M 14 2017

advertisement
‫"ﺳﺒﺤﺎﻧﻚ ﻻ ﻋﻠﻢ ﻟﻨﺎ‬
‫ﺇﻻ ﻣﺎ ﻋﻠﻤﺘﻨﺎ‬
‫ﺇﻧﻚ ﺃﻧﺖ ﺍﻟﻌﻠﻴﻢ ﺍﳊﻜﻴﻢ"‬
‫‪‬ﺳﻮﺭﺓ ﺍﻟﺒﻘﺮﺓ‪ :‬ﺍﻵﻳﺔ‪31‬‬
UNIVERSITE MOHAMMED V DE RABAT
FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE - RABAT
DOYENS HONORAIRES :
1962 – 1969 : Professeur Abdelmalek FARAJ
1969 – 1974 : Professeur Abdellatif BERBICH
1974 – 1981 : Professeur Bachir LAZRAK
1981 – 1989 : Professeur Taieb CHKILI
1989 – 1997 : Professeur Mohamed Tahar ALAOUI
1997 – 2003 : Professeur Abdelmajid BELMAHI
2003 – 2013 : Professeur Najia HAJJAJ - HASSOUNI
ADMINISTRATION :
Doyen
: Professeur Mohamed ADNAOUI
Vice Doyen chargé des Affaires Académiques et estudiantines
Professeur Mohammed AHALLAT
Vice Doyen chargé de la Recherche et de la Coopération
Professeur Taoufiq DAKKA
Vice Doyen chargé des Affaires Spécifiques à la Pharmacie
Professeur Jamal TAOUFIK
Secrétaire Général : Mr. Mohamed KARRA
1- ENSEIGNANTS-CHERCHEURS MEDECINS
ET
PHARMACIENS
PROFESSEURS :
Décembre 1984
Pr. MAAOUNI Abdelaziz
Pr. MAAZOUZI Ahmed Wajdi
Pr. SETTAF Abdellatif
Médecine Interne – Clinique Royale
Anesthésie -Réanimation
pathologie Chirurgicale
Novembre et Décembre 1985
Pr. BENSAID Younes
Pathologie Chirurgicale
Janvier, Février et Décembre 1987
Pr. CHAHED OUAZZANI Houria
Pr. LACHKAR Hassan
Pr. YAHYAOUI Mohamed
Gastro-Entérologie
Médecine Interne
Neurologie
Décembre 1988
Pr. BENHAMAMOUCH Mohamed Najib
Pr. DAFIRI Rachida
Décembre 1989
Pr. ADNAOUI Mohamed
Pr. CHAD Bouziane
Pr. OUAZZANI Taïbi Mohamed Réda
Chirurgie Pédiatrique
Radiologie
Médecine Interne –Doyen de la FMPR
Pathologie Chirurgicale
Neurologie
Janvier et Novembre 1990
Pr. CHKOFF Rachid
Pr. HACHIM Mohammed*
Pr. KHARBACH Aîcha
Pr. MANSOURI Fatima
Pr. TAZI Saoud Anas
Pathologie Chirurgicale
Médecine-Interne
Gynécologie -Obstétrique
Anatomie-Pathologique
Anesthésie Réanimation
Février Avril Juillet et Décembre 1991
Pr. AL HAMANY Zaîtounia
Pr. AZZOUZI Abderrahim
Pr. BAYAHIA Rabéa
Pr. BELKOUCHI Abdelkader
Pr. BENCHEKROUN Belabbes Abdellatif
Pr. BENSOUDA Yahia
Pr. BERRAHO Amina
Pr. BEZZAD Rachid
Pr. CHABRAOUI Layachi
Pr. CHERRAH Yahia
Pr. CHOKAIRI Omar
Pr. KHATTAB Mohamed
Pr. SOULAYMANI Rachida
Pr. TAOUFIK Jamal
Anatomie-Pathologique
Anesthésie Réanimation –Doyen de la FMPO
Néphrologie
Chirurgie Générale
Chirurgie Générale
Pharmacie galénique
Ophtalmologie
Gynécologie Obstétrique
Biochimie et Chimie
Pharmacologie
Histologie Embryologie
Pédiatrie
Pharmacologie – Dir. du Centre National PV
Chimie thérapeutique V.D à la pharmacie+Dir du
CEDOC
Décembre 1992
Pr. AHALLAT Mohamed
Pr. BENSOUDA Adil
Pr. BOUJIDA Mohamed Najib
Pr. CHAHED OUAZZANI Laaziza
Pr. CHRAIBI Chafiq
Pr. DEHAYNI Mohamed*
Pr. EL OUAHABI Abdessamad
Pr. FELLAT Rokaya
Pr. GHAFIR Driss*
Pr. JIDDANE Mohamed
Pr. TAGHY Ahmed
Pr. ZOUHDI Mimoun
Chirurgie Générale V.D Aff. Acad. et Estud
Anesthésie Réanimation
Radiologie
Gastro-Entérologie
Gynécologie Obstétrique
Gynécologie Obstétrique
Neurochirurgie
Cardiologie
Médecine Interne
Anatomie
Chirurgie Générale
Microbiologie
Mars 1994
Pr. BENJAAFAR Noureddine
Pr. BEN RAIS Nozha
Pr. CAOUI Malika
Pr. CHRAIBI Abdelmjid
Radiothérapie
Biophysique
Biophysique
Endocrinologie et Maladies Métaboliques Doyen de la
Pr. EL AMRANI Sabah
Pr. EL BARDOUNI Ahmed
Pr. EL HASSANI My Rachid
Pr. ERROUGANI Abdelkader
Pr. ESSAKALI Malika
Gynécologie Obstétrique
Traumato-Orthopédie
Radiologie
Chirurgie Générale- Directeur CHIS
Immunologie
FMPA
Pr. ETTAYEBI Fouad
Pr. HADRI Larbi*
Pr. HASSAM Badredine
Pr. IFRINE Lahssan
Pr. JELTHI Ahmed
Pr. MAHFOUD Mustapha
Pr. RHRAB Brahim
Pr. SENOUCI Karima
Mars 1994
Pr. ABBAR Mohamed*
Pr. ABDELHAK M’barek
Pr. BELAIDI Halima
Pr. BENTAHILA Abdelali
Pr. BENYAHIA Mohammed Ali
Pr. BERRADA Mohamed Saleh
Pr. CHAMI Ilham
Pr. CHERKAOUI Lalla Ouafae
Pr. JALIL Abdelouahed
Pr. LAKHDAR Amina
Pr. MOUANE Nezha
Mars 1995
Pr. ABOUQUAL Redouane
Pr. AMRAOUI Mohamed
Pr. BAIDADA Abdelaziz
Pr. BARGACH Samir
Pr. CHAARI Jilali*
Pr. DIMOU M’barek*
Pr. DRISSI KAMILI Med Nordine*
Pr. EL MESNAOUI Abbes
Pr. ESSAKALI HOUSSYNI Leila
Pr. HDA Abdelhamid*
Pr. IBEN ATTYA ANDALOUSSI Ahmed
Pr. OUAZZANI CHAHDI Bahia
Pr. SEFIANI Abdelaziz
Pr. ZEGGWAGH Amine Ali
Chirurgie Pédiatrique
Médecine Interne
Dermatologie
Chirurgie Générale
Anatomie Pathologique
Traumatologie – Orthopédie
Gynécologie –Obstétrique
Dermatologie
Urologie
Chirurgie – Pédiatrique
Neurologie
Pédiatrie
Gynécologie – Obstétrique
Traumatologie – Orthopédie
Radiologie
Ophtalmologie
Chirurgie Générale
Gynécologie Obstétrique
Pédiatrie
Réanimation Médicale
Chirurgie Générale
Gynécologie Obstétrique
Gynécologie Obstétrique
Médecine Interne
Anesthésie Réanimation
Anesthésie Réanimation
Chirurgie Générale
Oto-Rhino-Laryngologie
Cardiologie - Directeur HMI Med V
Urologie
Ophtalmologie
Génétique
Réanimation Médicale
Décembre 1996
Pr. AMIL Touriya*
Pr. BELKACEM Rachid
Pr. BOULANOUAR Abdelkrim
Pr. EL ALAMI EL FARICHA EL Hassan
Pr. GAOUZI Ahmed
Pr. MAHFOUDI M’barek*
Pr. OUADGHIRI Mohamed
Pr. OUZEDDOUN Naima
Pr. ZBIR EL Mehdi*
Radiologie
Chirurgie Pédiatrie
Ophtalmologie
Chirurgie Générale
Pédiatrie
Radiologie
Traumatologie-Orthopédie
Néphrologie
Cardiologie
Novembre 1997
Pr. ALAMI Mohamed Hassan
Pr. BEN SLIMANE Lounis
Pr. BIROUK Nazha
Gynécologie-Obstétrique
Urologie
Neurologie
Pr. ERREIMI Naima
Pr. FELLAT Nadia
Pr. HAIMEUR Charki*
Pr. KADDOURI Noureddine
Pr. KOUTANI Abdellatif
Pr. LAHLOU Mohamed Khalid
Pr. MAHRAOUI CHAFIQ
Pr. TAOUFIQ Jallal
Pr. YOUSFI MALKI Mounia
Pédiatrie
Cardiologie
Anesthésie Réanimation
Chirurgie Pédiatrique
Urologie
Chirurgie Générale
Pédiatrie
Psychiatrie
Gynécologie Obstétrique
Novembre 1998
Pr. AFIFI RAJAA
Pr. BENOMAR ALI
Pr. BOUGTAB Abdesslam
Pr. ER RIHANI Hassan
Pr. BENKIRANE Majid*
Pr. KHATOURI ALI*
Gastro-Entérologie
Neurologie – Doyen de la FMP Abulcassis
Chirurgie Générale
Oncologie Médicale
Hématologie
Cardiologie
Janvier 2000
Pr. ABID Ahmed*
Pr. AIT OUMAR Hassan
Pr. BENJELLOUN Dakhama Badr.Sououd
Pr. BOURKADI Jamal-Eddine
Pr. CHARIF CHEFCHAOUNI Al Montacer
Pr. ECHARRAB El Mahjoub
Pr. EL FTOUH Mustapha
Pr. EL MOSTARCHID Brahim*
Pr. ISMAILI Hassane*
Pr. MAHMOUDI Abdelkrim*
Pr. TACHINANTE Rajae
Pr. TAZI MEZALEK Zoubida
Pneumophtisiologie
Pédiatrie
Pédiatrie
Pneumo-phtisiologie
Chirurgie Générale
Chirurgie Générale
Pneumo-phtisiologie
Neurochirurgie
Traumatologie Orthopédie- Dir. Hop. Av. Marr.
Anesthésie-Réanimation Inspecteur du SSM
Anesthésie-Réanimation
Médecine Interne
Novembre 2000
Pr. AIDI Saadia
Pr. AJANA Fatima Zohra
Pr. BENAMR Said
Pr. CHERTI Mohammed
Pr. ECH-CHERIF EL KETTANI Selma
Pr. EL HASSANI Amine
Pr. EL KHADER Khalid
Pr. EL MAGHRAOUI Abdellah*
Pr. GHARBI Mohamed El Hassan
Pr. MAHASSINI Najat
Pr. MDAGHRI ALAOUI Asmae
Pr. ROUIMI Abdelhadi*
Neurologie
Gastro-Entérologie
Chirurgie Générale
Cardiologie
Anesthésie-Réanimation
Pédiatrie Directeur Hop. Chekikh Zaied
Urologie
Rhumatologie
Endocrinologie et Maladies Métaboliques
Anatomie Pathologique
Pédiatrie
Neurologie
Décembre 2000
Pr. ZOHAIR ABDELAH*
ORL
Décembre 2001
Pr. BALKHI Hicham*
Pr. BENABDELJLIL Maria
Pr. BENAMAR Loubna
Pr. BENAMOR Jouda
Pr. BENELBARHDADI Imane
Pr. BENNANI Rajae
Pr. BENOUACHANE Thami
Pr. BEZZA Ahmed*
Pr. BOUCHIKHI IDRISSI Med Larbi
Pr. BOUMDIN El Hassane*
Pr. CHAT Latifa
Pr. DAALI Mustapha*
Pr. DRISSI Sidi Mourad*
Pr. EL HIJRI Ahmed
Pr. EL MAAQILI Moulay Rachid
Pr. EL MADHI Tarik
Pr. EL OUNANI Mohamed
Pr. ETTAIR Said
Pr. GAZZAZ Miloudi*
Pr. HRORA Abdelmalek
Pr. KABBAJ Saad
Pr. KABIRI EL Hassane*
Pr. LAMRANI Moulay Omar
Pr. LEKEHAL Brahim
Pr. MAHASSIN Fattouma*
Pr. MEDARHRI Jalil
Pr. MIKDAME Mohammed*
Pr. MOHSINE Raouf
Pr. NOUINI Yassine
Pr. SABBAH Farid
Pr. SEFIANI Yasser
Pr. TAOUFIQ BENCHEKROUN Soumia
Anesthésie-Réanimation
Neurologie
Néphrologie
Pneumo-phtisiologie
Gastro-Entérologie
Cardiologie
Pédiatrie
Rhumatologie
Anatomie
Radiologie
Radiologie
Chirurgie Générale
Radiologie
Anesthésie-Réanimation
Neuro-Chirurgie
Chirurgie-Pédiatrique
Chirurgie Générale
Pédiatrie Directeur. Hop.d’Enfants
Neuro-Chirurgie
Chirurgie Générale
Anesthésie-Réanimation
Chirurgie Thoracique
Traumatologie Orthopédie
Chirurgie Vasculaire Périphérique
Médecine Interne
Chirurgie Générale
Hématologie Clinique
Chirurgie Générale
Urologie Directeur Hôpital Ibn Sina
Chirurgie Générale
Chirurgie Vasculaire Périphérique
Pédiatrie
Décembre 2002
Pr. AL BOUZIDI Abderrahmane*
Pr. AMEUR Ahmed *
Pr. AMRI Rachida
Pr. AOURARH Aziz*
Pr. BAMOU Youssef *
Pr. BELMEJDOUB Ghizlene*
Pr. BENZEKRI Laila
Pr. BENZZOUBEIR Nadia
Pr. BERNOUSSI Zakiya
Pr. BICHRA Mohamed Zakariya*
Pr. CHOHO Abdelkrim *
Pr. CHKIRATE Bouchra
Pr. EL ALAMI EL FELLOUS Sidi Zouhair
Pr. EL HAOURI Mohamed *
Anatomie Pathologique
Urologie
Cardiologie
Gastro-Entérologie
Biochimie-Chimie
Endocrinologie et Maladies Métaboliques
Dermatologie
Gastro-Entérologie
Anatomie Pathologique
Psychiatrie
Chirurgie Générale
Pédiatrie
Chirurgie Pédiatrique
Dermatologie
Pr. FILALI ADIB Abdelhai
Pr. HAJJI Zakia
Pr. IKEN Ali
Pr. JAAFAR Abdeloihab*
Pr. KRIOUILE Yamina
Pr. LAGHMARI Mina
Pr. MABROUK Hfid*
Pr. MOUSSAOUI RAHALI Driss*
Pr. OUJILAL Abdelilah
Pr. RACHID Khalid *
Pr. RAISS Mohamed
Pr. RGUIBI IDRISSI Sidi Mustapha*
Pr. RHOU Hakima
Pr. SIAH Samir *
Pr. THIMOU Amal
Pr. ZENTAR Aziz*
Gynécologie Obstétrique
Ophtalmologie
Urologie
Traumatologie Orthopédie
Pédiatrie
Ophtalmologie
Traumatologie Orthopédie
Gynécologie Obstétrique
Oto-Rhino-Laryngologie
Traumatologie Orthopédie
Chirurgie Générale
Pneumophtisiologie
Néphrologie
Anesthésie Réanimation
Pédiatrie
Chirurgie Générale
Janvier 2004
Pr. ABDELLAH El Hassan
Pr. AMRANI Mariam
Pr. BENBOUZID Mohammed Anas
Pr. BENKIRANE Ahmed*
Pr. BOUGHALEM Mohamed*
Pr. BOULAADAS Malik
Pr. BOURAZZA Ahmed*
Pr. CHAGAR Belkacem*
Pr. CHERRADI Nadia
Pr. EL FENNI Jamal*
Pr. EL HANCHI ZAKI
Pr. EL KHORASSANI Mohamed
Pr. EL YOUNASSI Badreddine*
Pr. HACHI Hafid
Pr. JABOUIRIK Fatima
Pr. KHARMAZ Mohamed
Pr. MOUGHIL Said
Pr. OUBAAZ Abdelbarre*
Pr. TARIB Abdelilah*
Pr. TIJAMI Fouad
Pr. ZARZUR Jamila
Ophtalmologie
Anatomie Pathologique
Oto-Rhino-Laryngologie
Gastro-Entérologie
Anesthésie Réanimation
Stomatologie et Chirurgie Maxillo-faciale
Neurologie
Traumatologie Orthopédie
Anatomie Pathologique
Radiologie
Gynécologie Obstétrique
Pédiatrie
Cardiologie
Chirurgie Générale
Pédiatrie
Traumatologie Orthopédie
Chirurgie Cardio-Vasculaire
Ophtalmologie
Pharmacie Clinique
Chirurgie Générale
Cardiologie
Janvier 2005
Pr. ABBASSI Abdellah
Pr. AL KANDRY Sif Eddine*
Pr. ALLALI Fadoua
Pr. AMAZOUZI Abdellah
Pr. AZIZ Noureddine*
Pr. BAHIRI Rachid
Pr. BARKAT Amina
Pr. BENYASS Aatif
Pr. BERNOUSSI Abdelghani
Chirurgie Réparatrice et Plastique
Chirurgie Générale
Rhumatologie
Ophtalmologie
Radiologie
Rhumatologie
Pédiatrie
Cardiologie
Ophtalmologie
Pr. DOUDOUH Abderrahim*
Pr. EL HAMZAOUI Sakina*
Pr. HAJJI Leila
Pr. HESSISSEN Leila
Pr. JIDAL Mohamed*
Pr. LAAROUSSI Mohamed
Pr. LYAGOUBI Mohammed
Pr. NIAMANE Radouane*
Pr. RAGALA Abdelhak
Pr. SBIHI Souad
Pr. ZERAIDI Najia
Biophysique
Microbiologie
Cardiologie
(mise en disponibilité)
Pédiatrie
Radiologie
Chirurgie Cardio-vasculaire
Parasitologie
Rhumatologie
Gynécologie Obstétrique
Histo-Embryologie Cytogénétique
Gynécologie Obstétrique
Décembre 2005
Pr. CHANI Mohamed
Anesthésie Réanimation
Avril 2006
Pr. ACHEMLAL Lahsen*
Pr. AKJOUJ Said*
Pr. BELMEKKI Abdelkader*
Pr. BENCHEIKH Razika
Pr. BIYI Abdelhamid*
Pr. BOUHAFS Mohamed El Amine
Pr. BOULAHYA Abdellatif*
Pr. CHENGUETI ANSARI Anas
Pr. DOGHMI Nawal
Pr. FELLAT Ibtissam
Pr. FAROUDY Mamoun
Pr. HARMOUCHE Hicham
Pr. HANAFI Sidi Mohamed*
Pr. IDRISS LAHLOU Amine*
Pr. JROUNDI Laila
Pr. KARMOUNI Tariq
Pr. KILI Amina
Pr. KISRA Hassan
Pr. KISRA Mounir
Pr. LAATIRIS Abdelkader*
Pr. LMIMOUNI Badreddine*
Pr. MANSOURI Hamid*
Pr. OUANASS Abderrazzak
Pr. SAFI Soumaya*
Pr. SEKKAT Fatima Zahra
Pr. SOUALHI Mouna
Pr. TELLAL Saida*
Pr. ZAHRAOUI Rachida
Rhumatologie
Radiologie
Hématologie
O.R.L
Biophysique
Chirurgie - Pédiatrique
Chirurgie Cardio – Vasculaire
Gynécologie Obstétrique
Cardiologie
Cardiologie
Anesthésie Réanimation
Médecine Interne
Anesthésie Réanimation
Microbiologie
Radiologie
Urologie
Pédiatrie
Psychiatrie
Chirurgie – Pédiatrique
Pharmacie Galénique
Parasitologie
Radiothérapie
Psychiatrie
Endocrinologie
Psychiatrie
Pneumo – Phtisiologie
Biochimie
Pneumo – Phtisiologie
Octobre 2007
Pr. ABIDI Khalid
Pr. ACHACHI Leila
Pr. ACHOUR Abdessamad*
Pr. AIT HOUSSA Mahdi*
Pr. AMHAJJI Larbi*
Réanimation médicale
Pneumo phtisiologie
Chirurgie générale
Chirurgie cardio vasculaire
Traumatologie orthopédie
Pr. AOUFI Sarra
Pr. BAITE Abdelouahed*
Pr. BALOUCH Lhousaine*
Pr. BENZIANE Hamid*
Pr. BOUTIMZINE Nourdine
Pr. CHARKAOUI Naoual*
Pr. EHIRCHIOU Abdelkader*
Pr. ELABSI Mohamed
Pr. EL MOUSSAOUI Rachid
Pr. EL OMARI Fatima
Pr. GHARIB Noureddine
Pr. HADADI Khalid*
Pr. ICHOU Mohamed*
Pr. ISMAILI Nadia
Pr. KEBDANI Tayeb
Pr. LALAOUI SALIM Jaafar*
Pr. LOUZI Lhoussain*
Pr. MADANI Naoufel
Pr. MAHI Mohamed*
Pr. MARC Karima
Pr. MASRAR Azlarab
Pr. MRABET Mustapha*
Pr. MRANI Saad*
Pr. OUZZIF Ez zohra*
Pr. RABHI Monsef*
Pr. RADOUANE Bouchaib*
Pr. SEFFAR Myriame
Pr. SEKHSOKH Yessine*
Pr. SIFAT Hassan*
Pr. TABERKANET Mustafa*
Pr. TACHFOUTI Samira
Pr. TAJDINE Mohammed Tariq*
Pr. TANANE Mansour*
Pr. TLIGUI Houssain
Pr. TOUATI Zakia
Parasitologie
Anesthésie réanimation Directeur ERSM
Biochimie-chimie
Pharmacie clinique
Ophtalmologie
Pharmacie galénique
Chirurgie générale
Chirurgie générale
Anesthésie réanimation
Psychiatrie
Chirurgie plastique et réparatrice
Radiothérapie
Oncologie médicale
Dermatologie
Radiothérapie
Anesthésie réanimation
Microbiologie
Réanimation médicale
Radiologie
Pneumo phtisiologie
Hématologique
Médecine préventive santé publique et hygiène
Virologie
Biochimie-chimie
Médecine interne
Radiologie
Microbiologie
Microbiologie
Radiothérapie
Chirurgie vasculaire périphérique
Ophtalmologie
Chirurgie générale
Traumatologie orthopédie
Parasitologie
Cardiologie
Décembre 2007
Pr. DOUHAL ABDERRAHMAN
Décembre 2008
Ophtalmologie
Pr ZOUBIR Mohamed*
Pr TAHIRI My El Hassan*
Mars 2009
Pr. ABOUZAHIR Ali*
Pr. AGDR Aomar*
Anesthésie Réanimation
Chirurgie Générale
Médecine interne
Pédiatre
Pr. AIT ALI Abdelmounaim*
Pr. AIT BENHADDOU El hachmia
Pr. AKHADDAR Ali*
Pr. ALLALI Nazik
Pr. AMINE Bouchra
Pr. ARKHA Yassir
Pr. BELYAMANI Lahcen*
Pr. BJIJOU Younes
Pr. BOUHSAIN Sanae*
Pr. BOUI Mohammed*
Pr. BOUNAIM Ahmed*
Pr. BOUSSOUGA Mostapha*
Pr. CHAKOUR Mohammed *
Pr. CHTATA Hassan Toufik*
Pr. DOGHMI Kamal*
Pr. EL MALKI Hadj Omar
Pr. EL OUENNASS Mostapha*
Pr. ENNIBI Khalid*
Pr. FATHI Khalid
Pr. HASSIKOU Hasna *
Pr. KABBAJ Nawal
Pr. KABIRI Meryem
Pr. KARBOUBI Lamya
Pr. L’KASSIMI Hachemi*
Pr. LAMSAOURI Jamal*
Pr. MARMADE Lahcen
Pr. MESKINI Toufik
Pr. MESSAOUDI Nezha *
Pr. MSSROURI Rahal
Pr. NASSAR Ittimade
Pr. OUKERRAJ Latifa
Pr. RHORFI Ismail Abderrahmani *
PROFESSEURS AGREGES :
Octobre 2010
Chirurgie Générale
Neurologie
Neuro-chirurgie
Radiologie
Rhumatologie
Neuro-chirurgie
Anesthésie Réanimation
Anatomie
Biochimie-chimie
Dermatologie
Chirurgie Générale
Traumatologie orthopédique
Hématologie biologique
Chirurgie vasculaire périphérique
Hématologie clinique
Chirurgie Générale
Microbiologie
Médecine interne
Gynécologie obstétrique
Rhumatologie
Gastro-entérologie
Pédiatrie
Pédiatrie
Microbiologie Directeur Hôpital My Ismail
Chimie Thérapeutique
Chirurgie Cardio-vasculaire
Pédiatrie
Hématologie biologique
Chirurgie Générale
Radiologie
Cardiologie
Pneumo-phtisiologie
Pr. ALILOU Mustapha
Pr. AMEZIANE Taoufiq*
Pr. BELAGUID Abdelaziz
Pr. BOUAITY Brahim*
Pr. CHADLI Mariama*
Pr. CHEMSI Mohamed*
Pr. DAMI Abdellah*
Pr. DARBI Abdellatif*
Pr. DENDANE Mohammed Anouar
Pr. EL HAFIDI Naima
Pr. EL KHARRAS Abdennasser*
Pr. EL MAZOUZ Samir
Pr. EL SAYEGH Hachem
Pr. ERRABIH Ikram
Pr. LAMALMI Najat
Anesthésie réanimation
Médecine interne
Physiologie
ORL
Microbiologie
Médecine aéronautique
Biochimie chimie
Radiologie
Chirurgie pédiatrique
Pédiatrie
Radiologie
Chirurgie plastique et réparatrice
Urologie
Gastro entérologie
Anatomie pathologique
Pr. MOSADIK Ahlam
Pr. MOUJAHID Mountassir*
Pr. NAZIH Mouna*
Pr. ZOUAIDIA Fouad
Anesthésie Réanimation
Chirurgie générale
Hématologie
Anatomie pathologique
Mai 2012
Pr. AMRANI Abdelouahed
Pr. ABOUELALAA Khalil*
Pr. BELAIZI Mohamed*
Pr. BENCHEBBA Driss*
Pr. DRISSI Mohamed*
Pr. EL ALAOUI MHAMDI Mouna
Pr. EL KHATTABI Abdessadek*
Pr. EL OUAZZANI Hanane*
Pr. ER-RAJI Mounir
Pr. JAHID Ahmed
Pr. MEHSSANI Jamal*
Pr. RAISSOUNI Maha*
Chirurgie Pédiatrique
Anesthésie Réanimation
Psychiatrie
Traumatologie Orthopédique
Anesthésie Réanimation
Chirurgie Générale
Médecine Interne
Pneumophtisiologie
Chirurgie Pédiatrique
Anatomie pathologique
Psychiatrie
Cardiologie
Février 2013
Pr. AHID Samir
Pr. AIT EL CADI Mina
Pr. AMRANI HANCHI Laila
Pr. AMOUR Mourad
Pr. AWAB Almahdi
Pr. BELAYACHI Jihane
Pr. BELKHADIR Zakaria Houssain
Pr. BENCHEKROUN Laila
Pr. BENKIRANE Souad
Pr. BENNANA Ahmed*
0.
Pr. BENSGHIR Mustapha*
Pr. BENYAHIA Mohammed*
Pr. BOUATIA Mustapha
Pr. BOUABID Ahmed Salim*
Pr. BOUTARBOUCH Mahjouba
Pr. CHAIB Ali*
Pr. DENDANE Tarek
Pr. DINI Nouzha*
Pr. ECH-CHERIF EL KETTANI Mohamed Ali
Pr. ECH-CHERIF EL KETTANI Najwa
Pr. ELFATEMI Nizare
Pr. EL GUERROUJ Hasnae
Pr. EL HARTI Jaouad
Pr. EL JOUDI Rachid*
Pr. EL KABABRI Maria
Pr. EL KHANNOUSSI Basma
Pharmacologie – Chimie
Toxicologie
Gastro-Entérologie
Anesthésie Réanimation
Anesthésie Réanimation
Réanimation Médicale
Anesthésie Réanimation
Biochimie-Chimie
Hématologie
Informatique Pharmaceutique
Anesthésie Réanimation
Néphrologie
Chimie Analytique
Traumatologie Orthopédie
Anatomie
Cardiologie
Réanimation Médicale
Pédiatrie
Anesthésie Réanimation
Radiologie
Neuro-Chirurgie
Médecine Nucléaire
Chimie Thérapeutique
Toxicologie
Pédiatrie
Anatomie Pathologie
Pr. EL KHLOUFI Samir
Pr. EL KORAICHI Alae
Pr. EN-NOUALI Hassane*
Pr. ERRGUIG Laila
Pr. FIKRI Meryim
Pr. GHFIR Imade
Pr. IMANE Zineb
Pr. IRAQI Hind
Pr. KABBAJ Hakima
Pr. KADIRI Mohamed*
Pr. LATIB Rachida
Pr. MAAMAR Mouna Fatima Zahra
Pr. MEDDAH Bouchra
Pr. MELHAOUI Adyl
Pr. MRABTI Hind
Pr. NEJJARI Rachid
Pr. OUBEJJA Houda
Pr. OUKABLI Mohamed*
Pr. RAHALI Younes
Pr. RATBI Ilham
Pr. RAHMANI Mounia
Pr. REDA Karim*
Pr. REGRAGUI Wafa
Pr. RKAIN Hanan
Pr. ROSTOM Samira
Pr. ROUAS Lamiaa
Pr. ROUIBAA Fedoua*
Pr. SALIHOUN Mouna
Pr. SAYAH Rochde
Pr. SEDDIK Hassan*
Pr. ZERHOUNI Hicham
Pr. ZINE Ali*
Anatomie
Anesthésie Réanimation
Radiologie
Physiologie
Radiologie
Médecine Nucléaire
Pédiatrie
Endocrinologie et maladies métaboliques
Microbiologie
Psychiatrie
Radiologie
Médecine Interne
Pharmacologie
Neuro-chirurgie
Oncologie Médicale
Pharmacognosie
Chirurgie Pédiatrique
Anatomie Pathologique
Pharmacie Galénique
Génétique
Neurologie
Ophtalmologie
Neurologie
Physiologie
Rhumatologie
Anatomie Pathologique
Gastro-Entérologie
Gastro-Entérologie
Chirurgie Cardio-Vasculaire
Gastro-Entérologie
Chirurgie Pédiatrique
Traumatologie Orthopédie
Avril 2013
Pr. EL KHATIB Mohamed Karim*
Pr. GHOUNDALE Omar*
Pr. ZYANI Mohammad*
Stomatologie et Chirurgie Maxillo-faciale
Urologie
Médecine Interne
*Enseignants Militaires
MARS 2014
ACHIR ABDELLAH
BENCHAKROUN MOHAMMED
BOUCHIKH MOHAMMED
EL KABBAJ DRISS
EL MACHTANI IDRISSI SAMIRA
HARDIZI HOUYAM
HASSANI AMALE
HERRAK LAILA
JANANE ABDELLA TIF
JEAIDI ANASS
KOUACH JAOUAD
LEMNOUER ABDELHAY
MAKRAM SANAA
OULAHYANE RACHID
RHISSASSI MOHAMED JMFAR
SABRY MOHAMED
SEKKACH YOUSSEF
TAZL MOUKBA. :LA.KLA.
Chirurgie Thoracique
Traumatologie- Orthopédie
Chirurgie Thoracique
Néphrologie
Biochimie-Chimie
Histologie- Embryologie-Cytogénétique
Pédiatrie
Pneumologie
Urologie
Hématologie Biologique
Génécologie-Obstétrique
Microbiologie
Pharmacologie
Chirurgie Pédiatrique
CCV
Cardiologie
Médecine Interne
Génécologie-Obstétrique
*Enseignants Militaires
DECEMBRE 2014
ABILKACEM RACHID'
AIT BOUGHIMA FADILA
BEKKALI HICHAM
BENAZZOU SALMA
BOUABDELLAH MOUNYA
BOUCHRIK MOURAD
DERRAJI SOUFIANE
DOBLALI TAOUFIK
EL AYOUBI EL IDRISSI ALI
EL GHADBANE ABDEDAIM HATIM
EL MARJANY MOHAMMED
FE]JAL NAWFAL
JAHIDI MOHAMED
LAKHAL ZOUHAIR
OUDGHIRI NEZHA
Rami Mohamed
SABIR MARIA
SBAI IDRISSI KARIM
*Enseignants Militaires
Pédiatrie
Médecine Légale
Anesthésie-Réanimation
Chirurgie Maxillo-Faciale
Biochimie-Chimie
Parasitologie
Pharmacie Clinique
Microbiologie
Anatomie
Anesthésie-Réanimation
Radiothérapie
Chirurgie Réparatrice et Plastique
O.R.L
Cardiologie
Anesthésie-Réanimation
Chirurgie Pédiatrique
Psychiatrie
Médecine préventive, santé publique et Hyg.
AOUT 2015
Meziane meryem
Tahri latifa
Dermatologie
Rhumatologie
JANVIER 2016
BENKABBOU AMINE
EL ASRI FOUAD
ERRAMI NOUREDDINE
NITASSI SOPHIA
Chirurgie Générale
Ophtalmologie
O.R.L
O.R.L
2- ENSEIGNANTS – CHERCHEURS SCIENTIFIQUES
PROFESSEURS / PRs. HABILITES
Pr. ABOUDRAR Saadia
Pr. ALAMI OUHABI Naima
Pr. ALAOUI KATIM
Pr. ALAOUI SLIMANI Lalla Naïma
Pr. ANSAR M’hammed
Pr. BOUHOUCHE Ahmed
Pr. BOUKLOUZE Abdelaziz
Pr. BOURJOUANE Mohamed
Pr. CHAHED OUAZZANI Lalla Chadia
Pr. DAKKA Taoufiq
Pr. DRAOUI Mustapha
Pr. EL GUESSABI Lahcen
Pr. ETTAIB Abdelkader
Pr. FAOUZI Moulay El Abbes
Pr. HAMZAOUI Laila
Pr. HMAMOUCHI Mohamed
Pr. IBRAHIMI Azeddine
Pr. KHANFRI Jamal Eddine
Pr. OULAD BOUYAHYA IDRISSI Med
Pr. REDHA Ahlam
Pr. TOUATI Driss
Pr. ZAHIDI Ahmed
Pr. ZELLOU Amina
Physiologie
Biochimie – chimie
Pharmacologie
Histologie-Embryologie
Chimie Organique et Pharmacie Chimique
Génétique Humaine
Applications Pharmaceutiques
Microbiologie
Biochimie – chimie
Physiologie
Chimie Analytique
Pharmacognosie
Zootechnie
Pharmacologie
Biophysique
Chimie Organique
Biologie moléculaire
Biologie
Chimie Organique
Chimie
Pharmacognosie
Pharmacologie
Chimie Organique
Mise à jour le 14/12/2016 par le
Service des Ressources Humaines
A ceux qui me sont les plus chers
A ceux qui toujours crus en moi
A ceux qui m’ont toujours encouragé
Je dédie cette thèse à …
A mes très chères parents
El Ouassil Zahra
El Karaoui Abdellah
Aucune phrase, aucun mot ne saurait exprimer à sa juste valeur le
respect et l'amour que je vous porte.
Vous m'avez entouré d'une grande affection, et vous avez été
toujours pour moi un grand support dans mes moments les plus
difficiles.
Sans vos précieux conseils, vos prières,votre générosité et votre
dévouement, je n'aurais pu surmonter le stress de ces longues années
d'étude.
Vous m'avez apporté toute la tendresse et l'affection dont j'ai eu
besoin. Vous avez veillé sur mon éducation avec le plus grand soin.
Vous êtes pour moi l'exemple de droiture, de lucidité et de
persévérance.
A travers ce modeste travail, je vous remercie et prie dieu le tout
puissant qu'il vous garde en bonne santé et vous procure une longue vie
que je puisse vous combler à mon tour.
Sans vous je ne suis rien. Je vous dois tout.
A ma très chère sœur Imane El Karaoui
Ma perle , mon trésor le plus précieux qu’on ai pu m’ofrire !
je remerci dieu et mes parents de t’avoir comme sœur ,
l’unique qui peut exister , tu es la plus grande preuve de chance
que j’ai pu avoir dans ma vie ! aucun mot ne pourra jamais décrir
l’immense amour que je te porte.
A mon chèr frère , Karim El Karaoui
A mon petit rayon de soleil , tu as illuminé ma vie depuis que tu es né ,
Ma petite boué de secours, tu as toujours sus te rendre utile aux
moments dificiles .
Que dieu te protege et veille sur toi
A ma chère tante,El Ouassil Souad
Une seconde maman déguisée en copine ; merci d’avoir toujours été
là pour moi, meme quand les conséquences étaient dures .
A mon oncle El Ouassil Said
Merci pour ton inconditionnel soutien
A tous mes cousins et cousines
Avec toute mon affection.
A tous les membres de la famille.
A une personne tres spéciale
Ayoub El Bakal
A mes ami(e)s : Imane Radouane , Yousra El Khayat , Salma El Kadiri,
Zineb El Aoud , Mehdi El Khadir, Hind Gheit ,Ilyas Omar El
Moukhtari,
Je ne peux trouver les mots justes et sincères
pour vous exprimer mon affection et mes pensées, vous êtes pour moi des
anges que dieu m’a envoyé, sur qui je peux compter.
Vous avez illuminé ces longues années , vous avez rendu mes jours
meilleurs.
En témoignage de l’amitié qui nous uni et des souvenirs de tous les
moments que nous avons passés ensemble, je vous dédie ce travail et je
vous souhaite une vie pleine de santé et de bonheur.
A toute personne qui a contribué de près
ou de loin à la réalisation de ce travail
A tous ceux à qui je pense
et que j’ai omis de citer.
Remerciements
A mon Maître et Président de thèse
Monsieur le Professeur A. BENTAHILA
Professeur de pédiaterie
Vous avez bien voulu me faire honneur en acceptant
de présider le Jury de ma thèse.
Vos qualités humaines et professionnelles sont pour
nous un exemple à suivre.
Soyez assuré de ma vive reconnaissance
et de mon profond respect.
A mon Maître et rapporteur de thèse
Monsieur le Professeur AHMED GAOUZI
Professeur de pédiaterie
Vous avez bien voulu me confier ce travail riche
d’intérêt et me guider à chaque étape de sa réalisation.
Vous m’avez toujours réservé le meilleur accueil,
malgré vos obligations professionnelles.
Vos encouragements inlassables, votre amabilité,
votre gentillesse méritent toute admiration.
Je saisis cette occasion pour vous exprimer ma profonde
gratitude tout en vous témoignant mon respect.
A mon Maître et juge de thèse
Madame F.JABOURIK
Professeur de pédiaterie
Nous vous remercions chaleureusement pour le privilège
que vous nous avez accordé en siégeant parmi le jury de cette thèse.
Nous admirons en votre compétence et vôtre extrême amabilité.
Permettez-nous de vous exprimer notre gratitude
et nos remerciements les plus sincères.
A mon Maître et juge de thèse
Madame S.TELLAL
Professeur de biochimie
Je suis particulièrement heureux et honoré
que vous avez bien accepté de juger ma thèse.
J’ai été particulièrement touché par la simplicité,
la gentillesse et la rigueur de travail qui vous caractérisent.
Permettez-moi de vous exprimer mon profond respect et vive
reconnaissance.
A mon Maître et juge de thèse
Madame A.Thimou IZGUA
Professeur de pédiaterie
Je suis très sensible à l’honneur que vous me faites
en acceptant de juger ma thèse.
J’ai admiré et apprécié vos qualités d’enseignant
et de médecin, votre dynamisme et votre extrême humanisme et
sympathie, au cours de mon passage d’interne dans votre service.
Veuillez trouver ici, cher maître, l’expression
de ma vive reconnaissance et ma gratitude.
Liste des abreviations
11β OH
: 11 β hydroxylase
17OHP
: 17 hydroxy progestérone
17α OHP
: 17 alpha hydroxy progestérone
21OH
: 21 hydroxylase
ACTH
: hormone adrenocorticotropique
AMM
: autorisation de mise sur le marche
AO
: âge osseux
CYP 17
: gène de la 17 α hydroxylase
CYP11B2
: gène de la 11 β hydroxystéroïdes déshydrogénase
CYP21
: gène de la 21 hydroxylase
DHA
: déshydratation aigue
DHT
: dihydrotestostérone
DMO
: densité minerale osseuse
DOC
: désoxycorticostérone
DS
: déviation standard
DSD
:désordres du développement sexuel
E
: oestradiol
ER
: récepteur a l’oestradiol
FC
: fréquence cardiaque
FSH
: follicule stimulating hormone
GB
: globule blanc
GnRH
: gonadotropin-releasing hormone
Hb
: hémoglobin
HCS
: hyperplasie congénitale des surrénales
HTA
: hypertension artérielle
IMC
: indice de masse corporelle
IV
: intraveineuse
LH
: hormone lutéale
NADPH
: nicotinamide adénosine dinucléotide phosphate
NDC
: nerf dorsal du clitoris
NFS
: numération formule sanguine
OGE
: organes génitaux externes
P
: progestérone
P450C17
: cytochrome P450 17
P450C21
: cytochrome P450 21
Plq
: plaquette
PPC
: puberté précoce centrale
RA
: récepteur d’androgènes.
S-DHEA
: dihydroepiandrostenedione sulfate
SDN
: sexually dimorphic nucleus
SF1
: stéroïdogénic factor 1
SF1-
: stéroïdogénic factor 1 negatif
SOPK
: syndrome des ovaires polykystiques
STAR
: stéroïdogenic acute regulatory protein
Supl
: supplémentassions
T
: testostérone
TA
: tension artérielle
VC
: vitesse de croissance
VGM
: volume globulaire moyen
Sommaire
INTRODUCTION......................................................................................................1
RAPPELS ...................................................................................................................4
MATERIEL ET METHODES ................................................................................ 18
RESULTATS ........................................................................................................... 21
OBSERVATION 1 .................................................................................................22
OBSERVATION 2 : ............................................................................................... 29
OBSERVATION 3 .................................................................................................35
OBSERVATION 4 : ............................................................................................... 39
OBSERVATION 5 : ............................................................................................... 45
RESUME DES OBSERVATIONS ......................................................................... 49
DISCUSSION ........................................................................................................... 50
I. DIAGNOSTIC DE L’HYPERPLASIE CONGENITALE DE
LA SURRENALE : ................................................................................................ 51
1. L’HCS par déficit en 21 hydroxylase .............................................................. 51
2. L’HCS par déficit en 11B- hydroxylase : ......................................................... 56
3. Traitement de l’hyperplasie congénitale de la surrénale : .................................57
4. Suivi : .............................................................................................................. 60
II. COMPLICATIONS : ......................................................................................... 62
1- Décompensation aigue avec insuffisance surrénale aigue .............................. 63
2 . Diagnostic tardif après déclaration de sexe masculin de nouveau-né 46 XX ...67
3. Puberté précoce : ............................................................................................. 73
4. Réduction du pronostic de la taille : petite taille finale : .................................82
5. Surpoids/ obésité et syndrome métabolique: .................................................. 90
6. Ostéoporose et ostéopénie : ............................................................................ 94
7. Complications gonadiques ............................................................................... 97
a. Chez la fille ..................................................................................................97
Hyperandrogénie : .................................................................................. 97
Troubles du cycle ................................................................................... 99
Syndrome des ovaires polykystiques .................................................... 101
Infertilité féminine ............................................................................... 102
b. Chez le garcon : ......................................................................................... 107
inclusion testiculaire : ........................................................................... 107
Infertilité .............................................................................................. 111
8. Tumeurs surrénaliennes ................................................................................. 112
9. Complications liés à la chirurgie : .................................................................. 114
10. Complications psychologiques : .................................................................. 119
III. TRANSITION ENTRE LES SERVICES D’ENDOCRINOLOGIE
PEDIATRIQUE ET ADULTE : ........................................................................... 122
1. Définition : .................................................................................................... 123
2. Risque d’une transition inadéquate : .............................................................. 124
3. Problématique de la transition : ..................................................................... 125
4. Barrière au bon déroulement de la transition :................................................ 127
5. Eléments clés pour une transition réussie : ..................................................... 129
a) La préparation ........................................................................................ 129
b) L’implication de la famille : .................................................................... 131
c) La prise de contact avec les soignants adultes : ........................................ 133
d) Le moment du transfert ............................................................................ 135
e) La coordination : ..................................................................................... 137
f)
L’implication du médecin traitant : .......................................................... 139
g) La prise en compte de l’opinion de l’adolescent : .................................... 139
5. Différentes approches de la transition ............................................................ 140
6. Proposition de programme de transition adapté à notre contexte de soins entre
P2 et service endocrino adulte (CHU avicenne, Hopital militaire, endocrinologues
adultes dans les diffréntes régions du Maroc) : .................................................. 142
FICHE DE TRANSITION ................................................................................... 157
CONCLUSION ...................................................................................................... 151
RESUMES .............................................................................................................. 153
BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................. 157
Introduction
1
L’hyperplasie congénitale des surrénales (HCS) est une maladie endocrinienne
génétique à transmission autosomique récessive, qui résulte du déficit d'une des
enzymes de la stéroïdogenèse responsable de la synthèse du cortisol. Cette pathologie
regroupe plusieurs formes cliniques : syndrome de perte de sel, syndrome de
virilisation, HTA et des signes d’hyperandrogénie. Plusieurs formes biologiques et
génétiques existent, qui dépendent du degré de l’atteinte de l’activité enzymatique en
cause, et dans la majorité des cas, il s'agit d'un déficit en 21- hydroxylase (95%), plus
rarement le déficit porte sur la 11β-hydroxylase, la 3β- hydroxystéroïde
déshydrogénase et 17α-hydroxylase. [1,2]
Les hyperplasies congénitales des surrénales sont hétérogènes. La prise en charge
est généralement lourde et nécessite la collaboration entre pédiatre, psychiatre,
chirurgien et endocrinologue dans le cadre d’une équipe multidisciplinaire afin
d’assurer une meilleure prise en charge.
Malgré une thérapie de substitution adéquate, le contrôle de l’hyperplasie
congénitale de la surrénale est souvent difficile et les patients sont à risque de
développer en tandem un hypercorticisme iatrogène et / ou hyperandrogénie, qui sont à
l’origine des différentes complications de la maladie
Du fait de l’amélioration de la prise en charge des nouveau-nés et des enfants
présentant une forme classique d’HCS, se pose actuellement le problème du devenir de
ces patients et de leur suivi à l’âge adulte. La transition du suivi pédiatrique vers celui
des adultes représente une période à haut risque pouvant aller jusqu’à l’interruption
d’un suivi médical spécialisé .
La période de transition entre l’adolescence et l’âge adulte devra être préparée
afin d'organiser le transfert des soins à un service d’endocrinologie adulte.
2
L’objectif de notre étude :
 Décrire les complications de HCS,
 Illustrer les difficultés rencontrées lors du transfert de soins vers les services
d’endocrinologie adulte
 Proposer un programme de transition (fiche de transition) pour faciliter le
transfère chez les endocrinologues adultes
3
Rappels
4
HISTORIQUE :
L’anatomiste Luigi De crecchio a décrit le premier cas d’hyperplasie congénitale
des surrénales en 1865, Il s’agit d’un sujet cryptorchide et hypospade, trapu et barbu.
Chez qui l’autopsie a révélé une augmentation du volume des glandes surrénales et
des organes génitaux internes de type féminin. [3]
Il décrit un cadavre comme ayant un pénis avec des ouvertures urétrales sur sa
face inférieure, des testicules non descendus, un vagin, un utérus, des trompes de
Fallope, des ovaires.
On a signalé que cette personne se comportait comme un mâle tout au long de sa
vie adulte.[4]
En 1952, Jailler et Coll ont décrit pour la première fois La physiopathologie de
l’hyperplasie congénitale des surrénales par déficit en 21-hydroxylase [5]. La même
année a été marquée par le traitement des premiers cas d’hyperplasie congénitales des
surrénales par l’acétate de cortisone et la corticostérone par Wilkins et Coll. [6,7].
Un peu plus de 100 ans plus tard, en 1957, forme non classique de carence en 21hydroxylase a été décrite par Jacques Decourt, Max-Fernand Jayle, et Ettiene
Baulieu.[8]
En 1974, Winter a définit les principes du traitement actuel.
5
En 1977, Pang et Al rendent le dépistage de l’hyperplasie congénitale des
surrénales possible par dosage de la 17-hydroxyprogestérone dans un éluât de sang
séché. Dans la même année Dupont et Coll ont découvert la liaison entre le système
HLA et le gène de la 21-hydroxylase. [9,10,11]
En 1984 white a construit une sonde ADNc pour le gène de la 21-hydroxylase,
qui s'avère être un gène CYP21B proche d'un pseudogèneCYP21A, source des
mutations survenant sur le gène B. [12]
Figure 1 : l'anatomistenapolitain luigi decrechio (1832-1894) qui a décrit
pour la premiere fois l'hyperplasie congénitale des surrénales [13]
6
RAPPEL SUR LA GLANDE SURRENALE :
 Anatomie fonctionnelle
Les glandes surrénales sont situées aux pôles supérieurs des 2 reins et pèsent
normalement 4 à 6 grammes.
Elles sont vascularisées de leur capsule vers la zone médullaire par de petites
artères issues de l'aorte, des artères phréniques et des artères rénales.
Le sang veineux est drainé par une veine centrale s'abouchant dans la veine
rénale à gauche et dans la veine cave à droite.
Le cortex surrénalien formant la glande corticosurrénale et englobant la glande
médullosurrénale se divise histologiquement et fonctionnellement en 3 zones :
 la zone glomérulaire (ou glomérulée) externe située immédiatement sous
la capsule et sécrétant l'aldostérone
 la zone fasciculaire (ou fasciculée), la plus large des 3 sécrétant le cortisol

