Les aviateurs anglais Dans le secteur nord, les

publicité
4" Année — N° 1119 — 7
M arda
18 Janvier 1944
Prix de vente : I frewe
\Y,
L'ECHO DE NANCY
L'Ârgenflwendwt
|
LA VILLE D»
SAN JUAîi
dévastée j
anglais
aviateurs
Les
LES MINISTRES par un tremblement^
HARCÈLENT Dans le secteur nord, les Soviets se heurtent se sont réunis hier de terre
SUR
LE
FRONT
DE
L'EST
Is nord et le nord-ouest A UNE SOLIDE DÉFENSE ALLEMANDE
de la France
20 tués, nombreux blessés
Paris, 17 janvier. — Dans la journée de vendredi, l'aviation anglaise
a, de nouveau, bombardé violemment
et à plusieurs reprises diverses localités du Nord-Ouest de la France.
Dans une seule commune, on compte
neuf morts et trois blessés.
Le même jour, vers 18 heures, des
anglo-américains,
en
bombardiers
trois vagues, ont lancé une centaine
de bombes sur plusieurs autres communes du Nord-Ouest. Quatre personnes ont été tuées et plusieurs biesSamedi, des bombardiers britanniques ont encore lâché des bombes
sur un vaste périmètre du Nord de
la France, où une quinzaine de villages, presque entièrement détruits et
évacués déjà depuis quelques semaines, ont reçu une importante quantité d'explosifs.
Dans deux localités, on compte actuellement sept morts, ainsi qu'une
dizaine de blessés graves, et l'on craint
que plusieurs personnes portées disparues ne soient enfouies sous les
ruines.
Banditisme
Dix malfaiteurs condamnés à mort
sont exécutés
ANGOULÈME. —
Il y a quelques
mois, un policier de la sûreté de
Bordeaux, M. André Gelerier, était
abattu de deux balles de pistolet
dans un café d'Angoulèmè, alors
qu'il poursuivait un dangereux chef
auteur
de
de bande communiste,
nombreux attentats. L'arrestation du
bandit permit aux enquêteurs de déterroriste
couvrir une organisation
et un important trèfle d'armes diverses. Les membres de la bande,
jugés à Angoulême — après avoir
fait des aveux complets — ont été
condamnés à la peine de mort. Dix
d'entre eux viennent d'être exécutés.
De nouvelles et nombreuses arrestations ont été opérées ces jours derniers.
GRENOBLE. — Le cadavre de M.
René Guibert, négociant à Grenoble,
a été découvert dans la banlieue de
Grenoble On suppose que M. Guibert
qui n'avait pas reparu à <w>n domicile
depuis vendredi soir, a été entraîné
dans cette région déserte et exécuté
sur place. Par ailleurs, M. Couchey,
boucher aux halles centrales de Grenoble, se tenait devant son étal et
était- en train de découper 'es tickets
devant une file de clients, lorsque,
soudain, un jeune homme'fendit la
foule et tira quatre balles de revolver sur le boucher qui s'écroula mortellement atteint.
Saint-Mesmin,
vers
DIJON. — A
20 h. 30, M. Bénigne Contet, 37 ans,
cultivateur, qui regagnait son domicile, a été tue à cinquante mètres de
celui-ci, dans la rue. par deux coups
de revolver. Les trois individus, auteurs de l'agression, ont pris la fuite.
— A Geyrey-Chambertin, on a découvert, le matin, à 6 h. 30, les cadavres de deux habitants du pays,
MM. Bernard Thomas, 23 ans, plombier, et André Blanchot, 21 ans, caviste, tous deux abattus à coups de
mitraillette.
câajl
7/
77
7?
$
«
Z<
Zi
lî
7Z
7?
77
77
77
Z7
y,
Z<
72
72
7?
77
77
77
77
y
72
7/
77
77
77
77
y
Z<
72
72
7?
77
77
77
Z7
?2
22
j&uh/
/pub/.»»
Les milieux polonais émigrés à
Londres ont publié une note au
sujet de la situation dans laquelle
les ont placés les revendications
soviétiques. Cette note, rédigée
d'un ton conciliant, vient d'êtret
selon l'agence Tass, repoussée
avec brutalité par le gouvernement soviétique.
En Angleterre et en Amérique,
on estime d'ailleurs que la puissance militaire des Soviets est
trop grande pour qu'en cas de
victoire, il soit possible aux Anglo-A mértcains de s'opposer à
leurs revendications. On estime,
d'autre part, que Londres et
Washington ont donné, les premiers, F exemple en trahissant la
Charte de l'Atlantique.
Enfin, l'agence Reuier estime
que les Soviets ont des droits sur
la Pologne puisque ce sont leurs
troupes qui ont fourni l'effort de
guerre.
En septembre 1942, M. Eden
déclarait « que la Grande-Bretagne était librement entrée en
guerre p>our sauvegarder l'intégrité du territoire polonais ». En
janvier 1944, les soldats anglais
et américains combattent donc
pour un but de guerre qui était,
il y a quatre ans, un motif de
guerre.
Il est désormais impossible de
nier la volonté des Soviets de
bolcheviser
l'Europe
_
et le rôle de fourrier [ÉC rm r«
que les An glo-A méri- «"[«yB
cains jouent dans cette
opération.
SOUS LA PRESIDENCE
DU CHEF DE L'ÉTAT Plus de S.000 morts
{
Berlin, 17 janvier. — M. Martin
Hallensleben, rédacteur diplomatique du D.N.B., fait ressortir qu'à
la suite du piétinement de l'offensive soviétique dans les secteurs
sud et central du front de l'Est, la
grande bataille d'hiver a gagné —
comme on s'y attendait — la région
nord. Le journaliste allemand écrit
à ce sujet :
Le calme relatif qui régnait dans
ce nouveau secteur et le fait qu'il
commençait d s'y dessiner un danger croissant pour l'ensemble des
opérations des Bolcheviks devait,
tôt ou tard, obliger leur commandement à tenter de mettre fin à un
tel état de choses.
Du côté allemand, on y était préparé depuis longtemps. Dans ces
régions, nouvellement englobées
dans la bataille d'hiver, la Wehrmacht dispose de troupes bien
reposées, occupant des positions
parfaitemnt aménagées. L'ennemi
s'y heurtera à une défense allemande des plus solides.
