Cycle de développement

publicité
Insectes parasites
INTRO
Poux, puces, punaises = ectoparasite
Moustique, moucherons, mouches = vecteurs
I.
Poux
A.
Caractères généraux
Ordre : anoploures
Famille : Pédiculidés
Insecte hétérométabole (2-4 mm aplatis dorso-ventralement)
Hématophage à tous les stades (piqure solénophage) au – 3 fois
- Poux de tète
- poux de corps
- Poux du pubis = morpion
B.
-
Cycle de développement
Œufs (lentes) fixés à la base des cheveux (200-300/*femelle)
+6j : éclosion
3 stades larvaires
Durée du cycle 2-3 semaine
Les lentes sont fixées par la spumaline aux cheveux, et les échanges gazeux sont
assurés par les micropyles
C.
-
La pédiculose de la tête à Pediculus h. capitis
Prurit (début dans la région occipital de la tête
Lésions de grattage (les croutes → pleins de poux, suinte, et sens mauvais)
Très contagieux en communauté infantiles
Ne transmet pas de pathogènes
D.
La pédiculose du corps à Pediculus h .humanus=P.h. corporis
Ce pou vit sur les vêtements au contact de la peau et pond sur les fibres textiles ; durée du
cycle un peu plus longue. Entre 2 repas il se camoufle dans les textiles. Ce pou est surtout
dans les endroits défavorisés, guerre.
- Prurit (nuque, épaule)
- Pigmentation de la peau (mélanodermie des vagabonds)
Rôle vecteur de P.H.humanus
o
o
o
o
o
o
1.
Typhus exanthématique à Rickettsia prowasekii
Transmission par les déjections du pou
Pénétration par lésion de grattage ou muqueuse (œil)
Incubation 7-15j
Syndrome fébrile (40°), exanthème, tuphos
Complications cardiaque et méningé
Epidémiologie :
 Maladie endémique cosmopolite des régions d’altitude
 Vague épidémique à partir de ces foyers
o Traitement : tétracycline (doxy)
2.
La fièvre des tranchées à Bartonella quintana
Rickettsiose humaine réémergente en milieu urbain (USA, EU) chez les SDF et chez les
individus infecté par le VIH
- Transmission par les déjections des poux
- Syndrome pseudo-grippal
- Fièvre récurrente (5j) pendant 4 à 6 semaines
- Complications : endocardite
- Traitement antibiotique : tétracycline
Ces poux n’aiment pas les changements de température.
3.
La fièvre récurrente à Borrelia recurrentis
La bactérie (spirochète) se multiplie dans l’hémolymphe du pou ; la transmission nécessite
l’écrasement du pou
- Symptomatologie : fièvre récurrente
- Epidémiologie : comparable au typhus
- Traitement antibiotique cycline
E.
-
F.
-
-
La phtiriase à Phthirus pubis
Le cycle du morpion est d’environ 2 semaines, la femelle vit un mois et pond une
trentaine d’œufs
Parasitose sexuellement transmise
Poils pubiens, du tronc, des cuisses, des aisselles, barbe, moustache, sourcils, cils
Prurit (= phtiriase), lésion de grattage
Pas de rôle vecteur attribué au morpion
Les traitements
1.
Insecticides et formes galénique
Acides acétique, camphre, HE de citronnelle : YSOL® shampooing
Organophosphoré (malathion) : PRIODERM®lotion, solution p.appl.cutanéé
Pyréthrines naturelle (extrait de pyrèthre + butoxyde de pipéronyle) : SPRAY-PAX®
sol.p.pulv cutanée (AMMM : pou du pubis)
Pyréthrinoides
o Parapoux® (perméthrine) crème capillaire
o Charlieu® anti-poux (perméthrine +BP) shampooing
o Hgor® anti-poux (d phénothrine) shampooing
o Itax (d phénothrine) shampooing
o Parasidose® (phénothrine) shampooing
Pyréthrine+malathion : Para®plus (permethrine +BP+malathion) sol p.appl.cutanée
2.
Méthodes physiques
Peigne, huile, silicones (pouxit®), DuiLP-Pro® (Oxyphthirine)
II.
3.
Recommandation d’emploi
4.
Résistance
Les puces
A.
