Message nutritionnel essentiel - Accueil

publicité
Quelles sont les missions du CLAN ?
Prise en charge nutritionnelle selon les pathologies
Diagnostic et prise en charge de la dénutrition ?
Nutrition artificielle (adulte et enfant)
Nutrition en réanimation
Nutrition dans le contexte péri-opératoire
Codification de la dénutrition
Travaux du CLAN
Lexique / liste des mots clés ?
Qu’est ce que le CLAN ?
Diapo suivante
Le Comité de Liaison Alimentation et Nutrition (CLAN)
(Rubrique sous la responsabilité de Monsieur Henri GIN)
Le CLAN, Comité de Liaison Alimentation Nutrition, a été mis en place à Bordeaux en Janvier 2003
par le Directeur Général et le Président de la CME.
Il s'est organisé en Assemblée Plénière et en Bureau et a constitué des groupes de travail pour faire des
propositions de prise en charge nutritionnelle, qui sont validées par nos institutions médicales et paramédicales.
Un certain nombre de documents visant à l'harmonisation de ces prises en charge au sein du CHU ont
été réalisés et validés. Ceux-ci s'intéressent aussi bien au problème de nutrition artificielle qu'aux
recommandations que l'on peut faire dans certaines pathologies métaboliques ou nutritionnelles.
Ces recommandations sont mises à la disposition de chacun, grâce au site Intranet du CHU. Nous
continuerons à faire évoluer ce site au fur et à mesure des nouvelles propositions et nous ferons tout
pour qu'il reste vivant.
Il est à votre disposition.
Le CLAN a pour objectif d'harmoniser les discours et les prises en charge nutritionnelles, aussi bien en
soin individuel qu'en santé publique au sein de toute la communauté médicale et para-médicale de
notre CHU.
Qu’est ce que le CLAN ?
Membres du bureau
Membres sur les différents sites
Comptes rendus des séances plénières
Membres du bureau
Nom prénom
BARONMichel
Fonction
Directeur du groupe Sud
Président du CLAN
Médecin (diabètologue)
Vice président
Ingénieur en restauration
Site
Sud
Téléphone
56468
Courriel
[email protected]
Sud
34826
[email protected]
DG
96019
[email protected]
DG
BREILH Dominique
Pharmacienne
Sud
95315 /
41315
30049 /
56571
33518
[email protected]
BOURDEL-MARCHASSON Isabelle
Coordinateur général des
soins
Médecin (gériatre)
LAMIREAU Thierry
Médecin (Pédiatre)
Pel
95929 /99824
[email protected]
PETIT Laurent
Médecin (anesthésisteréanimateur)
Médecin (oncologue)
Pel
71424
[email protected]
Pel
43802
[email protected]
Cadre supérieur de santé
(diététicienne)
Cadre de santé
(diététicienne)
Cadre supérieur de santé
(infirmière)
Cadre supérieur de santé
(infirmière)
Cadre de santé (infirmière)
Pel
94952
[email protected]
Sud/SA
[email protected]
Pel
56047/
75200
14103
SA
43321
[email protected]
Sud
76649
[email protected]
GIN Henri
BLED Laurence
DURAND Luc
SMITH Denis
MAROT Dominique
VIDAL Stéphanie
BERNARD Gilda
FOUCHET Christiane
CECILE Casa
Sud
[email protected]
[email protected]
[email protected]
Comptes rendus des séances plénières ?
Compte rendu assemblée (13/11/2008)
Compte rendu assemblée (11/06/2009)
Compte rendu assemblée (23/09/2010)
Prise en charge nutritionnelle selon les pathologies (enfant et adulte)
enfants
adultes
Sommaire
Prise en charge nutritionnelle selon les pathologies chez l’enfant
ALLERGIE aux PROTEINES du LAIT de VACHE
HYPERCHOLESTEROLÉMIE
CHOLESTASES
INTERVENTION de NISSEN
COLOPATHIE FONCTIONNELLE
MALADIE COELIAQUE Enfant
CONSTIPATION
MALADIE DE HIRSCHSPRUNG Enfant
CORTICOTHÉRAPIE
MALADIES INFLAMMATOIRES DIGESTIVES
DERMATITE ATOPIQUE
MUCOVISCIDOSE
DIABETE type I
NUTRITION ENTERALE LIQUIDE
DYSPLASIE BRONCHOPULMONAIRE
OBESITE
GASTROENTERITE
REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN
GASTROSTOMIE
ALLERGIE aux PROTEINES du LAIT de VACHE
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Exclusion des protéines de lait de vache
•
Choix de produits de substituts adaptés
•
Assurer les besoins de croissance
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Connaissance de l’alimentation de l’enfant
•
Connaissance de l’alimentation de la mère si elle allaite
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Exclusion des aliments contenant les protéines de lait de vache
•
Exclusion du lait et dérivés, et produits industriels en contenant (apprentissage lecture des étiquettes)
•
Substitution du lait par des produits infantiles avec des protéines hautement hydrolysées
•
Attention aux risques de carences ou d’allergies croisées avec lait de brebis, chèvre, jument, soja
•
Proscrire les « laits » d’amande, noisette, riz, céréales totalement inadaptés aux besoins de l’enfant
Message nutritionnel essentiel :
•
Apports devant assurer une croissance normale
•
Couvrir les besoins en calcium (attention : certains hydrolysats de protéines nécessitent
une supplémentation)
Message pour la santé :
•
Régime strict, en général transitoire
•
Possibilité de réintroduction après test de tolérance
Education nutritionnelle :
•
Individuelle et familiale
Mise à jour 2006
CHOLESTASES Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
Sommaire
• Prévenir la malnutrition liée à la malabsorption des lipides et la perte d’appétit
• Assurer les apports en vitamines liposolubles, Acides Gras Essentiels
• Privilégier la voie orale
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
• Présence d’ascite ou œdèmes, insuffisance hépatique
• Etat nutritionnel
• Bilan alimentaire (évaluation des ingesta, mode d’alimentation, habitudes alimentaires)
Caractéristiques de la prescription diététique :
• Calories : 130% à 150% des ANC (180 à 200 kcal/kg/j chez le nourrisson)
• Protides : 3-4g/kg/j si pas d’insuffisance hépatique
• Apports de Triglycérides à Chaîne Moyenne (TCM) 40% à 50% des apports lipidiques totaux
Aliment complet spécifique pour enfants âgés de 0 à 10 ans
Aliment complet spécifique enfant > 1 an
Préparations infantiles avec protéines hydrolysées et TCM > 50% :
Prégestimil (55%), Peptijunior (50% ), Alfaré (50% )
Matières grasses contenant TCM :
Margarine Bekana, Huile Liprocil (80%), Huile Triglydal (82%)
Mélange nutritif complet pour sonde
Peptamen (50%), Peptamen Junior (60%)
• Contrôle de l’apport sodé en cas de rétention hydrosodée
• En cas de mauvaises prise pondérale, augmenter les apports en utilisant successivement:
Enrichissement des biberons en polymères de glucose (Maltodextridine)
Augmentation progressive de la concentration des biberons (maximum 20%)
Alimentation entérale nocturne
Message nutritionnel essentiel
• Alimentation hypercalorique enrichie selon tolérance
• Supplémentation régulière en vitamines liposolubles (A, D, E, K)
Message pour la santé :
• Objectif prioritaire : assurer une croissance staturo-pondérale satisfaisante
Education nutritionnelle :
Mise à jour 2006
Individuelle et familiale
COLOPATHIE FONCTIONNELLE
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
• Régulariser le transit
• Rassurer la famille si la courbe staturo-pondérale de l’enfant est satisfaisant
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
• Habitudes de vie, rythme des repas, contexte familial
• Choix des aliments consommés en fonction de l’âge, conduite de la diversification alimentaire
du jeune enfant
• Repérer la tolérance individuelle à certains aliments : légumes à goût fort, crudités et son,
matières grasses cuites, boissons gazeuses, chocolat…
• Evaluer les quantités consommées
Caractéristiques de la prescription diététique :
• Alimentation équilibrée, non restrictive
• Corriger les excès de consommation
- de protéines : grands consommateurs de lait et produits laitiers, viande ou équivalent
- de lactose, sucres et sucreries
- de fibres crues et irritantes : crudités, graines (pois, lentilles …) de
son (aliments aux céréales complètes)
- des pâtisseries, viennoiseries, charcuteries
- de boissons gazeuses et d’épices
Message nutritionnel essentiel :
• Alimentation équilibrée
• Eviter les régimes trop restrictifs sources de carences.
Message pour la santé :
• L’alimentation de l’enfant doit être adaptée à son âge.
Education nutritionnelle :
• Individuelle et familiale
Mise à jour 2006
CONSTIPATION
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
• Régulariser le transit intestinal
• Obtenir des selles de consistance normale
• Faire disparaître la rétention fécale
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
• Bilan des habitudes alimentaires du patient notamment :
- Quantité de protéines consommées
- Apports hydriques
- Evaluation de la consommation de légumes et de fruits
• Pour les nourrissons, vérifier la reconstitution des biberons
• Habitudes de vie
Caractéristiques de la prescription diététique :
• Alimentation équilibrée et diversifiée
• Normaliser les apports en glucides et protéines
• Augmenter, SANS EXCES, la consommation de fibres : fruits, légumes, céréales peu raffinées
• Eviter carotte, riz, coing, banane
• Augmenter l’apport hydrique
• Pour les nourrissons, choisir un lait moins riche en caséine, et plus riche en lactose.
Message nutritionnel essentiel :
• Normaliser l’alimentation et adapter les apports en fonction de l’âge
• Favoriser les aliments accélérant le transit (épinards, haricots verts …) éviter ceux qui
sont trop agressifs sur la muqueuse intestinale (excès de produits complets, de crudités, son …)
Message pour la santé :
• Amener l’enfant à une alimentation équilibrée et variée avec fruits et légumes
Education nutritionnelle :
Individuelle et familiale
Mise à jour 2006
CORTICOTHÉRAPIE
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Limiter l’apparition de la rétention hydrique et sodée
•
Eviter la perte de la masse osseuse
•
Eviter la dégradation de la masse musculaire
•
Prévenir les effets secondaires du traitement concernant l’augmentation de l’appétit
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Maladie indiquant la corticothérapie
•
Etat nutritionnel préalable du patient et mode d’alimentation
•
Posologie et durée prévisible de la corticothérapie
•
Traitements associés
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Mesurer et contrôler les apports en sodium : perfusions, boissons gazeuses, teneur en sodium des aliments
•
Limiter l’apport en glucides simples
•
Limiter la consommation des matières grasses animales
•
Assurer les apports en protéines et en calcium
•
Assurer les besoins caloriques
Message nutritionnel essentiel :
•
Contrôler la prise de poids
•
Préserver la masse musculaire (favoriser l’activité physique : marche …)
•
Surveiller l’apparition de complications (HTA, Diabète, ostéoporose, etc…)
•
Supplémentation médicamenteuse en calcium et vitamine D
Message pour la santé : Une corticothérapie prolongée retentit sur la croissance staturale
Education nutritionnelle : Individuelle de l’enfant et de sa famille
Mise à jour 2006
DERMATITE ATOPIQUE
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Induire la tolérance ou l’entretenir
•
Adapter le choix alimentaire à la tolérance de l’enfant évaluée par un diagnostic justifié
•
Assurer une croissance staturo-pondérale correcte par une alimentation équilibrée adaptée aux besoins.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Allergènes alimentaires suspectés : manifestation clinique, carnet alimentaire, IGE spécifiques, tests cutanés …
•
Age
•
Historique de l’alimentation
•
Habitudes alimentaires
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Adapter l’alimentation à la tolérance : Exclusion plus ou moins stricte des aliments contenant les allergènes
diagnostiqués comme étant non tolérés.
•
Maintien d’une alimentation personnalisée et équilibrée
•
Nourrisson :
- Diversification alimentaire entre 4 et 6 mois (« fenêtre d’opportunité »)
- Pas de restriction, de retard ou d’ordre d’introduction des aliments
- Test éventuel par bilan allergologique pour les aliments les plus allergisants
(poisson, œuf) au moment de la diversification, surtout en cas de DA sévère (le risque d’allergie alimentaire est
alors nettement augmenté).
•
Lecture des étiquettes, connaissance des fabricants de produits spéciaux, associations, Projet d’Accueil Individualisé
à l’école (PAI)
Message nutritionnel essentiel :
•
Choix d’un substitut de lait avec protéines hautement hydrolysées, ou préparation infantile à base de protéines de riz
adapté à l’âge, pour couvrir les besoins nutritionnels
•
Compléter si besoin en calcium et en fer en fonction de la formule choisie.
Message pour la santé :
•
Eviter les régimes inutiles, déséquilibrés ou inadaptés aux besoins de l’enfant
Education nutritionnelle : Individuelle de l’enfant et de sa famille
Mise à jour 2006
DIABETE type I
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Alimentation équilibrée, normale pour l’âge, couvrant les besoins de croissance
•
Répartition régulière des apports glucidiques adaptée à l’insulinothérapie
•
Prévention des complications dégénératives
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Connaissance du schéma insulinique
•
Age et poids de l’enfant
•
Habitudes de vie
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Alimentation normocalorique et normoglucidique (50-55% AET)
•
Alimentation équilibrée, riche en fibres, contrôlée en graisses d’origine animale
•
Alimentation régulière et répartie sur 3 repas/jour +/-collations selon schéma insulinique
•
Education :
- Connaissance des aliments influençant ou non la glycémie
- Equivalences glucidiques simples
- Mesures à prendre en cas d’hypoglycémie, de perte d’appétit et d’activités physiques
Message nutritionnel essentiel :
•
Insister sur l’importance de l’équilibre alimentaire
•
Les mesures diététiques doivent être en harmonie avec les habitudes familiales
Message pour la santé :
•
Veiller à une croissance staturo-pondérale normale
•
Favoriser l’activité physique régulière
Education nutritionnelle : Individuelle, collective et familiale
Mise à jour 2006
DYSPLASIE BRONCHOPULMONAIRE
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Prévenir ou limiter les séquelles pulmonaires et le retard de croissance
•
Ne pas augmenter la production de CO2
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Prématurité : âge gestationnel, poids de naissance
•
Age corrigé et poids, état nutritionnel
•
Alimentation : type de lait, rythme des tétées, volume des biberons, alimentation entérale …
•
Corticothérapie, diurétiques
•
Complications digestives ( Reflux Gastro-œsophagien, troubles du transit, entérocolite ulcéro-nécrosante ..)
