Observance des antibiotiques

publicité
OBSERVANCE DES ANTIBIOTIQUES
Présentée par :
Maguy Abou Selwan et Latifé Kiréjian
Pharmacie de L’HDF
PLAN

Rôle du Clin dans le bon usage des antibiotiques à l'hôpital

Dispositions relatives à la prescription des antibiotiques
1.
2.
3.
4.

Organisation générale de la prescription des antibiotiques
à l'hôpital
Modalités de prescription destinées à prévenir l'émergence
de bactéries résistantes
Rôle des acteurs hospitaliers dans le bon usage
des
antibiotiques
Information et formation
Etudes pratiques et interventions pharmaceutiques en
antibiothérapie
INTRODUCTION
Depuis que les antibiotiques (AB) sont utilisés, la résistance
des bactéries à ces médicaments n'a cessé d'augmenter
 Cette évolution a été particulièrement spectaculaire
depuis une vingtaine d'années
 La prévalence de la résistance bactérienne aux AB:

Est devenue préoccupante dans les établissements de soins
 A induit des infections plus graves amenant à prescrire
largement les quelques molécules encore actives, souvent les
plus récentes et/ou de spectre étendu


Conséquences de ces pratiques: favoriser l'émergence de
nouvelles résistances et de plus, induire des surcoûts

Nécessité de prévoir des stratégies pour bien gérer et
contrôler l’utilisation des AB
RÔLE DU CLIN DANS LE BON USAGE DES AB À L'HÔPITAL
• Le Clin est chargé de:
Promouvoir et de veiller au bon usage des AB
 Suivre l’évolution de la résistance des bactéries aux AB
 Mettre en place des enquêtes d'utilisation et un suivi de la
consommation des AB
 Veiller à faire des audits réguliers sur l’utilisation des AB


Politique de l'établissement de santé:
Réunions régulières consacrées aux antibiotiques, ou
 Délégation à une sous-commission: « commission des
antibiotiques »

ROLE DU COMITE DES AB A L'HOPITAL
Commission des AB:
• Structure:
Comprend au minimum:
 Un pharmacien
 Un microbiologiste
 Un médecin du service des maladies infectieuses
 Un représentant de l'unité d'hygiène hospitalière
 Un clinicien des services de soins les plus gros
consommateurs d‘AB
RÔLE DU COMITE DES ANTIBIOTIQUES À L'HÔPITAL
Commission des AB:
• Principales actions { mettre en œuvre:





Etablir la liste des AB admis à l'hôpital et la réactualiser
Etablir la liste des AB à dispensation contrôlée et proposer
les modalités de sa mise en application
Veiller à la diffusion régulière des informations relatives aux
consommations, aux coûts et aux nouveaux AB approuvés
Etudier la consommation des AB au regard de la résistance
bactérienne
Participer à l'élaboration, la mise en place et l'évaluation des
protocoles d'antibiothérapie dans les services cliniques
DISPOSITIONS RELATIVES À LA PRESCRIPTION DES AB 1/4
1- Organisation générale de la prescription des AB
Le but de ces dispositions: favoriser la qualité des
prescriptions des AB et leur surveillance:
• Prescription nominative:
Datée et signée lisiblement par le médecin prescripteur
 Portant le nom du malade, la morbidité, le poids, l’âge… et
la durée prévisionnelle du traitement

• Informatisation de la prescription:
Pour garantir la traçabilité, la surveillance et
l'analyse des consommations
DISPOSITIONS RELATIVES À LA PRESCRIPTION DES AB
1- Organisation générale de la prescription des AB
• Choix de l’antibiothérapie
Différentes techniques permettent d'améliorer le choix
initial de l'antibiothérapie
Rédaction de recommandations par type d'infection
 Dispensation des AB réservés à certaines indications suite à
une justification écrite (renseignements cliniques : choc
septique, aplasie fébrile, méningite…)
 Appel à un médecin référent pour la validation de certaines
prescriptions: AB particuliers, associations douteuses…
 Réévaluation entre le 3ème et le 5ème jour de la prescription
dans le cadre des antibiothérapies probabilistes pour la
poursuite du traitement ( infectiologue ou médecin référent)

