Efficacite d`une souche vaccinale viscerotrope de

publicité
EFFICACITE D’UN VACCIN RECOMBINE HVT-VP2 CONTRE LA MALADIE DE GUMBORO, EN
PRESENCE D’ANTICORPS PARENTAUX
Goutebroze Sylvain1, Curet Marianne1, Jay Marie-Laure1, Roux Claude1, Le Gros François-Xavier2
1
MERIAL SAS, Opérations Cliniques Aviaires, PIPA, Allée des Cyprès, 01150 Saint-Vulbas
2
MERIAL SAS, Laboratoire de Lyon Gerland, 254 rue Marcel Mérieux, 69007 Lyon
Résumé
L’efficacité d’un vaccin recombiné exprimant la protéine VP2 du virus de la maladie de Gumboro et utilisant le
vecteur herpès virus HVT (virus vHVT013-69) a été testée contre une épreuve hypervirulente de la maladie de
Gumboro. Le vaccin, présenté sous forme congelée et associée à la cellule, est administré par voie sous-cutanée,
à l’âge d’un jour. L'efficacité est évaluée par un suivi clinique selon les recommandations de la Pharmacopée
Européenne, et par sérologie. En conditions expérimentales, 100% de protection a été observée sur poulets EOPS
et sur poulets de type chair conventionnels porteurs d'anticorps d'origine maternelle, dès l'âge de 14 jours et
jusqu'à leur âge d'abattage (42 et 56 jours). Une nette séroconversion a également été obtenue sur les animaux
vaccinés. Ces résultats ont été confirmés au cours d'un essai pratiqué sur environ 36000 poulets de chair,
vaccinés et élevés en conditions terrain puis éprouvés en conditions expérimentales, démontrant une protection
plus précoce et plus forte que celle obtenue au moyen d’une souche vaccinale classique. Le virus recombiné
vHVT013-69 permet donc une immunisation efficace contre la maladie de Gumboro, après une administration
unique pratiquée à l’âge d’un jour en présence d’anticorps parentaux.
Introduction
La maladie de Gumboro ou bursite infectieuse (en
anglais, infectious bursal disease ou IBD) est une
maladie virale hautement contagieuse, qui touche
principalement les poulets de moins de 7 semaines.
Elle provoque une immunodépression importante
(tropisme marqué pour la bourse de Fabricius, lieu de
formation et de maturation des lymphocytes B), et
cause de lourdes pertes économiques. La plupart des
élevages présents dans les zones d'élevage intensif du
globe sont vaccinés en routine contre cette maladie.
L'un des problèmes majeurs de cette vaccination est
l'interférence des souches vaccinales classiquement
utilisées avec les anticorps maternels, et donc la
difficulté à induire une protection précoce. La
vaccination est ainsi généralement réalisée vers l'âge
de 2 à 3 semaines, en 2 administrations ou plus.
L'émergence au milieu des années 1980 de nouveaux
variants antigéniques du virus, appelés hypervirulents
(very virulent IBD ou vvIBD) et induisant des pertes
économiques graves y compris chez des animaux
vaccinés, a rendu la nécessité d'une immunisation
précoce encore plus cruciale (Chettle et al., 1989). Un
vaccin recombiné exprimant la protéine VP2 du virus
de la maladie de Gumboro et utilisant le vecteur
herpès virus HVT, le virus vHVT013-69, a été
construit dans le but de permettre une vaccination en
présence d'anticorps maternels. Le vaccin se présente
sous forme congelée en azote liquide.
L'immunité conférée par le vHVT013-69 vis à vis
d'une souche vvIBD a été testée en conditions
expérimentales sur poulets de chairs EOPS et
conventionnels vacciné à l'âge de 1 jour par voie sous-
cutanée, et lors d'un essai terrain réalisé en conditions
industrielles. Les résultats de ces études sont rapportés
dans cet article.
