MAOP_brochure_CP

advertisement
Communiqué de presse - Berne, le 21 janvier 2014
Occlusion d’une artère de la jambe – halte au danger insidieux!
La maladie artérielle occlusive périphérique (MAOP) peut aller jusqu’à entraîner l’occlusion
d’une artère. Malgré ce danger, elle n’est souvent pas détectée et donc pas soignée. Or, entre
10 et 20% des personnes de plus de 60 ans sont concernées. Dans une nouvelle brochure, la
Fondation Suisse de Cardiologie en coopération avec l’Union des Sociétés Suisses des
Maladies Vasculaires informe des risques, des symptômes, des traitements, mais aussi de la
prévention de cette maladie insidieuse.
Si, en marchant, on ressent des douleurs dans les cuisses ou les mollets qui disparaissent à l’arrêt, il
peut s’agir d’une «maladie artérielle occlusive périphérique», communément appelée «maladie du
lèche-vitrines» (surtout en allemand) ou «jambe du fumeur». Le fait que deux tiers des personnes
touchées ne ressentent pas de douleurs n’est pas une raison de prendre cette maladie à la légère, en
effet, «les patients ont un risque d’infarctus du myocarde environ quatre fois supérieur à celui des
personnes en bonne santé et un risque d’attaque cérébrale jusqu’à trois fois supérieur», souligne le
professeur Augusto Gallino, angiologue et président de la Commission Recherche de la Fondation
Suisse de Cardiologie. «Il faut détecter et soigner ces personnes, c’est la seule possibilité de réduire
leur risque accru.»
Prévenir et examiner en cas de doute
La probabilité de MAOP augmente avec l’âge. Des études montrent que chez les personnes de plus
de 60 ans, une sur dix est concernée, et près d’une sur cinq chez celles de plus de 70 ans. Les
fumeurs et les diabétiques sont particulièrement menacés. La prévention est possible: ne pas fumer,
faire contrôler et, le cas échéant, soigner sa tension artérielle, son taux de glycémie et de lipides
sanguins, adopter une alimentation équilibrée et avoir une activité physique régulière sont autant de
mesures préventives. En cas de soupçon de maladie occlusive, il existe un examen simple et fiable: la
mesure de la tension artérielle dans les bras et au niveau des chevilles. Les valeurs obtenues
permettent de déterminer ce que l’on appelle en termes médicaux l’index cheville-bras (ABI = anklebrachial-index).
Que faire après le diagnostic?
Un mode de vie sain pour les vaisseaux sanguins doit être maintenu et complété par un entraînement
à la marche systématique. Comme l’ont montré des études, cela permet aux patients atteints de
MAOP de fuir leur maladie au sens propre du terme. En effet, de nouveaux vaisseaux sanguins, dits
collatéraux (collatéral = à côté, de part et d’autre), se forment dans les régions touchées et améliorent
l’oxygénation des muscles. Le patient peut parcourir sans douleurs un trajet de plus en plus long. En
outre, l’entraînement a un effet positif sur la glycémie, les lipides sanguins et la tension artérielle, ce
qui fait diminuer le risque d’infarctus du myocarde et d’attaque cérébrale. Le mode de vie et
l’entraînement à la marche restent importants y compris lorsque d’autres interventions sont
nécessaires, par exemple la dilatation d’un vaisseau par cathéter à ballonnet ou un pontage, opération
chirurgicale de pose d’une dérivation autour de l’obstruction. De plus, des médicaments peuvent
réduire le risque d’accident aigu.
La Fondation Suisse de Cardiologie informe
La nouvelle brochure «Occlusion d’une artère de la jambe – halte au
danger insidieux!» donne des informations approfondies sur les risques,
les symptômes, le diagnostic, le traitement et la prévention de la MAOP.
À commander gratuitement sous www.swissheart.ch/publications,
info@swissheart.ch, téléphone 031 388 80 80
Contact pour les questions d’ordre médical:
Pr Augusto Gallino
Angiologue et président de la Commission Recherche
de la Fondation Suisse de Cardiologie
Médecin-chef en angiologie-cardiologie
Ospedale San Giovanni, Bellinzona
Secrétariat Pr A. Gallino: 091 811 91 07
augusto.gallino@eoc.ch
Pr Beatrice Amann-Vesti
Angiologue et présidente de la Société Suisse d’Angiologie
Directrice de la Clinique universitaire d’angiologie
Hôpital Universitaire de Zurich
Secrétariat Pr B. Amann-Vesti: 044 255 26 71
beatrice.amann@usz.ch
Contact à la Fondation Suisse de Cardiologie:
Silvia Aepli
Responsable du secteur Information, prévention
Schwarztorstrasse 18, case postale 368, 3000 Berne 14
Téléphone 031 388 80 95, fax 031 388 80 88
aepli@swissheart.ch, www.swissheart.ch/medias
Remarque à l’intention des journalistes:
Ce communiqué de presse et des visuels sont disponibles sous www.swissheart.ch/medias ou
peuvent être commandés par e-mail.
La Fondation Suisse de Cardiologie – active contre les maladies cardiaques et l’attaque cérébrale
Nous nous investissons, en encourageant la recherche et par un vaste travail d’information, pour que
moins de personnes souffrent de maladies cardio-vasculaires ou en restent handicapées, pour qu’on ne
meure pas prématurément d’infarctus du myocarde ou d’attaque cérébrale et pour que la vie des
patients soit toujours digne d’être vécue. La Fondation Suisse de Cardiologie, créée en 1967, est une
organisation indépendante, essentiellement financée par des dons, reconnue d’utilité publique par la
fondation ZEWO.
2/2
Téléchargement