cours bio -8- les crustaces

advertisement
COURS BIO -8LES CRUSTACES
I/ PRESENTATION :
Crustacés : du latin crusta = croûte.
Nom commun aux membres d’un sous-embranchement d’arthropodes
articulation et pode = pieds)
(arthro =
Malgré leur carapace, ils font partie des invertébrés.
L'embranchement des arthropodes est de très loin celui qui possède le plus
d'espèces et le plus d'individus de tout le règne animal (80 % des espèces connues). On
compte plus d'un million et demi d'espèces actuelles d'arthropodes. Sur terre, ce sont
les insectes.
Dans cet embranchement on distingue le sous-groupe des crustacés qui comporte
environ 55 000 espèces connues. Essentiellement aquatiques, on les trouve en mer et
dans l’eau douce. Le cloporte, est un crustacé qui s’est adapté à la vie terrestre en
milieu humide.
Les espèces de crustacés dominent la mer comme les insectes dominent le milieu
terrestre. Les plus nombreux appartiennent à la sous-classe des copépodes et font
partie du zooplancton. Et Biens que la plupart des crustacés soient petits, ils présentent
un large éventail de formes. Parmi les crustacés les plus connus, on trouve le crabe, le
homard et la crevette. Ce groupe animal est l’un des plus prospères. Ce sont de grands
invertébrés : les homards longs de 60 cm ou l’araignée de mer d’une envergure
supérieure à 3,5 m
L’embranchement comprend 6 sous-classes, dont la plus importante est celle des
malacostracés (crabes, crevettes, homards, langoustes, etc.) crustacés supérieurs
mobiles. Et une autre sous-classe est celle des entomostracés (anitife, pouce-pied, etc.)
ou crustacés inférieurs fixes.
Club de plongée ASTERINA Meaux – cours bio 2007-2008 - Cours 7 - créé par Ch BALLIOT -Page 1 sur 12
II ANATOMIE :
Les arthropodes regroupent les animaux au corps segmenté. Chaque segment est
relié aux autres par des membranes articulaires et porte une paire d’appendices
articulés. Leur corps est enfermé dans une cuticule tégumentaire chitineuse secrétée
par l’épiderme que l’on appellera l’exosquelette (exo : à l’extérieur)
Les caractéristiques principales : 2 paires d’antennes et 1 paire de mandibules.
Les crustacés sont constitués de deux parties : le céphalothorax et l’abdomen.
Le céphalothorax, constitué de la fusion de la tête et du thorax et d’autres segments.
La tête porte deux paires d’organes sensoriels (antennes) et une paire de mandibules
derrière lesquelles se trouvent deux autres paires de pièces buccales (maxilles). La tête
possède aussi d’une paire d’yeux composés. Le céphalothorax portes des appendices
servant à la locomotion, la respiration (branchies protégées par la carapace). D’autres
appendices forment des pinces (chélipèdes).
L’abdomen, est doté d’appendices qui serve à la locomotion ou la respiration. La portion
caudale (le telson) est parfois utilisée pour la nage.
Club de plongée ASTERINA Meaux – cours bio 2007-2008 - Cours 7 - créé par Ch BALLIOT -Page 2 sur 12
LES DIFFERENTS APPENDICES
L’abdomen est constitué de segments articulés, portant chacun une paire
d’appendices à deux branches (biramés). Au cours de l’évolution, les segments et
certaines parties du corps se sont spécialisés. Certains prenant part à la respiration, à
la nage, à la reptation et à l’alimentation se sont fortement modifiés et sont devenus,
mâchoires, organes reproducteurs, ou autres, quand ils n’ont pas régressé ou disparu.
1- la carapace :
Les crustacés possèdent une carapace constituée de chitine imprégnée de
calcaire. Le corps des arthropodes est formé de segments (ou métamères) articulés
recouverts d’une cuticule rigide, qui constitue leur squelette externe : l’exosquelette.
La cuticule désigne la couche externe sécrétée par l’épiderme des arthropodes.
La cuticule ne comporte pas de cellule. L’endo-cuticule est la couche interne de la
cuticule.