1/4
DISPOSITIONS RELATIVES À LA PRESCRIPTION DES AB
1- Organisation générale de la prescription des AB
• Durée de l’antibiothérapie
Une attention particulière doit être portée à la durée
utile de l'administration des antibiotiques

Ordonnances à durée limitée pour certaines indications:
2 jours en prophylaxie,
 3 à 5 jours en situation probabiliste,
 7 à 10 jours pour une indication documentée,


Le comité des AB devrait déterminer la stratégie la plus
adaptée à la situation locale
1/4
DISPOSITIONS RELATIVES À LA PRESCRIPTION DES AB
2 - Modalités de prescription pour prévenir l'émergence
de bactéries résistantes
 Recommandations concernant l'antibiothérapie curative:
 Respecter les posologies et les rythmes d'administration
pour assurer des concentrations appropriées au site de
l'infection et, faire attention à éviter le sous dosage

Préférer pour les antibiotiques à activité comparable ceux
qui induisent moins la résistance

Limiter la durée totale du traitement par:
une réévaluation du choix initial entre le 3e et le 5e jour
 La justification du bien fondé de la prolongation du traitement
au delà de 10 jours

2/4
DISPOSITIONS RELATIVES À LA PRESCRIPTION DES AB
2-Modalités de prescription pour prévenir l'émergence
de bactéries résistantes
 Recommandations relatives aux associations des AB:
 But de l'association des AB :
l'obtention d'un effet bactéricide accru (effet synergique)
 l'élargissement du spectre anti-bactérien


L'efficacité « douteuse » des associations d‘AB:
soit mal documentée
 soit basée sur des études in vitro ou sur les animaux


Réévaluation des associations dans les traitements d’urgence
d’infections sévères non documentées
2/4
DISPOSITIONS RELATIVES À LA PRESCRIPTION DES AB
2 - Modalités de prescription pour prévenir l'émergence
de bactéries résistantes
 Recommandations concernant l’antibioprophylaxie chirurgicale
 Respecter les indications et les schémas validés
 Respecter les règles d'administration: injection intra-veineuse 1
à 2 h avant l'incision cutanée, en pratique au moment de
l'induction anesthésique
 Utiliser une dose unitaire adéquate et jamais inférieure à la dose
thérapeutique standard
 Respecter la durée: le plus souvent limitée à celle de l'acte
opératoire, parfois de 24 heures et ne dépassant jamais 48
heures
2/4
DISPOSITIONS RELATIVES À LA PRESCRIPTION DES AB
3 - Rôle des acteurs hospitaliers dans le bon usage des
antibiotiques
 Le laboratoire de microbiologie
 Existence d'un laboratoire de microbiologie et d'un biologiste
qualifié en bactériologie.
 Implantation d'un système d'information médicale pour la
gestion des dossiers patients et la surveillance
épidémiologique
 Des procédures internes et externes de contrôle de qualité des
techniques de détection des résistances bactériennes.
 Des informations relatives aux résistances, considérées comme
des indicateurs pertinents, seront communiquées au CLIN, au
comité des AB, et aux services cliniques
 Suivi de la consommation des AB par rapport à la résistance
aux AB
3/4
DISPOSITIONS
RELATIVES À LA PRESCRIPTION DES AB 3/4
3 - Rôle des acteurs hospitaliers dans le bon usage des
antibiotiques
• Le service de pharmacie

Gestion, approvisionnement, détention
 La pharmacie



Assure les AB admis par le Comité du Médicament en concertation avec
le CLIN
Veille à assurer la continuité des traitements
Dispensation
 Les AB doivent être prescrits sur ordonnance nominative
 La pharmacie dispense les AB après analyse pharmaceutique de
l'ordonnance: posologie, rythme et voie d'administration...
 Pour les AB à distribution contrôlée, la pharmacie doit pouvoir
s'assurer
de la conformité de la prescription avec les
recommandations du Clin
DISPOSITIONS RELATIVES À LA PRESCRIPTION DES AB 3/4
3 - Rôle des acteurs hospitaliers dans le bon usage des
antibiotiques
• Le service de pharmacie