Caractères généraux
-
Ordre des siphonaptères
o Insecte holométabole
o 1-6 mm
o Corps aplatis latéralement
o Adaptation au saut
Leur corps est garnis de soies dont certains forment des peignes (cténidie)
- Adultes mâle et femelle hématophage parasite intermittents
- Spécificité écologique : n’aime pas les changements de température et d’humidité,
donc sur les animaux dans les terriers
B.
Cycle de développement
→ Vie adultes : 10 mois
→ femelle ponds 100 œufs éclosion+7 j
→ Larves détritiphages (3 stades larvaires de 2-6j)
→ Nymphe 1-2 semaines
- Durée variable 15j→1 an
Pour un chien ; savoir si il a des puces on passe un chiffon humides sur lui et si il devient
rouge (sang) il en a.
C.
La piqûre
D.
Prurit violent
Ecchymose avec œdème réactions d’hypersensibilité, urticaire
E.
Rôle vecteur
La peste (yersinia pestis)
3 pandémie (6ème, 14-18ème siècle et 19ème= plusieurs dizaine de millions de morts en Europe
Aujourd’hui :
-
-
1.
Cycle selvatique
Rongeurs sauvages non sensibles : enzootie
Transmission par échanges de puces (foyers localisés en Afrique, Asie, Amérique)
noire (rattus rattus) lui passe ses puces
2.
Cycle domestique
Rat noir : rattus rattus
Puce : xenopsylla cheopis
3.
Cycle humain
- Puce : Pulex irritans
- Direct : forme pulmonaire : épidémie
La, peste est bubonique au départ et devient pulmonaire
Rickettsia typhi/felis :
- Typhus murir/chats : fièvre bubonneuse
- Possibilité de passage des rats à l’humain .Rickettsie dans les déjections des puces
Hôte de dipylidium caninum
- Cestode du chien (vers plat segmenté)
- Les larves de puces peuvent ingérer des poches à œufs de cestodes, développement
dans la puce, puis chien
F.
Lutte contre les puces
-
1.
Eradication de la peste
Contre les rongeurs et les puces (carbamates)
Habitation (linge imprégné d’insecticide emporté par les rats)
-
2.
Animal domestique
Application d’insecticides, collier (préventifs)
Traiter l’environnement
G.
La puce chique, Tunga penetrans
1mm
-
Adultes vivent dans les sols sableux ( !!!porter des chaussures)
Femelle sous la peau : ponte environ 100-200 œufs en 1 semaine
Ulcération douloureuses et complication septiques
Extirpation et traitement de la plaie
III.
Les punaises
A.
Punaise des lits, Cimex lectularius
Ordre : Hémiptère
Famille Cimicidae
Aplaties dorsaux-ventralement
- Liée à la fréquentation des lieux, car emmenée avec les bagages
- Pronotum développé
- Ailes vestigiales
- 5-6mm, corps brun
- Rostre ventral
- Mâle : spicule dorsal tourné vers la gauche, fécondation traumatique, développement
hétérométabole
- Œufs 1mm, operculé, 150-500/femelle/10j
- Larves 1.5-3.5mm hématophages : 10 semaine
- Adultes mâle et femelle (1RS/sem) hématophage : 10 mois (la nuit, le repas sanguin
10-15 min souvent piqure en triangle)
- Pas vecteur de pathologies, mais possibilité d’hypersensibilité de type I, anémie,
réaction érythémateuse oedématique
- !!!suivie du virus de l’hépatite B dans le TD des punaises
- Pour repérer leur présences : déjection/sang sur les murs, plafonds, literie
- Pour trouver les « nids » ourlet de rideaux, tenture, le long des plaintes
- Désinfection par pyréthrinoïdes le plus souvent
B.
Réduves
Ordre : Hémiptère
Famille : Rediviadeae
Sous famille : Triatominaea
-
IV.
Course pas vraiment de vol
Rôle vecteur de Trypanosoma cruzi : maladie de Chagas
Contamination par déjection : trypa dans le sang humain et déjection réduve ;
amastigote dans les macrophages, muscle, cellule névroglée et épimastigote dans
intestin.
Diptère
Insecte holométabole
Larve différent des adultes
Adultes une paire d’aile + 1 paire de balancier
Nématocère= antenne longue > 5 art, orthopode (trou droit)
Brachycères= antenne courtes > 5 art
Cyclorraphes = antenne courtes (3art), sortie par exuvie, trou rond
A.
Diptères Nématocères
1.