La cuticule à pour rôle :
- la séparation avec le milieu extérieur
- la protection mécanique : armure
- la protection contre la déshydratation
- l’adaptation morphologique
- l’attachement des muscles
- mais également un problème pour la croissance : mue obligatoire.
Club de plongée ASTERINA Meaux – cours bio 2007-2008 - Cours 7 - créé par Ch BALLIOT -Page 3 sur 12
Au moment de la mue, l’endocuticule se liquéfie sous l’action d’enzymes sécrétés
par des glandes spécifiques. Ceci permet à l’animal de se détacher plus facilement de
son ancienne « carcasse ». Après la mue, la cuticule, souple et élastique, se durcit au
contact de l’air. La mue correspond à un cycle. Les intestins subissent également une
croissance à la période de mue. Le mâle mue plus fréquemment que la femelle. Et plus on
est jeune plus on mue. Juste avant la période de mue, l’animal cesse de manger, et
s’immobilise. Sa taille augmente et il se gonfle. Les mues sont différentes selon les
conditions : température, age, espèce… la mue peu durer (chez les décapodes) de 12 à
110 jours. Les crustacés de grande taille, ont la faculté de s’amputer volontairement
(pour échapper à un adversaire). L’appendice manquant sera remplacé lors de la
prochaine mue. Les « pinces » n’ont pas la même taille. L’une est grosse pour broyer, la
seconde plus petite pour décortiquer.
Pour la plupart des crustacés il n’y a pas de distinction anatomique chez les mâles
et chez les femelles. Seuls les crabes ont une différence nette au niveau de l’abdomen.
2- locomotion :
Dotés de muscles, les crustacés supérieurs se déplacent rapidement. Leurs
muscles sont fixés à l’intérieur de leur carapace. Le mouvement de déplacement au sol
est « organisé » il s’agit de marche.
Club de plongée ASTERINA Meaux – cours bio 2007-2008 - Cours 7 - créé par Ch BALLIOT -Page 4 sur 12
Les pattes des arthropodes sont pourvues de nombreuses articulations leur permettant
ainsi de se déplacer rapidement
Bien qu’ils soient conçus pour la marche, leur morphologie est également adaptée
à la nage. Les crevettes, les homards et langoustes ont la possibilité de nager en
contractant leur abdomen. Ils claquent leur abdomen également pour se défendre. Les
crabes ont des pattes natatoires, pattes plus plates à l’arrière.
BALANES ET POUCES-PIEDS
Mention spéciale pour les balanes et les pouces-pieds qui on longtemps été
classés dans les mollusques à causse de leur forme. Les balanes et pouces-pieds ne se
déplacent pas. C’est grâce à l’étude de leur larve, qu’ils ont été identifiés comme
crustacés.
Les balanes et pouces-pieds ont deux phases larvaires. La première évolue en
tant que plancton, flottant là où les vagues, les courants et les marées les portent.
Club de plongée ASTERINA Meaux – cours bio 2007-2008 - Cours 7 - créé par Ch BALLIOT -Page 5 sur 12
Pendant ce temps ils continuent leur croissance et muent. Ceci dure environ deux
semaines pour donner forme à une larve plus apte à la nage ce qui lui permettra de
trouver un environnement favorable. Si elles ne trouvent pas, elles mourront. Une fois
arrivée sur une roche, elles se fixent par la tête à l’aide d’un disque adhésif. Puis elles
commenceront la fabrication de leur carapace afin d’y être protégée. Sans rentrer dans
les détails anatomiques, disons que les pouces-pieds vivent sur les rochers battus par les
vagues, en colonies d’une trentaine d’individus fixés par un pédoncule flexueux qui est en
réalité la nuque.
Comme beaucoup d’invertébrés sédentaires, les pouces-pieds et balanes sont
hermaphrodites. Ils possèdent un pénis dont la longueur n’est pas proportionnelle à
l’animal. Il peut être 20 fois plus grand que l’animal. La morphologie du pénis est aussi en
fonction du lieu de vie. (mer agitée = penis plus gros et moins long. Mer calme = …)
3 – l’appareil respiratoire :
Chez les crustacés, la respiration est branchiale. Pour les crustacés de grande
taille, l’appareil respiratoire est constitué de lamelles ou de filaments branchiaux
enfermés dans deux chambres latérales à la périphérie de la carapace. Dans une cavité
branchiale (en position ventro-latérale dans le céphalothorax) la circulation de l’eau est
assurée par les battements du scaphognathite du maxille. Les branchies sont en relation
avec l’appareil circulatoire pour réaliser les échanges gazeux.
