Campus de l`Université de Montréal et secteur

publicité
Campus de l’Université de Montréal
et secteur adjacent
Étude typo-morphologique
Septembre 2006
SOMMAIRE
Ce rapport de recherche porte sur la réalisation d’une étude typo-morphologique du secteur
adjacent au campus de l’Université de Montréal et une description du développement de ce
même campus universitaire. Le but de l’étude consiste à développer une connaissance
générale de la morphologie urbaine du secteur et pouvant servir de document de travail
pour de futures analyses plus pointues. Dans le cadre d’une entente de partenariat entre le
Bureau du Mont Royal de la Ville de Montréal, l’agence de valorisation urbaine Convercité
et la Chaire de recherche du Canada en patrimoine bâti de la Faculté de l’aménagement de
l’Université de Montréal, cette étude à été réalisé par Karine Garcia et Sylvain Garcia durant
l’été 2006. Le secteur étudié se délimite par le périmètre formé par l’avenue Victoria à
l’ouest, l’avenue Van Horne au nord, les rues Davaar et Pagnuelo à l’est et la limite sud du
campus de l’Université de Montréal en plus d’une frange d’environ 100 mètres au sud du
Chemin de Queen Mary pour la limite au sud.
Les principaux éléments de cette étude proposent une interprétation historique de la
croissance urbaine, une caractérisation du tissu urbain et une description détaillée de
l’évolution historique du campus de l’Université de Montréal.
L’historique du site porte d’abord sur une description de la géographie du lieu, en
l’occurrence la présence du mont Royal en tant que massif structurant l’établissement
montréalais et de l’hydrographie comme élément ayant eu une incidence directe sur la mise
en place du premier découpage du territoire. Par la suite, la compréhension du
développement urbain du versant nord-ouest du mont Royal se fait en quatre étapes, soient
les premières voies de circulation, le premier découpage du territoire, l’établissement du
village et de la villégiature sur le flanc nord et le développement résidentiel et institutionnel
de Côte-des-Neiges et d’Outremont. La caractérisation du tissu urbain se fait en trois
étapes. D’abord, l’espace public concerne la relation entre le tracé des voies et le site
géographique, la hiérarchie des voies et la logique géométrique des tracés. Ensuite, le
découpage foncier concerne les dimensions et les formes des îlots et le parcellaire. Enfin, le
cadre bâti porte essentiellement sur l’élaboration d’une classification architecturale du bâti
résidentiel. Le campus de l’Université de Montréal fait l’objet d’une description de son
évolution historique et d’une caractérisation plus fine du Pavillon Roger-Gaudry.
CONVERCITÉ
|
ii
Au terme de cette étude, il reste toutefois certains éléments de caractérisation
morphologiques n’ayant pu être complétés. Dans la mesure où il ne s’agit que d’une
première étape dans un processus de développement d’une véritable expertise en matière
de compréhension des dynamiques urbaines propre au campus de l’Université de Montréal
et du secteur adjacent à celui-ci, une section de ce rapport porte sur l’état d’avancement de
la recherche.
CONVERCITÉ
|
iii
TABLE DES MATIÈRES
SOMMAIRE ................................................................................................................................................ii
TABLE DES MATIÈRES ................................................................................................................................iv
LISTE DES FIGURES ET DES PHOTOS .......................................................................................................... v
INTRODUCTION ......................................................................................................................................... 1
1.
1.1
1.2
L’APPROCHE TYPO-MORPHOLOGIQUE ................................................................................................ 2
2.
ÉTAT D’AVANCEMENT DE LA RECHERCHE ........................................................................................... 7
3.
3.1
3.2
PRÉSENTATION DU SECTEUR ............................................................................................................ 9
Localisation du secteur à l’étude............................................................................................... 9
Portrait actuel du secteur d’étude ........................................................................................... 11
La typo-morphologie.................................................................................................................. 2
Méthodologie de recherche....................................................................................................... 3
4.
HISTORIQUE .................................................................................................................................. 13
4.1
Géographie du site .................................................................................................................. 13
4.2.1
Premières voies de circulation ............................................................................................ 14
4.2.2
Premier découpage du territoire ......................................................................................... 14
4.2.3
Établissement du village et de la villégiature sur le flanc nord ........................................... 23
4.2.4
Développement résidentiel et institutionnel ........................................................................ 30
5.
CARACTÉRISATION DU TISSU URBAIN ............................................................................................... 38
5.1
L’espace public........................................................................................................................ 38
5.1.1
Relation entre le tracé des voies et le site géographique................................................... 38
5.1.2
Hiérarchie des voies ........................................................................................................... 39
5.1.2
Logique géométrique des tracés ........................................................................................ 40
5.2
Découpages fonciers et parcellaires ....................................................................................... 41
5.2.1
Dimensions et formes des îlots........................................................................................... 41
5.2.2
Parcellaire ........................................................................................................................... 45
5.3
Cadre bâti................................................................................................................................ 51
5.3.1
Cadre bâti résidentiel .......................................................................................................... 51
6.
6.1
6.2
CAMPUS DE L’UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL ........................................................................................ 55
Évolution du campus ............................................................................................................... 55
Caractérisation architecturale du pavillon Roger-Gaudry (pavillon principal) ......................... 62
ANNEXE ................................................................................................................................................. 69
ÉLABORATION DES TYPES RÉSIDENTIELS ................................................................................................. 69
1.
Les éléments architecturaux........................................................................................................ 69
2.
Les familles et les types résidentiels ........................................................................................... 70
SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES ................................................................................................................. 94
SOURCES CARTOGRAPHIQUES................................................................................................................. 96
CONVERCITÉ
|
iv
LISTE DES FIGURES ET DES PHOTOS
Figure 1 Délimitation du secteur s’étude.............................................................................................. 10
Figure 2 Le chemin de la Côte-des-Neiges en 1859. .......................................................................... 18
Figure 3 Établissement des côtes sur l’île de Montréal ....................................................................... 19
Figure 4 Première voies de circulation près du mont Royal ................................................................ 20
Figure 5 Découpage du territoire en 1878 ........................................................................................... 21
Figure 6 Premières concessions à la côte Sainte-Catherine ............................................................... 22
Figure 7 L’agriculture à la Côte-des-Neiges en 1859 .......................................................................... 24
Figure 8 Résidence de Louis Beaubien à Outremont vers 1910 ......................................................... 27
Figure 9 Résidences bourgeoises sur le chemin de la Côte-Sainte-Catherine vers 1910 .................. 28
Figure 10 L’hôtel Lumkin en 1896........................................................................................................ 29
Figure 11 Le terrain du collège Notre-Dame en 1907.......................................................................... 30
Figure 12 Village de Côte-des-Neiges en 1913 ................................................................................... 32
Figure 13 Le réseau de tramways à Montréal en 1923 ....................................................................... 33
Figure 14 Évolution de la mise en place du réseau de voirie .............................................................. 36
Figure 15 Les grandes phases du développement résidentiel ............................................................ 37
Figure 16 Grille de rue.......................................................................................................................... 41
Figure 17 Les îlots................................................................................................................................ 43
Figure 18 Les îlots et leurs principaux usages..................................................................................... 44
Figure 19 Le parcellaire........................................................................................................................ 47
Figure 20 Rapport topologique relatif au tissu urbain du secteur Lacombe en 1907 .......................... 48
Figure 21 Rapport topologique relatif au tissu urbain du secteur Lacombe en 1913 ......................... 49
Figure 22 Évolution du tissu urbain du secteur Lacombe de 1913 à 2006.......................................... 50
Figure 23 Le cadre bâti ........................................................................................................................ 54
Figure 24 Le Pavillon Principal en 1948............................................................................................... 63
Figure 25 Époques de construction des pavillons de l’université de Montréal .................................... 67
Figure 26 Expansion du campus de l’Université de Montréal.............................................................. 68
Annexe
Photo 1Triplex ...................................................................................................................................... 71
Photo 3 Duplex..................................................................................................................................... 75
Photo 4 Duplex jumelé ......................................................................................................................... 77
Photo 5 Immeuble d’appartements de 3 ou 4 étages en contiguïté .................................................... 80
Photo 6 Immeuble d’appartements de 3 ou 4 étages orienté dans le sens de la profondeur ............. 81
Photo 7 Immeuble d’appartements de 4 étages .................................................................................. 82
Photo 8 Immeuble d’appartements de 3 étages .................................................................................. 83
Photo 9 Petit immeuble d’appartements .............................................................................................. 85
Photo 10 Immeuble d’appartements de plus de 4 étages.................................................................... 87
Photo 11 Cottage ................................................................................................................................. 89
Photo 12 Cottages jumelés .................................................................................................................. 91
Photo 13 Cottages en rangée .............................................................................................................. 93
CONVERCITÉ
|
v
INTRODUCTION
Dans le cadre de la création d’un partenariat entre trois organismes – Convercité, le Bureau
du mont Royal et la Chaire de recherche du Canada en patrimoine bâti de la Faculté de
l’aménagement de l’Université de Montréal – les auteurs de ce document ont reçu le
mandat de réaliser une étude portant sur le campus de l’Université de Montréal et le secteur
adjacent à ce dernier, soit une partie des quartiers Outremont et Côte-des-Neiges. Cette
étude vise à caractériser ce territoire à partir de la forme urbaine et architecturale selon le
cadre théorique propre à la typo-morphologie. Elle a pour objectif principal de comprendre
l’évolution de ce secteur et la dynamique urbaine à l’œuvre actuellement sur ce territoire.
Cette étude typo-morphologique a été réalisée sous la supervision de Monsieur JeanClaude Marsan et de Madame Claudine Déom par Karine Garcia et Sylvain Garcia, tous
deux finissants à la Maîtrise en aménagement option Conservation de l’environnement bâti
de l’Université de Montréal. Architecte et urbaniste, Monsieur Marsan est professeur titulaire
à l’École d’architecture de la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal. Il est
aussi le responsable du programme de maîtrise en aménagement option Conservation de
l’environnement bâti (CEB) de l’Université de Montréal. Madame Claudine Déom est
professeure adjointe à l’École d’architecture de l’Université de Montréal.
Dans l’optique où la typo-morphologie reste quelque peu méconnue chez certains
professionnels de l’aménagement, ce document se propose, dans une première étape,
d’offrir une brève explication des modalités de cette approche. Aussi, avant d’entrer dans le
vif du sujet, il sera question de l’état d’avancement de la recherche et de ce qu’il serait
pertinent d’entreprendre dans une éventuelle poursuite de cette recherche.
Par la suite, il convient de structurer cette recherche de manière à d’abord localiser le
secteur d’étude et de rendre compte du portrait actuel de celui-ci dans ces grandes lignes.
Par la suite, une description géographique du site et un survol historique permettront de
comprendre les grandes étapes de la croissance urbaine du secteur. Une caractérisation
plus formelle du tissu urbain suivra où seront abordé distinctement la voirie et les espaces
publics, le découpage foncier et le cadre bâti. Enfin, une description détaillée de l’évolution
et de l’organisation spatiale du campus de l’Université de Montréal sera faite.
CONVERCITÉ
|
1
1. L’APPROCHE TYPO-MORPHOLOGIQUE
Cette section du rapport d’étude se penche d’abord sur une brève explication de l’approche
typo-morphologique et de la perception la ville véhiculée à travers ce cadre théorique. Par la
suite, la démarche méthodologique développé dans le cadre de la réalisation de cette
recherche sera expliciter.
1.1 La typo-morphologie
La typo-morphologie s’intéresse à la matérialité de la ville, à sa configuration physique,
c’est-à-dire à ses rues, ses maisons, etc. On parle alors de forme urbaine. Son objectif
principal consiste à expliquer les raisons ayant amené un morceau de ville à prendre la
forme urbaine qu’on lui connaît actuellement, c’est-à-dire la manière dont il a évolué dans le
temps et jusqu’à aujourd’hui. Par conséquent, la typo-morphologie ne considère pas la
forme urbaine comme étant donnée une fois pour toute, mais plutôt comme une entité
dynamique en continuel changement1.
Pour ce faire, Caniggia, un des principaux théoriciens de la typo-morphologie, rappelle
l’importance de l’identification des principaux éléments structurants dans le processus de
formation de la ville. En fait, il s’agit d’isoler ce qui opère un processus de transformation et
de continuité dans le tissu urbain. Mais, pour y arriver, il faut nécessairement reconduire les
processus typologiques des différents éléments urbains, car cela permet de comprendre ce
qui détermine l’évolution « des caractères structuraux d’un lieu »2 dans le temps. L’approche
que propose la typo-morphologie pour définir ces processus typologiques s’articule à trois
aspects particuliers. Le premier aspect concerne la caractérisation de l’espace ouvert, en
l’occurrence les voies de circulation, et comment ce dernier organise l’armature de la ville.
Par la suite, le deuxième aspect concerne le parcellaire comme élément créateur de
l’échelle à laquelle un morceau de ville est construit. Le lot et l’îlot permettent rendre compte
de cet aspect. Enfin, le troisième aspect concerne le cadre bâti et la relation qu’il entretient
avec l’espace ouvert. Par la suite, il devrait pouvoir s’opérer un découpage en unités
morphologiques3.
1
Anne Vernez Moudon, « Getting to know the built landscape : Typomorphology » Ordering Space Types in
Architecture and Design, Van Nostrand Reinhold, 1994, p. 289.
2
Pierre Larochelle et Cristina Iamandi, « Milieux bâtis et identité culturelle », USEK, no 2, 1999, p. 6.
3
Anne Vernez Moudon, Op. Cit., p. 290.
CONVERCITÉ
|
2
La typo-morphologie révèle donc essentiellement l’aspect physique et spatial de la structure
de la ville. À la fois morphologique et typologique, elle décrit la structuration de la forme
urbaine et la classification des différents éléments urbains à l’intérieur desquels ils
s’inscrivent, comme le réseau viaire, le parcellaire, le cadre bâti, etc. C’est à travers la
compréhension de la logique dialectique que tous ces éléments entretiennent ensemble que
les tenants de cette approche prétendre pouvoir intervenir sur la ville sans la dénaturer.
1.2 Méthodologie de recherche
La méthodologie de recherche s’inspire essentiellement d’un ouvrage important pour les
typo-morphologues français. Il s’agit de l’ouvrage intitulé Analyse urbaine de Philippe
Panerai, Jean-Charles Depaule et de Marcelle Demorgon. Cette méthode de recherche
permet une prise de connaissance du secteur d’étude à partir de deux perspectives
différentes qui se complètent, soit la croissance urbaine et le tissu urbain.
La croissance urbaine renvoie à un phénomène d’extension et de densification de la ville
« saisis d’un point de vue morphologique, c’est-à-dire à partir de leur inscription matérielle
dans le territoire »4. Dans cette étude, la section portant sur l’historique correspond à la
croissance urbaine. De la croissance urbaine découle deux éléments particuliers à prendre
en compte.
D’une part, il s’agit du mode de croissance. Il peut s’agir d’une croissance continue ou d’une
croissance discontinue. « La croissance continue se caractérise par le fait qu’à chaque
stade du développement, les extensions se font en prolongement direct des parties déjà
construites »5. « La croissance discontinue se présente comme une occupation plus ouverte
du territoire ménageant des coupures végétales ou agricoles entre les parties anciennes et
les extensions »6.
D’autre part, il s’agit des éléments régulateurs. Les éléments régulateurs correspondent aux
éléments physiques qui semblent guider les phases d’extension urbaine. « L’examen du
4
Panerai, p. 51.
Panerai, p. 55.
6
Panerai, p. 58.
5
CONVERCITÉ
|
3
processus de croissance ordonnée, c’est-à-dire dans lequel la ville présente à chaque stade
de son évolution une structure claire et intelligible, passe par le repérage d’un certain
nombre d’éléments…régulateurs »7. Il s’agit donc des lignes de croissance, des pôles de
croissance, des bornes de croissance et des barrières de croissance. Les lignes de
croissance renvoient au « support d’une croissance qui s’effectue selon une direction;
l’exemple le plus simple est la route le long de laquelle croît l’agglomération et qui devient
rue ou avenue. Mais beaucoup d’autres lignes peuvent jouer le même rôle : rivière, canal,
voie ferrée, autoroute, axe monumental, etc. Les lignes de croissance peuvent être
« naturelles », nous entendrons par là inscrites dans le site avant l’urbanisation, ou
« artificielle », c’est-à-dire projetées et réalisées au début d’une phase d’extension, en
relation avec celle-ci »8. Le pôle de croissance renvoie à « l’origine, le groupement à partir
duquel va s’opérer la croissance et le point de référence de cette croissance ordonnant la
constitution du tissu et les croissances secondaires (qui sont souvent des fragments de
croissances secondaires). Dans l’évolution d’une agglomération, le centre initial joue
souvent ce rôle, mais d’autres pôles viennent en contrepoint organiser la croissance »9. La
borne de croissance constitue « un obstacle à une croissance linéaire, un point d’arrêt ou un
accident qui limite l’extension. D’une façon générale, cet obstacle joue le rôle de borne
pendant une période donnée; à l’issue de cette période, la borne est dépassée et devient
souvent un pôle. Comme pour les lignes de croissance, on pourrait distinguer des obstacles
« naturels », inscrits dans le site et la topographie et des bornes construites qui,
intentionnellement ou non, limitent l’extension de l’agglomération »10. La barrière de
croissance « évoque l’idée d’un obstacle. La barrière s’oppose à la propagation d’un tissu
qui prend la forme d’une somme de croissances linéaires. Elle peut être constituée par : un
obstacle géographique (ligne de relief, cours d’eau, lac forêt, changement dans la nature du
sol, etc.); un obstacle construit (enceinte, fossé, canal, route, voie ferrée, ligne haute
tension, grand domaine, etc.).
Le tissu urbain se caractérise par la superposition et l’imbrication de trois ensembles
distincts. Il s’agit de l’espace public, du découpage foncier et du cadre bâti. « L’analyse du
tissu urbain procède par l’identification de chacun de ces ensembles, l’étude de leur logique
et celle de leurs relations…Les relations entre ces trois ensembles forment en effet un
7
Panerai, p. 58-60.
Panerai, p. 60.
9
Panerai, p. 61.
10
Panerai, p. 65.
8
CONVERCITÉ
|
4
système assez complexe, à l’image de la ville elle-même. Et s’il est utile pour commencer
l’analyse d’isoler provisoirement l’un d’entre eux…ce n’est qu’en réfléchissant sur les
relations entre ces trois termes que l’on peut saisir les logiques qui sont en œuvre dans la
constitution des tissus et leurs modifications »11.
