CANCERS ET TRAVAIL: LES CHERCHEURS ONT BESOIN DE 10

publicité
 COMMUNIQUE DE PRESSE – JUIN 2014
CANCERS ET TRAVAIL: LES CHERCHEURS ONT BESOIN DE 10 000 FEMMES POUR PARTICIPER A LEUR GRANDE ETUDE EN LIGNE www.seintinelles.com •
•
•
Chaque jour en France, près de 1000 personnes apprennent qu’elles ont un cancer. Parmi elles, 400 sont en activité professionnelle1. Seuls 2/3 des actifs occupés au moment de leur cancer sont en emploi deux ans après la maladie2. Seulement 31% des personnes déclarent avoir retrouvé un poste de travail identique à celui laissé avant les traitements3. Au delà des chiffres, ce sont avant tout des situations personnelles et des parcours de vie que les chercheurs ont besoin de comprendre. Alors que l'Institut National du Cancer vient juste de publier sa grande étude intitulée "la vie deux ans après le diagnostic de cancer", la question de l'impact du cancer sur la vie des patients est plus que jamais au coeur de l’actualité. Aujourd'hui, des sociologues de l'Institut Gustave Roussy souhaitent se concentrer sur la question du travail et lancent une grande étude en ligne. Ils ont besoin de connaître l'impact qu'a eu le cancer sur la vie professionnelle des femmes touchées et font pour cela appel à la plateforme Internet Seintinelles, capable de mobiliser très rapidement un nombre important de volontaires. Ils souhaitent interroger 10 000 femmes, afin d’obtenir des résultats qui aideront à mieux appréhender la vie après un cancer à une échelle très fine, jusque là jamais obtenue. Vivre après un cancer, un sujet plus que jamais d’actualité Le retour au travail après un cancer était l’une des mesures phare du plan cancer 2009‐2013. Cette année encore, il est au cœur du nouveau plan cancer 2014‐2019, annoncé par le Président de la République le 4 février dernier. De plus, l’annonce récente de la maladie de Dominique Bertinotti, ministre déléguée à la famille le montre, la problématique du cancer au travail suscite le débat, aujourd’hui encore. A travers cette actualité, c’est une réalité qui transparait : il n’y a pas une façon de vivre le cancer quand on travaille, il y en a des centaines, propres à chaque cas personnel. 1
Source baromètre [email protected] 2013. 2
Le Corroller‐Soriano A, Malavolti L, Mermillod C. La vie deux ans après le diagnostic de cancer!: une enquête en 2004 sur les conditions de vie des malades. La Documentation française. Paris; 2008. 3
Ligue contre le cancer. Rapport 2012 de l’Observatoire sociétal des cancers. 2012 p. 124.
Une ouvrière ne vivra pas son cancer de la même façon qu’une cadre par exemple. De même, l’impact sera différent qu’elle soit touchée par un cancer du sein ou par un cancer du poumon. Mieux comprendre la diversité des situations est le premier pas vers une meilleure prévention et vers un accompagnement plus personnalisé. C’est dans cette optique que les chercheurs lancent leur grande étude. « Femmes et cancers, vivre après la maladie » : 10 000 volontaires sont appelées à participer Les chercheurs à l’origine de l’étude : Philippe Amiel, sociologue et directeur de l’Unité de Recherche en Sciences Humaines et Sociales (URSHS) de l’Institut de cancérologie Gustave‐Roussy (Villejuif), et Agnès Dumas, sociologue à l’URSHS. • Les objectifs : ‐ identifier l’impact socio‐professionnel du cancer (tous cancers confondus) sur une large population de femmes touchées au cours de leur vie professionnelle, ‐ repérer les facteurs de fragilisation, afin d'identifier les populations à risque et proposer des mesures préventives ou correctives, ‐ mettre en place un baromètre annuel des résultats de l’étude pour suivre son évolution à long terme et en informer les différentes administrations (ARS, INCa, UNICANCER, Ministère de la Santé). •
Qui peut participer ? Toutes les femmes ayant eu un cancer (tous cancers confondus) au cours de leur vie professionnelle, et qui ont terminé les traitements (hors hormonothérapie) depuis au moins 1 an. •
Comment participer ? S'inscrire sur www.seintinelles.com et répondre à 2 questionnaires en ligne. Les prochaines études à venir sur Seintinelles.com D’autres projets d’études sont actuellement en cours de préparation sur Seintinelles.com. Elles feront là aussi appel à la participation de citoyennes volontaires. • En cours : Une étude s’intéresse aussi aux patientes porteuses de prothèses mammaires esthétiques ayant secondairement développé un cancer du sein. • A venir : Etude sur les effets secondaires de l'hormonothérapie Cette étude sera menée par les Dr Manuel Rodrigues et Paul Cottu (Institut Curie). Elle aura 3 objectifs principaux: ‐ accompagner et conseiller les patientes traitées pour un cancer du sein, les encourager à poursuivre leur hormonothérapie si elle leur a été prescrite, ‐ créer un observatoire des pratiques d’hormonothérapie en France avec recueil des effets secondaires de celle‐ci, ‐ aider à la déclaration des effets secondaires rares ou inconnus de l’hormonothérapie. • A venir : Etude sur les conjoints de femmes malades Le Dr Cousson‐Gélie (Montpellier) monte un projet d’étude portant sur les conjoints de personnes malades. Cela concernera à la fois les femmes dont le mari a eu un cancer de la prostate, et les compagnons/compagnes de femmes ayant eu un cancer du sein. Les Seintinelles ont besoin de 10 000 volontaires, mobilisez-vous
contre le #cancer ! @Seintinelles
Participez à la première étude mise en ligne sur seintinelles.com.
#Cancer, toutes concernées ! @Seintinelles
Contact presse Les Seintinelles Monet + Associés ‐ 110 rue Réaumur 75002 Paris Margaux Boureau ‐ 01 45 63 12 43 ‐ [email protected]‐rp.com A propos des Seintinelles L’association Seintinelles (loi 1901), soutenue par l’Institut National du Cancer (INCa), la Fondation ARC pour la recherche sur le cancer et le Groupe Chantelle, a été créée par Guillemette Jacob, ancienne malade, et Fabien Reyal, chirurgien spécialiste du cancer du sein à l’Institut Curie de Paris. Elle a lancé en septembre 2013 la première plateforme de mise en relation entre chercheurs et société civile. Ainsi, l’association encourage et permet aux femmes, volontaires, de participer aux études de chercheurs travaillant sur tous les cancers, afin d’accélérer la recherche. En 8 mois, plus de 4000 volontaires se sont inscrites. Seintinelles est lauréat du programme Impact Santé, conduit par Ashoka, en 2014. L’association a également remporté l’édition 2014 de l’Echappée Volée, accélérateur de projets de Tdex Paris, dans la catégorie Santé. 
Téléchargement