Préservation d`arbres

advertisement
Direction générale de
l'environnement
Inspection cantonale des
forêts – Biodiversité
Chemin de la Vulliette 4
1014 Lausanne
Directive N°: DGE-FORET-BiodivFo-ARB.HAB-2016
ANNEXE 3
"Préservation d'arbres-habitats"
Date de création : 01.11.2011
Date mise à jour : 27.03.2012
Date de révision : 01.01.2016
© Rita Bütler
© Rita Bütler
© Service des forêts de Baden
© Rita Bütler
TABLE DES MATIERES
1
1.1
1.2
DEFINITIONS .............................................................................................................................. 3
LES ARBRES-HABITATS ......................................................................................... 3
INTERETS DES ARBRES-HABITATS ...................................................................... 3
1.2.1
2
BIODIVERSITE .......................................................................................................................... 3
LES DIFFÉRENTS TYPES DE DENDRO-MICROHABITATS .................................................... 4
2.1
2.2
2.3
2.4
2.5
2.6
2.7
2.8
2.9
2.10
2.11
2.12
2.13
CAVITÉS................................................................................................................... 4
PLAGES SANS ÉCORCE ......................................................................................... 4
FENTES ET DÉCOLLEMENT DE L’ÉCORCE .......................................................... 5
CHAMPIGNONS LIGNIVORES................................................................................. 5
COULEE DE SÈVE ACTIVE ..................................................................................... 5
BLESSURES/BRISURES EXPOSANT LE CŒUR DU BOIS .................................... 5
BOIS MORT DANS LE HOUPPIER .......................................................................... 5
LIANES ET GUI ........................................................................................................ 5
TROUS ET GALERIES D’INSECTES XYLOPHAGES .............................................. 5
NIDS DE VERTÉBRÉS ............................................................................................. 5
BALAIS DE SORCIÈRES .......................................................................................... 6
Arbres moussus ET LICHENS FOLIACÉS ................................................................ 6
TRES VIEUX ARBRES OU ARBRES GIGANTESQUES .......................................... 6
3
DELIMITATION ET FINANCEMENT DES ARBRES-HABITATS FAISANT L'OBJET D'UNE
AIDE FINANCIERE ................................................................................................................................. 8
3.1
3.2
3.3
4
SÉLECTION DES ARBRES-HABITATS.................................................................... 8
MARQUAGE DES ARBRES-HABITATS ................................................................... 8
GEOLOCALISATION ET FINANCEMENT ................................................................ 8
BIBLIOGRAPHIE ....................................................................................................................... 10
Directive RPT 2016-2019 Biodiversité en forêt
Préservation d'arbres-habitat
2
1 DEFINITIONS
1.1
1.2
LES ARBRES-HABITATS
Un arbre-habitat est un arbre vivant de grande taille non exploité jusqu'à sa décomposition et
présentant des particularités morphologiques - appelées dendro-microhabitats -servant d'habitat
à différentes espèces de faune, de flore et de champignons.
INTERETS DES ARBRES-HABITATS
1.2.1 BIODIVERSITE
Comme leur nom l'indique, les arbres-habitats servent de lieu de vie à de nombreuses espèces
animales et de champignons telles que le pic tridactyle, les chauves-souris, la chouette de
Tengmalm, la martre, le grand capricorne, le lucane cerf-volant, certains lichens et champignons.
Parmi ces espèces inféodées aux particularités éco-morphologiques offertes par les arbreshabitats, certaines sont rares et/ou menacées en Suisse. Cela est dû en partie à une sylviculture
tendant à récolter les bois avant que ces derniers n'atteignent un âge suffisamment avancé pour
y voir apparaître des dendro-microhabitats (habitats de très petite taille, situés sur les arbres)
Les bonnes pratiques de la sylviculture proche de la nature impliquent le maintien d'arbreshabitats dans les forêts, quelle que soit l'intensité de l'exploitation. La réalité montre cependant
que ces arbres sont souvent trop peu présents, notamment sur le Jura et le Plateau, pour fournir
suffisamment d'habitats aux espèces susmentionnées. Les arbres-habitats jouent un rôle crucial
au bon fonctionnement d'un réseau écologique forestier de réserves forestières et d’îlots. Ils
servent de relais à l'échelle du peuplement et offrent des habitats à de nombreuses espèces
liées aux vieux arbres et au bois mort (20-25% des espèces forestières en Suisse) (cf. figure 1).
Pour assurer cette fonction, il est préconisé de maintenir de petits groupes de quelques arbreshabitats, soit entre 5 et 10 arbres par hectare ou 50 à 100 arbres-habitats par 10 hectares de
forêts.