La nouvelle attaque bolchevique
a porté sur trois points :
1° Dans le secteur au nord-ouest
du lac Ilmen, en direction de Novogorod où les rouges tentent de
percer.
2° En partant de la région d'Oranienbaum, dans le but — que Von
peut déceler'de prime abord — de
« fixer » à cet endroit les forces
de la Wehrmacht.
30 Au sud de Leningrad, comme
l'indique le communiqué officiel
allemand du 16 janvier.
La frontière des Etats Baltes est
vraisemblablement le but commun
de ces opérations.
Les milieux militaires du Reich
sont assez sceptiques quant aux
chances de succès des Soviets. Cette
opinion est basée, non seulement
sur le manque de vigueur dont
l'offensive du nord a fait preuve,
dès le premier jour, mais encore
sur le fait que toutes les attaques
ont pu totalement être repoussées
par les Allemands et que tes rouges
n'ont pu réussir que des pénétrations locales.
Dans l'ensemble, on a l'impression que le commandement de la
Wehrmacht s'est préparé, de longue
date, à toutes les éventualités dans
ces secteurs Les Soviets reconnaîtront bientôt qu'ils se sont trompés
s'ils ont cru que les Allemands ont
affaibli la région nord en faveur
des autres parties du front qui
avaient, jusqu'ici, tenu la vedette.
LA GUERRE EN ITALIE
Londres, 17 janvier. — Selon « Reuter », les troupes allemandes utilisent
en Italie du Sud une machine qui
brise le§ traverses des lignes de chemins de fer en deux morceaux, de
se
le génie britannique
sorte que
trouve maintenant dans l'obligation
de remplacer vingt-cinq mille traverses pour une longueur de chemin
de fer de 9 kilomètres.
Au nord-est de Ker*ch et au nordouest d« Kirovograd, les Bolcheviks
ont poursuivi leurs violentes attaques.
Des formations de l'armée de terre et
des « Waffen SS » ont annihilé tou
tes les tentatives de percée et détruit,
au cours des deux derniers jours, 81
chars ennemis.
A l'ouest de Retchitsa, après une violente préparation d'artillerie, les Soviets sont passés à l'attaque avec de
Puissantes forces. Dans de durs combats indécis, nos troupes ont maintenu leurs positions. Quelques pénétrations ont été nettoyées ou verrouillées.
Au sud-est de Vitebsk, de nouvelles
attaques des Bolcheviks ont échoué devant la résistance opiniâtre de nos
troupes.
Au nord-ouest et au nord de Nevel,
l'ennemi a jeté dans la bataille de
Ces
attaques
nouvelles formations.
qui ont duré toute la journée, ont été
l'adverpour
brisées et ont entrainé
saire deg pertes élevées.
Au nord du lac Ilmen, dans le secteur au sud de Leningrad et au sud
de Oranienbaum, les Bolcheviks ont
attaqué avec une violence accrue. Là
aussi, leurs tentatives de percée ont
été annihilées au cours de combats
acharnés et 26 chars soviétiques ont
été détruits dans le seul secteur au
sud d'Oranienbaum.
Sur le front de l'Italie du sud, dans
le secteur à l'oueot et au nord-ouest de
Cervaro, l'activité s'est momentanément ralentie. Des poussées locales de
l'ennemi ont été rejetées.
Une attaque de bombardiers nordamérioains a été dirigée, le 10 janvier, contre le sud de l'Allemagne A
Klagenfurt, il y a eu des dommages
immobiliers et des pertes en vie humaines. Lors de oette rttaque, ainsi
qu'au dessus du territoire italien, les
forces de défense aériennes ont abattu dix-huit avions ennemis. Pour la
plupart des bombardiers.
Dans l'Atlantique nord, en Méditerranée et dans la mer Noire, des
sous-marins allemands ont coulé cinq
36.SCO
tonnes,
jaugeant
bâtiments
trois contre-torpilleurs et deux subont
été
mersibles. Trois autres navires
torpillés et deux avions ennemis abattus.
AVANT L'INVASION
DE L'EUROPE
Londres, 17 janvier. — L'invasion
de l'Europe occupe toujours une grande place dans les journaux londoniens, qui soulignent qu'avec le re-
Buenos-Aires, 17 janvier. — Tout#
l'Argentine est plongée dans l'horreur
et le deuil par le séisme qui a dévasté samedi, en grande partie, la vilio
de San-Juan.
On déclare officiellement que 90 Z
des maisons de la ville, ainsi que les
bâtiments officiels, la cathédrale et
de nombreuses églises ont été détruits.
D'après le journal « Gritica », outre
plus de 5.000 morts, il y aurait plus
de 7.000 blessés.
Le tremblement de terre s'est produit samedi soir, entre 20 h. 45 et
20 h. 55. Trois secousses d'une durée
d'environ une minute et d'intensité
croissante, ont été enregistrées.
Dès le début du séisme, l'obscurité
complète se fit dans les rues et bientôt les premiers incendies se déclarèrent. La caserne n'ayant été que relativement peu endommagée, on put
organiser les premiers secours.
La ville de San-Juan, fondée en
1562 par le conquistador espagnol
Juan Jufre, avait conservé l'aspect
d'une ville coloniale. Elle comptait
environ 18.000 habitants.
M. Pierre Lavai, chef du gouvernement, a fait, le 1er janvier 1944, la dé-
battant Euro-
la mission des
Le navire-hôpital « Tubingen » entrant dans un port italien
(FULGUR.;
pour y charger des blessés.
5 cargos jaugeant 38.530 tonnes
3 contre-torpilleurs et deux submersibles
du Fuhrer, 17. janvier. — Le
haut commandement des forces armées
allemandes communique :
riiiniatres s'est réun* aujourd'hui à
11 heures, au pavillon Sévigné, sous
la présidence du Maréchal de France, chef de l'Etat.
Le chef du gouvernement a rendu
compte au Conseil des entretiens qu'il
a eus à Paris aveo les autorités allemandes.
En ce qui concerne spécialement les
moyens propres à augmenter le rendement du travail dans les entreprises, M. Bictvelonne, ministre secrétaire
d'Etat à la Production Industrielle et
au Travail, a été chargé de soumettre
au prochain Conseil des ministres des
propositions précises permettant une
utilisation plus large de la maind'œuvre disponible.