« L’espace public comprend l’ensemble des voies : rues et ruelles, boulevards et avenues,
parvis et places, promenades et esplanades, quais et ponts mais aussi rivières et canaux,
berges et plages. Cet ensemble s’organise en réseau afin de permettre la distribution et la
circulation. Le réseau est continu et hiérarchisé… »12. On peut donc distinguer les voies
primaires, secondaires et tertiaires. Par la suite, il est possible d’établir la relation entre le
tracé des voies et le site géographique, « le rôle de ces voies dans l’ensemble urbain et
régional »13 et la logique géométrique des tracés, c’est-à-dire la grille de rue.
Le découpage foncier, représente l’élément fondamental de l’existence du tissu urbain. En
effet, il établit la relation entre la parcelle et la rue, et par ricochet la relation que le cadre
bâti entretient avec l’espace public. « L’observation des plans cadastraux confectionnés en
mettant
en
évidence
les
limites
de
propriété…fournit
un
nombre
d’indications
14
qui…permettent une bonne appréhension du tissu » . Son analyse se fait par l’entremise
de la forme des îlots et du parcellaire. Les îlots doivent être regroupés en famille d’îlots
selon leur taille et leur forme. Par la suite, le parcellaire devra être regroupé en familles de
parcelles possédant des caractéristiques semblables et distribuées d’une façon particulière
dans l’espace, mais aussi faire l’objet d’une explication du rapport topologique que ce
dernier entretient avec le cadre bâti. Le rapport topologique concerne le niveau
d’interdépendance qui s’établit entre l’espace loti et l’espace bâti.
Le cadre bâti introduit la dimension architecturale dans l’analyse du tissu urbain. Pour ce
faire, l’élaboration d’une typologie architecturale s’avère nécessaire à une connaissance
générale du cadre bâti présent dans le secteur d’étude. Ce procédé réside dans
l’identification de différents types architecturaux, par la spatialisation de ceux-ci et de leurs
mises en relation avec les différents éléments déjà identifiés du tissu urbain, en l’occurrence
la distribution du réseau de la voirie et du découpage foncier. Le type se défini comme « un
11
Panerai, p. 76.
Panerai, p. 78.
13
Panerai, p. 81.
14
Panerai, p. 83.
12
CONVERCITÉ
|
5
objet abstrait, construit par l’analyse, qui rassemble les propriétés essentielles d’une
catégorie d’objets réels et permet d’en rendre compte avec économie »15. Bref, il s’agit de
rendre compte des éléments essentiels qui permettent à une architecture d’exister et ce, en
relation avec son contexte d’insertion.
Par la suite, à partir du décorticage de la compréhension de la croissance urbaine et du
tissu urbain, une identification des éléments de permanence qui assurent la cohérence
d’ensemble du secteur d’étude s’avère nécessaire.
Aussi, un découpage en unités morphologiques devrait pouvoir s’opérer de manière à
rendre compte des spécificités morphologiques de chaque portion du secteur d’étude.
Le campus de l’Université de Montréal, tout en occupant une superficie importante de notre
secteur d’étude, ne s’inscrit toutefois pas directement à l’intérieur d’un tissu urbain, à
l’exception de certaines voies d’accès comme le chemin de la Polytechnique. Il était donc
difficile d’en faire une analyse selon les principes propres à la typo-morphologie. Le campus
de l’Université de Montréal a donc été abordé dans une section séparée du reste du secteur
d’étude.
15
Philippe Panerai, Analyse urbaine, Éditions Parenthèses, Collection Eupalinos, Marseille, 1999, pp. 120-122.
CONVERCITÉ
|
6
2. ÉTAT D’AVANCEMENT DE LA RECHERCHE
Le tableau 1 présente l’état d’avancement de cette recherche typo-morphologique. Les
étapes complétées correspondent à la phase 1. Au départ, il était question d’en arriver à
identifier et à expliquer l’ensemble des éléments de croissance urbaine et du tissu urbain du
secteur d’étude, mais par manque de temps, certains éléments, inscrits dans sous la
colonne de la phase 1+ du tableau, n’ont pu être analysés. Il s’agit notamment de la
caractérisation des espaces publics comme les parcs et les espaces de détentes, du
développement d’une cartographie formelle sur les époques de construction du cadre bâti et
d’une caractérisation systématique de la présence institutionnelle.
Par la suite, une fois cette phase 1+ de compléter, une deuxième phase devrait être en
mesure de se pencher sur l’identification des éléments de permanence du secteur,
notamment par l’explication du rôle structurant des voies primaires de circulation. Enfin,
dans une troisième phase, il sera nécessaire d’établir un découpage du territoire en unités
morphologiques.
CONVERCITÉ
|
7
Tableau 1
État d'avancement et proposition d'une orientation à suivre dans le cadre de la réalisation de l'étude typomorphologique du campus de l'Université de Montréal et du secteur adjacent
Phase 1
Phase 1 +
Phase 2
Phase 3
Délimitation du secteur d'étude
Délimitation du secteur d'étude
Historique (croissance urbaine)
Géographie du site
Géographie du site
Développement historique du secteur
Premières voies de circulation
Premier découpage du territoire
Établissement du village et de la
villégiature
Développement résidentiel et
institutionnel
Caractérisation du tissu urbain
Les éléments constitutifs du tissu urbain
Identification des éléments de Découpage du territoire en unités
permanence
morphologiques
L’espace public
Voies primaires
Relation entre le tracé des voies et le
site géographique
Chemin de la CôteSainte-Catherine
Hiérarchie des voies (primaire,
secondaire, tertiaire)
Chemin de la Côte-desNeiges
Logique géométrique des tracés
Les aires de paysage
Chemin Queen-Mary
Caractérisation des espaces
publics
Découpages fonciers et parcellaires
Voies secondaires
Les unités de paysage
Boulevard ÉdouardMontpetit
Dimensions et formes des îlots
Parcellaire
Rapport topologique
Regroupement homogène des
parcelles
Cadre bâti
Noyau villageois
Village de Côte-desNeiges
Cadre bâti résidentiel
Typologie architectutale
Typologie architectutale à
compléter
Époque de construction
Présence commerciale
Présence institutionnelle
Campus de l’UdeM
Caractérisation du campus
Évolution de l’aménagement du
campus
Caractérisation de l'aménagement
du campus actuel
Caractérisation architecturale du Pavillon
principal du campus
Caractérisation architecturale du
Pavillon principal
CONVERCITÉ
|
8
3. PRÉSENTATION DU SECTEUR
3.1 Localisation du secteur à l’étude
En fonction des objectifs associés à ce travail de caractérisation morphologique, la
délimitation du territoire d’étude concerne évidemment le campus de l’Université de
Montréal (UdeM), mais aussi une large portion du tissu urbain adjacent à ce dernier. En fait,
il s’agit d’un secteur qui englobe un autre sous-secteur, soit le campus de l’UdeM.
Pour ce faire, le secteur a été circonscrit à l’intérieur d’un périmètre bien précis, soit la rue
Victoria à l’ouest, la rue Van Horne au nord et les rues Davaar et Pagnuelo à l’est. Au sud,
la délimitation correspond à la limite sud du campus de l’Université de Montréal et à une
frange au sud du Chemin de Queen Mary d’environ 100 mètres. En fait, la presque totalité
du secteur d’étude se localise dans la portion sud de Côte-des-Neiges, mais une petite
partie, à l’est, se trouve à l’intérieur des limites de l’ancienne municipalité d’Outremont. Dans
l’éventualité où il y aurait un glissement plus accentué du campus de l’Université de
Montréal dans le tissu urbain adjacent, le choix de cette délimitation du secteur d’étude
s’explique par la nécessité d’englober l'importante présence institutionnelle. Une
observation de la dynamique actuelle de la localisation des pavillons à l’extérieur du campus
permet d’avancer l’hypothèse que ce glissement pourrait s’effectuer en regard de la
structure institutionnelle déjà existante.
Le campus de l’Université de Montréal, quant à lui, se localise entre le tissu urbain de Côtedes-Neiges et le Cimetière catholique Notre-Dame-des-Neiges. Plus précisément, il est
bordé par le boulevard Édouard Montpetit au nord, la rue Jean-Brillant et l’avenue Decelles
à l’ouest, Vincent D’Indy à l’est et le chemin de Polytechnique au sud (tout juste à côté du
cimetière). Toutefois, depuis plusieurs décennies l’université tend à déborder du campus
principal pour venir s’établir dans le tissu urbain de Côte-des-Neiges.
Ce secteur se situe donc sur le flanc nord-ouest du Mont-Royal. Et comme nous le verrons
ultérieurement, la compréhension urbaine de ce dernier ne peut s’accomplir sans la prise en
considération de ce massif. En effet, le secteur à l’étude participe à sa manière au
processus d’urbanisation auquel nous convie le Mont-Royal depuis les origines de VilleMarie.
CONVERCITÉ
|
9
Figure 1 Délimitation du secteur d’étude
Source : Ville de Montréal
Réalisation : Sylvain Garcia, juin 2006
CONVERCITÉ
|
10
3.2 Portrait actuel du secteur d’étude
Urbanisé à partir de 1910, la portion sud du Chemin de la Côte-Sainte-Catherine, avec sa
grille de rue sinueuse, accueille un cadre bâti résidentiel de type pavillonnaire assez cossu.
La grande qualité d’ensemble de son aménagement se fait notamment sentir par la présence
d’éléments végétaux et la qualité des matériaux utilisés pour construire les maisons.
Outremont représente le quartier résidentiel par excellence de la bourgeoisie francophone. Ce
dernier accueille aussi certaines grandes institutions religieuses comme le Mont-Jésus-Marie
et Marie-Réparatrice. Toutefois, la consolidation de l’aménagement d’Outremont laisse peu de
place à l’établissement de plusieurs autres grandes institutions religieuses et laïques. Attirées
par la montagne, les grandes institutions franco-catholiques, au départ situées dans le
Quartier latin, s’implantent donc plus vers l’ouest dans le quartier Côte-des-Neiges. En fait, ce
déplacement correspond à la reconfiguration de la géographie institutionnelle montréalaise et
s’inscrit dans le sillage du repositionnement de la bourgeoisie franco-catholique sur le versant
nord du sommet d’Outremont.
Dans sa partie sud, Côte-des-Neiges représente un secteur résidentiel de moyenne densité
structuré autour de grandes institutions franco-catholique ayant un poids social considérable,
puisqu’elles matérialisent ce repositionnement en profondeur de la géographie institutionnelle
montréalaise. Ce repositionnement se déploie le long de deux voies de circulation de
première importance, soit la partie est du chemin Queen Mary et le chemin de la Côte-SainteCatherine. En aparté, mentionnons que les principales activités commerciales et
institutionnelles locales de Côte-des-Neiges se déploient le long d’une troisième voie de
circulation d’égale importance, soit le chemin de la Côte-des-Neiges. Dans le secteur on
retrouve notamment, sur le flanc du mont Royal, le campus de l’Université de Montréal auquel
vient s’accrocher un collier d’institutions dans l’axe du Chemin Queen Mary, dont tout
spécialement le Collège Notre-Dame et l’Oratoire Saint-Joseph. De plus, dans l’axe du
Chemin de la Côte-Sainte-Catherine, on retrouve le deuxième collier institutionnel marqué par
certains pavillons de l’Université de Montréal, le collège Jean-de-Brébeuf, l’hôpital SainteJustine, etc.
Ce secteur sud de Côte-des-Neiges possède une bonne cohésion d’ensemble, puisque le
tissu urbain est bien consolidé. En effet, la grille de rue orthogonale et le cadre bâti résidentiel
reste généralement continu. Ce dernier s’implante toujours avec marge de recul avant ce qui
CONVERCITÉ
|
11
donne au quartier, en plus d’une présence d’arbres matures, un aspect bien aéré. On retrouve
beaucoup de duplex jumelé et d’immeuble d’appartements de 3 ou 4 étages, parfois regroupé
en secteurs homogènes. Toutefois, pour accueillir certaines grandes institutions, on retrouve
aussi quelques îlots de très grandes tailles qui viennent rompre la continuité dans la trame de
rue.
Par rapport à la présence de la montagne à proximité, le secteur adjacent au campus de
l’Université de Montréal offre peu d’ouvertures visuelles sur celle-ci. La perception de la
montagne se voit considérablement réduite, à l’exception de la portion où se situe l’Oratoire
Saint-Joseph. Par conséquent, le secteur en question est assez mal desservi en terme
d’accès au noyau vert de la montagne, notamment le parc du Mont Royal. Le seul véritable
accès formel à ce noyau vert semble être celui du cimetière Notre-Dame-des-Neiges. À cet
égard, le campus de l’Université de Montréal, entre le chemin de la Côte-des-Neiges et
Vincent d’Indy, devient une véritable barrière physique et visuelle. À partir du campus, à
moins d’utiliser des sentiers informels, de type sous-bois, le passage vers le parc ou le
cimetière reste impossible.
CONVERCITÉ
|
12
4. HISTORIQUE
4.1 Géographie du site
Pour comprendre l’urbanisation du secteur à l’étude, il convient nécessairement de s’attarder
à la géographie physique du site en question, en l’occurrence le relief causé par le massif du
Mont-Royal d’une part et le réseau hydrographique d’autre part.
Le massif du Mont-Royal se présente sous la forme de trois sommets distincts, soit le sommet
d’Outremont, le sommet de Westmount et le sommet Mont-Royal. Mais, dans l’ensemble de
ce massif, l’élévation est plus abrupte dans la partie est que dans l’ouest. Ainsi, « le massif
présente sa façade la plus ouverte au nord, entre les collines d’Outremont et de
Westmount »16. D’autant plus qu’entre ces trois collines – au centre du massif – se déploie un
bassin intérieur dont l’inclinaison par vallonnement s’oriente vers l’ouest, c’est-à-dire vers le
quartier actuel de Côte-des-Neiges. De plus, sur le versant sud du massif, « une dépression
plus importante ouvre une brèche entre le mont Royal et le mont de Westmount. Cette
seconde vallée pénètre au cœur de la montagne pour rejoindre le bassin intérieur… »17.
Autrefois, au centre de ce bassin intérieur, se trouvaient quelques marécages – que l’on
pourrait situer dans les environs de l’actuel lac aux Castors –, desquels un ruisseau prenait sa
source. Ce dernier coulait tranquillement vers l’ouest, c’est-à-dire, encore une fois, vers Côtedes-Neiges18.
Ainsi, en plus de la présence du ruisseau, à l’époque de la Nouvelle-France, la topographie
particulière au mont Royal aura – comme nous le verrons dans les pages qui suivent – une
influence considérable sur le développement rural et urbain de notre secteur d’étude,
notamment en conditionnant le déploiement des premières voies de circulation dans la partie
centrale de l’île.
16
Commission des biens culturels, Étude de caractérisation de l’arrondissement historique et naturel du MontRoyal, 2005, p. 18.
17
Ibid.
18
Ibid.
CONVERCITÉ
|
13
4.2 Développement urbain du versant nord-ouest du Mont Royal
4.2.1
Premières voies de circulation
À l’époque de l’arrivée des Européens dans la vallée du Saint-Laurent, les amérindiens
présents sur l’île de Montréal utilisent un réseau de voies de circulation pour se déplacer.
Même s’il ne s’agit que de simples sentiers, ils auront une incidence sur la mise en place du
découpage territorial de base de l’île, et notamment en ce qui concerne le secteur d’étude en
question. En effet, à travers les premières histoires de Ville-Marie, les récits des explorateurs
et les représentations sur les plans du Sulpicien Vachon de Belmont19, il existe deux sentiers
à proximité du mont Royal. D’une part, on retrouve un sentier qui traverse la colline de part en
part, et ce à travers la brèche entre les sommets de Westmount et Mont-Royal jusqu’au
bassin intérieur pour ensuite aller rejoindre le ruisseau et l’accompagner vers le flanc ouest.
En fait, il s’agit du sentier qui deviendra le Chemin de la Côte Notre-Dame-des-Neiges.
D’autre part, il s’agit d’un sentier qui longe les glacis extérieurs du massif à partir de son flanc
sud-est et jusqu’au nord-est. Il s’agit, cette fois-ci, du sentier qui allait devenir le Chemin de la
côte Sainte-Catherine (voir figure 4).
4.2.2
Premier découpage du territoire
En 1663, lorsque les prêtres de Saint-Sulpice deviennent seigneurs de l’île de Montréal,
l’organisation du développement du territoire s’amorce. En effet, « la propriété de la
seigneurie leur confère de nombreux droits, dont celui de se constituer une importante
réserve foncière et de procéder à la délimitation des côtes, au bornage des censives et à leur
concession, de même qu’à la mise en place de voies de communication »20. C’est donc par un
découpage du territoire selon le système de côtes que se fait l’organisation et la mise en
valeur du sol. Nous étaierons donc cette section du travail par une explication du
fonctionnement de la côte pour ensuite voir en détail la mise en place de la côte Notre-Damedes-Neiges et de la côte Sainte-Catherine.
D’entrée de jeu, mentionnons que la côte fait référence à une entité spatiale possédant sa
propre logique interne. Plus précisément, il s’agit de la première rangée de censives (lots)
distribuées en bordure d’un cours d’eau. Chacune des censives s’oriente perpendiculairement
19
20
Ibid., p. 31.
Ibid., p. 35.
CONVERCITÉ
|
14
par rapport au cours d’eau, et ce dans un rapport approximatif de 1 pour 10. De plus, un
chemin les relie les unes aux autres, et que l’on nomme généralement Chemin du Roy.
Néanmoins, le cas de Montréal présente certaines particularités que l’on ne retrouve pas
ailleurs au Québec. En effet, on retrouve à Montréal des côtes riveraines et des côtes
intérieures. Les côtes riveraines se localisent en bordure du fleuve, alors que les côtes
intérieures ne sont pas en contact avec le fleuve, mais s’arriment plutôt avec d’autres
éléments de la géographie physique de l’île. De plus, les côtes intérieures de l’île sont
discontinues. Au dire de Ludger Beauregard, « ce sont en fait ces dernières qui permettent le
mieux de saisir le concept de côte »21. À cet égard, la côte Notre-Dame-des-Neiges
représente l’archétype de la côte intérieure discontinue.