Information
 En liaison avec le CLIN, la pharmacie doit fournir et
actualiser




Mise en place d'un système d'information permettant le
suivi et l'analyse des consommations d‘AB, les données:



la liste des AB disponibles
les recommandations de bonnes pratiques d'administration
les coûts de traitement journalier
Sont exprimées en coûts, volume, ou journées de traitement
et croisées avec des données relatives à la résistance
bactérienne
Permettent de détecter des consommations inhabituelles et
d'en analyser les raisons
Mise en place d’un programme informatique
DISPOSITIONS RELATIVES À LA PRESCRIPTION DES AB 3/4
3 - Rôle des acteurs hospitaliers dans le bon usage des AB
• Le service de pharmacie

Évaluation

Pharmaco-épidémiologique, pharmaco-économique, et de
pharmacovigilance

Pratiques de prescription visant à promouvoir le bon usage
des AB

Protocoles d’antibioprophylaxie
(évaluation périodique)
et
d’antibiothérapie
DISPOSITIONS RELATIVES À LA PRESCRIPTION DES AB 3/4
3 - Rôle des acteurs hospitaliers dans le bon usage des
antibiotiques
• Les services cliniques
Participer à établir des protocoles en collaboration avec le
Clin
 De tels protocoles sont indispensables en premier, dans les
services:
 Fortement utilisateurs d‘AB: chirurgie et hématologie
 Des Urgences : nombreux prescripteurs
 A risque élevé de résistance bactérienne: Réanimation,
long et moyen séjours

DISPOSITIONS RELATIVES A LA PRESCRIPTION DES AB 4/4
4 - Information et formation
1 – Coordination des informations:
Les informations produites par le laboratoire de
microbiologie, la pharmacie et les services cliniques,
devraient être centralisées au Clin pour :
Surveiller l'incidence des résistances et analyser les facteurs
favorisants
 Présenter une synthèse de ces informations au Conseil
Médical, au moins une fois par an
 Diffuser régulièrement ces informations à l'ensemble des
personnes concernées

DISPOSITIONS RELATIVES A LA PRESCRIPTION DES AB 4/4
4 - Information et formation
2 - Les programmes de formation des professionnels de
santé
 Formation initiale: enseignements sur l'épidémiologie, la
surveillance et les moyens de la maîtrise de la résistance
bactérienne
 Formation interne: information sur l'épidémiologie locale et
la politique AB de l'établissement
 Cette formation se situe à plusieurs niveaux:

Etudiants en médecine et en pharmacie, aux infirmières
Autres professionnels (administration, responsables des soins
infirmiers)
 Médecins et référents

DISPOSITIONS RELATIVES A LA PRESCRIPTION DES AB 4/4
4 - Information et formation
3 - Les firmes pharmaceutiques
 Le Clin doit s'assurer que l’information fournie par les firmes
soit conforme et en accord avec les recommandations de
l'hôpital
 Différentes formules sont envisageables : des réunions des
membres du Clin avec des représentants des firmes
pharmaceutiques concernées
4 – Résultats d'enquêtes
La réalisation et la communication des résultats d'enquêtes
sur les pratiques en antibiothérapie, les audits cliniques et le
monitorage de médicaments cibles…., contribuent à
améliorer la qualité de la prise en charge des infections
bactériennes
DISPOSITIONS RELATIVES A LA PRESCRIPTION DES AB 4/4
4 - Information et formation
5 – Observance de la résistance bactérienne aux AB sur le
plan national
 Disposer au plan national de données représentatives et
valides sur l'épidémiologie de la résistance aux AB des
principales espèces bactériennes

Disposer de moyens informatiques et humains suffisants
pour regrouper les informations recueillies par les
laboratoires de bactériologie hospitaliers et de ville, les CLIN

