Analyse Histoire des arts : Médiathèque Cimendef

advertisement
Analyse Histoire des arts :
Médiathèque Cimendef
Professeurs : Eve Bernard/ Jean-luc Marmoëx.
1/ Présentation :
Médiathèque Cimendef (2015): architecture patrimoniale de la ville de Saint-Paul à La Réunion, France.
Architectes : Emmanuelle MARIN + David TROTTIN + Anne-Françoise JUMEAU du cabinet « Périphériques »
Adresse : Rue Chaussée Royale
Dimensions : Hauteur : 32m, largeurs du cube : 34 mètres de côté sur 3500m2 de surface utile.
Durée des travaux : 29 mai 2013 à juin 2015
Coût des travaux : 13,4 M€ pour la ville + 4,8 M€ de subventions = 18,2 M€
La médiathèque Cimendef se situe à l'entrée de ville de la commune de Saint-Paul, proche de la gare routière et sur
la Chaussée Royale, artère principale, parallèle à la route des Tamarins, à côté de parkings pour que tout le monde
puisse y venir avec facilité. Elle se veut comme un signal fort à la sortie de la route des Tamarins, par sa hauteur
importante comparée aux bâtiments alentours et ses façades contemporaines. Son implantation a été choisie pour le
besoin d’image et d’identité de cet équipement à l’échelle du paysage. Cette médiathèque constitue un repère aussi
bien culturel, par l’information et la formation, que visuel, par son architecture, phare qui éclaire l'esprit des
citoyens. Ce bâtiment contemporain côtoie les bâtiments du 18ème siècle de la compagnie des Indes de la ville de
St-Paul, 1ère capitale de l'île, berceau du peuplement réunionnais. Et c'est grâce à cette cohabitation entre
modernité et passé que la ville de St-Paul a obtenu le label de « ville d'art et d'histoire » en novembre 2011. Un label
prisé qui valorise le tourisme, l'Histoire et la culture de la ville.
Elle porte le nom de Cimendef, un esclave marron légendaire de la Réunion.
Commandée par la Maire Mme Bello, la première pierre a été posée le 29 mai 2013. L'ouverture de la médiathèque
aurait dû se dérouler en avril 2015 si le nouveau maire, Mr Sinimalé, ne s'était pas opposé au projet.
1
2/ Analyse descriptive :
Situé entre mer et montagne, le bâtiment prend la forme d’un cube orienté de sorte de contribuer au
développement durable. L’idée de repère urbain est renforcée par une écriture esthétique forte du volume en
relation avec le média « livre » : les façades sont constituées d’un empilement de lignes ondulantes en référence à la
structure des pages d’un livre. Ces « pages » sont en réalité des brise-soleil qui permettent de fltrer une lumière
chaleureuse en conservant un confort thermique optimal. Cette architecture est conforme aux exigences PERENE
(Performances Energétiques des bâtiments de la Réunion) : une démarche environnementale, bioclimatique, incluse
dès sa conception pour son économie d'énergie grâce à sa ventilation naturelle par des ombrières afn d'avoir
recours le moins possible à la climatisation. Les brise-soleil protègent le bâtiment des rayons solaires et facilitent la
ventilation naturelle traversante. Ses ombrières sont inspirées de la tranche d'un livre, des pages cornées que l'on
feuillète.
Trois façades sur quatre ont des ouvertures en forme d'oeil. La quatrième façade, qui donne côté montagne, montre
deux profls qui ne sont visibles que grâce au décalage des ombrières et, seulement quand la lumière les révèle sur le
côté du bâtiment.
Dans ce « livre », certaines pages s’ouvrent en formant des « yeux » pour marquer des chapitres structurant le
bâtiment : l’entrée de la médiathèque, le jardin, les diférentes terrasses réparties dans les niveaux du haut, forment
de vrais belvédères sur les paysages de l’Océan Indien.
Sur l'esplanade, les îlots plantés aux formes organiques délimitent des bancs, incitent à la pause et inscrivent la
médiathèque dans un parcours agréable du quartier. Il était prévu que ces bancs soient recouverts de mosaïque à la
manière de Gaudi.