la zone réticulaire (ou réticulée) à l'intérieur au contact de la
médullosurrénale et sécrétant les stéroïdes sexuels.
7
Figure 2 : anatomie fonctionnelle , coupe histologique de la glande surrénale
8
HISTOLOGIE DE LA GLANDE SURRENALE : [14]
A un faible grossissement, la surrénale apparaît constituée d'un cortex et
d'une médullaire interne, faiblement colorée. Une capsule fibreuse dense, colorée en
bleu sur cette préparation, enveloppe la glande et fournit un support externe à la
délicate charpente collagène qui soutient les cellules sécrétoires.
A plus fort grossissement, on peut voir les trois zones histologiques du cortex
surrénalien, leur dénomination reflétant l'architecture des cellules sécrétoires :
1- La zone glomérulée, située sous la capsule, est constituée de cellules groupées
en amas arrondis.
2- La zone intermédiaire ou fasciculée est organisée en cordons parallèles de
cellules glandulaires disposées perpendiculairement à la capsule.
3- La zone réticulée, adjacente à la médullaire, est faite de nombreuses cellules de
petite taille, tassées, formant des réseaux irréguliers.
9
Figure 3 : photomicrographie( x160) [15]
10
Cytophysiologie :[16]
CYTOPHYSIOLOGIE
a) Corticosurrénale
Trois groupes d'hormones stéroïdes régulés par ACTH
●
Glucocorticoïdes (fasciculée et réticulée) : Cortisol et Cortisone
○
●
Sécrétion en réponse à ACTH
Minéralocorticoïdes (glomérulée) : Aldostérone
○
Sécrétion stimulée par une chute de concentration de natrémie, par
l’ACTH d’origine hypophysaire, par le facteur atrial natrémique
(cellules musculaires cardiaque)
●
Androgènes (fasciculée et réticulée) :
Androgènes
déhydroépiandrostérone
=
DHEA
●
Origine biochimique commune : cholestérol
Glucocorticoïdes (sous la dépendance de l'hypophyse : ACTH)
●
Cholesterol
●
Ester de cholestérol (gouttelettes lipidiques)
●
Δ5 prégnénolone (Mito)
●
Progestérone (oxydation - REL)
●
17 hydroxyprogestérone (hydroxylation)
●
Cortisol (hydroxylation REL) Minéralocorticoïdes
11
●
Cholesterol
●
Ester de cholestérol (gouttelettes lipidiques)
●
Δ5 prégnénolone (Mito)
●
Progestérone (oxydation - REL)
●
11ß hydroxyprogestérone (hydroxylation)
●
Corticostérone (hydroxylation dans mito)
●
Aldostérone (mito)
12
PHYSIOLOGIE DE LA CORTICOSURRENALE : [17]
La surrénale est constituée de deux parties : une zone interne, la
médullosurrénale, que l'on n'étudiera pas ici et qui sécrète les catécholamines, et la
corticosurrénale.
La corticosurrénale est constituée de trois couches, entourées d'une capsule.
Nous allons aujourd'hui parler des deux couches externes:
- la couche glomérulée, où sont sécrétés les minéralocorticoïdes, dont
l'aldostérone qui est très utilisée en pathologie cardio-vasculaire
- la zone fasciculée, qui sécrètent les glucocorticoïdes, hormones du stress,
elles aussi à l'origine de nombreux médicaments.
La zone la plus interne de la corticosurrénale est appelée zone réticulée, qui
sécrète les anabolisants et les hormones sexuelles.
Minéralocorticoïdes et glucocorticoïdes sont sous contrôle de l'hypophyse, qui
sécrète l'ACTH, elle-même sous le contrôle de l'hypothalamus qui sécrète la CRH.
Ces voies de synthèse sont très bien connues pour deux raisons :
-
On
connait
les
métabolites
intermédiaires,
en
particulier
le
11-
désoxycorticostérone et la corticostérone qui donnent naissance à l'aldostérone.
Des substances proches vont donner naissance au cortisol qui peut être dégradé
en cortisone.
Toutes ces hormones dérivent du cholestérol.
Elles sont fabriquées à partir de précurseurs, en particulier la prégnénolone, qui
est une substance pivot de la synthèse d'aldostérone et de cortisone.
-Les enzymes utilisées sont très bien connues, en particulier la 3hydroxystéroïde déshydrogénase de type 2, la 21-hydroxylase ou CYP21, qui peut
être endommagée génétiquement, donnant naissance à des syndromes métaboliques
d'origine génétique, et la CYP11B2.
13
Physiopathologie :
Déficit en 21-hydroxylase :
Le déficit en 21-hydroxylase entraîne une diminution de la synthèse du cortisol et
de l'aldostérone .
Par levée du rétrocontrôle négatif exercé par le cortisol, il en résulte une
hypersécrétion d'ACTH qui stimule l'activité et la synthèse des enzymes de la
stéroidogenèse et contribue donc à l'accumulation de précurseurs en amont du bloc, la
17-hydroxyprogestérone (17-OHP) sur la voie des glucocorticoïdes et la progestérone
sur la voie des minéralocorticoïdes. Ces précurseurs sont utilisés pour la synthèse
d'androgènes surrénaliens et donc par conversion périphérique produisent une quantité
excessive de testostérone, expliquant la virilisation d'un fœtus féminin.
Figure 4: biosynthèse des stéroïdes surrénaliens
14
Les
conséquences
de
l’hyperandrogénie
chez
la
fille
réalisent
un
pseudohermaphrodisme féminin. L’ambigüité des organes génitaux externes revêt des
aspects de sévérité variable codifié par Prader de 1 à 5 (figure 8) associé a une
pigmentation importante de ces organes. L’anomalie peut se résumer a une
hypertrophie isolé du clitoris (stade 1) ; dans les cas les plus sévères, une
masculinisation complète réalise un aspect phénotypique masculin »cryptorchidie »
(stade 5). Dans tous les cas aucune gonade n’est palpable.
Figure 5 : les différents degrés d'ambigüité sexuelle selon la classification de Prader
Stade I : Hypertrophie clitoridienne isolée
StadeII:
Hypertrophie
clitoridienne+fusion
postérieure des grandes lèvres
Stade III : Sinus uro-génital unique
Stade IV: Fusion complète des bourrelets génitaux; hypospade
périnéal+sinus urogénital bas Stade
V : Phénotype masculin avec cryptorchidie bilatérale
15
le déficit en 11B-hydroxylase :
Les dernières étapes de la biosynthèse du cortisol et de l’aldostérone sont
mitochondriales.
La carence en 11b-hydroxylation provoque une diminution de la conversion de la
11-désoxycorticostérone (DOC) à corticoster- un et la 11-deoxycortisol au cortisol.
Le
cortisol réduit donne lieu à une augmentation de secretion de l’ACTH
adrenocortico- tropin , ce qui à son tour conduit à la surproduction des précurseurs
proximales et au blocage de l'enzyme.
Ces précurseurs servent de substrats pour les voies d'androgène sans entrave, de
sorte que la sécrétion d'androgène surrénalien est augmentée.
Seule
la
première
étape
11B-hydroxylation
est
commune.
Deux
étapes
supplémentaires, la 18- hydroxylation et la 18-oxydation, sont nécessaires pour la
synthèse de l’aldostérone par la zone glomérulée de la corticosurrénale. Pendant
longtemps, on pensait qu’une seule enzyme catalysait la 11β-hydroxylation et les
dernières étapes de la biosynthèse de l’aldostérone.
16
Figure 6: steroidogenese de la surrenale en cas de deficit en 11B-hydroxylase
17
Matériel et méthodes
18
Il s’agit d’une étude rétrospective mono centrique, menée au sein de l’unité
d’endocrinologie pédiatrique du service de pédiatrie IIA.
Critères d’inclusion
Patients présentant une forme classique d’hyperplasie congénitale des surrénales
Age entre 16 et 20 ans
Ayant déjà bénéficié d’une consultation ou plus dans un service d’endocrinologie
adulte
Critères d’exclusion
Dossiers incomplets
Méthode d’étude :
L’analyse rétrospective des dossiers médicaux retenus a été faite sous forme
d’observations recueillant les différents paramètres anamnestiques, cliniques,
thérapeutiques et évolutifs
 Identité
 Motif d’hospitalisation
 Antécédents
 Histoire de la maladie
 Examen clinique
19
 Bilan paraclinique:
- Bilan biologique
- Bilan morphologique
 Traitement
- Traitement de la phase aigue
- Traitement d’entretien
 Evolution et surveillance :
- Immédiate et au longs cours
20
Résultats
21
OBSERVATION 1
1. Identité :
Fille de 17 ans, l'aînée d'une fratrie de deux, scolarisée en 2ème
année
baccalauréat, sans couverture sociale
2. Antécédents :
Personnels
 Grossesse suivie et menée à terme
 Accouchement par voie basse médicalisé
 Cri immédiat, pas de notion de souffrance néonatale
 Pas de notion de syndrome de perte de sels
 Poids et taille de naissance non précisés
 Allaitement au sein pendant deux ans, diversification alimentaire à l'âge
de 6 mois
 Vaccinations en ordre
Familiaux
 Consanguinité des parents de 1er degré
 Mère suivie pour maladie abortive non étiquetée G7P2
 Cas similaire chez le frère de 13 ans
 Bon développement psychomoteur
22
3. Histoire de la maladie :
Suivie depuis l’âge de 1 an pour une hyperplasie congénitale des surrénales sur
un bloc enzymatique en 11 β hydoxylase retenu :
 Cliniquement :
Signes de virilisation : (Stade 1-2 de PRADER)
• Bourgeon génital de grande taille de 2,5/2cm,
• Bourrelets de type féminin
• 2 orifices (méat urétral et vagin)
• Pilosité pubienne stade P2,
Gonades non palpables,
Pas de syndrome de perte de sel
TA à 90/60 mmHg (tension normale)
 Biologiquement :
• Caryotype de type féminin 46XX
• Ionogramme normal
• Augmentation de la testostérone, de la ∆4Androstenedione et du SDHEA
 ∆4Androstenedione : 5.7ng/ml (<0.3)
 testostérone : 0.8ng/ml (0,1-0,3),
 SDHEA : 735ng/ml (inf à 145).
• Augmentation du composé S et du DOC
 Cortisol: 61 ng/ml ( 50-110),
 17 OHP : 0.7ng/ml (0.2-0.4),
 DOC : 1061pg/ml(40-200),
 composé S : 6.1ng/ml (0.5-1.7),
23
 Age osseux avancé de 2ans
 L'étude génétique non faite
La patiente a été mise sous hydrocortisone 20mg/m²/jour puis à 15mg/m²/jour
repartis en 3 prises avec éducation et information des parents vis-à-vis de la
décompensation aigue de l’insuffisance surrénalienne et Clitoridoplastie à l'âge de 4
ans et 6 mois
L’évolution a été marquée par la survenue d’une puberté précoce centrale à l'âge de
5ans et 7mois.
• Accélération de la vitesse de croissance
• Poussée mammaire
• Age osseux avancé de 5ans
• Ménarche à l'âge de 8ans
Actuellement, la patiente rapporte une aménorrhée secondaire depuis 10 mois
précédée par une oligo spaniomenorrhée.
Examen clinique actuel à l’âge de 17 ans :
• Taille : 1m42 (˂-4DS, - 1Couloir/Taille Cible, taille de la mère:149cm)
• Poids: 51kg
• IMC : 25 Kg/m²
Tour de Taille= 70cm
• TA :110/60 mmhg
• Score hirsutisme 20 (Ferriman Gallwey)
• Stade 5 de tanner
• Pas d’hypertrophie clitoridienne
• Vulve humide
• Le reste de l’examen somatique est sans particularité
24
Sur le plan psychologique :
La patiente semble, indifférente vis-à-vis de la maladie , ne semble pas réaliser le
danger et les complications à long terme, néglige son traitement et toujours dépendante
de sa maman en ce qui concerne la régularité des consultations.
La patiente n’a jamais bénéficié d’un suivi psychologique.
Paraclinique :
Sur le plan biologique (Sous 30 mg/j d’hydrocortisone Soit 21,4mg/m²/j
repartis en 3 prises)
• Testostérone = 0,78ng/ml ( 0,1-0,3)
• DOC = 32 pg/ml ( 40-170)
• Prolactine = 20 µg /l ( inf à25)
• FSH = 2,92 mUI/l (3,5-12,5),
•
LH = 11,97 mUI/l (2,4-12,6),
• Œstradiol = 640pg/ml (50-260)
Echographie pelvienne
• Utérus mesurant 87*42*41 mm
• Ovaires 102*42 contenant de nombreux follicules de 3 à 8 mm
• Conclusion : une dystrophie ovarienne micropolykystique.
DMO normale
4. Complications :
 Surpoids
 Petite taille
 Puberté précoce centrale
 Hyper androgénie
25
Figure 7 : courbe de poids : accélération staturale entre
l’âge de 3ans et 9ans puis stagnation à partir de l’âge de 9ans.
26
 Pas d’HTA
 Pas d’ostéoporose
 Hyperandrogénie et aménorrhée secondaire
 une dystrophie ovarienne micropolykystique.
5. Conduite à tenir : en collaboration avec endocrinologue
adulte
-
Garder
l’hydrocortisone
à
30mg/jour
(soit
21,4mg/m²/j)
avec
modification des horaires des prises du traitement
-
Traitement anti-androgène par acétate de cyprotérone + oestroprogestatif
 Androcure 50mg pendant 20jours puis arrêt pendant 8jours
 Oestroprogestative 0,03/3mg pendant 21 jours puis
Arrêt
7jours
-
Mesures hygiéno-diététiques
-
Mesures cosmétiques pour l’hirsutisme
Surveillance à 6 mois :
• Sur le plan clinique :
Reprise des menstruations
Légère amélioration d’hirsutisme constatée par la patiente
Perte de poids chiffrée à 1kg en 6 mois
27
pendant
• Sur le plan Biologique
Testostérone = 0,12ng/ml ( 0,1-0,3)
ASAT / ALAT = 14/16 UI/l
Glycémie à jeun = 0,82g/l
Cholestérol total = 2,54 g/l (1,5-2,5)
Triglycérides = 1,15 g/l (inf à 1,5)
LDL = 1,72 g/l (1,3-1,6)
HDL = 0,59 g/l (0,3-0,6)
Transition:
La patiente a déjà bénéficié d’une consultation en endocrinologie adulte et
revenu en pédiatrie, toujours attachée à son pédiatre.
28
OBSERVATION 2 :
1. Identité :
Fille de 19 ans et 7 mois, 2ème fille d’une fratrie de trois, étudiante en deuxième
année de la faculté.
2. Antécédents :
Personnels :
 Grossesse suivie et menée à terme
 Accouchement par voie basse médicalisé
 Cri immédiat pas de notion de souffrance néonatale
 Pas de notion de syndrome de perte de sels
 Poids et taille de naissance non précisés
 Vaccination en ordre
 Bon développement psychomoteur
Familiaux :
 Consanguinité
 Pas de cas similaire chez la fratrie
3. Histoire de la maladie :
Suivie depuis la naissance pour une HCS sur bloc enzymatique en 21
hydroxylase dont le diagnostic a été retenu devant :
Cliniquement :
 signes de virilisation sans gonades palpables et sans syndrome de perte de sel
 abouchement commun de l’urètre, vagin et rectum
29
Biologiquement :
 Caryotype féminin 46 XX
 augmentation de la 17 OH, progestérone et de la testostérone
La patiente a été mise sous hydrocortisone et fut opérée à l’âge de un an au
secteur privé avec cure de la fistule vésico-vaginale et vésico-utérine et plastie
urétrale. La patiente n’a pas eu de vaginoplastie ni de clitoridoplastie de réduction.
Actuellement, la patiente est en aménorrhée primaire sans notion de douleurs
pelviennes cycliques. Le père rapporte une mauvaise observance thérapeutique.
Elle est toujours suivie en pédiatrie sans aucun suivi chirurgical
Examen clinique actuel :
 Taille : 1m 47 (entre - 3DS et -2DS)
 Poids : 71kg
 IMC = 32.17 Kg/m²
 TA : 120 /60 mmHg
 une hypertrophie clitoridienne à 2.5cm (figure 2 et 3)
 un seul orifice périnéal postérieur (figure 4 et 5)
 Stade 5 de tanner S5P5
30
Figure 8 : hypertrophie clitoridienne de 2,5 cm
Figure 9 : hypertrophie clitoridienne de 2,5 cm avec stade de taner a P5
31
Figure 10 : absence d’orifice vaginale
Figure11 : absence d’orifice vaginale ; la patiente présente
un seul orifice périnéal postérieur
32
 Bilan actuel :