Une fois regroupées et analysées, ces informations
devraient permettre de connaître et de dégager les
tendances évolutives et d'identifier les phénomènes
épidémiques
OBSERVANCE
DES
AB
Quelques exemples pratiques d’études
et d’interventions pharmaceutiques
en antibiothérapie
Que peut faire le Pharmacien à
l’hôpital ?
2005: Article R 4235-48
« en fonction des moyens humains disponibles à la
pharmacie et des priorités identifiées en matière
d'analyse
....compte
tenu
des
éléments
raisonnablement disponibles »
CONTRAINTES

Manque d’un système d’informatique adéquat:






Prescription non informatisée
 Analyse pharmaceutique
Consommation des AB: en coût , DDD et jours de traitement
Nombre de patients / patients avec ABthérapie
Nombre de journées d’hospitalisation
Nombre d’ordonnance d’AB /jour
Accès aux données de laboratoires : biochimiques et
microbiologiques
Hôpitaux polyvalents avec toutes les spécialités en
médecine et chirurgie
 Personnels insuffisants
 …..

ANTIBIOTIQUE A L’HDF: TRAVAIL DU PHARMACIEN
En amont:
1. Choix du bon médicament (AB):
o Qualité de l’AB: critères de choix du générique ou princeps
o Limiter les spécialités
2. Création des prescriptions d’AB: «Ordonnance
Médicale »
Description, dose, forme galénique, voie d’administration ,
durée du traitement …
3. AB à prescription réservée
o Sélection des AB à prescription restrictive avec
l’infectiologue et le microbiologiste (CLIN)
o Création de la « Demande d’antibiotiques à prescription
réservée »
ANTIBIOTIQUE A L’HDF: TRAVAIL DU PHARMACIEN
En amont:
4. Rédaction des protocoles avec l’infectiologue et le
microbiologiste (CLIN)
o Antibioprophylaxie
o Antibiothérapie
5. Rédaction de guides pratiques d’utilisation des AB:
o Utilité importante pour infirmière
o Reconstitution , dilution , stabilité, conservation, mode
d’administration ….
6. Guides d’adaptation posologique des AB en cas
d’insuffisance rénale et hépatique
7. Fiche technique / protocole d’administration
ANTIBIOTIQUE A L’HDF: TRAVAIL DU PHARMACIEN
En aval:
1. Analyse pharmaceutique des prescriptions d’AB:
o La posologie journalière
o Dose maximale par 24h
o Association des AB
o Ajustement de la posologie en cas d’insuffisance rénale
o Interaction : Imipenem et Gancyclovir
2. Garantir une dispensation de qualité au malade:
o Dans la meilleure forme,
o Au meilleur moment
o Avec le conseil adéquat
o En conformité au regard de la prescription
ANTIBIOTIQUE A L’HDF: TRAVAIL DU PHARMACIEN
En aval:
3. Évaluation du respect des procédures et des
protocoles lors des prescriptions
o
o
o
Audit sur la rédaction des prescriptions d’AB
Audit sur les protocoles d’antibioprophylaxie (Clin)
Audit sur la dispensation des AB (à prescription
réservée)
4. Suivi et analyse de la consommation des AB
o
o
Suivi mensuel en volume et coût pour tous les AB
Suivi mensuel en jour de traitement pour les AB à
prescription réservée
ANTIBIOTIQUE A L’HDF: TRAVAIL DU PHARMACIEN
En aval:
5. Surveillance des effets indésirables imputables
aux AB
o
Fiche de signalement d’effets indésirables
6. Diverses études sur les AB
o
o
o
Consommation de Teicoplanine Vs. Vancomycine
Adaptation de la posologie des AB chez les patients
avec insuffisance rénale
Consommation des quinolones par voie
intraveineuse Vs. Voie orale
INTERVENTION PHARMACEUTIQUE
Définition:
« toute proposition de modification de la
thérapeutique médicamenteuse initiée par le
pharmacien »; Elle comporte:
 l’identification,
 la prévention, et
 la résolution des problèmes liés à la
thérapeutique médicamenteuse.
ETUDES ET INTERVENTIONS
1. « Impact de l’intervention pharmaceutique sur
l’évolution des consommations d’antibiotiques » ;
N.Kdouh, B.Bro, B.Lagraulet, MA.Urbina