Composition du bâtiment: 7 étages dont 5 étages d'utilisation fonctionnelle, des mezzanines à chaque étage sont
des niveaux intermédiaires. Tous les niveaux sont desservis par 4 ascenseurs et 2 escaliers et équipés de sanitaires et
locaux de rangement.
Rez-de-chaussée : café-actualités, lieu convivial ouvrant sur les jardins (dès l'arrivée des premiers bus) qui met à
disposition des périodiques et qui fait le lien entre extérieur et intérieur + hall d'accueil (inscriptions, banque de
prêt et de retour, consigne).
2
Mezzanine 1 : Section auto-formation, auditorium -un lieu vivant- de 120 places afn de développer l'animation
(rencontre avec un auteur, cours de l'art et du créole, concerts, débats, conférences retransmises via le web), espace
information-citoyenneté, salle d'information, salle de traitement du fond documentaire.
1er étage : Archives, salles de travail.
2ème étage: Section jeunesse (atelier d'expression, salle de travail, espace conte, jeux, marmothèque, terrasse,
nursery).
3ème étage : Section adultes (3 salles de travail, terrasse).
4ème étage : Section adolescents (espace dédié aux mangas, espace musique et animation, coins jeux, cinéma...).
5ème étage : Section Océan Indien (valorisation du patrimoine documentaire) + espace image et son (studio
d'apprentissage et de mixage, atelier communication).
A l'intérieur : Comme des illustrations d’un livre, les plafonds des plateaux donnent à lire des images réalisées par
Michel Batory autour du thème des médias et de la Réunion. Le mobilier et les lampadaires design sont déjà
installés ; les livres, les DVD, les CD sont déjà étiquetés : cette médiathèque est prête à l'emploi !
3
Les salles de travail auraient comporté des ordinateurs portables. La convivialité aurait été accentuée par le mobilier
composé de places assises en table et sur poufs, de postes de consultation pour la recherche internet, d'une borne
d'écoute musique, d'une zone photocopieurs/imprimantes, d'un espace salon.
« Le mobilier pourrait tout aussi bien être choisi avec la même volonté narrative de créer des ambiances entre le
végétal et le minéral prolongeant ainsi la perception des paysages riches de Saint Paul ».
3/ Analyse sémantique :
Nom : La médiathèque CIMENDEF porte le nom d'un esclave marron d'origine malgache qui signife « tsi »
« non » et « mandevi » « esclave » c'est à dire « Non-esclave ». « Selon la mémoire orale réunionnaise, ce nom
signife aussi “Qui ne courbe pas la tête” . Quoi qu’il en soit, le nom que se donne cet homme indique sa volonté de
résister et de vivre libre». Ce nom hautement symbolique a été choisi pour réhabiliter l'identité, la reconnaissance
de cette résistance à l'oppression et l'accès à la liberté. L'accès à la lecture, c'est la prise de liberté de son destin.
Liberté de penser, liberté de choisir et donc de critiquer..
La légende de cet esclave dit qu' il se serait installé dans le Cirque de Mafate avec sa femme Marianne où il aurait
fondé une communauté de marrons, créant ainsi sur l'île un territoire libre. Tué en 1752 par le célèbre chasseur de
noirs marrons François Mussard, Cimendef, par son action courageuse défant les autorités de l'époque pour
retrouver sa liberté, marque l'île de son empreinte.
Ce nom a déjà été donné à un piton à Salazie.
Symbolique de la forme : On entre par le parvis comme dans un livre entrouvert , comme si on mettait la main
dans un livre qu'on feuillette, on ouvre le livre, on entre dedans. Les balcons ou belvédères en forme d'oeil sont
autant de vues sur l'étang, la mer et la montagne. Les yeux dégagés des ombrières sont eux-mêmes une ouverture
vers l'extérieur et aussi, pour l'extérieur une invitation à entrer tissant un lien entre le dedans et le dehors. L'oeil ou
le regard sur la vue, sur la vie du passé, du présent et du futur par le biais de la culture, du patrimoine matériel et
immatériel qui transmet un savoir , d'une ouverture vers le monde, d'une invitation à voyager et à rêver. Les ombres
des lamelles métalliques que produisent le soleil sur le bâtiment en béton transfgurent la construction au gré d'une
balade poétique qui dépend de l'intensité lumineuse propice à la rêverie.