Club de plongée ASTERINA Meaux – cours bio 2007-2008 - Cours 7 - créé par Ch BALLIOT -Page 6 sur 12
4 – l’appareil digestif :
Les crustacés fixes sont filtreurs.
Ceux de grande taille sont chasseurs, les autres sont détritivores et
nécrophages. D’autres encore sont parasites. La plupart des Crustacés sont capables de
supporter des jeûnes prolongés pouvant dépasser six mois pour les langoustes, les
homards et les tourteaux.
Possédant des mâchoires, ils ont également un estomac plus ou moins complexe :
le moulin gastrique, qui est souvent subdivisé en deux parties appelés estomac cardiaque
et estomac pylorique. Il est prolongé par l’intestin moyen et accompagné d’un important
hépatopancréas (foie et pancréas). La digestion est extracellulaire mais les processus
chimiques ont surtout lieu dans l’intestin moyen, siège de l’absorption, et dans les
diverticules hépato-pancréatiques.
Club de plongée ASTERINA Meaux – cours bio 2007-2008 - Cours 7 - créé par Ch BALLIOT -Page 7 sur 12
4 – appareil excréteur
L’appareil digestif étant complet (bouche, estomac, intestins, anus) la nutrition
permets l’assimilation des nutriments par les échanges et apports fournis par le sang.
Une fois réduit en résidu, les déchets sont éliminés. L’essentiel de l’excrétion est
toutefois assurée par les branchies qui éliminent l’ammoniaque et les composés uriques.
Les excréments seront évacués par l’anus.
5- appareil génital : la reproduction
Chez les crustacés, les sexes sont le plus souvent séparés. Sauf chez les balanes
et pouces-pieds qui possèdent un ovaire et un testicule.
Les glandes génitales, situées au-dessus de l’intestin, formes deux longs cordons
recourbés latéralement en crosse et unis au niveau du cœur par une bandelette
transversale d’où partent les canaux évacuateurs des produits génitaux (oviductes chez
les femelles, spermiductes chez les mâles)
La période de reproduction se fait après la mue. Le mâle profite de la fragilité de la
femelle pour la féconder.
Les crustacés sont ovipares, les orifices génitaux sont situés ventralement entre
les pattes marcheuses. Il y a accouplement. Le mâle dépose une masse de sperme près
des orifices génitaux de la femelle. La ponte a lieu quelques heures après. Les œufs (0,5
mm) souvent très colorés sont fécondés au fur et à mesure. Ils sont ensuite agglutinés
par une substance gélatineuse secrétée par des glandes et retenus entre les pattes
nageuses dont le mouvement les aère le temps que les embryons se développent.
L’incubation varie de dix à vingt jours en fonction des espèces et de la température. A
l’éclosion la petite larve nage en pleine eau et passe par plusieurs stades larvaires.
300.000 œufs chez le tourteau en une seule fois. Et quelque un chez le bernardl’hermite)
Larve de crabe.
Club de plongée ASTERINA Meaux – cours bio 2007-2008 - Cours 7 - créé par Ch BALLIOT -Page 8 sur 12
Chez les balanes et pouces-pieds il n’y a pas d’autofécondation, les spermatozoïdes émis
dans l’eau pénètrent dans le manteau d’un individu voisin où les ovocyte sont fécondés.
Après incubation des œufs, les larves « nauplius » sont libérées dans la mer.
6- Le système nerveux :
Le système nerveux des crustacés comporte une centre nerveux et une chaîne
nerveuse dite ventrale. La transmission des informations est faite par le biais de
cellules nerveuses ressemblant aux nôtres mais assez primaires.
Les yeux sont portés par des pédoncules oculaires, et sont dits « composés ». Ils
sont constitués de petits éléments, mais ne permettent pas l’accommodation.