Etude faite en 2005 par le Service de Pharmacie au Centre
Hospitalier , Valenciennes :

« L’amélioration de la qualité des soins et la promotion du bon
usage des AB font partie du programme de lutte contre les
infections nosocomiales 2005-2008 annoncé par le Ministère
de la Santé (France) »
ETUDES ET INTERVENTIONS
1. « Impact de l’intervention pharmaceutique sur
l’évolution des consommations d’antibiotiques »

Objectif:
 Evaluer l’impact des interventions du Pharmacien sur la
consommation des AB (indicateur de performance)
 Analyser l’évolution des consommations suite à la mise en
œuvre de modifications de modalités de dispensation
nominative stricte

Résultats:
 Diminution de 17.3% de la consommation des molécules
prescrites et dispensées nominativement
ETUDES ET INTERVENTIONS
2. « Intervention du pharmacien dans l’adaptation des
posologies d’antibiotiques chez le patient
insuffisant rénal de plus de 60 ans » ;
M.Bellocq, C.Pingaud, S.Morice Iaria, P.Avot, C.Pitré.

Etude faite en 2006 par le Service de Pharmacie au Centre
Hospitalier Laennec, Creil

Matériel et méthode:
o Durée: un mois
o Patients de plus de 60 ans
o Nombre d’ordonnances: 173
o Nombre de patients ayant une clairance à la créatinine
< 50ml/min : 74
ETUDES ET INTERVENTIONS
2. « Intervention du pharmacien dans l’adaptation des
posologies d’antibiotiques chez le patient insuffisant
rénal de plus de 60 ans » ;
•
Résultats:
o Adaptation réalisée par le prescripteur pour 28% des
patients
o Après intervention du pharmacien (pour 72% des cas):
• 34% des ordonnances ont été modifiées
• Dans 38% des cas le médecin à maintenu les doses
initiales
o Dans le cas des AB néphrotoxiques (amikacine,
gentamicine, tobramycine, vancomycine), la posologie
était toujours adaptée
ETUDES ET INTERVENTIONS
2. « Intervention du pharmacien dans l’adaptation des
posologies d’antibiotiques chez le patient insuffisant
rénal de plus de 60 ans » ;
•
Conclusion:
•
Dans un cas sur cinq, le médecin avait tenu compte de
l’insuffisance rénale
•
L’intervention du pharmacien a permis le changement de
posologie d’un AB sur deux
•
L’accès par le pharmacien aux données biochimiques permet
d’améliorer l’analyse des prescriptions d’AB
•
Le pharmacien peut ainsi participer à prévenir l’iatrogénie
médicamenteuse
ETUDES ET INTERVENTIONS
3. « Pharmacist interventions on antibiotic use in
inpatients with respiratory tract infections in chinese
hospital» ;
J.Shen, Q.Sun, X.Zhou- Int J Clin Pham (2011) 33:929-933
Objectif:
Evaluer l’impact des interventions du pharmacien sur l’utilisation
des AB chez des patients hospitalisées pour infections respiratoires
 Méthodologie:
 Lieu: affilated hospital of Nanjing University of Chinese Medicine
 Période de l’étude: 10 mois de juillet 2009 à avril 2010
 Patients inclus: 436 patients avec infections respiratoires:

infections des voies respiratoires hautes, bronchite aiguë, pneumonies
communautaires, exacerbation aiguë de bronchite chronique, exacerbation aiguë de
maladie pulmonaire obstructive chronique…
ETUDES ET INTERVENTIONS
3. « Pharmacist interventions on antibiotic use in
inpatients with respiratory tract infections in chinese
hospital» ;

Méthodologie:
 Déroulement de l’étude:

2 services de soins des infections respiratoires avec 354
patients éligibles

Un groupe «contrôle», 178 patients: traitement sans
intervention du pharmacien

Un groupe «intervention», 176 patients: traitement avec
intervention du pharmacien auprès du médecin
ETUDES ET INTERVENTIONS
3. « Pharmacist interventions on antibiotic use in
inpatients with respiratory tract infections in chinese
hospital» ;

