Quelques éléments de vocabulaire propres à décrire un chant d

publicité
Quelques éléments de vocabulaire
propres à décrire un chant d’oiseau
Un chant peut être simple ou complexe, structuré ou non. Il peut être rapide ou lent, rythmé,
monotone ou fortement modulé, à dominante grave ou aiguë.
Pour s'y retrouver voici quelques définitions
Structure du chant :
- Elément: c’est la plus petite unité sonore ; on parle aussi de note ou de syllabe.
- Motif: il est composé de plusieurs éléments qui s’enchaînent et qui forment une
unité sonore distincte.
- Phrase (ou strophe): il s’agit d’un enchaînement de motifs (ou d’éléments)
entrecoupés de pauses identifiables ; cette succession (en principe sur une cadence
assez lente) est reproductible entre individus d'une même espèce (même s’il y a
toujours des accents régionaux ou personnels), et a fortiori pour un individu donné.
Exemples : Pinson des arbres. Troglodyte mignon, Grimpereaux …
- Séquence: ensemble de strophes enchaînées sans longues interruptions
Caractéristiques du chant
- Hauteur (ou tonalité): comme en musique, grave ou aigu, c’est la fréquence qui se
note en Hz ou kHz (Hertz ou kilohertz)
- Intensité (ou volume) : c’est l’amplitude de la vibration, le chant est soit fort soit
faible avec tous les intermédiaires possibles. On exprime cette intensité en dB
(décibels)
- Timbre : le timbre d’un chant dépend des harmoniques (vibrations secondaires) et
des organes de résonance ; c’est la différence qui existe entre deux mêmes notes
jouées par deux instruments différents.
- Durée : liée à l’écoulement du chant dans le temps. Elle s’exprime en secondes.
D’autres critères pour décrire un chant d’oiseau
- Modulation: écart entre la note la plus haute et la plus basse d'une strophe (ou
d’une séquence)
- Cadence: vitesse d'enchainement des notes, ou des modulations.
- Rythme : Variations de la cadence. Souvent déterminant, surtout lorsque, assez
lent, il est accessible facilement à l'oreille humaine. Exemple : grive musicienne
- Babil : phrase longue menée sur un rythme en général assez rapide et sans
structure très précise dans le rythme ou les modulations. Souvent quelques éléments
caractéristiques. Exemple : les fauvettes.
- Trille : succession très rapide de notes brèves dans une tonalité généralement
aiguë. Exemple : Martinet noir.
- Stridulation : le chant ressemble ici à la crécelle d’un insecte, c’est la répétition
très rapide d'une note très peu modulée ; voir les locustelles.
- Sifflement : à peu près ce que peut imiter un humain. Exemple : Merle noir. Il
peut être roulé, comme avec un sifflet à boule de gendarme. Tonalité plutôt grave.
- Improvisation : chant structuré mais variant sans cesse chez un même individu.
Exemple : Grive musicienne
- Imitation : c’est l’épouvantail du débutant … sans doute à tort, car même si
l'imitateur est très doué, il se repère assez vite à ses touches personnelles
facilement repérables, rythmiques le plus souvent. L'Etourneau sansonnet et le Geai
des chênes sont les plus « piégeants » parmi les imitateurs. D’autres, comme la
rousserolle verderolle en font un festival.
- Signature : dans certains chants c’est l’élément, ou le motif (ou une partie du
motif) qui donne la clé ; c’est un élément qui peut être subjectif, et tous les
observateurs n’entendent pas cette « signature » de la même manière.
On entre donc ici dans la part subjective de l’approche des chants d’oiseaux qui ne sont pas
réductibles à des critères également partagés : il suffit de regarder comment sont retranscrits
les chants dans les guides d’identification, pour les uns ce sera « cui-cui » et pour d’autres « cruicrui » ou « thiu-thiu ».
Essayons de parler un langage commun pour décrire les chants des oiseaux, mais gardons
précieusement cette part personnelle qui peut aussi nous enrichir individuellement et
collectivement.
Téléchargement
Explore flashcards