Les facteurs de risques

advertisement
FACTEURS AUGMENTANT LE RISQUE DE DÉVELOPPER UN CANCER DU SEIN
Il est généralement connu que le risque de développer un cancer du sein s'accroît avec l'âge. Mais qu'en
est-il des autres facteurs qui influencent ce risque? Voici un aperçu de ceux qui semblent favoriser l’apparition
d’un cancer du sein. Leur importance s’exprime en termes de risque relatif (RR), ce qui signifie qu’une femme
présentant un facteur de risque ayant un RR de 5 aurait 5 fois plus de possibilités d’être atteinte d’un cancer du
sein qu’une femme qui ne présente pas ce facteur. Cette information a donc été ajoutée, lorsque disponible.
FACTEURS DE RISQUE PRINCIPAUX
1-Être une femme : seulement 1% des cancers du sein se développent chez des hommes.
2- L’âge : constitue le facteur de risque le plus important. 80% des cancers du sein apparaissent chez des femmes
n’ayant aucun facteur de risque, sauf l’âge. La majorité de ces femmes ont plus de 50 ans.
3- L’hérédité, plus précisément la présence de certains gènes (BRCAI sur le chromosome 17 et BRCAII sur le
chromosome 13). Il faut cependant noter que 5 à 10% seulement des cancers du sein sont transmis de façon
héréditaire.
FACTEURS DE RISQUE IMPORTANTS POUVANT NÉCESSITER UNE VIGILANCE ACCRUE (RR
SUPÉRIEUR À 2)
1- La présence de lésions prolifératives avec hyperplasie atypique (canalaire ou lobulaire) découverte lors d'une
biopsie antérieure. (RR 4 à 5)
2- La présence d'un carcinome lobulaire in situ (ou néoplasie lobulaire) découverte lors d'une biopsie antérieure.
(RR 8 à 10)
3- Avoir déjà eu un cancer du sein
4- Une forte densité mammaire sur plus de 75% du parenchyme vue sur une mammographie antérieure. (RR 3 à
4)
5- L’histoire familiale : le fait d'avoir au moins deux parentes du premier degré (mère ou sœur) atteinte d'un
cancer du sein (ou de l’ovaire), surtout avant la ménopause. (RR 3 à 5)
6- L’exposition à des radiations : de façon répétée, comme par la radiothérapie dans la maladie de Hodgkin ou à
des doses élevées avant 20 ans ou au début de l’âge adulte, proportionnellement à la dose reçue. (RR 2 à 4)
FACTEURS DE RISQUE D'IMPORTANCE MINEURE (RR DE 2 OU MOINS)
1- L’histoire familiale : le fait d'avoir une seule parente du premier degré (mère ou soeur) atteinte d'un cancer du
sein (ou de l'ovaire), ou plusieurs parentes du deuxième degré (grand-mère, tante, côtés maternel et paternel). (RR
2 à 3)
2- La puberté précoce, la ménopause tardive, le nombre de grossesses : ces trois facteurs sont reliés au nombre
de cycles menstruels vécus par une femme. Avoir eu sa puberté avant 12 ans, être ménopausée après 55 ans ou
avoir eu plus de cycles menstruels par l’absence de grossesse ou des grossesses peu nombreuses, augmente le
risque de développer un cancer du sein, dû principalement à la stimulation des seins par les œstrogènes à chaque
cycle.
3- Un premier accouchement à un âge plus avancé, c’est-à-dire après 35 ans. C’est le premier accouchement qui
fait maturer les seins et les seins qui sont matures ont moins tendance à développer des mutations cellulaires. Plus
tard les seins atteignent leur maturité, plus ils sont susceptibles de développer un cancer.
4- La prise de diéthylstilbestrol (DES) : le risque serait légèrement augmenté pour la femme ayant pris du DES
lors d’une grossesse. (RR 1,5)
5- La présence de lésions prolifératives sans atypie, découverte lors d'une biopsie antérieure. (RR 1,6 à 1,9)
6- La consommation régulière d’alcool, c’est-à-dire plus de 3 onces quotidiennement, surtout pour les femmes de
plus de 50 ans. Le risque augmente pour chaque 10 g de consommation quotidienne d’alcool. L’alcool aurait un
effet sur le métabolisme des œstrogènes, mais son mécanisme d’action n’est pas encore clairement élucidé. (RR
1,3 à 1,6)
FACTEURS DE RISQUE DONT L'IMPORTANCE DEMEURE À CLARIFIER OU À QUANTIFIER
1- L’obésité : une augmentation de poids de 5 kg par rapport au poids idéal est associée à un risque accru de
cancer du sein après la ménopause car, suite à l’atrophie des ovaires, l’œstrogène commence à être produit au
niveau du tissu graisseux.