•
Etat respiratoire : fréquence respiratoire, oxygégéno-dépendance, problèmes infectieux …
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Calories : 120% des ANC (160 à 180 kcal/kg/j chez le nourrisson)
•
Lipides : 6-8g/kg/j, en favorisant les Acides Gras Poly-Insaturés à longue chaîne ( DHA, EPA)
•
Glucides : ≤ 15g/kg/j
•
Protéines : 3g/kg/j
•
Assurer les besoins en Vitamines (A,D,E,C) et oligo-éléments (fer, sélénium …): supplémenter si nécessaire
•
Adapter les apports hydriques et sodés
•
Fractionnement de l’alimentation
Message nutritionnel essentiel
•
Alimentation hypercalorique selon tolérance, sans excès de glucides
•
Attention aux volumes importants :rétention hydrosodée, reflux gastro-œsophagien
Message pour la santé :
•
Surveillance de l’évolution de l’état nutritionnel et de la tolérance
Mise à jour 2006
Education nutritionnelle : Individuelle et familiale
GASTROENTERITE AIGÜE
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Corriger et prévenir les troubles hydro électrolytiques
(déshydratation, hyponatrémie, acidose métabolique …)
•
Réintroduire l’alimentation précocement pour :
éviter la dégradation de l’état nutritionnel et favoriser la reprise pondérale
faciliter la correction des lésions de la muqueuse intestinale et éviter d’induire des déficits secondaires (lactase …)
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
Connaître : la perte de poids et état nutritionnel antérieur
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Réhydratation : jusqu’à 2 ans avec des Solutés de Réhydratation Orale (SRO) de faible osmolarité (<250mosm/l) et
d’apport optimal en Sodium (Na : 60mosm/l) par petites prises fractionnées et rapprochées.
Les boissons sucrées (sirop, soda à base de cola …) sont hyperosmolaires et ne seront utilisées (en dernier recours)
que pour les grands (> 2 à 3 ans) qui refusent les SRO
•
Réalimentation précoce (après 4 à 6 heures de SRO seule) selon l’âge du patient :
Nouveau-né : hydrolysat de protéines
De 1 à 3 mois : diarrhée peu sévère => lait habituel
diarrhée sévère ou prolongée => hydrolysat de protéines
De 4 à 6 mois : diarrhée peu sévère => lait habituel
diarrhée sévère ou prolongée => lait sans lactose
Après 6 mois : lait habituel + alimentation sans fibres adaptée à l’âge, et reprise progressive
de l’alimentation normal
•
Parallèlement, poursuivre le SRO pendant toute la durée de la diarrhée
Enfant au sein : maintenir l’allaitement maternel
Message nutritionnel essentiel :
•
Risque essentiel de déshydratation +++, dénutrition (si prolongée)
chez le nouveau-né : risque de déshydratation, dénutrition, translocation bactérienne
•
Surveillance du poids
Education nutritionnelle : Individuelle et familiale
Mise à jour 2006
GASTROSTOMIE
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Atteindre progressivement des apports nutritionnels pour assurer croissance
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Pathologie sous jacente justifiant la gastrostomie
•
Age et poids de l’enfant
•
Etat nutritionnel et digestif de l’enfant, jeûne prolongé ?
•
Type d’alimentation envisagé : alimentation entérale exclusive ou en complément d’une alimentation orale
•
Présence d’un reflux gastro-oesophagien associé
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Choix du produit en fonction de :
- âge et poids de l’enfant
- troubles du transit (constipation ?)
- altération ou non des fonctions digestives
- besoin calorique et hydrique
•
Début variant de H6 (gastrostomie endoscopique) à J1 (pose chirurgicale)
•
Progression des apports selon la tolérance :
J1:1/3 de la ration,
J2 : 2/3 de la ration,
J3 : ration complète
•
Veiller à une hydratation suffisante
•
Rincer la tubulure après administration de médicaments (ne pas utiliser de microgranules) et d’alimentation
•
Informer sur les notions d’hygiène
Message nutritionnel essentiel :
•
Conserver si possible une prise per os journalière même minime
•
Surveiller la tolérance (diarrhée, constipation, vomissements)
Education nutritionnelle : Individuelle et familiale
Mise à jour 2006
Sommaire
HYPERCHOLESTEROLÉMIE
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
• Limiter l’apport exogène et l’absorption digestive du cholestérol et acides gras saturés (AGS)
• Augmenter l’apport d’AG mono (AGMI) et poly insaturés (AGPI)
• Favoriser la consommation d’aliments réputés « hypocholestérolémiants »
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
• Avoir éliminé une autre cause d’hypercholestérolémie
• Cholestérol total > 2g/l et / ou LDL cholestérol  1.30g/l
 Habitudes de vie
Caractéristiques de la prescription diététique :
• Alimentation normo-lipidique (30% AET) : AGS : 1/3 AGPI : 1/3 AGMI : 1/3
• Contrôle calorique dans le cadre d’un excès pondéral
• Limiter les aliments riches en cholestérol (< 300mg/j) : matières grasses animales, charcuterie, œufs …
• Augmentation des apports en fibres et anti-oxydants (fruits, légumes, céréales), pour les grands enfants :+/- légumineuses et son
• Favoriser la consommation de poisson
• Choix d’huiles végétales équilibrées en AG essentiels et vitamine E (type colza)
 Information sur les phytostérols, margarines et produits spéciaux du commerce
Message nutritionnel essentiel :
• Toujours commencer par les mesures diététiques, en évitant d’être trop restrictif
 Après 6 mois, envisager traitement médicamenteux si hypercholestérolémie persistante
Message pour la santé : Ne pas négliger l’exercice physique et la prise en charge d’une pathologie associée (obésité …)
Education nutritionnelle : Individuelle et familiale
Mise à jour 2006
INTERVENTION de NISSEN
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
• Atteindre progressivement les apports nutritionnels adaptés
• Assurer une croissance staturo-pondérale correcte
• Adapter la texture de l’alimentation
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
• Connaître les apports par voie veineuse
• Habitudes de vie
• Présence d’une sonde gastrique/ou d’un bouton de gastrostomie
Caractéristiques de la prescription diététique :
• Reprise alimentaire après accord du chirurgien
• Progression des apports :
J1 : eau
J2 : 1/3 de la ration
J3 : 2/3 de la ration
J4 : ration complète
• Evolution de la texture :
-J1 : eau
-J5 à J20 : alimentation mixée
-J2 à J4 : alimentation lisse
-J21 à J33 : alimentation molle, après J34 alimentation normale
• Fractionnement des repas pendant 3 semaines
• Surveiller les aliments acides
Message nutritionnel essentiel :
•Insister sur la progression alimentaire
•Eviter les repas abondants
•Favoriser la prise des boissons en dehors des repas interdire les produits gazeux
Mise à jour 2006
Message pour la santé :
•Vomissements devenant impossibles : peut perturber certains diagnostics dans les maladies aiguës
Education nutritionnelle : Individuelle et familiale
MALADIE COELIAQUE Enfant
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
• Exclusion totale du gluten : BLE, SEIGLE, ORGE
• Limiter la consommation d’avoine
• Assurer la croissance staturo-pondérale
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
• Ne pas commencer le régime avant certitude du diagnostic
• Confirmer le diagnostic par le dosage des anticorps spécifiques et biopsie intestinale
Caractéristiques de la prescription diététique :
• Exclusion stricte de tous les aliments contenant du gluten, même à l’état de trace
• Utilisation de produits sans gluten spécifiques : pain, farine, pâtes, biscuits …
• Information sur :
les modes d’approvisionnement et la prise en charge SS
la lecture des étiquettes
les recettes
les adresses utiles, associations …
Message nutritionnel essentiel :
• Régime sans gluten strictement suivi au long cours
 Alimentation équilibrée non carencée
Message pour la santé :
• Des erreurs répétées, même minimes, exposent à des complications à long terme
Education nutritionnelle :
Individuelle et familiale, en consultation spécialisée
Faite par une diététicienne
Mise à jour 2006
MALADIE DE HIRSCHSPRUNG
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
• Assurer un transit régulier
• Eviter la stase intestinale (source de pullulation bactérienne et d’entérocolite)
• Assurer une croissance staturo-pondérale satisfaisante
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
• Connaître l’étendue de la résection
• Connaître le type d’intervention
• Présence d’une stomie
Caractéristiques de la prescription diététique :
• Maintien de l’allaitement maternel si possible, sinon préparation pour nourrisson riche en lactose et en protéines solubles
• Après 6 mois : diversification progressive avec introduction des fibres tendres (épinards, haricots verts, courgettes…)
et éviter les aliments ralentisseurs du transit (carottes, riz, banane, coing)
• Assurer une hydratation suffisante et une alimentation équilibrée, normocalorique et diversifiée
• Eviter les aliments fermentescibles car peu digestes (lentilles, haricots secs, choux, pois cassés…)
Message nutritionnel essentiel :
• Prudence dans la diversification et dans l’élargissement en fonction de la tolérance de l’enfant
Education nutritionnelle :Individuelle et familiale
Mise à jour 2006
MALADIES INFLAMMATOIRES DIGESTIVES
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
Maintien ou restauration d’un état nutritionnel optimal
Activité anti-inflammatoire spécifique intestinale : TGF(Modulen*), omega 3 (Elemental*)
Assurer une croissance staturo-pondérale correcte
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
Caractéristiques de la maladie : atteinte du grêle / colon, poussée / rémission
Courbes de poids et taille de l’enfant
Carences nutritionnelles spécifiques
Perte d’appétit
Traitement en cours : corticothérapie, alimentation artificielle …
Habitudes de vie, environnement, compliance du patient
Caractéristiques de la prescription diététique :
Phase aiguë :
Alimentation entérale :
Produits spécifiques (Modulen / Elemental) ou diète ½ élémentaire.
Apport progressivement augmenté selon tolérance.
Réalimentation orale progressive par étapes selon tolérance :
du régime sans résidus strict vers un régime élargi sans fibres irritantes
Rémission : élargissement progressif vers une alimentation normale selon tolérance
Si corticothérapie voir fiche
Message nutritionnel essentiel :
Assurer une reprise pondérale et une croissance staturale
Message pour la santé :
Eviter le maintien de régimes restrictifs au long cours
Favoriser le retour à une qualité de vie aussi proche que possible de la normale
Education nutritionnelle :
Individuelle et familiale
Mise à jour 2006
MUCOVISCIDOSE
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
 Dépistage et correction précoces d’un déficit énergétique et/ou de carences micronutritionnelles.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
• Age, sexe
• Insuffisance pancréatique, modalités de la prise des enzymes pancréatiques
• Sévérité de l’atteinte respiratoire
• Diabète éventuel
 Habitudes alimentaires, appétit
Caractéristiques de la prescription diététique :
• Hypercalorique, 110% à 130% des ANC en 3 repas et 1 à 2 collations
• Sans restriction des lipides, privilégier les graisses végétales riches en Acides Gras Essentiels
• Apports: P :10%-15%, L : 35-40%, G : 45-55%
• Supplémentation en NaCl en particulier l’été
 Quand les objectifs (ci-dessus) ne sont pas atteints avec répercussion sur la courbe pondérale, proposer successivement
les moyens nutritionnels suivant:
- Suppléments caloriques oraux
- Nutrition entérale
- Exceptionnellement, nutrition parentérale
Message nutritionnel essentiel
• Privilégier le plus longtemps possible une alimentation naturelle
 Eviter le grignotage
Message pour la santé :
• Veiller à la prise correcte d’extraits pancréatiques avant chaque prise d’aliments contenant des lipides
• La courbe de poids et l’aspect des selles sont les indicateurs d’un régime équilibré et d’un traitement enzymatique adaptés
Education nutritionnelle : Individuelle et familiale
Mise à jour 2006
NUTRITION ENTERALE LIQUIDE
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
• Compléter ou substituer l’alimentation par voie orale
• Maintenir ou restaurer un bon état nutritionnel
Améliorer la qualité de vie
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
• Age, poids, état nutritionnel
• Niveau d’apports spontanés
•Pathologies de l’enfant :
- Troubles de la déglutition : atteinte neurologique, malformation ORL, obstacle oesophagien, prématurité …
- Atteintes intestinales : diarrhées graves, grêle court, dysmotricité intestinale, maladies inflammatoires, purpura rhumatoïde …
- Insuffisance d’apport calorique ou hydrique : cardiopathie, oncologie, mucoviscidose, néphropathies, brûlés, polytraumatisés …
- Maladies métaboliques
• Transit intestinal
• Alimentation orale conservée : type, apports
Abord du tube digestif : sonde naso-gastrique, gastrostomie ou jéjunostomie
Caractéristiques de la prescription diététique :
• Nutrition entérale cyclique ( nocturne ou diurne), ou à débit continu sur 24H ( NEDC)
• Introduction progressive en cas de jeûne prolongé, de pathologie digestive ou de dénutrition
• Adapter le débit à la tolérance
• Utiliser des produits adaptés à l’âge et à la pathologie :
- laits infantiles éventuellement enrichis (< 1 an)
- produits polymériques complets prêts à l’emploi
- mélanges ½ élémentaires pédiatriques en cas de malabsorption
• Eviter les mélanges hyper-osmolaires et les préparations artisanales à bases d’aliments courants (déséquilibrées, de faible densité calorique et peu homogènes)
• Introduire progressivement des fibres régulatrices du transit en cas de diarrhée ou constipation
• Assurer les besoins hydriques journaliers
Informer des règles d’hygiène à respecter
Message nutritionnel essentiel :
• Apports quantitatifs et qualitatifs adaptés, selon tolérance
• Toujours favoriser l’alimentation per os en préservant la sensation de faim la journée
Essayer d’entretenir l’oralité (succion, mimiques, jeux …)
Message pour la santé :
En cas d’alimentation artificielle nécessaire, toujours privilégier quand c’est possible l’alimentation entérale à l’alimentation parentérale.