Dispersion
Figure 1 : réseau écologique forestier pour les espèces liées aux vieux arbres et au bois mort (WSL,2007)
1.2.2 DYNAMIQUE FORESTIERE
Les arbres-habitats jouent un rôle particulièrement important pour les espèces saproxyliques (=
espèces dépendant du bois mort pour tout ou une partie de leur cycle de vie). Or la présence de
ces dernières, qui représentent un quart des espèces forestières, est essentielle pour garantir à
la forêt croissance et productivité. Véritables alliés du sylviculteur, ces organismes décomposent
le bois mort, enrichissant le sol, recyclant la matière organique et favorisant ainsi la
Directive RPT 2016-2019 Biodiversité en forêt
Préservation d'arbres-habitat
3
régénération. Avec l’aide des réseaux de champignons mycorhiziens (champignons associés
étroitement aux racines des arbres et échangeant des nutriments avec ceux-ci), les organismes
saproxyliques permettent la remise en circulation des nutriments et du carbone vers les végétaux
qui en ont le plus besoin ce qui favorise la croissance et la vigueur des arbres.
Les arbres-habitats sont également une source irremplaçable d’hétérogénéité dans la structure
forestière, tant en terme de diversité d’habitats que de pyramide des âges ou de structure
verticale. Or la diversité forestière, qu’elle soit spécifique ou structurelle, contribue grandement à
la capacité de résilience des forêts face aux perturbations ou de résistance aux parasites et aux
ravageurs.
1.2.3 PAYSAGE
Outre le grand rôle écologique qu’ils jouent, les arbres-habitats font également partie du
patrimoine culturel, de par leur âge respectable, leur morphologie étonnante ou leur taille
imposante. Pour le promeneur, ces arbres peuvent susciter l'émerveillement face à leur
esthétique si particulière. Le paysage forestier est ainsi diversifié et embelli par leur présence.
Ces arbres sont en outre des portes d'entrée dans le monde imaginaire des mythes et légendes
du lointain passé. Ils sont le fruit d'une histoire qu'il s'agit de perpétuer.
2 LES DIFFÉRENTS TYPES DE DENDRO-MICROHABITATS
Les structures des arbres pouvant servir d'habitat (dendro-microhabitats, abrégés dmh) sont très
variées. Chacune présente, selon sa forme, sa taille, sa localisation dans l’arbre, ou le degré de
décomposition du bois, des conditions de vie bien particulières. Chaque dmh abrite donc un
cortège d’espèces spécifique. Apprendre à reconnaître les différents types de dmh permet au
forestier de sélectionner des arbres ayant un bon potentiel d’accueil et à ne pas négliger certains
dmh méconnus ou moins visibles. Cet inventaire n'est évidemment pas exhaustif et il revient au
forestier d'apprécier, sur la base de ses connaissances, si un arbre peut présenter d'autres
structures servant d'habitat. Les types de dendro-microhabitats les plus fréquemment rencontrés
sont décrits ci-dessous.
2.1
CAVITÉS
Les arbres peuvent présenter différents types de cavités qui abritent une immense variété
d’espèces (mammifères, oiseaux, insectes, arachnides, amphibiens, reptiles, champignons,
micro-crustacés, mousses,..). Le cortège d’espèces varie selon l’origine, la situation dans l’arbre
ou le caractère évolutif (décomposition du bois) de la cavité:
Cavités creusées par des pics (trous de nidification ou trous de nutrition)
Cavités racinaires à fond dur : cavités formées par les racines dont le fond est constitué
par de l’écorce non cariée.
Cavités évolutives à terreau : cavités formées dans du bois en décomposition suite à
une blessure.
Cavités remplies d’eau (dendrotelmes) : cavités remplies, au moins temporairement
d’eau, dont le fond peut-être carié ou constitué d’écorce.
Troncs creux : stade ultime de la cavité évolutive, grande cavité dans le tronc, sans
ouverture au sommet ni contact avec le sol.
2.2
PLAGES SANS ÉCORCE
Blessures du tronc exposant l’aubier sain ou peu altéré. Ce dendro-microhabitat fournit substrat
et nourriture à des espèces de lichen, champignons et insectes. Il est aussi un point de départ
vers d’autres dendro-microhabitats, notamment les cavités à terreau.
Directive RPT 2016-2019 Biodiversité en forêt
Préservation d'arbres-habitat
4
2.3
FENTES ET DÉCOLLEMENT DE L’ÉCORCE
Fentes, anfractuosités à l’ouverture étroite ou espaces situés sous une plage d’écorce décollée
et formant un abri. L’espace entre l’écorce et le bois est propice au développement de lichens et
de champignons et offre un abri à une grande diversité d’espèces d’oiseaux, de chauves-souris,
d’insectes, d’arachnides et de gastéropodes.
