ll égial présentant un troubl e d'apprentissage avant et après
une intervention. Nous avons·tenu compte des entrevues et des réponses des parti cipants
aux questionnaires
afin
de détermin er, d'analyser et comparer les
stratég ies
compensatoires qu ' ils disent utiliser en · situation de co mpréhension de lecture. Nous
avons observé les étudiants en situ ation d'apprenti ssage en plus de les questi onner sur
leurs pratiques en compréhension de lecture. Cependant, nous nous somm es peu attardée
à la collaboration entre les enseignants et les divers intervenants qui soutiennent les
apprentissages des étudiants de niveau co llégial aya nt des tro ubl es d'apprenti ssage. Il
serait alors pertinent, pour une future recherche concemant les dispositifs de soutien aux
étudiants de niveau co llégial ayant des tro ubles d' apprentissage, de vérifier si les services
qui leur sont offerts favorise nt davantage leurs apprentissages et leur intégration. 11 en est
de même pour la nature des interventions pédagogiques offertes par les ense ignants et les
intervenants. Comme le menti01ment Falardeau et Loranger (1993), le milieu scolaire
150
devrait accorder une plus grande importance à la métacogniti on, c'est-à-dire à la prise en
charge par l'étudiant de ses propres co mpot1ements cogniti fs , soit par discussions de
groupe ou par un entraîn ement direct. Ces in terventi ons devraient favo ri ser par la suite
un e meilleure intégration des apprenti ssages et acqui s sco laires, tout en démontrant à
l' étudiant qu ' il a du contrôle sur ce qui lui arri ve en classe , ce qui serait suscep tible
d' augmenter sa moti vation . No us avons co nstaté certa in es lacun es dans les rec herches
recensées en ce qui a trait à l'absence d'info rm ati ons au suj et des actes ou de gestes
pédagogiques posés par les ense ignants afin de soutenir les étudiants adultes en di ffi culté
de compréhension de lecture. Il serait pet1inent, lors d'un e rech erche subséqu ente, de
spécifi er quelles sont les pratiqu es pédagogiqu es, les aides offe rtes, les outil s utili sés et
les adaptati ons proposées par les ense ignants de ni veau co ll égial de chacun des
programm es afin de déterminer avec eux quelles sont les stratégies de compréhension de
lecture essentielles à développer pour les étu diants de ni veau co ll égial.
Dans le cadre d'une recherche fu ture sur l' enseignement de stratég ies compensatoires en
compréhension de lecture au coll ég ial, il serait pertinent cie connaître les percepti ons d' un
plus grand nombre d'étudiants de ni vea u co ll égial ayant un trouble d' apprenti ssage ou
simplem ent des diffi cultés majeures au pl an de la compréhension en lecture et de les
questionner au suj et elu souti en dont il s bénéfi cient en compréhension de lecture. De plus,
il serait intéressant d'avo ir recours à plusieurs parti cipants prove nant de di vers cégeps
· d'une même région. Conserver le même protoco le avec des étudi ants provenant des
programmes d'accueil et intégration et ay ant des difficultés d' apprenti ssage non
di agnostiquées serait également un projet de recherche pet1in ent à mener dans le futur.
APPEN DICE A
FORIVIULAIRE DE DÉO NTOLOGIE
,,,
UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL
MAÎTRISE EN ÉDUCATION
DEMANDE D' APPROHATION DÉONTOLOGIQUE CONCERNANT
PROJET DE RECHERCHE PORTANT SUR DES SUJETS HUMAINS
NOTE:
UN
La fo rme mascu line utilisée d ans ce form ulaire désigne auss i bien les
femmes que les hommes lorsque le contexte s'y prête.
IDENTIFICATION
1
Nom et prénom de l'étudiant
RIVARD MARIE-PIER
1
Nom et prénom du directeur
OUELLET CHANTAL
DUBÉ France
Titre du projet:
Mesure de sou tien en compréhension de lectu re pour les étudiants de niveau
collégial ayant des troubles d 'apprentissage . (Titre provisoire)
D ESCRIPTION ET MÉTHODOLOGIE DU PROJET
1. Formulation de l'obj ectif général de la rec herche
!-Favoriser le développement de stratégies de compréhension de lecture
d'élèves du collégial ayant des troubles d'apprentissage ou un TDA/ H au
moyen d'un a telier inspiré de l'approch e Reading Apprenticeship.
2- Id entifier et a nalyser les stratégies cogni tives et métacognitives
développées en les comparan t avec celles utilisées avant l'atelier en
considérant leur programme d 'études et leur trouble d'apprentissage .
2. Méthodologie
2.1 Description des types d ' instruments utilisés
- Le Metacomprehension Strategy Index (MS!)
152
-Le Metacognitive Awareness of Reading Strategies Inventory (MARS!)
- Le Index of reading awareness (IRA)
- Reading strategy awareness inventory.
-Journal de bord hebdomadaire
2.2 Identification des types et du nombre de s uje ts rejoi nts avec chaque ·
ins trument
Étude de cas mu ltiple rejoignant cinq suj ets.
Tous les sujets utiliseront les instruments m entionnés ci-haut.
L'étude de cas est composée de 5 étudiants fran co phones de niveau collégia l et
provenant tous du Cégep Saint-Jean -sur -Rich elieu , situé sur la rive-sud de Montréal.
Parmi les 5 étudiants sélectionnés, il y quatre fille s et un garçon. L'âge m oyen de cet
échantillon est de 24,4 ans, variant entre 18 et 39 a ns.
3.
Comment les sujets seront-ils informés de leurs droits ainsi que des objectifs
et des modalités de la recherche?
Un formulaire de consentement écrit est envoyé à l'adresse cie chacun des étudiants
et à leur attention dans le cas d es élèves ayant 18 an s et plus. Un formul air e de
consentement éclairé est envoyé aux parents des étudiant s ayant moins de 18 a n s.
Dans celui-ci, une lettre exposait les objectifs de l'é tude, la confidentia li té d es
ré ponses fournies et la procédure utilisée . Ch aqu e élève devait prendre connaissance
de leurs droits , des objectifs et de s mod a lités de la r ech erch e avant d e s igner et
renvoyer le formulaire. Il est a ussi prévu qu e les participants seront informés à
nouveau de leurs droits e t de s objectifs de la recherche lors de la première renco ntre.
4.
Qui recueillera les informations auprès des sujets?
Les informations s eront recueillies p a r Ma.rie- Pier Rivard .
S. Comment sera obtenu le consentement (joindre la fe uille ou le protocole écrit
de consentement demandé)
5.1 des sujets maje urs?
Dans le put de recruter les participants pour la réalisation d e la rech er ch e, nous
avons préa.lablement sélectionné, pa r l'entremise du Service d 'adapta tion scola ire du
Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu , tous les étudia nts aya nt un trouble d 'apprentissage
diagnostiqué . Par la suite , un formulaire de consentem e nt écrit a été envoyé à
l'adresse de chacun des étudiant s et à leur atte ntio n dans le cas des élèves ayant 18
ans et p lus.
5.2
des s ujets mineurs?
Un formulaire de consentem ent éclairé a été envoyé au x p a rents des étudiants ayant
moins de 18 ans. Dans celui-ci, une lettre exposait les objectifs d e l'étude, la
confidentialité des r é ponses fournie s et la procédure utilis ée .
153
6.
Référence et support - Chez le s uje t, lorsqu' un problème es t détecté et dont la
nature est reliée principalement à l'objet de la reche rche, de quelles ressources
disposez-vo us pour lui venir en aide (intervention ponctue lle de votre part,
référence à son médecin, au psycholog ue sco laire, e tc.)?
Au Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu, les participants sélectionnés sont déjà suivis
par la con seillère en adaptation de l'établissement. Celle-ci peut venir en aide
aux étudiants si un problème est détecté. Au besoin, le psychologue scolaire est
disponible.
7.
Au besoin, comment sera obtenue l'autorisation des établissements ou
organismes où se déroule la recherche?
L'autorisation a 'été obtenue pa r la direction adjointe des études (monsieur Richard
Harnois) du Cégep Saint-Jean- sur-Richelieu.
8.