À partir de 1698, les Sulpiciens concèdent la côte Notre-Dame-des-Neiges sur les glacis du
flanc ouest du mont Royal. En effet, le 8 avril de cette même année, l’ingénieur du roi Gédéon
de Catalogne, accompagné par le secrétaire des Sulpiciens François Donnay et le serviteur
du Séminaire Jacques Moulinier, se rend sur les lieux pour en faire l’arpentage22. Gédéon de
Catalogne était donc chargé de tracer un plan de manière à partager en concessions les
terres de la future côte. Pour ce faire, l’ingénieur délimite un corridor orienté dans l’axe du
ruisseau qui dévale la pente du mont Royal en direction de la rivière des Prairies23. Il était
donc question d’établir une « commune » à l’intérieur de laquelle passeraient le ruisseau et un
« chemin de charrette »24. Aussi, un peu plus tard, pour bénéficier du ruisseau, un moulin sera
construit à l’intérieur de la commune de la côte. Par conséquent, les parcelles de terre
s’orientent toutes de manière perpendiculaire à ce corridor préalablement tracé, et sur ses
deux côtés. Il s’agit donc d’une côte double. Toutefois, dans la mesure où ce corridor se situe
dans un axe perpendiculaire au fleuve, cela fait en sorte que l’orientation des censives est
contraire à celles le long du fleuve Saint-Laurent et que l’on retrouve un peu partout sur l’île
de Montréal. Or, nous voyons jusqu’à quel point la topographie de la montagne et son
système hydrographique influence considérablement le lotissement de ce nouvel espace
agricole. D’une certaine manière, l’organisation territoriale de ce nouvel espace agraire se
trouve en étroite relation avec le mont Royal. D’ailleurs, mentionnons que lors de son
ouverture, la côte Notre-Dame-des-Neiges compte 28 concessions. La plupart de ces terres
21
Ludger Beauregard, « Géographie historique des côtes de l’île de Montréal », in Cahier de géographie du
Québec, vol. 28, nos. 73-74, avril-septembre 1984, p. 54.
22
E.-Z. Massicotte, Notre-Dame-des-Neiges, Les cahiers des dix, vol. 4, 1939, p. 142.
23
Ibid.
24
Ibid, p. 143.
CONVERCITÉ
|
15
représentent une superficie de 40 arpents, soit 2 arpents de large par 20 arpents de
profondeur. Bref, la morphologie de base de la côte Notre-Dame-des-Neiges se distingue des
autres côtes de la seigneurie de Montréal par sa spécificité de côte double, intérieure, en
partie discontinue, d’orientation contraire aux autres côtes et, de surcroît, en arrimage étroit
avec le mont Royal (voir figure 3).
La côte Sainte-Catherine, quant à elle, commence à être subdivisée à partir de 169425. Lors
de son ouverture, cette côte ne possède que 6 concessions26. Par la suite, durant la première
moitié du 18e siècle, elle possédera 10 concessions, et en 1778 elle en possédera une
quinzaine. Elle se localise immédiatement à l’est de la Côte Notre-Dame-des-Neiges sur les
flancs nord du mont Royal. Il s’agit donc d’une côte intérieure en arrimage avec le mont Royal
puisque son découpage et son emplacement s’articulent avec un chemin de contournement
de la montagne, et qui deviendra le chemin de la Côte-Sainte-Catherine. Toutefois, dû à
l’emplacement du chemin et de la montagne, cette côte ne pourra être double. En effet, cette
dernière ne possède qu’une seule rangée de parcelles. Les censives « concédées sont
perpendiculaires à un chemin de desserte »27 et par conséquent, perpendiculaire à celles de
la côte Notre-Dame-de-Neiges. Même si chacune des côtes correspond idéalement à une
entité territoriale autonome, il n’en reste pas moins que la côte Sainte-Catherine est, en partie,
immédiatement adjacente à la côte Notre-Dame-des-Neiges. D’ailleurs son chemin de
desserte se prolonge vers l’ouest jusqu’au chemin de la côte Notre-Dame-des-Neiges. De
plus, le moulin banal construit en bordure du ruisseau de la côte Notre-Dame-des-Neiges
dessert la population de la côte Sainte-Catherine. Bref, la morphologie de base de la côte
Sainte-Catherine se particularise par le fait qu’elle est intérieure, en partie discontinue,
d’orientation similaire à celle des autres côtes de l’île de Montréal et en arrimage avec le mont
Royal (voir figure 3).
En récupérant et en formalisant certains tracés amérindiens, l’établissement du premier
découpage du territoire en système de côtes s’inscrit d’emblée dans une structure spatiale
existante. Cette intégration marque, d’une certaine manière, la mise en place d’un premier
25
Il est à noter que les premières terres concédées le 9 novembre 1694 correspondent au territoire actuel
s’étendant de la rue Hutchinson à l’avenue Rockland et de la rue Édouard-Charles jusqu’à la cour de triage
Outremont.
26
Monique Deslauriers, Raconte-moi Outremont et ses trois siècles d’histoire, 1995, pp. 8-9.
27
Commission des biens culturels, Op. Cit., p. 40.
CONVERCITÉ
|
16
réseau de voirie sur l’île de Montréal. En effet, quoique établi progressivement28, ce premier
réseau, et qui deviendra les voies primaires de Côte-des-Neiges et d’Outremont, résulte de
l’ouverture des chemins de côtes. Or, jusqu’à aujourd’hui ces chemins constituent les
éléments de permanence les plus certains et continuent de structurer le devenir du flanc nord
du mont Royal. Dans le cas qui nous concerne, certains chemins s’arriment aux contraintes
présentes par le mont Royal. Le chemin de la Côte-Sainte-Catherine contourne le flanc est et
nord de la montagne pour ensuite rejoindre, de manière perpendiculaire le chemin de la Côtedes-Neiges, dont nous avons déjà évoqué ses particularités. À partir de ce dernier, et au sortir
de la montagne en direction ouest, commence le chemin de la Côte-Saint-Luc (aujourd’hui le
chemin Queen-Mary)29 (voir figure 4). Ainsi, l’établissement des côtes, en arrimage avec la
topographie induite par la présence du mont Royal et avec ce premier réseau de voirie, donne
naissance à un premier découpage formel du territoire qui aura une incidence indéniable sur
l’évolution de notre secteur d’étude.
28
29
Commission des biens culturels, Op. Cit., p. 41.
Commission des biens culturels, Op. Cit., p. 41.
CONVERCITÉ
|
17
Figure 2 Le chemin de la Côte-des-Neiges en 1859.
Source : Musée McCord
Cette photo prise en direction du mont Royal montre le caractère rural du secteur dans la
deuxième moitié du 19e siècle. Sur la droite de la photo, près de l’arbre, on peut voir le clocher
d’une église. Il s’agit probablement de la chapelle-école agrandi en 1837.
CONVERCITÉ
|
18
Figure 3 Établissement des côtes sur l’île de Montréal
Source : Ludger Beauregard, « Géographie historique des côtes de l’île de Montréal », in Cahier de géographie du Québec, vol. 28, nos. 73-74, 1984.
CONVERCITÉ
|
19
Figure 4 Premières voies de circulation près du mont Royal
Source : Archive de la Ville de Montréal, 1834.
CONVERCITÉ
|
20
Figure 5 Découpage du territoire en 1878
Source : Archive de la Ville de Montréal, 1878.
Cette carte montre que les chemins des côtes constituent des lignes de croissance urbaine importante dans le devenir du
secteur en question, car les premiers découpages du territoire à l’intérieur de celui opéré pour l’établissement des côtes se
font le long de ses axes de circulation majeurs. De plus, on voit très bien que l’influence du chemin de la Côte-SainteCatherine se fait au-delà de la côte initiale (cercle bleu) et que l’intersection du chemin de la Côte-des-Neiges et de l’actuelle
Queen-Mery (cercle rouge), de par la finesse des parcelles, constitue un pôle de croissance.
CONVERCITÉ
|
21
Figure 6 Premières concessions à la côte Sainte-Catherine
Source : André Croteau, Dinu Bumbaru et Claude Jasmin, 1875-2000 Outremont.
CONVERCITÉ
|
22
4.2.3
Établissement du village et de la villégiature sur le flanc nord
Au 18e siècle, le secteur de la côte Notre-Dame-des-Neiges participe d’un double mouvement.
D’une part, l’établissement d’un village à la jonction stratégique des chemins de la Côte-SaintLuc et de la Côte-des-Neiges ainsi que l’activité agricole en font un lieu de production agraire
et artisanal. D’autre part, au même titre qu’une bonne partie des secteurs situés à proximité
du mont Royal, le charme rural du lieu engendre un attrait bucolique au sein de l’élite de
l’époque, qui, par ricochet, s’approprie les secteurs situés à proximité du mont Royal, donc
plus en hauteur30. Ce phénomène sera à l’œuvre jusqu’au tournant du 20e siècle.
Malgré la fondation du village de Côte-des-Neiges dès la fin du 17e siècle, l’urbanisation de la
côte sera beaucoup plus tardive que celle des autres secteurs aux pourtours du mont Royal.
En fait, le ruisseau à l’origine de l’établissement de la côte attire les tanneurs. « L’industrie du
cuir prit racine dans le quartier et connut son apogée au tournant du vingtième siècle »31.
Mais, c’est surtout de 1780 à 1831 qu’une importante concentration d’artisans du cuir
s’installe dans le village pour en faire, avec le quartier Saint-Henri, une des principales
tanneries à Montréal. À partir de ce moment, « cette activité entraîne la domestication des
cours d’eau et la mise en place d’outils de gestion des ruisseaux de la montagne »32. Les 72
tanneries du village disparurent avec l’annexion par la Ville de Montréal en 190833.
Mais, il ne faut pas omettre de mentionner que le village est peuplé autant de tanneurs que de
cultivateurs. En effet, auparavant, « le moulin banal où les fermiers font moudre leur grain
demeure le centre d’animation du petit hameau jusqu’en 1814 »34. Les Sulpiciens font alors
ériger une chapelle-école à l’emplacement actuel de l’église Notre-Dame-des-Neiges »35. Par
la suite, et ce dès 1837, le bâtiment sera agrandit36. Ainsi, deux vocations particulières sont
associées au village, soit un lieu de production artisanale et un pôle pour l’offre de services de
proximité aux producteurs agricoles des alentours.
30
Commission des biens culturels, Op. Cit., p. 45.
Groupe d’intervention urbaine de Montréal, La montagne en question, 1988, p. 48.
32
Commission des biens culturels, Op. Cit., p. 50.
33
Groupe d’intervention urbaine de Montréal, Op. Cit., p. 48.
34
Michèle Benoît et Roger Gratton, Pignon sur rue, Les quartiers de Montréal, Guérin, 1991, p. 200.
35
Ibid.
36
Ibid.
31
CONVERCITÉ
|
23
Figure 7 L’agriculture à la Côte-des-Neiges en 1859
Source : Musée McCord
CONVERCITÉ
|
24
L’organisation territoriale du village se déploie essentiellement le long du chemin de la Côtedes-Neiges, mais s’arrime – de manière stratégique – avec l’intersection du chemin de la
Côte-Saint-Luc. En effet, « le cœur du village [est] composé de quelques courtes rues à l’est
du chemin du Roy (Côte-des-Neiges) et au sud de l’actuel boulevard Édouard-Montpetit »37.
En fait, il s’agit d’un village allongé. « Cette structure répond à la fois aux exigences d’accès à
la ressource principale – l’eau –, à la topographie et à la disponibilité de petits emplacements
sur la devanture des agricoles »38. Ainsi, et malgré la disparition de son activité principale de
production artisanale du cuir au tournant du 20e siècle, le noyau villageois demeurera présent
jusqu’aux années 1960, avant d’être en grande partie rasé pour construire un parc public et
quelques immeubles à logement.
Parallèlement aux activités artisanales et agricoles, le petit village demeure un endroit paisible
par sa situation un peu à l’écart du tumulte de la vie urbaine et des balbutiements de
l’urbanisation extra-muros. En fait, sa présence au pied du mont Royal, ses perspectives
paysagères vers les collines de Rigaud et l’apparence champêtre des cultures de la Côte
Notre-Dame-des-Neiges font naître un engouement bucolique de la part des élites
montréalaises. En effet, de 1780 à 1840, « les jardins et les vergers se multiplient sur les
flancs de la montagne »39. Très tôt à la Côte Notre-Dame-des-Neiges et à la Côte SainteCatherine apparaît le phénomène de la villégiature.
Dans le cas des abords du mont Royal, le phénomène de la villégiature est déjà perceptible
au tournant du 18e siècle. En effet, des études démontrent que – dans la proche campagne
de Ville-Marie – dès 1697, environ 20% « des terres alors concédées appartiennent à des
citadins, dont près de la moitié à des marchands, à des officiers civils et militaires et aux
communautés religieuses »40. Alors qu’au 18e siècle les Sulpiciens restent les plus grands
propriétaires du mont Royal, ils favorisent, à travers leurs concessions, la propriété notable41.
Des personnalités de l’aristocratie de l’Ancien Régime se voient par conséquent attribués des
terres à cet endroit. Par exemple, le notaire Bénigne Basset des Lauriers obtient une terre de
150 arpents sur le flanc sud-est du mont Royal42. Il conviendra aussi de mentionner la
cession, de la part des Sulpiciens, d’une portion substantiel de leur domaine initial au profit du
37
Groupe d’intervention urbaine de Montréal, Op. Cit., p. 48
Commission des biens culturels, Op. Cit., p. 51.
39
Ibid., p. 49.
40
Ibid., p. 45.
41
Ibid., p. 45.
42
Ibid., p. 45.
38
CONVERCITÉ
|
25
notaire royal Pierre Raimbault. Il s’agit d’un secteur de 481 arpents situé sur la colline du mont
Royal et une partie de la colline d’Outremont43 (voir le plan de Jean Péladeau de 1778).
À Côte-des-Neiges le phénomène est évident, car des notables se font concéder des terres
dès l’ouverture de la côte. C’est ce que révèlent les plans réalisés par Gédéon de Catalogne
et Vachon de Belmont en 1698 et 1702 respectivement44. En effet, le militaire Raymond Blaise
sieur de Bergères, encore une fois le notaire royal Pierre Raimbault et le baron Antoine de
Crisafy obtiennent des terres45. Ce phénomène d’attribution des terres à des notables se
poursuit durant tout le 18e siècle. D’une certaine manière, l’élite exerce une emprise sur le
mont Royal et ses glacis, et ce, même si l’activité agricole reste dominante à l’intérieur des
différentes côtes, comme la Côte Notre-Dame-des-Neiges. Il s’agit donc plus d’un partage des
terres entre une aristocratie terrienne issue de l’administration coloniale française ou des
militaires, et dont elles assurent leur mise en valeur par des fermiers locaux. Toutefois, vers
les années 1780, un nouveau type de propriétaire commence son ascension, soit celle des
hommes d’affaires, et qui finira par se consolider en bourgeoisie commerciale au 19e siècle.
* * *
Le développement de la côte Sainte-Catherine s’apparente de beaucoup à celui de la côte
Notre-Dame-des-Neiges, mais sans faire l’objet d’une activité de production artisanale. Il est
plutôt question d’un arrimage entre une activité d’exploitation agricole et un environnement
bucolique et champêtre soigné. Lors de l'ouverture de la côte, les terres de la côte sont
exploitées par des Canadiens français. « Il est inscrit au Livre terrier des Messieurs de SaintSulpice, les seigneurs de l’île, que, en date du 9 novembre 1694, Jean, Jacques et JeanBaptiste Tessier, de même que Louis, Charles et Nicolas Gervaise, acceptaient de prendre
des terres dans la Côte Sainte-Catherine pour les mettre en valeur »46.
Ce sera le cas jusqu’au tournant du 19e siècle. Par la suite, de par la beauté des lieux,
plusieurs personnes bien nanties acquièrent ces mêmes terres pour en assurer leur
exploitation. Très tôt la côte Sainte-Catherine fait l’objet d’un engouement paysager de la part
des urbains. On assiste donc au phénomène du Gentlemen farmer qui, d’une part pratique
43
Ibid., p. 45.
Ibid., p. 46.
45
Ibid., p. 46.
46
André Croteau et al. Op. Cit., p. 12.
44
CONVERCITÉ
|
26
l’agriculture, et d’autre part, se préoccupe de mettre en scène la beauté paysagère du lieu, et
ce, au grand plaisir des citadins qui viennent admirer la beauté des lieux le dimanche.
Beaucoup de ces Gentlemen farmer sont d’origine britannique, mais on retrouve aussi
quelques francophones.
Figure 8 Résidence de Louis Beaubien à Outremont vers 1910
Source : Musée McCord
De par cet enthousiasme pour le pittoresque paysager, plusieurs bourgeois fortunés de
l’époque acquièrent des terrains plus petits que des concessions complètes d’origine,
notamment sur la partie escarpée au sud du chemin de la Côte-Sainte-Catherine. On assiste
donc à deuxième découpage du territoire d’importance dans cette côte (voir la carte plus bas).
Par exemple, John Gray, « marchand de fourrures et homme d’affaires, acquiert de
nombreuses parcelles en plusieurs étapes de 1806 à 1824 »47. Plusieurs bourgeois font
construire des demeures somptueuses durant cette première moitié du 19e siècle. Toutefois,
47
Commission des biens culturels, Op. Cit., p. 56.
CONVERCITÉ
|
27
plusieurs ne les occupent pas de façon permanente, mais plutôt comme maisons de
campagnes ou de repos.
C’est aussi à cette époque, soit vers la fin des années 1830, que « certaines des résidences
secondaires de la montagne sont transformées en résidences permanentes »48. Ainsi, « avant
les années 1840, la villégiature est saisonnière et le domaine est exploité à des fins agricoles.
Par la suite, elle prend un caractère plus permanent et l’on assiste à une modification de
l’exploitation du domaine qui donne lieu à des aménagements horticoles ou paysagers »49.
Figure 9 Résidences bourgeoises sur le chemin de la Côte-Sainte-Catherine vers 1910
Source : Musée McCord
La topographie particulière permet aux résidences bourgeoises de surplomber le passage du
chemin de la Côte-Sainte-Catherine et d’occuper une position privilégiée.
Au contraire de l’urbanisation massive qui s’amorce au sud du mont Royal, les versants nord
des collines d’Outremont et de Westmount restent principalement soumises à des activités
d’exploitations agricoles. Ce n’est que vers 1875 que la côte Sainte-Catherine amorce son
développement urbain. Dans le cas de la côte Notre-Dame-des-Neiges, mis à par le village
48
49
Ibid., p. 55.
Ibid., p. 58.
CONVERCITÉ
|
28
qui prend un peu d’expansion, il faudra attendre encore quelques décennies pour voir arriver
un véritable développement urbain soutenu.
Le phénomène de villégiature favorise l’implantation de plusieurs hôtels sur les principaux
axes de circulation de l’époque, soit les chemin de la Côte-Sainte-Catherine, de la Côte-desNeiges et de la Côte-Saint-Luc (actuellement Queen-Mary). À titre d’exemple, en 1866-1870,
les hôtels Bellevue et Lumkin (figure 10) s’installent près du croisement des chemins de la
Côte-des-Neiges et de la Côte-Saint-Luc50. À partir des années 1870, on note la présence de
trois hôtels situés sur le chemin de la Côte-Sainte-Catherine, dont le Mount Royal se situe en
plein centre de la côte51.
