Les traitements antidépresseurs chez la personne âgée

publicité
Les traitements
antidépresseurs chez la
personne âgée

Edouard munch « le cri »
préambule

La dépression de la personne âgée est
fréquente, volontiers non diagnostiquée et
donc non traitée. Elle est souvent masquée,
sans tristesse exprimée, de sémiologie peu
apparente. Ses conséquences sont lourdes,
tant au plan relationnel entre les
générations qu'au plan humain : repli sur
soi, perte de la pratique des actes de la vie
quotidienne, dépendance ajoutée,
souffrance non exprimée, non accueillie qui
accule certains aînés au suicide.
Problème de la définition

Perte de l’élan vital+++++

Évaluation multicritères DSMIV

Problématique du deuil : perte de l’objet
Rappel sur les formes
cliniques (multiples)
Citons,










La dépression réactionnelle
Le syndrome anxio dépressif
La dépression hypochondriaque
Dépression et psychose
Les formes conatives: difficulté d’établir un lien
La dépression hostile
Le syndrome de glissement
Le syndrome de DIOGENE
La dépression pseudodémentielle
Dépression et alcoolisme
Mécanisme action des
antidépresseurs


Le mécanisme d’action le plus fréquemment
retrouvé est l’inhibition du recaptage des
monoamines
Comme la sérotonine, la noradrénaline et la
dopamine
Classification des atp



Stimulants : moclamine, vivalan.
Intermédiaires : deroxat, effexor,
stablon,zoloft, floxyfral, prozac, anafranil,
tofranil
Sédatifs : elavil, laroxyl,athymil, ludiomil.
Problèmatique du choix
du traitement





Problème du diagnostic
Problème du bénéfice /risque
Problème des effets indésirables
Problème des interactions
médicamenteuses
Il existe des bénéfices mais intérêts d’
études complémentaires chez les
patients du grand âge
En sachant que le risque
majeur de la DSA est la
réduction du champ de vie
En pratique




Commencer par un IRS (prozac,
seropram, zoloft…….) ou IRSNA (effexor
et ixel)
Éviter les tricycliques
Plus faible dose
Réponse au traitement plus longue
Les dangers des
tricycliques








Effet anti cholinergique aggravant les
syndrome démentiel
Syndrome confusionnel
Hypotension orthostatique
Rétention d’urine
Constipation
Glaucome aigu
Tachycardie
chutes
les problèmes rencontrés
avec les IRS






HYPONATREMIE surtout avec coprescription d’un diurétique
Syndrome confusionnel
Convulsion
Chutes
Augmentation du risque hémorragique
sous AVK
Interaction avec le tramadol et les
tryptans
Que penser de la MOCLAMINE
(moclobémide)?




Attention aux interactions triptans, tramadol, et
le Deprenyl
Diminue le catabolisme de la sérotonine, de la
noradrénaline et dopamine
Effets indésirables : trouble du comportement ,
troubles digestifs
Rapidité d’action : une semaine
En conséquence,

Surveillance du ionogramme

Surveillance tensionnelle

Surveillance de l’anti coagulation si AVK


Réévaluer le comportement du patient, avec les
aidants et la famille
S’inquiéter des chutes
Quelle durée ?

Phase d’attaque : au moins six semaines

Phase de continuation : au moins 12 mois

Intérêts de la question d’une phase de
maintenance
Objectif de l’approche thérapeutique :
redonner du gout et du sens à la vie
recréer une dynamique
Chez la personne âgée,
la réponse thérapeutique
sera donc variable



En fonction du phénomène de rétroprojection
(effet rétroviseur : comment voir sa vie et le
bilan de sa vie )
En fonction du phénomène de compensation
(peut –il s’investir dans autre chose par
exemple après la perte de l’objet?)
Mais aussi fonction de l’état cérébral et des
maladies neurologiques sous jacentes
Téléchargement
Explore flashcards