L`échelle État-nation Gouverner la France depuis 1946

advertisement
Thème 4 : Les échelles de gouvernement dans le monde
État-Nation : ………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
L’année 1945 marque la fin de la longue domination de l’État-nation comme forme principale de
gouvernement. Le nationalisme est alors considéré comme l’une des causes essentielles des deux guerres
mondiales. Pour éviter qu’un tel désastre ne se produise, naît une volonté de développer d’autres formes
de gouvernement à différentes échelles…
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
L’essor de la mondialisation de l’économie et des échanges de tout genre, qui génère une interdépendance
croissante au niveau international, semble favoriser ces nouvelles échelles de gouvernement qui
s’accompagnerait d’un recul des États-nations…
Problématique : comment les échelles de gouvernement du monde se sont-elles diversifiées depuis la
Seconde Guerre mondiale ? Quelles sont les différentes échelles de gouvernement dans le monde actuel ?
Comment coexistent-elles ?
1
Chapitre 1 : L’échelle État-nation
Gouverner la France depuis 1946 : État, gouvernement, administration.
Héritages et évolutions.
Le gouvernement de la France est marqué par le poids des héritages comme le montre le plan de Paris
- Stabilité des structures administratives et influence des grands corps de l’État
- Tradition de centralisation héritée de l’Ancien Régime
- Rôle de l’État dans la construction de la nation
- Interventions dans l’économie
Problématique : comment est gouvernée la France depuis 1946 ? Comment le rôle de l’État et ses missions
ont-ils évolué depuis 1946 ?
I)
Un rôle croissant de l’État après 1945
1) Les nouvelles missions d’un État providence
Doc. 2 p. 321 : Quel est le rôle de l’État d’après la Constitution de 1946 ?
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
L’État joue un rôle économique et social de plus en plus important après 1945. Conformément au
programme du CNR, le Gouvernement Provisoire de la République Française, puis les gouvernements de la IVe
République mettent en place un État-providence.
L’ État doit assurer la cohésion sociale et le bien-être des citoyens. Avec la crise économique à partir
des années 1970, puis l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, les droits sociaux sont encore élargis (SMIC
en 1970, loi de contrôle des licenciements économiques en 1975, semaine de 39h + retraite à 60 ans + 5 e
2
semaine de congés payés en 1981). La Sécurité sociale est complétée par le RMI (Revenu Minimum
d’Insertion) en 1988 et la couverture maladie universelle en 2000.
A la Libération, l’État s’engage dans la voie du dirigisme économique pour reconstruire et moderniser
le pays : nationalisations, planification… L’État devient un acteur majeur dans les secteurs de la banque, de
l’assurance, de l’énergie, de l’automobile, des transports…
Ce rôle économique de l’État se poursuit sous la Ve République sous De Gaulle ou Georges Pompidou.
L’État favorise la recherche et crée par exemple l’INRA (Institut national de recherche agronomique) ou le CEA
(Commissariat à l’Énergie Atomique). Il encourage des programmes industriels (nucléaire, aérospatiale avec un
site de lancement de fusée à Kourou en Guyane en 1964, aéronautique avec Airbus). En 1967, l’État assure la
½ des investissements publics. Il lance de grands travaux (ex : 2600 km d’autoroutes entre 1960 et 1974) et
développent les infrastructures de transports (aéroports comme Roissy en 1974, TGV en 1981…).
2) Une République qui évolue : vers un renforcement de l’exécutif
Comparez les institutions de la IVe et de la Ve République (doc. 5 p. 321 et 2 p. 325)
- Quels sont les points communs et différences entre les institutions de la IVe et de la Ve République ?
Pourquoi peut-on dire que la Ve République renforce l’exécutif ?
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
3
Les pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires sont strictement séparés afin de garantir la démocratie et
d’éviter la mise en place d’une dictature.
Le Parlement, bicaméral, assure le pouvoir exécutif et vote les lois. L’Assemblée nationale est élue au
suffrage universel direct qui inclue les femmes depuis 1944 et les jeunes de 18 ans depuis 1974. Le type de
scrutin proportionnel ne permet pas de dégager de forte majorité, d’où une forte instabilité ministérielle sous
la IVe République. Le Conseil de la République devient le Sénat en 1958, élu au suffrage indirect pour 9 ans,
puis 6 ans en 2003.
La constitution de la Ve République conduit à un renforcement de l’exécutif. Il s’agit de permettre une
meilleure stabilité politique. L’Assemblée nationale est désormais élue au scrutin majoritaire ce qui renforce
les plus grands partis politiques. L’exécutif comprend toujours un chef de l’État et une chef du gouvernement,
le 1er ministre. Mais si, sous la IVe République, les actes du Président sont validés par le gouvernement, c’est le
Président le vrai chef du gouvernement à partir de 1958. Il préside le conseil des ministres et donne les
grandes directions à suivre. Ce n’est qu’en cas de cohabitation, lorsque le gouvernement appartient à une
tendance politique opposée à celle du Président, que le 1 er ministre devient le vrai chef de l’exécutif. Le
Président est irresponsable et ne peut être démis de ses fonctions. Il peut dissoudre plus facilement
l’Assemblée nationale. Surtout, son élection au suffrage universel à partir de 1962 renforce sa légitimité
politique et lui confère une autorité accrue. Enfin, il peut consulter les citoyens directement par référendum.