2.4
CHAMPIGNONS LIGNIVORES
De nombreux champignons liés au bois sont rares et menacés en Suisse. Ces champignons,
sont souvent eux-mêmes utiles à d'autres espèces, leur offrant nourriture et/ou habitat. Certains
insectes, par exemple, ne peuvent se reproduire que si des champignons très particuliers sont
présents. Conserver les arbres porteurs permet donc de protéger à la fois les champignons et
les espèces qui leur sont associées.
2.5
COULEE DE SÈVE ACTIVE
Ecoulement ou trace d’écoulement de sève dégageant souvent une odeur forte. Ces coulées de
sève servent de nourriture ou de lieu de vie à des espèces de bactéries, de champignons ou
d’insectes dont les assemblages diffèrent entre les résineux et les feuillus ou selon l’origine de
l’écoulement (blessure ou coulée printanière).
2.6
BLESSURES/BRISURES EXPOSANT LE CŒUR DU BOIS
Tronc, fourche, couronne ou branche maîtresse récemment brisés dont le bois est encore peu
altéré. Les dimensions doivent être importantes pour que ce dendro-microhabitat comporte un
volume de bois mort suffisant aux espèces d’oiseaux, d’arachnides, d’insectes ou de
champignons qui y sont associées.
2.7
BOIS MORT DANS LE HOUPPIER
Ensemble de branches mortes dans le houppier ou grosses branches mortes d’un diamètre
supérieur à 20 centimètres. Ce type de bois mort particulier est d’autant plus intéressant
biologiquement lorsqu’il est de gros diamètre et exposé au soleil. Il peut abriter un assemblage
d’insectes, de collemboles ou de champignons bien différent du bois mort au sol.
2.8
LIANES ET GUI
Les lianes (Lierre, Clématite, Chèvrefeuille,…) et le gui servent à la fois d’habitat, de source de
nourriture (fleurs et fruits) et de lieu d’accouplement à de nombreuses espèces d’insectes ainsi
qu’à quelques oiseaux.
2.9
TROUS ET GALERIES D’INSECTES XYLOPHAGES
Les réseaux de trous d’émergence et de chambres creusés par les larves d’insectes xylophages
peuvent être colonisés secondairement par d’autres insectes ou par des arachnides. Les trous
creusés par les plus grosses espèces de coléoptères peuvent même abriter de petits oiseaux ou
des Pipistrelles.
2.10
NIDS DE VERTÉBRÉS
Les gros nids d’oiseaux ou d’écureuils sont colonisés par d’autres espèces (oiseaux,
mammifères, arthropodes) pendant ou après la nidification de l’oiseau constructeur. Certains
Directive RPT 2016-2019 Biodiversité en forêt
Préservation d'arbres-habitat
5
oiseaux, notamment des rapaces, réutilisent également le même nid d’années en années. Il est
donc important d’épargner de la coupe les arbres porteurs de gros nids.
2.11 BALAIS DE SORCIÈRES
Concentration de rameaux épicormiques en touffe dense servant de support à des nids
d’oiseaux ou d’habitat à certains coléoptères.
2.12 ARBRES MOUSSUS ET LICHENS FOLIACÉS
Les mousses et les lichens foliacés servent de source de nourriture et parfois d’abri à certaines
espèces d’insectes et de gastéropodes. Plusieurs espèces de lichen foliacés, dont le lichen
pulmonaire (Lobaria pulmonaria), figurent eux-mêmes sur les listes rouges et font partie des
espèces prioritaires fédérales et cantonales.
2.13 TRES VIEUX ARBRES OU ARBRES GIGANTESQUES
Si les dendro-microhabitats sont quelquefois difficiles à voir sur un arbre depuis le sol, il est
généralement admis qu'à partir d'une certaine taille, il est très probable qu'un arbre en possède
un ou plusieurs (cavités, écorce fendue, branches mortes, etc.).