4
4 / Ses fonctions à visées culturelles et sociales :
Tête de réseau de lecture publique pour alimenter les autres médiathèques de la commune qui devaient être
réhabilitées, la médiathèque Cimendef a pour vocation régionale le lieu culturel le plus grand de l'océan indien,
pour le développement de la culture pour tous : auto-formation, antenne de pôle emploi, pour l'enfant avec lieu
ludique, espace de sociabilité (salle de travail, formation des adultes, cours d’alphabétisation pour apprendre aux
adultes illettrés, salle de spectacle). Ces objectifs favorisent la démocratisation de l'accès à la culture, la connaissance
et l'appropriation du patrimoine avec notamment l'usage des nouvelles technologies au service de l'emploi et de la
lutte contre illettrisme. Ce n'est pas qu'un lieu de culture mais aussi un lieu polyvalent qui propose des nouveaux
services, une assistance aux plus démunis : écrivains publics, services sociaux, soutien scolaire, aide aux démarches
administratives, présentation des métiers, atelier de rédaction de C.V.... La culture créole empreinte d'oralité a
besoin de valoriser la culture de l'écrit comme elle a besoin de mettre en lumière sa musique, ses chants et sa
poésie.
Ainsi, cette médiathèque est destinée à tout public avec son fond multi-supports, savant et populaire, riche et varié
et ouverte aux partenariats avec les établissements scolaires. Ouverte 7 jours / 7, ce lieu est propice aux fâneries
autant qu'à la transmission du savoir et de la culture. La médiathèque du XXIème siècle a l'ambition de s'inscrire
davantage dans la cité et être proche du citoyen quel qu’il soit.
5/ Projet et finances :
Si la médiathèque change de fonction, les Saint-Paulois devront rembourser l'Etat qui avait alloué une subvention
spécifque de 4,4 M€, déjà donnée à cette construction car cette subvention ciblée n'est pas ré-utilisable pour un
autre projet. Il faut savoir que c'est l'Etat qui acquiesce pour un projet d'envergure selon ces critères: rapport de
superfcie et de population, besoins culturels de la population, accessibilité géographique (transports) aussi pour les
handicapés, si le projet est socio-culturel et accessible à tous gratuitement. Le coût total est de 18,2 millions d'Euros
dont une subvention de l'Etat prévue de 4,8 M€ , une subvention de la DAC-OI et l'achat pour 896 000€ de livres,
DVD, CD déjà étiquetés, prêts à l'emploi qui dorment dans un local de la municipalité . Cette construction revient
à 25€/ an/ habitant, en dessous de la moyenne nationale en comptant les 45 emplois supplémentaires qu'elle
génèrerait.
5
Comment le choix de ce projet a t-il été efectué ? Il faut d'abord faire un appel à projets. Plusieurs cabinets
d'architectes produisent alors un dossier et une maquette pour que le conseil municipal propose un vote avec la
DAC-OI … Pour Cimendef, 29 délibérations ont été nécessaires. Ce projet de « Périphériques » a fait l'unanimité.
Plusieurs services communaux ont dû valider le projet : la Direction de la Culture, l'équipe de Plan de
Renouvellement Urbain et la Direction des Bâtiments. Le jury défnitif était composé de la Maire , de représentants
de l'Etat DAC-OI (Direction des Afaires Culturelles de l'Océan Indien), du CAUE (Conseil d'urbanisme
Environnement) , d'architectes et du DGA (Directeur Général Adjoint) de la mairie.
Pourquoi cette nouvelle médiathèque dans ce lieu?