Ionogramme normal

Testostérone : 1.74ng/ml
Echographie pelvienne
 L’utérus hypotrophique, mesure 22x40mm
 La ligne de vacuité utérine est fine et en place
 Absence d’anomalie endocavitaire
 Absence de collection vaginale
 Les ovaires ne présentent pas d’anomalie morphologique ou structurale
IRM pelvienne
 Vessie de capacité satisfaisante, à paroi régulière
 Utérus de contours réguliers et de signal homogène, mesurant 4.2 *2cm
 Ovaires folliculaires de taille normale, en place
 Les espaces graisseux pelviens, sont respectés.
 Absence d’adénomégalie individualisable
 Absence d’épanchement pelvien individualisable
Sur le plan psychologique :
Patiente plutôt indifférente et apathique,
vis-à-vis de sa maladie, de son
malformation génitale et de son entourage.
Dépend encore de son père pour ses consultations,
Encore suivie en endocrinologie pédiatrique
Semble inconsciente de son devenir à long terme
Parents plutôt inconscients des risques et des difficultés à l’âge adulte de leur
fille ; vue le traitement chirurgical incomplet contrastant avec un diagnostic précoce à
la naissance.
33
La patiente n’a jamais bénéficié d’un suivie psychologique.
Transition :
La patiente a été adressée en endocrinologie adulte à plusieurs reprises mais
revient toujours en pédiatrie, problème de coordination entre soignants ; les
chirurgiens pédiatre refusent de la prendre en charge pour vaginoplastie et
clitoridoplastie vu l’âge, et les chirurgiens adultes refusent par manque de
compétences sur le domaine (retard de prise en charge).
4. Complications :
 Mauvaise observance thérapeutique
 Prise en charge chirurgicale incomplète
 Petite taille
 Obésité
 Aménorrhée primaire qui peut être expliquée par l’hyperandrogénie
consécutive à la mauvaise observance thérapeutique et les anomalies
anatomiques non corrigées chirurgicalement
 Psychologiques : patiente semble indifférente vis-à-vis des anomalies
génitales et de leur éventuel retentissement sur sa vie sexuelle ultérieurement
5. Conduite à tenir :
 Sensibilisation de la patiente sur l’importance de l’observance thérapeutique
 Consultation gynécologique et urologique pour complément de prise en
charge chirurgicale
 Coopération avec endocrinologues adulte pour prise en charge de
l’aménorrhée primaire
 Suivi psychologique spécialisé
 Régime pour l’obésité
34
OBSERVATION 3
1. Identité :
Sujet de 17 ans et 3mois, déclaré garçon à la naissance
 Motif d’hospitalisation :
Puberté précoce et absence de gonades
2. Antecédents :
 Personnels :
-
grossesse suivie menée à terme
-
accouchement par voie basse médicalisé
-
pas de notion de souffrance néonatale
-
vaccination en ordre
-
bon développement psychomoteur
 familiaux
-
consanguinité des parents premiers degré
-
signes de virilisation chez la mère,
-
pas de cas similaire dans la famille
3. Histoire de la maladie :
Suivi pour HCS sur bloc en 21-hydroxylase dont le diagnostic a été porté devant :
 cliniquement :
 pseudo-puberté précoce à l’âge de 2 ans associée à des anomalies de
développement sexuel :
- légère poussée mammaire à l’âge de 11ans
- apparition d’une pilosité pubienne : stade 3, allongement de la verge (5
cm)
35
- avance staturo-pondérale : + 3DS pour la taille et le poids.
- hypospadias antérieur
- 1 seul orifice
- pas de gonades palpables
 TA : 90/50 ( tension normal par rapport à l’âge )
 Mélanodermie
 Biologiquement :
• caryotype de type féminin 46XX
• ionogramme normal
• 17 OHP > 6.4 ng/ml (augmenté)
• 11 desoxycortisol : 545nmol/l (normale)
• Cortisol de 8h : 108nmol/l (bas)
• 11 desoxycorticosterone < 0.10 nmol/l (basse)
• Testosterone : 0.43 ng/ml (augmentée en fonction de l’âge et sexe)
• ACTH : 726,5 ng/l (augmenté )
 Echo abdomino-pelvienne :
- Hyperplasie bilatérale des surrénales
- Absence de testicules
- Présence d’un utérus et des ovaires
 Age osseux :
Fait à l’âge de 13 ans (31/01/12) : estimé entre 12 et 13 ans
Patient mis sous hydrocortisone en 3 prises Education et information des parents
vis-à-vis de la décompensation aigue de l’insuffisance surrénalienne.
36
Le patient a bénéficié de 4 cures de chirurgie d’hypospadias antérieur ; la
première à l’âge de 6 ans en 2006 la quatrième (la dernière) à l’âge de 14ans en 2014
et une cinquième est prévue.
Après concertation et accord des parents, la décision était de maintenir le choix
de sexe masculin et le patient a bénéficié d’une hystérectomie avec colpéctomie à
l’âge de 9ans, avec un suivi régulier en chirurgie pédiatrique.
Introduction d’un traitement androgénique pour micropénie à l’âge de 13ans ;
1/3 d’ampoule par mois .
 Examen clinique actuel à l’âge de 17 ans et 3mois ( 26/02/2016)
• poids : 58kg (-0,5 DS sur courbe de croissance)
• taille : 171 cm (normal par rapport à l’âge sur courbe de croissance)
• OGE :
- Verge : 6.5cm/ 2cm (micropénie)
- Bourses vides ; bourrelet génitaux, plissé, pigmenté
- Pilosité pubienne : P5
- Pilosité axillaire : présente
- Pas de gynécomastie
Le reste de l’examen somatique est sans particularités
•
Bilans :
-
17 OHP : 4.39 ng/ml
Sur le plan psychologique :
Patient très bien portant sur le plan psychologique,
Identité sexuelle masculine avec tendance hétérosexuelle, rapporte une présence
d’érections
37
Tansition :
Patient adressé en endocrinologie adulte mais avec échec de transition et retour
en pédiatrie, détachement difficile de son pédiatre.
Complications:
 Pseudo puberté précoce
 échecs répétés du traitement chirurgical de l’hypospadias,
 prothèse testiculaire proposée par chirurgien pédiatre mais refus d’anesthésie
en milieu pédiatrique avec difficultés de transition vers un service de
chirurgie urologique adulte
38
OBSERVATION 4 :
1. Identité :
Garçon âgé de 17 ans , scolarisé , habitant Fes , 2ème d’une fratrie de 3.
2. Antécédents :
Personnels :
• Grossesse suivie menée à terme
• Accouchement par voie haute
• Cris immédiat pas de notion de souffrance néonatale APGAR à 10
• Pas de notion de syndrome de perte de sel
• Poids de naissance : 3580 g
• Taille de naissance : 53,8 cm
• Pas d’antécédents particuliers à part quelques infections ORL et trachéobronchiques
• L’évolution staturo-pondéral harmonieuse + 2DS jusqu’à l’âge de 5ans
Familiaux :
• pas de consanguinité des parents
• pas de cas similaire dans la famille
39
3. Histoire de la maladie :
Suivi depuis l’âge de 5 ans pour HCS sur bloc en 21 hydroxylase dont le
diagnostic a été porté :
 Cliniquement : Pseudo-puberté précoce avec :
 apparition pilosité pubienne P3 selon TANER, verge 6/2 cm sans
augmentation du volume testiculaire
 avance staturale avec une taille à + 4 DS
 avance de l’âge osseux : 12 ans (avancé de 7 ans)
 Biologiquement :
 Natrémie et kaliémie normales
 Testostérone : 3,04 ↑ (<1,5) avec LH : 0.17 ↓ (1,24 – 8,62) et FSH : 1,20 ↓
(1,27—19,26)
 Sulfate DHA : 333µg/dl (interprétation)
 Cortisolémie plasmatique de 8h : 12,1
 17-alpha- hydroxyprogésterone : 533,1 nmol/l augmentée (<9,0)
 Etude génétique :
Le séquençage de la totalité du gène CYP21 (région 5’régulatrice, exons et
introns) suivi du séquençage chez ses parents a révélé que Nabil est hétérozygote
composite pour la mutation p.Ile172Asn (c.515T>A) dans l’exon 4 d’origine paternelle
et pour mutation IVS2-13A/C>G dans l’intron 2 d’origine maternelle. Ce génotype est
responsable de la forme classique de type virilisante pure.
40
Figure 12 : verge de 7cm
Figure 13 : petite taille
41
4. Traitement :
Le patient a été mis sous hydrocortisone 2 comprimé par jours : 1 – ½ - ½ avec
surveillance clinique et biologique, éducation et conseil génétique des parents avec
sensibilisation à l’importance de la prise en charge précoce en cas de nouvelle
grossesse avec détermination précoce du sexe fœtal sur le sang maternel et traitement
maternel par dexamethasone si fœtus féminin pour prévenir la virilisation des fœtus
féminins.
Le sexe fœtal revenu : masculin, pas de traitement de la mère, vérification à la
naissance par dosage du 17HOP, nouveau né non atteint.
Au cour de l’évolution , le traitement par decapeptyle pour arrêter la pusatilité, associé
à un traitement par hormone de croissance a été discuté
42
Figure14: Courbe de taille et de poids du patient observation (4):
accélération de la vitesse de croissance à partir de l'âge de 2 ans .
43
Examen clinique actuel à l’âge de 17 ans .
• Taille : 162cm (-2,5 DS sur la courbe de croissance)
• Poids : 51kg ( -1,5 DS sur la courbe de croissance)
• IMC : 19kg/m²(IMC normal )
• PA : 12/07
• A l’examen testiculaire : pas de masse palpable.
Paracliniques :
Bilogie :
• Testostérone : 16,02 nmol/l (normale par rapport à l’âge et au sexe)
• Hydroxyprogestérone : 24,14 g/ml (augmentée )
Echo testiculaire : non faite
Transition :
Patient toujours suivi par son médecin pédiatre,
5. Complications :
• pseudo puberté précoce
• taille < à 1 couloir de taille cible  réduction du pronostic de taille
44
OBSERVATION 5 :
1. Identité :
Sujet âgé de 17 ans, adressé en endocrinologie pédiatrique à l’âge de 11ans pour
ambigüité sexuelle et métrorragie.
Motif d’hospitalisation :
Ambigüité sexuelle et métrorragie.
2. Antécédents :
Personnels :

Grossesse suivie menée à terme

Accouchement par voie basse

Cris immédiat pas de souffrance fœtale

Poids et taille à la naissance non précisés

Vaccination en ordre
Familiaux :
 Pas de consanguinité des parents
 Pas de cas similaire dans la famille.
45
3. Histoire de la maladie :
Patient adressé dès la naissance
pour suspicion d’ambiguïté sexuelle, élevé
comme garçon sans autres signes accompagnateurs.
Cliniquement , signes de virilisation :
- Bourgeon génital de type masculin
- 1seul orifice ,
- bourrelet de type scrotal
- Pas de gonades palpables
A l’âge de 11ans :
- Absence de testicules palpable
- Métrorragie
- Bourgeon génital : 6/3
- Bourrelets latéraux : scrotum plissé
- Pas de gonades palpables
- 1 seul orifice
- Pilosité pubienne ; Prader V
- Poids : 47 kg
- Taille : 132 cm
- IMC : 24 kg/m² (surpoids)
- Mélanodermie
- Pas de vomissement
- Pas de déshydratations
46
Bilans biologiques :
- NFS : normale
- Ionogramme sanguin complet : normal
- 17-alpha – OHP : élevé
- Testostérone : élevé
- Delta 4-A : non faite
- Cortisol : non fait
- Caryotype : 46XX
- FSH,
LH , Testosterone , 17OHP, 11desoxcorticosterone , Composé S :
En faveure d’un bloc enzymatique déficit en 21 hydroxylase
Bilans radiologiques :
 Echographie pelvienne :
-
loges surrénaliennes libres
-
présence en rétrovésical d’une structure rappelant l’uterus
-
ovaires non vus
-
absence de structure rappelant un testicule le long du pli inguinal
-
le reste est normal
 Echographie surrénalienne : hyperplasie bilatérale des surrénales
 IRM : Hyperplasie nodulaire bilatérale des surrénales.
- GENITOGRAPHIE
- Urètre type masculin, vessie sans anomalies.
47
- opacification d’une cavité vaginale reliée à l’urètre postérieur dans sa
jonction bulbo-membraneuse
- TDM abdominale : hyperplasie nodulaire des surrénales
4. Traitement :
-
Hydrocortisone 25 mg/ j
-
Chirurgie (hystérectomie, colpectomie) discuté vue les métrorragies, mais
refusée par les parents.
-
Education des parents
Évolution et surveillance :
-
Evolution favorable
-
Consultations régulières
-
Poids et taille normales
-
Pas de décompensation
5. Conclusion :
Patient élevé garçon, âgé 17ans, caryotype 46 XX ;
Adressé en endocrinologie pédiatrique pour prise en charge d’une hyperplasie
bilatérale des surrénales, diagnostiqué à la naissance, il a présenté des métrorragies à
l’âge de 11ans, d’où l’intérêt d’une prise en charge chirurgicale (hystérectomie avec
anexectomie totale) mais refusé par les parents.
Mis sous hydrocortisone,
Patient adressé en endocrinologie adulte mais revenu en pédiatrie.
48
RESUME DES OBSERVATIONS
Assignation Caryotype
du sexe
observation 1
observation 2
observation 3
observation 4
observation 5
feminin
féminin
masculin
masculin
masculin
46XX
46XX
46XX
46XY
46XX
Age
actuel
17 ans
19 ans
17 ans
17 ans
17 ans
Age de
diagnostic
1 an
Motif
Traitement
- signes de
virilisation
naissance
-DSD
-abouchement
utéro-vaginal
2 ans
-peudo puberté
précoce
héterosexuelle (5
ans)
-avance staturopondérale
5 ans
-avance staturale
-pseudo puberté
précoce
11 ans
- metrorragie
49
- HC
- clitoridoplastie
-HC
-chirurgie
-HC
-chirurgie
-HC
- HC
Suivi
-mauvaise
observance
thérapeutique
- mauvaise
observance
thérapeutique
-consultations
régulières
-pas de
décompensation
-pas d'effets
secondaires au
traitement
-bonne
observance
thérapeutique
-consultations
régulieres
-consultations
régulières
-pas de
décompensation
-évolution
favorable
Complications
- puberté précoce
- surpoids
- OPK
- aménorrhé secondaire
- petite taille finale
- hirsitusme
-pas de suivi chirurgical
- obesité
- amenorrhé primaire
- complications psychologiques
- petite taille finale
- metrorragie ( pseudo pubérté
précoce héterosexuelle)
- DSD
- échec d'hypospadias
- protaises testiculaires non faites
-petite taille finale
-pseudo puberté précoce
-hyperplasie nodullaire des
surrénales
- traitement chirurgical refusé par
les parents
Discussion
50
I. DIAGNOSTIC DE L’HYPERPLASIE CONGENITALE DE LA
SURRENALE :
Selon une étude faite au service d’endocrinologie pédiatrique de l’hôpital
d’enfant de Rabat ; portant sur 38 cas d’hyperplasie congénitale des surrénales en
2010.
 Consanguinité des parents : 73% des cas, et retrouvé chez 3 de nos patients ;
 Cas similaire dans la fratrie chez 12% des cas et chez une de nos patients :
 L’âge de diagnostic est de 1 jour de vie à 15 ans ; dont 57% des cas > 2 mois
1. L’HCS par déficit en 21 hydroxylase : [18,19]
Retrouvé chez 33 cas soit 68% ; reste la forme la plus fréquente des hyperplasies
congénitale des surrénales.
a. Tableau clinique
 Chez le nouveau né :
 Virilisation chez un nouveau né 46XX : le degré de virilisation est variable,
d’une hypertrophie clitoridienne isolée jusqu'à un aspect des organes
génitaux externes masculin, mais sans gonades palpables
 Les garçons atteints sont normalement virilisés et le diagnostic de cette
forme précoce est effectué lors du dépistage systématique (qu’on ne fait
toujours pas au Maroc)
 Le syndrome de perte de sel (dés la 2eme semaine de vie) se manifeste par :
- une prise pondérale insuffisante ou une perte de poids,
- des troubles de comportement (hypotonie …)
- une déshydrate
- collapsus
 Des malaises et des convulsions hypoglycémique.
51
 Chez le nourrisson :
 Chez la fille : une accentuation d’une hypertrophie clitoridienne, qui n’aurait
pas été signalée à la naissance.
 Chez l’enfant :
 Dans les 2 sexes :
-
une pilosité pubienne précoce
accélération de la vitesse de croissance et de la maturation osseuse
mélanodermie
 Chez la fille :
-
Pubarche précoce
Hypertrophie clitoridienne non diagnostiquée à la naissance contrastant
avec l’absence de seins.
 Chez l’adolescent :
-
Les formes classiques sont dans la majorité des cas diagnostiquées à
l’âge pédiatrique.
Dans certains cas le diagnostic est évoqué à l’adolescence ou à l’âge
adulte devant :
• Une virilisation des organes génitaux externes chez la fille
• Un hirsutisme avec acné et troubles des règles
• Une taille adulte significativement inférieure à la taille cible
parentale (< -1,5 DS)
Toutes anomalie des organes génitaux externes chez un nouveau né doit être
considérée comme une possible HCS, en raison de sa fréquence et du risque vital
immédiat engagé
52
b. Examens paracliniques
 Biologie :
- le
bilan sanguin a pour but d’établir en urgence le diagnostic de
syndrome de perte de sel :
•
hyponatrémie à natriurèse conservée
•
hyperkaliémie à kaliurèse basse
•
acidose
Afin de débuter le plus rapidement possible le traitement.
- Hyperandrogénie biologie :
Augmentation des taux de :
-
Testostérone
-
SDHA
-
Delta – androsténedione
- Elévation des précurseurs
- 17-hydroxyprogestérone :
le matin à jeun normale ou augmentée
(supérieure à 15nmoles /l) ;
- le rapport delta-4androsténedione/17-hydroxyprogestérone : inférieur
à 0.5 ;
- élevation au-delà de 30 nmoles/l de la 17-hydroxyprogestérone au test
de synacthène.
- Hypocorticisme variable :
- Cortisolémie à 8 heures : normale ou basse
- ACTH : augmenté
53
- La rénine ou l’activité rénine plasmatique :
Marqueur indirect de la déplétion sodé, élevé en cas de perte de sel
Elle est beaucoup plus informative que le taux d’aldostérone
- Analyse en biologie moléculaire du gène CYP21A2 :
• Confirmant le diagnostic, et permet de préciser des différentes
anomalies moléculaires du gène (relation génotype- phénotype)
• L’étude génétique familiale des parents et des sœurs ou frères est
aussi proposée.
• Ces études doivent être envisagées rapidement après le début de la
prise en charge.
-
Le caryotype :
Il permet de confirmer le pseudo hermaphrodisme féminin il est
indiqué devant toute anomalie de différenciation sexuelle.
 Radiologie : [20]
o Echographie :
- L’échographie démontrera des surrénales normales, hypertrophiées ou
du tissu surrénalien à localisation ectopique (testiculaire).
-
Le rôle de l’échographie sera également de préciser l’anatomie des
organes génitaux internes.
- Chez la fillette présentant une virilisation, la mise au point
comprendra également une urétro-cystographie pour visualiser
l’implantation vaginale.
L’echographie pelvienne
-
examen de première intention chez la fille en cas de prémature
pubarche
54
-
permet de juger de l’activité ovarienne et de l’imprégnation utérine.
-
signes échographiques de début pubertaire :
-
augmentation
o Echographie testiculaire :
o L’âge osseux (AO) :
- indispensable pour évaluer la puberté
- à partir d’une radiographie de la main et du poignet gauche interprétée
avec l’atlas de Greulich et Pyle
- apparition de l’os sésamoïde contemporaine du début de la puberté
(11 ans chezla fille, 13 ans chez le garçon)
- la maturation osseuse est le reflet de la maturation globale de
l’organisme
- elle permet d’évaluer les capacités de croissance résiduelle et de
calculer une taille adulte prédite avec les tables de Bayley et Pinneau.
55
2. L’HCS par déficit en 11B- hydroxylase :
Retrouvée chez 5 cas soit 14% des patients de l’étude faite au service
d’endocrinologie pédiatrique de l’hôpital d’enfant de Rabat ; portant sur 38 cas
d’hyperplasie congénitale des surrénales en 2010 , beaucoup mois fréquente que la 21hydroxylase ;
a. Clinique :
 Virilisation chez la fille :
- A la naissance par ambigüité sexuelle
- Ou par une hypertrophie clitoridienne dans l’enfance non diagnostiquée à la
naissance
- Cette virilisation pour varier du stade 2 de Prader au stade 5,
 Hypertension artérielle
Les patients développent une hypertension artérielle dans les premières années
de vie.
En générale cette hypertension est d’une sévérité modérée
Cette HTA serait due à l’accumulation du 11 deoxycorticosterone (DOC).
 les signes d’hyperandrogénie
- pilosité pubienne précoce chez les deux sexes
- l’acné à l’enfance et à l’adolescence
 accélération de la vitesse de croissance et maturation osseuse .
b- paraclinique
 biologie :
 élévation
- composé S
- DOC de base ou après stimulation par ACTH
56
 Taux des androgènes surrénaliens est élevé :
- Testostérone
- Delta –androsténedione
 Elévation modérée :
- 17 hydroxyprogestérone (en amont du bloc)
 Rénine :
Basse . (par excès de synthèse des métabolites minéralocorticoïdes)
3. Traitement de l’hyperplasie congénitale de la surrénale :
La prise en charge est généralement lourde et nécessite la collaboration d’une
équipe multidisciplinaire à fin d’assurer une meilleure prise en charge.
 Le but :
-
urgence : correction de la déshydratation ou état de choc
-
traitement substitutif et freinateur à vie
-
prise en charge chirurgicale : chirurgie génitale réparatrice
-
prévention de l’insuffisance surrénale aigue
-
éducation thérapeutique
-
prise en charge psychologique
suivi
 Prise en charge chirurgicale :
Le but de la chirurgie est de restaurer l’anatomie et la fonction génitale, répondre
à l’attente des parents et permettre une future vie sexuelle et de reproduction
concordantes avec l’identité du genre, ce sont les trois objectifs de la chirurgie.
Précédée d’un génitographie pour déterminer le niveau d’abouchement du vagin
dans la position verticale de l’urètre, d’une échographie et éventuellement d’une IRM.
57
Le geste chirurgicale dans les premiers mois de vie comprend 3 étapes :
- vaginoplastie : ouverture de la cavité vaginale au plancher pelvien, qui
présente la partie la plus difficile, en particulier dans les formes à
confluence haute
- réduction de la taille du clitoris avec préservation de sa vascularisation et de
son innervation
la perinéoplastie qui consiste à reconstruire quand cela est possible les petites
lèvres, les marges de l’introïtsvaginal, et à abaisser les grandes lèvres souvent de
volume important.
 Traitement hormonale substitutif à vie :
- Hydrocortisone : ( glucocorticoide de choix pour déficit en cortisol)
• En période néonatale : 3 0-50mg/m²/j en 2 à 3 prises par voie orale à
diminuer progressivement jusqu’à 20mg/m²/j avant la fin du 1er
mois.
• A l’age pediatrique : 10-20mg/m²/j en 2 à 3 prises
• A l’adolescence : l’obtention d’un équilibre adéquat nécessite
souvent l’augmentation des doses d’hydrocortisone sans dépasser
20mg/m²/j.
- 9alfa –fludrocortisone : ( pour le déficit en minéralocorticoïde)
- Supplémentassions sodé : durant les premières années de vie en
cas de syndrome de perte de sel.
 En cas d’insuffisance surrénale aigue :
- Hospitalisation
- Réhydratation intraveineuse
58
- Glucocorticoïdes : hémisuccinate d’hydrocortisone 2à4 mg/kg en
IVD
 Surveillance :
- Vomissements, diarrhées,
- Alimentation, prise de poids
- Tension artérielle
- Dextro
 Prise en charge psychologique :
il est conseillé et proposé aux parents et aux patients de rencontrer un
psychologue
 Education des patients et des parents
o Les parents doivent être informé par le médecin endocrinologue sur la
maladie :
- son mode de transmission pour la fratrie actuelle et future
-
le traitement : modalités et ses effets indésirables potentiels
- Le dépistage des complications éventuelles à court et long terme
o Les parents sont informés par l’équipe médicale et paramédicale des doses en
cas de stress et l’administration de l’hémisuccinate d’hydrocortisone par voie
intramusculaire
o La transmission génétique doit être expliquée aux parents ainsi que la
possibilité d’un diagnostic et d’une prise en charge anténatale pour les
prochaines grossesses.
o Une carte de soins et d’urgence de l’insuffisance surrénalienne
59
4. Suivi :

