TD : Membres supérieurs

advertisement
TD : Membres supérieurs
Fracture de la clavicule :
La clavicule possède trois articulations :

sterno-claviculaire (sternum-clavicule)

acromion-claviculaire (acromion-clavicule)

coracio-claviculaire (coracoïde-clavicule)
Pathologie :
Description pathologie fréquente, deux types de population : sport de contacts (boxe,
rugby …)
Causes : chute (traumatique) sur l’épaule, déplacement du à la traction des muscles et au
poids du membre supérieur par un chevauchement des structures osseuses.
TD : Membres supérieurs
La clavicule possède trois
régions de fractures
16%
82%
2%
%%
%
Etude longitudinale (sur 10 ans) dans un hôpital. Ils ont répertorié la zone de fracture
et le type de population.
Pour quelles raisons la fracture est plus souvent située dans la zone médiane ?
Types de population :

accidents de la circulation 47%

chute accidentelle 33%

sport 7%

autres 3%
Zone médiale : diminution de son épaisseur  concentration des contraintes.

courbure

centrale

pas de point d’accroche

zone la plus exposée
Fracture déplacée : traitement chirurgicale (plaque vissée)
Fracture peu déplacée : traitement orthopédique
Le traitement orthopédique se fait par une orthèse.
A quoi sert un orthèse ?
Effet de protection au niveau de structures anatomiques lésées.
 immobilisation (clavicule)
Tout en autorisant une certaine liberté (si on fixe l’articulation entre la clavicule et la
scapula, on doit permettre le mouvement de l’articulation glèno-humérale sans aggraver
la lésion)
 Obtenir une consolidation plus rapide et de meilleures qualités.
Compromis : immobilisation et liberté de mouvement
TD : Membres supérieurs
 Matériaux adaptés : matériaux semi rigide
 Bandage orienté en fonction des lésions
L’orthèse permet une position des bras en retro pulsion, une rotation externe de l’épaule
et un abaissement de la ceinture scapulaire.
 Bonne répartition des points de pression (limité les douleurs)
Epicondylalgie : (micro-traumatique)
Vue antérieure
Vue postérieure
Douleurs de l’épicondyle latéral.
Epicondyle
latéral
1
= zones d’insertions
des muscles
2
3
4
5
TD : Membres supérieurs
Les principales populations visées sont :

les sportifs

les professionnels (ouvriers, secrétaires …)
La tranche d’âge principalement visée est la tranche 30-40ans.
La caractéristique de cette pathologie est la douleur au repos et elle s’accroit lors d’une
activité particulière.
Les muscles qui s’insert à l’épicondyle latéral sont :
1. 2ème radial
2. Extenseur commun des doigts
3. Cubital postérieur
4. Extenseur propre du V
5. Court supinateur
TD : Membres supérieurs
Tennis elbow (=coude) = épicondylite d’insertion
Le muscle principalement atteint est le 2ème radial, mais il y aussi l’extenseur commun
des doigts et le court supinateur qui sont souvent touchés lors de cette pathologie.
Inflammation du périoste avec un petit arrachement qui est entretenu par les
contractions des muscles épicondyliens.
Causes :

pathologie micro-traumatique de surcharge ( tennis, golf, javelot …)

grasping puissant (serrage)

travail manuel ; ouvriers, secrétaires (vissage et martelage)
Etude de Bauer en 1999 :
Il cherche a contrôlé l’activité musculaire sur un groupe de contrôle et un groupe de
tennisman atteints du tennis elbow.
Activation musculaire électrique  force
Enregistré par l’EMG (électromyogramme de surface)
Il effectue l’enregistrement de plusieurs groupes musculaires (muscles extenseurs et
fléchisseurs du bras)
Principaux résultats :
Groupe blessé : activation plutôt, plus forte et plus longtemps pour les muscles
extenseurs du bras.
Causes du tennis :

sur-sollicitation musculaire

retard gestuel

mauvais centrage de la balle (  augmentation des vibrations)

manque d’échauffement

changement de matériels
Traitement :

Médical : repos, immobilisation, infiltration de corticoïdes

Kinésithérapie : massage, cryothérapie, manipulation, ultrason …

Travail de rééducation musculaire afin de rétablir l’équilibre fléchisseurextenseur

Travail d’étirements
TD : Membres supérieurs
Téléchargement