Comment seront respectés l'anonymat et la confidentialité des informations
recueillies
8.1
lors du traitement et de l'a nalyse des informations?
Chacun des sujet sera identifié par un pseudonyme . Toutes les informations
recueillies seront utilisées uniquement par la cherch euse.
8.2
lors de la diffusion des rés ultats de la reche rche?
L'anonymat sera préservé en conservant les pseudonymes des participants.
9.
Quand et comment seront détruites, le cas échéant, les informations reposant
sur des supports permettant d'identifier les sujets tels: cassette audio, cassette
vidéo?
Les enregistrements audio destinés à recueillir de l'information durant les
entrevues seront effacés suite à l'analyse des données. Aucun document ne sera
conservé après l'analyse des résultats.
Je recmmais avoir pris connaissance des règles déontologiques liées .à la recherche et je
m'engage à m'y conformer.
(copie électronique à titre d'exemple-voir copie papier signée)
Signa ture de l'étud iant
date
APPROBATION DU COMITÉ DE RECHERCHE:
(copie électronique à titre d'exemple-voir copie papier sign ée)
Signature du directeur (et du codirecteur, s'il y a lie u)
date
(copie électronique à titre d'exemple-voir copie papier signée)
Direction du programme
date
APPENDICE B
LETTRE DE CONSENTEMENT
SA I N T.
~·.
PROJET
DE
RECHERCHE:
MAÎTRISE
EN
t
!-;
•
!>.:.
1
1,
!t
ÉDUCAT ION ,
1
:
l
t·
1
PROFIL
RECHERCHE
Formulaire de consentement des participants
Titre du projet de recherche :
L' enseignement de stratégies compensatoires en lecture comme mes ure de souti en aux
élèves dyslex iques et TDA/H comme mesure de so uti en au co llégial
Description du projet de recherche :
Ce projet est réa li sé dans le cadre du mémoire de recherche de Marie-Pier Rivard ,
également conse illère en adaptation sco laire et orthopédagogue au Cégep Sai nt-Jean-surRichelieu. Il vise, dans un premier temps, à déc rire et documenter les maniü:stations des
troubles de lectu re au co llégial de même qu 'à mieux comprendre les élèves dys lex iques et
TDA/H de niveau collégial et les mesures de soutien qui leur sont offertes. Dans un
deuxième temps, ce proj et vise à déterminer, par des act ivités · d' apprenti ssage
ind ividue lles et en petits groupes, si l' ense ignement de stratég ies en lecture comme
mesure de soutien aide les élèves TDA/H et dys lex iques à améliorer leurs compétences en
lecture.
!55
Responsable du projet de recherche :
Marie-Pier Rivard, étudi ante à la maîtri se en éducat ion, UQÀM
Chantal Ouellet, directrice de recherche, UQÀM
France Dubé, co-directrice de recherche, UQÀM
Nature de la participation :
•
•
•
Participer à des acti vités d'ense ignement de stratégies de lecture à raison de 2
périodes de 45 minutes par semaine, et ce, durant 5 semaines.
Participer à une séance d' entrevue et d' éva lu ation indi viduelle, un e semain e avant
le début des acti vités de lecture et ce, pour un e durée niax im ale de 1h3.0.
Participer à une séance d'entrev ue et d' éva lu ati on individuelle, un e semaine après
le début des activités de lecture et ce, pour un e durée max im ale de 1h30.
(Prendre note qu e les 7 semain es se déroul eront du 15 mars 20 10 au 30 av ril
20 10)
Confi denti alité :
Dans l' utilisation que nous fe r ns des donn ées, nous nous engageo ns à respecter
l'anonymat de tous les parti cipants et parti cipantes, et à prendre tous les moye ns
nécessa ires pour protéger la confidenti alité des rense ignements obtenu s dans le cadre de
cette recherche. En aucun moment, le nom des participants ou des participantes
n'apparaîtra sur un docum ent ou un e pu bli ca ti on. To utes les donn ées sont détruites à
après la fin de 1' étude.
Liberté de consentement :
J' ai pris connaissance des obj ecti fs po ursui vis par ce projet et reconn ais qu e ma
parti cipati on est tout à fait vol onta ire. Il est entendu que je pourrai à tout moment mettre
un term e à ma parti cipati on sans qu e ce la nui se à mes re lati ons avec la conse ill ère en
adaptation sco laire et le personn el du cégep.
Signature :· ---~~----------==Date :
- - ---=----
''VEUILL EZ RETO URNER EN PERSONNE LE FORMULA IR E DE CONSENTEMENT LE
PLUS RAPID EMENT PO SSIBL E AU D- 123
APPENDICE C
REPERTOIRE DES CONNAISSA CES MET ACOGN ITIYES EN LECT RE
Volet évaluation
1. Que trouvez-vous le plu s diffi cil e lorsq ue vous êtes en situation de lecture?
a) Lire à voix haute des mots di fficil es.
b) Ne pas comprendre l' hi stoire.
c) Il n'y a rien qu e je trouve diffic ile en situation de lecture.
2. Qu 'est-ce qui pourrait vous aider à devenir un meill eur lecteur?
a) Avo ir plus de gens pour m' aider lorsq ue je li s.
b) Lire des livres plus faciles avec des mots plus courts.
c) Vérifier si je comprends bien ce que je lis.
3. Que remarquez-vous de particulier lorsque vous lisez la premi ère ou la deuxième
ph'rase d' une histo ire?
a) Elles commencent toujours par // éwit une fo is.
b) Les premières phrases so nt les plus intéressa ntes.
c) Les premières phrases nous apprennent so uvent de quoi parlera l' histo ire.
4. Qu ' ont de particuliers les dernières phrases d' une hi stoire?
a) Les dernières phrases sont les plu s exc itantes
d' action s.
et ce sont ce ll es où il y a le plus
b) Les dernières phrases nous di sent ce qui s'est passé da ns le texte .
c) Les derni ères phrases sont les phrases les plu s difficiles à lire.
5. Comment pouvez-vous savoir quelles sont les phrases les plus importantes dans une
histoire?
a) Ce sont cel les qui nou s parlent le pl us des personnages et de l' intrigue.
1
1
1
!57
b) Ce sont ce lles qui sont les plus inté ressantes.
c) Elles sont toutes importantes.
Volet planification
1. Si vous dev iez lire seul ement quelques phrases d' une histoire parce que vo us êtes
pressé(e), lesquelles liriez-vous?
a) Les phrases se trouvant au mili eu de l' hi stoire.
b) Les phrases qui parlent le plus de l' hi stoire.
c) Les phrases les plus exc itantes et intéressantes de l' hi stoire.
2. Lorsque vous di scutez avec quelqu ' un de ce vo us êtes en train de lire, que lui racontezvous?
a) Vous lui parlez de ce qui se passe (action, in trigue) dans l' histoire.
b) Vous lui parlez du nombre de pages que co nti ent le livre.
c) Vous lui parlez des personnages.
3. Si votre enseignant vo us demandait de li re une histoire et d' en retenir l' idée générale,
que feriez-vous?
a) Parcourir l' histoire pour trouver les passages principaux.
b) Lire l' histoire au complet et essayez de tout retenir.
c) Lire l' histoire et retenez tous les mots.
4. Avant de débuter votre lecture, qu e fa ites-vous pour vous aider à mi eux lire?
a) Vous ne planifi ez rien. Vous débutez votre lecture imméd iatement.
b) Vous choisissez un endroit confortable pour lire.
c) Vous pensez à la raison pour laqu elle vous devez lire.
5. Si vous dev iez lire très rapi dement et que vo us pouviez seul ement li re quelq ues mots,
lesquels essa i eriez~ vous de lire?
a) Les mots qui sont nouvea ux pour vo us parce qu ' ils sont importants.
b) Les mots que vous seriez capable de prononcer.
c) Les mots qui révèlent le plus de choses au suj et de l' hi sto ire.
Volet régulation
1. Quelles lectures fa ites-vous plu s rap idement que d' autres 'l
158
a) Des li vres qui sont fac iles à lire.
b) Lorsque vo us avez déjà lu l' hi stoire précéde mm ent.
c) Des livres qui contienn ent beaucoup d ' im ages .
