Les Volcans

publicité
TURC Léa et JALLOUX Liv
Compte rendu UET Animation scientifique
Les Volcans
Nous sommes intervenues dans la classe de CM1-CM2 de Mme CHEVILLOT Anaïs à l’école
élémentaire vaillant-couturier en ZEP(zone d’éducation prioritaire).
Le premier contact, séance d’observation, a eu lieu le vendredi 13 Mars 2015 et a durée 45 minutes,
elle a été suivie de deux autres, toujours de 45 minutes le 20 et 27 mars 2015. Et la dernière qui aurait
dû avoir lieu le 3 avril 2015 a été annulée car l’institutrice était malade.
Objectifs généraux :
● Le message principal à transmettre était : ce qui était demandé dans le programme scolaire
fourni par l’éducation nationale, c’est-à-dire, que les enfants sachent faire la différence entre
un volcan explosif (riches en gaz qui provoque une explosion de plusieurs kilomètres de
hauteur. Les cendres retombent puis dévalent les pentes en nuées ardentes destructrices) et un
volcan effusif (coulé de lave fluide). Ils devaient savoir aussi, que les volcans explosifs sont
plus dangereux que les effusifs.
● Le message secondaire : ce qui est à l’origine de la différence entre volcan effusif et volcan
explosif, c’est-à-dire la viscosité de la lave, explication du terme viscosité, comprendre le
déroulement d’une éruption volcanique, reconnaitre visuellement un volcan explosif d’un
volcan effusif, les types de dégâts causées par chacun d’eux, explication de ce qu’est un
volcan à point chaud, et comment ce forme une île volcanique.
● Lors de ces interventions avec les élèves, et en ce qui concerne le cours que nous avons fait,
nous n’avons pas appris plus de chose sur les volcans que nous ne savions déjà. En revanche
nous avons beaucoup appris de l’intervention en elle-même. Je pense que nous avons bien su
nous exprimer devant les enfants et s’être bien fait comprendre d’eux, ils assimilaient bien les
consignes que nous leurs donnions, et participaient beaucoup. En revanche, lors des
expériences, nous avons partagé la classe en deux, chacune de nous c’est retrouvé avec 14
élèves, l’une commençais par l’expérience des volcans et l’autres avec celles sur la viscosité et
les points chauds. Les premières 20 minutes se sont plutôt bien déroulées malgré l’excitation
et la turbulence des enfants, ils restaient tout de même attentif et ce calmaient lorsque nous
haussions le ton. Mais les 20 minutes qui suivirent furent en revanche assez éprouvantes car
leur attention s’est peu à peu relâchée et il est devenu plus difficile de se faire entendre et de
les empêcher de faire n’importe quoi. Nous n’avons donc pas réussi à finir la séance comme
prévu, les enfants sont partis en récréation et l’institutrice a eu beaucoup de mal à les calmer.
Nous avons donc pu nous rendre compte, que malgré le plaisir que nous avons eu au contact
des enfants l’enseignement n’est pas toujours facile. Que cela peut-être fatiguant, et qu’il faut
donc avoir beaucoup de patience et d’expérience pour exercer ce métier.
Organisation de l’intervention en classe :
En début de séances nous avons expliqué brièvement aux élevés ce que nous allions faire ensemble, et
rapidement commencé à travailler. Nous avions seulement 45 minutes à passer auprès d’eux.
Pour réaliser nos interventions nous avons dû effectuer quelque recherches sur les volcans afin
d’approfondir un peu nos connaissances et éviter de faire des erreurs. Nous avons donc trouvé les
informations sur wikipedia, mais aussi sur les sites de certaines écoles, collège, site de l’éducation
nationale et autre sites variés (http://svtsite.free.fr/spip.php?articlr34),(http://iugm-crest.ujfgrenoble.fr/doc/Mallette-seismes.pdf),(http://www.prog-univers.com/Univers-Petitesexperiences.html),(www.prog-univers.com/). Nous nous sommes également inspirés de ces sites pour
trouver quelques expériences à réaliser pour illustrer nos propos. Mme CHEVILLOT nous a
également aidées en nous fournissant une feuille sur laquelle elle avait noté les grands axes de sa leçon
ainsi que ce qu’elle voulait que ses élèves retiennent en priorité à propos des volcans. Elle nous a
également donné une vidéo de « c’est pas sorcier » dans laquelle nous avons sélectionné les parties qui
pouvaient nous être utile.
Les supports que nous avons utilisés étaient donc des extrais vidéos, des images, des schémas à
compléter, des textes à trous, le tableau (écriture de la leçon, et exercice avec toute la classe), et des
expériences. Donc des supports auditifs, visuels et tactiles (lors des expériences).