Le Conseil des ministres a entendu
ensuite MM. Abel Bonnard et Grasset.
Enfin, sur la proposition du garde
des sceaux, ministre secrétaire d'Etat
à la Justice, le Conseil a décidé de
déférer au tribunal d'Etat un certain
nombre d'affaires graves concernant la
mise en circulation de faux tickets
d'alimentation.
UNE DÉCLARATION
DU CHEF DU GOUVERNEMENT
SUR LA L V. F.
Les sous-marins allemands coulent :
G.Q.G
Vichy, 17 janvier. — Le Conseil des
LES
FRONTIÈRES
ils n'ont pas encore pris conscience
du danger boicheviste qui nous menace.
Les Légionnaires français se battent
sur le front de l'Est pour protéger la
France et défendre l'Europe.
Ils versent leur sang pour la sauvegarde de notre vieille civilisation. ®
Pierre LAVAL.
L'intransigeant STALINE
O
O Un journal socialiste est
suspendu sur l'ordre de de
Gaulle. — Lè journal socialiste « La Revanohe » a été
suspendu sur ordre de l'ex-général de Gaulle pour avoir
publié un article où les méthodes sociales de l'Italie fas
ciste avaient été commentées
avec intérêt. Le directeur de
ce journal, un certain Georges Bonnet, a été incarcéré.
K
POLONO-SOVIÉTIQUES
UNE REPONSE OFFICIELLE DE MOSCOU
Londres, 17 janvier. — « Reuter »
soviétique
l'agence
que
tour en Angleterre du maréchal d'a- annonce
«
Tas » a publié une réponse officielviation Tedder, Fétat-major des trouremise, le 15 jandéclaration
le
à
la
pes anglo-américaines d'invasion est
gouvernement polonais
•presque au complet. 11 ne manque vier. par le
plus qu'une ou deux nominations, no- de Londres.
« Dans la déclaration polonaise, dit
tamment celle du général commandant les troupes américaines qui com- l'agence « Tass », la question de la
battront aux
côtés des soldats
de reconnaissance de la ligne Curzon
Montgômery. On croit maintenant que comme frontière polono-soviétique a
le général Eisenhower va s'occuper été habilement tournée et laissée de
des moindres détails de l'opération. coté, oe qui ne peut être considéré
D'ores et déjà, la population civile a que comme un refus de reconnaître
été mise dans l'obligation d'évacuer cette ligne.
En ce qui concerne la proposition I
les ports de l'Angleterre ou embarqueront les troupes d'invasion.
du gouvernement polonais d'engager
Cambriolage chez M. Boa
glione. — De» cambrioleur»
se sont introduits dans l'appartement de M. Nicolas Bouglione, directeur de cirque à
Paris. Ils ont dérobé une somme de un million de francs
ainsi qu'un brillant de dix carats. j
B
FFfrève:
O Les traîtres italiens en fuite. — Après la condamnation
à mort des traîtres du grand
conseil fasciste, les milieux
bien informés neutres ou italiens de Menton, estiment que
Dino Aifieri, ex-ambassadeur
à Berlin, doit se trouver actuellement en Suisse et probablement à Genève. L'ex-ambassadeur Grandi, auteur de la
résolution de trahison, serait
toujours au Portugal. De Marsico et Acerbo auraient trouvé une retraite dans les montagnes des Abruzzes. On ne
saurait rien de précis sur la
retraite de Bastianini.
O Staline envoie à Churchill
le nouvel hymne national. —
Churchill en ayant exprimé le
désir, Staline lui a fait par
venir une partition du nouvel
hymne
national
soviétique. O Les allocations familiales.
L'orchestre symphonique de la — Le président Laval étudie
radio anglaise a exécuté cet actuellement la possibilité de
hymne au début de son bulle- doubler le montant des allocations familiales payables en
tin d'information de 21 heures qui est destiné à l'Anglejanvier au titre du mois de
décembre 1943. Cette décision
terre et aux soldats du front.
pourrait intervenir très proO Les incendies de brousse
ont fait de grands ravages en
chainement.
A ustralie. — Les incendies de
brousse qui se sont produits O L'emploi du bois dans la
récemment dans la province de fabrication des machines-outils.
Victoria, en Australie,
ont — Les constructeurs allemands
viennent
machines-outils
fait de nombreuses victimes de
des machineset de grands dégâts. On signa- de fabriquer
outils en bois dur, en assemle, jusqu'à présent, 18 morts
l'aide de résines
blant, à
et 44 blessés. Un millier de
maisons ont été détruites, no- -synthétiques plusieurs plaque*
de bois compressé. Ces noutamment dans les districts de
velles machines sont extrêmel'Ouest où environ 230.01)0
maniables.
légères
et
moutons ont péri dans les ment
grosL'économie qu'elles permettent
une
flammes. On prévoit
de réaliser est de 85 % sur
se réduction de la production
premières,
de
les
matières
de laine pour la campagne
pour la main-d'œuvre.
33
1944-45.
O En Sicile, les antiquaires
juifs continuent à dévaliser les
églises et les palais. — COQfoimément aux traditions de
lord Elgin, qui arracha les
plus beaux marbres du Par.henon pour les emporter en
Angleterre, 1' « elginisme »
anglo-américain prend de honItalie
teuses proportions en
méridionale et, tout particulièrement en Sicile. Toutes les
informations de sources neutres confirment l'extorsioi du
patrimoine italien par les Jonas et les Brooks, qui les revendent à des prix insensés
comme on peut s'en rendre
compte dans
les catalogues
que les antiquaires judéo-anglo-américains publient cyniquement, avant chaque nouvelle vente publique.
O Mort du doyen de l'Académie des sciences. — On ouvrant la séance de l'Académie
des sciences, le président, M.
Maurain, a annoncé le décès
de M. Bouvier, doyen d'élection de l'Académie.
O La rencontre Churchill-de
Gaulle a été d'un caractère
strictement objectif. — Faisant
M.
séjour de
allusion
au
le
Marrakech,
Churchill à
« Times » écrit que la renconbritannique
du premier
tre
avec de Gaulle a revêtu « un
caractère strictement objectif ».
11 est certain que le « Comité national » et 1* « Assemblée consultative » dissidents
ont été les objets de cet entretien.