1. Matériels et méthodes
1.1. Schéma expérimental
Essai 1 : Efficacité et durée d'immunité contre une
épreuve vvIBD chez le poulet EOPS
Deux groupes de 20 poussins EOPS de 1 jour sont
vaccinés avec vHVT013-69, administré à la dose de
3.0 log10 PFU par voie sous-cutanée (SC).
Une épreuve précoce est réalisée à 2 semaines sur un
des groupes vaccinés et sur des témoins ; une épreuve
tardive est effectuée 8 semaines après vaccination
chez le second groupe d'animaux vaccinés et un
groupe témoin. A chaque épreuve, les groupes
témoins comportent 20 animaux du même âge et de
même origine que les vaccinés. La souche d'épreuve
utilisée est la souche vvIBD 91168, isolée en France
en 1991 (Eterradossi et al., 1997). L'épreuve est
effectuée par instillation oculaire. Le suivi des
animaux après épreuve est réalisé selon les
recommandations de la monographie sur les vaccins
vivants de la maladie de Gumboro de la Pharmacopée
Européenne (Pharmacopée Européenne, 2000) : un
relevé de la morbidité et de la mortalité est réalisé
pendant une période de 10 jours, à l'issue de laquelle
les animaux sont abattus et une autopsie est réalisée.
Les bourses de Fabricius sont ensuite prélevées et
soumises à un examen histologique individuel.
Cinquièmes Journées de la Recherche Avicole, Tours, 26 et 27 mars 2003
La réponse en anticorps des animaux contre la
maladie de Gumboro est mesurée par une technique
de séroneutralisation à 2, 4, 6 et 8 semaines d'âge.
Essai 2 : Efficacité et durée d'immunité contre une
épreuve vvIBD chez le poulet conventionnel.
Deux groupes de 20 poussins conventionnels de type
chair sont vaccinés avec 3.0 log10 PFU du vaccin
vHVT013-69 à l'âge de 1 jour (voie SC).
Une épreuve précoce est réalisée à 3 semaines sur un
des groupes vaccinés et sur des témoins ; une épreuve
tardive est effectuée 6 semaines après vaccination
chez le second groupe d'animaux vaccinés et un
groupe témoin. A chaque épreuve, les groupes
témoins comportent 20 animaux du même âge et de
même origine que les vaccinés. La méthodologie
d'épreuve et son suivi sont identiques à ceux décrits
pour l'essai 1. Lors de cet essai, la taille de la bourse
de Fabricius de chaque poulet est de plus mesurée à
l'autopsie J+10 après épreuve.
Le statut sérologique initial des animaux vis à vis de
la maladie de Gumboro est déterminé au moment de
la vaccination, puis le niveau d'anticorps est mesuré à
3 et 6 semaines d'âge par séroneutralisation.
Essai 3 : Efficacité et durée d'immunité contre une
épreuve vvIBD chez le poulet conventionnel vacciné
en conditions terrain.
L'essai a été réalisé de Juillet à Octobre 1999 dans un
élevage Rhône-Alpin, sur 2 lots successifs d'animaux
de même origine, incluant 18000 animaux pour le
premier lot, et 17280 pour le second. Pour chacun de
ces lots, la moitié des animaux – soit respectivement
9000 et 8640 poussins – reçoit le virus vHVT013-69 à
l'âge de 1 jour au moyen d'un appareillage de
vaccination sous-cutanée classique à l'échelle
industrielle (appareil ACCUVAC). L'autre moitié des
animaux du lot est utilisée comme poulets témoins, et
élevés dans un bâtiment indépendant de celui des
vaccinés. Ces animaux témoins font l'objet d'un
programme de vaccination standard contre la maladie
de Gumboro, consistant en 2 administrations de la
souche de virulence intermédiaire S706 par eau de
boisson à quelques jours d'intervalle au cours de la
2ème semaine de vie (dates déterminées en fonction du
niveau d'anticorps maternels à un jour d'âge).
