Fiche NEORECORMON Nephrologie

publicité
FICHES THERAPEUTIQUES
EPO Néphrologie :
NEORECORMON
A conserver entre 2 et 8°C
Prescription initiale hospitalière
Médicament d’exception
(Epoietine béta)
Présentations :
- Seringues pré remplies à 500 UI ,1000 UI, 2000 UI ,3000 UI, 4 000 UI ,5000 UI, 6000 UI, 10000 UI,
20000 UI, 30000 UI.
- Cartouches bi compartimentées poudre et solvant pour stylo Reco-pen ; cartouche à 10000UI, 20000 UI,
60000 UI.
L’epoietine béta:
C’est une érythropoïétine humaine recombinante produite par génie génétique, identique à l’érythropoïétine
humaine physiologique, hormone qui stimule la formation de globules rouges à partir de leurs précurseurs : les
érythroblastes.
La production d’érythropoïétine est réduite en cas d’insuffisance rénale chronique (IRC), ce qui entraîne une
anémie plus ou moins importante chez nombre de patients insuffisants rénaux chroniques, qu’ils soient dialysés
ou non.
Ses indications en néphrologie sont :
Le traitement de l’anémie de l’IRC chez les patients dialysés (adultes et enfants).
Le traitement de l’anémie symptomatique de l’IR chez les patients non encore dialysés (adultes et enfants).
Ce traitement permet d’améliorer l’asthénie importante liée à l’anémie et d’éviter les transfusions sanguines.
Son mode d’administration :
Néorecormon peut être utilisé par voie sous-cutanée (SC) ou par voie intraveineuse (IV), sauf la présentation
cartouche destinée à l’administration sous cutanée.
Chez le patient non hémodialysé, la voie SC est préférée car plus simple d’utilisation, préserve l’état des
veines et permet éventuellement au patient de pratiquer lui même l’injection.
Chez le patient hémodialysé, l’administration IV de 2 minutes en fin de dialyse via la fistule artérioveineuse,
peut être réalisée.
La voie IV nécessite des doses plus importantes que la voie SC.
Ses posologies et son rythme d’administration : patients non hémodialysés
Le traitement comprend deux phases :
- une phase initiale de correction de l’anémie durant laquelle l’objectif thérapeutique est d’atteindre très
progressivement une hématocrite entre 30 et 35% (autrement dit une hémoglobine entre 10 et 12 g/ dl)
Dans cette phase :
. la posologie initiale est de l’ordre de 60 UI / Kg / semaine par voie SC
. le rythme d’administration est de trois injections par semaine
. toutes les quatre semaines la posologie peut être augmentée si l’augmentation de l’hématocrite s’avère
insuffisante(< 0,5% / semaine)
- une phase d’entretien durant laquelle l’objectif est de maintenir une valeur d’hématocrite entre 30 et 35 %.
Dans cette phase :
. la posologie est d’abord réduite de moitié par rapport à la dernière dose administrée en phase de correction
puis ajustée régulièrement.
. par voie SC différents rythmes d’administration sont possibles : trois injections par semaine ou bien une
injection par semaine voire une toutes les 2 semaines.
[email protected] – Les Pharmaciens en Réseau – Fiche NEORECORMON Néphrologie – Nadine DADOUN – Mai 05 – V2
Ses principaux effets indésirables :
L’augmentation de la pression artérielle ou l’aggravation d’une hypertension préexistante est l’effet le plus
fréquent ; beaucoup plus rarement une crise hypertensive grave annoncée par des céphalées brutales et violentes
peut être observée ainsi que des convulsions.
Une thrombose de l’abord vasculaire (fistule artérioveineuse d’hémodialyse) peut survenir.
Autres effets rares : symptômes pseudo grippaux en début de traitement, réaction allergiques type prurit
éruption, ou réaction au point d’injection.
Ses précautions d’emploi :
Les patients ayant développé des anticorps anti érythropoïétine et une érythroblastopénie lors d’un traitement
par une autre substance stimulant l’érythropoïèse ne doivent pas être traités par Néorecormon.
Il faudra veiller à supprimer certaines causes d’échec ou de résistance au traitement à savoir : éliminer les
carences en acide folique et vitamine B12 ; évaluer les réserves en fer avant et pendant le traitement pour une
supplémentation éventuelle ; surveiller une éventuelle surcharge aluminique en relation avec le traitement de
l’IRC.
Du fait de l’augmentation de l’hématocrite, une augmentation des doses d’héparine au cours de l’hémodialyse
peut s’avérer nécessaire.
L’administration d’aspirine peut prévenir une thrombose de la fistule artérioveineuse chez les patients à risque.
La surveillance du traitement doit notamment comprendre : numération plaquettaire en début de traitement ;
kaliémie ; phosphorémie ; créatinémie ; tension artérielle si besoin contrôlée par un traitement antihypertenseur
adapté.
Ses contre-indications :
-
Hypertension artérielle non contrôlée.
Hypersensibilité à l’un des constituants.
Conservation :
Toutes les présentations se conservent normalement au réfrigérateur entre 2 et 8 ° C à l’abri de la lumière.
Toutefois peuvent être conservées à température ambiante c’est à dire sans dépasser 25 °C :
- les seringues pré remplies durant une période unique de trois jours maximum.
- Les cartouches avant insertion dans le stylo durant une période unique de cinq jours maximum ; la
cartouche insérée dans le stylo et donc en solution reconstituée reste stable pendant un mois au
réfrigérateur et ne sera sortie que lors de l’administration du produit.
Administratif :
Double statut :
1)- Médicament soumis à prescription initiale hospitalière (PIH) valide un an : Dans cet intervalle de temps,
la prescription peut être renouvelée par tout médecin, hospitalier ou non hospitalier et dans ce dernier cas, la
PIH sera alors présentée à chaque dispensation.
2)- Médicament d’exception : la prescription doit être rédigée sur l’ordonnance Cerfa des médicaments
d’exception à 4 volets, le premier volet conservé par le patient sera la PIH à présenter le cas échéant.
Le taux de remboursement de Néorecormon est de 65 % ; dans le cas d’une ALD, le patient est pris en
charge à 100% (ALD 19)
Numéro AZUR des Laboratoires ROCHE : 08 100 76 243
[email protected] – Les Pharmaciens en Réseau – Fiche NEORECORMON Néphrologie – Nadine DADOUN – Mai 05 – V2
Téléchargement