Education nutritionnelle :
• Individuelle et familiale en collaboration avec les prestataires de service à domicile
• Préparation psychologique indispensable avant la mise en route de la nutrition entérale
Mise à jour 2006
OBESITE
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
• Modifier durablement les comportements alimentaires pour atteindre un objectif pondéral réaliste en concertation avec
le patient et sa famille, selon les critères médicaux, anthropométriques (IMC), psychologiques et environnementaux
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
• Analyse des courbes : poids, taille et IMC
• Age du rebond d’adiposité
• Connaissance de l’histoire alimentaire de l’enfant
• Habitudes alimentaires de la famille
• Motivations et contexte socio-économique
Caractéristiques de la prescription diététique :
• Alimentation diversifiée (favoriser la consommation de fruits et légumes)
• Insister sur l’importance du petit déjeuner et du goûter
• Eviter les grignotages
• Limiter les aliments gras et / ou sucrés
• Ne pas exclure féculents et aliments céréaliers
• Education des comportements au moment des actes alimentaires : courses, cuisine et repas
Message nutritionnel essentiel :
• Alimentation équilibrée pour l’âge
Message pour la santé :
• Importance d’une activité physique régulière
Education nutritionnelle :
• Individuelle et familiale, adaptée au contexte
Mise à jour 2006
REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
• Limiter le reflux du bol alimentaire vers l’œsophage
- Favoriser la vidange gastrique
- Ne pas diminuer la pression du sphincter inférieur de l’œsophage
- Ne pas augmenter l’acidité dans l’œsophage
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
• Age, éventuelle présence d’une surcharge pondérale
• Prise alimentaire insuffisante (œsophagite) ou suralimentation
• Diversification alimentaire, répartition, contexte familial
• Pathologies associées (allergies, atrésie de l’œsophage, encéphalopathie, mucoviscidose …)
Caractéristiques de la prescription diététique :
• Fractionner l’alimentation et diminuer le volume des repas en assurant un apport global adapté
• Nourrisson au sein : maintenir le lait maternel
• Nourrisson au biberon :
- Eviter les laits riches en caséine, utiliser ceux avec protéines solubles prédominantes
- Privilégier les laits acidifiés ou fermentés,
- Choisir une formule pré-épaissie AR, ou épaissir le lait habituel avec un produit spécifique (gumilk 2%, gélopectose 3 à 5%, magic mix 4%)
• Chez les grands, éviter :
- Les lipides en excès, les aliments à haute densité calorique et/ou hyperosmolaire
- Le chocolat, la menthe, les aliments acides (jus d’orange, compotes acides…)
- Liquides en excès au cours des repas
- Boissons gazeuses
- Les aliments glacés ou trop chauds
• Chez les adolescents : proscrire tabac et alcool
Message nutritionnel essentiel
 Alimentation équilibrée, fractionnée, limitant les volumes, les liquides et certains aliments
Message pour la santé :
• Conseils de posture pendant et après les repas
• Certains médicaments ont une activité néfaste sur la motricité œso-gastrique
• Eviter les vêtements trop serrés et proscrire les atmosphères enfumées
Education nutritionnelle : Individuelle et familiale
Mise à jour 2006
Prise en charge nutritionnelle selon les pathologies chez l’adulte
Obésité
Pancréatite chronique
Colectomie gauche
Hypercholestérolémie
Pancréatite aigue
Sujet âgé (> 75 ans)
Hypertriglycéridémie
Cirrhose
HTA
Diabète de type 1
MICI
Corticoïdes
Diabète de type 2
Maladie Coeliaque
Insuffisance rénale Chronique
Diabète gestationnel
Gastrectomie
dialyse
Hyperlipidémie mixte
Grêle court
Transplantation rénale
Syndrome métabolique
Iléostomie
Insuffisance cardiaque
Colectomie droite
Sommaire
Obésité
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Définir un objectif pondéral qui réponde aux besoins du patient et qui soit atteignable.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Connaissances des pathologies associées : obésité abdominale, diabète, HTA, dyslipidémie, complications
respiratoires.
•
IMC (indice de masse corporelle), évolution du poids, tour de taille.
•
Glycémie, bilan lipidique, ionogramme sanguin.
•
Appréciation de la motivation du patient, approche des aspects psychologiques et de l’environnement.
•
Bilan alimentaire chiffré.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Alimentation équilibrée avec diminution de l’apport calorique initial de 30 % au maximum.
•
3 repas minimum, avec ou sans collations.
•
Si l’apport énergétique est inférieur à 1200 Kcal (5016 Kj), ce qui doit être exceptionnel, complémentation en minéraux
et vitamines.
•
Si éléments associés cf. fiches :
Hyperlipidémie mixte (IN-NUT-007)
Hypertriglycéridémie (IN-NUT-003)
Hypercholestérolémie (IN-NUT-002)
Insuffisance cardiaque (IN-NUT-009)
Diabète de type 2 (IN-NUT-005)
Message nutritionnel essentiel :
•
L’alimentation fait partie intégrante du traitement.
•
Alimentation équilibrée, adaptée au contexte psychosociologique du patient.
•
Apprentissage des techniques culinaires adaptées.
Message pour la santé :
•
La perte de quelques kg peut corriger les pathologies secondaires.
•
Tenir une courbe de poids.
•
Veiller à la pratique d’une activité physique et à la suppression du tabac et de l’alcool.
Education nutritionnelle : Individuelle et / ou collective.
Mise à jour 2005
Hypercholestérolémie
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Diminuer le taux de LDL cholestérol et assurer la protection vasculaire.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Indice de masse corporelle (IMC).
•
Bilan lipidique complet (aspect du sérum, cholestérol total, HDL et LDL, triglycérides).
•
Facteurs de risques cardio vasculaires existants (HTA, diabète, obésité, tabac …) voir recommandations
•
Eventuel diagnostic d’une hypercholestérolémie secondaire : TSH, syndrome néphrotique, cholestase, insuffisance
hépatique, médicaments.
•
Bilan alimentaire chiffré.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Assurer une alimentation équilibrée et une protection vasculaire (en augmentant les apports en fruits et légumes).
•
Apport lipidique : 30 et 35 % de l’A.E.T. (se rapprochant de : 25 %* d’acides gras saturés, 60 %* d’acides
gras monoinsaturés, 15 %* d’acides gras polyinsaturés, 0,5 % de l’A.E.T. d’acides gras de la série oméga 3,
soit un rapport acides gras de la série oméga 3/ acides gras de la série oméga 6 de 1/5).
•
Apport en cholestérol alimentaire : inférieur ou égal à 300 mg / jour.
•
Apport glucidique : 50 à 55 % de l’A.E.T. dont sucres simples limités à : 5 à 10 % de l’A.E.T.
(* : % de l’apport lipidique)
(AET : Apport Energétique Total)
Message nutritionnel essentiel :
•
Alimentation équilibrée et variée avec apport de fruits et légumes, contrôlée en graisse, adaptée à une normalisation
du poids si nécessaire.
•
Diminuer la consommation d’aliments riches en acides gras saturés et augmenter la consommation d’aliments riches en fibres.
•
Principe du Régime Méditerranéen (augmenter la consommation de poissons, légumes, fruits, céréales, corps gras
riches en acides gras monoinsaturés et oméga 3).
•
Apport en boissons alcoolisées limité à ¼ de litre de vin par jour : 2 verres pour les femmes et 3 verres pour les hommes
(cf. PNNS : Plan National Nutrition Santé).
•
L’alimentation fait partie intégrante du traitement.
•
Dans tous les cas, accompagner des autres messages de prévention (tabac et activité physique).
Education nutritionnelle : individuelle et/ou collective
Mise à jour 2005
Sommaire
Hypertriglycéridémie
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Apprendre à gérer les apports en glucides.
•
Synchronisation des doses d’insuline et de la prise alimentaire.
•
Eviter et gérer les hypoglycémies.
•
Autres conseils pour éviter les complications dégénératives : contrôle des apports en lipides- protides- légumes – fruits.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Type de diabète confirmé.
•
Choix thérapeutique.
•
Evolution pondérale au long cours.
•
Bilan alimentaire chiffré avec prise en compte de la répartition des repas.
•
Pathologies associées : rénales, cardio-vasculaires, HTA, dyslipidémie.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Respect des apports énergétiques du patient (en tenant compte du poids, âge et besoins).
•
Respect de l’équilibre nutritionnel :
50-55 % Glucides
30-35 % Lipides
avec apport de fibres
15-18 % Protides
•
Education aux équivalences glucidiques.
Message nutritionnel essentiel :
•
Equilibre glycémique : respect du traitement, des rations prescrites, régularité des horaires,
adaptation à l’activité physique.
Message pour la santé :
•
Equilibre et variété nutritionnels.
•
Choix de matières grasses adaptées.
Education nutritionnelle : Individuelle ou collective.
Mise à jour 2005
Sommaire
Diabète de type 1
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Apprendre à gérer les apports en glucides.
•
Synchronisation des doses d’insuline et de la prise alimentaire.
•
Eviter et gérer les hypoglycémies.
•
Autres conseils pour éviter les complications dégénératives : contrôle des apports en lipides- protides- légumes – fruits.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Type de diabète confirmé.
•
Choix thérapeutique.
•
Evolution pondérale au long cours.
•
Bilan alimentaire chiffré avec prise en compte de la répartition des repas.
•
Pathologies associées : rénales, cardio-vasculaires, HTA, dyslipidémie.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Respect des apports énergétiques du patient (en tenant compte du poids, âge et besoins).
•
Respect de l’équilibre nutritionnel :
50-55 % Glucides
30-35 % Lipides
avec apport de fibres
15-18 % Protides
•
Education aux équivalences glucidiques.
Message nutritionnel essentiel :
•
Equilibre glycémique : respect du traitement, des rations prescrites, régularité des horaires,
adaptation à l’activité physique.
Message pour la santé :
•
Equilibre et variété nutritionnels.
•
Choix de matières grasses adaptées.
Education nutritionnelle : Individuelle ou collective.
Mise à jour 2005
Diabète de type 2
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Gestion des apports caloriques et contrôle du poids en contrôlant les apports en graisse.
•
Respect de la prise des quantités de glucides prescrites.
•
Prévention de la macro angiopathie.
•
Activité physique.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Evolution pondérale, IMC (indice de masse corporelle).
•
Bilan alimentaire chiffré avec prise en compte des calories et des grignotages.
•
Pathologies associées : cardio-vasculaires, HTA, rénales.
•
Appréciation de la motivation du patient et de ses proches.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Restrictive en calories (15 à 30 % de la ration spontanée) avec un apport lipidique de 35 % de l’AET.
•
Education à la restriction lipidique.
•
Incitation à l’activité physique.
•
Suppression des grignotages.
Message nutritionnel essentiel :
•
Quand le poids monte, les glycémies montent, quand le poids baisse, les glycémies baissent.
→ calories, glucides, activité physique.
Message pour la santé :
•
Equilibre et variété nutritionnels.
•
Choix des matières grasses adaptées.
•
L’activité physique fait partie du traitement.
Education nutritionnelle : Individuelle ou collective.
Mise à jour 2005
Sommaire
Diabète gestationnel
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
La diététique est le premier outil thérapeutique
•
Les objectifs glycémiques :
glycémie à jeun inférieur à : 0,95 g/l
glycémie post-prandiale inférieure à : 1,20 g/l
glycémie normale d’une femme enceinte : 0,60 g/l
•
Faire la différence entre une femme diabétique enceinte et une femme avec diabète gestationnel
•
Poids normal : respect des apports nutritionnels nécessaires à la grossesse.
Poids élevé : restriction de l’apport énergétique possible jusqu’à un minimum de 1500 à 2000 Kcal.
•
Respect de l’équilibre nutritionnel.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Diagnostic HGPO.
•
Connaissance du terme de la grossesse.
•
Poids avant conception et poids au moment de la consultation.
•
Bilan alimentaire chiffré avec prise en compte des modifications récentes induites par la grossesse.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Poids normal : alimentation équilibrée adaptée à la grossesse.
•
Répartition régulière des glucides sur les trois repas.
•
Poids élevés : même consignes avec restriction des apports énergétiques 1500 à 2000 Kcal.
•
Suppression des grignotages et des sucres simples
Message nutritionnel essentiel :
•
La diététique est le 1er outil thérapeutique de la grossesse.
•
La nutrition doit rester suffisante pour nourrir l’enfant en respectant les quantités prescrites ;
elle doit être contrôlée dès qu’il y a surcharge pondérale.
Message pour la santé : Une prise en charge rigoureuse assure un contrôle des difficultés à la naissance.
Education nutritionnelle : Individuelle
Mise à jour 2005
Hyperlipidémie mixte
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Diminuer le taux de triglycéridémie et de LDL afin d’assurer une
prévention cardio vasculaire.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
IMC (indice de masse corporelle).
•
Bilan lipidique complet : (aspect du sérum, cholestérol total HDL et LDL, triglycérides).
•
Facteurs de risque cardio vasculaire existants : HTA, diabète, tabac, alcool.
•
Bilan alimentaire chiffré.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Sans excès pondéral : alimentation équilibrée cf. fiche hypertriglycéridémie :
•
Si excès pondéral : restriction calorique cf. fiche obésité :
Message nutritionnel essentiel :
•
Sensibilité à l’état pondéral et à l’équilibre nutritionnel : contrôle du poids.
•
Alimentation équilibrée et variée.
•
Protection de l’état vasculaire : tabac ; respect de l’apport lipidique :
poisson 3 fois / semaine.
•
Apport régulier en fruits et légumes : rôle anti oxydant.
Education nutritionnelle : Individuelle et / ou collective.
Mise à jour 2005
Syndrome métabolique
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Prévention métabolique et cardio vasculaire.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Indice de masse corporelle, tour de taille.
•
Bilan lipidique complet (aspect du sérum, cholestérol total, HDL et LDL, triglycérides, éventuellement apolipoprotéines B).
•
Facteurs de risque cardio vasculaires existants (HTA, diabète, tabac, obésité, …)
•
Glycémie.
•
Bilan alimentaire chiffré.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Restriction calorique et alimentation équilibrée.
•
Apport lipidique : 30 et 35 % de l’A.E.T. (en se rapprochant de : 25 %* d’acides gras saturés, 60 %* d’acides gras
monoinsaturés, 15 %* d’acides gras polyinsaturés, 0,5 % de l’A.E.T. d’acides gras de la série oméga 3, soit un rapport
acides gras de la série oméga 3 / acides gras de la série oméga 6 de 1/5).
•
Apport glucidique : 50 à 55 % de l’A.E.T.
•
Apport protidique : 15 à 20 % de l’A.E.T.
•
Apport en boisson alcoolisée limité à : 2 verres pour les femmes et 3 verres pour les hommes (cf. PNNS).
•
Augmentation des apports en fruits et légumes et en fibres.
( A.E.T. :apport énergétique total) (* : % de l’apport lipidique)
Message nutritionnel essentiel :
•
Diminuer la ration calorique.
•
Diminuer la consommation d’aliments riches en acides gras saturés.
•
Augmenter la consommation d’aliments riches en fibres.
•
Principe du Régime Méditerranéen ( augmenter la consommation de poissons, légumes, fruits, céréales, corps gras
riches en acides gras monoinsaturés et oméga 3).
•
L’alimentation fait partie intégrante du traitement.
•
Contrôler le poids si nécessaire : avoir une balance.
