c`est ici

advertisement
Une année Eco-école à Mazayes sur le
thème de l’alimentation
A la suite de la labellisation de l’école en tant qu’Eco-école, nous avons décidé
d’intervenir dans les classes pour revenir sur une année de travail ensemble
(élus, enseignants, parents d’élèves élus et élèves) avec comme thème :
l’alimentation.
En début d’année, les élèves, à travers leurs conseils de coopération, et les
élus/parents d’élèves élus/enseignants lors de réunion du comité de suivi, ont
établi un diagnostique concernant la cantine scolaire. 3 grandes idées ont
émergé :
1. Favoriser une alimentation plus locale
2. Améliorer la qualité de certains aliments (fruits et légumes plus
spécialement)
3. Modifier certains menus pour : rechercher un meilleur équilibre
alimentaire et créer de la nouveauté
Suite à cela, des devis ont été établis et de nouveaux contacts ont été pris. Il a
fallu aussi prendre en compte les contraintes de budget, celles liées au nombre
d’élèves, au matériel ou encore aux heures de travail du personnel communal.
1. Favoriser une alimentation plus locale
Exemple des produits laitiers locaux : concernant les produits laitiers locaux, un
problème de coût s’est posé. Si la commune change de fournisseur pour « Cœur
de laitier » ou « la GAEC du Montjeudi », les prix des yaourts varient du simple
au double. Ainsi, la commune n’envisage de se fournir localement que de manière
exceptionnelle.
Pour rappel, la viande est déjà achetée à la boucherie Vincent, à Pontgibaud, et
le pain à la boulangerie d’Olby.
2. Améliorer la qualité de certains aliments (fruits et légumes)
Le constat concerne surtout les fruits, qui sont jetés en grand nombre.
Plusieurs idées ont été proposées. Le fournisseur le plus local, à La Gardette, ne
permet pas de se fournir toute l’année. De plus, sa récolte se fait
essentiellement en juillet-août. Le maraîcher Sanchez se déplace avec son
camion. Il fournit déjà le lycée de Rochefort Montagne et des particuliers du
secteur. Après une première prise de contact, un rythme est pris. Il vient
amener les fruits et légumes frais à l’école 1 à 2 fois par semaine. Au bout de
plusieurs mois de changement, les résultats sont plutôt satisfaisants. Les élèves
trouvent les fruits plus juteux, meilleurs et le coût ne présente pas un gros
écart avec le fournisseur précédent. La gestionnaire de la cantine, Catherine
Boyer, apprécie de pouvoir choisir quelques nouveautés de temps en temps
(melon ou fraises par exemple) et les élèves également !
3. Modifier certains menus pour : rechercher un meilleur équilibre
alimentaire et créer de la nouveauté
Certains menus ont été rééquilibrés. Par exemple, dans le menu pizza /
choucroute, la choucroute a été remplacée par un sauté de dinde et une poêlée
de légumes.
Concernant les nouveautés, Catherine Boyer a créé l’enthousiasme chez les
élèves en leur préparant un repas chinois à l’occasion du nouvel an chinois. En fin
d’année, les élèves ont préparé eux-mêmes leur repas pour faire un véritable
« pique nique géant » et ont apprécié le pique-nique préparé pour le dernier jour
d’école.
Pour conclure, il semble intéressant de travailler ensemble pour faire
avancer les choses. Les élèves émettent des idées en conseils de
coopération, qui sont discutées en comité de suivi avec les parents d’élèves
élus et les enseignants. Au final, les élus de la commune peuvent changer
des choses, tout en prenant en compte certaines contraintes précédemment
évoquées.
La directrice de
L’adjointe aux affaires scolaires de
l’école primaire de Mazayes
la mairie de Mazayes
Lorette Monnet
Marie-José Coquel
Téléchargement