2. Pourquoi relisez-vous ce11ains passages dans un texte?
a) Parce que c' est un bon exercice.
b) Parce que vous n ' avez pas compri s certains passages.
c) Parce que vou s avez oubli é ce rta in s mots.
3. Que fa ites-vous lorsque vous lisez un mot do nt vo us ne connaissez pas le sens?
a) Vous regardez les mots auto ur de celui-ci et essayez d' en dégager le sens.
b) Vo us demandez à quelqu ' un d' autre.
c) Vo us passez au prochain mot.
4. Que faites-vou s lorsqu e vo us ne comprenez pas un e phrase entière?
a) Vo us la relisez encore.
b) Vous essayez de prononcer chac un des mots.
c) Vo us pensez aux autres phrases da ns le paragrap he.
5. Quelles sont les parti es d' une hi sto ire que vous ne lisez pas?
a) Les parties du texte et les mots diffic iles que vo us ne comprenez pas.
b) Les parties du texte qui ne sont pas im porta ntes et qui n'apportent ri en à l'histoire.
c) Aucune partie du texte.
CONNAISSANCES CONDITIONNELLES
1. Si vous lisiez une histoire pour le plaisir, que fe ri ez-vo us?
a) Regarder les im ages pour comprendre l' histo ire.
b) Lire l' h istoire le plus rap idement possible.
c) Imagin er l' histoire dans votre tête et en faites un fï lm.
2. Si vo us lisez des textes en sciences ou en sciences humaines, que faites-vous pour
retenir l' info rm ation?
a) Se poser des question s sur les idées importantes du texte.
b) Sauter les passages lorsque que vo us ne comprenez pas.
159
c) Se concentrer et essayer de reten ir le plu s d' inform ation s poss ibles.
3. Lorsq ue vous li sez pendan t un test, qu 'est-ce qui vous aide le plu s?
a) Lire le texte à plusieurs repri ses.
b) En parler avec l'enseignant(e) afin de vérifi er que vo us comprenez bien .
c) Répéter les phrases plusieurs fo is.
4. Si vous lisez un livre dan s le but de rédiger un résum é, qu ' est-ce qui vous aide le plus?
a) Lire à haute voix les mots que vo us ne conna issez pas.
b) Réécrire le texte dans vos propres mots.
c) Ignorer les parties que vous ne comprenez pas.
5. Quelle est la meilleure façon de se so uvenir d' un texte lu ?
a) Répéter chaque mot encore et encore.
b) Le mémoriser.
c) Le réécrire dans ses propres mots.
APPENDICE D
CON SC I ENCE MÉTACOG IT I VE DES STRAT ÉG IES DE L ECT URE
Consignes : Ci -desso us, vo us trouvez des phrases décri vant ce que des étudiants font lorsqu ïl s
lisent pour des raisons académiques . Après avo ir lu les phrases ci-dessous, veuill ez em:ercler à
chaque phrase le chiflre qui correspond le mi eux à ce que vo us t'a ites en situati on de lecture
sco laire. Veui ll ez prendre note qu'i l ri ' y a pas de bonnes ..:t mauvaises réponses.
Échell e de scores: 1 = .le n'appl ique jamais cette stratégie. 2 = J'applique cette stratégie
occasionnellement. 3 = J'applique cette stratégies enviro n 1 fo is sur 2 (50% du temps),
4 = J'applique régulièrement cette stratégie, 5 = J' applique toujours cette stratégies
Stratégie
Type
G
s
G
Échell e
1. Je li s en ayant une intention.
12345
2. Quand je lis, je prends des notes en même temps (ex :je note
12345
dans la marge, j 'annote au-dess us des mots, etc.)
3. Je réfl échis à ce que je co nnais déjà pour m'aider à mieux
12345
comprendre ce que je lis.
G
s
4. Avant de li re un tex te, je l'a is des préd icti ons.
12345
5. Lorsque le texte est clif'ficil e à lire, je li s uniquement pour tàire
12345
ressortir les infom1ati ons importantes.
s
6. Je fa is un rés umé de ce que .ï ai lu .
12345
G
7. Je prends le temps de ré ll échir si le texte correspond ô
12345
l' intention que j 'ai fixé au départ.
p
8. Je 1is lentement et sürement po ur être certain(e) que je
12345
comprends ce que je lis.
s
9. Je discute avec d'autres personnes pour vérifier ma
12345
compréhension.
G
10. Avant de lire, je parcours rapidement le texte pour vo ir la
longueur du texte et comment il est organi sé.
12345
16 1
p
1 !. Lorsq ue je perds ma concentration. j 'essa ie de reprendr<:: le li 1
de ma lecture.
1 23 4 5
12. .l e souligne ou encercle 1· information dans le tex te po ur
m'aider à la retenir.
12345
13. Se lon ce que je li s, j'ajuste ma vitesse de lecture.
1 2345
14. .le décide moi-même des s<::ctions du t(:x te que j ' ignor<:: et
cell es que je lis plu s attentivement.
1 2 34 5
s
15. J'ut ili se des out ils de réli::rences (ex. di ctionnaire) pour
m'aider à mieux comprendre cc que j e lis.
1 2345
Type
Stratégie
Éche lle
p
16. Lorsqu e le texte dev ient plu s di Hic il e, j e de vien s plus
attentif.
1 2345
s
17. J'uti lise les im ages. les légendes et les tablea ux dans le tex te
pour m'aider à mieux co mprend re.
1 2345
p
18. J' arrête ma lecture de temps en temps pour mieUX
comprendre ce que j e viens de lire.
1 2345
G
19. J' essa ie de trOt.ve r des ind ices clans le texte pour m'aider à
mieux comprend re.
12 345
s
20. Je redis ou réécri s dans mes propres mots les idées du tex te
pour mi eux comprendre.
1 2345
p
2 1. J' essaie de me faire une im age el u texte po ur me souven ir de
ce que j ' ai lu .
1 2345
G
22. J'ut ili se des aides typographiques (écrit ure itali.que ou -:n
gras) pour identifi er les mots clés du texte.
1 2345
G
23. J'analyse, je cri tique ct .ï évalue 1ïnfoxmation présentée dans
le texte.
1234 5
s
24. Je retourne lire quelques passages pour faire des liens avec
certa ines idées du texte.
1 2345
G
25 . Je véri lie ma compréhension lorsq ue je ne comprends pas
1' info rmati on do nnée.
12345
G
26. J'essaie de dev iner de quoi le texte parlera quand je débute
ma lectu r~
1 23 4 5
p
27. Lorsque le tex te commence à être difti cile, je le re lis.
1 2345
s
p
G
162
s
G
p
28 . Je me pose des questi ons en es pérant trouver les répo nses
dans le texte.
1 2 3 45
29 . Je vérifi e si k s préd ictions qu e j" ai faites sur le tex tt: au début
sont justes.
1 23 4 5
30. Lorsqu ï 1 y a des mots qu e j e ne connais pas. j ·essai e de
deviner ce qu ' il s signitï enl.
1 23 4 5
APPENDICE E
RÉPE RTO IR E DES STRATÉGIES EN MÉTACOMPRÉHENSION
Consignes : Pensez à ce qu e vous pou vez fa ire pour vous aider à mieux comprendre une
histoire avant, pendant et après l' avo ir lu e. Pour chaque questi on, lisez chacun des
énoncés ci-dessous et choisissez lequel vous aiderait le plus votre lecture. Il n' y a pas de
bonn es et de mauvaises réponses. Il s' agit seulem ent de conn aître ce qui est le plus aida nt
pour vous. Encerclez la réponse de votre choix.
Pour chacun des· énoncés sui vants, ch oisissez ce lui qui 1·e présente une bonne chose à fa ire.
AVANT de lire une histoire.
1. Avant de débuter ma lectu re, c'est un e bonn e idée de:
a) Regarder combien de pages l' hi sto ire contient.
b) Vérifier tous les mots diffi ciles dans le dictionnaire.
c) Faire des prédictions sur ce dont parlera l' hi stoire.
d) Réfl échir à ce qui s'est passé jusqu ' à maintenant dans l' histoire.