Le sens de l’équilibre est assuré par un système de petites fossettes tapissées
de soies sensorielles contenant un grain de sable ou de calcaire. Ils sont situés à la base
des antennules. Des poils de soies sensorielles sont également répartis sur le corps et
surtout sur les appendices.
7-Le système sanguin
Le cœur est de petite taille est suspendu dans un grand sac péricardique. Le sang
est envoyé via les artères ramifiées vers les différents organes, il est ensuite drainé
vers les branchies. Le sang contient soit de l’hémocyanine (ce qui le rend bleu), soit de
l’hémoglobine. C’est un véritable système sanguin.
8- habitat et mode de vie :
Les crustacés vivent dans les fonds marins logés dans les creux de roches.
Certains crabes vivent en symbiose avec les anémones ou les éponges. Le bernardlermite recherche une coquille de gastéropode pour y mettre à l’abris la partie de son
corps fragile. Avant de changer de maison, il mesure scrupuleusement la taille de la
coquille qu’il convoite.
Utiles dans l’équilibre alimentaire.
Club de plongée ASTERINA Meaux – cours bio 2007-2008 - Cours 7 - créé par Ch BALLIOT -Page 9 sur 12
Araignée de mer ou crabe Maïa : Sa carapace est hérissée de multiples pointes. Le corps est
triangulaire, les pattes longues et velues, les pinces étroites et nettement plus petites chez les
femelles. Elle fréquente à partir du bas de la zone des marées les fonds rocheux couverts de
végétation. Parfois, il peut arriver de voir un paquet d'algues se déplacer sur une étendue
monotone de sable : C'est une araignée de mer en tenue de camouflage qu'elle s'est
confectionnée en transplantant les algues sur sa carapace. Au printemps, les araignées
apparaissent en grand nombre en certains lieux des côtes bretonnes et normandes : c'est leur
période de reproduction.
Crabe vert ou crabe enragé : Le plus petit des crabes (4 à 7 cm).Sa carapace est lisse et ses
pattes postérieures terminées par une griffe. Qu'il soit vert, rouge ou orangé, il s'agit toujours
de la même espèce. Le crabe vert vit, l'été tout au moins, dans la zone des marées. Son
alimentation est variée et va des moules qu'il ouvre avec adresse aux animaux morts qu'il dépèce
avec dextérité. Le crabe enragé tire son nom du comportement batailleur des mâles , les
femelles étant plus paisibles.
Etrille : Elle a une taille légèrement supérieure à celle du crabe vert (8 à 10 cm). Sa carapace
brune, couverte de velours, s'orne de chaque côté de cinq fortes dents. Les pinces sont pointues
et sillonnées de bandes bleues. Les deux pattes postérieures aplaties, en forme de rame,
Club de plongée ASTERINA Meaux – cours bio 2007-2008 - Cours 7 - créé par Ch BALLIOT -Page 10 sur 12
permettent à ce crabe de nager sur de courtes distances. L'étrille, qui vit dans le bas de la zone
des marées et les quinze premiers mètres de profondeur, se cache sous les pierres et dans les
fentes de rocher. Découverte, elle se défend avec vivacité.
Tourteau : ou Dormeur : a le corps ovale, brun rouge et lisse sur le dos et deux pinces puissantes
à l'extrémité noire, capables d'écraser un doigt. Si les jeunes vivent dans le bas de zone des
marées et peuvent être péchés à pied, les plus vieux se cantonnent dans les fonds ne découvrant
jamais. Le tourteau passe la journée enfouie dans le sable ou caché dans un trou de rocher et,
comme le homard, cherche sa nourriture la nuit. Un tourteau de 20 cm de large a 12 à 15 ans.
Certains atteignent 30 cm. Taille minimale autorisée : 7 cm pour la plus petite dimension. Pour ce
crabe et pour les autres crustacés, il vaut mieux ne pas ramasser les femelles portant une ponte.