Moustique Culicidae
a)
Morphologie
Seules les femelle sont hématophage (solénophage, pas de microhématome)
Male produise des soies sur les antennes pour reperer les femelles
b)
Cycle de développement
Accouplement, repas sanguin, ponte, larves, nymphes, émergence
- Gite larvaire choisies selon l’éclairage, calme de la surface de l’eau
- Comportement des adultes : préférence trophiques (espèce exophiles/endophile).
Femelle vivent quelque semaines-6 mois, 1 seul accouplement par vie de femelle
(spermathèque)
Anophèle Gambiae : gîte temporaire que remplissent à la saison des pluies
Anophèle Funestris : gîte permanent (marais, égout)
Aedes aegypti : pneus usagés, pots de fleur
c)
Rôle vecteur
Genre anophèle
Le paludisme : plus de 60 espèces
Europe : A.maculipennis
Asie : A.minimus
Afrique : A.gambiae-A.funestus
Adaptation étroite des souches (parasite-vecteur)
Genre Aedes : vecteur d’arbovirose importantes
Le chikungunya (alphavirus) isolé pour la première fois en Tanzanie en 1953
- Afrique et asie du sud-est
- Virus de primates (singes-homme)
- Vecteurs : Aedes aegypti et aedes albopictus
- Symptômes :
o Incubation 4-7j
o Fièvre élevée
o Arthralgie (extrémité), myalgie, céphalée
o Epidémie en 2006 à La Réunion Eruption cutanée
o Souvent : évolution spontané favorable
o Parfois : évolution vers une forme chronique avec arthralgie
-
-
o Plus rarement : méningo-encéphalites, atteintes hépatique
Diagnostique biologique :
o RT-PCR (précoce = virémie)
o Sérologie ( IgM puis IgG)
Traitement :
o Symptomatique (antalgique et antipyrétique)
:
- 266000 cas dans l’ile (1/3 pop)
- Depuis avril 2007 phase inter-épidémique
- Depuis juillet 2006 : déclaration obligatoire en France
- Depuis 1999 Aedes albopictus en Corse, Alpes-Maritimes et les bouche du Rhône
La dengue due à flavivirus
50 a100 millions de cas /an (50 000 décès)
Réservoir : homme
Vecteur : Aedes aegypti
- Dengue « classique » : syndrome fébrile avec myalgies et arthralgie (1 semaine),
longue convalescence
- Dengue hémorragique : hémorragie (pétéchie, saignements des muqueuses, et du
tractus gastro-intestinal), risque de choc hypovolémique (mort 10%)
- Diagnostique biologique :
o Pcr
o Sérologie
- Traitement symptomatique (pas d’aspirine !)
- Pas de vaccin, protection contre Aedes
- Remarque:
o Diversité des souches (4 sérotypoes :DENV-1, DENV-2 , DENV-3, DENV-4)
o Infection, séquentielles (gravité)
o Depuis juillet 2006 : déclaration obligatoire
La fièvre jaune (virus Amarii)
- 200 000 cas/an, 30 000 morts (OMS)
- Flavivirus de primates (singes-hommes)
- Afrique (33 pays) et Amérique(11)
- Epidémiologie en Afrique :
o cycle selvatique
 Infection simienne inapparente
 Acquisition immunité solide et prolongé
 Aedes africanus
o Cycle rural et cycle urbain : transmission du singe à l’homme (Aedes simpsoni)
puis d’homme à homme avec Aedes aegypti
- En Amérique
o Cycle selvatique : d’un singe à l’autre grâce à Haemagogus), si l’homme rentre
dans la forêt il rentre dans le cycle selvatique
o Cycle urbain avec Aedes aegypti
- Symptomatologie
o Incubation 3 à 6j
o Phase de début (fièvre, céphalée, myalgie, nausée)
o Rémission (3ème jour)
o Phase d’état= fièvre hémorragique avec hépatonéphrite ; pétéchie ; mortelle
dans 10 à 20 % des cas, atteinte des reins (oligurie)
- Traitement symptomatique
- Prévention : vaccin vivant atténué Stamaril® (10 j avant le départ dure 10 ans)
Genre Culex
Nuisance (Culex pipens)
- Sous les tropique : vecteurs de filarioses lymphatiques
- Virus agents d’encéphalites : encéphalite japonaise (Flavivirus) : 25% de mortalité des
formes neurologique-vaccination (ATU)
- West nile, Saint louis
-
-
-
d)
Lutte contre les moustiques
Lutte larvicides
o Prédateurs
o B.thuringiensis
o Lutte chimique adapté aux gîtes
Lutte imagocide
o Epandage d’insecticides (urgence épidémique)
o Dans les habitations
Protection individuelle
o Répulsifs (peau, vêtement)
o Moustiquaire imprégnées
2.
