Petits poèmes III

publicité
UNE HEURE S’ACHEVE
Une heure s'achève, puis une,
(Le sable coule au sablier ;
On le retourne, on recommence)
Voici le croissant de la lune.
Une étoile s'éteint, puis une,
(Le sable coule au sablier ;
On le retourne, on recommence)
Le disque du soleil s'allume.
Les jours sont morts et puis les nuits,
(Le sable coule au sablier ;
On le retourne, on recommence)
L'année est morte et l'année suit.
Edouard Ducoté
In « La prairie en fleurs » 1902
CONVERSATION
Comment ça va sur la terre ?
- ça va ça va, ça va bien.
Les petits chiens sont-ils prospères ?
- Mon dieu oui merci bien.
Et les fleuves ?
- ça s’écoule.
Et le temps ?
- ça se déroule.
Et votre âme ?
Elle est malade.
Le printemps est trop vert
elle a mangé trop de salade.
Et les nuages ?
- ça flotte.
Et les volcans ?
- ça mijote
Jean Tardieu
RÊVE-LUISANT
C'est le soir
au milieu du noir
un petit rêve s'est allumé
Je monte chez lui
Et il me garde toute la nuit
Auteur inconnu
IL PLEUT
Il pleut –Le ciel est noir– J’entends
Des gouttes d’eau qui, sursautant,
Font un bruit de pattes et d’ailes
De maladroites sauterelles…
Je suis bien, ce soir, avec vous,
Jardin apaisé tout à coup
Par la pluie qui tombe et se casse
Sur le feuillage et le gazon !
Les odeurs que l’onde libère
Semblent s’évader de prison
Et flotter, légères galères,
Sur tous les vents de l’horizon…
Comtesse A. de Noailles
CE BONHEUR SI PROCHE
…
Dormir, les pied dans l’herbe, le front dans les étoiles.
Courir après les papillons dans la bruyère.
Partir au gré du vent et au gré des voiles.
Rire comme un enfant dans les bras de la terre.
Ecouter le silence et le chant de la mer.
Respirer le parfum des arbres et des fleurs.
Rencontrer l’étranger, y découvre un frère.
Briser les lois du temps, vivre au rythme du cœur.
Boire l’eau fraîche des sources et le bleu du ciel,
Vouloir prendre du bon temps, goûter l’imprévu
Vouloir habiter son corps, danser au soleil.
Savoir à nouveau que l’homme n’est pas l’absolu.
Attendre un inconnu sur le pas de la porte.
Surprendre son ombre au détour d’un sous-bois.
Entendre l’écho de sa voix que le vent apporte.
Réapprendre le Bonheur si proche de moi.
Michel HUBAUT
IL PORTE UN OISEAU DANS SON CŒUR
Il porte un oiseau dans son cœur,
L’enfant qui joue des heures, seul,
Avec des couronnes de fleurs
Sous l’ombre étoilée du tilleul.
Il semble toujours étranger
A ce qu’on fait, à ce qu’on dit
Et n’aime vraiment regarder
Que le vert calme du verger.
Autour de lui, riant d’échos,
Le monde est rond comme un cerceau.
Auteur inconnu
L’ARBRE VOLANT
Que les bois aient des arbres,
Quoi de plus naturel ?
Que les arbres aient des feuilles,
Quoi de plus évident ?
Mais que les feuilles aient des ailes,
Voilà qui, pour le moins, est surprenant.
Volez, volez, beaux arbres verts.
Le ciel vous est ouvert.
Mais prenez garde à l’automne, fatale saison,
Quand vos milliers et milliers d’ailes,
redevenues feuilles, tomberont.
Edmond Jadès
JEUX DE LETTRES
Le A majuscule monte dans le ciel comme une Tour Eiffel.
Le B est un monsieur à gros ventre.
Le C fait la révérence.
Le D est le dernier quartier de lune.
Le E a faim de toutes ses dents.
Le F est une grue dressée sur un chantier.
Le G ouvre sa bouche pour vous avaler.
Le H dresse ses deux poteaux sur le terrain de rugby.
Le I est un monsieur très maigre qui se tient droit.
Le J a le profil d'une louche à soupe.
Le K est un képi très haut.
Le L me servira d'équerre.
…/…
Le M est deux ponts dans la plaine.
Le N nous avertit d'un virage dangereux.
Le O est une belle pomme.