Méthodologie:
 Domaines des interventions:
1. Indication: AB utilisé avec indication adéquate
2.
3.
4.
5.
6.
Choix de l’AB et les associations
Dosage : forte dose parfois non nécessaire
Posologie et intervalle de prise
Durée du traitement
Conversion de la voie intraveineuse à la voie orale
ETUDES ET INTERVENTIONS
3. « Pharmacist interventions on antibiotic use in
inpatients with respiratory tract infections in chinese
hospital»
 Résultats:

Coût total d’hospitalisation:
$1442.3 ±684 (GI) vs.$1729.6 ± 773 (GC), P<0.001

Coût des antibiotiques utilisés:
$832 ±373 (GI) vs.$943 ± 412 (GC), P=0.01

Durée du séjour à l’hôpital:
14 ±6.2 (GI) vs. 15.8 ± 6 jours (GC), P=0.03
Int J Clin Pharm - December 2011, Volume 33, pp 929-933
ETUDES ET INTERVENTIONS
3. « Pharmacist interventions on antibiotic use in inpatients
with respiratory tract infections in chinese hospital» ;
 Résultats:

6 domaines des interventions: les scores pour les 6 domaines de
l'utilisation des antibiotiques inappropriés étaient tous plus bas
dans le groupe intervention que dans le groupe témoin
Int J Clin Pharm - December 2011, Volume 33, pp 929-933
ETUDES ET INTERVENTIONS
3. « Pharmacist interventions on antibiotic use in inpatients
with respiratory tract infections in chinese hospital»

Conclusion:
L’intervention du pharmacien peut

Influencer positivement les comportements
médecins lors de la prescription d’AB
des

Conduire à la réduction de la durée de l'hospitalisation
des patients et le coût des soins de santé.
ETUDES ET INTERVENTIONS
4. « Adjust doses of antibiotics in acute renal failure:
the role of hospital pharmacist»
J.E.Poquet-Jornet, A. Munilla…Eur J Hosp Pharm 2012;19:190

Objectif:
Evaluer les recommandations de la Pharmacie concernant
l’ajustement de la dose des antibiotiques chez les patients ayant
une créatinine sérique > 1.2mg/dl

Méthodologie:
 Période de l’étude: du 1er avril au 15 septembre 2011
 Lieu de l’étude: Hôpital Denia, hôpital Dr Moliner - Spain
 Les pharmaciens ont revu toutes les prescriptions contenant:
Amoxicilline + ac clavulonique, Lévofloxacine,
Gentamycine, Tobramycine et Amikacine

Vancomycine,
Un ajustement de la dose des AB est effectué si le GFR <
60ml/min
ETUDES ET INTERVENTIONS
4. « Adjust doses of antibiotics in acute renal failure:
the role of hospital pharmacist»

Résultats:
L’ajustement de la dose des AB était requis dans 2.4%
des cas
 Toutes les recommandations des pharmaciens ont été
acceptées


Conclusion :

