la collection systématique - Jardin Botanique de Nancy

publicité
LA COLLECTION SYSTÉMATIQUE
La colonisation de la Terre
Entre les premières algues vertes apparues sur terre, il y a environ 1 milliard d'années et la végétation qui la
recouvre aujourd'hui, de multiples peuplements végétaux se sont succédés.
En premier lieu les algues, puis les mousses, qui constituent les formes végétales primitives, tentent une
colonisation progressive des terres émergées.
Les fougères occupent ensuite une place importante. Elles dominent au Carbonifère (environ 300 millions
d'années).
Jusqu'au Crétacé (80 millions d'années) ce sont les Gymnospermes qui jouent un rôle prépondérant dans la
couverture végétale de la terre. Leurs descendants sont les conifères actuels (épicéas, pins, cyprès...).
Enfin, au début de l'ère tertiaire (environ 65 millions d'années), ce sont les Angiospermes qui s'imposent, c'està-dire les plantes à fleurs dont les graines sont protégées dans des fruits.
Déployant des stratégies multiples pour s'adapter à tous les milieux et présentant des modes de vie très variés,
elles vont avoir un développement explosif.
Aujourd'hui, avec 240 000 espèces, les Angiospermes constituent près de 70 % du règne végétal et donnent à la
végétation terrestre sa physionomie actuelle.
Classification
Selon différentes hypothèses évolutives et d'après l'observation des caractères morphologiques (forme des
feuilles, des fleurs...), cytologiques (nombre et forme des chromosomes), ou encore palynologiques (analyse du
pollen), il est possible de proposer des systèmes de classification de plus en plus précis.
Ainsi, pendant de nombreuses années, les systèmes se présentent sous la forme d'un emboîtement, où chaque
espèce est placée à un endroit précis, selon des liens de parenté qui prennent surtout en compte des critères de
ressemblance. C’est le cas notamment du modèle de Cronquist.
Par conséquent, les espèces qui ont en commun un grand nombre de caractères et de nombreuses affinités
génétiques sont réunies en un même genre. À leur tour, les genres proches les uns des autres sont regroupés au
sein d'une même famille. Ensuite, les familles ayant des liens de parenté sont regroupées en ordres, euxmêmes réunis en classes.
• JARDINS BOTANIQUES DU GRAND NANCY ET DE L’UNIVERSITÉ DE LORRAINE •
100 rue du Jardin Botanique | 54 600 Villers-lès-Nancy
Tel : 03.83.41.47.47 | Fax : 03.83.27.86.59
www.jardinbotaniquedenancy.eu
Aujourd’hui, une nouvelle classification phylogénétique des angiospermes a vu le jour grâce à la biologie
moléculaire. Elle est appelée APG (Angiosperm Phylogeny Group).
Le modèle de CRONQUIST
La collection systématique du Jardin Botanique Jean-Marie Pelt est réalisée dès 1985 selon le système proposé
par l'américain Arthur CRONQUIST (1981). Limitée aux seules Angiospermes, cette classification reconnaît
l'existence de :
>
2 classes : les Monocotylédones et les Dicotylédones (différence entre les espèces qui ont des graines à
1 ou 2 cotylédons),
>
11 sous-classes, comprenant :
> 83 ordres, eux-mêmes constitués de :
> 383 familles végétales différentes.
L’exemple des Rosales
L'Ordre des Rosales regroupe différentes familles dont celle des Rosacées qui est constituée elle-même par de
nombreux genres dont le genre Rosa (les rosiers), riche de plus de 100 espèces.
Sur le terrain, la collection systématique apparaît sous la forme d'un arbre généalogique. Les plates-bandes
correspondent chacune à un ordre et sont réunies par des allées qui expriment les liens de parenté.
Seules, les espèces à même de pouvoir prospérer sous notre climat ont été choisies. C'est pourquoi, de
nombreux ordres sont modestement représentés, ou absents. La taille de chaque massif n'est donc pas
proportionnelle à l'importance de l'ordre au sein de la classification végétale.
Le point de départ est constitué par l'ordre des Magnoliales. Il regroupe les représentants actuels des plantes à
fleurs primitives, d'où dérivent toutes les autres espèces. On y remarquera le tulipier et les magnolias. De ce
premier massif, partent des ramifications schématisées par les allées qui permettent de découvrir et de suivre
l'évolution des différentes lignées.
Certains chemins conduisent rapidement à des impasses, constitués par les ordres qui ont gardé des caractères
très primitifs.
D'autres, à l'inverse se ramifient à leur tour et nous entraînent progressivement vers les ordres les plus évolués,
constitués par les familles végétales les plus récentes et souvent les plus vastes. Chez les Dicotylédones, les
Astérales culminent avec plus de 20 000 espèces, alors que les Orchidales (15 000 espèces d'orchidées) sont
considérées comme les Monocotylédones les plus évoluées
• JARDINS BOTANIQUES DU GRAND NANCY ET DE L’UNIVERSITÉ DE LORRAINE •
100 rue du Jardin Botanique | 54 600 Villers-lès-Nancy
Tel : 03.83.41.47.47 | Fax : 03.83.27.86.59
www.jardinbotaniquedenancy.eu
Le modèle APG 3 (Angiosperm Phylogeny Group)
Cette classification n’est pas représentée dans la collection systématique.
Cependant elle est utilisée dans l’ensemble des collections des Jardins botaniques du Grand Nancy et de
l’Université de Lorraine pour nommer les plantes et les classer au sein des familles.
Ainsi, les véroniques autrefois classées dans les scrophulariacées sont aujourd’hui classées dans les
plantaginacées.
Bromus sterilis et Bromus tectorum deviennent Anisantha sterilis et Anisantha tectorum… Festuca pratensis
devient Schedonorus pratensis.
• JARDINS BOTANIQUES DU GRAND NANCY ET DE L’UNIVERSITÉ DE LORRAINE •
100 rue du Jardin Botanique | 54 600 Villers-lès-Nancy
Tel : 03.83.41.47.47 | Fax : 03.83.27.86.59
www.jardinbotaniquedenancy.eu
© CJBNancy, la collection historique
ornementale
Téléchargement
Explore flashcards