Une centaine d'animaux issus des groupes vaccinés
vHVT013-69 et des groupes témoins est rapatriée en
animalerie confinée sur le site de MERIAL France à
Lyon, juste après la vaccination à 1 jour, pour la
réalisation ultérieure des épreuves virulentes. Par
ailleurs, une vingtaine des vaccinés vHVT013-69 et
des témoins conservés sur le site d'élevage
(vaccination standard) sont rapatriés avant chaque
épreuve en animalerie protégée pour être également
éprouvés. Les épreuves précoces et tardives, réalisées
respectivement à 3 et 5 semaines, sont effectuées sur
20 poulets par groupe, selon la méthodologie décrite
précédemment.
Le niveau des anticorps maternels est mesuré à l'âge
de 1 jour, puis un suivi sérologique est réalisé à 2, 3 et
5 semaines (10 sérums par date et par groupe, obtenus
sur les animaux du terrain). Les analyses sérologiques
sont effectuées par séroneutralisation.
Un suivi zootechnique classique (mortalité, poids, IC,
pourcentage de saisie à l'abattoir) est par ailleurs
mené dans l'élevage, permettant la comparaison des
animaux ayant reçu le virus recombiné vHVT013-69
et ceux vaccinés selon des modalités standards.
1.2. Analyse des résultats
Essai 1
L'analyse des résultats d'épreuve est effectuée selon
les recommandations de la monographie de la
Pharmacopée Européenne pour les vaccins vivants
contre la maladie de Gumboro (Pharmacopée
Européenne, 2000) : "Le vaccin est satisfaisant si 90%
au moins des poussins EOPS vaccinés survivent sans
présenter de symptômes de la maladie ni de lésions
graves de la bourse de Fabricius, et si la moitié au
moins des témoins manifestent des symptômes
caractéristiques de la bursite infectieuse aviaire et que
tous les témoins survivants présentent des lésions
sévères de la bourse de Fabricius; un animal est
considéré comme atteint de lésions sévères si 90% au
moins des follicules présentent plus de 75% de
déplétion de lymphocytes".
Essai 2
Le pourcentage d'animaux protégés est calculé, en
appliquant aux poulets conventionnels de cet essai les
critères d'interprétation de la Pharmacopée
Européenne prévus pour les animaux EOPS (voir cidessus).
De plus, les tailles des bourses de Fabricius à
l'autopsie chez les animaux vaccinés et chez les
témoins, pour chaque épreuve, ont été comparés par
une analyse de variance au risque α=5%.
Essai 3
Le pourcentage d'animaux protégés est calculé, en
appliquant aux poulets conventionnels de cet essai les
critères d'interprétation de la Pharmacopée
Européenne prévus pour les animaux EOPS (voir cidessus). Les résultats de protection des 2 lots
successifs sont cumulés pour chaque groupe et sont
comparés globalement par un test du chi-deux au
risque α=5%. Des comparaisons 2 à 2 sont ensuite
effectuées au risque réduit α'=1.7% (réduction du
risque selon la méthode de Bonferroni).
2. Résultats
2.1. Essais en conditions expérimentales
Essai 1 : Efficacité et durée d'immunité contre une
épreuve vvIBD chez le poulet EOPS.
Une nette séroconversion est observée chez les
animaux vaccinés dès l'âge de 2 semaines (Figure 1).
Le pourcentage d'animaux protégés selon les critères
de la Pharmacopée Européenne, pour chaque épreuve,
est mentionné dans le Tableau ci-dessous.
TABLEAU 1. Protection conférée par le vaccin vHVT01369 chez le poulet EOPS contre une épreuve vvIBD
Protection (%)
Age d'épreuve
Vaccinés
Témoins
2 semaines
100%
0%
8 semaines
100%
6%*
* 1 poulet sur les 5 survivants à l'issue de l'épreuve présentait des lésions
intermédiaires de la bourse de Fabricius (soit 50 à 90% des follicules
présentant plus de 75% de déplétion lymphocytaire), et non sévères.
Essai 2 : Efficacité et durée d'immunité contre une
épreuve vvIBDV chez le poulet conventionnel.