Objectif :
- Obtenir un équilibre hormonal satisfaisant en fonction de la clinique et de
la biologie.
- Vérifier l’observance, prévenir les décompensations aiguës.
- Prévenir, dépister les complications et les traiter.
- Informer et former les parents et le patient sur la maladie, son traitement et
l’importance d’une bonne observance thérapeutique.
- Expliciter les résultats d’analyse moléculaire.
- Évaluer la qualité de vie, l’estime de soi, les relations sociales, le
retentissement psychologique (psychologue), les conséquences scolaires
ou socioprofessionnelles
- Proposer un suivi psychologique.
- Améliorer la qualité de vie aux âges pédiatrique et adulte.
 Le rythme de suivi :
Le rythme des consultations dépend de l’âge du patient : les consultations
sont rapprochées en période néonatale et pubertaire et en cas de complications,
d’équilibre hormonal insuffisant ou d’adhésion médiocre au traitement.
Le suivi doit être régulier
-
en période néonatale : mensuelle
-
chez le nourrisson : tous les 2-4 mois
-
chez l’enfant et l’adolescent : tous les 3- 6 mois
-
chez l’adulte : tous les 6 – 12 mois
60
Des hospitalisations sont parfois nécessaires pour adapter le traitement, dépister
des complications et reprendre l’éducation du patient.
 Le contenu des consultations :
o Chez l’enfant et l’adolescent:[19]
• Poids, taille, IMC :
- recherche d’une accélération de la vitesse de croissance (excès
d’androgènes) ou d’un ralentissement (surdosage en hydrocortisone) ;
- recherche d’un excès pondéral, fréquent chez les enfants recevant de
fortes doses de glucocorticoïdes.
• Recherche d’une hypertension artérielle.
• Stade pubertaire.
• Aspect des organes génitaux externes, palpation testiculaire à la recherche
d’inclusions
• Recherche de signes d’imprégnation pouvant traduire un surdosage en
hydrocortisone (vergetures, érythrose, surcharge pondérale, ralentissement de
la vitesse de croissance) et des signes d’excès en fludrocortisone (hypertension
artérielle).
61
II. COMPLICATIONS :
Malgré une thérapie de substitution adéquate, le contrôle de l’hyperplasie
congénitale de la surrénale est souvent difficile et les patients sont à risque de
développer en tandem hypercorticisme iatrogène et / ou hyper androgénie, qui sont à
l’origine des différentes complications de la maladie : Diminution du pronostic de
taille, Risque de puberté précoce centrale et pseudo-puberté précoce, l'obésité, l'
hyperinsulinisme, hirsutisme, Virilisation, syndrome des ovaires poly kystiques, la
faible fertilité, et les problèmes d'identification psychosexuel.
Les principales complications rencontrées dans notre série sont :
-
Décompensation aigue d’insuffisance surrénalienne
-
Diagnostic tardif après déclaration de sexe masculin de nouveau-né 46 XX
-
Puberté précoce
-
Petite taille
-
Obésité et surpoids
-
Hyper androgénie
-
Aménorrhée
-
complications de la chirurgie des organes génitaux
-
complications psychologiques
62
1- Décompensation aigue avec insuffisance surrénale aigue :[19][21]
La décompensation aigue de l’insuffisance surrénalienne a été rencontrée chez
62% des patients, selon l’étude porté au service d’endocrinologie pédiatrique.
Dans notre série de cas, la décompensation n’a été retrouvée chez aucun de nos
patients.
Il s’agit d’une urgence absolue car le pronostic vital est en jeu et nécessite un
traitement spécifique.
a. Circonstances de survenue
 Décompensation à l’occasion d’un stress : pathologie aiguë, hyperthermie,
intervention chirurgicale, accident traumatique, choc psychologique.
 Arrêt du traitement : troubles digestifs, vomissements, arrêt volontaire,
oubli.
b. Clinique
 Déshydratation extracellulaire sévère avec pli cutané, perte de poids,
collapsus cardio-vasculaire.
 Hypotension artérielle.
 Troubles
digestifs
:
nausées,
vomissements,
diarrhées,
douleurs
abdominales avec parfois tableau pseudo-chirurgical.
 Hyperthermie, d’origine centrale ou liée à une infection surajoutée (qui
peut être le facteur déclenchant).
 Polypnée.
 Douleurs musculaires diffuses.
 Troubles neuropsychiques : convulsions, confusion, obnubilation, coma.
63
c. Bilan paraclinique
 Hypoglycémie, hyponatrémie, hyperkaliémie, acidose métabolique.
 Signes
biologiques
(hypernatrémie,
de
déshydratation
augmentation
de
et
d’hémoconcentration
l’hématocrite,
hyperprotidémie),
insuffisance rénale fonctionnelle.
 17-hydroxyprogestérone et rénine augmentées.
 Natriurèse normale ou augmentée, inadaptée à la natrémie ; kaliurèse
basse.
 Signes ECG de l’hyperkaliémie.
d. Prise en charge :
C’est une urgence extrême. Le traitement est débuté dès que le diagnostic est
évoqué, si possible après avoir prélevé un tube de sang pour le dosage du cortisol (si le
diagnostic n’était pas connu).
Au domicile du patient
Administration de 100 mg d’hydrocortisone IM ou IV (un patient dont
l’insuffisance surrénale est connue doit disposer chez lui de plusieurs ampoules
gardées à 4 °C).
Transport médicalisé en milieu hospitalier.
À l’hôpital
Transfert en urgence en réanimation.
La rééquilibration hydro électrolytique est la suivante :
- L’urgence
est de rétablir le stock hydrosodé pour lutter contre
l’hypovolémie ;
64
- Au début, l’adjonction de glucose permet de corriger l’hypoglycémie :
- On peut débuter par 500 cc de Plasmion en moins de 30 min, en cas de
collapsus, puis 1000 cc de G5 avec 9 g de NaCl par litre, 1 litre en1 heure,
puis 4 litres de sérum physiologique sur le reste des 24 heures (à adapter si
besoin à la clinique) ;
- pas de potassium en raison de l’hyperkaliémie.
L’hormonothérapie substitutive est la suivante :
- Hydrocortisone par voie IV : après une dose initiale de 100 à 200 mg,
- On poursuit par 50 à 100 mg IV toutes les 6 à 8 heures, ou 200 mg en IV
continue sur 24h à la seringue électrique autopousseuse (SAP) ;
- Le lendemain, la dose est réduite de moitié et la décroissance est poursuivie
pour arriver en 4 à 5 jours à la dose de 20 mg per os.
Les minéralocorticoïdes ne sont pas nécessaires à la phase aiguë car le cortisol a
un effet minéralocorticoïde suffisant aux doses employées pendant les 24 premières
heures, et le rétablissement du stock sodé se fait par apport de sérum physiologique.
Rapidement, on ajoutera de la 9-alpha-fludrocortisone (Florinef) per os, 100 à 150
µg/24 h.
En parallèle, on va rechercher et traiter le facteur déclenchant.
La surveillance concerne les points suivants :
– FC (fréquence cardiaque), TA, température, conscience, diurèse ;
– refaire un ionogramme de sang après 4 à 6 heures ;
– ECG en cas d’hyperkaliémie importante.
e. Prévention :
 Explication précise de la pathologie, des circonstances de décompensation et
des risques en cas de stress, a l’importance de l’observance.
65
 Adaptation des doses de traitement en cas de stress :
− Situations à risque :
o syndrome fébrile (température supérieure a 38 °C),
o infection,
o troubles digestifs,
o vomissements répétés,
o diarrhée,
o accidents (fracture),
o intervention chirurgicale,
o extraction dentaire,
o vaccination,
L’effort intellectuel et la pratique sportive courante ne constituent pas des
situations à risque.
 Doubler ou tripler les doses d’hydrocortisone en cas de stress.
 La dose de fludrocortisone ne sera augmentée qu’en cas de décompensation
hydro-électrolytique (a surveiller en cas de diarrhée).
 Si
la
prise
orale
est
impossible,
administration
d’hemisuccinate
d’hydrocortisone par voie intramusculaire 20 mg/m2.
 Discuter une hospitalisation si le stress est important ou la prise orale des
traitements impossible.
-
Contre-indication à la prise de médicaments responsables de pertes hydro
sodées (diurétiques, laxatifs en particulier).
-
Port d’une carte d’insuffisant surrénalien en indiquant la conduite à tenir
en cas de décompensation aigue.
66
2 . Diagnostic tardif après déclaration de sexe masculin de
nouveau-né 46 XX
a Définition :
Il s’agit d’un état intersexué assez rare, cependant, il reste le plus fréquent des
ambiguïtés sexuelles [22].
L’identification d’une masculinisation des organes génitaux externes chez une
patiente XX avec des organes génitaux internes féminins permet de parler de
développement sexuel différent XX, au par avant appelé hermaphrodisme féminin.
Chez la fille, ces blocs peuvent s’exprimer sous différentes présentations
cliniques : formes dites classiques avec virilisation et perte de sel, formes virilisantes
pures et formes à révélation tardive [23].
Elle représente 90 % des cas de PHF [24], c’est la seconde endocrinopathie
congénitale par sa fréquence.
L’absence de cette enzyme entraîne dès la période fœtale une accumulation de la
progestérone et de la 17-OH progestérone et une diminution de la synthèse de
l’aldostérone et du cortisol.
b Physiopathologie :
L’accumulation de la 17 hydroxyprogestérone entraîne une conversion excessive
de ce stéroïde en androgènes surrénaliens. L’excès de synthèse des androgènes
surrénaliens conduit donc à une virilisation des organes génitaux externes du fœtus
fille. Cette virilisation est d’ampleur variable mais peut aller jusqu’à l’ambiguïté
sexuelle complète dans certains cas. Par ailleurs, le défaut d’aldostérone peut
provoquer dans les jours qui suivent un syndrome de perte de sel conduisant à la mort
de l’enfant.
67
Ce déficit enzymatique en entraîne :
– une accumulation des androgènes surrénaliens en amont du bloc, responsables
de la virilisation et des troubles des cycles menstruels rencontrés dans les formes à
révélation tardive et même au cours des formes traitées depuis l’enfance .
La dystrophie ovarienne poly kystique chez les patientes présentant une DSD XX
fait souvent partie du tableau clinique et biologique, c’est dans les formes à révélation
tardive qu’elle a été le plus décrite [25].
Le mécanisme de la dystrophie ovarienne au cours des DSD XX est en grande
partie du à l’hyper-androgénie dont l’origine est surrénalienne.
Les androgènes dont la sécrétion est difficile à contrôler par le traitement
glucocorticoïde qu’on prescrit pour freiner la sécrétion d’ACTH, sont aromatisés en
estrogènes.
Ces derniers exercent un rétrocontrôle permanent sur l’axe gonadotrope,
aboutissant à une anomalie du rythme et de l’amplitude de la GnRH et à une altération
du rapport LH/FSH [4].
c. Clinique :
Dans sa forme virilisante pure, le diagnostic est souvent fait chez la fille dès la
naissance. Parfois les manifestations cliniques, moins marquées, font que le diagnostic
n’est évoqué que plus tard dans l’enfance.
L’imprégnation androgénique in utéro peut être responsable de malformations
des organes génitaux externes.
L’HSC dans sa forme à révélation tardive peut se présenter cliniquement comme
un syndrome des ovaires poly kystiques [26] [27].
68
En effet, il existe dans les deux pathologies une hyperandrogénie, qui est
d’origine surrénalienne dans les HCS, alors qu’elle est d’origine ovarienne dans les
ovaires poly kystiques [28].
d. Biologie :
Si le dosage des gonadotrophines de base ou après stimulation par la
gonadotropin-releasing hormone (GnRH) ne permet pas d’orienter le diagnostic
étiologique [29], le taux de base de la 17 OHP plasmatique apparaît un bon test de
dépistage, à la condition qu’il soit fait entre 8 h et 9 h du matin et en début de phase
folliculaire [30].
Nous rapportons 2 cas de 2 patients avec la forme virilisante pure à un stade de
Prader à 5 élevé garçons ;
- Patient
observation (3) : fille élevé garçon ; diagnostiqué à l’âge de 2 ans et qui
se complique plus tard de métrorragie dans un contexte de pseudo puberté précoce
héterosexuelle à l’âge de 5ans
- Patient
observation (5) : fille élevé garçon diagnostiqué à l’âge de 11 ans par
des métrorragie dans un contexte de puberté.
Et 2 autres cas de 2 filles:
- Patiente
observation (1) : diagnostiqué à l’âge de 1 an par bourgeon génital et
virilisation des organes génitaux externe ; et qui présente actuellement des ovaires poly
kystique et un hirsutisme.
- Patiente
observation (2) : diagnostiqué à la naissance par ambigüité sexuelle et
un abouchement urètro-vaginal.
PRADER a établi 4 types cliniques schématiques en fonction du degré de
l’hyper-androgénie.
69
Figure 15 : Stade de prader : stade de virilisation pour la fille
e. Les risques :
Le risque est la déclaration, à la naissance, d’un enfant de sexe masculin.
Dans ce type d’hyper-androgénie, les structures mûllériennes sont toujours
normales, la régression des canaux wolffiens est complète. Plusieurs hypothèses
tentent d’expliquer ce paradoxe, l’hyper androgénie fœtale survient alors que les voies
génitales internes sont déjà différenciées.
La concentration locale en androgènes est insuffisante pour stimuler le
développement des canaux de Wolff, l’action virilisante des androgènes surrénaliens
est trop faible. Seul le tiers inférieur du vagin présente des anomalies ; il est établi que
l’abouchement vaginal dans l’urètre vertical est d’autant plus haut et distant du périnée
que l’imprégnation androgénique a été plus intense.
Il faut noter que le bloc enzymatique en 11-hydroxylase se caractérise
cliniquement par l’association d’une masculinisation tardive à une hypertension
artérielle, ce qui est due
à l’excès de la désoxycorticostérone ; cette hypertension n’apparaît jamais avant
l’âge de trois ans [24].
70
De plus, les DSD XX quelle que soit leur forme de révélation et même
lorsqu’elles sont correctement traitées dès la naissance, s’accompagnent le plus
souvent de dystrophie ovarienne [31].
f. Traitement :
la prise en charge associe un traitement médicale, un traitement chirurgicale,
La démarche médicale à suivre devant une DSD XX est en fonction de l’âge, le
traitement glucocorticoïde à dose frénatrice est toujours indiqué [32]
A un jeune enfant, le traitement doit être précoce pour permettre une croissance
et une puberté normales. L’hormone glucocorticoïde supplée l’insuffisance
cortisolique et, freinant l’ACTH endogène, diminue l’hyperplasie surrénalienne
productrice d’androgènes, l’hypophyse retrouve son rétro-contrôle.
Chez l’enfant, la majorité des auteurs utilisent l’hormone physiologique :
l’hydrocortisone à des doses modérées : 10 mg par jour avant 2 ans, 20 mg par jour
entre 2 et 6 ans, 30 mg par jour au-delà.
Chez l’adulte, l’adaptation du traitement est plus facile car il suffit de freiner la
sécrétion d’ACTH par une dose modérée d’hydrocortisone (30 mg par jour) ou de
déxaméthasone (0,5 à 1 mg par jour) [32]. On insiste sur le bénéfice d’un traitement
vespéral à vie.
Dans les formes avec perte de sel, en cas de déshydratation aiguë, il faut rétablir
l’équilibre hydro-électrolytique ; si la cortisone intramusculaire (5mg/kg/jour) est
insuffisante pour maîtriser la fuite sodée, il faut y ajouter un minéralocorticoïde dont la
posologie est progressivement dégressive en maintenant une surveillance régulière.
Quant à l’anomalie des organes génitaux externes, le geste chirurgical doit être
précoce [32].
71
Il peut s’agir de :
- la clitoridoplastie : elle doit permettre la réduction de l’hypertrophie
clitoridienne tout en préservant la sensibilité et les possibilités théoriques d’érection.
La conservation totale avec réduction apparente par enfouissement et plicature
sous pubienne du tissu érectile (intervention de Pellerin) a été abandonnée au profit
d’une réduction vraie par exérèse partielle de la portion accolée des corps caverneux
avec conservation et réimplantation du gland (intervention de spence et Allen)
Il reste la technique décrite par Mollard qui respecte le pédicule vasculo-nerveux
dorsal du gland et la bandelette muqueuse sous-clitoridienne.
- La vaginoplastie : elle doit reconstituer un orifice vaginal distinct et séparé du
méat urétral par une cloison muqueuse.
- La vulvoplastie : reconstitue les grandes lèvres par translation des bourrelets
génitaux. Les petites lèvres souvent absentes dans le DSD XX peuvent être recréées à
partir de l’excès du fourreau cutané clitoridien (nympho plastie).
Le DSD XX reste une simple anomalie anatomique des organes génitaux
externes aisément et complètement réparable par l’endocrinologie et la chirurgie
plastique.
Le diagnostic doit être précoce pour permettre une croissance normale, une
puberté féminine et une fertilité satisfaisante.
72
3. Puberté précoce :
a. Définition :
La puberté précoce est définie par l’apparition de signes pubertaires avant 8 ans
chez la fille, avant 9 ans et demi chez le garçon.
Elle s’accompagne d’une accélération de la vitesse de croissance staturale et
d’une avance de la maturation osseuse.
La puberté précoce peut avoir plusieurs origines : « centrale » quand elle est due
à une activation précoce de l’hypothalamus, et « périphérique » quand elle est
indépendante des gonadotrophines.
L’estimation du stade pubertaire est une étape essentielle de l’approche
diagnostique : pendant des années, nous nous sommes référés aux stades de Tanner,
bien codifiés (tableau 1)
Pour des générations de pédiatres endocrinologues, les stades de Tanner ont fait
référence.
b. Classification de Tanner :
Elle évalue l’acquisition des caractères sexuels secondaires :
Paramètres de cette classification :
- Développement mammaire chez la fille (S) ;
- Développement des organes génitaux externes chez le garçon (G) ;
- Pilosité pubienne (P).
73
Les différents stades du développement pubertaire sont cotés de 1 (stade
prépubère) à 5 (stade adulte), permettant d’évaluer le niveau pubertaire lors de
l’examen physique.
Développement mammaire
S1
Absence de développement mammaire
S2
Petit bourgeon mammaire avec élargissement de l’aréole
S3
Glande mammaire dépassant la surface de l’aréole
S4
Saillie de l’aréole et du mamelon sur la glande
S5
Aspect adulte
Développement des OGE du garçon
G1
Testicules et verge de taille infantile
G2
Augmentation du volume testiculaire de 4 à 6 mL
G3
Augmentation du volume testiculaire de 6 à 12 mL et accroissement de la verge
G4
Augmentation du volume testiculaire de 12 à 16 mL et accroissement de la verge
G5
Aspect adulte
Pilosité pubienne
P1
Absence de pilosité
P2
Quelques poils sur le pubis
P3
Pilosité pubienne au-dessus de la symphyse
P4
Pilosité pubienne fournie
P5
Aspect adulte (triangulaire chez la femme, losangique chez l’homme)
Tableau 1 : Classification de Tanner évaluant l'acquisition
des caractères sexuelles secondaires
74
Tableau 2 : Classification Tanner
Classiquement, dans l’hyperplasie congénitales des surrénales, la puberté précoce
est périphérique. Chez quelques patients on peut observer plutôt une puberté précoce
centrale.
En fait, c’est l’hyperandrogénie qui peut induire une puberté précoce vraie par
«entrainement» de l’axe hypothalamo hypophysaire. [33]
c. Pseudo-puberté précoce[19]
Elle est liée à une exposition excessive aux androgènes surrénaliens
insuffisamment freinés par un traitement mal conduit (traitement mal adapté ou
mauvaise observance thérapeutique).
75
Clinique :
-
Chez le garçon : développement excessif de la pilosité pubienne,
augmentation de la taille de la verge alors que les testicules sont de taille
pré-pubère, hyperpigmentation du scrotum ;
-
Chez la fille : tableau de prémature pubarche avec augmentation de la
pilosité pubienne sans développement mammaire, augmentation de la taille
du clitoris ;
-
Dans les deux sexes : accélération de la vitesse de croissance,
développement musculaire excessif, acné du visage.
Bilan paraclinique :
-
avance importante de la maturation osseuse (plus de 2 ans) ;
-
augmentation des taux de testostérone, de 17-hydroxyprogestérone ;
-
réponse de type pré-pubère au test au LHRH (absence d’élévation des
gonadotrophines). Les modalités de réalisation de test sont détaillées en
Annexes.
Conduite à tenir :
- réajuster
les doses d’hydrocortisone (en fonction de la 17-hydroxy-
progestérone) et éventuellement les doses de 9-alpha-fludrocortisone (en fonction de la
rénine) ;
- surveillance
paraclinique :
●
vérifier la normalisation des taux de testostérone pour l’âge et pour le sexe,
●
maintenir des taux de 17-hydroxyprogestérone dans les limite recherchées
(entre 10 et 50 nmoles/L le matin à jeun),
●
- si
surveiller le ralentissement de la maturation osseuse,
besoin, introduction d’un traitement anti-androgène par acétate de
cyprotérone 10 à 20 mg par jour sous surveillance du poids.
76
d. Puberté précoce centrale [19, 35,36,37]
La puberté précoce centrale consiste en une réactivation prématurée de l’actvité
pulsatile de la GnRh
Figure 16 : mécanisme de la puberté précoce centrale
77
Elle peut apparaître entre 6 et 9 ans par levé de l’inhibition périphérique après un
traitement tardif, une période de sous-dosage thérapeutique ou d’arrêt du traitement.
Bilan clinique :
- chez le garçon : développement excessif de la pilosité pubienne et axillaire,
augmentation de la taille des testicules (volume > 4 mL ou longueur
testiculaire > 2,5 cm) et de la verge > 6cm ;
- chez la fille : poussée mammaire : prémature thélarche ( conduite à tenir en
annex), apparition d’une pilosité pubienne : prémature pubarche (conduite à
tenir en anex) ;
- dans les deux sexes : accélération de la vitesse de croissance, avec souvent
une avance staturale au moment du diagnostic, qui va de pair avec une
avance de l’âge osseux.
Bilan paraclinique :
- avance importante de la maturation osseuse avec un âge osseux de plus de 11
ans chez les filles, 13 ans chez le garçon ;
- augmentation des taux de testostérone chez le garçon et des taux d’œstradiol
chez la fille ;
- réponse de type pubère au test au LHRH (élévation des gonadotrophines) ;
- augmentation des taux de FSH et LH urinaires (rarement réalisés).
78
- échographie
pelvienne :
Critères échographiques de début de puberté chez la fille :
Impubère
Pubère
Longueur utérus
< 30mm
> 30mm
Ligne vacuité
Absente
Présente
Longueur ovaires
<25mm
>25mm
Rapport col/corps
col>corps
Corps>col
Tableau 3 : Critères échographiques de début de puberté chez la fille
 Echographie pelvienne améliore le diagnostic de la puberté précoce
centrale chez les filles entre 0 et 8 ans ; elle n’a aucune information utile
chez les filles après 8 ans. [34 ]
- Un diagnostic définitif de la puberté précoce centrale peut être confirmée par
la mesure de la LH et de la FSH 30-60 minutes après stimulation par la
gonadotrophine-releasing hormone (GnRH) à 100 mcg ou avec un analogue
de la GnRH.
- Parce que la GnRH natif n'est plus disponible, la plupart des centres utilisent
le leuprolide analogique (sous forme aqueuse) à une dose de 20 mcg / kg,
jusqu'à un maximum de 500 mcg. Une augmentation des taux de FSH
beaucoup plus importante que l'augmentation des taux de LH suggère que
l'enfant est pré-pubère.
- Certaines études suggèrent que l'augmentation des taux de LH à plus de 8 UI
/ L est en faveur de diagnostic de la puberté précoce centrale, mais cela
dépend de l'analyse spécifique LH utilisé.
79
- Une étude menée par Carel et al a déclaré que le niveau de pic de LH mesuré
par l'ICMA qui définit la PPC s'élevait à 4,1 UI / L chez les garçons et 3,3 UI
/ L chez les filles.
-
Une autre étude suggère que lorsque le niveau de base de LH est pré pubère,
une augmentation des taux de LH à 5 UI / L ou plus après leuprolide est bien
corrélée avec la progression des signes pubertaires au cours d'une période de
6 mois d'observation. Aucune augmentation de la LH et de FSH après la
perfusion de GnRH ne suggère une pseudo puberté précoce. [38 ]
Conduite à tenir :
- verifier les doses d’hydrocortisone et de 9-alpha-fludrocortisone et les
adapter si besoin;
- traitement freinateur de la puberté par agonistes du GnRH par voie
intramusculaire :
• leucoproréline 11,25 mg toutes les 12 semaines ou 3,75 mg toutes les 4
semaines,
• triptoréline 3,75 mg J0-J14-J28 puis toutes les 4 semaines,
- l’arrêt du traitement sera évalué par le clinicien, en fonction de l’âge du
patient, de son développement pubertaire et de son âge osseux.
Habituellement, le traitement est poursuivi jusqu’à un âge physiologique de
puberté et/ou jusqu’à ce que l’âge osseux atteigne 12 ans chez la fille, 13 ans
chez le garçon.
80
Dans notre série, une puberté précoce était révélatrice de HCS chez 2 Patients et
une s’en est compliquée plus tard.
Observations (1) : fille âgée de 17ans, puberté précoce à l’âge de 5ans et 6mois
avec pilosité pubienne et poussée mammaire, et une ménarche à l’âge de 8ans.
On retiens le diagnostic d’une puberté précoce centrale, devant les signes
cliniques en faveur ; prémature pubarche , devant les signes échographiques d’un
utérus pubère et valeur de LH élevée .
Le test après stimulation GnRh n’a pas pu être réalisé par faute de moyen de
la patiente.
Observation (3) : fille élevée garçon, âgé de 17ans, puberté précoce
hétérosexuelle ; pilosité pubienne à l’âge de 2ans et métrorragie à l’âge de 8ans ;
a bénéficié d’une hystérectomie et colpectomie à l’âge de 9ans.
Observations (4) : garçon âgé de 17ans, qui a été diagnostiqué à l’âge de 5ans par
une pseudo-puberté précoce hétérosexuelle.
81
4. Réduction du pronostic de la taille : petite taille finale :
a. Définition du retard statural :
 Définition
-
retard statural si taille à -2 DS (retard statural sévère si taille à – 4 DS).
 Indication à explorer un retard statural
-
taille -2 DS
-
taille à -1,5 DS de la taille cible
-
ralentissement de la VC (cassure ou infléchissement)
 La taille cible :
La taille cible génétique est la taille que le patient devrait avoir si n’intervenaient
que des facteurs génétiques.
Elle est calculée selon la formule [39 ]
Taille cible (cm) = taille père (cm) + taille mère (cm) + 13 si garçon (-13 si
fille)/2.
Ce calcul doit être interprété avec précaution: il donne un ordre de grandeur et
pas une valeur précise; il est ininterprétable si la taille des deux parents est trop
différente; il ne doit pas être confondu avec une taille prédictive, prenant en compte
d’autres données telles que le stade pubertaire et l’âge osseux.
b. La croissance staturale :
La croissance normale se déroule en 3 phases. Elle nécessite un système
endocrinien normal (hormone de croissance, Insulin-like growth Factor 1 (IGF1),
stéroïdes sexuels, hormones thyroïdiennes), un squelette normal. Elle est contrôlée par
des facteurs génétiques divers, et influencée par l’état nutritionnel et des facteurs
82
socio-environnementaux. Le niveau de taille est exprimé en déviation standard (DS)
ou en percentiles, en références aux courbes de croissance d’enfants du même sexe de
Sempé et Pédron [40 ].
Tableau4 : Courbe de la vitesse de croissance Sempé et Pédron
Un percentile donné est la limite en dessous de laquelle se trouve le pourcentage
correspondant de la population normale (par exemple 3% des enfants ont une taille en
dessous du 3ème percentile). Les tailles de 95 % des enfants bien portants sont entre -2
(proche du 3ème percentile) et +2 (proche du 97ème percentile) DS. Cela correspond à
une taille adulte comprise entre 151 et 174 cm chez les filles et entre 163 et 187 cm
chez les garçons.
83
Après la phase de croissance intra-utérine, la croissance staturale peut-être
divisée en 3 phases individualisées par les courbes de vitesse de croissance.[41]
-De 0 à 4 ans : petite enfance (Infancy)
- phase de croissance rapide
- 1ère année environ 25 cm, soit 75 cm à 1 an
- 2ème année environ 10 cm, soit 85 cm à 2 ans
- 3ème année 8 cm, soit 93 cm à 3 ans
- importance des facteurs génétiques et nutritionnels
- mise sur le couloir génétique avec VC normale, ralentie ou accélérée
-De 4 ans à la période pubertaire : deuxième enfance (Childhood)
- ralentissement progressif de la vitesse de croissance à 5-6 cm/an
- importance des facteurs hormonaux : GH, cortisol et hormones thyroïdiennes
-Période pubertaire (Puberty)
- développement des caractères sexuels secondaires et pic de croissance
pubertaire
- importance des stéroïdes sexuels
Chez la fille :
- l’accélération de la VC est associée ou précède les premiers signes
pubertaires
- la VC atteint 8cm/an la deuxième année puis décroît
- gain pubertaire moyen de 20 à 25 cm (environ 12% de la taille adulte)
- après les premières règles, la fille grandit en moyenne de 7 cm
- taille adulte atteinte 4 ans après le début de la puberté
84
Chez le garçon :
- souvent ralentissement pré pubertaire de la VC puis accélération après
ledémarrage pubertaire
- la VC atteint 9cm/an la deuxième année puis décroît
- gain pubertaire moyen de 25 cm à 30 cm (environ 14% de la taille adulte)
- taille adulte atteinte 5 ans après le début de la puberté
-La fin de la croissance :
- VC < 2 cm/an et âge osseux > 15 ans chez la fille et 16 ans chez le garçon
- le pic de croissance plus tardif et plus ample chez le garçon explique une
différence
- de taille adulte de 13 cm par rapport aux filles
- selon les courbes de Sempé, la taille moyenne est de 162 cm chez la fille et
173 cm chez le garçon.
- Selon des données de 2004 sur des enfants nés en 1985, la taille moyenne est
de
163,8 cm chez la fille et 177,7 cm chez le garçon ce qui traduit l’accroissement
séculaire de la taille.
c. Paraclinique
- Age osseux (systématique) :
La réalisation d’un âge osseux doit être systématique, permettant d’évaluer la
maturation globale de l’organisme. Elle utilise une radiographie de la main et du
poignet gauches de face, lue par un radiologue entraîné en utilisant l’atlas de Greulich
et Pyle [42 ].
85
Le début de la puberté se situe pour un âge osseux proche de 11 ans chez la fille,
13 ans chez le garçon, correspondant à l’apparition du sésamoïde du pouce. L’âge
osseux permet d’approcher la fraction de sa taille adulte qu’un enfant a déjà prise, et
donc sa potentialité de croissance résiduelle jusqu’à la taille adulte. La prédiction de
taille adulte se calcule, pour un enfant donné, à partir de sa taille actuelle et de son âge
osseux, la méthode la plus communément utilisée étant celle de Bayley et Pinneau
[43].
Cependant, il y a une marge d’erreur entre la taille prédite et la taille finale,
d’autant plus grande que l’enfant est plus jeune et la différence entre l’âge osseux et
l’âge chronologique plus grande.
Chez les patients présentant une HCS l’âge osseux est souvent avancé à
l’enfance.
d. Pronostic de taille
Le pronostic de taille finale chez ces patients peut être, parfois, un enjeu difficile
à assurer et doit faire l'objet d'une attention particulière par le clinicien pouvant faire
appel à des compléments thérapeutiques indispensables au traitement classique par
glucocorticoïdes.
L’excès d’androgènes surrénaliens entraîne une fusion précoce des cartilages de
conjugaison et une taille finale inférieure à celle attendue.
Le traitement par glucocorticoïdes utilisés chez les patients présentant une
hyperplasie congénitale des surrénales peut impacter sur leur taille finale, ils atteignent
souvent une taille finale réduite par rapport à la taille cible des parents. [44]
Une méta analyse a été conduite afin de définir dans quelle mesure la taille finale
était perturbée et quelle était la distribution moyenne des patients atteints
d’hyperplasie congénital de la surrénale [44] [45].
86
La taille finale estimée en déviation standard (DS) était de -1,38 DS par rapport
à la population générale et de -1,03 DS par rapport à la taille cible parentale des
patients.
Des études rétrospectives ont montré que la taille adulte des patients traités est
indépendante du degrés de contrôle hormonal, ce qui suggère que aussi bien l’hyper
androgénie que l’hypercorticisme contribuent à la petite taille finale. [46] [47] [48]
Une autre étude récente a recommandé que la dose quotidienne de
l’hydrocortisone chez les patients soufrant de la forme classique de l’hyperplasie
congénitale des surrénales ne doit pas dépasser 17mg/m² pour maximiser la croissance
pubertaire [49].
De nombreux facteurs peuvent perturber la taille finale, tels que : [50]
- L’âge au diagnostic [44] ; un diagnostic précoce et l’initiation d’un
traitement d’hydrocortisone a été associé à des résultats favorables.
- la dose cumulée d’hydrocortisone
- l’observance thérapeutique des patients
- la forme de l’hyperplasie congénitale de la surrénale
• prise en charge :
- bon équilibre du traitement glucocorticoïde
- suivi de l’observance thérapeutique
- suivi précis des taux d’androgènes, de l’âge osseux
- prise en charge rapide d’une puberté précoce débutante par traitement
freinateur
87
Une étude récente turque a été faite, pour évaluer l’effet de l’analogue de
l’hormone de libération des gonadotrophines (GnRH) sur la croissance chez les
enfants atteints d’hyperplasie congénitales des surrénales.
Douze enfants atteints d’HCS ont été inclus dans une étude de suivi. Huit
patients ont subi le test de stimulation GnRH. Le traitement par GnRH a été administré
à 3,75 mg4 semaines; La dose a dû être augmentée à 7,5 mg chez trois patients. L'âge
osseux, les vitesses de croissance et l'indice de masse corporelle des patients ont été
surveillés pendant le traitement.
Cette étude a conclu que le traitement par GnRH doit être envisagé pour
augmenter la croissance linéaire et diminuer la progression de l'âge osseux chez les
enfants atteints d’hyperplasie congénitale des surrénales compliquée par une PPC, en
particulier chez les enfants qui n'ont pas d'âge osseux extrêmement avancé pour l'âge
chronologique.[51]
Le rôle du surdosage en HC sur la taille finale a été montré dans plusieurs études
[52,53] et en particulier pour des doses supérieures à 30 mg/m2/j ; la vitesse de
croissance semblant être normale pour des doses de 10 à 15 mg/m2/j [54].
D’autres études ne montrent pas de corrélation [55,56]. L’altération de la vitesse
de croissance est plus marquée dans la première année de vie et la puberté, [56,57] ces
périodes où les doses d’HC sont souvent supérieures à 15 mg/m2/j surtout dans la
période néonatale.
Pour certains auteurs, le diagnostic précoce (avant 1 an) et des doses faibles
d’HC dans la première année de vie sont un facteur de bon pronostic de taille finale
[52,53].
88
Le pronostic semble meilleur pour les patients traités par
fludrocortisone,
ces derniers ont eu cependant une perte de sel permettant un diagnostic plus précoce
[53,55].
Dans notre série, une petite taille finale a été retrouvée chez 3 Patients:
Observation (1) : fille âgée actuellement de 17ans qui présente une petite taille
(142cm -4DS) malgré un diagnostique précoce à l’âge de 1an. Mais la patiente avait
une mauvaise observance thérapeutique qui peut justifier la survenu de complications.
Observation (2) : fille âgée actuellement de 19 ans qui présente également une
petite taille à 147 cm (-3,5DS) malgré un diagnostique à la naissance, mais chez qui on
a réalisé une mauvaise observance thérapeutique, ce qui ne peut confirmer notre étude
de littérature.
Observation (4) : garçon âgé actuellement de 17ans diagnostiqué à l’âge de 5ans,
avec bonne observance thérapeutique et consultations régulières, âgé actuellement de
17ans avec une taille de 162cm ( -2,5DS)
89
5. Surpoids/ obésité et syndrome métabolique:
Le morphotype de la fille normale évolue pendant la phase pubertaire. L’aspect
gynoïde se précise en milieu de puberté avec une diminution du tour de taille et une
augmentation du tour de hanche.
Lors des états d’hyperandrogénie, il s’agit d’une obésité androïde définie par le
tour de taille ; un tour de taille > 80 cm chez la femme et > 94 cm chez l’homme.
L’importance de cette adiposité est un élément essentiel car elle prédispose au
risque métabolique et vasculaire. Le rapport taille/hanche est un marqueur clinique de
la sensibilité à l’insuline: un index T/H supérieur à 0,8 est un signe d’obésité androïde.
Un des signes cliniques majeurs d’insulinorésistance est l’apparition d’un acanthosis
nigricans des plis caractéristiques par son aspect« peau sale, brune et épaissie »[58]
Dans l’hyperplasie congénitale des surrénale, le traitement par glucocorticoïdes à
long terme associé à une augmentation des androgènes peut entrainer des effets
métaboliques indésirables. [59]
75% des enfants présentant un surdosage en glucocorticoïdes développent une
obésité avant leur sixième année. [60]
Les facteurs qui peuvent contribuer à l’augmentation de l’indice de masse
corporelle sont : [61]
 la dose d’hydrocortisone
 l’âge chronologique de diagnostic
 l’avance de maturation osseuse
 l’obésité parentale.
90
Par contre ; la taille et le poids à la naissance, la dose de fludrocortisone et les
taux plasmatiques en leptine ne sont pas significativement associés à la survenue de
l’obésité.
Dans une étude récente [62], il a été montré que l’IMC était plus élevé dans les
deux sexes par rapport à la population contrôle.
Environ 41% des patients atteints d’hyperplasie congénitale des surrénales avait
une obésité avec un IMC supérieur à 30 kg/m2 et 37% étaient en surpoids avec un
IMC compris entre 25 et 30 kg/m2.
Après ajustement sur l’âge, la prévalence de l’obésité était de 37.1% chez les
hommes et 52.2% chez les femmes atteints d’HCS.
Les patients porteurs de la mutation CYP21 sont à risque de développer une
obésité, et donc un risque de développer un diabète, une hypertension artérielle et des
complications cardiovasculaires [63]
Glucocorticoïdes la thérapie est connue pour prédisposer à un profil métabolique
défavorable. Par conséquent, une étude a été faite qui s’est intéressé à la prévalence de
l'obésité et le syndrome métabolique chez les jeunes patients atteints d'hyperplasie
congénitale des surrénales et de corréler cette prévalence avec le traitement de
l’hyperplasie congénitale des surrénales et de l'histoire de la famille.
Le syndrome métabolique et l'obésité ont été observés chez 12,1 et 30,3% des
patients HCS, respectivement, tous deux étaient plus élevés que dans la population de
référence.
Une histoire familiale positive de syndrome métabolique a été jugée plus
fréquente chez les patients obèses par rapport aux patients atteints d’hyperplasie
congénitale des surrénales non obèses, et des résultats similaires ont été observés pour
les contrôles.
91