2. Avant de débuter ma lecture, c' est une bonn e idée de :
a) Regarder les illustrations pour savoir de quoi parlera 1' histoi re.
b) Estimer combien de temps je devrai prendre pour lire l' histo ire.
c) Commencer à lire à haute vo ix mots que je ne conn ais pas.
cl) Vérifier si l' histoire a du sens pour mo i.
3. Ava nt de débuter ma lectu re, c'est un e bonn e idée de :
a) Demander à quelqu ' un de lit~e le texte pour moi.
b) Lire le titre afin de savoir sur quoi portera le texte.
c) Vérifie si la plupart des mots ont beaucoup ou peu de voyell es.
d) Véri fie r si les illustration s sont en ordre et ont du sens.
4. Avant de débuter ma lecture, c' est une bonne idée de :
164
a) Vérifier qu ' il ne manque pas de pages.
b) Faire une liste des mots dont je ne suis pas certain(e) de la signification.
c) Utiliser les images et le titre pour m'a ider à prédire sur quoi portera l' hi stoire.
d) Lire la dernière phrase pour savoir com ment l' hi stoire fïnira.
5. Avant de débuter ma lecture, c'est une bonn e idée de:
a) Savoir la rai son pour laquel le je dois lire 1' hi stoire.
b) Utili ser les mots difficiles pour m'a ider à prédire sur quoi portera l' hi stoire.
c) Relire certaines par1ies de l' hi stoire pour mieux comp rendre les aspects qui ont moins
de sens pour moi.
d) Demander de l' aide pour les mots que je trouve difficiles .
6. Avant de débuter ma lecture, c' est un e bonn e idée de:
a) Faire une récapitulation de tou tes les idées importantes du texte.
b) Me poser des questi ons sur ce que j'aimerais apprendre dans ce texte.
c) Réfléchir sur le sens des mots qui ont plu s d' un sens.
d) Survoler le texte pour trou ver tous les mots qui ont trois sy llabes ou plus.
7. Ava nt de débuter ma lecture, c' est une bonne idée de :
a) Vérifier si j 'ai déjà lu ce texte.
b) Utiliser les questions que je me pose et dev iner pour quell e ra ison je dois lire cette
histoire.
c) M' assLirer que je sui s capable de prononcer correctement tous les mots avant de
commencer à lire.
d) Réfléchir à un meilleur titre pour cette hi stoire.
8. Avant de déb uter ma lecture, c' est un e bonn e idée de:
a) Réfléchir à ce qu e je connais déjà sur ce qui est déjà i!lustré.
b) Vérifier com bi en de pages le tex te contient.
c) Chois ir la meilleure par1i e du texte à relire.
d) Lire le texte à vo ix haute à quelqu ' un d' autre.
9. Avant de débuter ma lecture,
c ~es t
un e bonn e idée de:
a) Me pratiquer à lire le texte à voix haute.
b) Me rappeler tous les éléments importants du texte pou r être certai n(e) de me souvenir
de l' hi stoire.
c) Réfl échi r sur ce à qu oi peuvent ressembl er les personnages de l' hi stoire.
d) Vérifier si j ' ai assez de temps pour lire le texte.
10. Avant de débuter ma lecture, c' est un e bonn e idée de :
a) vérifie r si je comprends bien ma lectu re jusqu 'à maintenant
b) vérifier si les mots dans le texte comporte plus qu'un sens
c) réfléchir au lieu où pourrait se situ er l' action
d) faire la li ste de tous les détai ls importa nts dans le t.exte
165
Pour chacun des énoncés sui vants, choisissez celui qui rep résente un e bonn e chose à faire
PENDANT la lecture d' un e hi stoire.
Il. Pendant ma lecture, c'est une bonn e idée de :
a) Lire l'histoire très lentement pour m'assurer de ne pas manquer de déta il s im po rtants.
b) Lire le titre savoir de quoi parlera l' hi sto ire.
c) Vérifier s' il manque quelque chose dans les illustrati ons.
d) Vérifier si le texte a du sens en vérifi ant si je peux redi re ce qu i s'est passé da ns mes ·
mots.
12. Pendant ma lecture, c'est une bonn e idée de:
a) De m'arrêter et fa ire un rappel des prin cipaux éléments.
b) Lire Je texte rapidement pour déco uvrir ce qui s' est passé.
c) Lire seulement le début et la fin de l' histoire po ur savoir de quoi ell e parl e.·
d) Sauter les parties du tex te qui sont trop diffi ciles pour moi.
13. Pendant ma lecture, c'est un e bonn e idée de:
a) Vérifier la signification des mots diffi cil es cla ns le d icti onn aire.
b) De mettre la lecture de côté et en comme ncer une autre si je ne comprends pas.
c) Garder en tête le titre du li vre et les illustrati on s po ur m' aide r à prédire ce qui po urrait
se passer clans les chapitres suivants.
cl) Garder en tête le nombre de pages qu ' il me reste à lire.
14. Pendant ma lecture, c' est une bonne idée de :
a) Garder en tête le temps dont j ' ai beso in pour lire l' hi sto ire.
b) Vérifi er si je peux répondre à certain es questions que j 'ava is avant de comm encer à lire.
c) Lire le titre pour conn aître sur qu oi po rtera l' histoire.
·
cl) Ajouter les détail s aux illu strat ions.
15. Pendant ma lecture, c'est une bonne idée:
a) D' avo ir quelqu ' un pour me lire l' hi stoire.
b) De vérifier régulièrement combien de pages ont été lu es jusqu'à maintenant.
c) D'écrire le nom du personn age prin cipal.
d) De valider si mes préd ictions sont bon nes ou erronées.
16. Pendant ma lecture, c' est une bonne idée de :
a) Vérifier si les personnages sont rée ls.
b) Faire plusieurs préd ictions sur ce qui arrivera ensuite dans l' histoire.
c) Ne pas regarder les ill ustrations po ur ne pas me mélan ger.
d) Lire l'histoire à voix haute à quelqu ' un d'autre .
166
17. Pendant ma lecture, c'est une bonne idée:
a) D' essayer de répondre aux question s qu e je me pose .
b) D'essaye,: de ne pas me mélanger entre ce qu e je connais déjà sur le suj et et ce que je
li s présentement.
c) De lire l' hi stoire silencieusement.
ct) De vérifi er si je prononce correctement les nouveaux mots de vocabul aire.
18. Pendant ma lecture, c'est une bonn e idée de :
a) Vérifïer si mes prédictions sont bo nn es ou erronées .
b) Relire le texte pour être certain(e) qu e je n' ai pas sauté de mots.
c) Réfl échir à la raison pour laquell e j e dois lire cette hi stoi re.
d) Faire une liste de ce qui s' est passé au début, deuxièmement, troisièmement, etc .
19. Pendant ma lecture, c'est une bonne idée de:
a) Voir si je suis capable de reconnaître le vocab ulaire qui est nouvea u pour moi.
b) D' être attentif pour ne pas sa uter des pa1iies elu texte.
c) Vérifi er combi en de mots je conn ais déjà.
d) Garder en tête ce qu e je connais déj à sur le suj et et les idées principa les du texte pour
m' aider à continuer à faire des prédi ctions sur ce qui arri vera ensuite dans le texte.
20. Pendant ma lecture, c'est un e bonn e id ée de :
a) Relire certains passages ou fa ire un retour en arri ère pour clarifi er cetia in es confusions.
b) Prendre mon temps pour lire afin d'être certa in (e) de comprendre ce qu e je li s
c) Changer la fin de l' histoire pour qu ' ell e ait du sens.
d) Vérifier s' il y a assez d' im ages dans le texte pou r m' aider à co mprendre le texte.
Pour chacun des énoncés sui vants, choisissez ce lui qui représ ente une bonn e chose à fa ire
APRÈS la lecture d' une hi stoire.
21. Après ma lecture, c' est un e bonn e idée de :
a) Compter toutes les pages que j ' ai pu lire sans fa ire d'erreurs.
b) Vérifier s' i1 y ava it assez ct ' im ages pour comprendre toute 1' hi stoire et la rendre
intéressante.
c) Vérifi er si ma lecture a permis de répondre au but que je m'étais fixé
d) Souligner les causes et les effets.
