- enseignement Catholique

advertisement
HPT
Formation scientifique
UAA6
AUTEURS : Pascale Papleux, Brigitte Janssens
Fiche d’activité 5
Recherche d’éléments communs
au niveau des membres antérieurs de quelques vertébrés
Enoncé de l’activité
Après avoir observé le document 1 ci-dessous :
a) l’élève identifie les principales différences qui existent entre les différents membres antérieurs
des vertébrés représentés ;
b) l’élève identifie les principales ressemblances entre les différents membres représentés ;
c) l’élève imagine et réalise un schéma (ou une maquette) qui représente le membre antérieur
de l’ancêtre des différents vertébrés représentés dans le document.
Mêmes questions pour le document 2
Document 1. Extrémité du membre antérieur de quelques vertébrés
Main de l’Homme
Main du chimpanzé
Patte antérieure de la
taupe
Patte antérieure
d’un gecko
1
Document1
Document 2. Anatomie du membre antérieur de quelques vertébrés
Notes pour le professeur
L’observation des photographies du document 1 met en évidence que, même si l’extrémité d’un
membre antérieur peut présenter des formes différentes, on retrouve un attribut commun, à savoir les
cinq doigts.
L’observation et la comparaison de certains caractères sont essentielles pour pouvoir établir une
relation de parenté. La comparaison de l’anatomie des quatre membres représentés dans le
document 2 montre un certain nombre de différences entre eux, en particulier la taille et la forme des
os. Cependant, ces os sont disposés de la même manière, les uns par rapport aux autres. Tous ces
vertébrés possèdent un membre antérieur formé d'une épaule, d'un bras, d'un avant-bras, d'un
poignet et d'une « main » munie de doigts. Cette comparaison révèle donc un même plan
d'organisation.
Cette constatation est un fait scientifique qui permet de faire l’hypothèse qu’il existe un lien de parenté
entre ces quatre vertébrés.
Il apparaît donc logique de supposer l'existence, dans le passé, d'un ancêtre commun à ces différents
groupes.
2
Document1
Remarque : on peut aussi constater que la spécialisation du membre antérieur de certains vertébrés
(aille de la chauve-souris, aile de l’oiseau, nageoire du dauphin…) en rapport avec certaines fonctions
de locomotion (la nage, le vol) peut « masquer » les homologies et donc « masquer » la parenté entre
ces organismes.
Prolongements possibles
Les élèves réalisent d’autres activités au cours desquelles ils sont amenés à réaliser des
comparaisons (anatomiques, paléontologiques…) qui permettent de mettre en évidence des liens de
parenté entre les vivants. À nouveau, ils peuvent imaginer l’aspect que devait avoir leur ancêtre
commun.
Développements attendus principalement visés
Expliciter que l’évolution des êtres vivants n’est pas une croyance, mais un fait scientifique (C2).
Sur base d’un document analysé en classe, l’élève met en évidence que l’évolution est un fait
scientifiquement explicable.
Sur base d’un document, développer des arguments en faveur de l’évolution des êtres vivants (A2).
Sur base de documents divers (fossile, photos, schémas, …), l’élève énonce des arguments objectifs
(morphologiques, anatomiques ou paléontologiques) qui démontrent que la théorie de l’évolution est
un fait scientifique.
Bibliographie
Assistance scolaire personnalisée, Les membres antérieures des vertébrés tétrapodes,
http://www.assistancescolaire.com/enseignant/elementaire/ressources/base-documentaire-ensciences/les-membres-anterieurs-des-vertebres-tetrapodes-4shv0401 (page consultée le 16/09/2015)
3
Document1
Téléchargement