•
Si besoin et avec accord médical, accompagner les autres messages de prévention (tabac et activité physique).
Education nutritionnelle : individuelle ou collective
Mise à jour 2005
Insuffisance cardiaque
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Ne pas aggraver l’insuffisance cardiaque et l’état du patient.
•
Contrôle du poids.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
IMC (indice de masse corporelle).
•
Poids.
•
Pathologies métaboliques associées, facteurs de risque : HTA.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
En cas de surpoids ou obésité : cf. fiche obésité (IN-NUT-001)
Contrôle de l’état pondéral.
Apport sodé contrôlé : 6 à 8 g de NaCl. en fonction du stade de l’IC et sur prescription médicale, soit
teneur en Na des aliments + 2g de NaCl.
Le « Régime désodé strict n’est pas d’usage ».
•
Si poids normal ou maigreur : préserver la masse musculaire, pas de régime hyposodé trop strict car
anorexigène.
•
Dans tous les cas cf. fiches relatives aux anomalies métaboliques associées.
Message nutritionnel essentiel :
•
Le patient Insuffisant Cardiaque (IC) doit se peser plusieurs fois par semaine.
Message pour la santé :
•
Un contrôle et une surveillance du poids sont des éléments de surveillance.
Education nutritionnelle :
Individuelle
Mise à jour 2005
Sommaire
Pancrétatite chronique
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Maintenir le meilleur état nutritionnel possible.
•
Dépister l’apparition d’un diabète au cours de la maladie et en assurer la prise en charge.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
IMC (indice de masse corporelle) et évolution pondérale.
•
Glycémie.
•
Stéatorrhée (valeur chiffrée).
•
Prescription d’extraits pancréatiques.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Apport calorique suffisant.
•
Adapter la prise alimentaire au montage chirurgical si intervention (DPC, Anastomose, Wirsungo-jejunale).
Message nutritionnel essentiel :
•
Préserver la fonction pancréatique restante.
•
Aucune tolérance pour la prise d’alcool.
Message pour la santé :
•
Surveillance du poids et maintien de l’état nutritionnel.
•
Supprimer l’alcool sous toutes ses formes.
Education nutritionnelle :
Individuelle
Mise à jour 2006
Sommaire
Pancréatite aigue
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Phase aigüe : mise au repos du pancréas exocrine et nutrition artificielle.
•
Eviter les rechutes.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Etiologie : alcool, biliaire, nutritionnelle…
•
Date et sévérité de la pancréatite.
•
Connaissance et évaluation de l’état nutritionnel.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
N’a pas lieu d’être.
Message nutritionnel essentiel :
La diététique est utile et nécessaire à la prévention de la rechute :
•
Suppression de l’alcool.
•
Prise en charge des grandes hypertriglycéridémies, …
Message pour la santé :
Risque de récidive.
Education nutritionnelle :
Individuelle
Mise à jour 2006
Sommaire
Cirrhose
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Prévention et prise en charge de la dénutrition.
•
Suppression de tout apport d’alcool quelle que soit l’étiologie concernée.
•
A partir de la décompensation oedémato – ascitique → restriction sodée (6→8 g de NaCl)
soit teneur en Na des aliments + 2 g de NaCl.
•
Dépistage des carences.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Poids et évolution pondérale.
•
Cause de la cirrhose.
•
Connaissance d’une décompensation.
•
Bilan alimentaire chiffré.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Assurer la couverture de l’apport énergétique et des besoins protéiques.
•
Suppression de l’alcool et restriction sodée.
Message nutritionnel essentiel :
•
Eviter la dénutrition et assurer une alimentation régulière et équilibrée.
•
Surveiller le poids dès la première décompensation.
Message pour la santé :
•
Maintien d’un bon état nutritionnel et aucune prise d’alcool.
Education nutritionnelle :
Individuelle et en famille.
Mise à jour 2006
MICI
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Assurer le maintien de l’état nutritionnel et prévenir les carences.
•
Permettre au patient de mener une vie sociale normale.
•
Moduler l’apport en aliments riches en fibres en fonction de l’évolutivité de la maladie.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Etat et évolution pondérale (IMC).
•
Type et évolutivité de la maladie.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Respect de l’apport énergétique et adaptation de celui-ci à toutes les situations
d’hyper métabolisme rencontrées au cours de la maladie et de son évolution.
•
Participation à la préparation des examens complémentaires (régime sans résidus).
•
En cas de poussée aiguë, recours au régime sans résidus.
•
Elargir ensuite progressivement après la fin de la poussée.
Message nutritionnel essentiel :
•
Jamais de restriction de l’apport énergétique.
•
Pas de restriction alimentaire en période de rémission de la maladie.
Message pour la santé :
Maintien de l’état nutritionnel.
Education nutritionnelle :
Education nutritionnelle individuelle.
Mise à jour 2006
Sommaire
Maladie Coeliaque
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Alimentation sans gluten (soulager les symptômes, prévenir les carences, prévenir le lymphome).
•
Maintien d’un bon état nutritionnel.
•
Correction des carences.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Evolution pondérale.
•
Sévérité de la maladie.
•
Connaissance des symptômes.
•
Notion des maladies associées (Diabète de type 1).
•
Bilan alimentaire
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
•
Respect des apports énergétiques et équilibre entre les différentes composantes de l’apport alimentaire.
Connaissance des aliments, des préparations et des médicaments contenant du gluten.
Message nutritionnel essentiel :
•
L’exclusion du gluten est le seul traitement de la maladie.
•
Maintenir un bon état nutritionnel.
•
Apprendre à lire les étiquettes et la composition des produits issus de l’industrie agro alimentaire.
Message pour la santé :
•
Amélioration des symptômes et prévention du lymphome par le bon suivi de la prestation diététique.
•
Dépistage familial.
Education nutritionnelle :
Education nutritionnelle individuelle et collective
•
Connaissance de l’adresse de l’Association des Intolérants au GLUTEN.
31 rue Malard 75007 PARIS tél : 01 35 55 47 67.
Mise à jour 2006
Gastrectomie
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Eviter la dénutrition, assurer un apport calorique suffisant.
•
Adapter le volume et le rythme des apports à la capacité de l’estomac.
•
Supplémentation en vitamine B 12 après gastrectomie totale.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Cause de la gastrectomie.
•
Gastrectomie : partielle ou totale.
•
Evolution pondérale.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Alimentation normocalorique, fractionnée, adaptée aux capacités de l’estomac.
Message nutritionnel essentiel :
•
Mastiquer, fractionner par petits volumes.
•
Adapter le nombre de prises alimentaires permettant le maintien pondéral.
Message pour la santé :
•
Surveillance du poids, maintien de l’état nutritionnel.
Education nutritionnelle :
Individuelle
Mise à jour 2006
Grêle court
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Maintien de l’état nutritionnel.
•
Apporter le maximum de kcalories par voie orale pour réduire les apports en nutrition artificielle.
•
Couvrir les besoins en vitamines et minéraux pour prévenir l’ostéo-poromalacie, les lithiases rénales
oxaliques et les déficits spécifiques.
•
Si entérostomie, cf. fiche entérostomie (IN-NUT-017).
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Connaissance du montage chirurgical, de la longueur et l’état du grêle restant, de la présence du colon
et/ou de l’estomac.
•
Evolution pondérale, marqueurs cliniques et biologiques de l’état nutritionnel.
•
Pronostic à moyen terme en fonction de la longueur de grêle restant et du type d’anastomose.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Stimuler l’hyperphagie compensatrice 3 repas + 3 collations : de 1.5 à 3 fois les apports antérieurs.
•
Couverture des carences hydroélectrolytiques et vitaminiques.
•
Adapter l’apport en fibres et en lactose au transit.
Message nutritionnel essentiel :
•
Aucune limitation à la prise alimentaire.
Message pour la santé :
•
Le maintien de l’état nutritionnel est un objectif de santé.
Education nutritionnelle :
Individuelle et / ou en famille.
Mise à jour 2006
Iléostomie
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle
•
Correction et prévention continue des troubles hydro électrolytiques : hyponatrémie de
déplétion, dyskaliémie, déshydratation, acidose métabolique.
•
Maintien ou normalisation de l’état nutritionnel.
•
Prise en charge des carences vitaminiques (vitamine B 12, acide folique).
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Cause de l’entérostomie et longueur et état du grêle restant.
•
Etat pondéral et hydratation et bilan hydro – électrolytique : entrées / sorties.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Apport normo calorique ou hypercalorique.
•
Supplémentation adaptée en eau et électrolytes (eau de Vichy, sodium, potassium).
•
Adapter l’apport en fibres.
Message nutritionnel essentiel :
•
Les troubles hydroélectrolytiques non contrôlés peuvent engager le pronostic vital
à très court terme .
Message pour la santé :
•
Maintien de l’équilibre hydroélectrolytique et de l’état nutritionnel.
Education nutritionnelle : Individuelle.
Mise à jour 2006
Colectomie droite
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Maintenir un état nutritionnel satisfaisant.
•
Régulariser le transit.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Pathologie cause de l’intervention.
•
Evolution pondérale.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Alimentation normo-calorique.
•
Début de réalimentation sur prescription médicale.
•
Adapter l’apport en fibres.
•
Elargissement selon consistance et volume des selles.
•
Si résection iléale, contrôle du statut vitaminique : folates, B12.
Message nutritionnel essentiel :
•
Evoluer vers une alimentation normale.
•
Conseils alimentaires en cas de diarrhée.
Message pour la santé :
Education nutritionnelle :
Mise à jour 2006
Colectomie gauche
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Maintenir un bon état nutritionnel.
•
Assurer au patient un confort digestif.
•
Eviter les restrictions inutiles.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Pathologie à l’origine de l’intervention.
•
Evolution pondérale.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Alimentation normocalorique :
a. en post opératoire :
- début de réalimentation sur prescription médicale,
- réalimentation rapide d’épargne digestive.
b. au long cours :
- alimentation normale.
Message nutritionnel essentiel :
•
Alimentation normale équilibrée avec apport suffisant en fruits et légumes.
•
Eviter les aliments augmentant la production de gaz et de flatulences / choux, oignons,
légumes secs, artichauts, etc.).
•
La chirurgie du colon gauche ne justifie pas un régime restrictif (sans résidu) au long court.
Message pour la santé :
Mise à jour 2006
Education nutritionnelle :
Sujet âgé (> 75 ans)
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Maintien de l’autonomie physique et fonctionnelle,
•
Maintien de la masse maigre,
•
Maintien de la mobilité,
•
Pas d’ entrave médicale inutile, à cette mobilité (perfusion, explorations…).
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Surveillance de la prise alimentaire,
•
Evolution pondérale au long cours,
•
Identification du patient à risques : pathologies associées, pathologies confusionnelles potentielles,
•
Identification des troubles de la déglutition.
•
Vérification de l’état dentaire.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Respect des apports énergétiques :
- immobilisation sans syndrome inflammatoire : 20-25 Kcal/Kg de poids,
- sujet mobile avec syndrome inflammatoire : 30-35 Kcal/Kg de poids,
- sujet en rééducation ou avec activité physique : > 35 Kcal/Kg de poids,
•
Respect de l’apport protidique : 1 g à 1,2 g de protéines/Kg de poids : idéal.
•
Respect des textures adaptées au goût, à la déglutition et aux dents.
•
Respect de l’équilibre alimentaire à l’identique de la population adulte avec maintien des apports en vitamines et minéraux,
•
Dans les cas de dénutrition, cf le référent en nutrition.
Message nutritionnel essentiel :
Les régimes restrictifs n’ont pas lieu d’être à cet âge-là en l’absence de bénéfices démontrés.
Message pour la santé :
•
Variété et qualité de l’alimentation,
•
Maintien de l’autonomie.
Education nutritionnelle :
Mise à jour 2005
HTA
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Gestion du poids,
•
Pratique d’une activité physique,
•
Surveillance des apports sodés.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Evaluation nutritionnelle : bilan alimentaire, IMC (indice de masse corporelle),
•
Pathologies associées en particulier métaboliques : diabète, dyslipémie, insuffisance rénale, etc,
•
Fonction cardiaque.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Contrôle de l’état pondéral avec maintien de l’équilibre alimentaire,
•
Contrôle des facteurs nutritionnels de risques cardio-vasculaires,
•
Eviter les apports excessifs en NaCl,
•
Diminution de la consommation d’alcool.
Message nutritionnel essentiel :
•
Contrôle du poids et activité physique sont deux facteurs de prise en charge thérapeutique de l’HTA,
•
L’alcool peut être responsable d’une HTA.
Message pour la santé :
Education nutritionnelle :
Mise à jour 2005
Corticothérapie
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Limiter l’apparition de la rétention hydrique et sodée,
•
Eviter la perte de la masse osseuse,
•
Eviter la dégradation de la masse musculaire,
•
Limiter la prise de poids.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Etat préalable du patient : nutritionnel, rénal, cardiaque,
•
Intensité du traitement (posologie),
•
Durée prévisible du traitement.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Respect du besoin calorique et d’une alimentation équilibrée,
•
Mesure et sommation des apports en sodium : perfusions, boissons gazeuses, teneur en sodium des aliments,
•
Apports en glucides : recommandations pour la population générale : 50 % sans sucres raffinés,
•
Respect des apports en protéines et en calcium.
Message nutritionnel essentiel :
•
Ne pas perdre sa masse maigre.
•
Ne pas prendre trop de poids.
•
Ne pas décompenser des situations latentes (HTA, Diabète, Ostéoporose, etc.).
Message pour la santé :
Education nutritionnelle :
Mise à jour 2005
Sommaire
Insuffisance rénale Chronique
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Diminuer le syndrome urémique, ralentir la progression de l’insuffisance rénale chronique et contrôler ses
conséquences, en particulier sur le métabolisme phosphocalcique/osseux.
•
Maintenir un bon état nutritionnel,
•
Préserver la masse maigre.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Poids, taille, IMC,
•
TA et diurèse
•
Urée, créatininémie, ionogramme sanguin et urinaire (Na, K, urée), Ca, Ph,
•
Protidémie, albuminémie, préalbumine,CRP,
•
Bilan lipidique,
•
Traitements : anti HTA, diurétiques, chélateurs du Phosphore, calciques ou non, chélateurs du Potassium,
•
Bilan alimentaire et SGA (= subjective global assessment).