Figure 10 L’hôtel Lumkin en 1896
Source : Musée McCord d’histoire canadienne, Archive photographique Notman.
La villégiature qui se développe sur les flancs ouest et nord du mont
Royal suscite la mise en place de circuits de plaisance dont l’hôtel
Lumkin toujours en place au tournant du 20e siècle en témoigne.
50
51
Ibid., p. 80 et 81.
Ibid., p. 81.
CONVERCITÉ
|
29
4.2.4
Développement résidentiel et institutionnel
Le développement résidentiel et institutionnel qui s’amorce au tournant du 20e siècle
représente une étape de transition importante dans le devenir de notre secteur d’étude et
aura une incidence considérable sur l’ensemble de son évolution jusqu’à aujourd’hui.
Jusqu’aux années 1880, le flanc nord-ouest de la montagne ne fait l’objet d’aucune
implantation religieuse marquante, à l’exception du Collège Notre-Dame des Frères de
Sainte-Croix52. Ces derniers acquièrent « en 1871 l’hôtel Bellevue situé à proximité du
carrefour du chemin de la Côte-des-Neiges et du chemin de la Côte-Saint-Luc (aujourd’hui le
chemin Queen-Mary) »53. En fait, cet hôtel se situe juste à côté du village Côte-des-Neiges.
Dès 1907, l’atlas de Pinsonnault (voir figure 11) nous enseigne qu’à ce moment les Frères de
Sainte-Croix sont propriétaire d’un très grand terrain le long de l’actuel chemin de QueenMary entre le chemin de la Côte-des-Neiges et l’actuelle rue Victoria.
Figure 11 Le terrain du collège Notre-Dame en 1907
Source : Atlas historique de Pinsonnault, BNQ, 1907.
Par l’acquisition de ce vaste terrain, soit les parcelles 145 et 146 de la carte ci-haut, les
Frères de Sainte-Croix viennent affirmer avec panache leur présence au pourtour du mont
Royal, et de surcroît le long du chemin de la Côte Saint-Luc, un axe de transit majeur à cette
époque et en encore aujourd’hui.
52
53
Ibid., p. 75.
Ibid., p. 75.
CONVERCITÉ
|
30
À partir de 1910, lorsque annexé à Montréal, mais surtout durant la première guerre mondiale,
l’urbanisation du secteur Côte-des-Neiges débute. Ce n'est toutefois que vers 1925 que le
caractère rural ne disparaît vraiment54. En fait, c’est avec l’annonce de l’arrivée de l’Université
de Montréal sur le flanc nord-ouest de la montagne que le véritable boom immobilier du
secteur ne prend vraiment son envol55. Mais, dès les années 1910, on assiste à la
construction de plusieurs maisons jumelées à Côte-des-Neiges56, alors que les années 1920
voient la construction d’immeubles d’appartements en grande quantité 57. La construction de
ce type de bâtiment s’échelonnera jusqu’au années 1960, ce qui donnera lieu à une grande
variété architecturale dans la manière de l’ériger.
Au départ, deux aspects distincts orientent le développement résidentiel de Côte-des-Neiges.
D’une part, le village de Côte-des-Neiges sert de pôle de croissance autour duquel vient se
greffer principalement un cadre bâti ouvrier, en l’occurrence des plex. Mais, autour duquel on
retrouve aussi toute une série de bâtiments publics à caractère local dont notamment un
poste de pompier et un poste de police sur l’avenue Gatineau et ce, sans oublier la présence
marquée du Collège Notre-Dame (voir figure 12). D’autre part, le passage du réseau de
tramway favorise le déploiement de certains axes de développement résidentiel le long
desquels s’érigent des immeubles d’appartements de prestige (voir figure 13). C’est
notamment le cas le long du boulevard Édouard-Montpetit et du chemin Queen-Mary. Par la
suite, « le développement urbain de Côte-des-Neiges [sera] conditionné par l’implantation de
plusieurs établissements de santé et d’enseignement qui attirent des professionnels et le
personnel hospitalier »58. On construira par conséquent une réserve de logements pour
répondre à cette nouvelle clientèle sur l’ensemble du quartier, notamment des duplex jumelés
et une très grande variété d’immeubles d’appartements.
54
Michèle Benoît et Roger Gratton, Op.Cit., p. 203.
Ibid., p. 203.
56
Commission des biens culturels, Op. Cit., p. 98.
57
Ibid., p. 98.
58
Ibid., p. 98.
55
CONVERCITÉ
|
31
Figure 12 Village de Côte-des-Neiges en 1913
Source : Chas. E. Goad, 1913, Bibliothèque Nationale du Québec.
CONVERCITÉ
|
32
Figure 13 Le réseau de tramways à Montréal en 1923
Source : Réseau des tramways de Montréal, 1923, Bibliothèque Nationale du Québec.
Sur cette carte de produite par le Réseau des tramways de Montréal, on
constate que le passage des tramways sur les chemins de la Côte-SainteCatherine, Reine Marie (Queen Mary), l’avenue Maplewood (boul. ÉdouardMontpetit) et la rue Decelles, ce qui aura une incidence considérable sur le
développement de ces artères.
* * *
Sur le flanc de la côte Sainte-Catherine, ce n’est qu’après 1880, et durant les trente années
suivantes, que l’on assiste à l’implantation institutionnelle de communautés religieuses. « On
assiste à l’arrivée, entre autres, des Clercs de Saint-Viateur et des Sœurs des Saints Noms
de Jésus et de Marie. Leur venue s’appuie sur l’existence de fermes non loties (les Clercs de
Saint-Viateur en 1887) ou de grandes propriétés bourgeoises (les sœurs des Saint Noms de
Jésus et Marie en 1889, le couvent des Sœurs de l’Immaculée-Conception vers 1906 et les
Sœurs de Marie-Réparatrice vers 1913) »59.
C’est durant cette même époque, allant de 1880 à 1910, qu’Outremont devient une petite ville
à caractère résidentiel. L’organisation territoriale du village-rue jusqu’aux années 1880 aura
59
Commission des biens culturels, Op. Cit., p. 75.
CONVERCITÉ
|
33
une grande incidence sur le développement résidentiel d’Outremont. En effet, la concentration
des habitations (des maisons de fermes et des hôtels) se situe le long du chemin de la CôteSainte-Catherine, pour ensuite attirer quelques services de proximité. Cet ensemble linéaire
n’est pas le fruit d’une planification d’ensemble. « Il s’agit plutôt d’une juxtaposition judicieuse
de bâtiments de styles variés mais harmonieux par leur type et surtout, leur implantation »60.
Mais, à partir des années 1880, s’amorce la subdivision des parcelles de terres agricoles pour
le développement résidentiel à grande échelle. Cette subdivision se fait en lot de petite
dimension61. Cela entraîne évidemment l’ouverture de rues transversales au chemin de la
Côte-Sainte-Catherine orientées dans le sens des anciennes terres agricoles. L’essentiel de
la grille de rue sera donc orthogonal. À titre d’exemple, les Clercs de Saint-Viateur seront
parmi les premiers propriétaires à lotir leurs terres pour profiter du boom immobilier dont la
croissance urbaine sur le flanc est du mont Royal rendait inévitable. En effet, la subdivision de
la ferme McDougall en 693 lots permettra l’essor de la municipalité62.
Mais la véritable croissance urbaine, de ce qu’il est convenu d’appeler depuis 1895 la
municipalité d’Outremont, est relativement forte de 1911 à 193163. En effet, la population
passe de 4 820 à 28 641 habitants en l’espace de 20 ans64 (figure 15 et 16). La grande
majorité de cette nouvelle population se localise au nord du chemin de la Côte-SainteCatherine. Au sud de ce dernier, les espaces situés directement sur le flanc de la colline
d’Outremont accueillent plutôt des résidences cossues et certaines communautés religieuses.
Par ailleurs, même si la grande majorité de la population est de plus en plus francophone, il
est indéniable que « les Britanniques ont laissé en héritage à Outremont un cimetière reconnu
pour sa beauté, des parcs et des bâtiments remarquables. Influencés par les mouvements
urbanistes britanniques et américains d’avant-garde, ils [la population] édictent également les
premiers règlements visant la plantation et la protection des arbres (1879) et le contrôle de la
qualité de la construction (1904) »65. Riche d’une tradition visant à « assurer la sécurité, la
60
André Croteau et al. Op. Cit., p. 62.
Françoise Ricour, Outremont Monographie urbaine, Thèse pré doctorale, Faculté des lettres, Université de
Montréal, 1962, p. 13.
62
André Croteau et al. Op. Cit., p. 19.
63
Commission des biens culturels, Op. Cit., p. 98.
64
Ibid., p. 98.
65
Monique Deslauriers, Raconte-moi Outremont et ses trois siècles d’histoire, 1995, p. 11.
61
CONVERCITÉ
|
34
salubrité et la tranquillité »66 de ses résidents depuis la création du village, la municipalité
d’Outremont se donne donc les moyens de réguler son développement par l’adoption d’un
règlement de construction en 1903 permettant d’assurer une grande qualité architecturale et
urbaine dans la construction résidentielle, et par la suite bonifiée dans les années
subséquentes67. En effet, plutôt que de construire un habitat ouvrier comme sur le Plateau
Mont-Royal, les quelques entrepreneurs actifs à cette époque dans ce secteur réalisent un
cadre bâti destiné à une clientèle bourgeoise. Au nord du chemin de la Côte-Sainte-Catherine
on retrouve beaucoup de maison au gabarit imposant et implantée en mode isolé. Au sud du
chemin de la Côte-Sainte-Catherine on retrouve un cadre bâti plus serré avec des immeubles
d’appartements et des triplex dans le secteur adjacent au Mile End, alors qu’une bonne
concentration de cottages, souvent implantés en mode jumelé, se déploient au pourtour des
parcs Joyce et Pratt.
66
Pierre-Richard Bisson et associés, Outremont et son patrimoine, Inventaire et mise en valeur du patrimoine
d’Outremont, Rapport-synthèse des études effectuées pour le compte du Ministère de la culture du Québec et de la
Cité d’Outremont, Vol. 1 : Outremont, février 1993, p. 109.
67
Françoise Ricour, Op. Cit., p. 22. Pierre-Richard Bisson et associés, Op. Cit., p. 110.
CONVERCITÉ
|
35
Figure 14
CONVERCITÉ
|
36
Figure 15
CONVERCITÉ
|
37
5. CARACTÉRISATION DU TISSU URBAIN
Le tissu urbain se compose essentiellement de trois niveaux de composantes morphologiques
différentes. Sa caractérisation se fait donc à partir de l’explication de chacune des
composantes de ces trois niveaux d’ensembles et, par la suite, autant que faire se peut de la
mise en relation de chacune des composantes. Le premier niveau renvoie à l’espace public,
le deuxième au découpage foncier et le troisième au cadre bâti.
C’est donc à travers le décorticage systématique de cette composition d’ensemble qu’il
deviendra possible de cerner la cohésion d’ensemble du secteur à l’étude. À la manière d’un
système d’emboîtement, sa cohésion d’ensemble relève de certains éléments de permanence
qui perdurent à travers l’évolution d’un ensemble urbain. À l’opposé, il existe des éléments de
changement, ayant permis cette même évolution. Il s’agit donc de l’imbrication des éléments
de permanence et de changement qui permettent à un ensemble urbain d’évoluer et de
s’adapter au nouveau mode de vie, mais tout en conservant sa cohésion d’ensemble, voir son
identité. Ainsi, la caractérisation du tissu urbain devrait permettre de saisir ce qui fait sens sur
le plan urbain dans ce secteur, et par ricochet ce qu’il conviendrait de conserver s’il devait y
avoir des interventions d’aménagement.
5.1 L’espace public
5.1.1
Relation entre le tracé des voies et le site géographique
La relation entre le tracé des voies et la géographie du site est marquée par la présence
d’éléments hydrographiques et un relief particulier, auquel il a déjà été fait mention dans
l’historique de ce travail. Ces deux aspects géographiques de grandes importances marquent
l’organisation du tracé des voies de circulation. D’une part, deux aspects reliés à
l’hydrographie, soit l’ancien passage du ruisseau le long du chemin de la côte Notre-Damedes-Neiges et la présence du fleuve Saint-Laurent ont une incidence marquante sur
l’organisation de la grille de rues. D’autre part, le relief marqué par la présence du mont Royal
organise le passage des premières voies de circulation, en l’occurrence les voies primaires.
CONVERCITÉ
|
38
L’ancien passage du ruisseau le long du chemin de la côte Notre-Dame-des-Neiges aura
favorisé une orientation toute particulière du premier découpage du territoire, ce qui
aujourd’hui se matérialise par le déploiement d’une grille de rues locales dont l’orientation des
îlots, dans le sens de la longueur, se fait d’est en ouest. Néanmoins, sur l’île de Montréal, le
reste des premiers découpages du territoire orientaient les parcelles de terrain
perpendiculairement au fleuve, comme c’est le cas à la côte Sainte-Catherine. Ainsi,
l’orientation de la grille de rues à Outremont diffère de celle de Côte-des-Neiges.
La présence du mont Royal aura aussi eu une incidence marquante dans l’organisation du
passage des premiers tracés de voies. À cet égard, le chemin de la Côte-Sainte-Catherine
contourne la montagne par l’est. Le passage du chemin de la Côte-des-Neiges, à travers la
montagne, est rendu possible par la brèche entre les sommets de Westmount et Mont-Royal
qui se déploie jusqu’au bassin intérieur et ensuite vers le flanc ouest (voir la figure 4).
5.1.2
Hiérarchie des voies
Le réseau de voirie est construit selon une hiérarchie que l’on peut subdiviser en voies
primaires, secondaires et tertiaires. D’abord, les voies primaires relient les différents quartiers
entre eux. Généralement, il s’agit des premiers tracés à avoir traverser un milieu urbain ou
rural, et qui se sont façonnés durant une longue période de temps. Dans le cas du secteur à
l’étude, il s’agit des premiers chemins de côtes. Dès leurs mises en places, ils avaient pour
mission de relier les différentes côtes entre elles, mais aussi d’atteindre le bourg principal, en
l’occurrence l’actuel Vieux-Montréal. Les trois voies primaires présentes dans le secteur
d’étude sont : les chemins de la Côte-des-Neiges, de la Côte-Sainte-Catherine et QueenMary. La permanence de ces tracés séculaires constitue un premier élément de permanence.
Les voies primaires ne doivent pas être abordées selon des critères de circulation
automobiles ou selon une logique fonctionnaliste, mais plutôt comme étant des éléments
jouant le rôle d’épine dorsale dans l’organisation d’un territoire. Ce territoire peut se subdiviser
en un premier territoire desservi directement par la voie en question et un deuxième territoire
desservi indirectement par cette même voie. Dans le cas d’un deuxième territoire desservi
indirectement, il s’agit d’une voie secondaire et du territoire que ce dernier organise. Enfin, le
territoire desservi par une voie primaire s’appui sur un réseau de voies secondaires et
CONVERCITÉ
|
39
tertiaires. Les voies tertiaires constituent les rues locales qui s’insèrent à l’intérieur des
grandes structures formées par les voies primaires et secondaires.
Dans notre secteur d’étude, on retrouve donc des voies secondaires en arrimage avec les
voies primaires. Le chemin de la Côte-Sainte-Catherine dessert indirectement deux voies
secondaires. Il s’agit du boulevard Édouard-Montpetit et de l’avenue Van Horne. Le chemin
de la Côte-des-Neiges dessert aussi indirectement deux voies secondaires. Il s’agit des
avenues Victoria et Decelles. À titre d’exemple, une explication détaillée de l’organisation
morphologique du chemin de la Côte-Sainte-Catherine sera développée.
5.1.2
Logique géométrique des tracés
La grille de rue présente sur les territoires de Côte-des-Neiges et Outremont reste
essentiellement orthogonale. Il s’agit toutefois d’une grille de rue organisée à partir de la
hiérarchie des voies de circulation susmentionnée. En effet, la grille de rue se déploie de
façon perpendiculaire au passage des chemins de côte. Le chemin de la Côte-des-Neiges,
dans la partie ouest du secteur d’étude et jusqu’aux rues Decelles et Jean-Brillant vers l’est,
organise la trame de rue locale dans le sens est-ouest. À Outremont, le passage du chemin
de la Côte-Sainte-Catherine en direction est-ouest organise, cette fois-ci, la trame de rue
locale dans une logique nord-sud. Cette logique se poursuit même au-delà des limites de
l’arrondissement Outremont jusqu’aux rues Nothmount et Darlington. La logique de cette grille
de rue, et qui résulte du lotissement des terres agricoles effectué à partir de la deuxième
moitié du 19e siècle, s’inscrit donc en continuité avec le premier découpage du territoire en
système de côtes et rangs.
Toutefois, certains éléments organiques s’insèrent dans cette grille de rue orthogonale. Il
s’agit de certaines portions des premières voies de circulation antérieures au premier
découpage du territoire et de certains tracés de rues directement conditionnés par les
escarpements du mont Royal. Il s’agit des chemins de la Côte-des-Neiges et Côte-SainteCatherine, mais aussi du boulevard MapleWood. De plus, de par la présence de plusieurs
grandes institutions montréalaises, il importe de souligner l’existence de plusieurs ruptures
dans le déploiement de la grille de rue (voir figure 16).
CONVERCITÉ
|
40
Figure 16 Grille de rue
Source : Ville de Montréal
Réalisation : Sylvain Garcia, juillet 2006
5.2 Découpages fonciers et parcellaires
5.2.1
Dimensions et formes des îlots
La distribution des îlots correspond évidemment à la grille de rue susmentionnée (figure 17 et
18). Ils sont de dimensions variables pouvant être classées en deux catégories distinctes, soit
l’îlot résidentiel type de Montréal et l’îlot institutionnel de grande dimension.
L’îlot résidentiel type de Montréal est le plus souvent de forme longitudinale avec un rapport
variant de 1 sur 3 jusqu’à 1 sur 8. Dans le cas particulier du secteur d’étude, ils s’orientent
perpendiculairement au chemin de la Côte-des-Neiges ou au chemin de la Côte-SainteCatherine. Leurs distributions homogènes dans certaines portions du secteur d’étude
permettent d’augmenter la cohérence d’ensemble du tissu urbain. En plus d’accueillir le cadre
CONVERCITÉ
|
41
bâti résidentiel, ces îlots abritent également les usages commerciaux ou institutionnels de
quartier.