Il existe déjà une médiathèque sur le front de mer de la ville mais qui se révèle trop exigüe pour diversifer ses
activités et non adaptée au nombre des citoyens qui composent Saint-Paul actuellement. La mairie a donc utilisé ce
terrain de l'ancien stade dont elle est propriétaire pour ce projet Cimendef. De part son emplacement, ce bâtiment,
phare de la culture, est visible de loin, de l'axe routier et accessible par tous, à 500m des commerces et des
structures administratives du centre-ville.
Ce projet s'inscrivait dans le programme de renouvellement urbain qui doit créer des logements, des commerces et
des bureaux supplémentaires dans ce quartier à re-dynamiser. Saint-Paul est la seule grande ville de La Réunion à
ne pas posséder une grande médiathèque où 27 120 élèves sont scolarisés (2ème position après Saint-Denis).
Bibliographie :
Depuis 16 ans, « PERIPHERIQUES/ Architectes » est une structure évolutive qui explore la production et la
difusion de l’architecture et de l’urbanisme. Actuellement animée par 2 agences de chacune une dizaine de
personnes, « Marin + Trottin + Jumeau Périphériques » propose une création à plusieurs, basée sur la négociation
et le partage des idées ainsi que sur la pluridisciplinarité des activités. Son expérience porte sur le logement autant
que sur les équipements culturels, d'enseignement ainsi que sur le tertiaire.
Quelques exemples de leurs créations architecturales : Université Pierre et Marie Curie : bâtiment ATRIUM sur
le campus de l’Université de Jussieu à Paris, une salle de musiques actuelles, le Centre Régional des Musiques
Actuelles de Nancy, un auditorium faisant partie du complexe Banlieues Bleues à Pantin, la Maison GO à
Tionville, logements tels que les villas Torpédo à St Denis ou encore des programmes mixtes comme l'école
maternelle et la nouvelle médiathèque en un seul bâtiment à Clamart, la construction de 180 logements à Paris
17ème etc...
UPMC - ATRIUM UNIVERSITÉ PIERRE ET MARIE CURIE, Paris
Site internet : http://www.peripheriques-archiectes.com/mediatheque-st-paul
6
6/ Contexte historique :
Que devient ce bâtiment aujourd'hui en 2015 ? L'actuelle équipe municipale de St-Paul a décidé de vendre ce
bâtiment à la Région qui le transformera en Conservatoire de Musique et de Danse pour 500 élèves sélectionnés et
avec un accès payant. L'architecture de cette médiathèque ne convenant pas à cette nouvelle fonction, il faudra la
réaménager pour un coût de 5 à 6 M€ supplémentaires.
Contexte historique de la réalisation de la médiathèque Cimendef
L'année 2008 marque un tournant
majeur pour la commune de St-Paul
avec l'élection de Mme Bello au poste
de maire, après une longue période
marquée par l'immobilisme et les
« affaires » dans la vie politique locale.
Une gestion rigoureuse des finances et
de grandes réalisations sociales et
culturelles sont lancées.
La médiathèque Cimendef fait partie de ces projets majeurs de la nouvelle équipe municipale qui souhaite offrir à
la ville un outil culturel d'envergure à la hauteur de son importance : plus de 100 000 habitants, soit la 2ème
commune de La Réunion par sa population.
Pourquoi cette médiathèque, totalement financée et achevée en 2015, est-elle aujourd'hui fermée au public et
les équipements achetés, livres, revues, … moisissent-ils dans des cartons ?
1) Les maires de Saint-Paul depuis 1965
Dates de mandat Noms
Tendances et partis politiques
1965 - 1987
Paul BÉNARD
Droite / UNR-UDR
1987 - 1994
Cassam MOUSSA
Droite / RPR
1994 - 1999
Joseph SINIMALÉ Droite / RPR
1999 - 2008
Alain BÉNARD
Droite / RPR-UMP
2008 - 2014
Huguette BELLO
Gauche / PLR
2014 - ?
Joseph SINIMALÉ Droite / UMP-LR
7
2) Les « affaires » de la mairie de Saint-Paul et les condamnations judiciaires
Après le long mandat de Paul Bénard à la tête de Saint-Paul (1965-1987), ses trois successeurs sont tous
condamnés par la justice pour diverses malversations.