O L'antisémitisme aux EtatsUnis. — Wendell Wilkie message
un
déclaré
dans
qu'une vague croissante d'antisémitisme déferle actuellement
sur les Etats-Unis.
des pourparlers officiels avec le gouvernement soviétique, odui-oi pense
qu'une telle proposition a pour Put dft
tromper l'opinion publique. Il est. en
effet, facile de comprendre que l'U. R.
S. S. ne peut engager des pourparlers
officiels avec un gouvernement qui
n'entretient plus avec elle de relations
diplomatiques.
Les milieux soviétiques maintien-'
nent que la rupture.de oes relation»
a été provoquée par la participation
active du gouvernement polonais d»
Londres à la campagne antisoviétique
des Allemands à propos des prétendus assassinats de Katyn.
soviétiques,
De l'avis des milieux
les circonstances énumérées ci-dessus
prouvent, à nouveau, que le gouvernement polonais actuel n'a pas la
désir d'établir des relations de bon
voisinage avec les Soviets. »
Oà en est la médiation américaine ?
Washington, 17 Janvier. — On croit
qu'au cours de leur entrevue de samedi, le président Roosevelt et le secrétaire d'Etat Cordell Hull se sont
entretenus de la question polonaise,
car Cordell Hull avait reçu, avant là
conférence, l'ambassadeur polonais à
Washington qui lui avait transmis la
(proposition du gouvernement exilé
polonais de soumettre le conflit soviét.o-polonais à la médiation des EtatsUnis et de l'Angleterre.
L'opinion publique américaine suit
avec un intérêt passionné les discussions sur le problème des frontière»
orientales de la Pologne.
Cette question se trouve en effet intimement liée à la politique intérieure
des Etats-Unis. Le groupe des Polonais-Américains estimé à 4 ou 5 millions d'individus pouvant décider de
l'issue des élections présidentielle»
américaines. Tous ces Polonais d'Amérique ont des sentiments antisoviétiques très nets et demandent que le»
Etats-Unis garantissent les frontières
polonaises du 31 août 1939. C'est croiton en raison de ces considération»,
que la visite du premier ministre polonais Mioalévitch aux Etats-Unis a
été renvoyée à une date ultérieure.
Le gouvernement de Washington
paraît avoir les mains liées dans la
question polonaise, et l'on estime que
la déclaration des Soviets à ce sujet
ne peut qu'engager les Allemands à
poursuivre la lutte plus àpremeat
encore et inciter les alliés du Rdeh à
combattre plus résolument que jamat*
à ses côtés.
Londres, 17 janvier. — Une second»
famine, encore plus terrible que 1*
première menace la province du Bengale à la suite <ie la. pénurie de ri*.
L'ECHO DE NANCY
DEUXtftME PAO®
Distribution des titres
de rationnement
du mois de février
NANCY
UADHI
MAKUI
18 Janvier
Sainte Prises
D®m.: S' Sulpice.
Sot.: lev
Q h. 39;
17 hso
"
Lune: D. Q. (• 18;
Nouvelle le 25.
m m
CAMOUPLACE DES LUMIÈRES
De 17 S. 53 à 8 h. 08.
INHUMATIONS
S heures : Mme veuve BOUT non,
119, avenue de Strasbourg.
8 heures : Mme Bocciarelii, 1, rue
( Saint-Mansuy. )
de La CoWine
>0 heures : M. Billard, 40, rue Maréchal "Oudino t. (Notre-Dame de
Lourdes. )
10 heures : Mme veuve Mayence,
18, avenue de Bouffiers. (SacréCœur.) Inhum. à Bar-le-Duc.
10 heures : M. Biîdstein, 26, rue
du Faubourg des Trois-Maisons.
(Saint-Fi acre.)
1:3 h. 30 : Mme veuve Bremmer,
54, rue Vayringe. (Saint-Fiacre.)
13 h. 30 : M. Obri. Hôp. Centra .
14 h. 30 : Mme veuve Martin. Hôpital Villemin.
15 h. 30 : M. Jariier. Maison de
Secours.
15 h. 30 : MHe Nae'.s. Maison de
Secours.
15 h. 30 : Mme veuve Leduc. Hôpital Centrai.
AD CRARB THÉÂTRE
LA « VEUVE JOYEUSE »
A «* Veuve Joyeuse » saule joyeuse,
pourrait-on dire. Les Nancéiens ont
fait, en effet, le plus chaleureux îles
accueils à la reprise de la célèbre
I-a présence de Fanély
opérette.
Revoit dans le rôle de Mis*a Padmleri,
jolie
voix, son élégante aisance
sa si
en scène étaiejyt d'ailleurs, pour
beaucoup dans le succès qu'ont partagé avec elle le baryton Anfry, le
ténor Derval, la chanteuse Magna
Mouret (Nadia), Marcel Laroche et
Rod, le nouveau trial. Le peu de
place dont nous disposons ne nous
permet pas d'entrer dans pins de
détails sur la qualité ou les légers
défauts (personne n'étant parfait) des
autres interprètes. Mais l'ensemble a
plu et la pièce a été enlevée dams
un excellent mouvement
Je tiens à signaler, de plus, que les
danses du dernier acte, agrémentées
de pas mal de fantaisie acrobatique,
ont été — à la soirée de dimanche
notamment - l'objet de manifestations enthousiaste, de la part des
spect.ateu>rs. Ainsi Mlle Comte, maîtresse de ballet, professeur au Conservatoire, récolte-t-elle le fruit des incessants efforts qu'elle prodigue aux
élèves- jeunes et gracieuses, qu'elle a
formées pour notre agrément à tous
AU CONSERVATOIRE
Une nouvelle clasçe, celle d'opérette, vient d'être créée â l'établissement
de la rom Chanzy. C'est M. Maurice
Stimpfling. !«** prix de chant, de diction et de comédie qui en devient le
titulaire. Choix heureux. Nos félicitations. — R. d'A.
La Compagnie du « Regain »
va donner « Amphytrion »
Rappelons que c'est <e soir, au
Théâtre, que la Compagnie du Regain viendra, avec une distribution
de choix, des décors et des costumes
appropriés, donner « Amphytrion »,
de Molière, ce chef-d'œuvre de grâce
et d'esprit. Ce que la ville compte
d'amateurs avertis de beau théâtre
classique
se
donnera
rendez-vous
mardi, au Théâtre, pour applaudir
cette année encore les acteurs et les
actrices du « Regain ».