L’intervention
du
pharmacien
a
amélioré
l’antibiothérapie des patients ayant une insuffisance
rénale aiguë
ETUDES ET INTERVENTIONS
5. « Adaptation de la posologie des antibiotiques chez
les patients ayant une insuffisance rénale { l’HDF»
•
Etude faite en 2012 par le Service de Pharmacie à
l’Hôtel Dieu de France :
Pharmaciens :
Maguy Abou Selwan et Latifé Karam Kiréjian
Résidentes en Pharmacie :
Jennifer Audi, Joanna Nabhan, Lucine Halépian, Marie Menassa,
Rhéa Saad et Zeina Abou Rahal
ETUDES ET INTERVENTIONS
5. « Adaptation de la posologie des antibiotiques chez
les patients ayant une insuffisance rénale { l’HDF»
• Matériel et méthode:
o
o
Durée: un mois , du 7 Mai au 7 Juin 2012
Services concernés: tous les services de soins de l’HDF, sauf
services de Pédiatrie et maternité
Accès aux résultats de Biochimie: « Liste des patients ayant
des valeurs anormales aux Labo, malades hospitalisés,
BILAN RENAL »
Patients éligibles: ayant une valeur de la créatinine en
dehors de la fourchette normale:
o
o
o
o
Valeur normale pour la femme: 52 à 98 µmol/L
Valeur normale pour l’homme: 62 à 114 µmol/L
ETUDES ET INTERVENTIONS
5. « Adaptation de la posologie des antibiotiques chez les
patients ayant une insuffisance rénale { l’HDF»
• Matériel et méthode:
Calcul de la clairance à la créatinine selon la formule de
Cockroft & Gault: < 50ml/min :
o
o
o
o
o
o
CLcr : L'estimation de la clairance de la créatinine en ml/min
Cr : La créatinémie en µmol/l ;
Âge : L'âge en années ;
Poids : la masse corporelle en kg ;
k : coefficient qui vaut 1,23 chez l'homme et 1,04 chez la
femme
ETUDES ET INTERVENTIONS
5. « Adaptation de la posologie des antibiotiques chez les
patients ayant une insuffisance rénale { l’HDF»
• Matériel et méthode:
o Prescription des AB sur « Ordonnance médicale »
o
Identification des antibiotiques concernés: « Liste
des antibiotiques nécessitant une adaptation de
dose en cas d’insuffisance rénale »
o
Modification de dose: Tableau: « Adaptation de dose
des antibiotiques en cas d’insuffisance rénale »
o
Recueil des données
ETUDES ET INTERVENTIONS
5. « Adaptation de la posologie des antibiotiques chez les patients ayant
une insuffisance rénale à l’HDF»
•
Résultats:
600
470
500
400
300
200
109
100
23.2%
0
Nb total des patients
Nb des patients avec IR
Nombre de patients avec Insuffisance rénale Vs. nombre total de
patients avec antibiothérapie
ETUDES ET INTERVENTIONS
5. « Adaptation de la posologie des antibiotiques chez les patients ayant
une insuffisance rénale à l’HDF»
•
900
Résultats:
810
800
700
600
500
400
300
201
200
100
24.8%
0
Total AB
AB chez IR
Nombre d’AB chez les patients avec Insuffisance rénale vs.
nombre total d’AB chez patients avec antibiothérapie
ETUDES ET INTERVENTIONS
5. « Adaptation de la posologie des antibiotiques chez les patients ayant
une insuffisance rénale à l’HDF»
•
220
Résultats:
201
159
170
120
79%
120
75%
70
39
24,8%
19,6%
14,8%
20
25%
4,8%
-30
AB chez IR
AB nécessitant
un ajustement
AB ajusté par
médecin
AB à corriger
par pharmacien
ETUDES ET INTERVENTIONS
5. « Adaptation de la posologie des antibiotiques chez les patients ayant
une insuffisance rénale à l’HDF»
•
Résultats:
50
45
39
40
30
35
30
25
20
15
77%
9
10
23%
5
0
AB à corriger par
pharmacien
ajustement accépté
ajustement non accépté
ETUDES ET INTERVENTIONS
5. « Adaptation de la posologie des antibiotiques chez les patients
ayant une insuffisance rénale à l’HDF»
• Conclusion:
Le pharmacien peut jouer un rôle important dans:
• L'optimisation de l'utilisation des AB
• La sensibilisation des médecins pour
l’adaptation de la posologie des AB en cas
d’insuffisance rénale
INTERVENTIONS PHARMACEUTIQUES: Quelques exemples à