Le P pourrait servir de parapluie.
Le Q a le profil d'une raquette.
Le R est une pieuvre sur ses gardes.
Le S se tortille comme un serpent.
Le T est perché comme une antenne sur le toit.
Le U est un trapèze.
Le V est comme un oiseau dans le ciel.
Le W est comme les racines d'une molaire.
Le X présente deux épées qui se croisent.
Le Y est une baguette de sourcier.
Le Z est le signe de Zorro.
Paul Vaillant-Couturier
CARNAVAL à L’ECOLE
Arlequin bariolé
De losanges, de carrés,
De triangles rouges
Qui sans cesse bougent
Habillé tout en blanc .
Pierrot rêve nez au vent :
Il pense à sa belle
Assis auprès d’elle.
Fée, pirate et mariée
Ce jour se sont rencontrés;
Sourit la princesse
En ses longues tresses
Petits pieds dégourdis,
La musique les convie
A entrer en danse
Pour qu’ils se fiancent.
Gina CHENOUARD
Le Printemps
Après tout ce blanc vient le vert,
Le printemps vient après l’hiver.
Après le grand froid le soleil,
Après la neige vient le nid ,
Après le noir vient le réveil,
L’histoire n’est jamais finie.
Après tout ce blanc vient le vert,
Le printemps vient après l’hiver,
Et après la pluie le beau temps.
Claude Roy
Farandoles et fariboles
BONJOUR
Comme un diable au fond de sa boîte,
le bourgeon s'est tenu caché...
mais dans sa prison trop étroite
il baille et voudrait respirer.
Il entend des chants, des bruits d'ailes,
il a soif de grand jour et d'air...
il voudrait savoir les nouvelles,
il fait craquer son corset vert.
Puis, d'un geste brusque, il déchire
son habit étroit et trop court
"enfin, se dit-il, je respire,
je vis, je suis libre... bonjour !
Paul Géraldy
(1885-1983)
NOUVELLE ANNEE
Nouvelle année, année nouvelle,
Dis-nous, qu'as-tu sous ton bonnet ?
J'ai quatre demoiselles
Toutes grandes et belles
La plus jeune, en dentelles,
La seconde en épis,
La cadette est en fruits
Et la dernière en neige.
Voyez le beau cortège !
Nous chantons, nous dansons
La ronde des saisons
Louisa Paulin
Villanelle
Une feuille d'or,
une feuille rousse,
un frisson de mousse,
sous le vent du nord.
Quatre feuilles rousses,
quatre feuilles d'or,
le soleil s'endort
dans la brume douce.
Mille feuilles rousses,
que le vent retrousse.
Mille feuilles d'or
sous mes arbres morts.
Alain Debroise
QUI A PEUR DU LOUP ?
Au fond du couloir
Le loup se prépare
Il met ses bottes noires...
Qui a peur du loup?
Pas nous pas nous !
Au fond du couloir
le loup se prépare
il prend son mouchoir
Qui a peur du loup?
Pas nous pas nous !
Au fond du couloir
le loup vient nous voir
à pas de loup noir...
Qui a peur du loup?
C'est nous !
Sauvons nous !
Marie Tenaille
PANTOUM NEGLIGE
Trois petits pâtés, ma chemise brûle.
Monsieur le curé n’aime pas les os.
Ma cousine est blonde, elle a nom Ursule,
Que n’émigrons-nous vers les Palaiseaux
Ma cousine est blonde, elle a nom Ursule,
On dirait d’un cher glaïeul sur les eaux.
Vivent le muguet et la campanule !
Dodo, l’enfant do, chantez, doux fuseaux.
Que n’émigrons-nous vers les Palaiseaux ?
Trois petits pâtés, un point et virgule ;
On dirait d’un cher glaïeul sur les eaux.
Vivent le muguet et la campanule !
Trois petits pâtés, un point et virgule ;
Dodo, l’enfant do, chantez, doux fuseaux.
La libellule erre parmi les roseaux.
Monsieur le curé, ma chemise brûle !
Paul Verlaine
Illustrations : Marie Engelbert
Musique : Secret d’Ayweline Vanessa Gerkens : Les Gimmicks
Diaporama de Jacky Questel, ambassadrice de la Paix
[email protected]
http://jackydubearn.over-blog.com/
http://www.jackydubearn.fr/
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

Créer des cartes mémoire