Bernard l'ermite ou pagure : (du grec : pagauros, qui a la queue en forme de corne) : Plus de
1000 espèces existent : Le bernard l'ermite commun a un abdomen mou qu'il protège en
s'introduisant dans des coquilles vides adaptées à leur taille. Ils changent de maison quand ils
sont trop à l'étroit.En présence d'un danger, lorsque vous saisissez la coquille, le Pagure peut la
quitter précipitamment. Si vous lui présentez son abri avec insistance, il s'y réintroduit avec une
dextérité étonnante. Les bernard-l'ermite trouvés à marée basse dans les flaques sont de petite
taille et logent dans des coquilles de bigorneaux. En profondeur, ce sont les grands individus
installés dans des coquilles de buccins. Les Pagures ont très souvent une compagne, voire deux :
une anémone de mer fixée sur la coquille. Anémone et bernard-l'ermite vivent en association. La
première protège le second en projetant des filaments urticants sur les agresseurs. Quant au
Pagure, il transporte l'anémone qui profite des restes de repas de son associé. Parfois, la
compagne n'est pas une anémone, mais une éponge qui commence par recouvrir la coquille, puis la
prolonge au fur et à mesure de la croissance du crustacé, évitant ainsi à ce dernier de
déménager.
Cigale de mer : Elle ressemble à une écrevisse. De couleur rouge et d'une taille d'environ 10 à 12
cm, on la trouve dans les fonds marins, à partir de 15 mètres de profondeur.
Galathée : Elle ressemble à un petit homard à l'abdomen réduit. Sa carapace rouge est rayée par
d'étroites bandes bleues. Timide, elle s'abrite dans le fond des fissures et, de par sa petite
taille (8 à 10 cm) passe fréquemment inaperçue.
Anatife : (du latin : anas, canard et ferre, porter) : Crustacé marin ressemblant extérieurement
à un mollusque en raison de sa coquille calcaire et vivant fixé aux coques de bateaux, épaves
flottantes, par un fort pédoncule. (Ordre des cirripèdes) .Il se rencontre en Mer du Nord, dans
la Manche et dans l'Atlantique (Belle île en Mer). Sa longueur maximale est de 5 cm. Sa coquille
est sombre, composée de 5 plaques presque blanches, nuancées d'un bleu foncé translucide et
son long pédoncule, partiellement rétractable, ressemble à une gaine maillée de couleur grisbrun.
Pouce-pied : Crustacé voisin de l’anatife, dont le pédoncule est comestible. Les plus beaux, de
couleur ivoire, laissant apparaître une fine bordure rouge vif, sont appelés "becs rouges».
Arthropodes : (du grec : arthron, articulation et podos, pied - Synonyme : Articulé) :
Embranchement d'animaux invertébrés, à squelette externe chitineux, dont le corps est annelé
et les membres ou appendices composés d'articles, et comprenant plus de la moitié des espèces
du règne animal (crustacés, myriapodes, insectes, arachnides).Croissance par mues. Plus de 1
million d'espèces.
Club de plongée ASTERINA Meaux – cours bio 2007-2008 - Cours 7 - créé par Ch BALLIOT -Page 11 sur 12
Malacostracés : (du grec : malakos, mou et ostrakon, coquille) : Sous-classe de crustacés
comprenant les ordres les plus élevés en organisation (décapodes, amphipodes, isopodes).
Entomostracés : (du grec : entomon, insecte et ostrakon, coquille) : Sous-classe de crustacés
inférieurs tels que l’anatife, la daphnie, etc...
Chitine : (du grec : khitôn, tunique) : Substance organique azotée de la zone superficielle de
l'ensemble des tissus (tégument) qui couvrent les arthropodes.
Cirripèdes : (du latin : cirrus, filament et pes, pedis, pied) : Sous-classe de crustacés inférieurs
marins fixés, comme l'anatife et la balane, ou parasites, comme la sacculine.
Décapodes : ( du grec : deka , dix et podos , pied ) : Ordre de crustacés supérieurs ,
généralement marins, ayant 5 paires de grandes pattes thoraciques , et souvent de grande taille ,
tels que les crabes, les crevettes, le homard, la langouste , l'écrevisse,etc
Club de plongée ASTERINA Meaux – cours bio 2007-2008 - Cours 7 - créé par Ch BALLIOT -Page 12 sur 12
Téléchargement