maladie de `` gumboro `` : étude au microscope électronique

publicité
MALADIE DE ” GUMBORO ” : ÉTUDE AU
MICROSCOPE ÉLECTRONIQUE DES CELLULES
DES BOURSES DE FABRICIUS INFECTÉES
Non Renseigné, Nicole Delferrière, G. Meulemans, H. Vindevogel, J. Rodhain,
Monique E. Lamy
To cite this version:
Non Renseigné, Nicole Delferrière, G. Meulemans, H. Vindevogel, J. Rodhain, et al.. MALADIE
DE ” GUMBORO ” : ÉTUDE AU MICROSCOPE ÉLECTRONIQUE DES CELLULES DES
BOURSES DE FABRICIUS INFECTÉES. Annales de Recherches Vétérinaires, INRA Editions,
1974, 5 (3), pp.291-294. <hal-00900807>
HAL Id: hal-00900807
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00900807
Submitted on 1 Jan 1974
HAL is a multi-disciplinary open access
archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from
teaching and research institutions in France or
abroad, or from public or private research centers.
L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est
destinée au dépôt et à la diffusion de documents
scientifiques de niveau recherche, publiés ou non,
émanant des établissements d’enseignement et de
recherche français ou étrangers, des laboratoires
publics ou privés.
ÉTUDE
MALADIE DE « GUMBORO » :
AU MICROSCOPE ÉLECTRONIQUE DES CELLULES
DES BOURSES DE FABRICIUS INFECTÉES
G.BURTONBOY Nicole DELFERRIÈRE, G. MEULEMANS,
H. VINDEVOGEL, J. RODHAIN
Monique E. LAMY
Laboratoire de Virologie,
Université Catholique de Louvain,
E. S. P., 4, Av. Chapelle aux Champs,
1200 Bruxelles
(Belgique)
Institut national de Recherches vété
inaires,
y
Groeselenberg 99,
(Belgique)
1180 Bruxelles
RÉSUMÉ
L’étude des coupes fines des bourses de Fabricius infectées par le virus de « Gumboro 0
est occupé par une trame de cellules reliées entre elles par
des desmosomes. Dans le cytoplasme de ces cellules, il y a des virus disposés en structures paracristallines ; ces amas sont parfois limités par une membrane. Il y a beaucoup de débris cellulaires
au milieu desquels on reconnaît des groupes de particules virales.
montre que le centre des follicules
INTRODUCTION
Un virus responsable de la maladie de « Gumboro » a été isolé en Belgique. Les
caractéristiques de cette souche et son pouvoir pathogène ont été décrits (MEULEMANS et al., ).
974 Les poulets inoculés montrent des lésions caractéristiques de la
i
bourse de Fabricius (VIND!VOG!!, et al., 1974
). Nous rapportons ici l’étude de ces
lésions au microscope électronique.
MATÉRIEL
ET
MÉTHODES
Virus
Nous avons utilisé une souche isolée en Belgique. Au 2
oe passage sur oeufs embryonnés les
membranes chorio-allantoïdiennes sont broyées dans une solution de NaCl 9 p. i ooo et le surnageant clarifié par centrifugation sert de solution stock. Le dosage en DL
50 a été fait par inoculation
sur membrane chorio-allantoïdienne (M
EULEMANS et al., 1974
).
Volailles
Les poussins proviennent d’ceufs SPF et sont maintenus en isolement pendant toute la durée
semaines avec une dose corl’expérience. On a inoculé par voie intraoculaire des poulets de4
’ DL! de la solution concentré-- de virus.
respondant à 10
de
Prélèvement
Les bourses de Fabricius sont prélevées 3 jours après l’inoculation. Les fragments sont fixés
à la glutaraldéhyde à 2
, post fixés avec i p. 100 de tétroxyde d’osmium, puis ils sont
5 p. 100
,
enrobés dans l’Epon. Les coupes sont colorées à l’Uranyl (! p. 100
) puis au citrate de plomb suivant la méthode de Reynolds.
Observations
Au microscope optique : sur coupes semi-fines l’aspect des bourses infectées est caractéristique. Tous les follicules sont pathologiques mais à des degrés divers. Plusieurs nodules ont l’aspect
typique de la maladie : leur centre est occupé par une cavité (Pl. 1, fig. i). Les autres nodules sont
pauvres en cellules : les lymphoblastes de la partie centrale sont remplacés par un réseau de cellules réticulaires de la trame dont la plupart contiennent de grosses inclusions. De nombreux débris
.