Les patients atteints d’hyperplasie congénitales des surrénales ont présenté une
plus forte prévalence de l'obésité et le syndrome métabolique, qui ne sont pas en
corrélation avec le traitement par glucocorticoïdes.
Cette étude suggère que l'obésité et la prédisposition familiale sont des facteurs
déterminants importants pour un profil métabolique défavorable chez les patients
atteints d’hyperplasie congénitales des surrénales.[64]
Pour évaluer l'histoire naturelle et le calendrier de rebond d'adiposité chez les
enfants atteints d’hyperplasie congénitale des surrénales. Dans Une étude longitudinale
mixte rétrospective, la taille et les changements dans la composition corporelle (IMC,
le poids (kg) / taille2 (m)), triceps et plis cutanés subscapulaires) ont été analysés dans
22 (14 filles, huit garçons) patients prépubères avec HCS pour lesquels des données
anthropométriques continues étaient disponibles pour au moins sept ans.
Normalement les patients avec HCS ont augmenté de plus en plus leur IMC
pendant toute l'enfance.
Le rebond d’adiposité a eu lieu, en moyenne, trois ans plus tôt que dans la
population générale. Ces résultats suggèrent que, même si bien contrôlée en termes de
processus de la maladie, les patients atteints d’HCS sont à risque d'obésité, qui peut
avoir des implications importantes pour l'évolution de la fonction de reproduction
(ovaires poly kystiques), le diabète, l'hypertension et les maladies cardiovasculaires
chez ces sujets.[65]
Donc dans le cadre de la prise en charge de l’obésité ; il faut encourager la
pratique d’une activité physique régulière quasi quotidienne (30min par jour),et une
enquête diététique par un relevé alimentaire et des conseils diététiques ;
une
alimentation saine et équilibrée, et optimiser au maximum le traitement par
glucocorticoïdes doit être un effort de tous les jours. [66][67][68]
92
Tandis que la dysfonction métabolique était évidente chez les femmes obèses
atteintes d’HCS [69]. Les études disponibles sur la sensibilité à l'insuline chez les
femmes présentant des formes classiques d’HCS ont fourni des résultats
incohérents.[70][71][72]
Dans notre série, l’obésité et le surpoids ont été retrouvés chez 2 de nos patients
Observation(1) : IMC 25kg/m²
Observation (2) : IMC 32.17 kg/m²
93
6. Ostéoporose et ostéopénie :
Il est difficile de conclure à partir de l’ensemble des études sur la masse osseuse
des patients présentant une hyperplasie congénitale des surrénales, en raison d’une part
de caractère non homogène de ces études, et d’autres part de l’absence d’études à fort
niveau de preuve scientifiques.
La diminution de la masse osseuse pourrait être expliquée par un surdosage en
corticoïdes, aggravé par la suppression des androgènes et l’hypogonadisme
Cette diminution de la masse osseuse peut aboutir soit à une ostéopénie
( T score entre -1,5 et - 2,5 DS) soit à une ostéoporose ( T score < -2,5 DS)
Les patients atteints de la forme classique avec perte de sel représentent le
groupe le plus à risque de diminution de la densité minérale osseuse en raison de la
dose cumulée d’hydrocortisone qu’ils ont reçu et de l’usage éventuel d’un
glucocorticoïde de longue durée d’action comme la déxaméthasone .
L'ostéoporose a été une préoccupation compréhensible pour les enfants et les
patients adultes atteints d'hyperplasie congénitale des surrénales qui peuvent recevoir
ou ont reçu des doses supraphysiologiques de glucocorticoïdes. Certains rapports
antérieurs sur la densité minérale osseuse (DMO) chez les patients adultes atteints
d’HCS n'ont montré aucune différence significative dans la DMO entre les patients
atteints d’HCS et les témoins, mais d'autres ont trouvé une DMO inférieure chez les
patients souffrant d’HCS.
Dans les rapports documentant la réduction de la DMO, ce résultat a été attribué
à un effet accumulé de l'exposition prolongée à des glucocorticoïdes en excès pendant
la petite enfance et l'enfance. Récemment un essai a été fait pour établir le rôle de la
dose cumulative totale de glucocorticoïdes sur la DMO.
94
Dans cet essai il a été établi pour la première fois qu'il y avait une relation
négative entre la dose cumulée totale de glucocorticoïdes et la DMO lombaire et
fémorale. Les femmes pourraient bénéficier de l'effet conservateur des œstrogènes par
rapport aux hommes. L'IMC (indice de masse corporelle) semble également protéger
les patients contre la perte osseuse. À la lumière de cela, les médecins doivent garder à
l'esprit les conséquences potentielles des glucocorticoïdes sur l'os et donc ajuster le
traitement et améliorer la surveillance clinique et biologique de la petite enfance. En
outre, les mesures préventives contre l'ostéoporose induite par les corticostéroïdes
doivent être discutées dès le début du traitement par les glucocorticoïdes.[73]
La
prévention
du
risque
ostéoporotique
par
l’activité
physique,
la supplémentation en calcium et vitamine D doit être prise en considération.
Il semble donc important d’évaluer le retentissement osseux de la maladie, de
préciser le risque fracturaire et les stratégies thérapeutiques.
Le suivi comporte une évaluation du métabolisme phosphocalcique, en accord
avec les recommandations de la prise en charge de l’ostéoporose, et une surveillance
de la densité minérale osseuse. [63]
 Surveillance de la densité minérale osseuse
Dans le cadre du traitement par glucocorticoïdes au long cours et de l’évaluation
du risque fracturaire, on propose de faire l’exploration sur le rythme suivant :
- Chez l’enfant : densitométrie osseuse en fin de croissance ou avant si la
radiographie standard ou le bilan phosphocalcique sont anormaux.
- Chez l’adulte :
Si la densité minérale osseuse adulte initiale était normale, tous les 5-10 ans chez
les hommes et chez les femmes jusqu’à la ménopause:
- si ostéopénie : tous les 5ans,
- si ostéoporose : tous les 2 ans;
95
Chez les femmes ménopausées:
- en l’absence de THS, la densité minérale osseuse pourrait être répétée 2 à 5
ans
après pour dépister une perte osseuse accélérée, comme chez les femmes
ménopausées avec des facteurs de risque, puis tous les 5 à 10ans,
- en cas de THS, la densité minérale osseuse pourrait être vérifiée en fin de
traitement.
 Stratégie thérapeutique de prévention et de traitement
Aucune étude d’intervention thérapeutique n’est disponible spécifiquement dans
l’hyperplasie congénitale des surrénales. À défaut, les recommandations se basent sur
l’expérience de la prévention et le traitement de l’ostéoporose cortisonique.
Réévaluer le traitement par hydrocortisone et le cas échéant du traitement
œstroprogestatif.
S’assurer d’un apport calcique suffisant : (si possible alimentaire sinon
médicamenteux)
- 700-900 mg/j chez l’enfant en fonction de l’âge;
- entre 1 200-1 500 mg/j chez les adolescents;
- 1 000-1 500 mg/j chez les adultes;
- 1 500 mg/j dans la prévention de l’ostéoporose cortisonique;
- en vérifiant l’absence d’hypercalciurie.
S’assurer d’un apport vitaminique D, 400 à 800 UI/j ou 1 ampoule à 100 000
unités
l’hiver, pour la prévention de l’ostéoporose cortisonique (cibler des
concentrations sériques de 25 OH vit D autour de 30ng/ml).
Dans notre série, l’ostéoporose n’a été évaluée que chez une seule patiente ,
Observation (1) : l’ODM est revenu normal.
96
7. Complications gonadiques
a. Chez la fille
Dans notre série, l’hyper androgénie a été retrouvée chez 2 patientes, troubles de
cycle chez 2 patientes, syndrome des ovaires poly kystiques chez une patiente.
 Hyperandrogénie :
C’est un désordre hormonal complexe marqué par une production excessive
d’androgènes associée comme conséquence à un syndrome métabolique.
Les manifestations cliniques à l’adolescence associent à divers degrés un
hirsutisme, un trouble du cycle menstruel et/ou une prise de poids qui vont évoluer en
l’absence de prise en charge vers un trouble de l’ovulation et une hypofertilité associée
à un syndrome métabolique avec risque de dyslipémie, d’hypertension artérielle et de
diabète de type 2.
L’hirsutisme est défini par la présence d’une pilosité dure et pigmentée dans des
territoires masculins (lèvre supérieure, visage, menton, dos, thorax, ligne blanche,
creux inguinaux, face interne et postérieure des cuisses)
Le score de Ferriman et Gallwey modifié évalue cette pilosité, cotée de 0 à 4, sur
neuf zones du corps (figure 17).
97
Figure 17 : scores de ferriman et gallway
Fréquemment, une valeur de ce score >6 signe l’hirsutisme [74] mais la pilosité ayant
une expression variable selon les ethnies, le seuil de définition doit être établi en
fonction de la population à laquelle il est appliqué. Ainsi, ce seuil varie de 4 en Asie à
8 en Espagne, Iran ou États-Unis [74,75].
L’ovaire et la surrénale sécrètent des androgènes, l’origine des hyper androgénies
péri-pubertaires est de loin dominée par l’hyper androgénie fonctionnelle ovarienne
associée à divers degrés à un hyperinsulinisme.
98
 Troubles du cycle
 Secondaires à l’action de l’hyper androgénie biologique sur la fonction
gonadotrope.
 Conséquences cliniques :
- dysovulation ou anovulation ;
- oligospanioménorrhée voire aménorrhée primaire ou secondaire.
 Traitement
Théoriquement, pour lutter contre les signes d'hyperandrogenie, deux possibilités
existent :
freiner la production excessive d'androgènes par la surrénale par des
glucocorticoïdes ou bien empêcher l'action de ces androgènes au niveau de leur
récepteurs par des antiandrogènes[76].
Le traitement comporte le traitement étiologique spécifique de l’hyperplasie
congénitale des surrénales par hydrocortisone ou dexaméthasone et la prise en charge
médicamenteuse par pilule estroprogestative et des anti-androgènes accompagné d’un
traitement cosmétique.
Pilule estroprogestative :
En présence d’hyperandrogénie modérée et surtout en cas d’acné, en l’absence de
contre-indications et, en particulier, de facteurs de risques personnels et familiaux de
thrombose artérielle ou veineuse, une pilule estroprogestative peut être proposée,
parfois en association à un traitement antiandrogénique. En effet, par leur action
antigonadotrope, les estroprogestatifs freinent la sécrétion des androgènes ovariens
dépendants de la LH.
99
Anti androgènes :
Le plus efficace est l’acétate de cyprotérone (Androcur*). Il s’agit d’un
progestatif de synthèse au très fort pouvoir anti-gonadotrope et anti-androgène. Son
effet est double. D’une part, il possède une action centrale en freinant la sécrétion de la
FSH et de la LH, bloquant ainsi les fonctions endocrine et exocrine ovariennes, et
induit une baisse des concentrations de testostérone et de delta-androstènedione [77]
Il a pour indication, dans son AMM, l’hirsutisme sévère de la femme. Le schéma
classique d’administration est de 50 mg par jour d’Androcur* (1 cp) associé à du 17boestradiol per os (par exemple Provames* 2 mg) ou, en cas de risque métabolique ou
vasculaire, en gel ou en patch (1 à 2 mg/j) pendant 20 jours sur 28, correspondant à un
schéma de type freinage-substitution.
Cette association est anti-gonadotrope et donc contraceptive dès le premier mois
de prise même si, d’après les mentions légales, l’action contraceptive n’existe qu’à
partir du 3ème mois de traitement. Les patientes devront être informées du risque
d’oligoménorrhée voire d’aménorrhée sous-acétate de cyprotérone.
Une surveillance du bilan hépatique et glucido-lipidique est nécessaire bien que
les effets secondaires métaboliques soient très rares.
Il bloque également les effets périphériques des androgènes en inhibant leur
liaison à leur récepteur. Sa demi-vie est longue, du fait d'une accumulation dans le
tissu adipeux. Il est largement utilisé en France et en Europe dans le cadre d'une
autorisation de mise sur le marché (AMM) pour le traitement de l'hirsutisme chez la
femme.
Seules deux études contrôlées randomisées sur des effectifs modestes ont évalué
comparativement l'efficacité du CPA, associé a un estrogène, et d'un glucocorticoïde.
100
Dans une de celles-ci, ayant inclus 30 patientes, le CPA associé au 17β-œstradiol
a montré une efficacité supérieure (amélioration dans 54 % des cas) sur le score de
Ferriman et Gallwey par rapport a l'hydrocortisone (amélioration dans 24 % des cas)
[78].
Dans la seconde étude randomisée ayant inclus 28 patientes, le CPA associé a
l'ethinylestradiol(EE) a été comparé à la dexamethasone [79].
Là encore, l'association EE-CPA était supérieure (amélioration dans 66 % des
cas) sur l'hirsutisme par rapport à la dexamethasone (31 % des cas). Le traitement des
signes d'hyper androgénie de patientes présentant une FNC d'HCS repose donc sur
l'utilisation du CPA associé au17β-estradiol en première intention, en l'absence de
contre-indications.
Le traitement de l’hyper androgénie est fondé, outre l’activité physique et la
diététique, sur l’emploi de progestifs antiandrogènes mais ceux-ci ne sont que
partiellement éfficaces sur l’hyperinsulinisme et la dyslipémie [80]. Actuellement la
prévention du risque cardiovasculaire est une des priorités et une des bases de
l’utilisation des traitements insulino sensibilisateurs [81,82].
 Syndrome des ovaires polykystiques
Sa physiopathologie est complexe. Il est principalement lié à une dysrégulation
intrinsèque des cellules stéroïdogènes. Il en résulte une production excessive
d’androgènes par les cellules thécales ovariennes sous l’influence de facteurs intraovariens [83]. Mais ce phénomène pourrait secondairement être majoré par des
facteurs extra-ovariens tels que la Luteinizing hormone (LH), stimulant directement
les cellules thécales, ou l’insuline qui contribueraient à entretenir le syndrome [84].
L’hypertonie de la sécrétion de la LH, parfois observée dans le SOPMK, résulterait
d’une altération du rétrocontrôle négatif, probablement secondaire à l’action des
androgènes en excès, sur l’axe hypothalamo-hypophysaire [85].
101
Il existe par ailleurs dans le SOPMK un excès de follicules en croissance et un
défaut de sélection du follicule dominant qui se traduit respectivement par des ovaires
d’aspect multifolliculaires en échographie et un trouble de l’ovulation pouvant être
responsable d’une infertilité [86][87] [88][89][90]
Il semble y avoir une croissance continue des ovaires à travers l’enfance .37 Il y
a une augmentation de la prévalence du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)
de l'enfance à l'adolescence: Dans une population de patients normale évaluée dans
une étude rétrospective, l'augmentation a été de 6% à l'âge de 6 et 26% à l'âge de
15ans.[91] la plupart des femmes atteintes de SOPK ont développé le problème
pendant l'enfance et la puberté. hGH joue un rôle certain dans la croissance de l'ovaire.
Il semble également y avoir un lien étroit entre la taille et l'apparence des ovaires sur
les changements échographiques et spécifiques des taux circulants d'œstrogènes.[92]
Nous rapportons le cas de la patiente :
Observation (1) : qui rapporte des signes d’hyper androgénie, un hirsutisme avec
un score de 20 (ferriman gallwey) des ovaires poly kystiques sur l’échographie,
probablement lié à la puberté précoce ; 12,4 % des patients après une premature
pubarche ont un risque de syndrome des ovaires polykystiques [93 ]
 Infertilité féminine
La fertilité chez les femmes présentant une forme classique de l’hyperplasie
congénitale de la surrénale est retrouvée diminuée dans toutes les études, surtout chez
les femmes présentant une forme avec perte de sel. [94]
Cela est la conséquence de plusieurs facteurs, à la fois [95][96][97]
- biologiques (mauvais équilibre hormonal),
- mécaniques (en rapport avec les chirurgies de reconstruction),
- psychologiques et sexuels
102
 Mécanisme physiologique :[98]
Les mécanismes d’infertilité sont multifactoriels et communs dans les deux
formes de bloc en 21-hydroxylase.
Ils sont la conséquence, d’une part, de l’hyper androgénie surrénalienne et,
d’autre part, de l’accumulation des substrats de l’enzyme que sont la progestérone et la
17-OHP.
Conséquences de l’hyper androgénie surrénalienne sur la fertilité féminine
L’excès d’androgènes surrénaliens va induire avant tout un déficit gonadotrope,
d’autant plus profond que l’hyper androgénie est sévère.
En effet, au niveau hypothalamique, les androgènes convertis en oestrogènes
vont induire un rétro contrôle négatif sur l’axe gonadotrope et donc une dysovulation,
voire une anovulation, selon l’intensité de ce rétrocontrôle.
Une partie des androgènes surrénaliens en excès va diffuser au sein du
parenchyme ovarien et seraient capables d’induire un trouble de la folliculogenèse,
proche de celui observé dans le syndrome des ovaires polymicrokystiques (SOPK), en
agissant localement sur des récepteurs aux androgènes au niveau des cellules de la
granulosa.
Conséquences de l’excès de progestérone sur la fertilité féminine
La progestérone va agir à trois niveaux en activant de manière excessive et/ou
prématurée les récepteurs à la progestérone :
- le premier niveau d’atteinte concerne l’axe gonadotrope.
En effet, ces dérivés progestatifs endogènes vont induire un rétrocontrôle négatif
sur les neurones hypothalamiques à GnRH à l’origine d’une dysovulation « centrale ».
Ce mécanisme d’infertilité est commun avec celui décrit par les androgènes. Il y a
donc probablement un effet de potentialisation entre ces deux familles de stéroïdes à
l’étage hypothalamo-hypophysaire ;
103
- le deuxième niveau d’atteinte concerne l’endomètre.
En effet, l’activation continue des récepteurs à la progestérone va freiner la
croissance de l’endomètre normalement induite par les oestrogènes mais va aussi
induire une avance de maturation endométriale délétère pour l’implantation d’un
éventuel blastocyste (désynchronisation entre le « timing » de l’ovulation et
l’ouverture de la fenêtre d’implantation) ;
- le troisième niveau d’atteinte concerne les glandes endocervicales.
Celles-ci vont secréter de manière continue une glaire plus compacte et hostile à
la migration, à la survie et à la capacitation des spermatozoïdes.
Les taux élevés de 17-OHP n’ont que peu d’effets sur la fertilité féminine
puisque le pouvoir progestatif de ce composé ne serait que de 1 % par rapport à celui
de la progestérone.
Figure 17 : mécanismes physiopathologiques impliqués dans l'infertilité
chez les femmes présentant une hyperplasie congénitale des surrénales
104
Néanmoins, il n’existe que très peu d’étude, portant toutes sur un nombre limité
de patientes
Un mauvais équilibre hormonal de la maladie a donc une part importante dans
l’infertilité de ces femmes :[99][100]
- l’hyperproduction d’androgènes perturbe la folliculogenèse ovarienne et
l’axe gonadotrope, soit par action directe, soit après aromatisation en
estrogènes.
- l’augmentation de la production de progestérone inhibe la croissance
folliculaire, empêche l’endomètre de s’épaissir, et rend la glaire cervicale
imperméable. Elle possède aussi une action inhibitrice de l’axe gonadotrope
Un certain nombre d’études ont montré une altération de la fertilité chez les
femmes atteintes d’HCS [101] [102] [103].
Cependant, le taux de fécondité dans cette population est estimé entre 95% dans
la population générale et similaire dans les 2 formes classiques d’hyperplasie
congénitale des surrénales [101]. En effet, une minorité de femmes atteintes d’HCS
exprime un désir de maternité. Les anomalies vaginales, une tendance plus importante
à l’homosexualité et des facteurs psychologiques en sont autant de raisons [102]
L’étude de la pulsatilité de la LH chez ces femmes peut néanmoins être normale
en cas de contrôle correct de la maladie, malgré l’imprégnation androgénique
néonatale ou diminuée, en fréquence et en amplitude, en rapport avec les taux élevés
de progestérone.
En cas de désir de grossesse, le contrôle des taux pré-conceptionnels non
seulement de la 17OHP mais aussi de la progestérone doit donc être strict et représente
un objectif thérapeutique majeur chez ces patientes[104].
105
Prise en charge de l’infertilité féminine :[18]
- Consultation avec un endocrinologue adulte et gynécologue du centre de
référence ou de compétence.
- Proposer une consultation avec un chirurgien expérimenté dans les anomalies
du développement sexuel pour les patientes ayant eu une chirurgie des
organes génitaux externes.
- Expliquer l’importance du contrôle hormonal de la surrénale par le traitement
et de l’observance du traitement dans l’équilibre de l’axe gonadotrope et la
fertilité.
- Réaliser un conseil génétique avant la prise en charge de la fertilité. Une
évaluation du conjoint est recommandée si la patiente est porteuse d’une
mutation sévère.
- Rechercher des signes d’hyperandrogénie (anomalies du cycle menstruel,
hirsutisme).
- Vérifier l’équilibre hormonal en début de cycle (J2-J4), ou à n’importe quel
moment en cas d’aménorrhée, dans tous les cas à distance de la prise d’un
traitement œstroprogestatif, par le dosage de : stradiol, testostérone, ∆4androstènedione,
progestérone,
17-hydroxyprogestérone,
FSH,
LH,prolactine.
- Réaliser une échographie pelvienne à la recherche d’ovaires de type
polykystique (en faveur d’une dystrophie ovarienne associant dysovulation
chronique, hyper androgénie et insulino-résistance).
- Améliorer l’équilibre thérapeutique en cas de troubles du cycle ou
d’hirsutisme.
106
o
Évaluer la réserve ovarienne par le dosage de l’hormone antimüllérienne.
o
Contrôler des taux préconceptionnels de progestérone et
de 17-
hydroxyprogestérone en phase folliculaire en augmentant, si besoin, les doses
deglucocorticoïdes.
o
En cas d’échec du traitement par hydrocortisone seule, un traitement par
citrate de clomiphène estindiqué.
o
En cas d’échec du traitement par citrate de clomiphène, une procréation
médicalement assistée peut être proposée et réalisée dans un centre autorisé
par un praticien agréé en lien avec un endocrinologue adulte d’un centre de
compétence ou de référence.
b. Chez le garcon :
 inclusion testiculaire :
Les ISIT ont pour origine le tissu cortico-surrénalien en position ectopique dans les
testicules, hyperstimulé par l’ACTH en excès.
Ces inclusions semblent être développées à partir de reliquats de cellules
surrénaliennes intra-testiculaires, normalement présentes chez les nourrissons.[105]
107
Figure 18 : Histoire naturelle de l'inclusion surrénaliennes intra testiculaires [105]
En histologie les cellules surrénaliens hypertrophiés, regroupés en ilots au sein
du parenchyme testiculaire normal cause un diagnostique différentiel avec les tumeurs
à cellules de Leydig. [106]
- S’il s’agit effectivement d’une inclusion surrénalienne l’analyse histologique
montre la présence de tubes séminifères et l’absence de cristalloïdes de
Reinke,
- Mais elle ne permet pas d’éliminer formellement une tumeur à cellules de
Leydig
108
La
prévalence
des
inclusions
testiculaires
dans
les
séries
étudiant
systématiquement leur présence chez les patients atteint d’hyperplasie congénitale de
la surrénale est entre 21% et 94%, en fonction de l’âge de la population étudiée, et de
la méthode de détection ( palpation ou échographie). Elles sont le plus souvent à
l’origine de l’altération de la spermatogénèse.
La fonction testiculaire dans son ensemble est souvent altérée chez ces patients,
en particulier en cas de larges inclusions pouvant comprimer les voies excrétrices
[ 107].
Cliniquement on peut retrouver :[108]
- pesanteur scrotale voir douleur gênante
- une augmentation du volume testiculaire,
- une consistance dure et hétérogène qui peut signer l’existence de nodules
à développement progressif particulièrement chez les enfants non traités
- typiquement bilatérale [109]
- mais près de 42% des cas sont asymptomatiques.
La réalisation systématique d’une échographie testiculaire chez ces patients est
recommandée dès la puberté, à fin de dépister les inclusions testiculaires à un stade
précoce.
En échographie, les inclusions surrénaliennes intra testiculaires miment les
tumeurs malignes testiculaires
Caractéristiques communes des inclusions testiculaires avec les tumeurs
malignes :
- hypoéchogéneité
- héterogéneité : zones hyperéchogénes au sein de masses globalement
hypoéchogénes
109
Caractéristiques pouvant aider à faire la différence :
- contour bien délimité
- multifocalité
- confluence des lésions
- bilatéralité
- proximité avec le hile testiculaire
PRISE EN CHARGE :
Les inclusions surrénaliennes intra testiculaires sont préférentiellement trouvés
chez les patients avec un mauvais contrôle hormonale, et avec un taux d’ACTH élevé ,
ce qui laisse penser que l’ACTH joue un rôle de facteur de croissance tumorale .
En effet, après optimisation du traitement par glucocorticoïdes la régression est
souvent constatée [110]
Donc le traitement de ces inclusions repose sur la majoration du traitement par
glucocorticoïdes, avec notamment ma possibilité de recourir à l’utilisation de la
dexamethasone , permettant la suppression des taux d’ACTH et ainsi d’espérer
l’amélioration de la fonction testiculaire.[107]
Malgré l’utilisation de doses de glucocorticoïdes freinant l’axe corticotrope et
donc la corticosurrénale, les patients porteurs de déficit en 21-hydroxylase restent
exposés à un excès d’androgènes surrénaliens. Malgré d’anciennes publications
optimistes [111] basées sur de petites séries ou des cas cliniques isolés, ces patients
présentent des altérations fréquentes de la sexualité et de la fertilité liées aux
inclusions testiculaires de tissu surrénalien (25-45% des cas) et à un déficit
gonadotrope fonctionnel induit par la sécrétion chronique excessive de progestérone et
17-hydroxyprogestérone [112] [113]
110
La chirurgie a été proposée pour ceux qui ne répondaient pas au traitement, mais
les résultats de celle-ci sur le plan de la préservation de la fonction endocrine et
exocrine du testicule n’ont pas été démontrés[114].
La prévention a donc sa place dans la prise en charge des patients par la
réalisation d’une échographie testiculaire dès la puberté.
De même, il semble important de contrôler le spermogramme de ces patients dès
qu’il est réalisable, vers le début de l’âge adulte. La question d’une cryopréservation
systématique de sperme chez tous les patients présentant une forme classique d’HCS
par déficit en 21-hydroxylase est actuellement posée et semble être prudente afin de
préserver la fertilité de ces patients [115].
 Infertilité
Une réduction de la fertilité masculine a été observée chez un grand nombre de
patients présentant un déficit en 21-OH [116] [117].
L’élévation des androgènes surrénaliens peut conduire à un rétrocontrôle négatif
sur l’axe hypothalamo-hypophysaire-gonadique et aboutir à une diminution de la taille
des testicules et altérer la spermatogénèse.
Ces dernières années, il a été clairement démontré que les inclusions
surrénaliennes de tissus testiculaires pouvaient compromettre la fertilité masculine
[105]
Proposer un spermogramme pour évaluer le nombre, la mobilité et le
pourcentage de formes typiques des spermatozoïdes : si altération, vérifier l’équilibre
hormonal et si besoin adresser à un centre de procréation médicalement assistée en vue
d’inséminations artificielles ou de fécondation in vitro avec ou sans injection
intracytoplasmique de spermatozoïdes(ICSI).[18]
Dans notre étude : Nous avons un seul cas de garçon 46 XY,
Observation (4) : chez qui la palpation testiculaire ne révèle pas de masse
et l’échographie n’a pas été faite.
111
8. Tumeurs surrénaliennes
Des études
indiquent que dans les incidentalomes surrénaliens, le profil
endocrinien du déficit en 21-hydroxylase est très fréquent et que ce défaut
enzymatique est plus fréquent dans les lésions bilatérales que dans les lésions mono
latérales.[118]
L’incidence de masses surrénaliennes apparaît plus importante chez les patients
porteurs d’un bloc en 21-hydroxylase que dans la population générale [119]. La grande
majorité des masses surrénaliennes est bénigne. Néanmoins, il n’existe actuellement
aucune étude systématique de l’incidence des tumeurs surrénaliennes dans le cadre du
suivi des patients porteurs d’un bloc en 21-hydroxylase.
Dans notre observation l’association d’un nodule surrénalien complique le
pronostic puisqu’ils peuvent selon certaines études aboutir à une dégénérescence
tumorale. D’où l’intérêt de débuter le traitement le plus précocement possibles et de le
poursuivre à vie.
La surveillance de ces patients doit être semestrielle basée sur l’examen clinique
et biologique par le dosage de la 17OH Progestérone.
Les adénomes non fonctionnels sont de survenue fréquente chez les enfants
ayant une HCS.
Asymptomatiques et de découverte radiologique, ils présentent une taille variable
souvent supérieure à 50 mm et hétérogènes faisant discuter le corticosurrénalome.
Ils surviennent souvent chez les enfants diagnostiqués tardivement et/ou dont le
traitement est pris de façon irrégulière.
Leur survenue dans les 2 formes homozygote et hétérozygote soulève le
problème de leur mécanisme étiopathogénique et évolutif et de leur prise en charge
thérapeutique. [120]
112
Selon une étude faite sur 43 patients suivis pour hyperplasie congénitale des
surrénales;
44,2
%
d’hyperplasie
des
surrénales
révélé
sur
examen
tomodensitométrique surrénalien. Dont 18% d’hyperplasie surrénalienne bilatérale,
9,3% d’hyperplasie surrénalienne unilatérale et 18% d’hyperplasie nodulaire. [121]
Concluant que la tomodensitométrie est un examen clé chez les patients suivis
pour HCS dans le but d’un diagnostic et une prise en charge précoce.
C’est une complication retrouvée 3 fois en 25 ans à l’hôpital d’enfant de Rabat,
dans les dossiers électronique de professeur Gaouzi, associant une pseudo puberté
précoce hétérosexuelle chez les 3 patients.
Elle cause souvent un problème de diagnostic différentiel avec les tumeurs
surrénaliennes. [122 ]
Nous rapportons dans notre série le cas d’un de ces patients :
Observation (5) :
DSD XX , Prader V , diagnostiqué à l’âge de 11 ans par des métrorragies, et
compliqué plus tard d’une hyperplasie nodulaire des surrénales sur IRM ; suite à un
retard diagnostique et une mauvaise observance thérapeutique ; actuellement adressé
en chirurgie.
113
9. Complications liés à la chirurgie :
Les femmes avec des HCS qui ont été traités avec la récession clitoridien ou
résection subtotale dans l'enfance sont à risque de douleur ou de l'élargissement du
clitoris plus tard dans la vie, et emprisonne les corps érectiles agrandies sous le pubis.
Ces patients peuvent éprouver un nouvel élargissement clitoridien avec le temps,
ce qui conduit à la douleur et de la difficulté avec la fonction sexuelle.
Les endocrinologues et chirurgiens doivent être conscients de cette complication
et de savoir que le traitement est disponible.
Les patients doivent être interrogés sur l'inconfort, la douleur ou l'élargissement
lors des visites de suivi. [123]
La méconnaissance de l’anatomie topographique du nerf dorsal du clitoris NDC
expose le chirurgien aux risques de lésions clitoridiennes distales pouvant être à
l’origine de douleurs chroniques ou a contrario de l’anesthésie difficilement réversible
de cette région, l’ensemble aboutissant à des troubles de la fonction sexuelle.
Considérant que l’anatomie est le fondement de la chirurgie, la qualité et la fiabilité de
la description anatomique du clitoris est indispensable au chirurgien gynécologue et
urologue. L’anatomie de l’appareil génital externe féminin est peu détaillée dans la
majorité des traités d’anatomie de référence.[124]
Les dernières études anatomiques sur le clitoris et son innervation apportent des
informations pertinentes sur le trajet précis emprunté par les pédicules neurovasculaires
du
clitoris
et
sur
leur
rapport.
Le
NDC
peut
chirurgicalement:[124]
 sous la symphyse pubienne, à l’union des 2 piliers du clitoris ;
114
être
lésé
 à la face dorsale du corps clitoridien. La disposition dorsale quasi exclusive
des fibres du NDC autorise un abord chirurgical ventral du clitoris en toute
sécurité.
La distance entre le NDC et la symphyse pubienne constitue une marge de
sécurité qui impose de raser le bord inférieur de la symphyse pubienne en cas d’abord
dorsal. La dissection des fibres terminales du NDC apparaît illusoire voire dangereuse
vu les rapports intimes entre le NDC et le clitoris au niveau corporéo-glandulaire. Ces
connaissances fournissent aux chirurgiens les clés de la conservation de ces pédicules
qui est la garantie d’un bonrésultat fonctionnel au décours des interventions portant
surle clitoris.[124]
Étude rétrospective des résultats anatomiques, cosmétiques, fonctionnels et
psychologiques chez 48 patientes opérées pour ambiguïté sexuelle entre 1996 et 2015,
dans Département de chirurgie pédiatrique, CHU Fattouma Bourguiba, Monastir,
Tunisie :
Toutes les patientes ont eu une chirurgie en un seultemps incluant dans la plupart
des cas une vaginoplastie, une clitoridoplastie et une labio-plastie.
Il y a eu un cas de sténosevaginale et 9 cas de récurrence de l’hypertrophie
clitoridienne.
Et a conclu que la réparation de la virilisation des organes génitaux externes doit
se faire entre 2 mois et6mois. Le suivi médical et psychologique rigoureux doit être
assuré.[125]
Et une autre étude algérienne faite sur 36 patientes : 27 adultes et 9 adolescentes,
diagnostiquées toutes à la naissance ; ont toutes reçu un traitement médicale par
hydrocortisone et fludrocortisone et un traitement chirurgicale ; enfouissement
clitoridien , clitoridectomie et vaginoplastie .
115
L’hypertrophie clitoridienne est présente après la cure chirurgicale et persiste
à l’âge adulte .
Clitoris mal positionné chez 18 patientes.
Orifice vaginal est sténosé chez 27 patientes (à l’origine d’un hématocolpos).
Les lèvres labio-scrotales restent boursouflées.
Ce qui explique les difficultés chirurgicales de cette pathologie au stade avancé
de la virilisation chez ces patientes.
En effet l’aspect féminin n’est pas obtenu.
Et la meilleure alternative thérapeutique serait le diagnostic anténatal qui
permettrait d’atténuer la virilisation et faciliter la prise en charge thérapeutique.[126]
Certains enfants intersexes requièrent une intervention chirurgicale pour des
raisons médicales urgentes. Cependant, dans la plupart des cas, la chirurgie génitale a
été faite pour des raisons psychosociales afin de confirmer le genre assigné par
l’apparence génitale et ainsi de faciliter l’éducation appropriée au genre, d’aider à
développer une image du corps typique du genre et d’éviter un stigmate social. Dans
beaucoup de cas, la chirurgie génitale est aussi nécessaire pour faciliter ultérieurement
les relations sexuelles pénovaginales et parfois rendre la conception et l’insémination
possibles. Parce que la chirurgie génitale comporte un risque pour les tissus sexuels et
l’innervation érotique, donc pour le fonctionnement sexuel, un débat vigoureux s’en
est suivi : ne devrait-on pas reporter la chirurgie de confirmation du genre jusqu’à ce
que l’enfant DSD soit assez âgé pour donner son consentement éclairé ? [127][128]Les
chirurgiens affirment que les techniques chirurgicales modernes ont fait de grands
progrès, mais cela peut encore demander des années avant que les patients récemment
traités soient assez âgés pour fournir des données sur leur fonctionnement sexuel.
116
Les cliniciens expérimentés sont préoccupés par le risque d’une attention
excessive et d’une stigmatisation encourue par l’enfant DSD non opéré. En outre, en
l’absence d’une expérience sexuelle suffisante, même un adolescent plus âgé ou un
jeune adulte peut ne pas être capable de donner un consentement éclairé approprié,
tandis que le fait même de l’ambiguïté génitale peut contribuer à retarder l’initiation
sexuelle, et certains patients peuvent ne jamais atteindre ce stade du développement.
Ainsi, à l’heure actuelle, il n’a pas de consensus sur la question de la chirurgie
génitale précoce, sauf à dire que les cas les plus légers d’ambiguïté génitale sont moins
susceptibles d’être opérés aujourd’hui qu’il y a une ou deux décennies, et qu’il y a un
consensus grandissant pour que la chirurgie génitale ne soit pratiquée que dans des
centres d’excellence ayant l’expérience des DSD.
En préparant les parents et, plus tard, les patients aux décisions de chirurgie
génitale, une aide doit leur être fournie pour traiter et évaluer l’information complexe
sur les avantages et les désavantages de la chirurgie adulte. Si la décision a été en
faveur de la chirurgie génitale, des considérations à la fois médicales et
psychologiques déterminent le choix du moment [129]. Du point de vue
psychologique, la chirurgie génitale est plus aisément faite dans la petite enfance,
quand il n’est pas question de conseil de l’enfant, et à l’adolescence, quand la
maturation cognitive facilite le conseil et que le patient a atteint un degré d’autonomie,
plutôt que dans l’enfance. Plus l’enfant est âgé, plus il est habilité à avoir le vote
décisif dans la décision pour ou contre la chirurgie génitale et à en choisir le moment.
Dans le contexte d’une chirurgie non génitale, des faits substantiels prouvent les
bénéfices psychologiques des procédures de préparation spécifiques selon l’âge, telles
que l’éducation, les modèles, l’entraînement à faire face et d’autres techniques de
thérapie comportementale pour que les patients et leur famille fassent face et
s’adaptent à l’hospitalisation et aux procédures médicales [130]; de telles procédures
devraient être adaptées à la chirurgie génitale.
117
Avant et après la chirurgie génitale, les examens génitaux des enfants et
adolescents DSD sont fréquents. Étant donné les taux faibles de prévalence des divers
syndromes d’intersexualité, ce fut une pratique médicale courante que de nombreux
médecins, en particulier des étudiants et des internes, fassent un examen génital du
même patient. Cependant, il a été prouvé que cette pratique a des effets après-coup
psychologiques négatifs et souvent très graves [131][132] Dans la formation médicale,