–
–
–
Cassam MOUSSA démissionne en 1994 après une inculpation pour escroquerie et ingérence. Il est
condamné à 18 mois de prison ferme.
Joseph SINIMALÉ est reconnu coupable en 1999 de détournements de fonds publics, trafic
d'influence et corruption. Le tribunal correctionnel le condamne à 30 mois de prison (dont 9 ferme),
100 000 francs d'amende et 5 ans de privation des droits civiques.
Alain BÉNARD en 2013 est accusé de détournements de fonds publics. La cour d'appel le condamne
à 1 an de prison avec sursis et 3 ans d'inégibilité.
3) L'élection de Mme Bello à la tête de Saint-Paul
En 2008, le maire sortant, Alain Bénard, est battu de justesse aux élections
municipales. Son adversaire, Mme Huguette Bello, militante progressiste de
longue date et députée de la 2ème circonscription de La Réunion depuis 1997,
l'emporte avec 50,15 % des voix. La victoire est serrée mais historique, la
gauche n'avait plus dirigée la commune depuis 1959 !
Alain Bénard digère mal sa défaite et dépose un recours auprès du tribunal
administratif qui annule les élections malgré le rejet de cette requête par le
commissaire du gouvernement. Le Conseil d'État, saisi par Mme Bello,
confirme l'annulation.
Lors des nouvelles élections municipales organisées en octobre 2009, les
Saint-Paulois amplifient la victoire de Mme Bello qui recueille 56,5 % des
suffrages soit 25 567 voix.
4) Cimendef, un équipement culturel moderne accessible à tous
Mme Bello souhaite offrir aux Saint-Paulois de véritables outils de développement et redonner à Saint-Paul,
berceau du peuplement de La Réunion, un rayonnement digne de son importance. La culture, longtemps
négligée par les équipes municipales précédentes, est au coeur de cette ambition. En 2010, le conseil
municipal vote le projet de construction d'une grande médiathèque.
Ce projet culturel d'envergure doit venir renforcer un réseau de lecture publique de proximité organisé autour
de petites bibliothèques (Saint-Gilles ; Le Guillaume ; Bois de Nèfles ; Plateau Caillou) et de deux médiabus.
Il doit remplacer l’actuelle médiathèque Leconte-de-Lisle qui ne permet plus d’offrir aux Saint-Paulois les
différents services qu’ils sont en droit d’attendre d’une médiathèque.
La Médiathèque Cimendef veut démocratiser la lecture en utilisant toutes les technologies et tous les
supports disponibles : collections d’ouvrages de qualité, un service traditionnel de bibliothèque (consultation,
emprunt), un fonds multimédia enrichi (cinéma, photographie, musique).
La Médiathèque Cimendef veut former et informer, mais aussi distraire. Elle s'adresse à un public très large
grâce à différents espaces adaptés aux plus jeunes, aux adolescents et aux adultes. Un espace est réservé à la
production littéraire et documentaire de La Réunion et de l’océan Indien.
La Médiathèque Cimendef doit être un lieu culturel vivant et gratuit, ouvert à tous, 7 jours sur 7, et
accessible à chacun grâce à :
- un auditorium de 120 places, pour développer les animations et les rencontres culturelles ;
- un studio d’apprentissage et de mixage autour de l’image et du son ;
- un café-actualités ouvert sur la Ville ;
- un aménagement adapté pour les personnes ayant des handicaps ou des difficultés de lecture ;
- un accès légal, gratuit et également guidé, aux ressources numériques.
8
Le 29 mai 2013, la première pierre est posée, la construction est totalement achevée en 2015.
5) L'abandon du projet
En 2014, l'ancien maire Joseph SINIMALÉ, est de nouveau élu à la tête de Saint-Paul, malgré son lourd
passé judiciaire. L'une de ses premières décisions est d'abandonner la médiathèque CIMENDEF alors que
celle-ci est pratiquement achevée et que tous les équipements ont été achetés. Le maire met en avant le coût
du bâtiment (11,8 millions d'euros HT). Il souhaite vendre le bâtiment à la région, dont le président est un
allié politique, pour le transformer en conservatoire.