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Apports protidiques : 0,7 – 0,8 g/kg/j (sur prescription du médecin référent en néphrologie),
•
Apports énergétiques : 35 kcal/kl/j avant 60 ans et 30-35 après,
•
Apports en boissons : pas de limitation (sauf indication particulière),
•
Apports contrôlés en sodium : 6 à 8 g NaCl/j (sauf cas particuliers : HTA, syndrome oedémateux…),
•
Apports en phosphore contrôlés : 800 à 1000 mg/j,
•
Apports lipidiques : privilégier les AG mono et poly-insaturés,
•
Contrôle des ingesta 1 à 2 fois par an selon le niveau de la fonction rénale.
Message nutritionnel essentiel :
•
La diététique est un outil thérapeutique de l’insuffisance rénale chronique,
•
L’apport énergétique doit être adapté et suffisant.
Message pour la santé :
•
Garder un bon état nutritionnel améliore le pronostic de la maladie et de son traitement.
Education nutritionnelle :Individuelle ou collective.
Mise à jour 2005
Dialyse
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
Maintenir un bon état nutritionnel, préserver la masse maigre,
•
Adapter les apports caloriques, azotés, hydriques et sodés aux contraintes de la dialyse,
•
S’assurer que le patient intègre les changements de consignes alimentaires par rapport à la prédialyse.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Poids (sec), taille, IMC (indice de masse corporelle) et prise de poids interdialytique,
•
TA et diurèse
•
Urée, créatininémie, ionogramme sanguin, bicarbonatémie, Ca, Ph,
•
Protidémie, albuminémie, préalbumine,CRP
•
Bilan lipidique,
•
Traitements : anti HTA, diurétiques, chélateurs du Phosphore, calciques ou non, chélateurs du potassium,
•
Bilan alimentaire et SGA (Subjective Global Assessment).
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Apports énergétiques : 35 kcal/kg/j avant 60 ans et 30-35kcal/kg/j après
•
Apports protidiques : 1,2 g/kg/j en HD – 1,2 à 1,3 g/kg/j en DP, la moitié de ces protéines doit avoir une haute valeur biologique,
•
Apports glucidiques sans sucre simple si DP,
•
•
•
•
•
Apports lipidiques : privilégier les AG mono et poly-insaturés,
Apports en boissons : diurèse + 500 ml,
Apports contrôlés en sodium : 4 à 6 g NaCl/j (sauf prescription particulière),
Apports en potassium limités à 2,5 g/j et apports en phosphore < ou = à 1g/j,
Contrôle des ingesta au moins deux fois par an.
Message nutritionnel essentiel :
•
Apport protéino-énergétique suffisant : il faut manger !
•
Contrôle des apports en boissons, sel, potassium.
Message pour la santé :
Retrouver et garder le bon état nutritionnel.
Education nutritionnelle : individuelle ou collective
Mise à jour 2005
Transplantation rénale
Sommaire
Objectifs de la prise en charge nutritionnelle :
•
S’assurer que le patient intègre les changements de consignes alimentaires par rapport aux étapes précédentes,
•
Eviter la dégradation du métabolisme glucidique.
Eléments spécifiques nécessaires à la prise en charge par la diététicienne :
•
Poids, taille, IMC (indice de masse corporelle), et évolution du poids sur les six derniers mois,
•
TA et diurèse
•
Urée, créatininémie, ionogramme sanguin, bicarbonatémie, Ca, Ph,
•
Protidémie, albuminémie, préalbumine, CRP,
•
Bilan lipidique,
•
Traitements (corticoïdes, immunosuppresseurs, dialyse, etc…),
•
Bilan alimentaire.
Caractéristiques de la prescription diététique :
•
Apports énergétique : 30 – 35 kcal/kg/j,
•
Apports protidiques : 1 à 1,2 g/kg/j,
•
Apports glucidiques : limiter les sucres simples,
•
Apports lipidiques : privilégier les AG mono et poly insaturés,
•
Apports en boissons et en sodium : sur avis médical,
•
Contrôle des ingesta pluri-hebdomadaire.
Message nutritionnel essentiel :
•
Retour progressif à une alimentation normale,
•
Eviter une prise de poids secondaire à la corticothérapie et au retour de l’appétit dû à la baisse du syndrome urémique.
Message pour la santé :
•
Retrouver et garder un bon état nutritionnel.
Education nutritionnelle :
•
Individuelle.
Mise à jour 2005
Comment dépister et prendre en charge la dénutrition ?
enfants
adultes
Dépistage de la dénutrition chez l’enfant (1/2)
suivante
P/T > 90%
et
T/âge > 95%
P/T 80-90%
et/ou
T/âge 85-94%
P/T < 80%
et/ou
T/âge < 85%
Pas de dénutrition
Dénutrition modérée
Dénutrition sévère
risque moyen
ou élevé*
Vigilance simple
Pesée hebdomadaire
risque moyen
ou élevé*
Appel diététicienne :
Appel référent nutrition**:
discussion d’une
supplémentation orale
Pesée hebdomadaire
Relevé des ingesta
Mobiliser l’enfant si possible
Analyser les causes médicales et
psycho-sociales
discussion d’une nutrition
artificielle
Pesée quotidienne
Relevé des ingesta
Mobiliser l’enfant si possible
Analyser les causes médicales et
psycho-sociales
P/T = poids mesuré / poids normal moyen pour la taille de l’enfant
T/âge = taille mesurée / taille normale moyenne pour l’âge de l’enfant
*voir Score de Risque Nutritionnel Pédiatrique au verso
** Pr Thierry Lamireau ou Dr Laurent Rebouissoux (poste 99 824)
retour
Dépistage de la dénutrition chez l’enfant (2/2)
RISQUE LIE A LA PATHOLOGIE
FACTEUR DE RISQUE ASSOCIE :
douleur moyenne ou intense
ingesta per os < ½ AJR**
0
Pathologie mineure
Chirurgie mineure
Bilan diagnostique
Infections courantes
SCORE de RISQUE
NUTRITIONNEL
PEDIATRIQUE
pas de facteur associé
1 facteur associé
2 facteurs associés
Pathologie sévère
Décompensation aiguë de maladie chronique
Polytraumatisme, brûlures étendues,
escarres multiples
Infections sévères
Affections malignes
Chirurgie viscérale majeure
Chirurgie cardiaque
Dépression sévère, anorexie mentale
FAIBLE
1
2
Pathologie moyenne
Maladie chronique non décompensée
Chirurgie moyenne
Infections moyennes
Fractures, escarres, immobilisation prolongée
Maladie inflammatoires de l’intestin
Autres gastro-entéropathies
RISQUE
NUTRITIONNEL
MOYEN
pas de facteur associé
1 facteur associé
1
2
2 facteurs associés
3
pas de facteur associé
1 facteur associé
2 facteurs associés
3
4
5
*AJR = apports journaliers recommandés
ELEVE
DIAGNOSTIC et PRISE EN CHARGE
de la
DENUTRITION DE L’ADULTE
suivant
Evaluation nutritionnelle (1)
•
•
•
•
Poids et taille IMC (kg/taille2)
Perte de poids (%)
Prise alimentaire (3 premiers repas pris à l’hôpital) (1)
MNA simplifié « dépistage » (patient > 70 ans)
Pas de signe évocateur de dénutrition
. Poids stable
. IMC > 20 – MNA dépistage > 12 (2)
. Repas test > ¾ repas
Vigilance simple
Dénutrition
. Perte de poids > 5% (6 derniers mois)
. Repas test < ½ repas
. IMC < 20 – MNA dépistage < 12 (2)
- Relever les ingesta / pesée hebdomadaire
- Signalement au médecin et au service de diététique
- Dosage de l’albumine et évaluation de la gravité index de Buzby (4)
- Réalisation du MNA complet
Apport oral possible (3)
. Texture adaptée (capacité de déglutition)
. Complément nutritionnel oral
. Aide humaine
. Poursuite du relevé des ingestats
Échec
Apport oral < 1/2 ou 1/4 repas (3)
• Si durée totale > 7 jours
• Bénéfice attendue d’une renutrition
• Dénutition péri opératoire
clan 2009 page html
Feuille de relevé ingesta
retour
Nutrition entérale
Notes de bas de page
(1) Evaluation : lors de l’entrée du patient, d’un événement intercurrent, visites :
de pré hospitalisation, d’anesthésie, de pré thérapeutique.
(2) MNA pour les sujets de plus de 70 ans dépistage et complet cf fiche
annexe ou calcul direct via internet (http://www.masef.com/scores/nutritionechellemnasf.htm)
(3) Besoins de l’adulte :
Énergétique = 30-40 kcal/kg/j
Protéique = 1 g/kg/j et si état inflammatoire 1.2 à 1.5g/kg/j
(4) index de Buzby ou NRI (indice de gravité) =1.52 x albuminémie (g/L) + 0.42 x
% perte de poids
NRI entre 83.5 et 97.5 dénutrition moyenne et <83.5 dénutrition sévère
(5) Sauf si tube digestif non fonctionnel (occlusion intestinale – trouble de
l’absorption…)
Indication de nutrition parentérale (référents NA de site)
clan 2009 page html
retour
suivante
Score d’évaluation de l’état nutritionnel
Mini Nutritional Assessment dépistage
M.N.A. dépistage
A Le patient présente-t-il une perte d’appétit?
A-t-il mangé moins ces 3 derniers mois par manque d’appétit,
problèmes digestifs, difficultés de mastication ou de déglutition?
0 = anorexie sévère
1 = anorexie modérée
2 = pas d’anorexie
B Perte récente de poids (< 3 mois)
0 = perte de poids > 3 kg
1 = ne sait pas
2 = perte de poids entre 1 et 3 kgs
3 = pas de perte de poids
C Motricité
0 = du lit au fauteuil
1 = autonome à l’intérieur
2 = sort du domicile
D Maladie aiguë ou stress psychologique lors des 3 derniers mois?
0 = oui
2 = non
E Problèmes neuro-psychologiques
0 = démence ou dépression sévère
1 = démence ou dépression modérée c
2 = pas de problème psychologique
F Indice de masse corporelle (IMC = poids( en Kgs) / taille2 (en mètre(s))
0 : IMC < 18,5
1 : IMC = 18,5 à IMC < 21
2 : IMC = 21 à IMC < 23 c
3 : IMC = 23 et > 23
Score du dépistage (sous-total max. 14 points)
> 12 : pas besoin de continuer l’évaluation
< 12 : possibilité de malnutrition
clan 2009 page html
retour
Nutrition artificielle (adulte et enfant)
Y a t-il une indication à une nutrition artificielle ?
Nutrition entérale
enfant
adulte
Nutrition parentérale
enfant
adulte
Surveillance de la nutrition artificielle
Nutrition artificielle à domicile
Y a t-il une indication à une nutrition artificielle ?
Evaluation nutritionnelle (entrée, événement intercurrent)
poids
taille
Indice de masse corporelle (kg/taille2)
perte de poids (en %) ?
comportement alimentaire?
observation d'un repas test
Pas de signe évocateur de dénutrition
poids stable
IMC>20
repas test pris
Dénutrition possible
amaigrissement récent
IMC<20
anorexie
relevé
des ingestas*
Feuille
de relevé
vigilance simple
signalement au médecin
ingesta
gravité? (index de Buzby**)
signalement au service de diététique
apport oral possible
texture adaptée
complémentation orale
poursuite de la surveillance des ingestas
apport oral < 60% de la ration
durée totale prévisible > 3-7jours
bénéfice attendu d'une renutrition
consentement du patient ou de la personne de confiance
dénutrition péri-opératoire
alimentation entérale
Nutrition entérale
* besoin énergétique de l'adulte
30-40kcal/kg/j
** index de Buzby ou NRI (indice de gravité)
NRI = 1,52 x albuminémie (g/l) + 0,42 x % perte de poids
NRI entre 83,5 et 97,5, dénutrition moyenne
< 83,5 dénutrition sévère
**** sauf si tube digestif non fonctionnel
occlusion intestinale
limitations des capacités d'absorption
Indication de Nutrition parentérale
*** Bénéfices attendus
La nutrition artificielle est susceptible d'améliorer
le pronostic du patient
Le consentement du patient ou de la personne de
confiance est obtenu
Sommaire
Sommaire
Nutrition artificielle à domicile
1. Complémentation orale:
Retour
elle ne peut en aucun cas constituer une nutrition artificielle à part entière
(arrêté du 2 décembre 2009 relatif titre)
Indication de la nutrition
adultes de moins de 70 ans
perte de poids >5% en 1 mois ou > 10% en 6 mois
ou IMC < 18,5 (hors maigreur constitutionelle
adultes de plus de 70 ans
perte de poids >5% en 1 mois ou > 10% en 6 mois
ou IMC < 21 ou MNA < 17/30
ou albuminémie < 35 g/l
2. Nutrition entérale:
Arrêté du 20 septembre 2000 relatif aux matériels et nutriments nécessaires à la nutrition entérale à domicile
(article L. 161-1 du code de la sécurité sociale), Arrêté du 6 août 2001
Avertir le service de diététique
Contacter un prestataire de service pour la mise en place au domicile, la rédaction des ordonnances est
réalisée par le médecin du service pour la donner à l’IDE coordinatrice du prestataire
Prescription initiale pour 3 mois et revoir le le patient à 3 mois
3. Nutrition Parentérale
Selon la circulaire 84b176 du 18 Décembre 1984
En cas de NP poursuivie à domicile au-delà de 3 mois
Contacter le centre agréé de nutrition parentérale à domicile pour adulte (Pr Laharie au 05.57.65.64.40)
Le centre agréé pour enfants le plus proche est situé à Toulouse
Nutrition entérale (adulte)
Sommaire
Prescription au minimum pour 7 jours
Retour
1. Voie d'administration
sur sonde naso-gastrique (ou naso-jéjunale) si durée < 1 mois
de préférence sonde fine en polyuréthane (charrière 12) au mieux lestée
après vérification de son bon positionnement (Radiographie du thorax), de sa fixation, et marquage
sur gastrostomie d'alimentation si NE > 30 jours (posée par voie endoscopique, chirurgicale ou radiologique)
doit être rincée avant et après chaque utilisation
2. Recommandations pratiques
administration sur pompe ou par gravitation
en position proclive ou demi-assise
Si patient fragile ou gériatrique, utiliser un régulateur de débit et un débit<120-180ml/h
Calcul des besoins énergétiques: 30-40 Kcal/kg/j en tenant compte de la prise calorique orale
Produits:
standards (1 Kcal/ml) ou hyperénergétiques (1,5 Kcal/ml) sauf gériatrie ± fibres
si besoins > 2000 kcal/j et/ou IV > 2 litres choisir des produits hyper-énergétiques (≥ 1,5 kcal/j)
Rythme:
débit continu ou cyclique nocturne ou fractionné (gériatrie)
Produits dispo
3. Complications:
le reflux gastro-oesophagien, les régurgitations et la pneumopathie d'inhalation sont les complications
les plus graves de la NE. Elles sont prévenues avec la vérification du bon positionnement de la sonde, le positionnement du
Patient et un débit adéquat.
les troubles du transit (diarrhée, constipation)
le tolérance du patient et les épisodes d’arrachage de sonde
LISTE ET COMPOSITION DES PRODUITS DE NUTRITION ENTERALE
DISPONIBLE A L’HOPITAL EN 2010
suite
En italique = marché précédent
 Sur prescription médicale, et en fonction de la pathologie , le mélange est choisi par diététicienne.