2- La sédentarité : l’activité physique est associée à une apparition plus tardive des premières règles, à l’absence
d’obésité à l’âge adulte, à une réduction de la production d’œstrogènes et à une réduction du nombre de cycles
menstruels.
3- Une diète riche en graisses augmente le risque, par ses effets sur l’apparition précoce des premières
menstruations et sur le taux sanguin d’œstrogènes.
4- L’hormonothérapie substitutive (HTS) à la ménopause : une révision de plusieurs études sur l’HTS a révélé
que le nombre de cancers détectés augmente à partir de la 5e année de son utilisation. En effet, le nombre de
cancers pour les femmes qui n’utilisent pas d’HTS se situe à 45 par 1000 femmes (point de référence), et demeure
inchangé pour celles ayant recouru à l’HTS pendant moins de 5 ans. Le nombre de cancers détectés augmente à 47
(donc 2 cancers supplémentaires) après 5 ans d’utilisation d’HTS, puis à 51 (6 cas additionnels) après 10 ans
d’utilisation, et enfin à 57 (12 cas de plus) pour 15 ans d’utilisation d’HTS. Toutefois, le risque redeviendrait nul
dans les 5 ans après l’arrêt de l’HTS. À titre comparatif, l’arrivée tardive de la ménopause hausse le nombre de
cancers à 58 (13 cancers additionnels), tandis que le fait de prendre 2 consommations d’alcool quotidiennement ou
de faire moins de 4 heures d’activité physique hebdomadairement l’élève à 72 (27 cas supplémentaires). Un indice
de masse corporelle augmenté de 10 kg/m2 amène ce nombre à 59 (14 cas de plus), tandis qu’un gain pondéral
après la ménopause de 20 kg ou plus le hisse à 90 (45 cas de plus).
Facteur
FACTEURS DE RISQUE DE CANCER DU SEIN1
Point de référence du cancer
Cancers supplémentaires
du sein par
par 1000 femmes
1000 femmes
45
0
Total des cancers par 1000
femmes
Sans HTS*
45
(point de référence)
5 ans utilisation d’une HTS*
2
47
10 ans utilisation d’une HTS*
6
51
15 ans utilisation d’une HTS*
12
57
Consommation alcool
27
72
(2 consommations par jour)
Manque d’exercice régulier
27
72
(moins de 4 heures par sem.)
Ménopause tardive
13
58
(10 ans de retard)
Indice de masse corporelle
14
59
(10kg/m2 d’augmentation)
Gain pondéral après la
45
90
ménopause (+ 20 kg)
•
HTS : hormonothérapie substitutive
Le point de référence ou risque de base s’applique à toutes les femmes et est attribuable à des facteurs qui ne peuvent être
modifiés (p. ex. le vieillissement et le sexe).
5- La prise d’anovulants serait associée à un faible risque de cancer du sein en cas de début très précoce de la
contraception ou de traitement prolongé de plus de 10-20 ans. (RR 1,24)
6- Le tabagisme : le risque de cancer du sein est plus élevé pour les femmes exposées régulièrement à la fumée de
tabac (tabagisme actif ou passif) pendant de longues périodes. Plus la durée d’exposition est longue, plus le risque
est élevé.
7- Les antécédents familiaux de cancer de la prostate ou du côlon, seul ou en association avec des cas de cancers
du sein.
8- La prise d’antidépresseurs tricycliques : selon une étude publiée en février 2002, une forte exposition à ces
antidépresseurs serait associée à un taux plus élevé de cancer du sein de 11 à 15 ans plus tard.
9- L'origine géographique: les taux d'incidence du cancer du sein sont plus élevés en Amérique du Nord et dans
les pays d'Europe de l'ouest. À l'opposé, les taux les plus bas sont retrouvés dans les pays d'Asie, dont le Japon.
1
Bélisle, S. Derzko, C. Hormonothérapie substitutive et cancer. JOGC; Décembre 2001 :1226-1230.