Pourtant près de 30 % des Réunionnais sont touchés par l'illettrisme, notamment parce qu'ils n'ont pas eu la
chance de bénéficier d'un environnement culturel favorable. D'autre part, le projet de construction de
Cimendef a été déterminant dans l'attribution du label « Ville d'art et d'histoire » à la commune de Saint-Paul
en 2011 et que son abandon constitue un gaspillage d'argent public considérable.
Cette décision est donc peu compréhensible, sinon pour des raisons bassement politiciennes... ou tout
simplement parce que le maire et son conseil municipal « sont contre la culture » comme l'a déclaré M.
Sinimalé en assemblée plénière du TCO à Saint-Paul.
Un collectif de défense s'est constitué pour réclamer l'ouverture de la médiathèque. Des recours devant les
tribunaux ont été déposés pour faire annuler la vente du bâtiment. La décision de justice est attendue
prochainement.
9
7/ Actualités:
En mars 2016, le cabinet d'architectes « Périphériques » est fier d'annoncer sur sa page Facebook :
« Nous sommes ravis de recevoir une autre reconnaissance pour notre travail à St Paul (la réunion).
Notre Médiathèque a été sélectionnée comme l'un des" meilleurs sur Archilovers 2015 " pour défendre " des normes
élevées pour l'esthétique, la fonctionnalité et la créativité ", Et c'est "L' un des plus aimés sur les 50.000 projets
publiés l' an dernier. ‪#‎Bestarchilovers2015‬ ‪#‎merci‬ »
En avril 2016, la Région fait un appel à candidatures pour reconvertir la médiathèque Cimendef en conservatoire.
Outre les quelques millions d'euros à ajouter pour cloisonner les grands espaces conçus à l'origine pour accueillir
un maximum de citoyens, cet espace devra être morcelé et réformé pour une toute autre fonction et pour peu de
monde. Cela prendra encore trois ans alors que le bâtiment est déjà vide depuis un an : c'est un gaspillage
phénoménal pour les Saint-paulois comme pour tous les réunionnais qui payent les conséquences d'une gestion
locale capricieuse et irresponsable à des fns de vengeance politique.
Alors que se jouent les drames du bâtiment Cimendef, cette architecture remportent des prix d'excellence de par le
monde. Tous les réunionnais devraient être pourtant fers de posséder une médiathèque d'une architecture avantgardiste à l'instar des parisiens et des français qui, malgré les pétitions et les menaces de démolition au XIXème
siècle, possèdent la tour Eifel devenu symbole de notre pays.
10
Questionnaire:
Comment s'appelle le cabinet et les architectes de la médiathèque Cimendef ?
Pourquoi la médiathèque Cimendef a été construite à cet emplacement ?
Pourquoi la ville de Saint-Paul a besoin d'une grande médiathèque ?
Quels sont les objectifs d'une médiathèque du XXIème siècle?
Quels sont les symboliques de cette architecture ?
Que veut dire « Cimendef » ?
Pourquoi la médiathèque a été baptisée « Cimendef » ?
Qui a décidé de faire construire la médiathèque Cimendef ?
À quelle date la première pierre a-t-elle été posée ?
Le changement de fonction de ce bâtiment est-il proftable aux Saint-Paulois ? Pourquoi selon vous ?
Quels sont les intérêts d'avoir le label « Ville d'Art et d'Histoire » pour Saint-Paul ?
Pour quelles raisons ce bâtiment répond aux exigences PERENNE (Performance énergétique des bâtiments de la
Réunion) ?
Pourquoi cette médiathèque qui est achevée, est encore fermée et inutilisée à ce jour ? Que s'est-il passé
politiquement ?
Quels moyens le citoyen peut-il trouver pour que la médiathèque soit restituée aux Saint-Paulois ?
L'abandon de ce projet te semble-t-il justifé ? Développe et argumente ta réponse.
11
Téléchargement