Les modalités d’intervention des élèves étaient variées. Ils pouvaient lever le doigt à tout moment
pour poser des questions ou donner des réponses, noter leurs observations sur leur cahier de brouillon
et remplir un texte à trous.
A la fin du cours les élèves notaient la leçon que nous leurs avions écrit au tableau, ils ont
également gardé les schémas et les textes a trous complétés.
En ce qui concerne les modalités d’évaluation, l’institutrice avait prévu de leur faire un contrôle le
vendredi juste avant les vacances qui porterait sur le cours que nous leurs avons donné (les volcans), et
sur les séismes cours qu’elle avait assurée elle.
Synopsis ou déroulement de la séquence
Lors de la séance d’observation l’institutrice nous a présentées à ces élèves et leurs a expliqué le
but de notre présence. Nous avons simplement observé comment Mme CHEVILLOT faisait son cours
et constaté que les élèves étaient effectivement turbulent ainsi qu’elle nous l’avait annoncé. La séance
suivante nous avons pris la place de l’institutrice pendant qu’elle, surveillait et intervenait si vraiment
les élèves devenaient trop désagréables. Nous avions prévu dans l’ensemble de continuer le cours déjà
commencé par l’institutrice. Les élèves ayant déjà vu le schéma générale d’un volcan nous comptions
aller plus dans le détail en leurs expliquant qu’il existait deux grands types de volcan (explosif et
effusif), expliquant les différences qui les caractérisent (visuellement et leur niveau de dangerosité).
Pour la première séance nous leur avions donc passé des extrais de vidéos montrant les
caractéristiques d’un volcan effusif (piton de la fournaise) et d’un volcan explosif (Mont st Hélène).
Chaque élève avait pour consigne de noter sur son cahier de brouillon, ce qui lui paraissait intéressant
dans les vidéos. A la fin du visionnage, afin de les pousser à réfléchir sur ce qu’ils venaient de voir
nous avions inscrit au tableau, les mots similitudes et différences, et ce sont les enfants qui devaient
nous dire ce que nous devions écrire et dans quel colonne, en fonction de ce qu’ils avaient noté lors de
la vidéo. Nous leurs avons apporté bien sur plus de précisions au court de l’exercice. Avant de leur
faire recopier la leçon que nous avions écrite au tableau nous avons organisé un petit jeu, permettant
de faire la synthèse sur ce qu’ils venaient de voir. Nous leurs avons donc distribué à chacun une photo
représentant une caractéristique correspondant à l’un des deux volcans. Par exemple : une photo de
nuée ardentes. Ils devaient ensuite venir nous remettre la photo selon que nous représentions un
volcan explosif ou effusif et expliquer à toute la classe pourquoi il avait fait ce choix. A certains élèves
nous avions donné des pierres volcaniques appartenant à l’un ou l’autre des volcans mais le principe
restait le même.
La séance suivante nous avons mis en place des expériences afin que les élèves comprennent,
maintenant qu’ils savaient ce qu’était la différence entre un volcan explosif et effusif, le mode de
fonctionnement de ceux-ci. Entre autre que c’était la consistance de la lave qui était à l’origine du type
de volcan. Nous leurs avons ensuite expliqué toujours grâce à des expériences ce qu’était la viscosité
(le paramètre qui fait varier la consistance de la lave) et fait découvrir les volcans de points chauds,
ainsi que le déroulement et la formation d’une île volcanique. De cette façon nous voulions leur
montrer que les volcans n’étaient pas seulement synonymes de destruction et mort mais qu’ils
formaient aussi de très belles choses qui abritaient la vie (faune et flore très variées). De plus, cela
nous permettait de faire le lien avec le cours suivant qui devait porter sur les plaques tectoniques qui
sont à l’origine des volcans. Mais, qui n’a pas pu avoir lieu en raison de l’état de santé de l’institutrice.
Nous n’avons donc pas pu finir l’animation comme nous l’aurions voulu, nous avions prévu lors de
la dernière séance de conclure en expliquant l’origine des volcans (zone de subduction des plaques
tectoniques, dorsales océaniques, points chauds) grâce à un exercice d’observation d’une carte des
plaques tectoniques et une des volcans. Les élèves auraient dû remarquer en superposant les deux
cartes que les volcans se trouvaient au niveau des limites de plaques, de là seraient partie le reste des
explications et le cours. Et vraiment pour la fin, nous avions acheté deux bouteilles de champomy
dont nous comptions faire sauter le bouchon pour rappeler un volcan explosif, dont l’explosion
violente est provoquée par l’accumulation de gaz sous un bouchon de lave très visqueuse. Et bien sûr
nous aurions bu ensemble le contenu des bouteilles.
Téléchargement