cette pratique devrait être remplacée par l’utilisation de photographies, de vidéos et de
modelages. Les enfants plus âgés et les adolescents devraient avoir voix au chapitre
pour dire s’ils souhaitent qu’un membre de leur famille soit présent au moment de
l’examen et, si oui, quel membre [133].
À l’adolescence et à l’âge adulte, la surveillance psychosociale doit inclure le
souci des relations sentimentales et du fonctionnement sexuel, à cause des problèmes
psychosociaux accrus par l’ambiguïté génitale et les résultats variables de la chirurgie
génitale.
Nous devons, cependant, garder à l’esprit qu’il y a beaucoup de patients avec
DSD pour qui les questions de genre sont moins au premier plan que la qualité de vie
en général, et un nombre important dont la survie après la naissance est en danger.
Nous rapportons le cas de :
Observation (2) : présentait un abouchement commun de l’urètre, vagin et du
rectum et fut opéré à l’âgé de 1an avec une cure de la fistule vesico-vaginale et vésicoutérine et plastie urétrale.
La patiente présente un seul orifice, et n’a pas eu de vaginoplastie ni de
clitoridoplastie de réduction.
Observation (3) : le patient déclaré garçon, a bénéficié d’une hystérectomie avec
colpectomie à l’âge de 9ans , en plus d’un échec répété d’hypospadias à 4 reprise et
une cinquième cure est prévu .
Le patient nécessite une prothèse testiculaire (non faite).
118
10. Complications psychologiques :
Une étude récente [134] a montré que le type de mutation et la procédure
chirurgicale pouvaient influer sur l’aspect psychosexuel de la qualité de vie. La très
grande majorité des femmes atteintes d’HCS étaient peu satisfaites de l’aspect de leur
organes génitaux externes, qu’elles aient été opérées ou pas. Leur vie sexuelle était
retrouvée altérée, avec une première expérience plus tardive, une pénétration
douloureuse, et par conséquent peu de grossesse et d’enfant. Nermoen et al. [135]
confirment ces résultats puisque au sein de la population norvégienne d’HCS, la
majorité des femmes étaient célibataires et seulement 21% d’entre elles avaient des
enfants.
Quant à la plus grande tendance à l’homosexualité dans cette population, cela ne
peut en aucun cas détériorer la qualité de vie sauf si l’individu présente un trouble de
l’identification sexuelle dont il souffre.
Enfin, chez les hommes, tout récemment, Falhammar et al. [108] ont étudié la
relation entre altération de la fertilité masculine des hommes atteints d’HCS et la
qualité de vie sociale et sexuelle. Il n’a pas été retrouvé de différence significative par
rapport au groupe contrôle.
Il est actuellement reconnu que les patients atteints d’HCS ont une qualité de vie
et une fertilité diminuées. Leur état de santé subjective s’en trouve altéré. Un grand
intérêt s'est porté au cours des dernières décennies sur les aspects qualitatifs de la
santé : vécu subjectif, état fonctionnel, état global de santé. La qualité de vie liée à
l'état doit faire partie des éléments du suivi. Un accompagnement psychologique
pourrait être proposé à ces patients.
La puberté et le début des règles pour les patients atteints de FC surviennent en
général dans un délai normal [136][137][138]
119
Cependant, les problèmes majeurs de cette période sont une prise pondérale
importante et un défaut de compliance, aux quels s’ajoutent des modifications de la
pharmacocinétique du cortisol [139]rendant difficile l’obtention d’un équilibre
hormonal satisfaisant. Ce déséquilibre hormonal se manifeste par une hyper
androgénie biologique et clinique avec hirsutisme, acné et troubles des règles [140].
Ces signes cliniques associés à l’obésité n’améliorent pas l’estime de soi de ces
patients, ayant pour conséquence l’aggravation des troubles psychoaffectifs et
relationnels souvent présents à cette période de la vie.
Une évaluation psychologique est parfois nécessaire afin d’évaluer les
changements de comportement pouvant être générés par la puberté précoce [141]. En
effet, la puberté s’accompagne de modifications psychologiques, qui, si elles
surviennent trop précocement, peuvent induire des conduites sociales inadaptées à
l’enfant ou à son environnement. Lors du déclenchement précoce de la puberté, il peut
avoir un décalage entre le développement psychique et le développement physique en
raison de l’immaturité de l’enfant [142]. Une prise en charge psychologique est parfois
nécessaire.
Il est conseillé et proposé aux parents et aux patients de rencontrer un
psychologue si possible ayant l’expérience des problématiques psychopathologiques
inhérentes à cette maladie et pour les raisons suivante :[19]
 vécu ancien, pathologie présente des la naissance ;
 suivi médico-chirurgical lourd depuis la petite enfance ;
 problématique de l’identité sexuelle, atteinte des organes génitaux ;
 problèmes lies a la petite taille et au surpoids éventuels ;
 pathologie nécessitant une prise en charge et un traitement a vie ;
 pathologie transmissible a la descendance.
120
Dans notre étude 2 patients ont présenté des complications psychologiques :
Observation(1) : La patiente semble, indifférente vis-à-vis de la maladie, ne
semble pas réaliser le danger et les complications à long terme,
Observation (2) : Patiente plutôt indifférente et apathique, vis-à-vis de la sa
maladie, de son malformation génitale et de son entourage.
Et aucune des patiente n’a bénéficié d’un suivi psychologique
121
III. TRANSITION ENTRE LES SERVICES
D’ENDOCRINOLOGIE PEDIATRIQUE ET ADULTE :
De nos jours, près de 90% des enfants atteints d’une maladie chronique survivent
au-delà de l’âge de vingt ans et doivent passer de la pédiatrie aux soins adultes et de
l’enfance à l’adolescence et à l’âge adulte. Selon la Society for Adolescent Medicine
and Health (SAHM), les objectifs d’une transition organisée et coordonnée aux soins
adultes pour les jeunes malades chroniques devraient permettre d’optimiser leur santé
et de faciliter la réalisation de leur potentiel maximal.[143] En conséquence, bien que
le but principal de la transition soit la continuité des soins, elle n’est pas limitée au
transfert (le passage de l’information et du patient de la pédiatrie aux soins adultes)
mais est beaucoup plus large et inclut la préparation à la vie adulte. Ainsi donc, la
transition devrait commencer tôt pendant l’adolescence, finir quand le patient devient
un jeune adulte.[144]
La transition devrait être considérée comme un transfert planifié entre les équipes
d’endocrinologie pédiatrique et adulte[145][146]
L’équipe d’endocrinologie pédiatrique de l’hôpital d’enfants de rabat a émis le
souhait d'améliorer les échanges avec l’endocrinologie adulte, d'être davantage en
phase et de réfléchir à comment préparer la transition.
Dans l’idée, dans un premier temps de se connaître et de s'accorder afin d'avoir
un langage commun et ensuite de créer ensemble ainsi qu'avec les jeunes patients, un
outil qui permettrait de recueillir outre les données médicales et biologiques, ce qui
définit sur le plan psycho-social cet adolescent et son vécu avec la maladie.
122
1. Définition :
La transition est définie comme le mouvement intentionnel et planifié
d'adolescents atteints de maladie chronique entre les soins axés sur les enfants et les
soins orientés vers les adultes [147].
Le terme transition implique un déplacement progressif, coordonné, sans heurts
d'un état à un autre comme le passage de la nuit au jour [148].
Le moment et le rythme pour entreprendre cette transition de soins pour un
adolescent atteint d’hyperplasie congénitale des surrénales, d'un modèle pédiatrique
centré sur la famille à un modèle adulte centré sur le patient, représente une étape
importante dans la trajectoire de vie de ces patients incluant des considérations
physiques, psychologiques et pratiques [148].
C'est la préparation de la transition qui permettra ensuite le transfert dans de
bonnes conditions.
Le transfert est plus volontier soudain et arbitraire sans réelle préparation avec
seulement une information au moment venu. Alors que c'est en fait une étape de la
transition.
Certains auteurs insistent sur le fait que cette transition doit être annoncée dés le
début de l'adolescence et discutée de manière itérative afin d'être perçue comme une
étape normale du développement [149].
La préparation à la transition est plutôt longue mais c'est aussi la clé de la réussite
face à l'anxiété provoquée par le changement.
La durée de transition dans notre expérience s’étale de 3 à 5ans.
En effet, la période de transition en endocrinologie ne se limite pas aux
changements corporels et émotionnels liés à la puberté et/ou au passage d'une structure
pédiatrique à une structure adulte (le transfert) mais constitue un processus complexe
de responsabilisation[150].
123
2. Risque d’une transition inadéquate :
L’objectif de ce chapitre est d’aborder la transition chez les patients souffrant
d’hyperplasie congénitale de la surrénale et de discuter la prise en charge
pluridisciplinaire spécialisée.
Des transitions sous-optimales peuvent conduire à des connexions médiocres
avec les équipes de soins de santé adultes qui peuvent finalement aboutir à
«l'abandon» des soins de santé.
La rupture avec le milieu médical est très fréquente lors du passage à l’âge
adulte, avec des conséquences sur le plan physique et psychologique. [151]
Les contraintes psychosociales rencontrées à l’adolescence revêtent une
importance particulière chez les jeunes atteints d’endocrinopathies chroniques ; elles
entraînent souvent une altération de la gestion autonome, chez les patients atteints de
toute autre pathologie nécessitant un traitement quotidien au long court. La période du
passage d’un adolescent des soins pédiatriques aux soins adultes, appelée la transition,
s’inscrit dans une phase où l’adolescent développe son identité, sa maturité sexuelle et
où il atteint une autonomie personnelle et professionnelle. L’augmentation du
comportement à risque chez tout jeune avec maladie chronique peut rendre difficile
l’accès aux soins ainsi que l’observance thérapeutique.[152][153]
Une étude récente au Royaume-Uni, cependant, a estimé le nombre de patients
atteints d’hyperplasie congéniale des
surrénales assistant aux consultations aux
services spécialisés pour adultes entre 2% et 5%. [154]
Transition inadéquate aux services pour adultes a été soulignée comme une
explication possible.
Améliorer la transition des soins pédiatriques aux soins adultes endocriniens est
un défit reconnu.[154]
124
3. Problématique de la transition :
Dans l’hôpital d’enfants Ibn Sina de Rabat, nous avons constaté le retour de nos
patients après le transfert aux services d’endocrinologie adulte, après un laps de temps
sans suivi ou après arrêt suite à une première consultation avec un endocrinologue
adulte ou après une complication, due a un attachement au pédiatre ou a une transition
non programmé qui peut s’étaler sur des années.
Cependant , au cours de la finalisation de notre travail , nous avons reçu une
patiente, suivie pour HCS par bloc 21-hydroxylase, diagnostiquée à l’âge de 8ans chez
qui la transition était réussie
Cette transition coïncidait avec le passage d’un endocrinologue adulte en service
d’endocrinologie pédiatrique, qui l’a prise en charge.
(1)
Un transfère non programmé: Ces jeunes sont transférés en service
d’endocrinologie adulte de façon non programmée, et cela peut être plus
difficile alors d’établir une alliance thérapeutique, un des concepts de base
de l’éducation thérapeutique.
(2)
Période critique de la transition : La période de passage d’un adolescent des
soins pédiatriques aux soins adultes, appelée la transition, s’inscrit dans une
phase où l’adolescent développe son identité, sa maturité sexuelle et où il
atteint une autonomie personnelle et professionnelle. [152]
Le développement normal de l'adolescent avec des tendances à remettre en
question ou à rejeter les conseils et la tendance à ne pas comprendre
pleinement les conséquences de ses actes peuvent également entraver le
processus de transition.[155]
125
Les comportements des patients tels que les messages textuels et les jeux
sur les téléphones cellulaires, et le désintérêt de participer aux discussions
frustre les équipes de soins de santé et les parents.
(3)
Manque d’information : Les adolescents ne sont pas souvent conscients des
enjeux complexes que représente la transition.
(4)
Milieux pediatriques inadaptés aux problématiques de l’adulte :Dans les
services pédiatriques, des patients de 18 ans voire plus sont suivis ;
l'environnement médical n'est plus adapté et les problématiques spécifiques
à l'adulte telles que la sexualité, la fertilité, la stérilité ou encore l'entrée
dans le monde professionnel ne peuvent y être abordées.[151]
(5)
La prise en charge de l’HCS diffère de l’enfance à l’âge adulte : certains
objectifs du traitement diffèrent entre l'enfance et l'âge adulte. Par exemple,
la tâche difficile de supprimer la production d'androgènes surrénales sans
compromettre la croissance est plus un problème chez les adultes atteints
d’hyperplasie congénitale des surrénales, il serait donc souhaitable de
disposer d’endocrinologues adultes ayant une compétence particulière dans
le
traitement
des
patients
atteints
d’hyperplasie
congénitale
des
surrénales.[153]
Il est urgent de développer des programmes de recherche interdisciplinaires qui
prennent en compte les aspects d’insertion professionnelle ou sociale, du
développement en plus des éléments médicaux.
126
4. Barrière au bon déroulement de la transition :
Plusieurs barrières au bon déroulement de la transition des soins pédiatriques aux
soins adultes ont été identifiées, pouvant être générées par le patient et sa famille, les
professionnels de la santé et le système de soins.[156][157]
Pour le patient et sa famille, le processus de transition marque le plus souvent la
fin d’une longue relation de confiance avec l’équipe pédiatrique.
Le changement proposé représente l’inconnu et suscite fréquemment beaucoup
d’appréhension. Si la transition n’est pas bien préparée et coordonnée, ou si elle
survient à un moment inopportun, comme lors d’une période de crise, la transition peut
être perçue comme un abandon.
Néanmoins, il semble que la résistance au changement du patient et de sa famille
ne soit pas le plus important obstacle au bon déroulement de la transition.
L’équipe pédiatrique, en raison de sa longue relation avec le patient et la famille,
peut également constituer une entrave.
Cette situation se rencontre notamment dans le cas de certaines maladies
pédiatriques rares, où le spécialiste et son équipe peuvent avoir le sentiment d’être
mieux formés à ce type de pathologies que leurs confrères des soins adultes et, dès
lors, avoir de la difficulté à se séparer de leur patient.
Dans le système de soins adultes, certains soignants peuvent se montrer réticents
à prendre en charge des jeunes adultes atteints de maladies chroniques. En effet,
certains spécialistes adultes peuvent manquer d’expérience et de formation dans la
prise en charge de certaines de ces maladies, souvent considérées par le système
médical comme exclusivement pédiatriques.
127
Le système de soins présente aussi certaines barrières liées au manque de moyens
financiers, aux limitations du système lui-même, voire au manque d’intérêt pour la
tranche d’âges concernée par la transition. Il est tout de même important de noter
qu’aucune de ces barrières n’est insurmontable.
Les questions relatives au système qui touchent le processus de transition
comprennent l'assurance-maladie inégale parce que le jeune adulte peut ne plus être
admissible à la couverture par le régime d'assurance des parents et / ou se voir refuser
la couverture en raison d'une maladie préexistante.
La connaissance de l'autogestion ne prédit pas toujours une bonne adhésion. Pour
certains adolescents et jeunes adultes, le non-respect des recommandations peut
représenter une décision consciente de minimiser l'intrusivité de la maladie.[158]
Les conditions socioéconomiques défavorables ont un impact crucial (précarité,
niveau d’éducation des parents, compétences ou littéracie en santé de l’adolescent et
de son entourage (health litteracy).[159]
Les facteurs empêchant une transition réussie :
-
Les patients atteints d’hyperplasie congénitale des surrénale souffrent d’une
diminution de leur estime de soi (petite taille, puberté précoce, obésité…).
Ces patients sont vulnérables par le caractère propre de leurs maladies,
parfois méconnues des médecins de premier recours.[152]
-
L’angoisse de l’adolescent face à la séparation de son pédiatre ; Il semblait
difficile pour eux de prendre les rendez-vous à la consultation avec leur
endocrinologue « trop habitués à ce que ce soit leur mère qui le fasse », «
ont peur d'oublier » [151]
128
-
Les questions liées aux développements psychologique et sexuel, un
changement dans le type de relation qu’il entretient avec son médecin,
-
Le manque de préparation à la transition vers une clinique de type adulte.
-
la survenue plus élevée de dépression, de troubles sociaux et de troubles de
l’image du corps chez les jeunes atteints de maladie chronique.[152]
5. Eléments clés pour une transition réussie :
Bien qu’il n’existe pas de recommandations applicables de manière globale afin
d’optimiser la transition vers les soins adultes des adolescents souffrant d’affections
chroniques,6 plusieurs auteurs ont signalé certains éléments clés. [160][161][162][163]
-
La préparation
-
L’implication de la famille
-
La prise de contact avec les soignants adultes et coordination
-
Le moment du transfert
-
L’implication du médecin traitant
-
La prise en compte de l’opinion de l’adolescent
a) La préparation : [164] [165]
L’accueil doit être adapté aux besoins du jeune adulte. Un soutien psychologique
dans certains cas est nécessaire. Les parents ne doivent pas être écartés de ce
processus.
Informer les membres de la famille et les aider à avoir confiance dans les
capacités de leur enfant devrait faire partie des objectifs
- Améliorer la connaissance sur la maladie
-
Mise à disposition du matériel éducatif (par exemple : check-list ST, des
sites d’information .
129
-
Information sur les associations des patients et d’autres maladies
orphelines.
-
Permettre l’accès aux analyses génétiques moléculaires dans le domaine de
l’endocrinologie pédiatrique
- Favoriser l’autonomie progressive du patient
-
Consultation seule avec l’adolescent(e) sans exclure la famille de la prise en
charge
-
Implication de l’adolescent(e) dans la gestion de sa maladie
Quitter un système de soins familier en qui l’on a confiance, pour un autre,
inconnu et dont le niveau de qualité reste encore à découvrir, n’est pas chose facile et
peut susciter de l’anxiété et de la méfiance chez le patient et sa famille. Ainsi, la
transition doit être annoncée dès le début de l’adolescence et discutée de façon
itérative, afin qu’elle soit perçue comme une étape normale du développement.
Cette longue préparation permet en outre de disposer l’adolescent et sa famille à
la transition et d’évaluer régulièrement les capacités du jeune à franchir le pas, c’est-àdire, à se responsabiliser et prendre en charge lui-même son traitement.
Par ailleurs, il est important d’instaurer un plan d’accompagnement permettant de
vérifier que le contrôle de l’affection et la qualité de vie ne souffrent pas du
changement de système de soins.
Les programmes de soins pour adultes ont souvent des approches bien différentes
de celles auxquelles sont habitués les patients pédiatriques. Alors que l’approche
pédiatrique est souvent multidisciplinaire, plus directive, orientée vers la famille, et
requérant la collaboration et le consentement des parents, les soins adultes sont plutôt
gérés par un seul médecin, orientés vers le patient, plus axés sur la recherche et misant
sur les capacités d’indépendance et d’autonomie du patient.
130
S’ils ne sont pas préparés à ce fonctionnement différent, tant l’adolescent que sa
famille se sentiront perdus, voire négligés dans ce nouveau système. Cette préparation
est très probablement la clé de la réussite face à l’anxiété provoquée par le
changement. Pour être réussie et bien vécue, la transition doit donc être préparée,
planifiée et attendue par le patient et son entourage. Elle doit tenir compte non
seulement des besoins médicaux spécifiques à la pathologie mais aussi des besoins
psychosociaux et éducationnels du jeune.
La transition étant par ailleurs une opportunité d’acquisition d’indépendance par
rapport à la famille, elle doit également comprendre certaines composantes éducatives
et développementales telles qu’une information sur leurs droits, une responsabilisation
par rapport au traitement, une éducation sur la santé sexuelle et reproductive, et des
messages préventifs par rapport aux styles de vie. Un jeune souffrant d’une affection
chronique a droit aux mêmes soins, aux mêmes informations et aux mêmes discours de
prévention que n’importe quel autre adolescent.
Planification de la transition :[164] [165]
 Faire le point sur l’historique et les investigations étiologiques dans une
base de données accessible à tous les intervenants avant le passage à l’âge
adulte
 Identification des ressources accessibles
 Elaborer un plan de transition avec uniformisation des messages entre
endocrinologues pédiatres et adultes.
b) L’implication de la famille :
L’effet que peut avoir un changement de modèle de soin et de prise en charge sur
la famille ne doit pas être négligé. S’il est important de préparer les jeunes, il est tout
aussi important de préparer les parents, notamment au «lâcher prise», afin de laisser
131
petit à petit l’adolescent prendre ses responsabilités et devenir autonome par rapport à
sa maladie et son traitement. Dans la plupart des cas, les parents sont préoccupés, ils
doivent renoncer à un système de soins auquel ils ont accordé leur confiance, pour un
autre totalement différent, dont l’organisation leur échappe, dans la crainte d’une
diminution de la qualité de soins et d’un moins grand dévouement. Lorsque
l’adolescent devient plus indépendant, certains parents ressentent une perte de contrôle
difficile à accepter. Les impliquer activement dans la planification de la transition est
une bonne manière de minimiser l’impact de ce changement et de les aider à s’adapter
à leur nouveau rôle. Ainsi, la préparation à la transition doit permettre d’énoncer et de
discuter des changements attendus dans la dynamique familiale, tout en soutenant et
conseillant les familles réticentes à renoncer aux responsabilités qui leur revenaient
jusqu’alors.
La sur-implication des parents peut conduire à ce que les adolescents se sentent
exclus de participer à leurs propres soins de santé, ce qui peut finalement miner leur
autonomie émergente et leur responsabilité personnelle.[166]
Les parents doivent assister leur enfants en phase de transition, d'être le chef de
la direction des soins de santé de leur enfants, devenir le consultant et, éventuellement,
un spectateur pendant que l'enfant monte du consommateur au «PDG» [167]
Ce transfert du pouvoir et du contrôle des soins de santé est souvent difficile pour
les parents à mesure que leur rôle et leur influence diminuent.
Il y a donc reconfiguration des relations médecin-parent-patient avec relation
médecin-patient.
132
c) La prise de contact avec les soignants adultes :
De la même manière que certains pédiatres (spécialistes ou non) ne se sentent pas
à l’aise avec les adolescents, un bon nombre de médecins pour adultes n’aiment pas
soigner des adolescents ou jeunes adultes. Pour cela il est vital de faire le transfert vers
un professionnel ou un service pour adultes avec une sensibilité particulière pour les
jeunes.
Un autre élément clé pour que la transition soit un succès est que le patient et sa
famille soient présentés aux spécialistes pour adultes par les spécialistes pédiatriques.
Pour cela, des consultations communes sont essentielles. Ce contact préalable
avec l’unité adulte, en présence d’une personne de confiance, permet une meilleure
acceptation du changement et une mise en confiance face à un visage désormais
familier dans la nouvelle unité de soins. Bien que par la suite, le jeune consultera seul
l’unité pour adultes, il est important que les parents soient présents lors de cette
première consultation, pour leur permettre de faire entendre leurs appréhensions et
leurs craintes. Les soignants adultes doivent toutefois s’attendre à un temps
d’adaptation nécessaire au jeune et à sa famille, afin d’établir une relation de confiance
durable.
La nouvelle équipe de soins a besoin d’un résumé concis de toute l’information
médicale et personnelle relevant pour faciliter les soins. Un résumé soigneusement
préparé permet un transfert de soins sans problèmes et fournit un schéma directeur
pour la nouvelle équipe de soins, surtout dans la première année suivant le transfert.
Premières consultations adultes :
 Eléments que le pédiatre doit préciser à l’endocrinologue adulte lors de la
transition
 Circonstance, âge au diagnostic.
133
 nombre et nature des chirurgies chez la fille ;
 croissance ;
 âge de début de la puberté, régularité des cycles ;
 existence d’épisodes de décompensation ;
 derniers examens hormonaux et morphologiques ;
 chronologie des différents traitements hormonaux et leur efficacité sur le
plan clinique et hormonal, effets indésirables éventuels.
 Réévaluer avec le patient ses connaissances sur la maladie, ses conséquences
éventuelles en termes de complications, décompensations, son suivi,
l’importance du traitement hormonal, la fertilité.
 Examen clinique :
 Taille finale, poids, IMC, tension artérielle.
 Examen clinique général.
 Chez la femme : recherche d’un hirsutisme, régularité des cycles
menstruels et examen gynécologique avec une évaluation :
 du clitoris (volume, situation par rapport au vagin, vascularisation,
sensibilité,
 recouvrement par un capuchon) ;
 urétrale (canal commun avec le vagin persistant ; miction anormale dirigée
vers l’avant ; incontinence urinaire d’effort, post-coïtale, bonne distance
urétro-vaginale) ;
 vaginale (largeur, souplesse de l’orifice, absence d’éperon musculaire latéral
ou postérieur, longueur et /ou profondeur du vagin) ;
 utérine (prolapsus ou plutôt vagin court avec col trop bas).
134
Une consultation en gynécologie adulte est fortement recommandée
 Chez l’homme : palpation des testicules avec évaluation du volume
testiculaire et recherche d’inclusion chez l’homme (échographie
testiculaire).
 Arbre généalogique.
 Conseil génétique.
 Recherche d’anomalies génétique si non faite en pédiatrie + enquête
familiale.
 Vie sexuelle, statut marital, insertion professionnelle.
 Existence d’un projet parental.
d) Le moment du transfert
L'âge ne semble donc pas être un critère essentiel. Le « transfert est un moment
d'un processus de transition, certains auteurs et équipes signalent le transfert comme
une étape de la transition, cette dernière se poursuivant dans le service d'adultes »
[168][169]
Une étude de la Bristish Diabetic Association a confirmé que l'âge n'était pas un
argument de transfert [170].
Celui-ci dépend du développement physique et de la maturité affective, de la
capacité à prendre des décisions dans le traitement.
Idéalement la transition devrait avoir lieu dans un moment de relative stabilité
clinique et être en harmonie avec les autres domaines de transition de vie : scolaire,
sociale, familiale, affective.
135
En France, où la pédiatrie va jusqu’à 18 ans, le passage se fait le plus souvent
autour de 18 ou 19 ans [171][172][173], correspondant à l’âge de la majorité,
baccalauréat, et aux éventuels changements de cadre de vie liés aux perspectives
d’études ou de travail.
Godbout et al.ont montré la satisfaction des jeunes adultes quant aux modalités
de leur transition tant dans l'accessibilité que dans l'organisation du soin. [174]
La transition est un processus qui évolue pendant une période considérable. Il n’y
a pas de bon moment pour amorcer ce passage, car c’est au patient de dire à quel
moment il se sent prêt. Cependant, il est utile d’établir préalablement un âge cible pour
ce transfert afin de pouvoir l’anticiper et le préparer au mieux. L’âge chronologique
n’est pas un indicateur individuel suffisant. Par contre, la maturité du patient peut
indiquer le moment propice pour cette transition, d’où la nécessité d’être flexible et de
considérer chaque patient individuellement. Néanmoins, il est essentiel que la
transition ait lieu dans une période de stabilité familiale, sociale et médicale.
L’adolescence est de plus en plus vue comme une période d’opportunités pour
promouvoir des comportements de santé sains ayant un effet non seulement sur
l’individu mais potentiellement sur la génération suivante.
Ces opportunités ne concernent pas seulement les soins, la possibilité de terminer
une éducati
on secondaire ou de décrocher un emploi étant un des facteurs protecteurs les
plus importants pour la santé des jeunes.[175]
L’OMS définit une continuité entre l’adolescence et la période «jeune adulte» de
10-24 ans (adolescents et jeunes adultes) dans laquelle, comme chez les enfants, il faut
tenir compte à la fois des aspects liés à la santé mais aussi de ceux liés aux
développements physiques, cognitif, émotionnel et social. On comprendra aisément
que pour les enfants et les adolescents malades chroniques ces questions sont
cruciales.
136
e) La coordination :
La transition est le moment où les services pédiatriques se désinvestissent petit à
petit de la prise en charge du patient mais où les services adultes ne sont pas encore
pleinement impliqués et responsables du cas. Des avis contradictoires ne sont pas
rares, ce qui peut être source de conflits. Un protocole de transition, établi au début de
l’adolescence et approuvé par tous les intervenants, en concertation avec la famille,
permettrait d’éviter ce genre de problèmes.
Que se passe-t-il s’il n'y a pas de contact entre les équipes de pédiatrie et adultes
? Comme évoqué dans les recommandations diabétologiques pour les adultes en
devenir sous l’égide de l'ADA: « alors que le changement physiologique entre
l'enfance et l'âge adulte se fait progressivement, le changement d'équipe de soin peut
être abrupt et perturbateur faisant suggérer qu'une préparation progressive est
souhaitable car l'approche des soins dans les unités est différente. » [176]
Dans son document sur la transition des jeunes ayant des besoins particuliers vers
les soins pour adultes, M Kaufman[177] de la Société canadienne de pédiatrie écrit : «
les soins aux adultes sont nettement différents des soins pédiatriques pour ce qui est du
type et de l'importance de l'appui, des prises de décisions, du processus de
consentement et de la participation familiale.
Ces facteurs peuvent contribuer au fait que les jeunes réduisent leurs
consultations de suivi après leur transfert aux systèmes de santé pour adultes.
Certains auteurs sont d'avis que ce déclin est partiellement attribuable au manque
de planification de la transition et à une coordination insuffisante avec les services aux
adultes. »
137
Dans son article sur la transition des soins pédiatrique aux soins adultes des
adolescents souffrant d'affections chroniques, Suris et collaborateur[177] liste parmi
les éléments clés pour une bonne transition , la prise de contact avec les soignants
adultes avec le spécialiste pédiatrique afin de permettre une meilleure acceptation du
changement et une mise en confiance.
Malgré l'excitation de cet événement majeur de la vie, le processus peut être
difficile. Les attentes et les différences dans les systèmes de prestation des soins de
santé entre les systèmes de soins pédiatriques et adultes doivent être discutées dans le
cadre du processus de planification de la pré transition.
Parmi les points relevés comme importants sont notés : la nécessité que le
pédiatre et l’endocrinologue adulte se connaissent, la nécessité de transfert des
informations, la cohérence dans la prise en charge entre les 2 équipes.
En conclusion, les auteurs expriment que le travail de coopération entre l'équipe
pédiatrique, l’endocrinologie adulte et les jeunes adultes apparaît utile pour améliorer
le processus de transition[178].
La revue médicale Suisse a édité en février 2015 plusieurs articles concernant la
transition en insistant sur l'implication du jeune et le bénéfice des programmes
d'éducations thérapeutiques à ce moment même si tout reste à construire.
En effet la prise en compte des besoins spécifiques des adolescents porteurs de
maladies chroniques dans les programmes d'éducation est récente[144].
Les attentes des adolescents sont plus vastes qu'un suivi médical strict mais
souhaitent une approche qui s’intéresse non seulement à la maladie mais à leur
personne dans sa globalité.
138
Leur souhait est également d'être acteur de leur soins, soit un partenaire à part
entière et de pouvoir s'exprimer et être entendu en tant que tel par le personnel
soignant.
De même, la prise de contacts avec les soignants adultes, la coordination,
l'implication du médecin traitant et la prise en compte de l'opinion de l'adolescent sont
définis comme des éléments clés pour une bonne transition.[177]
f)
L’implication du médecin traitant :
Indépendamment du passage des soins spécialisés pédiatriques aux soins
spécialisés adultes, les adolescents atteints de maladies chroniques continueront à voir
leur médecin traitant, c’est pourquoi il est important qu’il soit informé et impliqué
dans le processus. De plus, de façon générale, les consultations avec les spécialistes
n’ont pas comme but des soins primaires de santé, et par conséquent ceux-ci ne sont
pas faits de manière appropriée ; par ailleurs, les spécialistes eux-mêmes ne se voient
pas dans le rôle de fournisseurs de soins primaires.
Ainsi donc, le rôle du médecin traitant est important, doit être défini de manière
explicite, et son opinion doit être pris en compte lors de la planification de la
transition.
g) La prise en compte de l’opinion de l’adolescent :
Il est important que l’adolescent se sente impliqué dans le processus de transition
et ait le sentiment de contrôler son destin. Pour ce faire, il doit avoir un rôle actif dans
l’organisation de la transition, par exemple, en prenant lui même les décisions lorsque
différentes options sont offertes : choix entre un médecin homme ou femme, un lieu de
consultation près de la maison ou du travail/école, etc.
139
Les équipes de soins de santé des adultes supposent que les adolescents et les
jeunes adultes sont des partenaires actifs qui connaissent bien leur trouble, qui sont
autonomes et qui sont capables de négocier le système de soins de santé.
Les adolescents, en particulier ceux qui souffrent de troubles chroniques, ne sont
peut-être pas prêts et ne sont pas prêts à participer en tant que partenaires actifs à leurs
propres soins de santé.
Le partenariat avec le patient joue un rôle clé dans le suivi des maladies
chroniques.
5. Différentes approches de la transition
Différentes approches pour aider à cette transition ont été proposées dans la
littérature.[179][180]
Cliniques de transition pour adolescents
Cette approche implique la création d’une consultation conjointe gérée par des
spécialistes pédiatriques et adultes qui assurent la liaison entre les deux services. Elle
présente l’avantage que les collaborateurs (thérapeutes, travailleurs sociaux, etc.)
travaillent à la fois dans les soins pédiatriques et les soins adultes et le désavantage
qu’il est difficile de mettre en place une telle consultation dans le cadre de certaines
spécialités ou dans des services qui regroupent peu de patients.
Un(e) coordinateur (trice)
Dans ce cas, un professionnel de la santé est désigné comme responsable
d’assurer le meilleur déroulement possible de la transition. Les avantages de cette
approche sont les suivants : ce professionnel peut être représenté par quelqu’un qui
travaille dans les deux services (infirmière, thérapeute, etc.) qui connaît par conséquent
leur fonctionnement ; les patients et leurs familles ont un point de repère (un visage
familier) dans les services d’adultes ; et ce système peut être introduit même dans les
services qui comportent peu de patients.
140
Un modèle mixte
Pendant une certaine période, dans ce modèle, l’adolescent alterne entre les
unités pédiatrique et adulte. Il faut alors que le passage d’informations entre les deux
unités soit très fluide et qu’elles aient la même approche thérapeutique.
Un éducateur
Cette option fait appel à un éducateur pour établir le lien entre les services. Le
rôle de cet éducateur est de créer des groupes de soutien incluant à la fois des jeunes
sur le point d’accomplir la transition et des jeunes l’ayant déjà faite. Le but est d’aider
les patients à mieux se préparer et à mieux vivre le passage de la pédiatrie au monde
adulte.
L’avantage certain de cette approche est qu’elle implique des pairs dans la
transition et, en général, les jeunes préfèrent que le transfert se fasse avec un groupe
d’amis.
Modèles de transition qui existent :
h) Cadario et coll. ont évalué un programme de transition intra hospitalière chez
les enfants et ont comparé une transition structurée des services d’endocrinologie
pédiatrique aux services pour adultes avec un traitement non structuré: les sujets
accompagnés avaient démontré une amélioration de la régularité des consultations, une
amélioration de la satisfaction une année après l’entrée dans le programme. [181]
 HolmesWalker et coll. ont évalué un système de rappel de consultation, un
programme incluant des consultations le soir ainsi qu’un support téléphonique
par une coordinatrice spécialisée, résultant en une amélioration modérée. [182]