L’îlot institutionnel de grande dimension ne possède pas de formes prédéterminées. La forme
qu’il prend lui est dictée par les nécessités en terme de superficie au moment où l’institution
s’installe. Mais pour ce faire, l’espace doit préalablement disponible. Or, comme il a été fait
mention dans l’historique de cette recherche, les grandes institutions montréalaises
implantées à cet endroit l’ont fait pour profiter du prestige associé au mont Royal, mais aussi
parce que Côte-des-Neiges restait encore très peu urbanisé, ce qui permettait de fournir des
terrains de grandes dimensions et offrant peu de contraintes foncières. Ces îlots accueillent
donc essentiellement des usages institutionnels d’envergure régionale.
CONVERCITÉ
|
42
Figure 17
Source : Ville de Montréal
Réalisation : Sylvain Garcia, juillet 2006
CONVERCITÉ
|
43
Figure 18
Source : Ville de Montréal
Réalisation : Sylvain Garcia, juillet 2006
CONVERCITÉ
|
44
5.2.2
Parcellaire
Avec l’approche typo-morphologique, le parcellaire représente une dimension incontournable
pour comprendre la structuration morphologique d’un tissu urbain. Le parcellaire étant la
projection abstraite sur le territoire d’un découpage légal pour asseoir le contrôle de la
propriété. À terme, il s’établit donc constamment un rapport entre la mise en forme de
l’espace bâti et le parcellaire, mais selon différent degré de correspondance.
Dans le secteur d’étude, il apparaît que malgré son apparente stabilité, le parcellaire n’a que
très légèrement eu une incidence sur la mise en forme du cadre bâti subséquent. En effet, un
examen attentif de comparaison entre le parcellaire actuel et celui représenté à l’intérieur des
atlas de Pinsonneault de 1907 et de Goad de 1913, démontre que, d’une certaine manière,
très souvent, le parcellaire s’adapte aux différentes formes d’implantation architecturales à
s’être succédées dans la formation du quartier. La stabilité morphologique du quartier semble
avoir été créée d’emblée par un cadre bâti semi-bourgeois et qui, par ricochet, aurait
conditionné la permanence du découpage du parcellaire à l’intérieur des îlots. Toutefois, cette
relative flexibilité dont on pu jouir les constructeurs de ces portions du secteur voués au
développement résidentiel s’explique par le fait que très peu de construction ne préexistait le
développement urbain massif qu’à connu la municipalité d’Outremont et le quartier Côte-desNeiges, et qui a donné les quartiers résidentiels que l’on connaît aujourd’hui. En fait, à
l’exception de l’ancien village de Côte-des-Neiges et de quelques bâtiments le long des
chemins de côtes, nous en sommes encore à une première génération dans les processus
d’édification du cadre bâti. Jusqu’à présent aucun « redoublement » dans ce processus
d’édification n’est apparu dans ces deux quartiers. Par conséquent, à l’intérieur des îlots
presque aucune contrainte n’empêchait de construire les types de bâtiments en vogue durant
certaines périodes du 20e siècle. Il était donc facile de redéfinir les découpages fonciers
inhérents aux îlots68. Mais voyons de plus près comment s’est opéré cet ajustement du
parcellaire au développement résidentiel.
D’abord, dans les atlas de Pinsonnault et Goad on observe que les parcelles s’orientent dans
le sens de la profondeur et offrent une ouverture très étroite sur la rue. En fait, le rapport entre
68
C’est l’arrimage des contraintes physiques et foncières ensembles qui deviennent véritablement une contrainte
au développement urbain de la ville sur elle-même. Dans ce cas-ci, la contrainte foncière n’avait aucune raison de
ne pas s’arrimer aux types architecturaux mis de l’avant par le développement immobilier.
CONVERCITÉ
|
45
la longueur et la largeur est de 1 pour 6. Cette logique d’arrimage entre la rue et la parcelle
devrait normalement conditionner assez fortement certaines caractéristiques de construction
du bâti, notamment au niveau de l’implantation, du gabarit et de la volumétrie. C’est
effectivement ce qui ressort à partir des observations de quelques constructions éparses sur
les îlots nouvellement lotis dans l’atlas de Pinsonneault de 1907 du secteur Lacombe (Figure
20). Le moulage entre espace loti et espace bâti est assez serré. On remarque toutefois que
la forme de la parcelle permet une marge de recul avant très variables d’un bâtiment à l’autre.
Mais, de par l’étroitesse de la parcelle, le bâti occupe toujours toute la largeur possible, ce qui
en aurait éventuellement fait des constructions en contiguïté et possédant un caractère
d’ensemble assuré. Toutefois, déjà l’atlas de Goad de 1913 annonce la tendance que
prendront les futurs développements résidentiels à Côte-des-Neiges et à Outremont quant à
la logique du parcellaire. Plusieurs constructions résidentielles s’érigent sur deux ou trois
parcelles simultanément et ce, dans l’optique évidente de rester implantées en mode isolé
(Figure 21).
À la lumière de ce qu’enseignent ces deux atlas, une observation de la juxtaposition du
parcellaire et du cadre bâti de l’état actuel du secteur d’étude fait immédiatement apparaître
que très peu de parcelles ont conservé leur dimension d’origine (Figure 22). Très souvent une
parcelle actuelle correspond à deux ou trois parcelles du découpage original. Malgré cela, la
majorité des parcelles actuelles continue de s’orienter dans le sens de la profondeur et d’offrir
une ouverture plus serrée sur la rue, même si elles permettent plus de flexibilité. Par
conséquent, l’arrimage entre le cadre bâti et la rue comme espace public reste bien présent.
Ce qu’il convient de retenir concerne donc l’élargissement des parcelles pour permettre plus
de flexibilité dans la construction résidentielle, mais tout en conservant la même profondeur
pour permettre d’avoir continuellement une marge de recul avant. Or, de cette particularité
émerge un caractère aéré et d’unité dans les portions résidentielles du secteur d’étude.
CONVERCITÉ
|
46
Figure 19
Source : Ville de Montréal
Réalisation : Sylvain Garcia, août 2006
CONVERCITÉ
|
47
Figure 20
CONVERCITÉ
|
48
Figure 21
CONVERCITÉ
|
49
Figure 22
CONVERCITÉ
|
50
5.3 Cadre bâti
5.3.1
Cadre bâti résidentiel
L’élaboration d’une typologie architecturale résidentielle à pour objectif de développer une
connaissance générale du cadre bâti présent dans le secteur d’étude. Ce procédé réside
dans l’identification de différents types architecturaux, par la spatialisation de ceux-ci et de
leurs mises en relation avec les différents éléments du tissu urbain, en l’occurrence la
distribution du réseau de la voirie et du découpage foncier.
Le type se défini comme « un objet abstrait, construit par l’analyse, qui rassemble les
propriétés essentielles d’une catégorie d’objets réels et permet d’en rendre compte avec
économie »69. Bref, il s’agit de rendre compte des éléments essentiels qui permettent à une
architecture d’exister et ce, en relation avec son contexte d’insertion. Déjà, l’analyse du
parcellaire effectuée dans la section 4.2.2 a révélé plusieurs informations pertinentes sur la
morphologie du secteur d’étude.
L’élaboration des types s’est réalisée en deux étapes70. D’abord, nous avons identifié
différents critères architecturaux à partir desquels doit se définir les types, soit des familles
types et des variantes de celui-ci. D’autre part, les caractéristiques de certains critères
architecturaux, soient le gabarit, l’implantation au sol et la distribution des logements (le
nombre et le mode d’accès aux logements), ont permis de définir les types. Il en a résulté dix
types regroupés en quatre familles.
La compréhension de la distribution spatiale du cadre bâti s’effectue à partir d’une analyse de
la figure 23, mais aussi en fonction d’une analyse effectuée sur le terrain. D’abord, il convient
d’établir une distinction entre la portion du secteur située à Côte-des-Neiges et celle située à
Outremont.
À Côte-des-Neiges, on retrouve essentiellement trois familles typologiques particulières,
soient les immeubles d’appartements, les plex ouvrier et les plex bourgeois. Les immeubles
69
Philippe Panerai, Analyse urbaine, Éditions Parenthèses, Collection Eupalinos, Marseille, 1999, pp. 120-122.
Pour plus de détail concernant la description des types architecturaux le lecteur peut consulter l’annexe qui
accompagne ce rapport.
70
CONVERCITÉ
|
51
d’appartements se localise d’abord le long des artères où passaient les tramways durant la
première moitié du 20e siècle, c’est-à-dire sur le boulevard Édouard-Montpetit (entre Vincent
d’Indy et Lacombe) et sur Queen-Mary. On retrouve donc sur ces artères une concentration
importante d’immeubles d’appartements de trois ou quatre étages construit essentiellement à
partir des années 1930. Cette tendance sera même poursuivie durant les années 1950 et
1960 alors plusieurs immeubles d’appartements se construisent le long du boulevard
Édouard-Montpetit et ce jusqu’au chemin de la Côte-des-Neiges. Aussi, sur la rue Gatineau,
entre le boulevard Édouard-Montpetit et le chemin de la Côte-Sainte-Catherine, on retrouve
plusieurs petits immeubles à logements construit encore durant les années 1930. Ces
derniers se particularisent par le fait que très souvent, malgré une grande régularité sur le
plan de l’implantation, du gabarit et de la volumétrie, ils offrent une grande variété sur le plan
de l’esthétique extérieure. Par la suite, le long de certaines rues locales à Côte-des-Neiges se
déploient plusieurs ensembles d’immeubles d’appartements construit après la Deuxième
Guerre Mondiale, notamment sur les rues Saint-Kevin et Dupuis et l’avenue Linton.
Contrairement aux immeubles d’appartements construits dans la première moitié du 20e siècle
et ceux sur le boulevard Édouard-Montpetit, ceux-ci ont tendances à être reproduits de
manière identique sur l’ensemble d’un côté d’îlot. Ils se particularisent beaucoup par le fait
que très souvent ils offrent une apparence extérieure totalement dépouillée d’ornementation.
La présence du village de Côte-des-Neiges, polarisée d’abord par l’intersection des chemins
de la Côte-des-Neiges et Queen Mary, préfigurait que le développement – dans ce secteur –
d’un habitat ouvrier allait prendre forme. À cet égard, dans le sillage de ce noyau villageois,
les premières décennies du 20e siècle voient se multiplier la construction de plex ouvriers. À
titre d’exemple, on retrouve le long de l’avenue Lacombe (entre l’avenue Decelles et le
chemin de la Côte-des-Neiges) et de l’avenue Gatineau (entre le chemin de Queen-Mary et le
boulevard Édouard-Montpetit) plusieurs triplex et multiplex. Toutefois, les interventions de
rénovations urbaines effectuées durant les années 1960, dont notamment l’éradication d’une
partie du noyau villageois pour la construction du parc Jean-Brillant, la réarticulation de
l’intersection des chemins de la Côte-des-Neiges et de Queen-Mary et la construction de
certains immeubles d’appartements de plus de cinq étages près des rues Swail et Bégin, ont
grandement déstructurées le tissu urbain qui assurait une cohésion d’ensemble à ce noyau
villageois, et dont le bâti résidentiel principal était le plex ouvrier.
CONVERCITÉ
|
52
Les premières grandes opérations de lotissements dans la portion Côte-des-Neiges du
secteur d’étude se déploient le long du boulevard Édouard-Montpetit à l’ouest du chemin de la
Côte-des-Neiges, dans le secteur Lacombe et dans le secteur Darlington/Wilderton. Elles
accueillent essentiellement la famille typologique des plex bourgeois, notamment les duplex et
les duplex jumelés.
La portion du secteur d’étude comprise dans l’ancienne municipalité d’Outremont se
caractérise par la présence d’un cadre bâti bourgeois inspiré par celui présent à Westmount. Il
s’agit d’un bâti résidentiel unifamiliale dont le cottage en est l’archétype. Certaines rues
comme Hartland, Antonine-Maillet et Courcelette, ou encore le chemin Rockland,
représentent, sur le plan de la perspective paysagère, des ensembles résidentiels de cottages
intéressants. En plus des quelques variantes typologiques dont le cottage fait l’objet à
Outremont, ce sous-secteur se compose aussi de quelques maisons bourgeoises
unifamiliales ou jumelées, mais difficilement classable sur le plan typologique car trop
différentes les unes des autres.
CONVERCITÉ
|
53
Figure 23
CONVERCITÉ
|
54
6. CAMPUS DE L’UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL
6.1 Évolution du campus
Depuis 1878, Montréal compte une université francophone, soit l’Université Laval à Montréal.
Elle est située dans le Quartier latin, aux abords de la rue Saint-Denis. Comme son nom
l’indique, cet établissement est une filiale de l’Université Laval de Québec. L’Université de
Montréal devient indépendante en 1919 en s’affranchissant du diocèse de la vieille capitale.
Au milieu des années 1920, l’Université de Montréal décide d’établir son campus sur le flanc
nord du mont Royal71. La Ville de Montréal offre un terrain à l’Université dont une partie se
destine à un projet de développement résidentiel et l’autre partie correspond à une ancienne
carrière.
À ce don, s’ajoute un terrain, qui appartenait aux Jésuites, acheté par
l’administration de l’Université, allongeant le campus vers l’est et sur lequel est construit
l’École Polytechnique.72
Outre la présence de quelques institutions, le flanc nord de la
montagne est très peu développé lors des débuts de la construction de l’Université de
Montréal. Cependant, « l’isolement est le premier critère dans le choix du site d’une
université »73. Cet endroit s’inspire du modèle des campus américains qui veulent procurer à
leurs étudiants un lieu propice à l’étude, c’est-à-dire un lieu d’air pur, calme et avec de
magnifiques paysages.
L’ouverture du chantier s’effectue le 30 mai 1928. La forme de campus retenue est un plan
compact où chaque faculté est regroupée dans un même bâtiment.
Les administrateurs
choisissent ce type de construction puisqu’il génère des coûts moindres en qui concerne les
frais de chauffage, d’entretien et de surveillance. De plus, ils considèrent qu’un plan compact
favorise la communication, l’administration, la collaboration et l’unité de fonctionnement74
entre les différentes facultés. À cause de problème financier et de la Dépression économique
des années trente, la construction est suspendue le 23 septembre 1933. Seuls des travaux
d’entretien sont effectués pour protéger ce qui est déjà amorcé. Cette paralysie dure près de
huit ans puisque les travaux ne reprennent qu’à partir de juillet 1941.
Finalement, les
nouveaux locaux de l’Université de Montréal sont inaugurés officiellement le 3 juin 1943.
71
Les figures 25 et 26 permettent une meilleure visualisation spatiale de l’évolution du campus de l’université de
Montréal. Le lecteur pourra y référer tout au long de cette section du rapport.
72
Jean Ouellet, Jean-Claude Boisvert et Jean Paré, Plan directeur Édition 1995, Montréal, l’Université de
Montréal, 1995, .10.
73
Ernest Cormier et l’Université de Montréal, p.48.
74
Ibid., p.50.
CONVERCITÉ
|
55
Contrairement aux plans d’Ernest Cormier, seul le pavillon principal est construit; il n’y a ni
stade, ni centre sportif, ni gymnase, ni maison des étudiants, ni maison des animaux, ni
patinoire couverte, ni hôpital lors de l’inauguration. Toutefois, on érige en 1946-48 l’Institut de
Recherche en Médecine et en Chirurgie expérimentale selon les plans d’Ernest Cormier et de
Ludger Venne.
Vers la fin des années 1950, le nombre accru d’étudiants et de professeurs cause un manque
d’espace. Compte tenu de l’abandon du projet de construction d’un hôpital à l’intérieur du
pavillon principal, les locaux qui y étaient réservés sont réaménagés, en 1955, pour servir les
besoins de l’Université.75 De plus, quelques éléments des plans d’origine de Cormier sont
repris. Par conséquent, on érige une résidence pour les étudiants en 1956 et un Centre
social (l’actuel pavillon J-A DeSève) en 1957 tous deux conçus par l’architecte Ludger Venne.
Ce dernier avait collaboré avec Ernest Cormier une dizaine d’années auparavant. Quant au
bâtiment de l’École Polytechnique, il s’ajoute au campus en 1958. À partir de ce moment, et
jusqu’à la fin des années 1970, le campus de L’Université de Montréal se développe
intensivement.
En ce qui concerne l’aménagement du territoire, les espaces verts entre les bâtiments sont
surtout des boisés ou des terrains en friche. Toutefois, l’Université profite de l’escarpement
pour aménager une côte de ski située du côté ouest de l’actuelle avenue Vincent-d’Indy
(auparavant elle portait le nom Bellingham). Trois voies permettent d’accéder au pavillon
principal. La première, à l’est, correspond au prolongement du boulevard du Mont-Royal en
provenance d’Outremont. Une autre voie pour les automobiles se trouve à l’ouest, soit la rue
Marie-Guyard qui lie le pavillon principal à l’avenue Decelles. Finalement, la dernière voie est
piétonne, ce sont les escaliers extérieurs et les passerelles en bois au coin de l’avenue LouisColin et du boulevard Édouard-Montpetit (appelé à l’époque l’avenue Maplewood).
La décennie 1960 représente une forte période de développement pour l’Université de
Montréal. Cette expansion est encadrée par un nouveau plan directeur proposé par JeanClaude La Haye en 1963 et révisé en 1968. L’affluence croissante, une démocratisation de
l’enseignement supérieur et une diversification des sujets enseignés incitent l’université à
augmenter sa superficie.76 Ainsi, elle acquiert en 1963, l’ancien édifice du Young Man, Young
75
76
Jean Ouellet, Op. Cit., p.10.
Ibid., p.11.
CONVERCITÉ
|
56
Woman Hebrew Association situé sur le boulevard du Mont-Royal près de l’avenue du Parc.
Ce bâtiment, construit par David Buntal, fut donné par Mortimer B. Davis à la communauté
juive en 1929. Sous la propriété de l’Université de Montréal, l’immeuble devient le pavillon
Mont-Royal et accueille d’abord le Département d’éducation physique et, plus tard, la faculté
des Arts. L’Université mettra ce pavillon en ventre en 2002 et abolira son programme des arts
visuels. Entre 1964 et 1966, l’Université acquiert plusieurs bâtiments bordant le boulevard
Édouard-Montpetit, soit ceux portant les adresses civiques : 2001, 2910, 2801-2815, 30323034 et 3050-3060. Elle achète aussi en 1966 la récente construction (1960) des sœurs des
Saints Nom de Jésus et de Marie, l’Institut Jésus-Marie,77 renommé le pavillon Marie-Victorin
en 1978.78 Par ailleurs, l’Université devient également propriétaire de l’Institut Marguerite
d’Youville, situé sur le chemin de la Côte-Sainte-Catherine en 1967 et poursuit l’enseignement
des soins infirmiers qui y étaient déjà promulgué. « En plus de répondre à la croissance de
l’Université, ces projets marquent l’insertion de l’activité universitaire dans le milieu urbain,
transformant considérablement la relation entre ce milieu et l’Université. »79
En effet,
l’Université acquiert des bâtiments déjà présents dans la trame, mais elle agrandit également
son territoire autour du campus délogeant quelques immeubles.