La justice est indépendante des deux autres pouvoirs. Un Conseil supérieur de la magistrature, est
chargé de contrôler les magistrats. En 1958, est créé un Conseil constitutionnel chargé de vérifier que les lois
sont conformes à la constitution.
3) Un État régulateur et entrepreneur
a) Le contrôle des médias
L’État contrôle étroitement les médias. De Gaulle entretient sa popularité grâce à une utilisation habile
des médias. Entre 1958 et 1969, il prononce 53 allocutions radiotélévisées, 4 radiodiffusées, 18 conférences
de presse et multiplie les voyages officiels et les bains de foules. En 1964, De Gaulle rassemble les radios et la
télévision au sein de l’ORTF en 1964 (Office de radiodiffusion-télévision française) placé sous le contrôle du
secrétaire d’État à l’Information. Après mai 196, il n’hésite pas à licencier 200 journalistes afin de reprendre en
main l’ORTF.
b) L’importance de la haute fonction publique
L’administration est réformée en profondeur en 1945. Des écoles sont créées pour moderniser
l’administration comme l’ENA ou les IEP (Instituts d’études politiques). Il s’agit de former des techniciens pour
travailler auprès du gouvernement et de démocratiser l’accès à la haute fonction publique.
Avec l’accroissement du rôle de l’État, les énarques prennent une place de plus en plus importante : les
technocrates monopolisent les postes importants au sein de l’administration et des cabinets ministériels. En
1974, Giscard d’Estaing est le 1er énarque à devenir président de la République. La haute fonction publique
assure une permanence de l’État au-delà des alternances politiques.
c) Extension des missions de l’État : culture, santé, transport
Les missions de l’État ne cessent de s’étendre à de nouveaux domaines. En 1959, est ainsi créé un
ministère des Affaires culturelles, confié à André Malraux, afin de diffuser la culture française auprès du plus
4
grand nombre de personnes possibles et de favoriser la création artistique et intellectuelle. L’État intervient
dans l’éducation et accroît l’autonomie des universités (loi Faure 1969 : création fonction enseignantchercheur). Dans le domaine de la santé, il crée les Centres hospitaliers universitaires (CHU) en 1958.
II)
La rupture des années 1970-1980
1) Une remise en cause de l’État
La crise économique et la montée du chômage à partir de 1973 conduisent l’État à adopter une politique
d’austérité budgétaire. Son rôle économique, sous l’influence des théories néo-libérales, est remis en
question. Le coût de l’État-providence est très critiqué tandis que certains hommes politiques appellent à
diminuer les interventions de l’État dans l’économie
Néo-libéralisme : = ………………..………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Cette politique de rigueur budgétaire est aussi encouragée par l’Union européenne qui pousse à la réduction
des dépenses publiques. Le concept d’efficacité économique est désormais appliqué aux services publics sur le
modèle du « New public management » des pays anglo-saxons. Leur gestion doit ressembler à celles des
entreprises privées.
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
2) La décentralisation
a) Une idée ancienne
L’État français a toujours été très centralisé depuis la Révolution française. C’était une garantie
d’égalité entre les citoyens au-delà des différences régionales. La décentralisation vise à transférer des
compétences de l’État vers les collectivités territoriales dans une idée de meilleure efficacité du
gouvernement, de rapprocher le pouvoir des citoyens et de leur accorder plus de libertés. Cette idée est
ancienne. De Gaulle tente de créer des régions par référendum en 1969, mais échoue. Néanmoins des
organisations régionales unissant élus, entrepreneurs, syndicats naissent en province (Ex : Alsace, Bretagne,
Languedoc…) pour réclamer une meilleure répartition des industries et des équipements publics…
Face à ces revendications, est créée la DATAR (Délégation à l’Aménagement du Territoire) pour diminuer les
inégalités économiques et renforcer l’unité du territoire.
5
Exemple :
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Les prémices de la décentralisation sont avant tout d’ordre économique : il s’agit de développer
économiquement les provinces par rapport à Paris.
b) Les réformes de 1982 et 1983
Vidéo : En quoi le gouvernement des régions est-il changé en 1982 ?
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Au début des années 80, les régions restent sous la tutelle de l’État et des préfets de région. Les lois
Deferre de 1982 et 1983 marquent une rupture : la tutelle de l’État est supprimée sur les actes des
collectivités territoriales tandis que le pouvoir exécutif est transféré vers une autorité élue (président de
région ou de départements). Les régions deviennent une collectivité territoriale. Les conseillers régionaux ou
généraux sont élus au suffrage universel pour 6 ans. D’importantes compétences leurs sont transférées dans
les domaines des transports, de l’enseignement, de l’environnement, de l’action sociale ou du développement
économique. En favorisant la démocratie locale, la décentralisation modifie en profondeur les rapports entre
l’État et la société.