Pour les adultes, les besoins en vitamines, minéraux et oligo éléments sont couverts pour un apport énergétique de 2000kcal par jour
Volume
(ml)
Calories
Protides
(g)
Lipides
(g)
Glucides
(g)
Fibres(g)
Sodium
(mg)
Potassiu
m (mg)
FRESUBIN ORIGINAL
( Standard )
Nutrison Standard
500
500
19
17
69
0
375
625
FRESUBIN ORIGINAL FIBRES
( Standard avec fibre 1 )
Nutrison Multifibres
500
500
19
17
69
7.5
670
775
NUTRISON MULTIFIBRES
( Standard avec fibre 2 )
Nutrison Multifibres
500
500
20
19,5
61
7,5
500
750
NUTRISON ENERGY
( Hypercalorique, Normo protidique )
Frésubin Energy
500
750
30
29
92.5
0
670
1005
SONDALIS HP
( hyper protidique)
Sondalis HP
500
750
37,5
29
85
-
400
850
NUTRISON ENERGY MULTIFIBRES
( hyper énergétique avec fibres)
Nutrison Energy Multi fibres
500
750
30
29
92,5
7,5
670
1005
NUTRISON PROTEIN PLUS
MULTIFIBRES
( hyper énergétique avec fibres)
Sondalis HP Fibres
500
625
31,5
24,5
71
7,5
MELANGES POUR ADULTES
Sommaire
670
840
LISTE ET COMPOSITION DES PRODUITS DE NUTRITION ENTERALE
DISPONIBLE A L’HOPITAL EN 2010
retour
En italique = marché précédent
 Sur prescription médicale, et en fonction de la pathologie , le mélange est choisi par diététicienne.
Pour les adultes, les besoins en vitamines, minéraux et oligo éléments sont couverts pour un apport énergétique de 2000kcal par jour
DIETES SEMI-ELEMENTAIRES
Volume
(ml)
Calories
Protides
(g)
Lipides
(g)
Glucides
(g)
Fibres(g)
Sodium
(mg)
Potassiu
m (mg)
PEPTAMEN
( Diète semi- élémentaire )
Peptamen
500
500
20
19
64
-
370
550
PEPTAMEN HN
( Diète semi- élémentaire, hypercalorique,
hyper protidique )
Peptamen HN
500
665
33
24.5
78
-
450
825
MELANGE POUR IMMUNO-NUTRITION
Volume
(ml)
Calories
Protides
(g)
Lipides
(g)
Glucides
(g)
Fibres(g)
Sodium
(mg)
Potassiu
m (mg)
IMPACT ENTERAL
500
505
28
14
67
-
530
670
MELANGES PEDIATRIQUES
Volume
(ml)
Calories
Protides
(g)
Lipides
(g)
Glucides
(g)
Fibres(g)
Sodium
(mg)
Potassiu
m (mg)
INFATRINI
De la naissance à un an
100
100
2,6
5,4
10,3
0,8
25
93
FREBINI ORIGINAL
Nutrini
500
500
14
22
61,5
0
300
550
FREBINI ORIGINAL FIBRES
(avec fibres)
Nutrini Multi fibres
500
500
14
22
61,5
3,5
300
550
FREBINI ENERGY
(hyperénergétique)
Nutrini Energy
500
750
20,5
33,5
92,5
0
450
825
utilisé selon protocoles validés
(Cancers digestifs et ORL , Grands Brûlés)
Impact Entéral
Sommaire
Nutrition entérale (enfant )
Voie d’administration
Sonde nasogastrique : vérifier le bon positionnement (Rx) et marquage
Gastrostomie
⇨
rincer la sonde après chaque utilisation
Mode d’administration
Débit constant sur 24 heures
Débit constant sur 10 – 12 heures la nuit
⇨
pompe avec alarmes (batterie, obstruction, vidange complète de la poche)
⇨
gravité exclue
Eventuellement en bolus (sur 30 minutes) aux heures des repas
⇨
si absence de pathologie digestive et bonne tolérance
Produits
Polymériques iso (1 cal/ml) ou hyper (1,5 cal/ml) caloriques
⇨
produits différents selon l’âge
Besoins énergétiques (Kcal/kg/j)
0 – 3 mois =
110
3 mois – 1 an =
100
1 – 4 ans =
90
4 – 10 ans =
80
11 – 15 ans =
Filles: 50 Garçons: 60
⇨
début progressif ; tenir compte de la prise orale éventuelle
Complications
RGO, pneumopathies d’inhalation
=> position proclive
Diarrhée (infectieuse, position duodénale) => asepsie, vérifier la position gastrique
Sommaire
Nutrition parentérale (enfant)
Sommaire
Indiquée lorsque la voie entérale ne peut être utilisée
Durée minimum : 7 jours
Voie d’abord
Cathéter sous clavier
Chambre implantable
⇨
toujours voie veineuse centrale
Mode d’administration
Perfusion continue sur 24 heures
⇨
début et arrêt par palliers
⇨
pompes avec alarmes (batterie, obstruction, fin de perfusion)
⇨
gravité exclue
Eventuellement administration cyclique sur 12 heures la nuit
(chez enfant > 6 mois ou > 6 kg)
Produits
Mélanges binaires ou ternaires, isocaloriques
⇨
toujours vérifier l’apport en électrolytes, vitamines, oligoéléments
(supplémentation souvent nécessaire)
Nutrition parentérale (enfant)
Sommaire
Indiquée lorsque la voie entérale ne peut être utilisée
Durée minimum : 7 jours
Besoins énergétiques et azotés
0 – 3 mois :
3 mois – 1 an :
1 – 4 ans :
4 – 10 ans :
11 – 15 ans :
Kcal/kg/j
110
100
90
80
Filles: 50 Garçons : 60
g/kg/j N
0,5
0,4
0,4
0,3
0,2
⇨
début progressif +++ surtout si dénutrition ou agression
Glucide :
Lipide:
Protéine:
6 – 8 g/kg/j
0,5 g/kg/j
0,5 g/kg/j
Complications
⇒
⇒
⇒
18 – 20 g/kg/j
2,5 - 3 g/kg/j
2,5 - 3 g/kg/j
Nutrition parentérale binaire (enfant)
Infectieuses => asepsie ++
Thromboses veineuses
Métaboliques: hyperglycémie, hypertriglycéridémie, troubles électrolytiques…
⇨
apports progressifs, surveillance biologique
retour
Nutrition parentérale
Sommaire
(adulte)
Nutrition parentérale en pratique
Nutrition parentérale ternaire (adulte)
Patient sévèrement agressé
Patient agressé
Nutrition parentérale binaire (adulte)
Nutrition parentérale binaire (enfant)
Nutrition artificielle à domicile
Lipides
Acides aminés
Supplémentations
Surveillance de la nutrition artificielle
Nutrition parentérale en pratique
Sommaire
Prescription au minimum pour 7 jours
Seulement si le tube digestif est non fonctionnel (occlusion ou malabsorption)
car elle est plus coûteuse et plus morbide que la nutrition entérale
Toujours sur voie veineuse centrale
Indications:
syndrome de grêle court
syndrome occlusif chronique
autres insuffisances intestinales chroniques
contre-indication temporaire à la nutrtion entérale
Modalités pratiques:
1. Evaluation des besoins énergétiques:
Version imprimable : relevé ingestas
après évaluation des ingesta
selon la formule de Harris & Benedict (en fonction du pois habituel)
Homme: 66+(13,7xpoids)+(5xtaille)-(6,8xâge)
Femme : 655,1+(9,6xpoids)+(1,8xtaille)-(4,7xâge)
après correction en fonction des facteurs d'agression et d'activité
agression
x1,1 (chirurgie, cancer non évolutif)
x1,3 (infection sévère, polytrauma)
x1,5 (brulures)
activité
x1,0 (alitement)
x1,2 (ambulatoire hospitalisé)
x1,4 (activités physiques modérées)
le résultat du calcul correspond aux seuls apports glucido-lipidiques
Nutrition parentérale en pratique
Sommaire
2. Apports en Glucides/Lipides/Protides:
calories: 35-40 kcal/kg/j
azote: 0,20 g/kg/j
rapport glucides/lipides: 65%-35%
3. Toute NP nécessite une supplémentation en électrolytes, vitamines
et oligo-éléments
4. Produits:
mélanges binaires ou ternaires
isocaloriques (par exemple: 1500 Kcal pour 1500 ml)
deux situations
Patient agressé
Patient sévèrement agressé
5. Complications:
infectieuses
thromboses veineuses (sous-clavière, jugulaire, VCS)
métaboliques: troubles hydro-électrolytiques, diabète, hypertriglycéridémie…
Sommaire
Nutrition parentérale ternaire (adulte)
Patient agressé
Critères de choix :
Mélange normo-azoté
Volume : 1-1,5-2 litres,
Temps de passage : 24H.
OLIMEL N7 1000 E
OLIMEL N7 1000
OLIMEL N7 1000 E
OLIMEL N7 1000
OLIMEL N7 1000 E
1L
1.5L
1.5L
2L
2L
MEDNUTRIFLEX LIPIDE G120/N5
Patient sévèrement agressé
Critères de choix :
Mélange hyper-azoté,
Volume : 1,5-2 litres,
Temps de passage : 24H.
Fiche produit
OLIMEL N9
OLIMEL N9
1.5L
2L
SMOFKABIVEN
SMOFKABIVEN E
2200
2200
OLIMEL® N7
sans E et avec E
MEDNUTRIFLEX®
Volume (ml)
1000
1500
2000
1875
Electrolytes
OUI
NON / OUI
NON / OUI
OUI
Assistance
1140
Patient
agressé
ou non
1710
Patient
agressé
ou non
2270
Patient
agressé
ou non
1900
7
10.5
14
10.2
Rapport calorico-azoté
137
137
137
158
Calories glucido-lipidiques
(Kcal)
960
1440
1920
1615
Calories lipidiques (kCal)
400
600
800
715
Type nutrition
Calories totales (kCal)
Azote (g)
Emulsion lipidique utilisée
Calories glucidiques (kCal)
Rapport glucido-lipidique
pH
Osmolarité (mosm/l)
Huile olive (80%) + huile de soja (20%)
560
840
1120
900
58/42
58/42
58/42
55/45
6.4
6.4
6.4
5–6
1360
1220 / 1360
1220 / 1360
1540
E : éléctrolytes
Sommaire
Huile de soja TCM
OLIMEL® N9
sans E
Volume (ml)
1500
2000
1970
Electrolytes
NON
NON
NON / OUI
Patient
sévèrement
agressé
1600
Patient
sévèrement
agressé
2140
Patient
sévèrement
agressé
2200
13.5
18
16
93
93
112.5
1260
1680
1800
600
800
750
Type nutrition
Calories totales (kCal)
Azote (g)
Rapport calorico-azoté
Calories glucido-lipidiques
(Kcal)
Calories lipidiques (kCal)
Emulsion lipidique utilisée
Calories glucidiques (kCal)
Rapport glucido-lipidique
pH
Osmolarité (mosm/l)
Huile olive (80%) +
huile de soja (20%)
Soja (25%) + TCM (30%)
+ olive (25%) + poisson (15%)
660
880
1000
52 / 48
52 / 48
58/42
6.4
6.4
5.6
1170
1170
1300 / 1500
E : éléctrolytes
Sommaire
SMOFKABIVEN®
sans E et avec E
PériOLIMEL N4E®
(voie périphérique si voie centrale
impossible ou nutrition de courte durée)
Volume
1000
Electrolytes
oui
Type de nutrition
Patient agressé ou non
Calories totales Kcal)
700
Azote (g)
4
Rapport calorico-azoté
150
Calories glucido-lipidiques
(Kcal))
50/50
Calories lipidiques (kCal)
300
Calories lipidiques (kCal)
Sommaire
Huile olive (80%) + huile de soja (20%)
Calories glucidiques (kCal)
300
Rapport glucido-lipidique
50/50
pH
6.4
Osmolarité (mosm/l)
760
Sommaire
Nutrition parentérale binaire (adulte)
Critères de choix :
Mélange normo-azoté
Volume : 1-1,5-2 litres
Pas de lipides
Temps de passage : 24H.
AMINOMIX 800E 1L
AMINOMIX 800E 1.5L
AMINOMIX 800E 2L
Fiche produit
Sommaire
AMINOMIX®
Volume (ml)
1000
1500
2000
Electrolytes
OUI
OUI
OUI
Calories totales
(kCal)
1000
1500
2000
8
12
16
Rapport caloricoazoté
100
100
100
Calories
glucidiques (kCal)
800
1200
1600
5.5 – 6
5.5 – 6
5.5 – 6
1779
1779
1779
Azote (g)
pH
Osmolarité
(mosm/l)
Composition de la
solution en
électrolytes
Na+ = 50 mmol/L
K+ = 30 mmol/L
Ca++ = 2 mmol/L
Mg++ = 3 mmol/L
Zn++ = 0.04 mmol/L
Cl- = 64 mmol/L
Acétate- = 75 mmol/L
Glycérophosphate = 15 mmol/L
Sommaire
Lipides
INTRALIPIDE®
20%
SMOFLIPID®
20%
Composition
Huile de soja
purifiée
(TCL) 20%,
teneur en AGE 120g/l
Huile de soja 30%,
TCM 30%, Huile
d’olive 25%, Huile de
poisson riche
en acides oméga3
15%
Valeur
énergétique
Kcal/L
2000
2000
Osmolarité
mosmol/L
260
TCM : Tg à Chaîne Moyenne
300
AGE : Acide Gras à Chaîne Moyenne
AGPI : Acide Gras Poly-Insaturés
LA PRESCRITION D’OMEGAVEN 100 mL doit être assurée par un clinicien
référent en nutrition et RESERVEE aux situations inflammatoires sévères en
réanimation lors d’une atteinte respiratoire sévère (SDRA).