Colis aux prisonniers
A Sainte Thérèse. — La confection
du colis de janvier aura lieu le mardi 18 janvier, de 14 à 17 heures.
A la Cour d'appel
Vichy, 18 janvier, — Sont nommés
juges suppléants rétribués pour exercer leurs fonctions dans le ressort des
cours -l'appel ci-après désignées :
Nancy
M. Brenner RaymondGeorges , M Connillière RavmondJean ; M. Delmas-Goyon Jean-Paul,
avocats stagiaires.
COMMISSAIRES-PRISEURS de NANCY
Vente aux enchères à l'Hôtel des
Ventes de Nancy, 23, rue G.-Simon,
le jeudi 20 janvier, à 14 heures .
BONS MEUBLES : 1° Après décès
B... : Salle à manger H. II, chambre
à coucher L. XV, literie, objets divers.
20 A divers : Salle à manger, cham
bre à coucher, bureau de dame marqueterie, salon bois doré, glacière,
aspirateurs, lustres, dictionnaires Larousse et Lainé, livres, métal argenté,
bibelots, objets divers, etc... — Au
comptant, — EXPOSITION mercredi
19, de 9 h. 30 à il h. 30 et de
14 h à 16 h. 30.
LA distribution sera effectuée à l'annexe de la mairie, 78, place ColonelpriAixt suivant l'ordre alphabétique
des consommateurs, de 8 h. 1/2 À 12
heures et de 14 à 18 heures, savoir :
Familles dont le nom commence par
les lettres
A et B, jeudi A) janvier ;
C et D, vendredi 21 janvier ; E, F, G,
samedi 22 Janvier ; H, I, J, lundi 24
janvier ; K et L, mardi 25 janvier ;
M, mercredi 26 janvier , N à Q, jeu
di 27 janvier ; R et S, vendredi 28
janvier ; T, U, V, samedi 29 janvier ;
W à Z, lundi 31 janvier.
Il est rappelé : que les suppléments
attribués aux familles nombreuses doivent être obligatoi rement perçue au
cours de la période normale de distribution, c'est-à-dire au plus tard le 31
Janvier ; qu'il ne peut être délivré
de feuilles de tickets après le cinquième jour de chaque mois sans que
les titres distribués soient amputés
des tickets correspondant aux jours
écoulés..
A leur démobilisation,
les prisonniers rapatriés
du Commerce et de l'Industrie
doivent retrouver emploi
et salaire
MARDI 18 JANVIER 1944
A TRAVERS LA VILLE
LE
MANTEAU
VéU
Nous avon* relaté qu'un manteau
en poulain appartenant A Mme Thibau'ot
rue
du
Cardinal-Mathieu,
avait été dérobé dans un salon de
coiffure L'enquête de l'intendance de
police a établi qu'il avait été pris par
Mme Marguerite Borettt, 286. rue du
Montet.
S étant ensuite rendu compta qu'elle
venait de faire une bêtise, celte-ci se
débarrassa du manteau en le jetant
au coin de la rue du Général-Landremont
La personne • qui a trouvé ce manteau est invitée A te présenter à l'intendance de police, rue Lyaotey.
EN 0-OltHECTtONMELLE
Gabrielle Coivrbet, veuve Geoffroy,
50 ans, boulevard Jean-Jaurès dont
le fils était revenu de captivité, continua de toucher l'allocation de mère
de prisonnier de guerre. — Deux mois
et 500 fr. d'amende
— Georgine Seheer, femme Abt, 37
ans, gérante, nielle- de la Rame, est
inculpée d'abus de confiance au préjudice de la maison qui l'employait.
— Quatre mois et 1.000 fr. par défaut.
— Pauline Simoutre, femme de ménage. déroba des objets et vêtement»
au domicile réquisitionné de M Fadé rue du Montet. — Quatre mois «t
10.000 fr. de dommages-intérêt*
Pendant six mois, le prisonnier libéré doit retrouver dans son ancienne
entreprise sou ancien emploi ou un
emploi similaire, en tous cas, le salaire attuel de la catégorie de cet
ancien emploi.
Cette obligation subsiste tant que
1 entreprise n est pas entièrement disparue (une entreprise concentrée existe encore aux yeux de la loi), et quel
que soit l'état physique du libéré, du
moment que celui-ci n est pas définitivement inapte à tout emploi.
En aucun cas, h; prisonnier ne sera une charge pour son employeur,
car celui-ci, sur simple demande, sera
remboursé de la différence entre le
salaire versé et les services effectivement rendus.
Signalons enfin que te libère sous
certaines conditions, a la possibilité
d'apprendre un nouveau métier, en
touchant, au moins pendant sa réadaptation, le salaire correspondant a
ce nouveau métier.
Pour tous renseignemeiHs, s'adresDes difficultés matérielles ont re- ser au Secrétaire départemental au reclassement
professionnel, Maison du
tardé les plans de fabrication de marde Meurthe-et-Moselle, CAMEO. M. S. Assassin a peur ta nult
garine au titre du mois de décembre. Prisonnier
Nancy,
7,
rue
de Serre ; des Vosges, CASINO. Perm. Le Prince Charmant
D'autre part, des difficultés de transport n'ont pas encore permis de fat Epinai, 15, rue Jean-Virtot, ; de îa
re parvenir dans la région de Nan- Meuse, Bar le-Duc, 23, rue Dom-Cel- — EDEN — LE RING ENCHANTÉ cy le contingent qui lui était destiné. lier ; Verdun. 12, rue Chevert.
NANCEAC. PL SOURIRES de VIENNE
Aussi la mise en place et la distribution en sont retardées. De tonte faPATHÉ P* 14*30 S 20^30 Signé Illisible
çon, les consommateurs sont priés de
YOCM >M TPONRMÉI* 4
MAJESTIC. Perm. LE POYER PERDU.
20K.25 n«f
«t
conserver leurs tickets de margarine
Rodio Tcvtov»*
de décembre Ils seront honorés dès
OLYMPIA.
SÉRÉNADE DU SOUVENIR
**v> h»» J*u&» «
que possible.