Les simulies
-
a)
Morphologie
Moucherons cosmopolites
2-5 mm
Seules les femelles sont hématophages
Activité diurne
Durée de vie 2-3 semaines
-
b)
Cycle de développement
Accouplement
Repas sanguin
100-500 œufs par ponte
Support aquatique
Eclosion +7j
6 à 8 stades larvaires
Nymphe (cocon triangulaire)
Durée du cycle 1-2 mois
-
c)
Rôle pathogène
Piqûre telmophage douloureuse
Envenimation (Simulium colombascense)
Vecteur d’onchocercose (Onchocerca volvulus)
d)
Lutte insecticide
Larvicide : chimique (Abate®), biologique(B.thuringiensis)
3.
Phlébotomes
-
a)
Morphologie
Zones tropicales et tempérées chaudes
2-3 mm
Thorax bossu, nombreuses soies
Seules les femelles sont hématophage
Activité crépusculaire et nocturne
Durée de vie : 1-2 mois
-
b)
Cycle de développement
Repas sanguin, accouplement
10 à 100 œufs par ponte
Terre (matière organique)
Eclosion +7j
4 stades larvaires
Nymphes
Emergence
Durée du cycle environ 1 mois
-
-
c)
Rôle pathogène
Piqûre telmophage « harara »
Vecteur
o Arbovirose (fièvre à phlébotome)
o Bartonellose (fièvre de la Oroya à Bartonella bacilliformis)
o Leishmanioses
d)
Contre les adultes
B.
Diptère brachycères ortorrhaphes
1.
-
Lutte insecticide
Les tabanides ou Taon
a)
Morphologie
Gros diptère 2-3cm
Yeux composés volumineux
Femelle hématophages
Exophiles (bétail)
Diurne
Genre : Tabanus et Haematopota
-
b)
Cycle de développement
Accouplement, repas sanguin
Œufs pondus sur plante et sol humide
7 à 10 stades larvaires (larves carnivore)
Nymphe
Emergence
Durée : 6 mois à 3 ans
-
c)
Rôle pathogène
Piqûre télmophage douloureuse (importance vétérinaire)
-
-
Vecteurs :
o An Afrique : filaire Loa-Loa (Chrysops)
o Transmission mécanique (charbon, tularémie)
d)
Lutte contre les taons
Epandage d’insecticides (gîtes larvaires)
Lutte écologique
Piégeage des adultes
Emploi de répulsifs
C.
Diptères cyclorrhaphes
1.
Les muscidés ou mouches
a)
Muscides piqueurs
(1) Les glossines
- Mouches piqueuse d’Afrique
- 2 sexes hématophages
- Activité diurne
- Durée de vie 3-5 mois
- Vivipare
Rôle pathogène : transmission trypanosomia (maladie du sommeil)
Glossina palpalis (mouches hygrophiles) transmet Trypanosoma brucei gambiense
Glossina morsitan (mouches xérophile) transmet Trypanosoma brucei rhodesiense
b)
Muscide agents de myiases
Définition : parasitisme par des larves de mouches (asticot) se nourrissant de tissus mort ou
vivants.
Différents type de myiase
- Furonculeuses : elle se met dans les tissus humide et puis rentre sous la peau (10-15j)
o Vers de Cayor en Afrique (Cordylobia)
o Macaque en Amérique (dermatobia)
- Myiase rampantes (Hypoderma-Varron)
- Myiase des plaies
o Calliphoridés : Lucilia , calliphora, Cochliomya..
o Myiase des plaies à Cochliomyia hominivorax « screw worm »
- Myiase des cavités de la face (Calliphoridés et Oestridés)
- Myiase du tube digestif, des voies uro-génitales
Diagnostique :
- Extraction des larves
- Identification (plaques stigmatiques, crochet buccaux)
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

Algorithme

3 Cartes trockeur29

Créer des cartes mémoire