22 . Après ma lecture, c' est une bon ne idée de :
a) Souligner l' idée prin cipa le.
b) Fai re un rappel de tous les éléments importants de l' hi stoire pour vérifier si je les ai
bien compris.
167
c) Relire l' histoire pour être certain(e) qu e j'a i lu tous les mots corre'ctement.
d) Me pratiqu er à relire l' hi stoire à vo ix haute.
23. Après ma lecture, c'est un e bonn e idée de :
a) Lire le titre et faire un survo l de l' hi stoire pour savo ir ce sur quoi ell e portera.
b) Vérifi er si je n'a i pas sauté .des mots dans le texte.
c) Réfl échir sur ce qui fait en sorte qu e j ·a i fa it de bonnes ou de mauva ises prédi ctions.
d) Faire des hypoth èses sur ce qui se passera da ns le texte.
24. Après ma lecture, c'est une bonn e id ée de :
a) Regarder tous les longs difficiles dans le dictionnaire.
b) Lire les meill eures parties du texte à vo ix haute.
c) Demander à quelqu ' un de me lire l' hi stoire à vo ix haute.
d) Faire des liens entre ce que je connaissa is déjà avant de lire et ce que j ' ai lu .
25. Après ma lecture, c'est une bonn e idée de :
a) Réfl échir à comm ent j 'aurais ag i si j ' ava is été le personn age prin cipa l de l' hi stoire.
b) Me pratiquer à lire lentement le texte pour mieux lire.
c) Regarder les im ages et lire Je titre du texte pour vo ir ce qui se passera dans l' hi stoire.
d) Faire une liste des choses que j ' ai le mieux co mpris clans l' hi stoire.
RÉFÉRENCES
Allsopp, S. H. , Minskoff, E. H., et Boit, L. (2005). Individualized course-spec ifie strategy
instruction for college students with learning disabilities and AOHD: Lesso ns
leamed from a mode! demonstrati on project. Learning Disabilities Research &
Practice, 20, 103-118 ..
Annoot, E. (2001). Le tutorat ou
1'éducation 2 7(2 ).
<<
le temps suspendu ». Revue des sc iences de
. AQJCBES (2009 , 20 mars). Statistiqu es concernant les étudiants ayant des beso in s
spéciaux dan s les uni versités qu ébécoises. Rapports 2000-2007. [En ligne] .
Association québéco ise inter-uni versitaire des conseill ers aux étudiants ayant
des beso in s spéciaux. Di sponibl e : http://www .aqicebs.qc.ca
Archambault, J. et Chouinard, R. ( 1996). Vers un e gestion éducative de la classe.
Boucherville. Gaëtan Morin éditeur.
Association des col lèges communautaires du Canada et Ressources huniain es et
Développement social Canada. (2009, 20 mars) [En ligne]. Étude
pancanadienne sur les étudi ants co llég iaux de premi ère ann ée, Rapport 1- Les
caractéristiques des étudiants et l'expérience col légiale. Disponible :
http://www .accc.ca/franca is/publications/rapports/etude etudiants. htm.
Banikowski, A.K. et Mehring, T.A. ( 1999) . Strategies to enhance memory based upon
brain research. Focus on Excepti onal Children, 32(2), 1-1 5
Barksda1e-Ladd, M. A. et Thomas, K. F. (2000). Metacognitive processes: Teaching
strategies in literacy education courses. Reading Psychology, 21 , 67-84.
Baumann, J.F. , Kame'enui , E. J. , et Ash, G. (2 003). Research on vocabulary in struction :
Voltaire redux. Dans J. Flood, O. Lapp , J. R. Squire et J. Jensen, (Eds.) ,
Handbook of research on teaching the English Language Arts (2nd ed.) (pp.
752-785). Mahway, NJ: Lawrence Erlbaum .
·
Baumann, J. F. Jones, LA. , et Seife11-Kessell , N. (1993). Monitoring Reading
Comprehension by Thinking Aloud.Instructional Resource No.!. ERIC
Document Reproduction Services, ED 360 6 12.
169
Bell em are, L. (20 10). Les études postsecondaires. R evue ENTENDRE de l' AQEPA ,
numéro 195 , janvier 201 O.
Birch, G. Norris, E. , et Negishi, H. (1995). The effec t of explicit teaching o f learning
strategies on students' readin g. and writin g in a Japanese partia l immers ion
program. Unpublished research repo rt. (ERfC Document Reprodu ction
Service No. ED398727)
B lack, C.C. , Rodgers, L.L , et Johnson, R.B . (2004). Comprehension process instru cti on:
Creating reading success in grades K- 3. New York : Guilford.
Bou lan ger, J. et Tremb lay, D. (p rintemps 2008). Pour venir en aide aux étudiants
universitaires ayant des beso ins particu liers . Rendez-vous, p. 14.
Bourassa, M. et Tousignant, M-C. (2009). L ' intégrat ion au Cégep de l' Outaoua is. un e
responsabi lité co llective . Rech erch e subventionnée par le M ELS.
Boyer, C. (1993) L'enseignement exp licite de la compréhen sio n en lecture. GraphicorC henelière Éducation , 1993 , 205 pages.
Brown , A.L. , et Palincsar, A. S. ( 1987). Reciprocal teaching of comprehension strategies.
In J.D. Day et J.G . Borkowski (Eds.) , Intelli gence and exceptiona litv: New
directions for theory, assessment, and instructional practice (pp. 8 1-13 2 ).
Norwood, NJ: Ablex.
Bulgren, J. A ., Deshler, D. D. , et Schumaker, J. B. (1997). Use of a recall enhancement
routine and . strategies in inclusive seconda ry classes. Leaming Disabilities
Research & Practice, 12(4), 198-208 .
·
Bulgren, J. A. , Schumaker, J. B. , et Deshler, D. D. ( 1988). Effectiveness of a concep t
teaching routine in enhancing the perfom1ance of LD students in secondarylevel main stream classes. Learning disabilities Ouarterly. 11 Cl). 3-1 7.
Bulgren, J. A. , Hock, MF , Schumaker, J. B ., et Deshler, D. D. (1995). The effects of
instruction in a paired associa tes ·strate gy on the inf01mation mastery
performance of students witb learning disabilities. Learning Disabilities
· Research and Practice, 10(1), 22 -37 .
Campbell, Jay R ., Voelkl, Kristin E., et D onahue, Patricia L. NAEP 1996 Trends m
Academie Progress. Washington, DC: U.S . D epartment of Education, 1997.
Canto, A. I., Proctor, B . E., et Prevatt, F. (2005). Educational outcomes of students first
diagno.sed with learning disabilities in postseconda ry school. The Journal of
College Admission, 187.
170
Cartier, S. et Langevin, L. (2001). «Tendances et évaluations des dispositifs de soutien
aux étudiants du postsecondaire dans le Québec francophone », Revue des
sciences de l'éducation, vol. 127, no 2, 2001, p. 353-381.
Carver C.S, et Scheier, M.F. (1990) « Principle of self-regulation: Action and emotion».
Handbook of motivation and cognition: Foundations of social behavior. New
York: The Guilford Press. Vol. 2, pp. 3-52.
Chouinard, J. , Paquin, C. (2008). Précisions sur l' lnfo Sanction 554 : Utilisation des aides
à l'écriture pour la passation des épreuves ministérielles. Service national du
RÉCIT
en
adaptation
scolaire.
[En
ligne].
Disponible:
www.recitadaptscol.qc.ca/ .. ./Precisions lnfoSanction 554.pdf
Clark, F. L. , Deshler, D. D., Schumaker, J. B., Ailey, G. R. , et Warner, M. M. (1984).
Visual imagery and self-questioning: Strategies to improve comprehension of
written material. Journal of Learning Disabilities, 17(3), 145-149.
Cleary T., Zimmerman, B. (2004). Self-regulation empowerment program : a schoolbased program to enhance self regulated and self motivated cycles of student
learning. Psychology in the schools, vol. 41 (5), p.53 7-549
Cleary T., Zimmerman, B. (2006). « Teacher's perceived usefulness of strategy
microanalytic assessment information ». Psychology in the schoo ls, vol. 43(2),
p.149-154
Comité consultatif sur l'accessibilité financière aux études (2004). Les établissements
d'enseignement collégial, un · acquis de la société québécoise favorisant
l'accessibilité aux études supérieures. Mémoire présenté dans cadre du forum
de l'avenir de l'enseignement collégial, MEQ.
