Fertilisation du maïs 2013

publicité
KWS Suisse SA
Fertilisation du maïs
Les quelques beaux jours de la semaine dernière ont permis aux maïs stressés de récupérer quelque peu
et de devenir à nouveau verts. Cependant, pour profiter pleinement de ce temps propice, il est important
de porter un regard attentif à une nutrition optimale des plantes.
Si l’on considère que les critères de rendement rangées de grain/épi et grains/rangée de grains se déterminent jusqu’au stade de respectivement 6 feuilles et 11 feuilles, on réalise à quel point les prochaines
semaines seront décisives pour la formation du rendement. Des sols bien aérés et chauds mais aussi de
bons apports nutritionnels sont essentiels au développement optimal des plantules.
La disponibilité du P est très limitée
En mai, les températures du sol ont oscillé entre 9 et 14°C (-10cm, lieu: Lindau). Cette condition restreint
considérablement la disponibilité du phosphore (illustration suivante). Le phosphate joue un rôle important
dans le métabolisme énergétique de la plante; il est donc aussi déterminant pour la croissance racinaire
des jeunes plants. Ceux-ci ne peuvent absorber suffisamment de nutriments et d’eau que s’ils disposent
d’un système racinaire bien développé.
Il est temps d’épandre du phosphore hydrosoluble
Le sol ressuyé devrait si possible être sarclé. Le sarclage favorise l’absorption de l’air et de la chaleur. De
plus, la croissance racinaire nécessite à présent un apport suffisant de phosphate hydrosoluble. Les engrais suivants en contiennent: TSP, DAP, No-till, Nitrophos rapide. Dans l’idéal, il faudrait appliquer le
phosphore avant de sarcler car il pénètrera mieux dans la zone racinaire.
On conseille une fertilisation foliaire supplémentaire de 10l/ha de Patastar, pour sécuriser l’apport de
phosphore. Patastar fournit également du bore et du manganèse, importants pour le remplissage des
épis. Il convient de prêter une attention particulière aux oligoéléments, surtout pendant les périodes
froides et humides du printemps, dans les terres noires et dans les sols aux pH élevés.
Fumure de base azotée
Pour la fumure de base azotée, au stade 4 à 6 feuilles, on utilise de préférence le Sulfamide ou de l’urée
granulée car ils contiennent de l’azote uréique à action plus lente et les besoins d’azote du maïs
n’atteignent leur maximum que pendant la floraison. Le maïs a aussi besoin d’azote pendant sa croissance végétative, notamment pour former une tige solide et de larges feuilles (→ grande capacité
d’assimilation).
Serge Zbinden
Service technique LANDOR
Votre service de production végétale KWS
Jürg Jost
Patrick Favre
Christelle Bonjour
079 622 32 73
079 364 17 50
079 471 58 78
Téléchargement