10- L’allaitement maternel : les femmes ayant allaité pendant un an ou plus verraient diminuer leur risque, tandis
que le fait d’avoir été allaitée ne donnerait aucune protection additionnelle contre le cancer du sein.
Quelques-uns des facteurs de risque mentionnés plus haut, comme l’hyperplasie atypique, sont des
lésions qu’on peut souvent retrouver dans les rapports de biopsie du sein. Ces lésions peuvent comprendre un
kyste, de l’adénose sclérosante, un papillome unique ou des papillomes multiples, de la papillomatose, une
cicatrice radiaire, des modifications fibrokystiques, un fibroadénome, une mastite péricanalaire ou de l’ectasie
canalaire, ou même de l’hyperplasie épithéliale intracanalaire légère, modérée ou floride, toutes sans atypie. Ce
sont toutes des lésions bénignes, qui ont un RR variable, allant de nul pour le kyste, l’hyperplasie légère ou la
papillomatose, à 3.3 pour le papillome intracanalaire solitaire.
Il n’y a aucun moyen préventif connu actuellement pour éviter le développement d’un cancer du sein.
Les facteurs de risque les plus importants sont tous des facteurs non modifiables. Considérant ces faits, les
recommandations les plus pertinentes pouvant être données aux femmes agissent au niveau des facteurs de risque
secondaires. Les femmes devraient limiter leur consommation d’alcool, surveiller leur poids tout en ayant une
alimentation faible en gras, être physiquement active et éviter le tabagisme. La décision d’utiliser ou non
l’hormonothérapie substitutive devrait être prise conjointement par le médecin et la femme, après un questionnaire
médical évaluant les avantages et inconvénients de son utilisation, tout en prenant également en considération non
seulement les risques de cancer du sein, mais aussi ceux d’ostéoporose et de maladies cardio-vasculaires.
RÉFÉRENCES
Bélanger, H. Hormonothérapie et cancer du sein : femmes inquiètes et médecins confus… Le médecin du
Québec, décembre 1997, 35-39.
Bélisle, S. Derzko, C. Hormonothérapie substitutive et cancer. JOGC; Décembre 2001 :1226-1230.
Bernier MO, et al. Breastfeeding and risk of breast cancer : a metaanalysis of published studies. Hum. Reprod.
Update, 6(4), 374-386, 2000.
Blais, J. La prévention du cancer du sein c’est important. Vivre en Santé, août 2000, 24-31.
Buist DS, et al. Bone mineral density and breast cancer risk in menopausal women. Journal Clin Epidemiol 2001
Apr;54(4) :417-422.
Byrne, C. et al. Effects of mammographic density and benign breast disease on breast cancer risk (Unites States).
Cancer Causes Control 2001 Feb; 12(2) :103-110.
Chen, CL et al. Hormone Replacement Therapy in Relation to Breast Cancer. Journal of the American Medical
Association, February 13, 2002 - vol 287, no.6, 734-741.
Falkenberry, SS, Legare R. Risk factors for breast cancer. Obstetrics and gynecology clinics of North America,
volume 29, number 1, march 2002, 159-172. (Allaitement maternel)
Gagnon, Y. La pathologie du sein : lésions malignes et pré-malignes. Revue du REIQCS vol. 3 no 1, pages 4-7
Girouard, M.H. La chirurgie. La santé du sein. Journée d’éducation médicale continue pour les médecins,
décembre 2001.
Goggin, P. Y a-t-il une femme à risque dans la salle? Le médecin du Québec, décembre 1997, 27-32.
Michels, K. et al. Being breasfed in infancy and breast cancer incidence in adult life : results from the two nurses’
health studies. American Journal of Epidemiology 2001, Feb 1; 153 (3) : 275-283
Sharpe, CR, et al. The effects of tricycli antidepressants on breast cancer risk. British Journal of Cancer (2002)
86, 92-97.
Titus-Ernstoff L. et al. Long-term cancer risk in womwn given diethylstilbestrol (DES) during pregnancy. British
Journal of Cancer (2001) 84, 126-133.
Trousse de formation des médecins de première ligne. PQDCS, Gouvernement du Québec, avril 1998, page 18
Wohlfahrt, J, Melbye M.
Jan;12(1) :68-73.
Age at any birth is associated with breast cancer risk.
Epidemiology 2001,
Téléchargement