On remarque, ainsi, la
disparition entre 1962 et 1966 de bâtiments au croisement du boulevard Édouard-Montpetit et
de l’avenue Vincent-d’Indy.
Parallèlement à ces nombreuses acquisitions en peu de temps, l’Université de Montréal
amorce un boom de constructions sur le campus. Ainsi, le chantier du stade d’hiver s’amorce
en 196480 et un terrain de football est aménagé derrière. Le secteur des sports se concentre
donc à l’ouest de la jonction des voies Vincent-d’Indy et Édouard-Montpetit. En 1965, un
pavillon temporaire destiné à de l’administration est érigé à l’est du pavillon principal. Malgré
son statut, il ne sera démoli qu’au début des années 2000 pour être remplacé par les
pavillons Pierre-Lassonde et Claudette-McKay-Lassonde de l’École polytechnique. De plus,
l’édification de la résidence des étudiantes, conçue par la firme d’architecte Papineau, Gérin
Lajoie et Leblanc, se termine en 1966.
Rousseau.
Sa décoration a été effectuée par Jean-Paul
Par ailleurs, on remarque sur une photo aérienne de 1966 trois nouveaux
immeubles au sud-ouest du pavillon principal qui correspondent à la centrale thermique et au
77
Ce bâtiment, aussi appelé le collège Jésus-Marie d’Outremont, a été construit en 1960 selon un article du
journal La Presse du samedi 17 septembre 1966.
78
Bizier, Op. Cit., p.248.
79
Jean Ouellet et al., Op. Cit., 1995, 12.
80
Bizier, Op. Cit., p.274 et observations à partir de photos aériennes.
CONVERCITÉ
|
57
pavillon de la direction des immeubles construits à l’époque, ainsi qu’au laboratoire René-J-ALévesque, inauguré en 1967. Au milieu des années 1960 (année exacte?), l’Université de
Montréal acquiert un terrain des Franciscains à l’ouest du pavillon principal longeant une
partie des avenues Decelles et Louis-Colin. L’idée première consiste à y localiser l’hôpital
universitaire, mais on opte plutôt pour de nouveaux pavillons. Déjà en 1966, le terrain est
dépouillé. Par la suite, la rue McKenna qui se poursuivait jusqu’à la rue Marie-Guyard est
raccourcie pour s’arrêter à l’avenue Louis-Colin. À cette jonction, les bâtiments de l’îlot sudouest sont démolis.
Par conséquent, à la fin des années soixante, les constructions
s’effectuent maintenant à l’ouest du campus. Les pavillons Maximilien-Caron et Lionel-Groulx
sont en chantier dès 1967.
Ces bâtiments, dessinés par l’architecte Pierre Boulva, sont
destinés à l’enseignement du droit et des sciences sociales. En 1969, le pavillon Jean-Brillant
et la place Laurentienne (autrefois appelé la place des sciences sociales) sont aussi présents.
Cette période faste en développement se termine en 1970 par l’édification du pavillon des
Hautes Études Commerciales (HEC) sur l’avenue Decelles et des deux tours des résidences
mixtes sur l’avenue Maplewood (boulevard Édouard-Montpetit). Ces années marquent un
changement d’orientation pour l’Université de Montréal qui opte dorénavant pour un campus
avec des pavillons séparés plutôt qu’un campus compact.
Autre ouvrage dressé à l’époque, plus significatif par sa fonction que par son envergure est la
réalisation, en 1965, de la rampe mécanique pour gravir la montagne jusqu’au pavillon
principal. Ces rampes intérieures remplacent les escaliers de bois qui permet de franchir la
topographie accidentée à partir de l’avenue Maplewood.
Cependant, d’autres chemins
piétons sont aménagés à l’extérieur, devant le pavillon principal. On remarque aussi sur les
photos aériennes que le principal accès à l’Université de Montréal, en provenance de l’est, est
le boulevard du Mont-Royal. En 1962, en plus de longer le boulevard du Mont-Royal à partir
d’Outremont, on peut l’emprunter par l’avenue Maplewood par un accès situé entre le pavillon
des étudiants et la résidence des hommes. En 1966, la construction du stade d’hiver crée
une coupure sur le boulevard du Mont-Royal.
Pour accéder au pavillon principal en
provenance de l’est, il faut contourner le stade d’hiver en empruntant une nouvelle voie à
l’ouest de celui-ci.
De plus, la devanture du pavillon des étudiants est réaménagée
notamment par l’érection d’une statue en l’honneur d’Édouard Montpetit inaugurée en 1967.
Par conséquent, il n’y a plus d’accès à cet endroit pour atteindre le boulevard du Mont-Royal.
CONVERCITÉ
|
58
À partir des années 1960, les stationnements pour les automobiles occupent de plus en plus
d’espace en ce qui concerne l’aménagement du campus. Deux rampes d’accès pour les
automobiles sont aménagées, soit une dans le prolongement du chemin Queen Mary
(planD1995 p.12 + pcq ancienne rue Marie-Guyard) montant vers le pavillon principal derrière
les pavillons des sciences humaines et l’autre au croisement du boulevard Édouard-Montpetit
et de l’avenue Louis-Colin.
Cette dernière implique le réaménagement du terrain de
l’Université de Montréal à cette jonction et la démolition d’un stationnement devant le pavillon
principal. Cependant, les stationnements ne perdent pas leur importance. Au contraire, de
nouveaux espaces reprennent cette vocation à l’ouest du pavillon principal, tout comme la
cour d’honneur, alors que quelques années plus tard un stationnement émerge à l’est de la
Polytechnique et un autre à l’ouest du stade d’hiver. De plus, les pourtours du pavillon MarieVictorin semblent davantage couverts par la présence de l’automobile. Malgré tout, l’espace
de stationnement le plus notable est la construction, à la fin des années 1960, du garage
Louis-Colin, dont la structure démontre bien la tendance architecturale de l’époque où la
fonction influence beaucoup la forme.
De nouveaux accès piétonniers apparaissent au début des années 1970.
Ceux-ci sont
aménagés entre le pavillon principal et la place Laurentienne favorisant la circulation entre les
deux pôles. Un autre chemin relie maintenant les deux nouvelles tours de résidences mixtes
à un stationnement à l’est du pavillon principal permettant d’accéder au campus sans utiliser
la voie publique. Quant à la faculté d’aménagement de l’Université de Montréal, constituée de
l’École d’architecture (créée en 1964 et logée alors au 5450, rue Saint-Urbain) et de l’Institut
d’urbanisme (1961), elle occupe à partir de 1970 la nouvelle acquisition de l’institution, soit
l’ancienne maison-mère des Sœurs missionnaires de l’Immaculée-Conception située sur le
chemin de la Côte-Sainte-Catherine.
Après une accalmie au cours des premières années de la décennie soixante-dix, qui
correspond encore une fois à un ralentissement économique dû à la crise du pétrole, de
nouvelles interventions reprennent sur le campus de l’Université de Montréal. Cette reprise
est intimement liée à la tenue des Jeux olympiques à Montréal en 1976. En effet, on construit
un plateau sportif pour les activités des Jeux qui est ensuite cédé à l’Université pour en faire
le Centre d’éducation physique et des sports de l’Université de Montréal (CEPSUM). À la fin
de la décennie, l’Université aménage le terrain entre le CEPSUM et le stade d’hiver. Aussi,
depuis 1979, l’Université de Montréal loue l’ancienne académie Strathcona. Cette location a
CONVERCITÉ
|
59
été reconduite une autre fois en 200481, alors que le bâtiment accueille la faculté de
géographie.
L’emprise de l’automobile prend toujours de l’ampleur dans les années 1970. D’abord, le
terrain arrière de la faculté de l’aménagement devient un stationnement. Aussi, lors de la
construction du CEPSUM, les stationnements autour sont occupés par les travailleurs et leur
matériel.
Par conséquent, le terrain de football devient un espace temporaire pour les
voitures. À la fin de sa construction, le CEPSUM aura son propre stationnement devant le
bâtiment.
La décennie 1980 débute avec l’agrandissement du pavillon Marguerite d’Youville dont la
nouvelle aile est nommée pavillon Liliane-Stewart. Puis, en 1982, l’Université de Montréal
acquiert un autre bâtiment appartenant aux sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie soit
l’École de musique Vincent-d’Indy (qui deviendra la faculté de musique) où se trouve
également la salle de spectacle Claude-Champagne. Au cours de la deuxième moitié des
années 1980 deux grands projets sont exécutés. D’une part, la grande bibliothèque des
lettres et des sciences humaines (le pavillon Samuel-Bronfman aussi appelé la BLSH) est
érigé en 1987 dans la dénivellation entre le stationnement Louis-Colin et le pavillon
Maximilien-Caron. Elle permet ainsi de faire la transition entre le secteur du pavillon principal
et celui des sciences humaines.82 D’autre part, le métro de Montréal prolonge son réseau
avec la construction de la ligne bleue qui dessert une partie de l’ouest de la Ville. L’apparition
de deux stations de métro sur le campus de l’Université améliore son accessibilité.
L’arrivée du métro à la fin de la décennie 1980 implique un réaménagement du territoire. En
plus de la construction de ces édicules, la trame de rue au coin du boulevard ÉdouardMontpetit et de l’avenue Vincent-d’Indy subit des modifications, tout comme le terrain au
croisement du boulevard Édouard-Montpetit et de l’avenue Louis-Colin. Parallèlement, après
plusieurs propositions de constructions, l’administration de l’Université décide de conserver le
boisé au sud du boulevard Édouard-Montpetit entre le pavillon Thérèse-Casgrain (résidences
des femmes) et l’accès au pavillon principal.
81
Résolutions du comité exécutif de l’Université de Montréal adoptées à la 953e séances tenu le 19 mai 2004 :
http://www.secgen.umontreal.ca/info_off/executif/CE953_19-05-04.pdf
82
Jean Ouellet et al. Op. Cit., p. 13.
CONVERCITÉ
|
60
À partir de la décennie 1990, plusieurs nouvelles constructions sont érigées entre le pavillon
principal et la place Laurentienne, empiétant sur des espaces de stationnement. Ainsi, le
pavillon André-Aisenstadt, affecté à l’enseignement des mathématiques et de l’informatique
est érigé en 1994 et le pavillon Paul-G.-Desmarais, pour les sciences biomédicales, est
inauguré en 1996. De plus, l’ancienne aile Z du pavillon principal, construit en 1965 est
complètement rénové et devient en 2002 le pavillon Claire-McNicoll. En 2005, s’est terminé la
construction des pavillons Jean-Coutu et Marcelle-Coutu situé derrière les pavillons AndréAisenstadt et Paul-G.-Desmarais.
Ailleurs sur le campus, l’école affiliée des HÉC emménage, en 1996, dans ses nouveaux
locaux situés sur le chemin de la Côte-Sainte-Catherine, entre le collège Brébeuf et la faculté
d’aménagement. Dan S. Hanganu conçoit cet immeuble érigé sur un terrain boisé acheté aux
Jésuites. Par la suite, le pavillon de la faculté d’aménagement est agrandi, rénové et l’espace
extérieur le séparant des HÉC est aménagé. Derrière le pavillon principal (rebaptisé pavillon
Roger-Gaudry en 2003) sont construits le pavillon J-Armand-Bombardier (2004) et le Centre
des technologies de fabrication de pointe appliquées à l’aérospatiale (2005). Finalement,
devant la Polytechnique, les nouveaux pavillons Pierre-Lassonde et Claudette-McKayLassonde sont également terminé en 2005.
Comparativement au nombre de nouvelles constructions, peu de bâtiments sont achetés par
l’Université de Montréal au cours des quinze dernières années. Ainsi, l’Université acquiert, en
1994, un bâtiment sur la rue Jean-Brillant, à l’ouest du chemin Côte-des-Neiges, logeant,
entre autres, l’école d’optométrie et des unités de recherche. La seconde acquisition, qui a
lieu en 2003, correspond au pavillon 1420, boulevard du Mont-Royal, soit l’ancienne maison
mère des sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie. Finalement, en 2006, la faculté de
théologie et de sciences des religions occupe également un espace loué au 6e étage de
l’édifice situé au 3333, chemin Quenn-Mary.
Plus de 60 ans après le début de la construction de l’Université de Montréal, la conception du
campus a bien évoluée. Malgré l’idée de départ d’un campus compact, aujourd’hui, près du
tiers des bâtiments se trouvent insérés dans la trame urbain du quartier (Figure 22). Situé à
la limite des quartiers Côte-des-Neiges et Outremont, l’Université compte seulement les
pavillons de la faculté de musique, Marie-Victorin et le 1420, boulevard Mont-Royal, à
Outremont sur un total de près de 40 bâtiments. Cependant, ils ne feront plus exception
CONVERCITÉ
|
61
longtemps puisque l’acquisition récente de la cours de triage du Canadian Pacific à
Outremont par l’Université de Montréal laisse prévoir l’établissement d’un campus scientifique
dans cet arrondissement.
6.2 Caractérisation architecturale du pavillon Roger-Gaudry (pavillon principal)
Description
Longtemps désigné sous l’appellation Pavillon Principal, le premier bâtiment de l’Université de
Montréal se nomme pavillon Roger-Gaudry depuis décembre 2003.83 Lors de sa construction,
les administrateurs de l’Université de Montréal optent pour un bâtiment compact regroupant
toutes les facultés, malgré l’intérêt pour le modèle d’un campus américain où les pavillons
sont séparés. Son échelle est imposante puisque c’est édifice qui épouse la typologie
« palatiale » propres à celles des institutions religieuses montréalaises. À cet égard, on peut
établir une certaine comparaison avec le Couvent des Sœurs Grises. Ainsi, le premier
bâtiment regroupant les activités de l’Université de Montréal surplombe le boulevard ÉdouardMontpetit et l’Avenue Louis-Colin.
D’une hauteur de huit étages, le pavillon principal est soutenu par une structure en béton. Le
bâtiment, de forme pyramidale, se déploie de manière symétrique de part et d’autre de la
cours d’honneur et d’une tour de 82 mètres de hauteur. En avant-plan, les ailes est et ouest
adoptent la forme de la lettre « m ». Derrières celles-ci se trouve une autre partie du bâtiment
cette fois sous la forme d’un « n ». Finalement, les ailes est et ouest sont reliées par une aile
perpendiculaire au centre de laquelle s’élève la tour (Figure 24). À l’arrière, de chaque côté
de celle-ci, se trouve une construction dominante, soit la chapelle, à l’ouest, et l’aile des
amphithéâtres, à l’est. Isabelle Gournay considère que les masses du bâtiment sont bien
équilibrées compte tenu que le corps est surtout horizontal alors que la tour, la chapelle et
l’espace des amphithéâtres offrent un contrepoids vertical.84 Le pavillon principal adopterait
cette forme afin de favoriser la ventilation et l’éclairage naturel en plus de maximiser l’espace
habitable (ou utilisable ou occupable). Son revêtement de briques chamois est retenu pour sa
résistance, son pouvoir réfléchissant, son prix abordable et sa couleur clair synonyme de
83
Roger Gaudry est le premier recteur laïc de l’Université de Montréal
Isabelle Gournay, « Le travail d’Ernest Cormier à l’Université de Montréal », in Ernest Cormier et l’Université
de Montréal, p.73.
84
CONVERCITÉ
|
62
richesse et de modernité.85 Des éléments de cuivre ornent ou définissent différents volumes
sur le revêtement.
Figure 24 Le Pavillon Principal en 1948
85
Ibid., p.74.
CONVERCITÉ
|
63
Signification
Selon Phyllis Lambert, l’importance de la tour est une expression de sécularisation puisqu’elle
est en compétition avec les clochers des églises dans le ciel montréalais.86 L’érection de la
tour correspond à l’affirmation du savoir face à l’idéologie de l’Église catholique imposée à la
population canadienne-française. En effet, l’Église contrôle l’éducation et pratique la censure
ce qui a retardé l’acquisition de nouvelles connaissances.
Ce début d’affranchissement
permet au Canada français d’entrer dans la modernité. Cependant, tout comme l’œuvre de
Cormier qui se situe entre les conceptions classique et moderne, le pavillon principal de
l’Université de Montréal présente encore des valeurs reliées à la religion catholique, malgré
ses aspirations vers la modernité. Ainsi, l’établissement de la chapelle sur l’aile ouest du
pavillon principal plutôt qu’au centre du bâtiment illustre bien ce compris dans cet élan de
sécularisation.
Bien que la religion catholique demeure présente au sein de l’institution
universitaire, elle n’est plus un élément central comme c’est le cas pour les constructions
institutionnelles de l’époque.
En plus d’un affranchissement face à l’emprise de la religion catholique sur la liberté
intellectuelle des Canadiens-français, l’Université de Montréal vise à élever le savoir des
francophones au même niveau que celui des anglophones.
La première université
montréalaise anglophone, McGill, est établie depuis 1821 sur le versant sud du mont Royal.
Ce désir d’émancipation s’observe également par la position géographique de l’Université de
Montréal. Comme pour rétablir l’équilibre, elle est érigée sur le versant opposé. Sa position
sur la montagne lui confère également « une visibilité et une légitimité plus grande à
l’enseignement et à la recherche. »87
Le bâtiment s’impose sur le versant nord de la
montagne permettant à l’Université de dominer le paysage montréalais jusque sur la rive
nord. Cette position peut symboliser le désir des Canadiens-français de s’imposer dans le
milieu du savoir et des décisions. Mme Gournay décrit la tour de l’Université de Montréal
comme « un phare d’enseignement supérieur au Canada français ».88
Ernest Cormier
86
Phyllis Lambert, « L’architecture à l’intersection des cultures », in Ernest Cormier et l’Université de Montréal,
1990, p.17.
87
Marcel Fournier, « La construction de l’Université de Montréal », in Ernest Cormier et l’Université de
Montréal, 1990, p.48.
88
Isabelle Gournay, « Le travail d’Ernest Cormier à l’Université de Montréal », in Ernest Cormier et l’Université
de Montréal, 1990, p.73.