Van Wallenghem et coll. ont évalué un programme de transition intégrant un
système de support téléphonique et administratif personnalisé. Le programme a
141
montré une amélioration du suivi médical, mais pas d’influence sur les résultats
métaboliques à court terme.[183]

Des plateformes sur internet avec contact indirect entre les patients et les
soignants prennent progressivement de l’ampleur et peuvent représenter un
espace de rencontre, de dialogue et d’échange d’informations.
 Il existe des protocoles de transition conçus pour la pratique des cliniciens. Ces
recommandations suggèrent l’emploi
d’une attention plus régulière sur le
niveau d’acquisition des compétences des patients afin de les aider dans
l’autogestion de leur maladie chronique, et de transmettre une information assez
précoce sur les différences entre les équipes médicales pédiatriques et adultes
dans leur approche aux soins.[184][185][186]
6. Proposition de programme de transition adapté à notre contexte
de soins entre P2 et service endocrino adulte (CHU avicenne,
Hopital militaire, endocrinologues adultes dans les diffréntes
régions du Maroc) :
 Ce qui existe actuellement :
 Passage des résidents en endocrinologie en cursus de 4 mois dans le
service d’endocrinologie pédiatrique et de ce fait ils peuvent jouer le rôle
de coordinateur
 Suivi parallèle initial des patients en endocrinologie pédiatrique et adulte
 Absence de transition de soins entre les services de chirurgie pédiatrique
et adulte (gynécologie et urologie)
 Absence de suivi en pédopsychiatrie qui se limite souvent en une
consultation dans le cadre de l’assignation du sexe si diagnostic tardif.
 Ce que nous proposons :
142
 Formation spécialisée des résidents en pédiatrie et en endocrinologie :
diplôme universitaire de transition
 Usage internet, contact téléphonique
 Elaborer un site internet au profit des patients atteints d’HCS avec espace
patients, et professionnels de santé en arabe et français
 Instaurer la notion de transition du suivi chirurgical et psychiatrique
 Etablir une fiche type que le pédiatre doit remplir lors du transfert des
patients aux services adultes et ne pas se limiter aux lettres de consultation
souvent incomplète et ne pouvant résumer toutes les données du suivi
pédiatrique
143
FICHE DE TRANSITION
Fiche de transition
1- Identification du patient :
-
Centre
a- Pays :
b- Ville
c- Suivi :
-CHU
- hôpital régional
-privé
-
Patient
a- Nom :……………………………………
b- Prénom :………………………………...
c- Date de naissance :
d- Sexe :
M
……. J
F
e- ATCD :
Médicaux :
Chirurgicaux :
Familiaux :
f- Situation sociale :
 Scolarité :
Pas de perturbation
Retard scolaire
Etudes interrompues
 Niveau scolaire :
o Analphabète
o Primaire
o Secondaire
144
M
A
o Supérieur
 Travail :
o Travaille
o Sans travail
o Encore étudiant
 Situation matrimoniale :
o Célibataire
o Marié
o Divorcé
o Veuf
 Problème de fertilité
o Non
o Oui
o Pas encore concerné
 Addiction
o Non
o Oui
 Tabac
 Alcool
 Autre : ………………
 Couverture sociale :
Non
Oui
type :……………..
145
Histoire de la maladie
a- Bloc enzymatique :
o 21-hydroxylase
o 11-β hydroxylase
o 3 β- hydroxystéroidedéshydrogénase
o 17α-hydroxylase
b- Age du patient au moment du diagnostic : …..A et ….M
c- Mode de révélation :
Syndrome de perte de sel :
Désordre du développement sexuel :
Puberté précoce :
HTA :
d- Caryotype : 46XX
46XY
e- Assignation du sexe si DSD :
f- Etude génétique :
o Non faite
o Faite :
résultat :……………………
146
g- Traitement reçu :
 Médical :
Médicament
o Hydrocortisone
o Fludrocortisone
o Androgènes
o Estroprogestatifs
Anti hypertenseurs
Age
de
début
Dose
de
début
Dose
actuelle
Efficacité
……..
……..
………. ………..
………….
…………...
……..
……..
………. ……….
………….
…………...
……..
……..
………. ………... ………….
…………...
……..
……..
………. ………..
………….
…………..
……..
……..
………. ………..
………….
…………..
Clinique biologique
Effets
secondaires
o Autres ……………
……………………
 Chirurgical :
nombre de chirurgie : ………….
Chirurgie
Age
………………………
o Hypospadias
o Vaginoplastie
………………………
o Clitoridoplastie
………………………
o Hystrectomie
o Colpectomie
……………………….
o Autre : ………………………………………………..
………………………
………………………
147
2- Evolution
a- Episode de décompensation d’insuffisance surrénalienne
 Nombre : …………………….
 Age de dernière décompensation :……..ans et ……..mois
 cause de décompensation :
b- Puberté
 Age de début de puberté : …………….Ans et …………mois
 Si Puberté précoce : centrale
périphérique
c- Croissance :
d- Obésité et surpoids :
e- Complications gonadiques
-
Inclusions testiculaires :
-
Hyperandrogénie :
-
Trouble du cycle :
f- complications de la chirurgie des organes génitaux :
g- complications psychologiques :
3- Examens clinique actuel :
-
Signes fonctionnels :
-
Observance thérapetique : bonne
-
Taille finale
-
:…........ cm
mauvaise
normale
-…..DS
+…..DS
Poids actuel : …………Kg
normal
-…..DS
+…..DS
-
IMC : ………… kg/m²
normal
surpoids
-
Hirsutisme : oui
non
148
obésité
-
Examen gynécologique chez femme