#&fc.40 *m ftotJia- Andovr*
PATHE, Dern. 6 Petites filles en blanc
Les tickets de margarine des con,
*ovt
vm*
sommateurs des communes à suppléfëfavlmt hiwwèe *««
ments nationaux et régionaux sont les
tickets suivants (pour décembre) : 12,
13, 14, 15, 16 de 5 gr. (imprimés en
LANEUVEVILLE — NANCY. — Le»
brun).
obsèques de Monsieur Paul DUCHES
NE, Ancien Négociant « Au Grand Nèpot von wfimw p»*fété*.
gre », décédé dans sa 7le année auront lieu mercredi 19 janvier 1944, à
ÎO heures, en l'église de LaneuvevilleTroisième tiete de donateure
devanPNancy, où le corps sera déposé.
Inhumation à Nancy, cimetière du
Report des deux premières listes :
Sud. à il h. 30.
35.905 fr.
régionale
de
Police,
Intendance
Les obsèques de Madame BLANPIED,
16.565 fr.. M. Goll Ruban. grossiste en
née Maria BËCRION, decédée à l'âge
légumes. 37, rue St-Dizier. Nancy. 200
de 58 ans, auront lieu le mercredi 19
francs ; M. Emile Ktihn, grossiste en
janvier, à 13 h 30, en l'église SaintETAT CIVIL du 17 janvier
légumes, 59, rue de l'Equitation, NanFiacre. Inhumation cimetière de Précy. 415 fr.-. M. Piaaza, grossiste en léNaissance». — Monique Charlier, 51, ville.
gumes, 2, rue des Tanneries, Longwy, rue Kléber. — Janine Guénon, 84,
500 fr.; M. Rippol François, grossiste avenue Foch. — Chantai Bouillon. 49,
HOU DEMO NT. — Les obsèques de
en légume», 29 rue Banaudon. à Lu- rue Vayringe. — Jocelyne Kuenegel, Mademoiselle Blanche LAPlQUE, dénôville, 5.000 fr. — Total général : 104, rue Notre-Dame. — Maurice Ar- cédée à l'âge de 65 ans, auront lieu
58 585 fr
mercredi 19 janvier, à 10 h., en rêglitis. 41, rue de Turique.
Généreux donateurs, envoyez vos
Publications de mariages. — Ro- se de Houdemont.
dons pour le pécule du prisonnier, à bert Masson, ajusteur à a S.N.C.F.,
Les obsèques de Mademoiselle Jeanne
M. Plombas, compte eourant postal rue du Montet. 282, et Ginette BotVUlLLAUME,
à 1 âge de 69
375.44 Nancy Merci à tous !
tini, s. p., rue de la Sailé. 21. — Guil- ans. auront lieudécédée
mercredi 19 janvier, à
laume Budzik, employé à la préfec- 8 h., en la chapelle de la Maison de
ture, rue au Montet, 3. et Gabrielle Secours, où l'on se réunira.
Moîard, s. p., à Saint-Max. — Camille Moebs. manœuvre, rue de la Salle,
Les obsèques de Monsieur Henry
1 Prochaine*»1 rentrée de l'orohestre g 24 bis, et Suzanne Alison, femme de BERTRAND, décédé à l'âge de 69 ans,
ménage, rue de la Salle, 24 bis. — auront lieu mercredi 19 courant, à
Robert de Carli, mécanicien, rue Mo- 10 h., au Sacré-Cœur. Réunion à l'élitor. il. et Jeanne Boichard, s. p., glise. — Nancy : 26, rue Fa bert ; 34,
| ses virtuoses et le célèbre animateur 1
rue Montesquieu, 16 — Paul Farnier, rue Charles-III.
I
PICATTO
I cantonnier de navigation, à ConsenLes obsèques de Madame Veuve Charvoye, et Marcelle Guénon, femme de
ménage, rue de la Madeleine, 4. — les DUCRET, née ANDRÉ, décédée le
Arthur Decoster, soudeur à Hevellée 12 janvier 1944, ont eu lieu le samedi
Pour les familles des travailleurs (Belgique), et Madeleine Schneider, 15 janvier, en l'église Saint-Joseph,
dans la plus stricte intimité.— Nancy :
rue Sergent-Biandan, 165
en Allemagne
Décès. — A nais Damourette, 85 ans, 66, rue Jeanne-d'Arc.
Aujourd'hui aura lieu au Cinéma s. p., veuve Mayence, 18, avenue de
Les obsèques de Madame Vve EtienPathé. à 20 h. 30, la représentation Boufflers. — Albert Jariier, 61 ans, ne GRUSS, née Marie GALOT, décèdée
cinématographique gratuite avec le s. p. à Champigneulles. — Marie- à l'âge de 92 ans, auront lieu mercrefilm « Légitime défense », pour les Louise Roffl, 64 ans. s. p., é»pouse Boc- di 19 janvier, à 15 h. 30. en la basilifamilles des travailleurs en Allema- ciarelii, à Harehéchamp. — Charles que St Epvre. Remerciements à l'égliBiîdstein, 73 ans, ancien comptable,
gne
26, rue du Faubourg-des-Trois-Mai- se. Domicile mortuaire : 1, r. Trouillet.
sons. — Claudine Cognard 71 ans,
s. p.. veuve Leduc, 38, rue Stanislas.
Cours public de géologie
— Charles Obri, 56 ans. employé de
Mardi 18 janvier, à 16 h. 30, M. Rou- bureau, 87, rue Jeanne-d'Arc. — LuVANDŒUVRE
bauit, professeur : La dérive des Con- cienne Salmon, 35 ans. domestique,
Cartes de jardinage. — Dernier détinents ; aspects biologique et géophy- 22, rue de Verdun. — Marie Vagner,
pour
faire
valider
lai
les
les 20, 21,
sique, conclusions. Institut de Géolo- 52 ans, s. p., veuve Martin, 12. rue
Dauphine. — Constant Bonczynski. 44 22 janvier.
gie, 94, avenue de Strasbourg.
de
textiles
et
chaussures.