intra et extracellulaires sont fortement colorés par le bleu de Toluidine à 0
2 p. 100
,
Au microscope électronique : le centre des nodules est occupé par de grandes cellules : certaines sont claires, les autres apparaissent sombres (Pl. I, fig. 2
). Les plus externes reposent sur
la membrane basale (Pl. I, fig. 3
). Ces cellules sont reliées entre elles par des desmosomes et constituent un véritable réseau (Pl. I, fig. 4
). Leur membrane cellulaire est très découpée. Le cytoplasme
contient beaucoup de vacuoles et d’enclaves lipidiques, de nombreux ribosomes et un réticulum
endoplasmique souvent dilaté par une substance non structurée et assez opaque aux électrons
). Certains aspects
(Pl. I, fig. 3
). Entre les cellules, il y a beaucoup de débris cellulaires (Pl. II, fig. 5
de fragments cellulaires ou de débris englobés dans une cellule d’aspect normal suggèrent un phénomène de phagocytose (Pl. II, fig. 6). Beaucoup de cellules contiennent des virus. On rencontre
plusieurs aspects :
i. Des particules virales libres dans le cytoplasme. Les cellules qui les contiennent montrent
des signes de dégénérescence avec de nombreuses vacuoles, leur citerne périnucléaire est dilatée.
Les particules virales sont nettes avec un contour bien dessiné et une forme polygonale, leur diamètre moyen est de 75 nm. Les virus sont presque toujours disposés en un amas paracristallin
situé non loin du noyau (Pl. Il, fig. 7
).
. On trouve de nombreux virus dans de grandes vacuoles bien délimitées par une membrane.
2
Les particules virales sont alors associées à du matériel très osmiophile avec des figures pseudomyéliniques et des aspects d’empreintes digitales (Pl. II, fig. 6). Dans ces vacuoles on reconnaît
les virus grâce à leur disposition paracristalline, mais les particules ont une limite floue ; leur taille
2 nm (Pl, Il, fig. 8). Certaines vacuoles sont remplies par une matrice
moyenne est plus petite, 6
dense dans laquelle on ne peut que deviner quelques particules virales plus sombres (Pl. II, fig. 9
),
CONCLUSION
I,’inoculation réalise
une infection massive de la Bourse de Fabricius. Les celle
centre
des nodules sont semblables aux cellules épithéliales
tout
qui peuplent
sur
la
membrane
basale
qui reposent
(C!,AwsoN et al., I9
). Toutes ces cellules sont
7
6
reliées entre elles par des desmosomes. Dans les mailles de cette trame flottent des
débris. On trouve dans les cellules et dans les débris un grand nombre de particules
virales dont les divers aspects sont ceux qui ont déjà été décrits (L
ADDUX
M
UNGER et ,
lules
1972)..
Nous pensons, comme cela a été suggéré précédemment, que beaucoup de corps
d’inclusions contenant des virus sont de nature lysosomiale (CHEVILLE, I9
). Un
7
6
début de
digestion expliquerait l’aspect particulier des particules dont
les limites
sont peu nettes, émoussées et les dimensions plus petites.
La taille moyenne des virus est nettement supérieure à celle des Picornavirus.
Il s’agit plus probablement d’un Réovirus, mais les arguments que nous avons ne
sont pas suffisants pour pouvoir l’affirmer. Il nous paraît nécessaire d’avoir recours
à d’autres techniques pour mieux caractériser le virus responsable de cette affection.
Reçu pour publication
en
mai 1974.
REMERCIEMENTS
a été réalisé en partie grâce à l’aide du Fonds National de la Recherche
crédit aux chercheurs 197
2-73.
ELOS pour l’aide qu’elle nous a apportée.
Nous remercions Mlle Véronique D
Ce travail
Scientifique
(Bruxelles),
SUMMARY
«
GUMBORO
»
DIS!AS! :I
FINE STRUCTURE STUDIES OF INFECTED BURSA
An infectious bursal agent has been isolated in Belgium. Our data are based on the examinaby thin section electron microscopy of bursa from chickens infected by this strain. The most
striking morphological feature is in the center of the nodule a network of cells linked together by
desmosomes. In the cytoplasm of those cells, viral particles are packed in paracristalline structures.
tion
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
.
CHEVILLE N. F., 19
67. Studies of the pathogenesis of « Gumboro » disease in the bursa of Fabricius
552
527
spleen and thymus of the chicken. Amer. J. Pathol., 51, .
LAWSON C. C., C
C
OOPER M. D., GooD R., 19
67. Lymphocyte fine structure in the bursa of Fabricius,
the thymus and the germinal centers. l:ab. Invest., 16 (
), .
3
421
407
UNGER
L
P. D., M
ADDUX T., 1972
. Fine structure studies of the avian infections bursal agent. Avian
diseases, 16 (4), 874-893.
!’IEULEMANS G., V
ALEN P., S
INDEVOGEL H., H
CHYNS P., I97
SO
i
¢. Maladie de « Gumboro », lentetlt,
identificatiôn et incidence du virus en Belgique. Ann. Méd. véEér. (sous presse).
INDEVOGEL H., GoUFFAux B., M
V
EULEMANS G., H
ALEN P., S
CHYNS P., I(!&dquo;/4. Maladie de « Gumboro », inoculation expérimentale. Ann. Méd. vétér. (sous presse).
Téléchargement
Explore flashcards