Nouvelles de la Bibliothèque L`un de nos membres vivant à l

publicité
Nouvelles de la Bibliothèque
L'un de nos membres vivant à l'étranger est un descendant des Mayas; je le connais depuis plus de vingt
ans! Universitaire, polyglotte, recteur d'université, il connaît bien la culture de ses ancêtres. Souvent il m'a
étonné lorsqu'il m'expliquait leurs extraordinaires connaissances en astronomie, mais jamais il n'a osé
prétendre que la fin du calendrier maya signifiait la fin de notre monde!
Bref, le 21 décembre 2012 sonnera-t-il cette fin ? Le film catastrophe: “2012“ de Roland Emmerich a
encouragé cette rumeur en s'appuyant sur des tablettes mésopotamiennes annonçant le retour d'un
gigantesque corps céleste, l'inversion du champ magnétique terrestre voire une brutale intensification de
l'activité solaire. Le principal vecteur de cette information alarmiste est le réseau des réseaux, Internet.
On avait d'abord cru à une vague d'inquiétude passagère, mais il n'en était rien.
La nécessité d'une solide mise au point était nécessaire ; même la Télévision a fait une émission sur le
sujet, le 22 février sur France 2, en recourant à l'autorité de notre éminent Hubert Reeves.
Et voici un livre "2012, scénarios pour une fin du monde“ proposé par deux auteurs : l'un, Fabrice Nottet,
est astrophysicien, et l'autre, Didier Jamet, est journaliste scientifique - et coauteur de “Le ciel, un jardin
vu de la Terre” (1524).
Après une première partie consacrée à la vision cinématographique, ils abordent 3 domaines scientifiques
importants: les grandes extinctions et la fin de l'humanité, la fin de la vie et la fin de l'Univers.
À lire absolument que ce soit avant ou après la vision du film. Mais le livre est suffisamment passionnant
pour être lu sans aucune vision filmographique ! (Éditions Belin, pour la science 2009) (1611)
Toujours aux éditions Belin, dans le cadre de la lutte contre un créationnisme de plus en plus virulent,
vient de paraître “Le guide critique de l'évolution” (1612) rédigé par quatre auteurs et trois illustrateurs
sous la direction de Guillaume Lecointre. Une brique de 562 pages, grand format, qui pèse 1400
grammes! Ce poids “physique“ est insignifiant par rapport à son poids moral. Rédaction claire, en
caractères particulièrement lisibles suivant un plan bien déterminé, et agrémenté (le mot n'est pas trop
fort) d'illustrations en couleurs et notices explicatives surlignées.
L'ouvrage donne de l'évolution une vision passionnante! J'estime que sa lecture ne peut qu'apporter un
plus dans le combat que nous menons pour une recherche scientifique débarrassée de toute entrave,
qu'elle soit idéologique ou politique.
J'ai toujours estimé que l'apprentissage de toute matière d'étude doit s'appuyer sur l'histoire. Dès lors je
vous recommande chaudement l'ouvrage commis par Vincent Julien, professeur d'histoire et de
philosophie à l'université de Nantes: “L'histoire des sciences pour les nuls” (1613) paru en 2009 aux First
Éditions, qui ne sont plus à présenter. La mode doit être aux briques: 512 pages à savourer sans réserve à
petites doses. Ce livre fait le pari que, sans être astronome, naturaliste ou physicien, vous pouvez
comprendre le mouvement des planètes, les lois de l'évolution des espèces ou la théorie de la relativité.
Vous pariez?
Revenons à notre passion commune. Les décennies écoulées ont été marquées par un formidable
développement des moyens d'observation astronomique. L'inventaire en est impressionnant: télescopes
optiques géants et réseaux de radiotélescopes sur le sol terrestre, télescopes dans l'espace à toutes les
longueurs d'onde de la lumière, depuis les rayons gamma et X jusqu'à l'infrarouge lointain. Le livre:
“L'observation en astronomie” (1614) est cosigné par six scientifique bien connus: Pierre Léna, qui en
assume la coordination, Hervé Dole, Anne-Marie Lagrange, Daniel Rouan, Pierre Binétruy et Françoise
Genova. L'ouvrage met en perspective le développement historique de ces outils, ainsi que le rôle des
équipes de chercheurs européens dans les découvertes qu'ils ont permises. Le lecteur trouvera un
panorama très actuel des connaissances dans ce domaine et il comprendra mieux comment la physique,
l'informatique, la technologie et l'industrie la plus performante, se conjuguent aujourd'hui pour offrir aux
astronomes une palette sans égale d’outils et d'occasions de découvertes. (Ellipses 2009)
Progressivement nous remettons en Bibliothèque certains livres qu'un amateur facétieux qualifiait de
reliques, mais qui peuvent avoir pour certains membres un intérêt historique. Voici trois d'entre eux.
0080 "L'Univers des Connaissances, Quanta, grains et champs"
par J.-L. Andrade e Silva et G. Lochak 1969
0081 "J'ai refusé d'aller sur la Lune" par Brian O'Leary – Robert Laffont 1970
0082 "Les molécules interstellaires" par Pierre Encrenaz – Delachaux et Nestlé 1974
Bonnes lectures
Ghislain Ghistelinck
Nouvelles de la Médiathèque
La médiathèque est en sommeil mais le réveil est progressif: je me dois de signaler la revue “Le chasseur
d'images ” du mois de mars, disponible dès le mois d'avril, et qui traite de la retouche photographique et
de la numérisation des photos, diapos et pellicules anciennes. Nul doute que ce sujet en passionnera plus
d'un.
Bon travail et le beau temps revenant, bonnes observations
G. G.
Téléchargement
Explore flashcards