—
Bons
de
ans, ouvrier agricole, à Laneuvevilledevant-Naney. — François Bertrand, Distributions les 20, 21 et 22 janvier.
aux
chaussures
enfants
de
de
Bons
Chambre de Métiers
68 ans, menuisier, à Villers-les-Nancy. — Maria Déerion. 58 ans, s. p., moins de 13 ans. — Distribution mêmes
Les artisans tailleurs de Nancy et épouse Blanpied, 60 bis, rue Vayrin- dates pour les enfants nés aux mois
du département sont priés de retour- ge — Claire Naels 76 ans, s. p.. 65. de juin, juillet, décembre et janvier.
ner le plus tôt possible le questionnai- rue des Quatre-Eglises. — Germaine
ESSEY-LES-NANCY
re qui leur a été adressé, début no- Villemain, 49 ans, s. p., veuve Berly,
Associations syndicales. — Les muvembre. en vue de la prochaine ré- 71, rue des Jardiniers. — Jeanne Vuil- tations d'immeuble>. compris dans le
partition de bons de toile tailleur. — laume, 69 ans, s. p., 39. rue Charles- périmètre des associations pour l'aG. A P des tailleurs, 28, avenue III. — Marie Galot, 9-2 ans, s. p., veu- ménagement des rues, sont reçues à
Foch, à Nancy
ve Gruss, 1, rue Trouillet.
la mairie jusqu'au 25 janvier inclus.
Distribution ée margarine
de mois de décembre
SPECTACLES
LES
AVIS DE DÉCÈS
MEMOIRES 00
TERRE" SALANT
Pour le pécule du prisonnier
|
BRASSERIE THIERS i
GEORGES SELLERS
LES SPORTS
Bttsehiné est parvenu en l/i finale
du challenge Laéderlch où il s'inclina, 5/10, devant Lqpage qui devait
remporter le tournoi.
— A Epernay la section pongUta
rte l'A.S. Cheminots Nancy a battu
une entente locale par 8 à 2. Poirot,
notamment s'est distingué en prenant
le meilleur sur le champion de Champagne Vitré.
— L'A.t. Ch. Est de Hanoy tiendra
son assemblée générale annuelle jeudi
20 courant, à 18 b. 45, salle de Shéhérazade. Prière à tous les membres de
toutes les sections d'y assister.
— Au oyolo-erocs du « Matin », à
Paris, Leguet s'est classé 30e, en 1 h.
17', et Jean Callleux 32*. On sait que
H. Faucheux gagna en 1 h. 6' 4".
CREDIT LYONNAIS
Bilan an 30 novembre 1943
Le bilan au 30 novembre, qui porte
la trace du règlement au Trésor des
souscriptions à l'emprunt 3 1/2 %,
présente un total de 44.027 millions
contre 44.247 millions au 31 octobre.
An passif, les comptes de chèques, les banques et correspondants
et les créditeurs divers marquent
respectivement des fléchissements de
241,85 et 368 millions, tandis que
les comptes courants progressent de
346 millions. A l'actif, le portefeuille
effets est en diminution de 630 millions. Inversement, les comptes courants augmentent de 154 million»
et l'ensemble des postes encaisse et
banques et correspondants, de 15Y
millions.
Des gouttes pour la femme
La femme est exposée sa vie durant
à souffrir d'une mauvaise circulation
(époques douloureuses et irrégulières,
lourdeurs de jambes, varices, vapeurs,
hémorroïdes, palpitations, étourdissements). En prenant vingt Gouttes Florides aux repas, trois semaines par
mois, elle améliore sa circulation et
combat ses malaises. Les Gouttes Florides équilibrent la femme. Ttes Phies:
16 fr. 90 Existe aussi en comprimés :
16 fr. 30. Visa 846 P. T929.
icH.JAcoa
ÉCONOMISEZ
VOS ENVELOPPES
avec l'appareil
le
! Il Al il nV Qui broche et relie
I IWIjLflA papier. Prix t 512 fr.
! 100, rue St-Diiier, NANCY
f (A 1QO m, du Marché). Tél. 21.73.
PORCS D'ÉLEVAGE
sevrés, castrés mort, route à ma
charge. Prix déf. toute concurrence.
Marcel HERBERT, Objat (Corrèze).
LOTERIE
NATIONALE
itatie tous les
Autour de Nancy
EMPLOIS DEMANDES
C
J
M
15 fr.
outurière ch. travail à la campagne,
région Vosges. Mme Comolli, 3 bis,
route de Champigneulles, à Frouard.
»e
F. dern, place coiffeuse. — S'adr.
Mlle J. Menissier, Tronvilie (Meuse).
LOCATIONS
40 fr.
onsieur seul cherche, pour pied àterre, confortable pièce et cabinet de toil. — Ecrire : DIDIER H.,
Poste Restante, Nancy.
r
nct. cherche appart* 3 ou 4 p., cuis.
PORTIER, 13. rue Emile-Gebhart.
Etude de M6 EHLINGER, avoué, OCCASIONS
40 fr.
5, rue de la Monnaie, à Nancy. —
uperbe Poste toutes ondes à vendre.
DIVORCE. Assistance judiciaire (Déc.
Scherrter, 182, av. de Strasbourg.
du 11.9.1941). — Par jugement rendu
chète mach. à écrire, à calculer, mêcontradictoirement par le Tribunal
me sinistrées. Paiement cpt. MONcivil de Nancy, en date du 23 mai
1945, le divorce a été prononcé d'en- TAGNE, 47 bis, av. de Clicby, Paris.
tre Mme THIEL, née GAUER MarieJeanne, demeurant à Pompey autre- FEUILLETON DE L'ECHO DE NANCY
fois, mais actuellement à Pont-à-Mousson, ayant Me EHLINGER pour avoué
et M. Alphonse-Nicolas THIEL, demeuimnt à Pompey. ayant Me VIAL pour
*voué, aux torts réciproques des
époux. — Pour extrait
Maurice
KHLINGER.
Par RENÉ DASTARAC
f*»ampignonnière, pr. PARIS. Rapp.
v; 25.000 net mois. Pas conn. spéc. ni
formalités. Px 900.000. — BEAU— Bah ! Un détour de quelques miMONT, 57, Bld Haussmann, Paris.
nutes... J'allais à Pauillac.
Nous nous installâmes dans la ToiÉpioorie-Baxar, gros bénéfices, grands
magasins, aff 1 million. Px 350.000. ture. Lerond à côté de lui, moi sur
le
siège arrière.
F, JEAN, 38, avenue Foch, NANCY.
— Vousavez à faire à Pauillac ?
Lerond
questionna
MAISON à vendre à LfîROUVILLE
(Meuse), oomp. 4 p., cour, dépend.
— Oui.
