les isolants projetes ruaud industries

publicité
L’isolation projetée à base de laines minérales,
réponse aux exigences
de la Réglementation Thermique 2012
solution optimale pour les planchers bas
sur locaux non chauffés
Avril 2012
1
GPFM
10 rue du Débarcadère – 75017 Paris
Service de Presse : Cardinale - 116 rue de Charenton, 75012 Paris - tél 06 30 22 02 06
[email protected]
Groupement Professionnel
des Fabricants de Matériaux Isolants Projetés
L’isolation thermique, acoustique et la protection contre le feu constituent aujourd’hui dans
les bâtiments résidentiels et les Etablissements Recevant du Public des ouvrages aux
performances reconnues et parfaitement réglementés.
Appréhender la réglementation pour ces bâtiments n’est pas toujours chose simple. Chaque
chantier est un cas particulier et les entreprises ont, avec le maître d’ouvrage et le maître
d’œuvre, une grande responsabilité. Il convient donc à chaque fois de consulter ladite
réglementation pour s’assurer que les travaux prévus sont en phase avec cette dernière.
S’adresser à des fournisseurs compétents est un gage de sécurité, c’est la raison d’être du
Groupement des Fabricants de Matériaux d’isolation projetée, spécialisés dans cette
technique qui a fait ses preuves grâce à ses multi performances démontrées et à son excellent
rapport économique.
L’isolation à base de laines minérales.
Les laines minérales représentent aujourd’hui plus des 2/3 des matériaux d’isolation utilisés
en France. Les trois quarts de 16 millions de m³ de laine minérale vendus annuellement sont
utilisés pour le bâtiment, avec un marché de l’isolation thermique en forte augmentation. Les
qualités thermiques et acoustiques des laines minérales et leur excellent comportement au feu
(incombustibles et non conductrices de chaleur, elles n’alimentent pas le feu, ne propagent
pas les flammes et dégagent très peu de fumée en cas d'incendie) sont largement reconnues.
Elles répondent à travers une large gamme de performances aux différentes exigences
réglementaires en terme :
d’isolation thermique,
de propriétés acoustiques du fait de leur élasticité,
d’inertie chimique vis-à-vis des agents extérieurs comme l'eau, l'air, les bases et les
acides courants
 de protection passive contre l’incendie - marquage CE selon ETAG 018
 de stabilité dans le temps et de durabilité, inattaquables par les rongeurs et la vermine.



Elles servent à isoler les combles habitables ou perdus, les murs intérieurs et extérieurs, les
sols sous chapes, les planchers, les plafonds, les toitures, les terrasses, les tuyauteries et
chemins de câbles…
GPFM
10 rue du Débarcadère – 75017 Paris
Service de Presse : Cardinale - 116 rue de Charenton, 75012 Paris - tél 06 30 22 02 06
[email protected]
2
La France est le plus important utilisateur européen
de la technique d’isolation par projection
Les atouts majeurs des isolants projetés à base de laine minérale sont :
 leur capacité à répondre à un ensemble d’exigences réglementaires (thermiques,
acoustiques et feu)
 l’absence de discontinuité dans l’application du revêtement
 et l’adaptabilité aux différentes formes de supports.
Leurs domaines d’application :
La projection répond à une large gamme d'applications. Solution économique, elle permet de
cumuler plusieurs objectifs et d’offrir une finition de surface très soignée. Ses principales
utilisations sont :
- la protection thermique des dalles béton, des planchers collaborants,
- la protection incendie des structures en béton armé, des structures métalliques, des
structures bois
- la correction acoustique.
Pour la mise en œuvre par projection, le flocage est fabriqué sur place à l’épaisseur demandée.
En faisant varier la densité d’ensemble du produit, on obtient des caractéristiques mécaniques
adaptées à l’usage souhaité. La mise en oeuvre du produit est effectuée à l'aide de machines
de projection. La laine est projetée et simultanément humidifiée pour lui permettre de
constituer le matelas souhaité.
Les laines utilisées produites et transformées par les membres du GPFM sont en cours de
certification ACERMI et de marquage CE, ce qui atteste qu’elles intègrent un processus de
suivi et de contrôle régulier de leurs caractéristiques thermiques par un laboratoire
indépendant. Elles constituent des produits d'isolation sans amiante et conformes à la directive
97 / 69 / CE.
Le Groupement Professionnel
des Fabricants de Matériaux d’isolation projetée
Le GPFM réunit les principaux acteurs du marché :