Les poussins vaccinés avec le vaccin recombiné
présentent à l'âge de un jour un taux d'anticorps
neutralisants d'origine maternelle élevé (1/28000ème en
moyenne). Après une phase de décroissance des titres
en anticorps, une nette séroconversion est observée,
les titres en anticorps passant du 1/316ème au 1/8910ème
entre 3 et 6 semaines après vaccination (Figure 1).
Le pourcentage d'animaux protégés – calculé en
appliquant aux animaux conventionnels les critères de
la Pharmacopée Européenne - est mentionné dans le
Tableau ci-dessous.
TABLEAU 2. Protection conférée par le vaccin vHVT01369 chez le poulet conventionnel contre une épreuve vvIBD.
Protection (%)
Age d'épreuve
Vaccinés
Témoins
3 semaines
100%
30%
6 semaines
100%
30%
Les bourses de Fabricius observées à l'autopsie chez
les témoins après épreuve sont significativement plus
petites (atrophie due à la déplétion lymphocytaire)
que celles des vaccinés avec le virus recombiné
vHVT013-69, pour les 2 épreuves réalisées (p = 0.00
dans les 2 cas).
2.2 Essai réalisé sur le terrain (essai 3)
Les résultats zootechniques obtenus sont comparables
chez les poussins vaccinés à un jour avec vHVT01369 et les témoins vaccinés par eau de boisson avec la
souche classique (mortalité des lots : 4.11% vs
3.87% ; poids moyen à l'abattage: 1.833 kg vs
1.758 kg ; pourcentage de saisie : 0.68% vs 0.59% ;
IC : 2.060 dans les 2 groupes).
Sur le plan sérologique, les titres obtenus confirment
que le vaccin recombiné a été administré en présence
de forts taux d'anticorps neutralisants d'origine
maternelle
(1/31000ème
en
moyenne).
Une
séroconversion est observée chez tous les vaccinés
(vaccin recombiné et vaccin classique), à partir de
l'âge de 3 semaines.
Les résultats obtenus (Figure 2) après l'épreuve
précoce mettent en évidence une protection
significative (p = 0.00) contre l'épreuve vvIBD chez
les poulets vaccinés avec vHVT013-69 dès l'âge de 3
semaines, tandis que le schéma vaccinal classique ne
produit encore aucune protection à cette date. A
l'épreuve tardive, le vaccin recombiné vHVT013-69 et
le vaccin classique souche S706 induisent tout deux
une protection significativement plus élevée
(p = 0.00) que chez les témoins non vaccinés, mais la
protection conférée est statistiquement meilleure
(p = 0.015) avec vHVT013-69.
Ces observations sont reproductibles d'un lot à l'autre.
Les résultats cliniques et sérologiques obtenus chez
les poulets vaccinés vHVT013-69 élevés sur le terrain
et rapatriés en animalerie juste avant les épreuves et
ceux rapatriés à l'âge de 1 jour après la vaccination et
élevé en conditions confinées sont comparables, ce
qui permet d'écarter l'hypothèse d'un biais des
résultats lié à la diffusion d'un virus de la maladie de
Gumboro dans l'élevage. La protection observée vis à
vis de l'épreuve peut donc être attribuée à
l'administration du virus recombiné.
3. Discussion
La vaccination est la principale méthode de contrôle
de l'infection par le virus de la maladie de Gumboro.
L'impact économique de cette maladie est lié à ses
effets directs (mortalité, baisse du GMQ,
augmentation de l'IC) et indirects, suite à
l'immunosuppression induite lors de l'infection des
poussins lors des 3 premières semaines de vie. La
maîtrise de l'infection précoce par le virus de la
maladie de Gumboro est longtemps passée par la
transmission d'une immunité passive d'origine
maternelle, mais l'émergence dans les années 1980
des souches vvIBD, capable de passer outre cette
immunité passive, a montré les limites de cette
méthode (Lukert et al., 1997). Actuellement, la
vaccination contre la maladie de Gumboro doit donc
être effectuée le plus tôt possible pour éviter
l'apparition de formes graves dues aux souches
hypervirulentes. Des souches vaccinales atténuées,
dites "chaudes", sont parfois utilisées pour lutter
contre les formes vvIBD, mais ces souches vaccinales
peuvent poser des problèmes d'innocuité et
d'immunodépression, tout en nécessitant plusieurs
administrations.