CONVERCITÉ
|
64
Ernest Cormier a une double formation : d’abord à l’École polytechnique de Montréal comme
ingénieur, puis à l’École des Beaux-Arts de Paris comme architecte. Lors de son séjour sur le
vieux continent, il est formé selon les règles de construction classiques, mais il est également
initié aux nouvelles tendances de l’Art déco et de LeCorbuiser. Ces concepts plus modernes
rejoignent ses notions d’ingénierie mettant en valeur les fonctions des composantes des
bâtiments.
Ainsi, les constructions de Cormier révèlent ces deux influences, ce qui
correspond bien à l’époque où Cormier évolue, c’est-à-dire une période de transition entre la
tradition et la modernité.
Ainsi, le bâtiment est symétrique, hiérarchique et de composition pyramidale comme le
prescrit le courant Beaux-Arts, mais il est utilitaire et sa structure est manifeste.89 De plus,
Cormier s’inspire de méthodes américaines, notamment en ce qui concerne le plan du
bâtiment qui comportent plusieurs ailes et la disposition intérieure.90
Style
L’architecture des bâtiments institutionnels est monumentale au cours des années vingt. Les
édifices
s’inspirent
des
styles
architecturaux
passés,
ils
contiennent
beaucoup
d’ornementation et ils sont érigés de façon symétrique avec des volumes hiérarchiques. Les
administrateurs de l’Université lui demandent que « la construction soit simple et soignée
dans les lignes sans extravagance d’architecture »91. Compte tenu de ses influences, Ernest
Cormier délaisse quelques concepts traditionnels pour la construction de l’Université de
Montréal ce qui lui vaut le titre de l’architecte ayant créé le premier immeuble moderne à
Montréal.92
L’architecte s’inspire de l’Art déco pour certains aspects du bâtiment.
Ainsi, il y a peu
d’ornementation et les éléments décoratifs présents, dont l’utilisation de pyramide pour les
couronnements et la présence de verticalité s’inscrivent dans ce courant. Ernest Cormier
tend vers la modernité en rejetant les références historicistes, en exploitant les éléments
utilitaires et en optant pour un revêtement clair. En plus de l’inspiration de Cormier, Isabelle
Gournay expose deux autres facteurs expliquant la sobriété du pavillon principal, soit ses
89
Phylis Lambert, Op. Cit., p.25. Isabelle Gournay, Op. Cit., p. 69.
Isabelle Gournay, Op. Cit., p. 69 et 70.
91
Marcel Fournier, Op. Cit., p.50.
92
France Vanlaethem, L’encyclopédie canadienne, « Cormier, Ernest »
http://www.canadianencyclopedia.ca/index.cfm?PgNm=TCE&Params=f1ARTf0001922, consulté le 10 août
2006.
90
CONVERCITÉ
|
65
fonctions médicales et scientifiques ainsi que les restrictions budgétaires.93
Toutefois, la
disposition des volumes et les séquences lumineuses relèvent des concepts Beaux-Arts.94
L’Art déco étant un courant qui influence seulement l’enveloppe d’un bâtiment, la division des
espaces intérieurs est beaucoup plus classique. Ainsi, les locaux sont de largeurs uniformes
et ils sont situés de par et d’autres des couloirs.
Isabelle Gournay affirme que la
superposition rationnelle des amphithéâtres est conçue de façon symétrique par rapport aux
grands laboratoires et de la chapelle. À l’origine, 14 amphithéâtres, 20 salles de cours et une
centaine de laboratoires se trouvent dans le pavillon principal. Les facultés et l’administration
se partagent l’espace de l’immeuble, alors que l’aile ouest est réservée pour un hôpital.
Cependant ils récupèrent cette aile dans les années 1950 puisque le projet d’hôpital avorte.
Implantation
Le pavillon Roger-Gaudry est situé bien en marge des voies de circulations municipales. Il
domine le quartier environnant par sa position en altitude sur le mont Royal. Ce sont des
chemins ou accès aménagés sur le terrain de l’Université qui permettent d’accéder au pavillon
de la montagne. Lors de sa conception, Isabelle Gournay affirme que le bâtiment n’avait pas
de contrainte d’insertion ou de respect de la trame urbaine. Ainsi, il peut s’imposer dans le
paysage, ce qu’elle nomme une approche supra-contextuelle.95
En effet, la majorité du
territoire actuel a été acquis par l’Université de Montréal avant l’ouverture du chantier. Ainsi,
soit que les terrains donnés ne sont pas divisés en lots ou que l’Univsersité reçoit un
ensemble de lots (ce qui est le cas du territoire destiné à un développement résidentiel). De
plus, le territoire où s’établit l’Université de Montréal est très peu développé. Pour compléter
l’espace acquis, l’Université achète des terrains plus près des voies publiques ce qui implique
l’expropriation de 45 propriétés96.
93
Isabelle Gournay, « Le travail d’Ernest Cormier à l’Université de Montréal », in Ernest Cormier et l’Université
de Montréal, p.71.
94
Phylis Lambert, Op. Cit., p.27. Isabelle Gournay, Op. Cit., p. 74.
95
Isabelle Gournay, Op. Cit., p.70.
96
Hélène Bizier…
CONVERCITÉ
|
66
Figure 25
CONVERCITÉ
|
67
Figure 26
CONVERCITÉ
|
68
ANNEXE
ÉLABORATION DES TYPES RÉSIDENTIELS
1. Les éléments architecturaux
• Implantation au sol
L’implantation au sol correspond à la délimitation au sol du bâtiment sur sa parcelle d’accueil.
L’implantation au sol se caractérise essentiellement en rapport avec la forme et la dimension
de la parcelle, mais aussi en fonction de la marge de recul du bâtiment avec l’espace public.
• Gabarit
Le gabarit correspond à la dimension du bâtiment. Très souvent la caractérisation du gabarit
d’un bâtiment se fait par comparaison avec les autres bâtiments du secteur ou les bâtiments
préexistant.
• Volumétrie
La volumétrie correspond à la présence des volumes qui composent un bâtiment. Par
exemple, il peut s’agir d’un seul volume ou d’un agencement de plusieurs volumes.
• Matériaux de revêtement
Très souvent l’utilisation d’un certain type de matériaux de revêtement nous enseigne sur la
prétention sociale, mais aussi sur l’époque de construction ou de modification du bâtiment.
• Traitement de la façade
Cet aspect correspond à la description des composantes utilisées pour la création d’une
esthétique architecturale sur la façade extérieure des bâtiments.
• Ouvertures et accès
Les ouvertures et les accès correspondent à la distribution de la fenestration et aux modalités
d’accès au bâtiment.
• Distribution des logements
En relation aux modalités d’accès au bâtiment, cet aspect met l’emphase sur la description
des modalités d’accès aux logements à l’intérieur du bâtiment, mais aussi au nombre de
logements que possède généralement un bâtiment.
CONVERCITÉ
|
69
2. Les familles et les types résidentiels
PLEX OUVRIER
Triplex
• Implantation
Marge de recul avant d’environ 5 mètres. Très souvent bâti sur un lot standard de
7,60 mètres de large par 25 à 37 mètres de profondeur (souvent en fonction de
l’emprise de la rue). S’implante normalement en contiguïté et par le fait même
occupe la largeur de sa parcelle. Le plan du logement est en forme de L.
•
Gabarit
Gabarit similaire aux cottages et aux maisons jumelées.
•
Volumétrie
Corps de bâti rectangulaire simple avec possibilité de fenêtres en saillie sur tous
les niveaux, 3 étages avec une surélévation du rez-de-chaussée par rapport au
niveau du sol inférieure à 3 contremarches, toit plat, dégagement à l’arrière pour
accueillir une cour et permet à plus de pièces de chaque logement de bénéficier
d’une ouverture vers l’extérieur.
•
Traitement de la façade
Disposition des ouvertures formant des alignements verticaux et horizontaux,
portes d’entrée généralement disposées côte à côte et alignées avec les balcons
sur l’une des extrémités de la façade. Couronnements souvent accompagnés par
des jeux de motifs avec les briques.
•
Matériaux de revêtement
Brique d’argile dominante
•
Ouvertures et accès
Fenêtres à guillotine sans carreaux et sans imposte, proportion. Portes avec
imposte, hauteur de l’imposte inférieure à 1/4 de celle de la porte, très souvent
accompagnée d’un vitrage couvrant la moitié supérieure de la porte. Linteaux des
ouvertures exprimés par un bandeau de pierre de taille ou par des briques d’argile
en soldat. Chaque logement possède son propre accès. Un escalier extérieur
mène aux accès des logements situés aux étages supérieurs.
•
Distribution des logements
Un logement de 5 à 8 pièces sur chaque niveau.
CONVERCITÉ
|
70
Photo 1Triplex
Photo : Sylvain Garcia, juillet 2006
Ensemble résidentiel de quatre triplex situés sur la rue Jean-Brillant (entre les avenues Decelles
et Gatineau) aux adresses 3317 à 3339. Il a été construit en 1923.
CONVERCITÉ
|
71
Multiplex
•
Implantation
Marge de recul avant d’environ 5 mètres. Très souvent bâti sur un lot standard
d’environ de 10 mètres de large par 25 à 37 mètres de profondeur (souvent en
fonction de l’emprise de la rue). S’implante normalement en contiguïté et par le fait
même occupe la largeur de sa parcelle. Le plan du logement est en forme de L.
•
Gabarit
Gabarit similaire aux cottages et aux maisons jumelées.
•
Volumétrie
Corps de bâti rectangulaire simple avec possibilité de fenêtres en saillie sur tous
les niveaux, 3 étages avec une surélévation du rez-de-chaussée par rapport au
niveau du sol inférieure à 3 contremarches, toit plat, dégagement à l’arrière pour
accueillir une cour et permet à plus de pièces de chaque logement de bénéficier
d’une ouverture vers l’extérieur.
•
Traitement de la façade
Disposition des ouvertures formant des alignements verticaux et horizontaux,
portes d’entrée généralement disposées côte à côte et alignées avec les balcons
sur l’une des extrémités de la façade. Couronnements souvent accompagnés par
des jeux de motifs avec les briques.
•
Matériaux de revêtement
Brique d’argile dominante
•
Ouvertures et accès
Fenêtres à guillotine sans carreaux et sans imposte, proportion. Portes avec
imposte, hauteur de l’imposte inférieure à 1/4 de celle de la porte, très souvent
accompagnée d’un vitrage couvrant la moitié supérieure de la porte. Linteaux des
ouvertures exprimés par un bandeau de pierre de taille ou par des briques d’argile
en soldat. Chaque logement possède son propre accès. Un escalier extérieur
mène aux accès des logements situés aux étages supérieurs.
•
Distribution des logements
Logements de 5 à 8 pièces, dont un au rez-de-chaussée et deux sur les deux
autres niveaux.
CONVERCITÉ
|
72
Photo 2 Multiplex
Photo : Sylvain Garcia, septembre 2006
Multiplex situé sur la rue Lacombe (entre l’avenue Gatineau et le chemin de la Côte-des-neiges)
aux adresses 3528 à 3536. Il a été construit en 1928.
CONVERCITÉ
|
73
PLEX BOURGEOIS
Le duplex correspond essentiellement à la superposition de deux logements à l’intérieur d’un
même bâtiment et ayant chacun un accès individuel. Dans le contexte montréalais on restreint
très souvent le duplex à ceux que l’on retrouve dans certains quartiers centraux et construit
au départ pour abriter une population ouvrière. Certes, il existe une forme avéré de duplex
adapté à l’habitat ouvrier montréalais. D’ailleurs, on en retrouve notamment une grande
quantité dans le Plateau Mont-Royal ou dans le Centre-Sud. Toutefois, à Montréal on retrouve
une autre forme de duplex typique avec des caractéristiques différentes, mais cette fois-ci
destiné à une population de classe moyenne et moyenne aisée. Ce type est très présent à
Côte-des-Neiges.
Dans le secteur d’étude, on retrouve deux variantes majeures de ce modèle qu’il convient
d’aborder distinctement. Le duplex correspond ainsi à une famille-type subdivisée en deux
types distincts : le duplex isolé et le duplex jumelé.
Duplex
• Implantation
S’implante en mode isolé généralement sur deux parcelles étroites et orientées
dans le sens de la profondeur. Marge de recul avant de 5 à 15 mètres. Marge de
recul latéral de 2 à 5 mètres.
•
Gabarit
Comprend deux niveaux plus un demi sous-sol surélevé d’environ 1,5 mètres, et
reste plus massif que le duplex ouvrier.
•
Volumétrie
Corps de bâti rectangulaire simple, soit un seul volume, mais avec quelques fois
une saillie en façade. Il arrive aussi qu’il y ait un ajout de certaines annexes à
l’arrière du bâtiment.
•
Traitement de la façade
Travaillée pour donner une certaine élégance, mais sans verser dans l’excès
d’abondance. Généralement, on retrouve un axe central en saillie avec une
galerie-perron au rez-de-chaussée et les accès aux logements, et au premier
niveau une porte donnant accès à un balcon parfois appuyé sur des colonnades.
•
Matériaux de revêtement
Brique d’argile (dominant), utilisation fréquente de la pierre pour l’ensemble du
revêtement ou une seulement une partie.
•
Ouvertures et accès
L’accès à chaque logement se fait par une porte d’entrée privée. Ces accès se
localisent, au premier niveau. L’accès au logement du rez-de-chaussée se fait sur
le devant du bâtiment, alors que l’accès au logement du premier étage sur le
devant, mais aussi très souvent sur le côté du bâtiment. Parfois, un seul accès sur
le devant sert pour les deux logements. Disposées en symétrie parfaite de part et
d’autre de l’axe central, la fenestration est horizontale et d’assez grande
dimension.
CONVERCITÉ
|
74
•
Distribution des logements
Possède deux logements superposés.
Photo 3 Duplex
Photo : Sylvain Garcia, juillet 2006
Duplex situé sur la rue Brighton (entre l’avenue Darlington et le chemin Hudson) aux adresses
2945 et 2947. Il a été construit en 1951.
CONVERCITÉ
|
75
Duplex jumelé
Caractéristique d’anciennes municipalités intégrées à la Ville de Montréal vers les années
1910, dont notamment Notre-Dame-de-Graces et Côte-des-Neiges, le duplex jumelé constitue
un type architectural dominant dans les beaux quartiers ouest de la ville. En effet, à partir de
1900, ces anciennes banlieues résidentielles attirent les anglophones aisés et les hommes
d’affaires à la recherche d’habitations plus spacieuses dans un environnement peu dense.
Le duplex jumelé se caractérise notamment par le fait qu’il est séparé d’un côté par un mur
mitoyen alors que de l’autre une cour ou une allée latérale permet d’accéder directement à
l’arrière du bâtiment. On profite alors d’un éclairage naturel sur trois côtés. « L’espace latéral
de séparation entre les bâtiments voisins consiste la plupart du temps en une allée mitoyenne
où chaque propriétaire respecte la distance légale minimale pour pouvoir ouvrir des fenêtres.
Ce « droit de vue », établi à 2 mètres (6 pieds 6 pouces) pour chacun, donne donc des allées
de 4 mètres (13 pieds) »97. Cet accès direct à la cour arrière permet de ne pas faire appel à la
ruelle comme axe de service.
Le duplex jumelé s’implante généralement sur des lots de 15
mètres de large et peut atteindre jusqu’à 38 mètres de profondeur à Notre-Dame-de-Grâce.
•
Implantation
Marge de recul avant de 5 à 15 mètres. Par un mur mitoyen est toujours jumelé
avec un bâtiment identique au niveau de l’implantation, du gabarit et de la
volumétrie. Marge de recul latéral de 2 à 5 mètres. Chaque dégagement latéral
consiste en une allée mitoyenne qui permet d’accéder à la cour arrière de chaque
bâtiment.
•
Gabarit
Comprend deux niveaux plus un demi sous-sol surélevé d’environ 1,5 mètres, et
reste plus massif que le duplex ouvrier.
•
Volumétrie
La volumétrie est assez simple, soit un seul volume, mais avec quelques fois une
saillie en façade.
•
Traitement de la façade
Travaillée pour donner une certaine élégance, mais sans verser dans l’excès
d’abondance. Généralement, on retrouve un axe central en saillie avec une
galerie-perron au rez-de-chaussée et les accès aux logements, et au premier
niveau une porte donnant accès à un balcon parfois appuyé sur des colonnades.
•
Matériaux de revêtement
Brique d’argile (dominant), utilisation fréquente de la pierre pour l’ensemble du
revêtement ou une seulement une partie.
•
Ouvertures et accès
L’accès à chaque logement se fait par une porte d’entrée privée. Ces accès se
localisent, au premier niveau. L’accès au logement du rez-de-chaussée se fait sur
le devant du bâtiment, alors que l’accès au logement du premier étage sur le
devant, mais aussi très souvent sur le côté du bâtiment. Parfois, un seul accès sur
97
Maryse Leduc et Denys Marchand, Les maisons de Montréal, Bibliothèque nationale du Québec, Bibliothèque
nationale du Canada, 1992, p. 29.
CONVERCITÉ
|
76
le devant sert pour les deux logements. Disposées en symétrie parfaite de part et
d’autre de l’axe central, la fenestration est horizontale et d’assez grande
dimension.
•
Distribution des logements
Chacune des deux parties du duplex jumelé possède deux logements superposés.
Photo 4 Duplex jumelé
Photo : Sylvain Garcia, juillet 2006
Duplex jumelé situé sur la rue Brighton (entre l’avenue Darlington et le chemin Hudson) aux
adresses 2957 à 2963. Il a été construit en 1951.
CONVERCITÉ
|
77
IMMEUBLE D’APPARTEMENTS
D’origine bourgeoise, l’immeuble d’appartements apparaît dans les grands centres urbains à
la fin du 19e siècle. Très vite, au tournant du 20e siècle, il devient prisé par la bourgeoisie
anglophone montréalaise puisqu’il offre de multiples avantages sur le plan fonctionnel. En
effet, « pas de grand terrain à entretenir, toutes les pièces sur un même niveau, emplacement
pratique près du centre-ville et des artères commerciales »98. Plus tard, lorsque ce type
architectural se répand « on y trouve une gamme de services, tel que le stationnement, le
chauffage central, la buanderie, la conciergerie, etc. »99. Bref, à travers ce modèle on
recherche un style de vie apparenté à celui de l’hôtel de luxe.
À Montréal, l’essor de ce modèle d’habitat se fera par l’entremise d’une variante plus petite
d’environ 3 ou 4 étages. Son déploiement dans l’espace se fera d’abord en fonction de
l’ouverture des voies de circulation prestigieuses, comme certains boulevards, mais aussi au
gré du passage des circuits de tramways. Dans le secteur d’étude, c’était notamment le cas
des chemins de la Côte-des-Neiges et Queen-Mary, mais aussi de l’actuel boulevard
Édouard-Montpetit100. Par la suite, cette variante s’est rapidement répandue sur une bonne
partie du territoire de Côte-des-Neiges, mais très souvent selon un traitement architectural
très différent d’un endroit à l’autre.