Conseil Supérieur de l'Éducation. (2004) Les établissements d'enseignement collégial, un
acquis de la société québécoi se favorisant l'accessibilité aux études supérieurs.
Covington, L. (2004). Moving beyond the Limits of Learning: Implications of Learning
Disabilities for Adult Education. Adult Basic Education: An lnterdisciplinary
Journal for Adult Literacy Educational Planning, vl4 n2 p90-l 03 Sum 2004
Corno, L. (2004). «Introduction to the special issue work habits and work styles: volition
in education.» Teachers co liege record, vol. 106, numéro 9, septembre 2004,
p.1669-1694
Corno, L. , Boekaerts, M. (2005). « Self-regulation in the classroom: a perpective on
assessment and Intervention » Applied psychology: an international review,
vol. 54(2), p. 199-231.
171
Curtis, M. (2002). Adolescent reading: A synthesis of research. Retrieved J uly 2 1, 2004,
from http:/1216.26.160.1 05/conf/nichd/synthesis.). Metacognitive processes:
Teaching strategies in literacy education courses. Reading Psychology, 21 , 6784.
Davey,
E. ( 1983). Think-aloud-Modeling the cogmtlve
comprehension. Journal of Reading, 27, 44-47.
processes
of reading
Davies R. et McNeil B. (2005). Dyslexia isn't just about maths and English. Adults
learning, 22-23.
Deshler, D. D., et Lenz, B. K. (1989). The strategies instructional approach. International
Journal ofDisability, Development and Education, 36(3), 203-224.
Deshler, D. D., et Schumaker, J. B. (1988). An instructional mode! for teaching students
how to learn. In J. L. Graden, J. E. Zins, and M. J. Curtis (Eds.), Alternative
educational delivery systems: Enhancing instructional options for ali students.
Washington, DC: NASP, 391-411.
Doudin, P.A. et Martin, D. (1992). De 1'intérêt de l'approche métacognitive en pédagogie.
Une revue de la littérature. Lausanne : Centre vaudois de recherches
pédagogiques
Dowhower, S.L. (1999). Supporting a strategie stance in the classroom: A comprehension
framework for helping teachers help students to be strategie. The Reading
Teacher. 52.
Dubé, F., Sénécal, M-N. (2009). Les troubles d'apprentissage au postsecondaire: de la
reconnaissance des besoins à l' organisation des services. Revue Pédagogie
collégiale de l'Association québécoise de pédagogie collégiale, automne 2009,
(volume 23 , W1).
Duffy, G.G. , Roehler, L.R., Sivan, E., Rackliffe, G., Book, C. , Meloth, M.S. , et al. (1987).
Effects of explaining the reasoning associated with using reading strategies.
Reading Research Ouarterly, 22(3), 347-368.
Engstrom, E.U. (2005). Reading, writing, and assistive technology: An integrated
developmental curriculum for college students. Journal of Adolescent & Adult
Literacy, 40(1), 30-39
Falardeau, M. , Loranger, M. (1993 ). Le choix de stratégies d' apprentissage dans
différents contextes scolaires par l'élève du primaire et du secondaire. RCÉ,
Vol. 18, No. 4, 178 p.
172
Garcia, G. E. (2003). The reading comprehension development and instruction of
English-language learners. In A. P. Sweet & C. E. Snow (Eds.), Rethinking
reading comprehension (pp. 30-50). New York: The Guilford Press.
Gersten, R., Fuchs, L, Williams, J., et Baker, S. (2001). Teaching reading comprehension
strategies to student with learning disabilities: A review of research. Review
ofEducational Research, 71, 279-320.
Giasson, J. (1990). La compréhension en lecture. Montréal. Gaëtan Morin Éditeur, 1990.
Gingras, P-E. (1992). Les cégeps d'hier à demain. Revue Pédagogie collégiale, vol. 6,
no.l, septembre 1992.
Graham, S. (1997). Effective language learning. Clevedon, England: Multilingual
Matters.
Greenleaf, C., Schoenbach, R. , Cziko, C., et Mueller, F. (200 1). Apprenticing ado lescent
readers to academie literacy. Harvard Educational Review, 71 (1 ), pp. 79-129.
[EJ 624 237)
Gunning, T. (20 10). Reading Comprehension Boosters : 100 !essons for building highlevelliteracy. Jossey-Bass Inc Pub
Harris, T. L., et Hodges, R. E. (Eds.) (1995). The literacy dictionary: The vocabulary of
reading and writing. Newark, DE: International Reading Association.
Harvey, S. et Goudvis, A. (2000). Strategies that work. York, ME: Stenhouse.
Hock, M. et Mellard, D. (2005). Reading comprehension strategies for adult literacy.
Journal of Adolescent & Adult Literacy, 49(3), 192-202
Horth, Raynald. 1986. L'approche qualitative comme méthodologie de recherche en
sciences de l'éducation. Pointe-au-Père (Québec): Éditions de la Mer, 195 p.
Jacobs, J.E., et Paris, S.G. (1987). Children's metacognition about reading: Issues in
definition, measurement and instruction. Educational Psychologist, 22, 255278.
Johnson, S. (2008). Building bridges to understanding expository science text: does the
reading apprenticeship framework help students learn how to effectively read
and comprehend the science textbook? [En ligne] Disponible:
http ://www .montana.edu/msse/posters/johnson. pdf
173
Jorgensen, S., Fichten, C.S., et Havel, A. (2007). Cegep graduates with disabilities
College exit (CRC) scores of graduates registered for disability related
services compared to non-registered graduates and graduates without
disabilities. Final report presented to PAREA (Programme d'aide à la
recherche sur l'enseignement et l'apprentissage). Québec : Ministère de
l'Éducation, du Loisir et du Sport du Québec.
Jubinville, J. (2005). L' évolution des services sociaux au·Québec : Questions 5-6 (État et
société civile). Revue Bilan du siècle, faculté des lettres et des sciences
humaines, Université de Sherbrooke.
st
Kami!, M. (2003). Adolescents and literacy: Reading for the 21 century. Washington,
OC: Alliance for Excellent Education.
Keene, E. et Zimmerman, S. (1997). Mosaic ofthought. Portsmouth, NH: Heinemann.
Karsenti, Thierry, et Lorraine Savoie-Zajc. 2004. La recherche en éducation: étapes et
approche. Sherbrooke (Québec): Éditions du CRP, 316 p.
Lavoie, J-L. (2008) Une histoire pour notre avenir : 35 ans de lutte pour le personnel
professionnel des collèges. FPPC.
Le cégep, notre fierté! Mémoire de la FEESP-CSN présenté dans le cadre du Forum sur
l'avenir de l' enseignement collégial. Mai 2004.
Les 30 ans de l'office des personnes handicapées: quelques dates significatives 19782008.
[En
ligne]
Disponible :
www.ophg2.vertisoftpme.com/documents/30ans.pdf
Lenz, B. K. , Bulgren, J. A., et Hudson, P. (1990). Content enhancement: A mode! for
promoting the acquisition of content by individuals with learning di sabilities.
In T. E. Scruggs & B. L. Y. Wong (Eds.), Intervention research in learning
disabilities (pp. 122-165). NY: Springer-Verlag.
Leray, Christian. 2008. L'analyse de contenu: De la théorie à la pratique. La méthode
Morin- Chartier. Québec: Presses de 1' Université du Québec, 180 p.
Linteau, P-A.,Durocher, R.,Robert, J-C.,Ricard, F. ( 1986) Histoire du Québec
contemporain: Le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal Express, 739 p.
Long,
J.D. et Long, E. W. ( 1987). Enhancing student achievement through
metacomprehension training. Journal of Developmental Education, 11 ( 1).
174
M'Bow, A-M. (1981). L'année internationale des handicapés. Le courrier de l'Unesco.