Oh, une affaire insigniRapp 2.600 fr P. visiter, s'adr à M. fiante... Des vins à acheter pour un de
GERARD, Assurances. Lérouville. et mes amis de Madrid. Un grand d'Esp. traiter : LORRAINE IMMOBILIERE, pagne
18, rue Poincaré, Nancy. Tél. 57.02.
S
A
L'Enigme ^ la Maison Verte
(
1HERCHO!"iS : Balance Automatique,
J pour bureau, 5 à 10 kg. Echanger,
contre machine à écrire. — SERV1CEBUREAU, 2, r. St-Dizier, Nancy. T. 56^
I
IBRE DE SUITE : Scie à ruban combinée avec lames, toupilleuse-mortaiseuse-cireulaire, roulements à billes,
très bon étaf. — VANNERIE de l'EST,
à SAINT-MIHIEL (Meuse).
A
A
CHETE très cher : Livres et Romans
populaires aventures — PARMENTIER. 39, avenue Foch, NANCY.
I chat Baignoires et tout Sanitaire. Ru-
I set et Fils, 25, r. Lothaire-Iï, Nancy.
C
E
A
A
hienne fox griffonne, extra sanglier.
Ch. Peureux, Le Thillot (Vosges).
vélo H. part, état contre
continu ou T.S.F. 220 v. —
CHANG
feu
Jeudis
« L'ECHO DE NANCY »
d'Imprimerie et d'Editions
5 bis. avenue Foch Nancy — Téi. 40.01
C. C. P. 600 31
Bureaux de Paris ; 52. Champs-Elysées
Tél Elysées 96.17
Gérant r G. LEGEY
Autorisation Pb 750
DIVERS
40 fr.
.. Pommiers â cidre et à couteau ..
.. Poiriers, Châtaigniers japonais ..
.. Pruniers, Cerisiers, Framboisiers ..
.... Peupliers, Fraisiers, Rosiers ....
Cognassiers, Griffes asperges ....
.. Plants oignon,, Choux printemps ..
Raymond POIRIER, CRAON (Mayenne)
rué Saint-Nicolas.
.... Galoches montantes. Toutes ....
VENDRE : Salle à' manger. — pointures disponibles. — R. KAUPP,
SCHMITT, avenue Jean-Jaurès, 109, Fabr., 53, rue Sadi-Carnot. Malfcéville.
arrêt tramway Vélodrome.
PARET, 78 bis,
40 fr.
VENDRE : Poste T.S.F. « Philips », LOCOMOTION
vendre vélomoteur récent, 3 vitescourant continu. — BADEROT,
Accordéon chromatiVENDRE
ses, Terrot, et roue complète 32x6.
que, marque « Bramante », 4 voix, 12, r. Tour-Blanche, Lunéville.
4 rangs au clavier, 5 rangs basses. ACHETERAIS : Coupeuse étectrique, INK, 1 bis, rue Villebois-Mareuil.
S'adr. Café Xolin, à Laitre-s.-Amance.
pour tissus et pièces
.. CHERCHONS
Citroën, type~23 ".
.. S'adresser : M. Gaston MASSON ..
même en mauvais état
ours à carboniser disponibles rapide- à FONTENAY, par Girecourt (Vosges).
Transports Rapides de l'Est
ment. Sté des Procédés Bonnecbaux,
81, rue Blandan. Nancy. Tél. 65.04.
v. 1 cuisinière éleot., 1 ouisin. à ch.
19, r. de la Trémoille, Paris, Elys.
vendre TRACTEUR « NASH-QUAD »
20.96 ; 40, Bd Carnot, Toulouse, 218-40
P. v., s'ad. Thomas, 24, fg 3-Maisons
essence, état marche, beaux bandages.
S'ad. François Serge, à Charmes.
Pendant les quelques minutes que
— Vous êtes blessé ? me dit-il en
dura le trajet, il trouva le moyen de me fixant d'un regard narquois.
ADJUDICATION-LICITATION, 3 fénous éblouir avec les noms des plus
— Comme vous le voyez, dis-je ; j'ai
grands dignitaires de la Toison d'Or. reçu là un coup magistralement as- vrier 1944, étude de M« MATTON,
not., 82, rue Saint-Georges, Nancy :
Lerond l'écoutait. le plus sérieusement séné.
DEUX MAISONS, 29 et 31, rue de la
du monde. Pour ma part, j'éprouvais
— Une agression ?
une furieuse envie de saisir brusque— Plutôt La riposte d'un adversai- Hache, Nancy. Mise à prix chacune :
ment ce cou que je voyais par der- re soucieux de se débarrasser de moi. 60.000 fr. — Pour visiter à M. Paul
rière et de le serrer, comme on dit
— Au moins lui avez-vous rendu la COLLIGNON, 50, rue Stanislas, mardans les vieilles sentences, « jusqu'à monnaie de sa pièce ? ajouta-tri! en dis, vendredis, 14 h. 30, 16 h. Autorisation préfectorale 15 jours avant.
ce que mort s'ensuive ».
ricanant.
Il stoppa devant la griOle du paix:,
— Pas encore ; mais j'ai l'Impres- GRATUIT : Liste 1.000 propr., indus
où nous échangeâmes nos politesses. sion qu'il ne perdra rien pour atten- Il trl&f, commerces, forêts à vendre
Vit-il alors dans mon regard ou mon dre...
dans toute "la France. — Demeures
attitude un indice qui le gêna ? TouLerond regarda la voiture qui s'é- et Terroir Français, Bayonne
jours est-il qu'il ne me tendit pas la loignait, puis se tourna vers moi.
main et se borna à me saluer en se
ERDU, dimanche 16 janvier 1944.
— La joie de se payer votre tête
découvrant Je l'imitai, oubliant qu'en lui a fait commettre une imprudence,
vers n h
CHIENNE 8 mois RIC,
retirant ma coiffure, je révélais ma dit—11. Le rirn^formnt était un aveu... tache noire sur le dos. poil marron à
blessure, dont la cicatrice était encore
La tête, répondant au nom DOUCKY,
iA suivre.)
bien visib'.e U eut alors une déconcollier rouge avec clous argentés. —
certante audace.
Prévenir : M. AYMOND, 116, rue de
la Hache. Bonne récompense
A
F
A
P
Téléchargement
Explore flashcards