Cycles : réguliers

Stade pubertaire : S

taille du Clitoris :

vagin :

Urètre :
irrégulier
P
o Canal commun avec le vagin persistant
oui
non
o Miction anormale dirigé vers l’avant
oui
non
o Incontinence urinaire d’effort
oui
non
o Bonne distance urétro vaginale :
oui
non
-
Chez l’homme :

Stade pubertaire : G

Orifice urétral :

inclusions testiculaires : oui
P
normal :
hypospadias
non
149
Derniers examens complémentaires :
-
Bilan Biologique : sous hydrocortisone :
Valeur
 17-HOP
 Cortisol 8h
 DOC
 Composé S
 SDHEA
 Ϫ4androsténédione
 Testostérone
 LH
mg/jfludrocortisone :
µg/j
Normale
Elevé
Basse
…………………..
…………
……....
..........
…………………..
…………
………
……...
…………………..
…………
………
…….
…………………..
…………
………
……...
…………………..
…………. ……....
………
…………………..
…………. ………
……..
…………………..
…………. ………
………
…………………..
…………. ………
………
…………………..
…………. ………
………
…………………..
…………. ………
………
……………………
…………. ………
………
……………………
…………. ………
………
 FSH
 Estradiol
 Glycémie
 Natrémie
 kaliémie
 Rénine
-
Age osseux :…….
Echographie pelvienne :
-
Echographie testiculaire :
âge chronologique correspondant : ……
150
Conclusion
151
La découverte d’un cas d’HCS impose une enquête familiale, une manière de
poser précocement le diagnostic en dosant la 17 OHP et éventuellement en
combinaison avec le teste moléculaire du gène de la CYP21, et ainsi traiter rapidement
et prévenir d’éventuelle complications psychologiques et permettre une croissance ,
une puberté normale et une fertilité satisfaisante.
La prise en charge de ces patients devra être multidisciplinaire avec une
coopération entre endocrino-pédiatre et endocrinologue pour la prise en charge de
l’aménorrhée, l’obésité , l’hirsutisme et l’infertilité probablement en rapport avec
l’hyperandrogénie mal contrôlée, une coopération entre le chirurgien pédiatre et le
gynécologue pour proposer une reconstruction chirurgicale de qualité sans oublier les
suivi psychologique vu le vécu médico-chirurgical ancien et lourd de la pathologie.
Le diagnostic prénatal de l’hyperplasie congénitale des surrénales repose sur le
dosage de la 17 hydroxyprogestérone dans le liquide amniotique à 10 semaines
d’aménorrhée [187]. De même, un traitement à base de déxaméthasone au tout début
de la grossesse [188] permet d’éviter la virilisation d’un fœtus fille.
Une transition réussie devrait inclure un plan détaillé de prise en charge pour
l’adolescent et sa famille avec comme but le gain d’une autonomie et d’un suivi
médical régulier chez le
jeune adulte. Une prise en charge concertée entre infirmières cliniciennes,
endocrinologues pédiatres et adultes au sein d’une clinique de transition facilite ce
processus crucial avec la mise en place de guidelines et de protocoles d’évaluation
post transition.
Le processus de transition devrait également tenir compte des besoins médicaux,
psychosociaux, éducatifs, cognitifs, émotionnels et professionnels ainsi que de la
préparation du patient.
Il reste des progrès à réaliser quant à l’organisation de ce programme et en
particulier sur l’information, l’éducation thérapeutique, et aussi le contact entre les
soignants.
152
Résumés
153
RESUME
Titre : Hyperplasie congénitale des surrénales complications et transition à l’âge adulte
Nom de l’auteur : El karaoui Saloua
Mots clés : hyperplasie congénitale des surrénales, hyperandrogénie, ovaires polykystique ,
pubérté précoce , transition
L’objectif est de décrire les complications de l’HCS, les difficultés rencontrées lors du
transfert vers les soins pour adulte, et proposer un moyen de transition adéquat, afin de limiter
les complications au long cours et d’améliorer la qualité de vie de nos patients
Matériels et méthodes : Etude rétrospective inclus les patients présentant une forme classique
d’HCS en âge de puberté ayant déjà bénéficié d’une consultation en service d’endocrinologie
adulte
Résultat :
5 observations : patients en âge de puberté dont 2 filles, 1 garçon et 2 filles
élevées garçon ; avec HCS compliqué de pseudo puberté précoce, obésité, petite taille finale,
OPK, hirsutisme, aménorrhée suite a un traitement chirurgical incomplet, hyperplasie
nodulaire des surrénales, et complications psychologiques ;
Et chez qui nous avons rencontré des difficultés de transition, la raison pour laquelle on a
essayé d’établir une fiche de transition pour faciliter le transfère au service de soin adulte.
Discussion : l’HCS est une pathologie lourde de gestion difficile vu
les complications
multiples
Transition : moments crucial de la prise en charge vu les particularités de la période
d’adolescence .
Une transition organisée et coordonnée aux soins adultes pour les jeunes patients présentant
une HCS devrait englober ces éléments clé : la préparation, l’implication de la famille, la
prise de contact et coordination avec les soignants adultes au moment du transfert,
l’implication du médecin traitant, la prise en compte de l’opinion de l’adolescent.
Conclusion : il reste des progrès à réaliser quant à l’organisation de ce programme et en
particulier sur l’information, l’éducation thérapeutique, et aussi le contact entre les soignants.
154
ABSTRACT
Congenital hyperplasia of the adrenal complications and transition
author name: El karaoui saloua
Keywords: congenital adrenal hyperplasia, hyperandrogenism, polycystic ovaries, early
puberty, transition
The objective: is to describe the complications of CAH, the encountered difficulties during
treatment to adult care, and propose an adequate transitional means, In order to limit longterm complications and improve the quality of life of our patients
Materials and methods: We included patients with a classical form of CAH of puberty age
who had already benefited from an in-patient consultation of adult endocrinology; And
excluded incomplete files.
Result
5 observations: patients of pubertal age with complicated CAH of early pseudo puberty,
obesity, small final size, Polycystic ovaries, hirsutism, amenorrhea following incomplete
surgical treatment, adrenal nodular hyperplasia
Discussion:
The CAH is a difficult pathology of difficult management considering the multiple
complications requiring multidisciplinary care,
Transition: crucial moments of care given the peculiarities of the adolescence period and the
risk of patients losing their sight.
An organized and coordinated transition to adult care for young CAH patients should
encompass these key elements: preparation, involvement of the family, contact and
coordination with adult caregivers at the time of transfer, involvement of Physician, taking
into account the opinion of the adolescent
Conclusion: There is still progress to be made in organizing this program and in particular on
information, therapeutic education and also contact between caregivers.
155
‫ﻣﻠﺨﺺ‬
‫اﻟﻌﻨﻮان ‪:‬ﺗﻀﺨﻢ اﻟﻐﺪة اﻟﻜﻈﺮﯾﺔ اﻟﺨﻠﻘﯿﺔ اﻟﻤﻀﺎﻋﻔﺎت واﻻﻧﺘﻘﺎل إﻟﻰ ﺳﻦ اﻟﺮﺷﺪ‬
‫اﺳﻢ اﻟﻤﺆﻟﻒ‪ :‬اﻟﻘﺮوي ﺳﻠﻮى‬
‫ﻛﻠﻤﺎت اﻟﺒﺤﺚ‪ :‬ﺗﻀﺨﻢ ﺧﻠﻘﻲ اﻟﻜﻈﺮﯾﺔ‪ ،‬ﻓﺮط اﻷﻧﺪروﺟﯿﻨﯿﺔ‪ ،‬ﺗﻜﯿﺲ اﻟﻤﺒﺎﯾﺾ‪ ،‬اﻟﺒﻠﻮغ اﻟﻤﺒﻜﺮ‪ ،‬واﻻﻧﺘﻘﺎل‬
‫اﻟﮭﺪف ‪ :‬وﺻﻒ ﻣﻀﺎﻋﻔﺎت ﺗﻀﺨﻢ اﻟﻐﺪة اﻟﻜﻈﺮﯾﺔ اﻟﺨﻠﻘﯿﺔ ‪ ،‬واﻟﺼﻌﻮﺑﺎت اﻟﺘﻲ واﺟﮭﺘﮭﺎ أﺛﻨﺎء ﻧﻘﻞ إﻟﻰ رﻋﺎﯾﺔ اﻟﻜﺒﺎر‪ ،‬واﻗﺘﺮاح‬
‫وﺳﺎﺋﻞ اﻻﻧﺘﻘﺎل اﻟﺴﻠﺲ ﻟﻠﺤﺪ ﻣﻦ اﻟﻤﻀﺎﻋﻔﺎت ﻋﻠﻰ اﻟﻤﺪى اﻟﻄﻮﯾﻞ وﺗﺤﺴﯿﻦ ﻧﻮﻋﯿﺔ اﻟﺤﯿﺎة ﻟﻤﺮﺿﺎﻧﺎ‪.‬‬
‫اﻟﻤﻮاد واﻟﻄﺮق‪ :‬وﺗﺸﻤﻞ دراﺳﺔ اﺳﺘﻌﺎدﯾﺔ اﻟﻤﺮﺿﻰ اﻟﺬﯾﻦ ﯾﻌﺎﻧﻮن ﻣﻦ اﻟﺸﻜﻞ اﻟﺘﻘﻠﯿﺪي ﻟﺘﻀﺨﻢ اﻟﻐﺪة اﻟﻜﻈﺮﯾﺔ اﻟﺨﻠﻘﯿﺔ ﻓﻲ ﺳﻦ‬
‫اﻟﺒﻠﻮغ و اﻟﻤﺴﺘﻔﯿﺪﯾﻦ ﻣﻦ اﻟﻌﻼج ﻓﻲ ﻗﺴﻢ اﻣﺮاض اﻟﻐﺪد ﻟﻠﻜﺒﺎر‬
‫اﻟﻨﺘﯿﺠﺔ‪ 5 ):‬ﺗﻌﻠﯿﻘﺎت ( ‪ :‬ﻓﺘﺎﺗﺎن ﻓﻲ ﺳﻦ اﻟﺒﻠﻮغ ‪ 1) ،‬ﺻﺒﻲ و ‪ 2‬اﻟﻔﺘﯿﺎت و ﻓﺗﺎﺗﯾن رﺑﯾﺗﺎ ﻛﻔﺗﻰ( ﺗﻀﺨﻢ اﻟﻐﺪة اﻟﻜﻈﺮﯾﺔ اﻟﺨﻠﻘﯿﺔ ﻣﻊ‬
‫ﺷﺒﮫ اﻟﺒﻠﻮغ اﻟﻤﺒﻜﺮ‪ ،‬واﻟﺴﻤﻨﺔ‪ ،‬وﺻﻐﺮ اﻟﺤﺠﻢ ‪،‬ﺗﻜﯿﺲ اﻟﻤﺒﺎﯾﺾ اﻟﻨﮭﺎﺋﻲ‪ ،‬اﻟﺸﻌﺮاﻧﯿﺔ‪ ،‬اﻧﻘﻄﺎع دم اﻟﺤﯿﺾ ﺑﺴﺒﺐ ﺗﺪﺧﻞ‪ /‬ﻋﻼج‬
‫ﺟﺮاﺣﻲ ﻏﯿﺮ ﺗﺎم وﺗﻀﺨﻢ اﻟﻐﺪة اﻟﻜﻈﺮﯾﺔ ‪ ،‬و اﻟﺘﻌﻘﯿﺪات اﻟﻨﻔﺴﯿﺔ‪.‬‬
‫اﺛﻨﺎء ھﺬا اﻟﻌﻤﻞ اﻟﺘﻘﯿﻨﺎ ﺻﻌﻮﺑﺎت اﻟﺘﻲ ﺗﻤﺮ ﺑﻤﺮﺣﻠﺔ اﻧﺘﻘﺎﻟﯿﺔ‪ ،‬وﻟﺬﻟﻚ ﺣﺎوﻟﻨﺎ وﺿﻊ وﺛﯿﻘﺔ اﻧﺘﻘﺎﻟﯿﺔ ﻟﺘﺴﮭﯿﻞ اﻟﺘﺤﻮﯾﻞ إﻟﻰ ﺧﺪﻣﺔ‬
‫رﻋﺎﯾﺔ اﻟﻜﺒﺎر‪.‬‬
‫ﻣﻨﺎﻗﺸﺔ‪ :‬ﺗﻀﺨﻢ اﻟﻐﺪة اﻟﻜﻈﺮﯾﺔ اﻟﺨﻠﻘﯿﺔ ﻣﻦ اﻷﻣﺮاض اﻟﺜﻘﯿﻠﺔ ﻧﻈﺮا ﻟﻤﻀﺎﻋﻔﺎﺗﮭﺎ اﻟﻤﺘﻌﺪدة اﻟﺘﻲ ﺗﺴﺘﻠﺰم رﻋﺎﯾﺔ ﻣﺘﻌﺪدة‬
‫اﻟﺘﺨﺼﺼﺎت‪،‬‬
‫اﻻﻧﺘﻘﺎل‪ :‬ﻟﺤﻈﺎت ﺗﻠﺘﻠﺰم ﻗﺴﻄﺎ وﻓﯿﺮا ﻣﻦ اﻟﺮﻋﺎﯾﺔ ﺗﺤﺘﺮم ﺧﺼﻮﺻﯿﺎت ﻓﺘﺮة اﻟﻤﺮاھﻘﺔ و اﺣﺘﺮازا ﻣﻦ ﻓﻘﺪان اﻟﻤﺮﺿﻰ‬
‫ان ﻋﻤﻠﯿﺔ ﻧﻘﻞ و ﺗﺤﻮﯾﻞ ﻣﺮﺿﻰ اﻟﺘﻀﺨﻢ اﻟﻐﺪة اﻟﻜﻈﺮﯾﺔ اﻟﺨﻠﻘﯿﺔاﻟﻰ ﻗﺴﻢ اﻟﻜﺒﺎر ﯾﺠﺐ ان ﺗﺘﻀﻤﻦ ھﺎﺗﮫ اﻟﻌﻨﺎﺻﺮ اﻟﺮﺋﯿﺴﯿﺔ‪ :‬إﻋﺪاد‬
‫وإﺷﺮاك اﻷﺳﺮة‪ ،‬ﻣﻤﺎ ﯾﺠﻌﻞ اﻻﺗﺼﺎل ﻣﻊ اﻟﻜﺒﺎر وﻣﻘﺪﻣﻲ اﻟﺮﻋﺎﯾﺔ اﺛﻨﺎء اﻟﺘﺤﻮﯾﻞ ‪ ،‬وإﺷﺮاك اﻟﻄﺒﯿﺐ‪ ،‬ﻣﻊ اﻷﺧﺬ ﺑﻌﯿﻦ اﻻﻋﺘﺒﺎر‬
‫رأي اﻟﻤﺮاھﻘﯿﻦ‬
‫اﻟﺨﻼﺻﺔ‪ :‬أﻧﮫ ﻻ ﯾﺰال ھﻨﺎك إﺣﺮاز ﺗﻘﺪم ﻓﻲ ﺗﻨﻈﯿﻢ ھﺬا اﻟﺒﺮﻧﺎﻣﺞ وﻋﻠﻰ وﺟﮫ اﻟﺨﺼﻮص ﻋﻠﻰ اﻟﻤﻌﻠﻮﻣﺎت‪ ،‬وﺗﺜﻘﯿﻒ اﻟﻤﺮﺿﻰ‪،‬‬
‫وﻛﺬﻟﻚ اﻟﺘﻨﺴﯿﻖ ﺑﯿﻦ اﻟﻤﺘﺪﺧﻠﯿﻦ ﻓﻲ اﻟﻌﻤﻠﯿﺔ اﻟﻌﻼﺟﯿﺔ‬
‫‪156‬‬
Bibliographie
157
[1]
D. Samara-Boustani, A. Bachelot, G. Pinto, E. Thibaud, M. Polak, P.
Touraine.
Blocs enzymatiques précoces de la surrénale. EMC ;
endocrinologie-nutrition [10-015-B-20].
[2]
M. G. Forest, V. tardy, M. nicolino, M. david, Y. morel: 21-hydroxylase
deficiency: an exemplary model of the contribution of molecular biology in
the understanding and management of the disease. Ann. endocrinol, 2005; 66,
3: 225-232
[3]
Amri F, Ntroudi, S.Fejji.
Hyperplasie congénitale des surrénales: aspects épidémiologiques et évolutifs.
Revue.Maghreb.Ped, 1997.II (5)
[4]
De Crecchio L: Sopra un caso di apparenze virili in una donna. Morgagni
1865; 7:154
[5]
Melvin M.
Further studies on the treatment of CAH with cortisone.Effect of cortisone and
compound β in infants with disturbed electrolyte metabolism.Pediatric .1998,
102
[6]
Anthony J, Swerdlaw D.
Mortality in patients with congenital adrenal hyperplasia: a cohort study. J.
pedia, 1998, 133(4)
[7]
Forest M.G, David M.
Diagnostic et traitement anténatals de l’hyperplasie congénital des surrénales
par déficit en 21-hydroxylase. Rev. Prat 1991, 41(13)
158
[8]
Decourt MJ, Jayle MF, Baulieu E: Virilisme cliniquement tardif avec
excretion de pregnanetriol et insuffisance de la production du cortisol. Ann
Endocrinol
(Paris) 1957; 18:416
[9]
Deneux H, Tardy V, Dib A et Al. J. Clin.
Phenotype- genotype correlation in 56 women with non classical congenital
adrenal hyperplasia due to 21 hydroxylase deficiency.
Endocrino l. Metab. 2001, 86(1)
[10]
HansH,Rivkees S, Cowley D et Al
Home monitoring of 17OHP levels in congenital adrenal hyperplasia with
filter paper blood samples. J. Pediatr. 1999, 134(2)
[11]
Meer A. Duprey J. Fiet P et Coll.
Hyper androgénie par déficit en 3β hydroxy steroide déshydrogénase à
révélation tardivePresse. Med 1994, 23, 1339-43.
[12]
M.-B. Galand-Portier, F. Kuttenn
Hyperplasie congénitale des surrénales à révélation tardive par déficit partiel
en 21-hydroxylase. EMC Endocrinologie-Nutrition [10-015-B-25]
10.1016/S1155-1941(07)44867-3
[13]
http://it.wikipedia.org/wiki/Luigi_De_Crecchio
[14]
http://www.epathologies.com/acad/h_cd/endo.pdf
[15]
Atlas d’histologie humaine et animale
159
Doi :
[16]
cour « les glandes endocrines «
Collège universitaire et hospitalier des
histologistes, embryologistes, cytologistes et cytogénéticiens (CHEC) Dr.
Chantal KOHLER
[17]
https://www.fichier-pdf.fr/2010/04/17/zis9cci/
[18]
guide médecin – PNDS « hyperplasie congénitale des surrénales «
[19]
HAS www.has-sante.fr Pathologies chroniques : les enjeux de la transition
[20]
: item 38 : puberté normale et pathologique
[21]
Item 255 : Insuffisance surrénale
Collège des Enseignants d'Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques
(CEEDMM)
[22]
SULTAN CH.
Physiopathologie des anomalies de la différenciation sexuelle. Rev fr gynécol
obstet, 1986, 81, 307-313.
[23]
Wedell A. An update on the molecular genetics of congenital adrenal
hyperplasia : diagnostic and therapeutic aspects. J Pediatr Endocrinol Metab
1998 ; 11 : 581-9.
[24]
KUTTENN F. , PERBY S., LEBOUC Y.
Anomalie de la différenciation sexuelle. Méd. Reprod. Mauvais JARVIS P. Gynécologie endocrinienne, R. Situk Ware, 2e ed, Paris, 1988 - pp 282 - 213.
[25]
Empirauger B, KultenNF.Les dystrophies ovariennes polykystiques, critères
diagnostiques et traitement. Press Med 1995 ; 24 : 863-8.
[26]
Chrousos GP, Loriaux DL, Mann DL, Cutler GB Jr. Late onset 21 hydroxylase
deficiency mimiking idiopathic hirsutism or polycystic ovarian disease. Ann
Intern Med 1982 ; 96 : 143-8.
160
[27]
New MI. Polycystic ovarian disease and congenital and late-onset adrenal
hyperplasia. Endocrinol Metab Clin North Am 1988 ; 17 : 637-48.
[28]
Dubourdieu S, Charbonnel B. Ovaires polykystiques et kystes fonctionnels de
l’ovaire. Encycl Med Chir (Paris, France) Gynécologie, 133–A-10,
Endocrinologie Nutrition, 10-027-C-10, 1995. 12 p.
[29]
Azziz R, Zacur HA. 21 hydroxylase deficiency in female hyperandrogenism:
screening and diagnosis. J Clin Endocrinol Metab 1989 ; 69 : 577-84.
[30]
Barnes RB, Rosenfield RL, Ehrmann DA, Cara JE, Cuttler L, et al. Ovarian
hyperandrogynism as a result of congenital adrenal virilizing disorders:
evidence for perinatal masculinization of neuroendocrine function in women. J
Clin Endocrinol Metab 1994 ; 79 : 1328-33.
[31]
MAHOU DEAU. J.
Trouble de la différenciation sexuelle. Ency Med Chir, Gynécologie, 1979, 30,
419 - 423.
[32]
JOB J.C.
Devenir à long terme des ambiguïtés sexuelles.
Méd foetale Echographie gynécol, 1991, 8, 44 - 46.
[33]
Puberté précoce centrale au cours des hyperplasies congénitales des surrénales
: quel mécanisme ? A. Bettaibi (Dr) ∗, Y. Hasni (Dr) , A. Maaroufi (Pr) , M.
Kacem (Pr) , M. Chaieb (Pr) , K. Ach (Pr) Service d’endocrinologie, CHU
Farhat Hached, Sousse, Tunisie
[34]
Journal of Clinical Ultrasound 41 February 2013
[35]
http://www.chu-rouen.fr/page/puberte-precoce
161
[36]
Puberté précoce centrale : prise en charge thérapeutique Marie NDIGO,
Ariane BLANC, Olivier BOURDON et la participation du comité de rédaction
; Doossssi ieerrdduuCCNNHHIIMM 2010 Tome XXXI, 6
[37]
http://www.sfendocrino.org/article/384/item-38-ndash-puberte-normale-etpathologique
[38]
puberté précoce cf 29 témoins (Abdalmonem Al, Glasgow 2009-10)
[39]
Tanner JM et al, Arch Dis Child 1970 ; 45:755.
[40]
Sempé M, Pédron G, Roy-Pernot MP. Auxologie, méthodes et séquences.
Laboratoires Théraplix, Paris,1979
[41]
Item 36 RETARD DE Auteurs : Thomas EDOUARD et Maithé TAUBER
Référent : Pr Maithé TAUBER (tauber.mt@chu-toulouse.fr)
Version 2008CROISSANCE STATURO-PONDERAL
[42]
Greulich WW, Pyle SI. Radiographic atlas of skeletal development of the hand
and the wrist. University Press, Stanford, 1959.
[43]
Bayley N, Pinneau SR, J Pediatr 1952 ; 40:423.
[44]
Muthusamy, K., et al., Clinical review: Adult height in patients with
congenital adrenal hyperplasia: a systematic review and metaanalysis. J Clin
Endocrinol Metab. 95(9): p. 4161-72.
[45]
Jaaskelainen, J. and R. Voutilainen, Growth of patients with 21-hydroxylase
deficiency: an analysis of the factors influencing adult height. Pediatr Res,
1997. 41(1): p. 30-3
162
[46]
Finkielstain GP, Kim MS, Sinaii N, Nishitani M, Van Ryzin C, Colline SC, et
al. Les caractéristiques cliniques d'une cohorte de 244 patients atteints
d'hyperplasie congénitale des surrénales J Clin Endocrinol Metab 2012;
97:...4429-38 [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ]
[47]
Muthusamy K, Elamin MB, Smushkin G, Murad MH, Lampropulos JF,
Elamin KB. Examen clinique: hauteur adulte chez les patients atteints
d'hyperplasie congénitale des surrénales: Un examen et une méta - analyse
systématique J Clin Endocrinol Metab 2010; 95:... 4161-72 [ PubMed ]
[48]
Cabrera MS, Vogiatzi MG, New MI. Les résultats à long terme chez lesadultes
mâles à l' hyperplasie congénitale des surrénales classique J Clin Endocrinol
Metab 2001; 86:... 3070-8 [ PubMed ]
[49]
Bonfig W, Pozza SB, Schmidt H, Pagel P, Knorr D, Schwarz
HP.Hydrocortisone dosage pendant la puberté chez les patients atteints
d'hyperplasie congénitale des surrénales classique: Une recommandation
fondée sur des preuves J Clin Endocrinol Metab 2009; 94:... 3882-8[ PubMed
]
[50]
Grigorescu-Sido, A., et al., Growth analysis in patients with 21-hydroxylase
deficiency influence of glucocorticoid dosage, age at diagnosis, phenotype and
genotype on growth and height outcome. Horm Res, 2003. 60(2): p. 84-90.
[51]
Gonadotropin releasing hormone analog treatment in children with congenital
adrenal hyperplasia complicated by central precocious puberty
Ayla Guven, Ayşe Nurcan Cebeci, Suna Hancili
Goztepe Education and Research Hospital, Pediatric Endocrinology Clinic,
Iˆstanbul, Turkiye Received 27-05-2014, Accepted 18-09-2014
163
[52]
Stikkelbroeck NM,Van’t Hof-Grootenboer BA, HermusAR, Otten BJ, Van’t
Hof MA. Growth inhibition by glucocorticoid treatment in salt wasting 21hydroxylase deficiency: in early infancy and (pre)puberty. J Clin Endocrinol
Metab 2003;88:3525-30.
[53]
Balsamo A, Cicognani A, Baldazzi L, Barbaro M, Baronio F, Gennari M, et al.
CYP21 genotype, adult height, and pubertal
development in 55 patients treated for 21-hydroxylase deficiency. J Clin
Endocrinol Metab 2003;88:5680-8.
[54]
Girgis R,Winter JS. The effects of glucocorticoid replacement therapy on
growth, bone mineral density, and bone turnover markers in children with
congenital adrenal hyperplasia. J Clin Endocrinol Metab 1997; 82:3926-9.
[55]
Van der Kamp HJ, Otten BJ, Buitenweg N, De Muinck Keizer- Schrama SM,
Oostdijk W, Jansen M, et al. Longitudinal analysis of growth and puberty in
21-hydroxylase deficiency patients. Arch Dis Child 2002;87:139-44.
[56]
Muirhead S, Sellers EA, Guyda H. Indicators of adult height outcome in
classical 21-hydroxylase deficiency congenital adrenal hyperplasia. J Pediatr
2002;141:247-52.
[57]
Pinto G, Tardy V, Trivin C, Thalassinos C, Lortat-Jacob S, Nihoul- Fekete C,
et al. Follow-up of 68 children with congenital adrenal hyperplasia due to 21hydroxylase deficiency: relevance of genotype for management. J Clin
Endocrinol Metab 2003;88:2624-33.
[58]
James WD. Acné. Clinical Practice. N Engl J Med 2005;352:1463–72.
[59]
Volkl, T.M., et al., Obesity among children and adolescents with classic
congenital adrenal hyperplasia due to 21-hydroxylase deficiency. Pediatrics,
2006. 117(1): p. e98-105.
164
[60]
Knorr, D. and S.G. Hinrichsen de Lienau, Persistent obesity and short final
height after corticoid overtreatment for congenital adrenal hyperplasia (CAH)
in infancy. Acta Paediatr Jpn, 1988. 30 Suppl: p. 89-92
[61]
Cornean, R.E., P.C. Hindmarsh, and C.G. Brook, Obesity in 21-hydroxylase
deficient patients. Arch Dis Child, 1998. 78(3): p. 261-3.
[62]
Arlt, W., et al., Health status of adults with congenital adrenal hyperplasia: a
cohort study of 203 patients. J Clin Endocrinol Metab. 95(11): p. 5110-21.
[63]
Agence nationale d'accréditation
et
d'évaluation en santé. Dossier
d'évaluation de l'acte : PAQK007 – Ostéodensitométrie [absorptiométrie
osseuse] sur 2 sites, par méthode biphotonique. Paris: Anaes [www.has-sante.
fr]; 2004.
[64]
Obesity and familial predisposition are significant determining factors of an
adverse metabolic profile in young patients with congenital adrenal
hyperplasia.Moreira RP, Villares SM, Madureira G, Mendonca BB, Bachega
TA - Horm Res Paediatr - January 1, 2013; 80 (2); 111-8
[65]
Obesity in 21-hydroxylase deficient patients.Cornean RE, Hindmarsh PC,
Brook CG - Arch. Dis. Child. - March 1, 1998; 78 (3); 261-3
MEDLINE is the source for the citation and abstract for this record
[66]
Ferguson MA, Gutin B, Lena, Karp W, Humphries ME. Effects of exercice
training and its cessation on component of the insuline resistence
syndrome in obese children. Int J Obes 1999;22:889–95.
[67]
Menik M, Blaak EE, Corpeleijn F. Lifestyle intervention akkoorden to general
recommendations improves glucose tolerance. Obes Res 2003; 11:1588–96.
165
[68]
Radziuk J. Insulin sensitivity an diets measurement : structural commonalities
among the methods. J Clin Endocrinol Metab 2000;85:4426–33.
[69]
Pall M, Azziz R, Beires J, et al: The phenotype of hirsute women: a
comparison of polycystic ovary syndrome and 21-hydroxylase-deficient
nonclassic adrenal hyperplasia. Fertil Steril 2010; 94:684
[70]
Sartorato P, Zulian E, Benedini S, et al: Cardiovascular risk factors and
ultrasound evaluation of intima-media thickness at common carotids, carotid
bulbs, and femoral and abdominal aorta arteries in patients with classic
congenital adrenal hyperplasia due to 21-hydroxylase deficiency. J Clin
Endocrinol Metab 2007; 92:1015
[71]
Falhammar H, Filipsson H, Holmdahl G, et al: Metabolic profile and body
composition in adult women with congenital adrenal hyperplasia due to 21hydroxylase deficiency. J Clin Endocrinol Metab 2007; 92:110
[72]
Dereli D, Ozgen G, Buyukkececi F, et al: Platelet dysfunction in lean women
with polycystic ovary syndrome and association with insulin sensitivity. J Clin
Endocrinol Metab 2003; 88:2263
[73]
Bone health should be an important concern in the care of patients affected by
21 hydroxylasedeficiency. Bachelot A1, Chakhtoura Z, Samara-Boustani D,
Dulon J, Touraine P, Polak M. Int J Pediatr Endocrinol. 2010;2010. pii:
326275. doi: 10.1155/2010/326275. Epub 2010 Sep 28.
[74]
Escobar-Morreale HF, Carmina E, Dewailly D, Gambineri A, Kelestimur F,
Moghetti P et al. Epidemiology, diagnosis and management of hirsutism: a
consensus statement by the Androgen Excess and Polycystic Ovary Syndrome Society. Hum Reprod Update 2012;18:146-70.
166
[75]
Li R, Qiao J, Yang D, Li S, Lu S, Wu X et al. Epidemiology of hirsutism
among women of reproductive age in the community: a simplified scoring
system. Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol 2012;163:165-9.
[76]
Martin KA, Chang RJ, Ehrmann DA, Ibanez L, Lobo RA, Rosenfield RL, et
al. Evaluation and treatment of hirsutism in premenopausal women : an
endocrine society clinical practice guideline. J Clin Endocrinol Metab 2008 ;
93 : 1105–20.
[77]
Bachelot A, Chabbert-Buffet N, Salenave S, Kerlan V, Galand-Portier MB.
Anti-androgen treatments. Ann Endocrinol (Paris) 2010 ; 71 : 19–24.
[78]
Spritzer P, Billaud L, Thalabard JC, Birman P, Mowszowicz I, Raux-Demay
MC, et al. Cyproterone acetate versus hydrocortisone treatment in late-onset
adrenal hyperplasia. J Clin Endocrinol Metab 1990 ; 70 : 642–6.
[79]
Frank-Raue K, Junga G, Raue F, Vecsei P, Ziegler R. Therapy of hirsutism in
females with adrenal enzyme defects of steroid hormone biosynthesis :
comparison of dexamethasone with cyproterone acetate. Klin Wochenschr
1990 ; 68 : 597–601.
[80]
Radziuk J. Insulin sensitivity an diets measurement : structural commonalities
among the methods. J Clin Endocrinol Metab 2000;85:4426–33.
[81]
De Leo, La Marca A, Petraglia F. Insulin –lowering agents in the management
of polycystic ovary syndrome. Endocr Rev 2003;24:633–66.
[82]
Lord JM, Flight IHK, Norman RJ. Metformine in polycystic ovary syndrome :
systematic review and meta-analysis. BMJ 2003;327:951.
[83]
Strauss JF, Dunaif A. Molecular mysteries of polycystic ovary syndrome. Mol
Endocrinol 1999;13:800-5.
167
[84]
Robin G, Catteau-Jonard S, Proust-Richard C, Decanter C, Dewailly D. Le
syndrome des ovaires polymicrokystiques. In: Letombe B, Catteau-Jonard S,
Robin G, editors. Endocri-nologie en gynécologie et obstétrique. Issy-lesMoulineaux: Masson; 2012. p. 149-60.
[85]
Robin G, Catteau-Jonard S, Dewailly D, Decanter C. Polycystic ovary
syndrome: a model of follicular excess. Gynecol Obstet Fertil 2010;38:405-8.
[86]
Dewailly D, Hieronimus S, Mirakian P, Hugues JN. Polycystic ovary
syndrome (PCOS). Ann Endocrinol 2010;71:8-13.
[87]
Bachelot A. Hyperplasie congénitale des surrénales par déficit en 21hydroxylase. In: Letombe B, Catteau-Jonard S, Robin G, editors.
Endocrinologie en gynécologie et obstétrique. Issy-les-Moulineaux: Masson;
2012. p. 139-48.
[88]
Robin G, Baffet H, Catteau-Jonard S, Dewailly D, de Lille C. Déficits en 21hydroxylase et fertilité féminine. Med Reprod Gynecol Endocrinol
2012;14:226-35.
[89]
Ehrmann DA. Polycystic ovary syndrome. N Engl J Med 2005;352: 1223–36.
[90]
Chabbert-Buffet N, Droumaguet C, Salenave S, Bry H, Young J . Hirsutisme
et hyperandrogénie : stratégie diagnostique et principes du traitement. Med
Clin Endocrinol Diab 2011;50:53-60.
[91]
Bridges NA, Cooke A, Healy MJ, et al: Standards for ovarian volume in
childhood and puberty. Fertil Steril 60:456, 1993
[92]
Saxton DW, Farquhar CM, Rae T, et al: Accuracy of ultrasound
measurements of female pelvic organs. Br J Obstet Gynaecol 97:695, 1990
[93]
:Pediatrics. 2007 Mar;119:
168
[94]
Bachelot A, Touraine P, Prise en charge à l’âge adulte des hyperplasies
congénitales des surrénales par déficit en 21-hydroxylase, Presse Med (2014),
http://dx.doi.org/10.1016/j.lpm.2013.10.006
[95]
Merke
DP,
Bornstein
SR.
Congenital
adrenal
hyperplasia.
Lancet
2005;365:2125-36.
[96]
Young J, Tardy V, de la Perrière AB, Bachelot A, Morel Y, French Society of
Endocrinology. Detection and management of late-onset 21-hydroxylase
deficiency in women with hyperandrogenism. Ann Endocrinol (Paris)
2010;71:14-8.
[97]
GastaudF,BouvattierC,DuranteauL,
Impaired
sexual
Brauner
R,ThibaudE,KuttenF
andreproductiveoutcomesinwomen
classicalformsofcongenitaladrenal
et
al.
with
hyperplasia.JClinEndocrinolMetab
2007;92:1391-6.
[98]
Steroid 21-hydroxylase deficiencies and female infertility: Pathophysiology
and management: Gynécologie Obstétrique & Fertilité Volume 42, Issue 6,
June 2014, Pages 422–428
[99]
Premawardhana LD, Hughes IA, Read GF, Scanlon MF. Long-term outcome
in females with congenital adrenal hyperplasia (CAH): the Cardiff experience.
Clin Endocrinol (Oxf) 1997;46:327-32.
[100]
Bachelot A,Plu-BureauG,ThibaudE,Laborde K, PintoG,SamaraD et al. Longterm
outcome
ofpatientswithcongenitaladrenal
hyperplasiadueto21-
hydroxylasedefi- ciency.HormRes2007;67:268-76
[101]
Casteras, A., et al., Reassessing fecundity in women with classical congenital
adrenal hyperplasia (CAH): normal pregnancy rate but reduced fertility rate.
Clin Endocrinol (Oxf), 2009. 70(6): p. 833-7.
169
[102]
:Gastaud, F., et al., Impaired sexual and reproductive outcomes in women with
classical forms of congenital adrenal hyperplasia. J Clin Endocrinol Metab,
2007. 92(4): p. 1391-6.
[103]
Krone N, Wachter I, Stefanidou M, Roscher AA, Schwarz HP. Mothers with
congenital adrenal hyperplasia and their children: outcome of pregnancy, birth
and childhood. Clin Endocrinol (Oxf) 2001;55:523-9.
[104]
Bachelot A,ChakhtouraZ,Plu-BureauG, Coudert M,CoussieuC,BadachiY et al.
InfluenceofhormonalcontrolonLHpulsa- tility and secretion in women with
classical congenital adrenal hyperplasia.EurJEndo- crinol 2012;167:499-505.
[105]
Claahsen-van der Grinten HL, Otten BJ, Stikkelbroeck MM, Sweep FC,
Hermus AR. Testicular adrenal rest tumours in congenital adrenal hyperplasia.
Best Pract Res Clin Endocrinol Metab 2009;23:209-20.
[106]
Congenital adrenal hyperplasia - how to improve the transition from
adolescence to adult life. Kruse B1, Riepe FG, Krone N, Bosinski HA, Kloehn
S, Partsch CJ, Sippell WG, Mönig H.
[107]
Bachelot A, Touraine P, Prise en charge à l’âge adulte des hyperplasies
congénitales des surrénales par déficit en 21-hydroxylase, Presse Med (2014),
http://dx.doi.org/10.1016/j.lpm.2013.10.006
[108]
Falhammar, H., et al., Fertility, sexuality and testicular adrenal rest tumors in
adult males with congenital adrenal hyperplasia. Eur J Endocrinol. 166(3): p.
441-9
[109]
Rutgers JL, Young RH, Scully RE. The testicular tumour of the adrenogenital
syndrome. A report of six cases and review of the litterature on testicular
masses in patients with adrenocortical disorders. Am J Surg Pathol
1988;12:503-13.
170
[110]
Claahsen-van der Grinten, H.L., et al., Testicular tumors in patients with
congenital adrenal hyperplasia due to 21-hydroxylase deficiency show
functional features of adrenocortical tissue. J Clin Endocrinol Metab, 2007.
92(9): p. 3674-80.
[111]
Prader A, Z.M., Illig R, Normal spermatogenesis in adult males with
congenital adrenal hyperplasia after discontinuation of therapy. Congenital
adrenal hyperplasia, Baltimore University. Park Press; 397
[112]
Valentino, R., et al., Success of glucocorticoid replacement therapy on fertility
in two adult males with 21-CAH homozygote classic form. J Endocrinol
Invest, 1997. 20(11): p. 690-4.
[113]
Radfar, N., et al., Evidence for endogenous LH suppression in a man with
bilateral testicular tumors and congenital adrenal hyperplasia. J Clin
Endocrinol Metab, 1977. 45(6): p. 1194-204.
[114]
Speiser, P.W., et al., Congenital adrenal hyperplasia due to steroid 21hydroxylase deficiency: an Endocrine Society clinical practice guideline. J
Clin Endocrinol Metab. 95(9): p. 4133-60.
[115]
Chakhtoura Z, Bachelot A, Samara-Boustani D, Ruiz JC, Donadille B, Dulon
J, et al. Impact of total cumulative glucocorticoid dose on bone mineral
density in patients with 21-hydroxylase deficiency. Eur J Endocrinol
2008;158:879-87.
[116]
Cabrera, M.S., M.G. Vogiatzi, and M.I. New, Long term outcome in adult
males with classic congenital adrenal hyperplasia. J Clin Endocrinol Metab,
2001. 86(7): p. 3070-8
171
[117]
Reisch, N., et al., High prevalence of reduced fecundity in men with
congenital adrenal hyperplasia. J Clin Endocrinol Metab, 2009. 94(5): p. 166570.
[118]
Giampaolo, B., Brogi, G., Vivaldi, MS et al. J EndocrinolInvest (1996) 19:
745. doi: 10.1007 / BF03347878
[119]
Van der Kamp HJ, Oudshoorn CG, Elvers BH,Van Baarle M, Otten BJ, Wit
JM, et al. Cutoff levels of 17-alpha-hydroxyprogesterone in neonatal screening
for congenital adrenal hyperplasia should be based on gestational age rather
than on birth weight. J Clin Endocrinol Metab 2005;90:3904-7.
[120]
Diabetes & amp; Metabolism Vol 33, N° Spe1 mars 2007 p. 111
[121]
Journal de radiologie volume 87, issue 0, octobre 2006, page 1371
[122]
J. Pediatr Endocrinol Metab 2003
[123]
Treatment and Outcome of Congenital Adrenal Hyperplasia: Current
Reconstructive Surgery Richard C. Rink*, Benjamin Whittam† *Robert A.
Garrett Professor, Pediatric Urologic Research, Riley Hospital for Children,
Indiana University School of Medicine, Indianapolis, Indiana, †Fellow,
Pediatric Urology, Riley Hospital for Children, Indiana University School of
Medicine, Indianapolis, Indiana, USA; 2014
[124]
Le nerf dorsal du clitoris : de l’anatomie à la chirurgie reconstructrice du
clitoris The dorsal nerve of the clitoris: Surgical applications V. Balayaa,b, A.
Aubinc, J.-M. Rogezc, R. Douarda,d,∗,e, V. Delmasa,f a URDIA EA 4465,
université Paris Descartes, Internet le 23 janvier 2014
172
[125]
Chirurgie féminisante des pseudo-hermaphrodismes féminins par hyperplasie
congénitale des surrénales M. Braiki (Dr) a,∗, I. Miniaoui (Dr) b, A. Nouri (Pr)
a a Département de chirurgie pédiatrique, CHU Fattouma Bourguiba,
Monastir,Tunisie http://dx.doi.org/10.1016/j.ando.2016.07.614 , 2016
[126]
[126] Résultats de la chirurgie dans l’hyperplasiecongénitale des surrénales
(PHF) S. Ouahid (Pr) a,∗, D. Meskine (Pr) a, A.E.M. Haddam (Pr) a,L.
Osmane (Dr) b a Hôpital Ibn Ziri, Alger
http://dx.doi.org/10.1016/j.ando.2014.07.482
[127]
Meyer-Bahlburg HFL. Gender assignment and reassignment in intersexuality:
controversies, data, and guidelines for research. Adv Exp Med Biol
2002;511:199–223.
[128]
Sytsma SE, editor. Ethics and intersex. Dordrecht: Springer; 2006.
[129]
American Academy of Pediatrics.Timing of elective surgery on the genitalia
of male children with particular reference to the risks, benefits, and
psychological effects of surgery and anaesthesia. Pediatrics 1996;97:590–4
[130]
Harbeck-Weber C, Fisher JL, Dittner CA. Promoting coping and enhancing
adaptation to illness. In: Roberts MC, editor. Handbook of pediatric
psychology. 3rd edition New York, London: Guilford; 2003. p. 99–118.
[131]
Money J, Lamacz M. Genital examination and exposure experienced as
nosocomial sexual abuse in childhood. J Nerv Ment Dis 1987;175:713–21.
[132]
Creighton S, Alderson J, Brown S, Minto CL. Medical photography: ethics,
consent and the intersex patient. BJU International 2002;89:67– 72.
[133]
Phillips S, Friedman SB, Seidenberg M, Heald FP. Teenagers’ preferences
regarding the presence of family members, peers, and chaperones during
examination of the genitalia. Pediatrics 1981;68:665–9.
173
[134]
Nordenskjold, A., et al., Type of mutation and surgical procedure affect longterm quality of life for women with congenital adrenal hyperplasia. J Clin
Endocrinol Metab, 2008. 93(2): p. 380-6.
[135]
Nermoen, I., et al., Subjective health status in men and women with congenital
adrenal hyperplasia: a population-based survey in Norway. Eur J Endocrinol.
163(3): p. 453-9.
[136]
Pinto G, Tardy V, Trivin C, Thalassinos C, Lortat-Jacob S, Nihoul- Fekete C,
et al. Follow-up of 68 children with congenital adrenal hyperplasia due to 21hydroxylase deficiency: relevance of genotype for management. J Clin
Endocrinol Metab 2003;88:2624-33.
[137]
Van der Kamp HJ, Otten BJ, Buitenweg N, De Muinck Keizer- Schrama SM,
Oostdijk W, Jansen M, et al. Longitudinal analysis of growth and puberty in
21-hydroxylase deficiency patients. Arch Dis Child 2002;87:139-44.
[138]
White PC, Speiser PW. Long-term consequences of childhood-onset
congenital adrenal hyperplasia. Best Pract Res Clin Endocrinol Metab
2002;16:273-88.
[139]
Charmandari E, Hindmarsh PC, Johnston A, Brook CG. Congenital adrenal
hyperplasia due to 21-hydroxylase deficiency: alterations in cortisol
pharmacokinetics at puberty. J Clin Endocrinol Metab 2001; 86:2701-8.
[140]
Thibaud E, Drapier-Faure E. Anomalies de la différenciation sexuelle :
diagnostic et prise en charge à l’adolescence. In: Gynécologie de
l’adolescente. Paris: Masson; 2005
[141]
Carel JC, Linglart A, Roger M, Lalhou N, Chaussain JL. When and how to
treat a central precocious puberty? Arch Pediatr 2002 ; 9 (Suppl 2) : 237s239s.
174
[142]
Bizouard P. Puberté normale et pathologique, développement psychologique à
l’adolescence, ENC, objectif 38, 2008.
[143]
Rosen DS, Blum RW, Britto M, Sawyer SM, Siegel DM. Transition to adult
health care for adolescents and young adults with chronic conditions : Position
paper of the Society for Adolescent Medicine. J Adolesc Health 2003;33:30911
[144]
Transition aux soins adultes : une vue d'ensemble. A Meynard, A-E Ambresin,
J-C Suris. Rev Med Suisse 2015 : 434-437
[145]
Kruse B, Riepe FG, Krone N, et al: Congenital adrenal hyperplasia e how to
improve the transition from adolescence to adult life. Exp Clin Endocrinol
Diabetes 2004; 112:343
[146]
Grosse SD, Schechter MS, Kulkarni R, et al: Models of comprehensive
multidisciplinary care for individuals in the United States with genetic
disorders. Pediatrics 2009; 123:407
[147]
La transition des jeunes ayant des besoins particuliers vers les soins pour
adultes M.Kaufman, J.Pinzon, Société canadienne de pédiatrie Paediatr Child
Health 2007:12(9):789-93
[148]
Diabetes in the Adolescent : Transitional Issues. Sarah K.Lyons, Ingrid
M.Libman, and Mark A.Sperling. JCEM vol98, N°12, Déc 2013, 2890
[149]
La transition des soins pédiatriques aux soins adultes des adolescents souffrant
d'affections chroniques. J-C Suris, F Dominé,Cakré. Rev Med Suisse
2008;4:1441-4
[150]
Transition en Diabétologie M Hauschild, E Elowe-Gruau, A Dwyer, M-P
Aquarone et coll. Rev Med Suisse 2015 ; 450-45
175
[151]
Un programme d'éducation thérapeutique centré sur la transition des patients,
avec
endocrinopathie
chronique,
entre
les
services
d'endocrinologie
pédiatrique et adulte Sabine Malivoir, Carine Courtillot, Anne Bachelot, Zeina
Chakhtoura, Isabelle Téjédor, Philippe Touraine
Presse Med. 2016; 45:
e119–e129 en ligne sur / on line on www.em-consulte.com/revue/lpm
www.sciencedirect.com 2016.
[152]
: Prise en charge des jeunes patients avec endocrinopathies pédiatriques
chroniques : les défis d’une transition souvent difficile
F. Phan-Hug M.
Hauschild A. Dwyer N. Pitteloud Rev Med Suisse 2012 ; 8 : 2170-4, 2012
[153]
Congenital adrenal hyperplasia how to improve the transition from
adolescence to adult life : B.Kruse F.G.Riepe N.Krone H.A.G.Bosinski
S.Kloehn C.J.Partsch W.G.Sippell H.Monig congenital adrenal hyperplasia
… exp clin endocrinol diabetes 2004; 112:343-355
[154]
The challenge of delivering endocrine care and successful transition to adult
services in adolescents with congenital adrenal hyperplasia: experience in a
single centre over 18 years Helena Gleeson*, Joanne Davis†, Julie Jones†,
Elaine O’Shea† and Peter E. Clayton†,‡
Clinical Endocrinology (2013) 78,
23–28
[155]
McDonagh JE, Kaufman M: The challenging adolescent. Rheumatology 2009;
48:872
[156]
Callahan ST,Winitzer RF, Keenan P.Transition from pediatric to adultoriented health care : A challenge for patients with chronic disease. Curr Opin
Pediatr 2001; 13:310-6.
176
[157]
Scal P, Evans T, Blozis S, Okinow N, Blum R.Trends in transition from
pediatric to adult health care services for young adults with chronic conditions.
J Adolesc Health 1999;24:259-64.
[158]
Giedd JN: The teen brain: insights from neuroimaging. J Adolesc Health 2008;
42:335 104. Kelly AM, Kratz B, Bielski M, et al: Implementing transitions for
youth with complex chronic conditions using the medical home model.
Pediatrics 2002; 110(6 Pt 2):1322
[159]
Sanders LM, Shaw JS, Guez G, Baur C, Rudd R. Health literacy and child
health promotion: Implications for research, clinical care, and public policy.
Pediatrics 2009;124(Suppl. 3):S306-14.
[160]
Viner R. Transition from paediatric to adult care. Bridging the gaps or passing
the buck? Arch Dis Child 1999;81:271-5.
[161]
Soanes C,Timmons S. Improving transition:A qualitative study examining
theattitudes of young people with chronic illness transferring to adult care. J
Child Health Care 2004;8:102-12.
[162]
Michaud PA, Suris JC, Viner R. The adolescent with a chronic condition. Part
II: healthcare provision. Arch Dis Child 2004;89:943-9.
[163]
Watson AR. Problems and pitfalls of transition from paediatric to adult renal
care. Pediatr Nephrol 2005;20:113-7
[164]
Suris JC, Domine F, Akre C. The transition from pediatric to adult care of
chronically ill adolescents. Rev Med Suisse 2008;4:1441-4.
[165]
Downing J, Gleeson HK, Clayton PE, et al. Transition in endocrinology : The
challenge of maintaining continuity. Clin Endocrinol 2012 ; epub ahead of
print.
177
[166]
Rosen D: Between two worlds: bridging the cultures of child health and adult
medicine. J Adolesc Health 1995; 17:10
[167]
Kieckhefer GM, Trahms CM: Supporting development of children with
chronic conditions: from compliance toward shared management. Pediatric
Nursing 2000; 26:354
[168]
Prieur AM, Deslandre C, Lemelle I. La conti-nuité des soins en rhumatologie
pédiatrique. Arch Pediatr 2007;14:665–7.
[169]
Courtillot C, Léger J, Polak M, Golmard JL, Touraine P. Monocentric study of
112 conse-cutive patients with childhood onset GH defi- ciency around and
after transition. Eur J Endocrinol 2013;169:587–96.
[170]
Diabetes UK. Care recommendation. Transi- tion from paediatric to adult
services.
London:
Diabetes
UK;
2008,
www.diabetes.org.uk/
upload/About%20us/Transition%20from%
20paediatric%20to%20adult%20services. doc.
[171]
Tubiana-Rufi N, Lahaie E, Jacquin P, et al. Le passage des adolescents
diabétiques de la pédiatrie à la médecine pour adultes : être ou ne pas être
perdu en transit ? Arch Pédiatr 2007;14:659-61
[172]
Tubiana-Rufi N, Du Pasquier L, Jacquin P, et al. Transition of care from
paediatric to adult services in type 1 diabetes adolescents. To be or not to be
lost in translation? In: Abstracts of the 35th Annual Meeting of the
international Society for Pediatric and Adolescent Diabetes (ISPAD),
September
2-5,
2009;
Ljubljana,
2009;10(Suppl.11):60 [Abstract P094].
178
Slovenia.
Pediatr
Diabetes
[173]
Tubiana-Rufi N, Du Pasquier-Fediaewsky L, Jacquin P, et al; Groupe
Collaboratif Pass’Âge. Étude longitudinale de la transition de la pédiatrie à la
médecine pour adultes chez les jeunes patients diabétiques en Ile de France.
Diabetes Metab 2010;36(Special issue 1):A20 [Abstract O74].
[174]
Godbout A, Tejedor I, Malivoir S, Polak M, Touraine P. Transition from
paediatric to adult healthcare-assessment of specific needs of patients with
chronic endocrine conditions. Horm Res Paediatr 2012; 78:247–55.
[175]
Sawyer SM, Afifi RA, Bearinger LH, et al. Adolescence: A foundation for
future health. Lancet 2012; 379:1630-40.
[176]
La transition des soins pédiatriques aux soins adultes des adolescents souffrant
d'affections chroniques. J-C Suris, F Dominé,Cakré. Rev Med Suisse
2008;4:1441-4
[177]
La transition des jeunes ayant des besoins particuliers vers les soins pour
adultes M.Kaufman, J.Pinzon, Société canadienne de pédiatrie Paediatr Child
Health 2007:12(9):789-
[178]
Transition en diabétologie : évaluation du vécu du processus.S Dubetout,C
Morin, N Pueh, C Le tallec, Hôpital des Enfants, CHU de Toulouse.AFDET,
Congrès Santé Education 2014
[179]
Rosen DS.Transition of young people with respiratory diseases to adult health
care. Paediatr Respir Rev 2004;5:124-31.
[180]
Watson AR. Problems and pitfalls of transition from paediatric to adult renal
care. Pediatr Nephrol 2005;20:113-7.
[181]
Cadario F, Prodam F, Bellone S, et al. Transition process of patients with type
1 diabetes (T1DM) from paediatric to the adult health care service : A
hospitalbased approach. Clin Endocrinol 2009;71:346-50.
179
[182]
Holmes-Walker DJ, Llewellyn AC, Farrell K. A transition care programme
which improves diabetes control and reduces hospital admission rates in
young adults with Type 1 diabetes aged 15-25 years. Diabet Med
2007;24:764-9.
[183]
Van Walleghem N, Macdonald CA, Dean HJ. Evaluation of a systems
navigator model for transition from pediatric to adult care for young adults
with type 1 diabetes. Diabetes Care 2008;31:1529-30.
[184]
Rutishauser C, Akre C, Suris JC. Transition from pediatric to adult health care
: Expectations of adolescents with chronic disorders and their parents. Eur J
Pediatr 2011;170:865-71.
[185]
Cooley WC, Sagerman PJ. Supporting the health care transition from
adolescence to adulthood in the medical home. Pediatrics 2011;128:182-200.
[186]
Peters A, Laffel L. Diabetes care for emerging adults : Recommendations for
transition from pediatric to adult diabetes care systems : A position statement
of the American Diabetes Association, with representation by the American
College of Osteopathic Family Physicians, the American Academy of
Pediatrics, the American Association of Clinical Endocrinologists, the
American Osteopathic Association, the Centers for Disease Control and
Prevention, Children with Diabetes, The Endocrine Society, the International
Society for Pediatric and Adolescent Diabetes, Juvenile Diabetes Research
Foundation International, the National Diabetes Education Program, and the
Pediatric Endocrine Society (formerly Lawson Wilkins Pediatric Endocrine
Society). Diabetes Care 2011;34:2477-85.
180
[187]
RAUX- DEMAY M.C. , MORNET E. Early prenatal diagnosis of 21 hydroxylase deficiency. New Engl. J.
Med. 1990 ; 322 : 111-115.
[188]
DAVID M.N, FOREST M.G. Prenatal treatment of congenital adrenal hy p e
rplasia resuIting of 21- hydroxylase deficiency. J. Pediatr. 1984 ; 105 : 799803.
181
Serment d’Hippocrate
Au moment d'être admis à devenir membre de la profession médicale, je
m'engage solennellement à consacrer ma vie au service de l'humanité.

Je traiterai mes maîtres avec le respect et la reconnaissance qui leur sont
dus.

Je pratiquerai ma profession avec conscience et dignité. La santé de mes
malades sera mon premier but.

Je ne trahirai pas les secrets qui me seront confiés.

Je maintiendrai par tous les moyens en mon pouvoir l'honneur et les nobles
traditions de la profession médicale.

Les médecins seront mes frères.

Aucune considération de religion, de nationalité, de race, aucune
considération politique et sociale ne s'interposera entre mon devoir et mon
patient.

Je maintiendrai le respect de la vie humaine dés la conception.

Même sous la menace, je n'userai pas de mes connaissances médicales d'une
façon contraire aux lois de l'humanité.

Je m'y engage librement et sur mon honneur.
‫‪‬‬
‫ﺑﺴﻢ ﺍ‪ ‬ﺍﻟﺮﲪﺎﻥ ﺍﻟﺮﺣﻴﻢ‬
‫ﺃﻗﺴﻢ ﺑﺎ‪ ‬ﺍﻟﻌﻈﻴﻢ‬
‫ﰲ ﻫﺬﻩ ﺍﻟﻠﺤﻈﺔ ﺍﻟﱵ ﻳﺘﻢ ﻓﻴﻬﺎ ﻗﺒﻮﱄ ﻋﻀﻮﺍ ﰲ ﺍﳌﻬﻨﺔ ﺍﻟﻄﺒﻴﺔ ﺃﺗﻌﻬﺪ ﻋﻼﻧﻴﺔ‪:‬‬
‫‪‬‬
‫ﺑﺄﻥ ﺃﻛﺮﺱ ﺣﻴﺎﺗﻲ ﳋﺪﻣﺔ ﺍﻹﻧﺴﺎﻧﻴﺔ‪.‬‬
‫‪‬‬
‫ﻭﺃﻥ ﺃﺣﱰﻡ ﺃﺳﺎﺗﺬﺗﻲ ﻭﺃﻋﱰﻑ ﳍﻢ ﺑﺎﳉﻤﻴﻞ ﺍﻟﺬﻱ ﻳﺴﺘﺤﻘﻮﻧﻪ‪.‬‬
‫‪‬‬
‫ﻭﺃﻥ ﺃﻣﺎﺭﺱ ﻣﻬﻨﱵ ﺑﻮﺍﺯﻉ ﻣﻦ ﺿﻤﲑﻱ ﻭﺷﺮﰲ ﺟﺎﻋﻼ ﺻﺤﺔ ﻣﺮﻳﻀﻲ ﻫﺪﰲ ﺍﻷﻭﻝ‪.‬‬
‫‪‬‬
‫ﻭﺃﻥ ﻻ ﺃﻓﺸﻲ ﺍﻷﺳﺮﺍﺭ ﺍﳌﻌﻬﻮﺩﺓ ﺇﱄ‪.‬‬
‫‪‬‬
‫ﻭﺃﻥ ﺃﺣﺎﻓﻆ ﺑﻜﻞ ﻣﺎ ﻟﺪﻱ ﻣﻦ ﻭﺳﺎﺋﻞ ﻋﻠﻰ ﺍﻟﺸﺮﻑ ﻭﺍﻟﺘﻘﺎﻟﻴﺪ ﺍﻟﻨﺒﻴﻠﺔ ﳌﻬﻨﺔ ﺍﻟﻄﺐ‪.‬‬
‫‪‬‬
‫ﻭﺃﻥ ﺃﻋﺘﱪ ﺳﺎﺋﺮ ﺍﻷﻃﺒﺎﺀ ﺇﺧﻮﺓ ﱄ‪.‬‬
‫‪‬‬
‫ﻭﺃﻥ ﺃﻗﻮﻡ ﺑﻮﺍﺟﱯ ﳓﻮ ﻣﺮﺿﺎﻱ ﺑﺪﻭﻥ ﺃﻱ ﺍﻋﺘﺒﺎﺭ ﺩﻳﲏ ﺃﻭ ﻭﻃﲏ ﺃﻭ ﻋﺮﻗﻲ ﺃﻭ ﺳﻴﺎﺳﻲ ﺃﻭ ﺍﺟﺘﻤﺎﻋﻲ‪.‬‬
‫‪‬‬
‫ﻭﺃﻥ ﺃﺣﺎﻓﻆ ﺑﻜﻞ ﺣﺰﻡ ﻋﻠﻰ ﺍﺣﱰﺍﻡ ﺍﳊﻴﺎﺓ ﺍﻹﻧﺴﺎﻧﻴﺔ ﻣﻨﺬ ﻧﺸﺄﲥﺎ‪.‬‬
‫‪‬‬
‫ﻭﺃﻥ ﻻ ﺃﺳﺘﻌﻤﻞ ﻣﻌﻠﻮﻣﺎﺗﻲ ﺍﻟﻄﺒﻴﺔ ﺑﻄﺮﻳﻖ ﻳﻀﺮ ﲝﻘﻮﻕ ﺍﻹﻧﺴﺎﻥ ﻣﻬﻤﺎ ﻻﻗﻴﺖ ﻣﻦ ﲥﺪﻳﺪ‪.‬‬
‫‪‬‬
‫ﺑﻜﻞ ﻫﺬﺍ ﺃﺗﻌﻬﺪ ﻋﻦ ﻛﺎﻣﻞ ﺍﺧﺘﻴﺎﺭ ﻭﻣﻘﺴﻤﺎ ﺑﺸﺮﰲ‪.‬‬
‫ﻭﺍ‪ ‬ﻋﻠﻰ ﻣﺎ ﺃﻗﻮﻝ ﺷﻬﻴﺪ‪.‬‬
Téléchargement