Janvier 1981 , p.4
Mokhtari & Reichard (2002). Assessing Students' Metacognitive Awareness of Reading
Strategies. Journal of Educational Psychology 2002, Vol. 94, No. 2, 249- 259
Malena, R.F. et Atwood Coker, K.J. (1987). Reading *O*prehension : The missing
elements. Journal of Developmental Education, 10(3).
McNaughton, D., Hughes, C., et Ofiesh, N. (1997). Proofreading for students with
Iearning disabilities: Integrating computer and strategy use. Learning
Disabilities Research & Practice, 12(1), 16-28.
Mehdian, N. (2009). Teacher's Role in the reading apprenticeship Framework: Aïd by the
Si de or Sage by the Stage. English Language Teaching, Vol 2, No 1
Ménard, L. (2002). Vygotski : La construction sociale des savoirs. Article revu et corrigé
par Thérèse Laferrière, professeure chercheure Psychopédagogie Université
Laval, Décembre 2002.
Miholic, V. (1994). "An inventory topique students' metacognitive awareness of reading
strategies". Journal of Reading, 38 (1) : 2-4.
Miles, M. B., et Huberman, M. A. (2003). Analyse des données qualitatives. (2° éd.).
Paris : De Boeck.
Mimouni, Z. et King, L. (2007). Troubles de lecture au collégial : deux mesures de
soutien. Recherche subventionnée par le ministère de l'Éducation, du Loisir et
du Sport dans le cadre du Programme d' aide à la recherche sur l' enseignement
et l' apprentissage (PAREA).
Ministère de 1' Éducation, des Loisirs et du Sport, (20 10). Portrait des étudiantes et des
étudiants en situation de handicap et des besoins émergents à l' enseignement
secondaire : une synthèse des recherches et de la consultation (Version
abrégée). [En ligne] Disponible:
http ://www .mels .gouv. ge. calsections/publications/index. asp ?page=fiche&id= 1
384
Mokhtari, K. , et Sheorey, R (2002). Meaning ESL students awareness of reading
strategies. Journal of Developmental Education, 25 (3), 2-1 O.
Moss, John J. (20 10) Biomedicalizing schoolroom performances. Constructions of
attention deficit disorder and reading disability in the first grade. Dissertation
Abstracts International Section A: Humanities and Social Sciences. pp. 2756.
175
Nguyen, M.N. , Fichten, C.S., Barile, M . et Lévesque, J.O. (2006). Facilitateurs et
obstacles à la réussite des étudiants handicapés. Recherche pédagogique, vol.
19,no. 4, p. 20-26.
Nist, S.L. et Kirby, K. (1986). Teaching comprehension & study strategies through
modeling and thinking aloud. Reading Research and Instruction, 25 (4), 254264.
Oas, B. K. , Schumaker, J. A., et Deshler, D. D. (1995). Learning strategies: Tools for
learning to learn in middle and high schools. Secondary education and beyond:
Providing opportunities for students with learning disabilities. Pittsburgh, PA:
Learning Disabilities Association of America.
Olshavsky, J. E. (1976-1977). Reading as problem solving: An investi gation of strategies.
Reading Research Ouarterly, 12.
Oison, G. M., Duffy, S. A., et Mack, R. I. , (1984). Thinking-out-aloud as a method for
studying real-time comprehension processes. Dans D. Kieras & M.A. Just
(Eds.), New methods in reading comprehension research (pp. 253-286).
Hillsdale, NJ: Lawrence Erlbaum Associates.
Oster, L. (2001). Using the think-aloud for reading instruction. Reading Teacher, 55 (1),
64-69.
Ouellet, C., M.-A. Despeignes (2009). Quand l'écriture vient en appui à la
compréhension en lecture au secondaire : une expérimentation de la réflexion
parlée transposée à l' écrit lors de discussions métacognitives. Actes du
Colloque international, De la France au Québec, l' Écriture dans tous ses états.
Poitiers, France, 12 au 15 novembre 2008.
Ouellet, C. (2009) Lire et mieux comprendre en français mais aussi dans les autres
matières : une recherche sur le réemploi de stratégies de compréhension au
secondaire. 16th European Conference on Reading, 19 au 22 juillet 2009,
Braga, Portugal.
Ouellet, C., N. Chapleau, M.-A Despeignes. (2009). Quand la discussion métacognitive
vient en aide à des élèves du secondaire ayant des di ffic ultés de
compréhension en lecture : une analyse des traces écrites en regard de leur
profil lecteur. Communication présentée au 77e Congrès de l' ACFAS , Ottawa,
11 au 15 mai 2009.
176
Ouellet, C. (2009) Appropriation d'une approche visant à améliorer la compréhension en
lecture au secondaire dans le contexte de la réforme de l'éducation au Québec :
réussites et défis. Actes de colloque, Colloque international de 1' Association
Francophone Internationale de Recherche Scientifique en Éducation (AFIRSE)
Recherches et réformes en éducation : paradoxes, dialectiques, compromis?
Montréal, 5 au 9 mai 2009.
Ouellet, C . (2008) Quand l'écriture vient en appui à la compréhension en lecture au
secondaire : une expérimentation de la réflexion parlée transposée à l'écrit lors
de discussions métacognitives. 3e colloque international de 1' Association
belge de lecture, 30-31 octobre 2008.
Ouellet, C., M.-A. Despeignes, G. Boisvert et S. Bouchard, CSDM. (2008).
Appropriation de nouvelles pratiques d'enseignement de la lecture au
secondaire pour améliorer la compréhension d'élèves en difficulté. 76e
Congrès de l' ACFAS : La rencontre du savoir avec 400 ans d ' histoire. Centre
des congrès : Québec.
Oxford, R. (1990). Language Learning Strategies: What Every Teacher Should Know.
New York: Newbury House.
Palincsar, A .S., et Brown, A.L. (1984). Reciprocal teaching of comprehension-fostering
and comprehension-monitoring activities. Cognition and Instruction, 1(2),
117-175. (!59 Citations, PsyciNFO)
Paris, S. G., et Winograd, P. (1990). How metacognition can promote academie learning
and instruction. In B.F. Jones & L. Idol (Eds.), Dimensions ofthinking and
cognitive instruction (pp. 15-51). Hillsdale, NJ : Erlbaum.
Pintrich, P.R., Smith, D.A.F., Garcia, T., et McKeachie, W.J. (1993). Reliability and
predictive validity of the Motivated Strategies for Learning Questionnaire
(MSLQ). Educationa1 and Psychological Measurement, Vol. 53, p. 801-813.
Perry, N.E. (1992). Using qualitative methods to enrich understandings of self-regulated
learning. Educational Psychologists. Vol. 37(1) p. 1-3 .
Pressley, M., Ghatala, E.S., Woloshyn, V, et Pirie, J. ( 1990). Sometimes adults miss the
main ideas and do not realize it: Confidence in responses to short-answer and
multiple-choice comprehension questions. Reading Research Quarterly, 25(3),
232-249
Randi, J. et Corno, L. ( 1997) « Teachers as innovators». International handbook of
teachers and teaching, Vol. 1, p. 1163-1221.
-------·
177
Rehabilitation Act of 1973, Americain with Disabilities Act of 1990, Assistive
Technology Act of 1998 et lndividuals with Disabi Ii ti es Education
Improvement Act of 2004 (U .S. Departement of Education, 2004 ).
Ressources humaines et Développement des Compétences Canada. (2002). Qu ' est-ce qui
incite les jeunes à poursuivre des études postsecondaires au Canada? [En ligne]
Disponible :
http ://www .hrsdc. gc.ca/fralsrn/ps/rhdc/rpc/pu bi ications/recherch e/200200 13 29
/page 10 .shtml#29
Reynolds, R., Taylor, M., Steffensen, M., Shirey, L., Anderson,R. ( 1982). Cultural
Schemata and Reading Comprehension. Reading Research Quarterly. (27)3 .
RFCM (201 0). Le regroupement des fondations collégiales de Montréal. [En li gne]
Disponible : http://www.fondations.collégiales.qc.ca
Rheinberg, F., Vollmeyer, R. et Rollett, W. (2000). Motivation and action m selfregulated learning. Handbook of Self-regulation, p. 503-531.
Rinehart S.D., Stahl S.A., Erikson L.G., (1986). The Effects of Summarization
Instructions on Text Comprehension of Students with Learning Disabilities.