3) Les institutions à l’épreuve des faits
En 1981, le socialiste François Mitterrand remporte les élections présidentielles. Cette victoire marque
la
alternance politique depuis le début de la Ve République. Mitterrand en profite pour dissoudre
l’Assemblée Nationale. Les nouvelles élections législatives de juin 1981 marquent à nouveau le succès des
socialistes. Ce passage de pouvoir se fait sans heurt et confirme la stabilité des institutions de la Ve
République.
1ère
En 1986, la droite remporte les élections législatives forçant Mitterrand à choisir un Premier ministre
de droite, Jacques Chirac. C’est la 1ère cohabitation. « Responsable de la continuité de l’État », François
Mitterrand rappelle que son rôle n’est pas affecté pas les élections législatives et ne démissionne pas. Le 1er
ministre et le Président doivent donc collaborer pour décider de la politique extérieure de la France et de sa
défense.
Cette 1ère cohabitation est suivie d’autres (en 1993, 1997) et confirme le bon fonctionnement des
institutions de la Vème République.
6
III) Un désengagement relatif de l’État
1) Des réformes qui se poursuivent
a) Au niveau institutionnel
Quelle modification des institutions est proposée par Jacques
Chirac en 2000 ? Comment ?
Quel est l’avantage de cette réforme ?
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
Les pouvoirs de l’exécutif sont aussi plus encadrés (mandats limité à 2, pouvoir de nomination, pouvoirs
spéciaux) depuis la réforme de 2008 qui renforce les pouvoirs du Parlement (pouvoir de contrôle des
politiques publiques, maîtrise de la moitié de l’ordre du jour de leurs travaux, droit d’amendement en
commission renforcé…) Autre réforme, l’état d’urgence est désormais inscrit dans la constitution en 2016
(possibilité d’être prolongé de 4 mois après 12 jours, déchéance de la nationalité en cas de condamnation
pour terrorisme).
7
b) Au niveau politique : l’affirmation de la décentralisation
Un nouvel transfert de compétences en faveur des régions a lieu en 2003 sous le gouvernement de
Jean-Raffarin. L’organisation décentralisée de la République est inscrite désormais dans la Constitution.
Quelles sont les nouvelles étapes de la
décentralisation accomplies en 2014 et
2015 ? Soulignez dans le texte les nouvelles
compétences de la région.
…………………………………………………………………
…………………………………………………………………
…………………………………………………………………
…………………………………………………………………
…………………………………………………………………
…………………………………………………………………
…………………………………………………………………
…………………………………………………………………
…………………………………………………………………
…………………………………………………………………
…………………………………………………………………
…………………………………………………………………
…………………………………………………………………
…………………………………………………………………
…………………………………………………………………
…………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
8
c) Une politique de réduction des dépenses
Dans le contexte de la crise économique et du problème de la dette publique au sein de l’UE (ex :
Grèce), le problème des dépenses de l’État est devenue essentiel. L’heure est au renforcement de la rigueur
budgétaire. L’adoption de la RGPP (Révision générale des politiques publiques) en 2007, sous la présidence de
Sarkozy, et remplacée en 2012 par la MAP (Modernisation de l’action publique), qui vise à économiser et à
rationaliser les dépenses de l’État, pose la question du poids de l’État et de son rôle dans la société. L’État
doit-il se désengager et diminuer son omniprésence dans tous les domaines pour faire des économies ?
2) Un poids qui reste considérable
Malgré le recul de l’État et le transfert de compétence lié à la décentralisation, le rôle de l’État reste
prédominant ainsi qu’en témoigne la hausse totale des prélèvements obligatoires qui servent à financer ses
interventions. L’État dépense plus que jamais, notamment dans le domaine de la Sécurité sociale et intervient
dans de nombreux secteurs : législations sur l’environnement, la parité homme-femme, l’action sociale…
Conclusion :
Les crises économiques et l’essor des théories néo-libérales depuis les années 1970 ont conduit à une
perte de légitimité de l’action de l’État. Longtemps omniprésent et omnipotent depuis la Révolution, l’État
essaye de se désengager et de transférer davantage de compétences aux collectivités territoriales dans le
cadre de la décentralisation. Sa marge de manœuvre est aussi limitée par la concurrence d’autres échelles de
gouvernement à l’échelle régionale (UE) ou mondiale (FMI, Banque mondiale…) qui poussent à plus de rigueur
budgétaire et à plus de libéralisme économique. Le recul de l’État demeure néanmoins relatif. L’État demeure
un acteur incontournable tant qu’arbitre, régulateur, mais aussi en terme de financement… Si beaucoup de
compétences ont été transférées, l’État conserve le contrôle de l’essentiel des revenus publics.
Sujet possible :
- « Gouverner la France depuis 1946 : l’État, gouvernement, administration »
9
10
Téléchargement