Sommaire
Solutions d’acides aminés
VINTENE®
VAMINOLACT®
DIPEPTIVEN ®
Calories totales (Kcal/l)
512
240
970
Teneur en azote (g/L)
20
9.3
38.7
1140
476
921
Osmolarité (mosmol/L)
Sommaire
Solutions d’acides aminés + glucides
PEDIAVEN ®
G15 G20 G25
PEDIAVEN ® ENFANT
NOUVEAU NE 1 et 2
Calories totales (Kcal/l)
660 / 880 / 1100
460 / 470
Teneur en azote (g/L)
2.14 / 2.85 / 3.56
2.14 / 2.44
1173 / 1549 / 1971
753 / 834
Osmolarité (mosmol/L)
Sommaire
Supplémentations (obligatoire*)
Electrolytes
Ionitan
Oligo-éléments*
Tracitrans
Vitamines*
Cernevit
OLIGO-ELEMENTS PEDIA (10-40 ml)
Surveillance de la nutrition artificielle
Sommaire
1 Surveillance de l'efficacité
Amélioration état général, fonction, diminution de l'asthénie etc,,,
Surveillance du poids: arrêt de la perte de poids, voire reprise de poids (séjour prolongé)
2 Surveillance biologique
Glycémie
Osmolarité plasmatique
Triglycérides (cholestérol)
Potassium et phosphore
3 Gestion des sondes de nutrition entérale
Orifice de gastrostomie ou nez pour les sondes naso-gastriques
Vérification du positionnement
4 Gestion des cathéters de nutrition parentérale
Voie centrale:
manipulations stériles
surveillance du point de ponction
se référer au classeur d'hygiène
5 Autres
Surveillance du transit
Utilisation éventuelle de prokinétiques
Surveillance des infections
Problème de surcharge volémique
Travaux du CLAN
Travaux du CLAN
Enquête pesée dans les unités des soins
Prise alimentaire des patients un jour donné
Information nutritionnelle en néphrologie à bordeaux
Plateaux normaux servis au CHU à Bordeaux et recommandations nutritionnelles
Sensibilisation du personnel de la logistique du CHU à l’hygiène et à la distribution des plateaux
Les moyens de pesée
Organisation de la pesée
Travail transversal C.H.U sur les conseils diététiques pour les patients diabétiques
Relevé des ingesta
Sommaire
Version imprimable
Sommaire
Relevé des ingesta
Retour
Version imprimable
Lexique
Nutrition chez l’enfant
Nutrition chez l’adulte
Nutrition parentérale
Nutrition entérale
dénutrition
Prise en charge nutritionnelle
fonction d’une maladie
Y a-t-il indication à une alimentation
Artificielle
Surveillance de la nutrition artificielle
Nutrition artificielle à tous âge
Produit entéraux disponibles
Produit parentéraux disponibles
Feuille de relevé ingesta
Codification de la dénutrition
Code T2A
- Dénutrition Modérée E 44.0  (cma3)
- Dénutrition Sévère E 43
 (cma3)
- Cachexie E 42
 (cma4)
(Kwashiorkor avec marasme)
NUTRICODE : L’OUTIL DE CODAGE DE LA DENUTRITION
Un seul paramètre permet de classer votre patient
Age du patient ≥ 70 ans
Age du patient : < 70 ans
Critères
à
calculer
Valeurs
de
codage
IMC
Perte de
poids en 1
mois*
Perte de
poids en 6
mois*
Alb / Préalb
(g/l) /
(mg/l)
IMC
Perte de
poids en 1
mois
Perte de
poids en 6
mois
Alb
(g/l)
≤ 17
≥5%
≥ 10 %
< 30 / <
110
< 21
≥5%
≥ 10 %
< 35
17 – 23,5
Dénutrition
Modérée E
44
≥ 10%
≥ 15%
< 20 / < 50
< 18
≥ 10%
≥ 15%
< 30
< 17
Dénutrition
Sévère E43
Résultat
s du
Patient
* par rapport à une valeur antérieure à l’hospitalisation actuelle, mentionnée dans un dossier médical précédent
MNA
(Si
MNA<12)
CODE
T2A
 E 44.0
 E 43
 E 42
Suite
COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE PLENIERE DU CLAN du 23/09/2010 (page 1)
1 - RAPPEL DES TRAVAUX 2009 ET MISE EN PLACE DE LA POLITIQUE
BUDGETAIRE D’ACHAT DES BALANCES ET DEPLOIEMENT DE
CETTE POLITIQUE
Depuis la dernière réunion plénière du CLAN du 11/06/09, le bureau s’est réuni 7 fois plus une séance de travail consacrée à la
réponse au cahier de la visite d’accréditation. Lors de la dernière réunion, avait été présenté l’ensemble du recensement de
l’existant et des besoins en matière de pesée, et avait été montrée la proposition de plan de financement étalé sur 3 ans : 2009,
2010, 2011, pour l’achat sur les différents sites du CHU du matériel nécessaire à la pesée.
Le plan de financement 2009 a été entièrement réalisé, le plan de financement 2010 est en cours de réalisation et on espère que
celui de 2011 aura lieu. Les personnes présentes confirment que le plan de financement est réalisé, il existe cependant une
question sur le financement de l’araignée pour Saint-André, sur l’année 2010. Les devis ont été fournis, la question posée par
Melle LACOMERE est de savoir si elle a été vraiment commandée. Le site Pellegrin confirme que le plan d’équipement 2010 a
été entièrement réalisé. Il va donc être demandé à Monsieur BARON de s’assurer du financement de l’araignée pour SaintAndré en 2010.
Il est rappelé que, au-delà de cette politique d’investissement, le CLAN avait fait remarquer que la politique de maintenance et
de renouvellement devait être définie par les Service Economiques au-delà de 2011. Il est demandé à Monsieur BARON de bien
signifier cette donnée aux Services Economiques.
2 - PRESENTATION DE LA PROPOSITION DU NOUVEAU SITE INTRANET
DU CLAN par Laurent PETIT
Celui-ci a réalisé une refonte totale de ce que pourrait être le site Intranet, et le présente en mode Power Point, en sachant que
si celui-ci est validé par la Plénière du CLAN, il sera alors retranscrit en mode HTML sous la responsabilité de Monsieur BARON
et pourra alors être mise sur le site Intranet.







Les rubriques sont présentées :
Missions du CLAN
Prise en charge nutritionnelle selon les pathologies
Prise en charge de la dénutrition
Nutrition artificielle
Travaux du CLAN
Codification de la Nutrition
Lexique
COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE PLENIERE DU CLAN du 23/09/2010 (page 2)
Suite
Quelques discussions ont lieu :
• Membres du bureau : il est décidé de supprimer les numéros de téléphone qui sont susceptibles de varier et de
corriger les fonctions de certains personnes qui avaient initialement mal renseigné ; par ailleurs, le bureau va être
soumis à un remaniement avec le départ de Melle LACOMERE et Madame DANIEL-LAMAZIERE, et l’arrivée dans le
bureau de Stéphanie VIDAL
•b) Les fiches de prise en charge nutritionnelle ont été relues, un certain nombre de fautes de frappe ont été
corrigées ; ces fiches nutritionnelles enregistrées au format qualité datent de l’année 2005 et il est décidé que ceci
sera renseigné sur le site du CLAN de manière à ce que chaque personne puise connaitre la date de création, et
donc éventuellement l’ancienneté de la fiche.
•c) Sont ensuite présentées les fiches de diagnostic et de prise en charge de la dénutrition enfant et adulte
qui correspondent aux travaux du CLAN de cette année. L’organigramme part de l’évaluation nutritionnelle
permettant d’établir s’il existe des signes évocateurs ou non de dénutrition, à parti de là, les éléments devant être faits
pour évaluer le risque et éventuellement les décisions thérapeutique devant être prises. Dans l’organigramme il est
proposé de remplacer « nutrition entérale » par « nutrition artificielle », de manière à laisser le choix plus large. Ces
fiches seront, elles aussi, datées.
•d) Est ensuite présenté la fiche de relevé des ingestas : celle-ci n’est pas la fiche obligatoire sur la totalité du
CHU et ne représente qu’un exemple.
L’ensemble des données montrées pour ce futur site Intranet est totalement validé.
La discussion s’enclenche sur le problème des compléments alimentaires oraux. Le problème est difficile et il est
décidé que ceci fera parti des travaux du bureau du CLAN de l’année 2011. Les éléments essentiels qui ressortent de
la discussion sont que le fait qu’il y ait un code PMSI spécifique pour la dénutrition permet une valorisation des actes
et devrait permettre le financement des compléments oraux. Cependant, aujourd’hui il n’y a pas de budget spécifique
au niveau des Pôles pour ces compléments oraux, et ceux-ci sont pris sur les budgets des services diététiques. Les
conditions de prescription de financement et de traçabilité de ces compléments oraux feront partie des travaux de
2011.
Les propositions de sites étant validées, le diaporama corrigé par Laurent PETIT sera transmis
à Monsieur BARON pour mise en format HTML et mise sur le site Intranet. Il est fait remarquer
que le portail du CHU a actuellement ses limites de convivialité. Ceci ne fait pas partie du travail
du CLAN, mais bien sûr du travail du CHU.
Suite
COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE PLENIERE DU CLAN du 23/09/2010 (page 3)
3-
PRESENTATION DE LA POLITIQUE DE DEPISTAGE DE LA DENUTRITION A TRAVERS LE DEPLOIEMENT DE
DX CARE par Madame LACOMERE et Madame INSCHAUSPPE
Madame LACOMERE a travaillé avec Madame FOUCHET sur le développement du dépistage de la dénutrition à
travers DX CARE. Elle rappelle les travaux du CLAN sur l’organisation de la pesée, le besoin de la pesée et de la
définition du BMI ainsi que les travaux du CLAN sur la prise en charge de la dénutrition ; cependant, il importe que le
dépistage soit fait et soit tracé dans le dossier de soins. Le travail entre le bureau du CLAN et Madame
INSCHAUSPPE a permis d’intégrer dans les macro cibles, la traçabilité du poids, de la taille et le calcul automatique
du BMI, en sachant que le poids et la taille peuvent être mesurés ou estimés, et qu’à partir du calcul du BMI en
fonction de l’âge du patient, une estimation automatique de son état nutritionnel est établi et que se font alors des
liens automatiques sur les propositions de prise en charge ainsi que sur la possibilité de programmer directement le
rythme de la pesée dans le plan de soins. Madame INSCHAUSPPE montre le fonctionnement en temps réel sur DX
CARE. Les champs ne sont pas bloquants, ce programme est actuellement développé sur Saint-André et
fonctionne ; cependant, il est fait remarquer qu’il a besoin d’être accompagné, en effet, à chaque fois que DX CARE
est déployé sur un site, il faut le temps que les personnes s’approprient DX CARE, en commençant par les éléments
les plus importants : prescriptions des médicaments, prescription des soins, puis les autres éléments qui se font au
fur et à mesure. L’ensemble des membres de la Plénière trouve la proposition intéressante, mais il est bien souligné
par tous les membres et par Madame LACOMERE en particulier qu’un accompagnement de cet outil est un élément
incontournable. Madame INSCHAUSPPE signale par ailleurs qu’il est possible de renseigner les données de la
macro cible dans les renseignements de sortie.
La discussion s’engage et montre qu’il y a une cohérence entre d’une part les proposition de dépistage et de prise en
charge de la dénutrition, la communication au niveau du site Intranet, et le déploiement dans DX CARE ; cependant,
tout le monde est bien d’accord sur le fait qu’il faut signaler à l’ensemble de la direction de l’institution que, s’il n’y a
pas accompagnement de ces outils, ces outils seront sans effets. Il faut par ailleurs que la Direction de l’hôpital soit
bien consciente que très régulièrement il est demandé d’estimer dans les dossiers le dépistage de la dénutrition, que
cette estimation va pouvoir se faire en temps réel grâce à DX CARE et que bien sûr si ce programme est
accompagné, le poids et la taille seront renseignés, et le CHU fera des progrès, mais si ce programme n’est pas
accompagné, ces paramètres ne seront pas renseignés et la situation du CHU restera identique à ce qu’elle est
actuellement. Les outils ont donc été proposés par le CLAN, la politique de déploiement doit être maintenant mise en
place par la Direction du CHU.
L’assemblée plénière tient à ce que soit bien signifié que sans accompagnement, ses travaux resteront sans effets.
COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE PLENIERE DU CLAN du 23/09/2010 (page 4)
4 - QUESTIONS DIVERSES
Les questions diverses portent essentiellement sur la formation, posant la question de l’intégration de la nutrition
dans la formation initiale, mais aussi le problème de la formation continue du personnel hospitalier. Plusieurs
possibilités sont évoquées : soit une journée de formation du CLAN, permettant d’exposer ses travaux et la
motivation du personnel, ou au contraire, la discussion d’un plan de formation avec des besoins qui devraient alors
être discutés avec les Services Economiques.
5 - PROPOSITIONS DE TRAVAIL POUR LE BUREAU POUR L’ANNEE A VENIR
L’assemblée plénière dégage une série d’axes devant être repris sur l’année 2011 :
gestion des repas dans les unités de soins
revalidation des fiches de nutrition
discussion autour des compléments oraux
poursuite des travaux sur la valeur nutritive des plateaux servis aux patients
discussion sur la formation en nutrition
communication et accompagnement des travaux de l’année 2010
***************
La séance est levée à 19 h.
Suite
COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE PLENIERE DU CLAN du 11/06/2009 (page 1)
Suite
La réunion plénière du CLAN s’est tenue dans la salle de réunion à la Direction du Groupe Hospitalier Sud de 17 h à 19h15.
Le bureau y a présenté ses travaux pour les faire valider.
Le bureau s’est réuni le 04/12/2008, le 07/01, 05/02, 04/03, 30/04 et 25/05/2009.
Les travaux ont été menés autour du thème de la dénutrition, d’une part parce que ce thème est important sur le plan de la
politique hospitalière, d’autre part parce que l’on sait qu’il sera évalué lors de la prochaine visite d’accréditation.
1 - ETABLISSEMENT DE RECOMMANDATIONS SUR LE DEPISTAGE DE LA DENUTRITION
La fiche établie au format Qualité est présentée à la Plénière et est validée après légère modification. Cette recommandation
propose que dans le dossier de soins soient systématiquement retrouvés le poids, la taille, l’évolution pondérale obtenue par
interrogatoire sur les 6 derniers mois et la consommation en quantité des trois premiers principaux repas, avec comme objectif
de définir l’IMC. Des signes d’alerte doivent être émis pour :
► un IMC inférieur à 21
► ou une perte de poids supérieure à 5% sur les 6 derniers mois
► ou une prise alimentaire à l’arrivée à l’hôpital inférieure à la moitié des plateaux.
