Commerce et Economie verte: quelles relations et quels

publicité
Commerce et Economie verte: quelles
relations et quels impacts sur l’Afrique
Dr Cheikh Tidiane DIEYE
Coordonnateur de Programmes
Commerce, Intégration et Développement
Enda Tiers Monde/Syspro
[email protected]
A. Economie verte: renforcer la convergence pour le développement
durable. Une opportunité pour l’Afrique?
Trois pilier du développement
durable
Economie
Social
Environnement
Un changement majeur de
paradigme
« Améliorer le bien-être humain et réduire
les inégalités à long terme, tout en préservant
les générations futures de risques
environnementaux et de pénuries écologiques
majeurs »
« L’économie verte…une économie à faible
émission de carbone, peu gourmande en
ressources, qui facilite
l'intégration sociale et protège, tout en les
renforçant, la biodiversité et les services
fournis par les
écosystèmes. »
Afrique: le temps des choix
Le développement est un Droit!
Mais faut-il se développer comme
tous les autres?
Ou
Se développer différemment?
 Développement ou
développement durable?
 Economie ou économie verte?
Pourquoi l’Afrique doit-elle
sauver la planète si elle la
détruit le moins?
Parce qu’elle est plus vulnérable
aux changements climatiques et
possède moins d’atouts pour
s’adapter aux problèmes causés
par les autres.
Un engagement politique africain pour l’économie verte
 2009: troisième conférence ministérielle africaine sur le financement du
développement;
 2010: Treizième session de la conférence ministérielle africaine sur
l’environnement;
 2010: Première conférence panafricaine sur la biodiversité;
 2010: Septième forum pour le développement de l’Afrique
 Etc.
B. L’économie verte: Défi ou opportunité pour le commerce en
Afrique?
1. Des avantages à moyen et long termes:
 Les investissements dans les techniques de production à faible émission de
carbone peuvent ouvrir de nouvelles opportunités commerciales ( agriculture
biologique; écotourisme, etc.)
 Exemple: Ouganda (1er pays africain en culture bio.): 22.8 Millions USD de
recettes d’exportation de produits biologiques en 2007/2008. Les prix au
départ de la ferme des ananas, du gingembre et de la vanille biologiques
étaient respectivement supérieurs de 300%, 185% et 150% à ceux des
produits conventionnels. ( Pnue, 2010)
 L’Afrique peut assumer le saut de l’étape des technologies « sales » et recourir
à des procédés propres qui valorisent des connaissances et savoir-faire locaux;
 Un potentiel significatif pour les agro-carburants: à condition
qu’elle ne concurrence pas les productions alimentaires (sur la terre et
l’eau) et qu’elle soit destinée prioritairement aux marchés locaux et
régionaux, la culture des biocarburants peut offrir des opportunités
nouvelles au commerce africain.
 La gestion et l’exploitation durable des ressources forestières:
Un système de gestion des forêts par les communautés peut renforcer la
création d’emplois et préserver des ressources nécessaires aux générations
futures;
 La pêche durable au service des communautés:
Secteur essentiel à l’économie de nombreux pays africain. Mais qui souffre
de la surexploitation occasionnée par la manque de capacité de contrôle,
les subventions et d’autres distorsions économiques.
2. Défis nombreux qui peuvent entraver la transition vers l’EV
2.1: Régulation mondiale de l’environnement et commerce: bref
aperçu sur les discussions à l’OMC qui portent sur:
 la clarification de l’articulation entre les règles de l’OMC et les mesures
commerciales contenues dans les accords multilatéraux environnementaux
 les échanges de renseignements entre les secrétariats des accords multilatéraux
environnementaux et l’OMC ainsi que leur accès au statut d’observateur à
l’OMC ;
 la réduction ou l’élimination des obstacles tarifaires et non tarifaires au
commerce des biens et services environnementaux
 L’Afrique et les accords multilatéraux sur l’environnement
(AME).
Tous les pays africains sont signataires d’au moins 3 des 14 AEM identifiés
dans le comité du commerce et de l’environnement à l’OMC:
- La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de
flore sauvages menacées d'extinction;
- La Convention sur la Diversité Biologique .
- La Convention Cadre des Nations Unies sur les changements
climatiques.
2. 2. Le problème de la gestions des risques sanitaires et écologiques
a)
l’éco-certification et les standards internationaux:
-
L’Afrique en dehors de l’élaboration des normes environnementales;
Coûts élevés de la mise en conformité des produits d’exportation africains;
-
Du fait des faibles capacités des administrations, certains standards sont
considérés comme des obstacles au commerce.
a)
Biosécurité OGM : Principe de précaution en débat
- Sécurité alimentaire – environnement - protection de la santé;
- Quel choix pour l’Afrique: avant-gardisme (USA) ou précaution maximale (
UE)?
2.3. Problème de l’accès aux marchés internationaux
- Produits agricoles:
• Soutiens internes: elles introduisent des déséquilibres et des distorsions
dommageables aux pays africains;
• Les subventions à l’exportation: entretiennent des produits artificiellement
compétitifs et favorisent le détournement des échanges, le recul de
l’activité agricole et augmente la dépendance alimentaire;
• Ces subventions prédominent dans les filières du lait, de la viande, des
céréales, de la tomate, etc.
• La gestion des terres agricoles: investissement ou accaparement? une
donnée nouvelle.
 Le problème des barrières techniques et SPS:
- Un niveau de perfectionnement inaccessible aux produits africains;
- Les exportations de poissons, viande, fruits et légumes frais ou
transformés pénalisés par les barrières techniques ou SPS.
- Evocations de présence de contaminants microbiologiques ou
« d’impureté » dans les produits,
Questions africaines?
 Trouver des réponses aux questions africaines:
- Comment passer d’une logique de croissance tirée par les exportations de
-
-
-
produits de base à une croissance verte?
Comment s’assurer que la transition vers l’EV ne compromette pas la
croissance africaine du fait du protectionnisme vert et d’autres pratiques des
pays développés;?
Quels engagements de la communauté internationale pour le financement d’un
développement vert?
Le passage à l’économie verte aura des coûts que l’Afrique ne peut supporter
seule: quel partenariat Nord-Sud et Sud-Sud pour le financement des
infrastructures de production, de la recherche, etc.?
Comment s’assurer d’une transfert effectif de technologies et de connaissances
( propriété intellectuelle) dans les domaines liés à l’économie verte:
Ex: L’accès aux technologies pour l’énergie solaire. Biocarburants?
Je vous remercie de votre
attention
Téléchargement
Explore flashcards