L’HDF
1. Dose
 Posologie incorrecte
•
Teicoplanine 10mg/kg/j = 540mg /j, (dose chez
enfant <12 ans), or le patient 16 ans et la
posologie: 6mg/kg/j ou 400mg/24h
•
Amoxiclav per os 1g/6h : changement à 1g/8h
•
Métronidazole per os 2x500mg/12h: changement
à 500mg/8h
•
Tarivid IV 400mg/8h: changement à 400mg/12h
INTERVENTIONS PHARMACEUTIQUES: Quelques exemples
à L’HDF
1. Dose
 Posologie inadaptée:
•
Insuffisance rénale (IR) :
•
•
•
Patient avec Cl créat 21,7 ml/min et prenait Tazocine 4.5g
IV /8h , changement par le pharmacien à 2.25 g/8h
Patient avec Cl créat: 26ml/min et Augmentin inj 1.2g
IV/8h, changement à 1.2g/12h
Insuffisance hépatique
•
Patient avec bilan hépatique perturbé (enzymes
hépatiques très élevées), prenait Tygacil 50mg/12h,
changemnt à 25mg/12h
INTERVENTIONS PHARMACEUTIQUES: Quelques exemples
à L’HDF
1. Dose
 Rythme , fréquence et durée d’administration
inadaptés:
• Fluconazole IV à 100mg/12h: changement à
200mg/24h en une seule prise
•
Aminosides : une prise par jour
•
Antibioprophylaxie: durée de 48h
INTERVENTIONS PHARMACEUTIQUES: Quelques exemples
à L’HDF
2. Voie d’administration inadaptée:
 Relai de la voie Intraveineuse à la voie orale:
• Quinolones : un patient ayant comme traitement
Tavanic 500mg iv/j, il n’est pas NPO. Relais par
voie orale proposé et accepté à la dose de 500mg,
1 comp/j
 Choix de la voie d’administration:
• Vfend IV chez un patient ayant une IR sévère:
accumulation de l’excipient(SBECD) ,
recommander la forme orale
INTERVENTIONS PHARMACEUTIQUES: Quelques exemples
à L’HDF
3. Association incorrecte ou sans intérêt
 Association sans intérêt:
• Patiente avec plaie sternale : vancomycine +
Imipenem puis + amoxiclav, arrêt de l’amoxiclav
 Erreur non intentionnelle:
• Patient prenait Tazocine, Imipenem débuté sans
arrêter Tazocine , changement: arrêt Tazocin
INTERVENTIONS PHARMACEUTIQUES: Quelques exemples
à L’HDF
Impact des interventions pharmaceutiques sur
l’utilisation des AB
•
•
•
Diminution du % des patients avec un surdosage
d’AB (Evans et al 1999 )
Diminution du % des patients avec insuffisance
rénale (Welty et al 1999 )
Diminution de la durée d’hospitalisation (Sveska et al
1985, Gentry et al 2000, McLaughlin et al 2005 )
•
•
Diminution de la durée des traitements par AB en
intraveineuse (Martinez et al 2000)
Diminution du coût de l’antibiothérapie (Bailey et al
1997, Gross et al 2001, Ansari et al 2003)
INTERVENTIONS PHARMACEUTIQUES: Quelques exemples
à L’HDF
Impact des interventions pharmaceutiques sur
l’utilisation des AB
•
•
•
•
Diminution de l’utilisation et de la consommation
des AB (Ansari et al 2003)
Diminution du taux de mortalité (Gentry et al 2000 )
Diminution du % de traitements d’AB inappropriés
arrêtés au jour J< 5 (Feucht et al 2003)
Diminution du nombre de prescriptions d’AB avec
contre-indications chez certains patients (Shaffner et
al )
CONCLUSION ET PERSPECTIVES

Créer un comité d’AB à l’échelle nationale pour
mettre en place une véritable politique
antibiotique

Elaborer des recommandations après analyse de
la littérature disponible et concertation entre
professionnels

Rédiger des protocoles rigoureux et pertinents
au niveau des établissements de santé
CONCLUSION ET PERSPECTIVES

Une meilleure connaissance nationale des
consommations d‘AB, l'impact des politiques
d'utilisation des AB et la détection précoce des
nouvelles résistances devraient faire l'objet de
travaux prioritaires

Un effort synergique entre les différents
professionnels est indispensable au succès

Par souci de cohérence et d'efficacité, bien gérer
la prescription des AB en médecine de ville
Merci de votre attention
Questions ?
Téléchargement
Explore flashcards