L’immeuble d’appartements se particularise par la fait qu’il ne compte qu’une seule porte
d’entrée commune et sans escalier extérieur comme le plex montréalais. La distribution des
logements se fait donc à l’intérieur de l’immeuble. Ce dernier possède donc une seule
adresse avec des numéros pour chaque appartement.
Sur le plan de la typologie, l’immeuble d’appartements correspond à une famille-type, mais
pour les fins de cette étude il convient de créer trois types distincts d’immeuble
d’appartements. Il s’agit donc de l’immeuble d’appartements de 3 ou 4 étages, du petit
immeuble à appartements et de l’immeuble d’appartements de plus de 4 étages. Le caractère
très changeant du traitement de la façade amène à ne pas en tenir compte dans cette
catégorisation typologique.
Immeuble d’appartements de 3 ou 4 étages
•
Implantation au sol
Marge de recul avant de à 5 à 10 mètres. S’implante en mode isolé, jumelé ou
contiguë. Parfois, lorsque implanté en mode jumelé un recul de la façade sur une
partie des bâtiments permet de créer une cour ouverte sur la rue dont la
profondeur est variable. Certains bâtiments isolés ou jumelés s’implantent en
arrimage avec d’autres bâtiments de manière à former une cour ouverte sur la rue.
•
Gabarit
Plus imposant et massif que la maison jumelée.
•
Volumétrie
98
Maryse Leduc et Denys Marchand, Les maisons de Montréal, Bibliothèque nationale du Québec, Bibliothèque
nationale du Canada, 1992, p. 33.
99
Ibid.
100
ibid., p. 31.
CONVERCITÉ
|
78
Corps de bâti rectangulaire simple de 3 ou 4 étages avec rez-de-chaussée
surélevé d’environ 0,5 à 1 mètre par rapport au niveau du sol, toit plat, possibilité
de fenêtres en saillie sur la façade. Avec la création d’une cour ouverte sur la rue,
on retrouve un agencement de différents volumes ensembles, mais de même
gabarit. Très souvent dégagement au centre du bâtiment pour accueillir une cour
intérieure ou entre les bâtiment en contiguïté.
•
Matériaux de revêtement
Brique d’argile (dominant), quelques insertions de pierre dans les premiers
immeubles construits et rare utilisation du béton dans les constructions récentes.
•
Accès
L’accès aux logements se fait par une seule entrée principale située sur la façade
avant du bâtiment, il s’agit d’une porte double ou simple, mais très souvent
encadré d’une fenestration pour favoriser l’éclairage naturel le hall commun.
•
Distribution des logements
Se fait à partir de cette entrée principale qui mène à un hall commun et d’où un
couloir sur chaque étage relie les appartements de ce même étage. Les couloirs
de chaque étage sont reliés par un escalier commun à l’intérieur du bâtiment.
Généralement on retrouve quatre appartements sur un même niveau.
CONVERCITÉ
|
79
Photo 5 Immeuble d’appartements de 3 ou 4 étages en contiguïté
Photo : Sylvain Garcia, juillet 2006
Immeubles d’appartements situés sur le chemin de Queen Mary (entre l’avenue Victoria et la rue
Grosvenor) aux adresses 4702, 4710, 4720 et 4730. Le bâtiment au 4702 à été construit en
1930, celui au 4710 en 1952, celui au 4720 en 1931 et celui au 4730 en 1931.
CONVERCITÉ
|
80
Photo 6 Immeuble d’appartements de 3 ou 4 étages orienté dans le sens de la profondeur
Photo : Sylvain Garcia, juillet 2006
Immeuble d’appartements situé au 4570 chemin de Queen Mary (à l’intersection de la rue
Cedar). Il a été construit en 1967.
CONVERCITÉ
|
81
Photo 7 Immeuble d’appartements de 4 étages
Photo : Sylvain Garcia, juillet 2006
Immeuble d’appartements situé au 3400 boulevard Édouard-Montpetit (à l’intersection de
l’avenue Gatineau). Il a été construit en 1967.
CONVERCITÉ
|
82
Photo 8 Immeuble d’appartements de 3 étages
Photo : Sylvain Garcia, juillet 2006
Immeuble d’appartements situé au 4350 rue Saint-Kevin (entre les avenues Lavoie et Légaré). Il
a été construit en 1949.
CONVERCITÉ
|
83
Petit immeuble d’appartements
•
Implantation
Marge de recul avant de 2 à 5 mètres, marge de recul latérale de 1 à 2 mètres.
S’implante en mode isolé avec un alignement dans le sens de la profondeur de la
parcelle.
•
Gabarit
Plus imposant et massif que la maison jumelée, mais moins que l’immeuble à
logement de 3 ou 4 étages.
•
Volumétrie
Corps de bâti rectangulaire simple. Hauteur de 2 à 3 étages plus une surélévation
du rez-de-chaussée d’environ 0,5 à 1,5 mètre par rapport au niveau du sol. Parfois
cage d’escalier en saillie de la façade avant.
•
Matériaux de revêtement
Brique d’argile (dominant), quelques insertions de pierre dans les premiers
immeubles construits.
Accès
L’accès aux logements se fait par une seule entrée principale située sur la façade
avant du bâtiment, il s’agit d’une porte double ou simple, mais très souvent
encadré d’une fenestration pour favoriser l’éclairage naturel le hall commun.
•
•
Distribution des logements
Se fait à partir de cette entrée principale qui mène à un hall commun et d’où un
couloir sur chaque étage relie les appartements de ce même étage. Les couloirs
de chaque étage sont reliés par un escalier commun à l’intérieur du bâtiment.
Généralement on retrouve quatre appartements sur un même niveau.
CONVERCITÉ
|
84
Photo 9 Petit immeuble d’appartements
Photo : Sylvain Garcia, juillet 2006
Petit immeuble d’appartements situé au 5609 et 5611 avenue Gatineau (entre le boulevard
Édouard-Montpetit et le chemin de la Côte-Sainte-Catherine). Il a été construit en 1931.
CONVERCITÉ
|
85
Immeuble d’appartements de plus de quatre étages
•
Implantation
Marge de recul avant de à 5 à 10 mètres. S’implante en mode isolé ou jumelé.
•
Gabarit
De tous les bâtiments d’habitation, il possède le gabarit le plus massif. Peu
occuper plusieurs parcelles ou une tête d’îlot.
•
Volumétrie
Corps de bâti rectangulaire simple. Ce type d’habitation s’élève sur plus de quatre
niveaux et peu atteindre jusqu’à une quinzaine de niveaux.
•
Matériaux de revêtement
Brique d’argile (dominant), quelques utilisations du béton dans les constructions
récentes.
•
Accès
L’accès aux logements se fait par une seule entrée principale située sur la façade
avant du bâtiment, il s’agit d’une porte double ou simple, mais très souvent
encadré d’une fenestration pour favoriser l’éclairage naturel le hall commun.
•
Distribution des logements
Se fait à partir de cette entrée principale qui mène à un hall commun et d’où un
couloir sur chaque étage relie les appartements de ce même étage. Les couloirs
de chaque étage sont reliés par un escalier commun à l’intérieur du bâtiment. Sur
un même étage on retrouve plusieurs logements.
CONVERCITÉ
|
86
Photo 10 Immeuble d’appartements de plus de 4 étages
Photo : Sylvain Garcia, juillet 2006
Immeuble d’appartements de plus de 4 étages situé au 3350 rue Swail (entre les avenues
Decelles et Gatineau).
CONVERCITÉ
|
87
MAISON BOURGEOISE D’UN LOGEMENT
Cottage
• Implantation au sol
Le plan au sol est généralement de forme rectangulaire dans le sens de la
profondeur, mais quelque presque carré. Assez fréquemment ces maisons ont fait
l’objet d’un agrandissement à l’arrière. La marge de recul par rapport à la rue est
de 5 à 10 mètres. S’implante en mode isolé.
•
Gabarit
Le gabarit du cottage est plus petit que celui du duplex, mais avec les multiples
agrandissements dont ils font souvent l’objet leur gabarit ont tendance à
s’apparenter à celui des duplex, il est construit sur deux niveaux comme le duplex
et le rez-de-chaussée peut s’élever jusqu’à trois mètres au-dessus du sol.
•
Volumétrie
La volumétrie originale du cottage est généralement assez simple, soit un seul
volume, mais souvent avec une saillie en façade (bay-window). Les multiples
modifications dont il fait l’objet complexifient la volumétrie de originale, mais sur
l’arrière du bâtiment.
•
Traitement des façades
Le traitement de la façade est relativement dépouillé. L’ornementation est donc
assez sobre et se situe au niveau du couronnement et au pourtour des fenêtres.
Le couronnement se fait très souvent avec quelques jeux d’esthétique avec les
briques. Parfois, on retrouve une corniche très modeste au-dessus du parapet. La
fenestration est très souvent accompagnée de linteaux et quelques fois de jeux de
briques.
•
Matériaux de revêtement
Brique d’argile (dominant)
•
Ouvertures et accès
L’accès au logement se fait au rez-de-chaussée par une porte individuelle
surélevée de quelques marches par rapport au niveau du sol. Cet accès se situe
presque toujours sur la façade avant du bâtiment et est protégé par un porche qui
fait souvent la largeur du bâtiment. L’ouverture des fenêtres est presque toujours
verticale.
•
Distribution des logements
Ne possède qu’un seul logement distribué sur deux niveaux. Au premier niveau,
soit le rez-de-chaussée, se trouve les pièces de séjour : salon, salle à manger et
cuisine. Au deuxième niveau, soit au premier étage, se trouve les chambres. On y
accède par un escalier de bois tourné.
CONVERCITÉ
|
88
Photo 11 Cottage
Photo : Sylvain Garcia, juillet 2006
Cottage situé au 760 rue Pratt (entre les avenues Van Horne et Lajoie). Il a été construit en 1921.
CONVERCITÉ
|
89
Cottage jumelé
•
Implantation
Le plan au sol est généralement de forme rectangulaire dans le sens de la
profondeur, mais quelque presque carré. Assez fréquemment ces maisons ont fait
l’objet d’un agrandissement à l’arrière. La marge de recul par rapport à la rue est
de 5 à 10 mètres. S’implante en mode jumelé.
•
Gabarit
Le gabarit du cottage est plus petit que celui du duplex, mais avec les multiples
agrandissements dont ils font souvent l’objet leur gabarit ont tendance à
s’apparenter à celui des duplex, il est construit sur deux niveaux comme le duplex
et le rez-de-chaussée peut s’élever jusqu’à trois mètres au-dessus du sol.
•
Volumétrie
La volumétrie originale du cottage est généralement assez simple, soit un seul
volume, mais souvent avec une saillie en façade (bay-window). Les multiples
modifications dont il fait l’objet complexifient la volumétrie de originale, mais sur
l’arrière du bâtiment.
•
Traitement de la façade
Le traitement de la façade est relativement dépouillé. L’ornementation est donc
assez sobre et se situe au niveau du couronnement et au pourtour des fenêtres.
Le couronnement se fait très souvent avec quelques jeux d’esthétique avec les
briques. Parfois, on retrouve une corniche très modeste au-dessus du parapet. La
fenestration est très souvent accompagnée de linteaux et quelques fois de jeux de
briques.
•
Matériaux de revêtement
Brique d’argile (dominant)
•
Ouvertures et accès
L’accès au logement se fait au rez-de-chaussée par une porte individuelle
surélevée de quelques marches par rapport au niveau du sol. Cet accès se situe
presque toujours sur la façade avant du bâtiment et est protégé par un porche qui
fait souvent la largeur du bâtiment. L’ouverture des fenêtres est presque toujours
verticale.
•
Distribution des logements
Ne possède qu’un seul logement distribué sur deux niveaux. Au premier niveau,
soit le rez-de-chaussée, se trouve les pièces de séjour : salon, salle à manger et
cuisine. Au deuxième niveau, soit au premier étage, se trouve les chambres. On y
accède par un escalier de bois tourné.
CONVERCITÉ
|
90
Photo 12 Cottages jumelés
Photo : Sylvain Garcia, juillet 2006
Cottages jumelés situés au 28 et au 30 rue Robert. Il ont été construits respectivement en 1926
et 1927.
CONVERCITÉ
|
91
Cottage en rangé
•
Implantation
Le plan au sol est généralement de forme rectangulaire dans le sens de la
profondeur, mais quelque presque carré. Assez fréquemment ces maisons ont fait
l’objet d’un agrandissement à l’arrière. La marge de recul par rapport à la rue est
de 5 à 10 mètres. S’implante en mode jumelé.
•
Gabarit
Le gabarit du cottage est plus petit que celui du duplex, mais avec les multiples
agrandissements dont ils font souvent l’objet leur gabarit ont tendance à
s’apparenter à celui des duplex, il est construit sur deux niveaux comme le duplex
et le rez-de-chaussée peut s’élever jusqu’à trois mètres au-dessus du sol.
•
Volumétrie
La volumétrie originale du cottage est généralement assez simple, soit un seul
volume, mais souvent avec une saillie en façade (bay-window). Les multiples
modifications dont il fait l’objet complexifient la volumétrie de originale, mais sur
l’arrière du bâtiment.
•
Traitement de la façade
Le traitement de la façade est relativement dépouillé. L’ornementation est donc
assez sobre et se situe au niveau du couronnement et au pourtour des fenêtres.
Le couronnement se fait très souvent avec quelques jeux d’esthétique avec les
briques. Parfois, on retrouve une corniche très modeste au-dessus du parapet. La
fenestration est très souvent accompagnée de linteaux et quelques fois de jeux de
briques.
•
Matériaux de revêtement
Brique d’argile (dominant)
•
Ouvertures et accès
L’accès au logement se fait au rez-de-chaussée par une porte individuelle
surélevée de quelques marches par rapport au niveau du sol. Cet accès se situe
presque toujours sur la façade avant du bâtiment et est protégé par un porche qui
fait souvent la largeur du bâtiment. L’ouverture des fenêtres est presque toujours
verticale.
•
Distribution des logements
Ne possède qu’un seul logement distribué sur deux niveaux. Au premier niveau,
soit le rez-de-chaussée, se trouve les pièces de séjour : salon, salle à manger et
cuisine. Au deuxième niveau, soit au premier étage, se trouve les chambres. On y
accède par un escalier de bois tourné.
CONVERCITÉ
|
92
Photo 13 Cottages en rangée
Photo : Sylvain Garcia, juillet 2006
Cottages en rangée situés au 1455, 1461 et 1467 avenue Maplewood (entre les rues ClaudeChampagne et Beloeil). Il ont été construits en 1972.
CONVERCITÉ
|
93
SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES
BEAUDET Gérard, 2004, « CHUM, la dimension cachée », Le Devoir, samedi 4 décembre, p.
b5.
BEAUREGARD Ludger, 1984, « Géographie historique des côtes de l’île de Montréal », in
Cahier de géographie du Québec, vol. 28, nos. 73-74.
BENOÎT Michèle et GRATTON Roger,1991, Pignon sur rue, les quartiers de Montréal, Guérin,
Montréal.
BISSON Pierre-Richard et associés, 1993, Outremont et son patrimoine, Inventaire et mise en
valeur du patrimoine d’Outremont, Vol. 1 : Outremont, Rapport-synthèse des études
effectuées pour le compte du Ministère de la culture du Québec et de la Cité d’Outremont.
COMMISSION DES BIENS CULTURELS, 2005, Étude de caractérisation de l’arrondissement
historique et naturel du Mont-Royal.
CROTEAU André et BUMBARU Dinu, JASMIN Clause. , 2000, 1875-2000 Outremont, La
Société d’histoire d’Outremont.
DÉCARIE Jean, 1998 , « Histoire inachevée d’une montagne fondatrice », Continuité, no. 76,
pp. 29-30.
DESLAURIERS Monique, 1995, Raconte-moi Outremont et ses trois siècles d’histoire. Ville
d’Outremont.
GOURNAY Isabelle, 1990, Ernest Cormier et l’Université de Montréal, Centre canadien
d'architecture, Montréal.
GROUPE D’INTERVENTION URBAINE SUR MONTRÉAL, 1988, La montagne en question,
Vol. 1, Ville de Montréal.
CONVERCITÉ
|
94
LAROCHELLE Pierre et IAMANDI Cristina, 1999, « Milieux bâtis et identité culturelle », USEK,
no 2, pp. 1-14.
LA RUE Pierre, 1987, Essai d’une méthode d’analyse typo-morphogénétique de l’information
du bâti par le loti (les îlots et les sections de rue du quartier Saint-Jean-Baptiste à Montréal),
Mémoire présenté à la faculté des études supérieures en vue de l’obtention du grade de
maître en urbanisme.
LEDUC Maryse et MARCHAND Denys, 1992, Les maisons de Montréal, Gouvernement du
Québec, Ministère des affaires culturelles, Montréal.
LÉVY Albert, 1988, « Forme urbaine, tissu urbain et espace public », Merlin P. (dir.)
Morphologie urbaine et parcellaire, Presses Universitaires de Vincennes, Saint-Denis, pp. 9398.
PANERAI Philippe, DEPAULE Jean-Charles et DEMORGON Marcelle,1999, Analyse
urbaine, Éditions Parenthèses, Collection Eupalinos, Marseille.
OUELLET Jean, BOISVERT Jean-Claude et PARÉ Jean, 1995, Plan directeur : campus de
l’Université de Montréal, Université de Montréal, Montréal.
RAMET Pierre,1998 , « Les faces cachées d’un quartier », Continuité, no. 76, pp. 19-22.
RICOUR Françoise, 1962, Outremont Monographie urbaine, Thèse pré doctorale, Faculté des
lettres, Université de Montréal.
VERNEZ MOUDON Anne, 1994, « Getting to know the built landscape : Typomorphology »
Ordering Space Types in Architecture and Design, VAN NOSTRAND Reinhold, pp.289-311.
CONVERCITÉ
|
95
SOURCES CARTOGRAPHIQUES
GOAD Chas E., 1913, Atlas of the City of Montreal and vicinity in four volumes: volume two.
Bibliothèque nationale du Québec.
GOAD Chas E., 1913, Atlas of the City of Montreal and vicinity in four volumes: volume three.
Bibliothèque nationale du Québec.
HOPKINS Henry W., 1879, Atlas of the City and Island of Montreal. Bibliothèque nationale du
Québec.
PINSONEAULT A.R., 1907, Atlas of the Island and City of Montréal and Ile Bizard.
Bibliothèque nationale du Québec.
CONVERCITÉ
|
96
Téléchargement