Exceptional Children, Vol. 58, 1992
Rittschof, K. A., et Griffin, B. W. (2001). Reciprocal peer tutoring: Re-examining the
value of a cooperative learning technique to college students and instructors.
Educational Psychology, 21.
Ross, D., Fisher, D., et Frey, N . (2009). The art of argumentation. Science and Children.
47(3).
Roux, J.-P. (2003). Épisodes interdiscursifs maître-élève(s) et construction de
connaissances dans un dispositif d'enseignement-apprentissage de type socioconstructiviste en CMl. Dans A. Danis, M.L. Schubauer-Leoni & A. WeilBarais (Eds.), Bulletin de Psychologie, N° spécial : Interaction, Acquisition de
connaissances et Développement , 56 (4), 531-543.
Roy, S.N. (2003). L'étude de cas. Dans Gauthier, B. (Dir.) Recherche sociale. De la
problématique àla cueillette de données, (159-184 ). Sainte-Foy: Presses de
l'Université du Québec.
Ruph, F. et Hrimech, M. (2001). Les effets perçus d'un atelier d'efficience cognitive sur
le changement de stratégies d' apprentissage d'étudiants universitaires. Revue
des sciences de l' éducation, 27(3), 595-620.
178
Runyan, M. Kay ( 1991) The Effect of Extra Ti me on Reading Comprehension Scores for
University Students With and Without Learning Disabilities. Journal of
Learning Disabilities, 1991 24: 104-108.
Savoie-Zacj , L. (2009). L'entrevue semi-dirigée. Article tiré du livre Recherche sociale:
de la problématique à la collecte de données de Benoît Gauthier, Presses de
l' Université du Québec, 2009.
Schiff, R., et Calif, S. (2004, October). An Academie Intervention Program for EFL
University Students With Reading Disabilities. Journal of Adolescent and
Adult Literacy, 48(2), 102- 113 . doi: 10.1598/JAAL.48 .2.2
Schoenbach, R. (2000). The Reading Apprenticeship Framework.
Understanding. San Diego: Academie.
Reading for
Schoenbach, R. , Braunger, J. , Greenleaf, C., Litman, C. (2003). Apprenticing adolescents
to reading in subject-area classroom. Phi Delta Kappan, ( 133-139).
Schoenbach, R. (1999). Reading for understanding: a guide to improving reading in
middle and high school classroom. San Francisco : Jossey-Bass Publishers,
Schumaker, J. B., Deshler, D. D., et McKnight, P. C. (1991). Teaching routines for
content areas at the secondary leve!. In G. Stover, M. R. Shinn, & H. M.
Walker (Eds.), Interventions for Achievement and Behavior Problems (pp.
473-494).
Schumaker, J. B., & Deshler, D. D. (1992). Validation of learning strategy interventions
for students with LD: Results of a programmatic research effort. Dans Y. L.
Wong (Ed.), Contemporary intervention research in learning disabilities: An
international perspective. New York: Springer-Verlag.
Sénécal N. J. (2000). Les élèves ayant des troubles à l'apprentissage au collégial : étude
d'impact. Étude réalisée pour le Service de la recherche et du développement,
pour la Direction de l'enseignement collégial et le Ministère de l'Éducation.
L'Ac-Œil Enr.
Senécal, M-N et Dubé, F. (2007). Réussite au niveau postsecondaire et services d'aide
aux étudiants ayant des troubles d'apprentissage : un état de la question.
Montréal, Québec : Université du Québec à Montréal.
Song, M-1. (1997). Developing reading strategies through Reciprocal Teaching
Method. Seoul National University, Language Research Institute, Seoul,
République de Corée (1965) (Revue). Vol. 33 , n°2, pp. 321-334.
179
Sousa, D.A (200 1). Un cerveau pour apprendre .. . différemment : Comprendre comment
fonctionne le cerveau des élèves en difficulté pour mieux leur enseigner.
Éditions Chenelière Éducation.
Stake (2000). The art of case study research . Sage Publications lnc. 192 pages.
Sturomsky, N. (1997). Teaching students with leaming disabilities to use learning
strategies. NICHCY News Digest, vol. 25, p.2-12.
Swanson, L.J. (1995). Leaming styles : A review of the littérature, ERIC Document ED
387 067 .
Swanson, P.N., et De La Paz, S. (1998). Teaching effective comprehension strategies to
students with learning and reading disabilities. Intervention in School and
Clinic, 33(4), 209-218.
Tinto, V. (1987). Leaving college: Rethinking the causes and cures of student attrition.
Chicago. University of Chicago Press.
Troubles d'apprentissage Associattion canadienne (2005). «Définition officielle des
troubles d'apprentissage». [En ligne]. Disponible: Http://www.ldactaac.ca/defined/ defined new-f.asp
Underwood, T. (1997). On knowing what you know: Metacognition and the act of
reading. The Clearing House,71(2), 77-80.
Vallerand, A, Martineau, S. (2010). Recension des écrits sur le développement
professionnel en enseignement. LADIPE, Université de Trois-Rivières.
Velias, E. (2008). Le socio-constructivisme n'est pas une théorie de l'enseignement!
Université de Genève. [En ligne] Disponible :
www.meirieu.com/FORUM/vellas.pdf
Vermeer, H, Boekaerts, M. et Seegers, G. (2001). Motivational and gender differences:
Sixth grade student's mathematical problem-solving behaviour. Journal of
Educational Psychology. Vol 92(2), p. 308-315.
Vincent, A. (2008) Mon cerveau a encore besoin de lunettes. Éditions Académie Impact,
Canada.
·
Wade, 1990 S.E. Wade, Using think alouds to assess comprehension, The Reading
Teacher , (1990), pp. 442-451. View Record in Scopus Cited By in Scopus
(24)
1
180
Weinstein, C. E., Husman, J. , & Dierking, D. R., (2000). Interventions with a focus on
learning strategies. Tiré de M. Boekaerts, P. R. Pintrich, & M. Zeidner (Eds.),
Handbook ofSe1f-Regulation. (pp. 727-747) San Diego: Academie Press.
Winne, P.H et Perry, N.E (2000). Measuring Self-regulated learning. Handbook of Selfregulation, p. 531 -550.
Wolforth, J. et Roberts, E., (2009) La situation des étudiantes et étudiants présentant un
trouble d'apprentissage ou un trouble de déficit de l'attention avec ou sans
hyperactivité qui fréquentent les cégeps au Québec : ce groupe a-t-il un besoin
légitime de financement et de services ? Québec, MELS, 195 p.
Wolsey, T., Fisher, T. (2009) Learning to predict and predicting to learn. Publié par Allyn
and Bacon, 129 p.
Womack, R.J. (1991 ). The Effects ofThink Aloud on Student Ability to Identify Main
Ideas in Reading Passages. Unpublished EdD Dissertation: University of
Maryland College Park.
Wong (Ed.), Contemporary Intervention Research in Learning Disabilities: An
International Perspective (pp. 22-46). New York: Springer-Verlag.
Wong, B.Y.L, et Jones, W. (1982). 1ncreasing metacomprehension in learning disabled
and normally achieving students through self-questioning training. Learning
Disability Quaterly, vol. 5
Xu, J. & Corno, L. (1998). Case studied of families doing third-grade homework.
Teachers College record, Vol. 100, p. 402-436 .
Yin, R. K. (2003) Case Study Research, 3rd edn. London, England: Sage Publications.
Zimmerman, B.; Greenberg, D.; Weinstein, C. (1994). Self-regulating academie study
ti me: A strategy approach. Issues and educationa1 app1 ications, p.l81-199.
Zimmerman, B.; Bonner, S.; Kovach, R. (1996). Goal 1: Understanding the principles of
self-regulated learning. American Psychological Association. [En 1igne]
Disponible: http://www.apa.org/books
Zimmerman, B.J., & Kitsantas, A.(2005). The Hidden dimension of persona! competence:
Self-Regulated Learning and Practice. Dans A. J. Elliot and C. S. Dweck
(Eds.), Handbook of Competence and Motivation (pp. 204-222). New York:
Guilford Press.
Téléchargement
Explore flashcards