Tableau 1 : Exemple tiré de l’étude de Larrieu et Cabanettes, 2012 : Proportion d’arbres portant au
moins un micro-habitat (Hêtre (Fagus sylvatica) et Sapin blanc (Abies alba)
Catégorie de diamètre
Petits arbres (20-25 cm DHP)
Arbres de taille moyenne (25-50 cm DHP)
Grands arbres(50-70 cm DHP)
Très grands arbres
DHP ≥ 70 cm
DHP ≥ 89 cm
DHP ≥ 99cm
Directive RPT 2016-2019 Biodiversité en forêt
Préservation d'arbres-habitat
% d'arbres portant au moins un micro-habitat
Hêtre
Sapin blanc
35
6
43
9
78
21
92
99
32
70
6
1
2
© Rita Bütler
4
3
5
6
© Rita Bütler
© Mario Tabozzi
© Rita Bütler
7
© Rita Bütler
© Rita Bütler
8
Arbres-habitats
1) Arbre gigantesque
2) et 5) Plages sans écorce
3) Arbre cassé
4) Fente due à la foudre
6) Cavités de pics
7) Cavité évolutive à terreau
8) Champignons lignivores
© Rita Bütler
Directive RPT 2016-2019 Biodiversité en forêt
Préservation d'arbres-habitat
© Rita Bütler
7
3 DELIMITATION ET FINANCEMENT DES ARBRES-HABITATS
FAISANT L'OBJET D'UNE AIDE FINANCIERE
3.1
SÉLECTION DES ARBRES-HABITATS
Les arbres-habitats peuvent être sélectionnés individuellement ou en groupe. L'option du groupe
est néanmoins à favoriser d'une part pour des raisons écologiques et d'autre part pour une
question de sécurité afin de ne pas multiplier les dangers inhérents à ces arbres. C'est d'ailleurs
dans cette optique que les arbres-habitats devraient soigneusement être choisis en tenant
compte du danger réel qu'ils pourraient faire encourir tant aux équipes forestières qu'aux
promeneurs.
Lorsque sont marqués des arbres porteurs de cavités occupées par des oiseaux cavicoles,
notamment la Chevêchette d’Europe (épicéa et sapin blanc) et la Chouette de Tengmalm
(hêtres), il est également recommandé d’adapter la sylviculture dans les abords immédiats de
l’arbre-habitat afin de leur offrir un environnement favorable à l’envol, la chasse, la présence de
proies ou la surveillance du territoire (Fig. 1).
3.2
MARQUAGE DES ARBRES-HABITATS
Sur le terrain, les arbres-habitats sont marqués par un signe distinctif et unique dans le canton. Il
s'agit de la lettre "H" gravée à l'aide de la griffe forestière ou d’une petite tronçonneuse. Cette
lettre devra être apportée sur la face nord de l'arbre ou en amont, si celui-ci se trouve sur un
terrain en pente. Ce marquage peut-être cumulé avec le cercle blanc utilisé par certains
ornithologues pour signaler les arbres porteurs de cavités.
3.3
GEOLOCALISATION ET FINANCEMENT
Afin de garantir la pérennité des arbres-habitats, ceux-ci devront être indiqués dans le plan de
gestion, au plus tard au moment de la révision de ce dernier. Une saisie des coordonnées de
l’arbre dans l'outil géomatique Gestint avec une indication du diamètre, de l’essence et de
l’année de désignation est obligatoire pour que les arbres-habitats puissent bénéficier d'une aide
financière du Canton.
Le financement des arbres-habitats sous contrat est réglé selon les conditions définies dans la
directive cantonale relative à la "Biodiversité en forêt" CP 2016-2019
Directive RPT 2016-2019 Biodiversité en forêt
Préservation d'arbres-habitat
8
Figure 1 : Exemple de sylvicultures favorables à la Chevêchette d’Europe et à la Chouette de
0
Tengmalm. (Figure tirée du Cahier technique du Parc Jura vaudois n 3)
Directive RPT 2016-2019 Biodiversité en forêt
Préservation d'arbres-habitat
9
4 BIBLIOGRAPHIE
Lachat, T., Bütler, R., 2007, Gestion des vieux arbres et du bois mort – îlots de sénescence,
arbres-habitat et métapopulation saproxyliques, WSL-ECOS, 84 p.
Emberger C., Larrieu L., Gonin P. :2014 Diversité des espèces en forêt : pourquoi et comment
l’intégrer dans la gestion. Se familiariser avec l’Indice de Biodiversité Potentielle (IBP). Paris :
Institut pour le développement forestier, 2014, 28p.
Larrieu L., Cabanettes A., 2012, Species, live status, and diameter are important tree features for
diversity and abundance of tree microhabitats in subnatural montane beech–fir forests. Canadian
journal of Forest research, 42 : 433-1445
Oiseaux cavicoles: conservation des arbres à cavités. Cahier technique du Parc Jura vaudois, n°
3, décembre 2011
Guide de poche des dendro-microhabitats, DGE-Forêt, CNPF et Dynafor, 2015. à télécharger
sur le site www.vd.ch/forets Services rendus par la forêt  Arbres-habitats
Directive RPT 2016-2019 Biodiversité en forêt
Préservation d'arbres-habitat
10
Téléchargement