L’assemblée plénière émet le souhait que ces paramètres apparaissent de manière systématique dans le dossier de soins lors
de la première saisi en unité de soin, lors de l’hospitalisation, dans le dossier patient. Le bureau devra rencontrer la DSI pour
s’assurer que ceci est faisable.
fiche document Qualité jointe
2 - LA PESEE
Pour arriver à la mise en place de la recommandation précédente, des outils de mesure sont utiles ; une enquête a été menée
sur l’existence et les besoins demandés site par site (Saint-André, Pellegrin, Groupe Sud). De cette enquête, il ressort une
certaine disparité entre les établissements et le fait que Pellegrin est encore très largement équipé en pèse-personnes type
« Terraillon » qui ne sont pas dans les recommandations de bonnes pratiques cliniques.
Est ensuite présenté l’analyse des matériels disponibles, pèse-personnes individuels médicalisés, balances électroniques à
colonne, lèves-malades type « Araignée mobile ». Ce sont les trois types de matériels retenus par le CLAN avec des ordres
financiers allant de 130 € pour le pèse-personne médicalisé, à 5000-7000 € pour le lève-malade type « Araignée ».
COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE PLENIERE DU CLAN du 11/06/2009 (page 2)
Suite
La réunion plénière du CLAN s’est tenue dans la salle de réunion à la Direction du Groupe Hospitalier Sud de 17 h à 19h15.
Le bureau y a présenté ses travaux pour les faire valider.
Le bureau s’est réuni le 04/12/2008, le 07/01, 05/02, 04/03, 30/04 et 25/05/2009.
Les travaux ont été menés autour du thème de la dénutrition, d’une part parce que ce thème est important sur le plan de la politique
hospitalière, d’autre part parce que l’on sait qu’il sera évalué lors de la prochaine visite d’accréditation.
1 - ETABLISSEMENT DE RECOMMANDATIONS SUR LE DEPISTAGE DE LA DENUTRITION
La fiche établie au format Qualité est présentée à la Plénière et est validée après légère modification. Cette recommandation propose
que dans le dossier de soins soient systématiquement retrouvés le poids, la taille, l’évolution pondérale obtenue par interrogatoire sur
les 6 derniers mois et la consommation en quantité des trois premiers principaux repas, avec comme objectif de définir l’IMC. Des
signes d’alerte doivent être émis pour :
► un IMC inférieur à 21
► ou une perte de poids supérieure à 5% sur les 6 derniers mois
► ou une prise alimentaire à l’arrivée à l’hôpital inférieure à la moitié des plateaux.
L’assemblée plénière émet le souhait que ces paramètres apparaissent de manière systématique dans le dossier de soins lors de la
première saisi en unité de soin, lors de l’hospitalisation, dans le dossier patient. Le bureau devra rencontrer la DSI pour s’assurer que
ceci est faisable.
2 - LA PESEE
Pour arriver à la mise en place de la recommandation précédente, des outils de mesure sont utiles ; une enquête a été menée sur
l’existence et les besoins demandés site par site (Saint-André, Pellegrin, Groupe Sud). De cette enquête, il ressort une certaine disparité
entre les établissements et le fait que Pellegrin est encore très largement équipé en pèse-personnes type « Terraillon » qui ne sont pas
dans les recommandations de bonnes pratiques cliniques.
Est ensuite présenté l’analyse des matériels disponibles, pèse-personnes individuels médicalisés, balances électroniques à colonne,
lèves-malades type « Araignée mobile ». Ce sont les trois types de matériels retenus par le CLAN avec des ordres financiers allant de
130 € pour le pèse-personne médicalisé, à 5000-7000 € pour le lève-malade type « Araignée ».
COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE PLENIERE DU CLAN du 11/06/2009 (page 3)
Suite
5 - ORGANIGRAMME DE DIAGNOSTIC ET DE PRISE EN CHARGE DE LA DENUTRITION
Le bureau a travaillé avec un groupe spécifiquement dédié à cette question et un organigramme de dépistage est présenté. Celui-ci
est validé et il demandé si il peut être mis ainsi sous forme document Qualité sans passer par une forme Texte. Monsieur DURAND
laisse entendre que ceci est probablement possible, tout le monde trouvant en effet le document facile à lire.
6 - PRESENTATION DES OUTILS POUR PRISE EN CHARGE DE LA DENUTRITION
avec les produits actuellement référencés au CHU en nutrition entérale et parentérale (Document joint).
Pour ce qui est de la nutrition par voie veineuse profonde, il est demandé de bien ajouter 2 étoiles rouges vis-à-vis du TRACITAN
et des vitamines liposolubles.
Au total, au terme de cette présentation, il semble que l’on puisse estimer que les outils nécessaires au problème de la dénutrition
sont établis, allant
► du dépistage
► à la pesée,
► au diagnostic et
► à la prise en charge et aux outils thérapeutiques.
Il importe maintenant que tout ceci puisse être mis en application.
7 - POLITIQUE DE COMMUNICATION
3 éléments pour la politique de communication sont présentés :
► Les mini CLAN dont Monsieur BARON rappelle que la constitution et les missions sont à la fois de
relayer les informations de la Plénière du CLAN vers les sites mais aussi de remonter les
problèmes des sites vers la Plénière du CLAN. Par ailleurs les mini CLAN sont à la disposition
des services de soins pour pouvoir aider Monsieur DURAND à la communication.
► Le site INTRANET : le site a été entièrement repris et sera régulièrement réactualisé sous
la responsabilité de Monsieur BARON et de son secrétariat. Le site INTRANET doit contenir
des liens hypertextes et les comptes rendus des assemblées plénières.
► La journée Nutrition des CLAN. Melle LACOMERE présente la participation du CHU de Bordeaux
pour le 16/06/09 à la journée nationale des CLAN. Il lui est proposé d’essayer d’obtenir une
communication régionale de FR3.
COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE PLENIERE DU CLAN du 11/06/2009 (page 4)
8 - TRAVAUX A VENIR POUR LE BUREAU POUR L’ANNEE PROCHAINE
3 éléments sont retenus :
► Mise en place de la communication et de la formation du personnel
► Mise en place d’une évaluation des pratiques professionnelles autour de la dénutrition
► Réflexion à des propositions éventuelles de prise en charge des patients obèses
en dehors des services spécialisés dans l’obésité.
Retour
COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE PLENIERE DE RECONSTITUTION DU CLAN du 13/11/2008 (page 1)
Suite
Monsieur BARON ouvre la séance en rappelant que la CME a voté à l’unanimité la reprise des
activités du CLAN et que l’ensemble des personnes présentées sur la liste l’ont été sur proposition
de la CME, la liste ayant été actualisée par Monsieur LLANAS. Monsieur BARON présente les principes généraux de fonctionnement
avec d’une part un bureau sensé se réunir une fois par mois et, d’autre part des structures appelées « mini CLAN » qui seront des
structures de sites dont la fonction est d’assurer la démultiplication des travaux du CLAN. Une discussion s’engage autour des mini
CLAN et des Commissions de Restauration. Il est établi que chaque site fonctionnera comme il l’entend, les Commissions de
Restauration, quand elles existent bien sûr persistent, mais elles auront en leur sein les personnes du mini CLAN qui seront au nombre
de 3 :
-
un directeur des soins
un médecin
un cadre supérieur diététicien
Avant de passer à la constitution du bureau, la discussion s’engage autour des difficultés qu’a pu connaitre l’ancien CLAN. Ces
difficultés se résument en :
-
difficultés de communication
difficultés de soutien institutionnel
Quoi qu’il en soit, il était important de discuter du passé, mais il est important de repartir sur des bases claires et nouvelles. Il est
procédé à la constitution du bureau. La désignation des médecins se fait à la fois à travers leur volontariat, leur représentativité de
site et leur représentativité de discipline. Madame BREILH fait remarquer que la présence d’un pharmacien est souhaitable, c’est dans
ces conditions qu’un bureau exécutif sera constitué par :
Madame BREILH
Docteur SMITH
L. PETIT
I. BOURDEL-MARCHASSON
T. LAMIREAU
H. GIN
COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE PLENIERE DE RECONSTITUTION DU CLAN du 13/11/2008 (page 2)
Suite
3 cadres diététiques supérieurs, représentant chacun un site, font partie du bureau exécutif, ainsi que 3 cadres de santé qui seront désignés
par Monsieur DURAND. Madame BLED représente la Direction de la DAEE et Monsieur DURAND coordonnateur général des soins est
membre du bureau exécutif (parfois il enverra son représentant). Ce bureau se réunira une fois par mois et la date fixée est celle d’un jeudi
chaque mois, de préférence le 1er jeudi, les dates seront fixées au fur et à mesure.
Est ensuite discuté avec la plénière des missions pour les mois à venir. Les missions suivantes sont retenues :
Dénutrition (dans l’esprit de la démarche d’accréditation)
Education thérapeutique (dans l’esprit d’un cahier des charges de l’éducation en nutrition destinée à la totalité de l’institution,
aussi bien sur les pratiques éducationnelles de patients hospitalisés que sur les pratiques de patients ambulatoires)
Le logiciel diététique avec objectif le projet d’informatisation des repas
Une harmonisation des protocoles essentiellement autour de celui sur la préparation à la coloscopie
Le CLAN devra présenter ses travaux une fois par an devant la CME, le bureau viendra discuter deux fois par an avec l’assemblée plénière ;
-la date de la prochaine assemblée plénière est fixée au 11/06/2009 à 17 h dans une salle de la Direction Générale.
- La 1ère réunion du bureau du CLAN est fixée au 04/12/2008 à 17 h dans une salle de la Direction Générale.
La séance est levée à 19 h.
Liste des présents et excusés ci-après.
COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE PLENIERE DE RECONSTITUTION DU CLAN du 13/11/2008 (page 3)
Membres du CLAN - Assemblée plénière du 13/11/2008
(23 présents - 17 excusés)
NOM
BARON Michel Directeur du Groupe Sud
BAUDINET Martine
Cadre Sup Gérontologie
BELY Hélène
Diététicienne
BERNARD Christine
Aide-soignante
BERNARD Gilda Cadre de santé
BLED Laurence Ingénieur en restauration
BOURDEL-MARCHASSON Isabelle
Médecin
BREILH Dominique
Pharmacien
BROUT Françoise
Aide-soignante
CONDRO Sylvie IDE au Groupe Sud
CONSTANS Joël Médecin
COUFFINHAL Thierry
Médecin
DANIEL-LAMAZIERE Dominique Cadre Supérieur de Santé Diététicienne
DELCASSO-VIGUIER Cécile
Directeur des
Services Economiques
DUPUIS Véronique
Médecin
DURAND Luc
Coordonnateur général des soins
FOUCHET Christiane
Cadre de Santé
FRANCO Catherine
Ingénieur Qualité
GIN Henri
Médecin
GOSSE Philippe Médecin
GRIGAUT Emmanuelle
Diététicienne
GUISSET Olivier Médecin
JUNQUA Jean-Louis
Responsable de la cuisine du GH
LACOMERE Renée-Paule
Cadre Supérieur de Santé Diététicienne
LAHARIE David Médecin
LAMIREAU Thierry
Médecin
LASSEUR Catherine
Médecin
MACHET Armelle Diététicienne
MAROT Dominique
Cadre Supérieur de Santé Diététicien
PALACIN Dominique
Responsable de la cuisine du GH
PERRO Gérard Médecin
PETIT Laurent Médecin
ROGUES Anne-Marie
Médecin
SMITH Denis
Médecin
STOLTZ-PAUILLAC Martine
Cadre Supérieur de Santé
TESNIERE Corinne
Directeur des Services Economiques
THOMAS Thierry Directeur des Services Economiques
VERGNES Rolande
Cadre de santé
VIDAL Stéphanie Ff Cadre diététique
WINNOCK Stéphane
Médecin
retour
Site
SUD
SUD
SA
SA
PEL
DG
SUD
SUD
SUD
SUD
SA
SUD
SUD
PEL
SUD
DG
SA
DG
SUD
SA
PEL
SA
PEL
SA
SUD
PEL
PEL
SUD
PEL
SA
PEL
PEL
PEL
SA
SUD
SUD
SA
PEL
PEL
SA
Présents
x
x
x
Excusés
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
RELEVE DES INGESTA POUR EVALUATION CALORIQUE
ALIMENTATION MOULINEE/MOULINE MIXEE/MIXEE
Suite
DATE :
MIDI
SOIR
MIDI
SOIR
MIDI
SOIR
MIDI
SOIR
MIDI
SOIR
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
A JEUN
Potage
0 ¼ ½ ¾1
PAIN de mie
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
Mixé
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
Viande ou éq.
moul +/-tx
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
Lég. verts
moul
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
Féculents
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
Fromage
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
Laitage sucré
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
Laitage s/sucre
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
Fruit cru/cuit
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
Compote
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
0 ¼ ½ ¾1
Autres
Prod.
Diététique
Le citer
CALCUL
CALORIES
JOUNALIER
PROTIDES
RELEVE DES INGESTA POUR EVALUATION CALORIQUE
ALIMENTATION MOULINEE/MOULINE MIXEE/MIXEE
retour
DATE :
PETIT DEJ.
Café, thé,
choco
A JEUN
Dose
Lait
0 ¼ ½ 1 de bol
0 ¼ ½ 1 de bol
0 ¼ ½ 1 de bol
0 ¼ ½ 1 de bol
0 ¼ ½ 1 de bol
0 ¼ ½ 1 2
0 ¼ ½ 1 2
0 ¼ ½ 1 2
0 ¼ ½ 1 2
0 ¼ ½ 1 2
Compote
0¼ ½ ¾ 1
0¼ ½ ¾ 1
0¼ ½ ¾ 1
0¼ ½ ¾ 1
0¼ ½ ¾ 1
Laitage…
s/sucre
0¼ ½ ¾ 1
0¼ ½ ¾ 1
0¼ ½ ¾ 1
0¼ ½ ¾ 1
0¼ ½ ¾ 1
Laitage… sucré
0¼ ½ ¾ 1
0¼ ½ ¾ 1
0¼ ½ ¾ 1
0¼ ½ ¾ 1
0¼ ½ ¾ 1
Sucre (10 g)
Biscottes
Nb sachet
Nombre
Pain de mie
Beurre (15 g)
Nombre
Confiture (30
g)
Nombre
Fruit ou jus de
f
Nombre
Prod.
diététique
A préciser
Autres
A Préciser
COLLATION
10 H
COLLATION
16 H
COLLATION
22 H
Signature
Téléchargement