Contrairement aux vaccins existants, le vaccin
recombiné vHVT013-69 peut être administré au
poussin à l'âge de 1 jour. L'utilisation du vecteur HVT
- classiquement utilisé pour la vaccination contre la
maladie de Marek à 1 jour - permet en effet de
vacciner en présence d'une immunité maternelle. La
protéine VP2 exprimée est une protéine de capside du
virus qui induit une immunité protectrice contre la
maladie de Gumboro, par l'induction d'anticorps
neutralisants. Par ailleurs, la complète innocuité du
virus vHVT013-69 a été démontrée ; Contrairement
aux souches classiques dites "chaudes", il ne
provoque aucune déplétion lymphocytaire au niveau
de la bourse de Fabricius (résultats non présentés ici).
4. Conclusions
Références bibliographiques
Les essais réalisés ont démontré l'efficacité du vaccin
vHVT013-69 administré par voie sous-cutanée chez
des animaux présentant de forts niveaux d'anticorps
lors de la vaccination, y compris lors d'inoculation en
conditions terrain. Une administration unique du
vaccin pratiquée à l'âge d'un jour permet une
protection efficace contre la forme hypervirulente de
la maladie de Gumboro. L'immunisation conférée
apparaît rapidement et se maintient jusqu'à l'âge
d'abattage des poulets de chair, sans nécessiter de
rappel. La protection induite est plus précoce et plus
forte que celle obtenue au moyen d'une souche
vaccinale de virulence intermédiaire.
Chettle N.J., Stuart J.C. and Wyeth P.J., 1989. Vet.
Rec. 125 : 271-272.
Eterradossi N., Rivallan G., Toquin D. and Guittet M.,
1997. Arch. Virol. 143 : 1627-1636.
Lukert P.D. and Saif Y.M., 1997. In: Diseases of
Poultry. 10th edition. Iowa State University Press,
Ames,IA., pp. 721-738.
Pharmacopée Européenne, 2000. Monographie
2000:0587
Poulets EOPS
Poulets conventionnels
5
Ac seroneutralisants (log10)
Ac seroneutralisants (log10)
5
4
3
2
1
4
3
2
1
0
0
0
2
4
6
8
0
2
Age en semaines
4
Age en semaines
FIGURE 1 : Résultats sérologiques observés lors d'essais d'efficacité du vaccin recombiné vHVT013-69 en animalerie
confinée sur poulets EOPS (à gauche) et conventionnels (à droite). Taux d'anticorps neutralisants contre la maladie de
Gumboro observés chez les vaccinés ( ) et chez les témoins ({). La vaccination est réalisée à 1 jour par voie sous-cutanée
100
82.5%
Protection (%)
80
55%
60
45%
40
12.5%
20
0
0
Epreuve 1
0
Epreuve 2
FIGURE 2 : Essai d'efficacité Terrain. Protection observée chez les animaux vaccinés avec VHVT013-69 à 1 jour et élevé sur
le terrain jusqu'à l'épreuve (en blanc), chez ceux ayant reçu un programme vaccinal classique avec la souche S706 (en gris) et
chez les témoins (en noir). Les animaux protégés sont ceux n'ayant pas montré de signes cliniques suite à l'épreuve vvIBD et
ne présentant pas de lésions sévères (90% des follicules lymphoïdes ayant plus de 75% de déplétion lymphocytaire) de la
bourse de Fabricius, 10 jours après épreuve. Les données correspondent au cumul des résultats obtenus sur 2 bandes
d'animaux (20 animaux éprouvés par traitement et par bande, pour chaque épreuve). Les épreuves 1 et 2 sont réalisées
respectivement 3 et 5 semaines après vaccination
6
Téléchargement
Explore flashcards