Saint Gobain Eurocoustic
Eurisol
Promat
Ruaud Industries
GPFM
10 rue du Débarcadère – 75017 Paris
Service de Presse : Cardinale - 116 rue de Charenton, 75012 Paris - tél 06 30 22 02 06
[email protected]
3
Le GPFM a pour rôle de :
- promouvoir les techniques d’isolation thermique, de protection incendie, de correction
acoustique par projection de fibres minérales,
- définir les critères de performances basés sur un référentiel technique commun :
normes et standards,
- veiller à la qualité des matériaux de projection à base de laine minérale,
- œuvrer à la qualité des techniques de projection,
- représenter ses adhérents auprès des administrations et des organisations
professionnelles et techniques
- intervenir dans les travaux techniques d'élaboration des normes d'essai des produits de
projection.
Les questions de développement durable et de recyclage sont également au cœur des
préoccupations pour le développement de systèmes intégrant des matériaux recyclables.
Les entreprises, membres du GPFM
Les membres du GPFM s’engagent à fournir des produits de qualité, clairement identifiés,
conformes aux normes françaises ou européennes, répondant aux exigences des textes
réglementaires. Ces produits s'inscrivent dans une démarche de certification, avec traçabilité,
suivi de fabrication sous autocontrôles, assujettis à des inspections annuelles faites par des
organismes notifiés extérieurs à l'entreprise.
Ces entreprises s’engagent également à communiquer des informations précises, conformes
aux textes normatifs, sur les performances, possibilités et limites d'emploi des produits
proposés, à fournir des documentations techniques et des procès-verbaux d'essais en cours de
validité, conformes aux spécifications françaises ou européennes, de façon à informer les
prescripteurs, les contrôleurs techniques, les maîtres d'ouvrage ou maîtres d'œuvre, ainsi que
les entreprises, sur les conditions précises d'emploi des produits et de leurs mises en oeuvre
conformément aux règles de l'art, des procès-verbaux et des DTU. Elles disposent de
spécialistes ayant la compétence nécessaire pour répondre aux questions des différents
intervenants de l'acte de construire et apportent une assistance technique pour les calculs ou
études.
SAINT-GOBAIN EUROCOUSTIC
Eurocoustic est depuis de nombreuses années le leader européen sur le marché des
laines minérales. L’entreprise en exploite les remarquables qualités naturelles. De laitier
ou de basalte, les laines sont incombustibles, imputrescibles, chimiquement inertes,
mécaniquement résistantes et exemptes de toute substance nocive. Elles ont passé avec
succès les tests dictés par la directive Européenne 97/69/CE.
GPFM
10 rue du Débarcadère – 75017 Paris
Service de Presse : Cardinale - 116 rue de Charenton, 75012 Paris - tél 06 30 22 02 06
[email protected]
4
La fabrication des laines suit un process très précis : les minéraux sont rigoureusement
sélectionnés et proportionnés avant d'êtres fondus et mélangés de façon homogène à
près de 1600°C ; la matière en fusion est fibrée selon des réglages particuliers pour
obtenir les caractéristiques souhaitées. La laine pour la projection CoatWool est une
laine de laitier de couleur blanche. Elle est obtenue par fusion à près de 1500°C d'un
mélange de gravier et de laitier rigoureusement sélectionné provenant des hauts
fourneaux auquel s'ajoutent des agents fondants et divers oxydes, le traitement de
surface finalise l'opération.
Les différents contrôles effectués tout au long de la production de CoatWool assurent
une excellente stabilité de la qualité. Conditionnée en balles de l'ordre de 300 kg,
CoatWool est, avant son utilisation en projection, préparée par des
transformateurs qui par ajout d'adjuvants et de liants finalisent le produit. Chaque
transformateur dispose de sa propre gamme de produits de projection, ainsi que
des procès verbaux attestant des performances du produit et de ses applications.
Les performances des produits proposés sont ainsi parfaitement conformes aux cahiers
des charges.
EURISOL fabricant de matériaux d'isolation acoustique et thermique
L’entreprise industrielle est spécialisée dans la fabrication de matériaux isolants
applicables par projection. Elle est implantée à Senlis, en zone industrielle sur deux
hectares ; elle regroupe 10 000 m² de zones de fabrication, d'entreposage, de locaux
techniques et de bureaux.
Forte d'un savoir-faire de 35 ans d'expérience, Eurisol a récemment investi dans des
équipements de production entièrement automatisés; ceux-ci correspondent aux
standards requis pour les exigences de qualité, de contrôle et de traçabilité, conformes
aux nouvelles normes européennes et à la certification des produits.
Eurisol dispose de son propre service R & D, d'un laboratoire interne, d'une salle régulée
pour la mesure des performances thermiques, d'une station feu étalonnée et d'un espace
projection équipé de machines à projeter les produits à base de laine minérale et de
produit pâteux.
LES SYSTEMES PROJETES DE PROMAT
La division Systèmes Projetés, issue de la fusion avec les sociétés Cafco et Projiso et
intégrée au sein de Promat France en avril 2008, propose une large gamme de produits
destinés à la protection passive incendie, à la correction acoustique, à l’isolation
thermique et au contrôle de condensation, avec des revêtements et des enduits spéciaux
pour le bâtiment, l’industrie, la marine et les travaux publics (ouvrages souterrains).
Les revêtements et enduits projetés sont fabriqués principalement en France à
Montluçon.
Le service technique Promat apporte son soutien en termes d'acquisition des différentes
méthodes de pose, de respect des règles et réglementations en vigueur (DTU). En
réponse aux exigences réglementaires du marché européen, la gamme de produits
projetés Promaspray est dotée du marquage obligatoire CE. Précurseur en la matière,
Promat possède pour la plupart de ces produits, des procès-verbaux de résistance au feu
européens, en conformité avec l'obligation de fournir des procès-verbaux européens.
GPFM
10 rue du Débarcadère – 75017 Paris
Service de Presse : Cardinale - 116 rue de Charenton, 75012 Paris - tél 06 30 22 02 06
[email protected]
5
LES ISOLANTS PROJETES RUAUD INDUSTRIES
La société Ruaud Industries est spécialisée dans la fabrication de matériaux d'isolation à
base de fibres minérales applicables par projection.
Elle est implantée en région parisienne (Val de Marne) depuis plus de 30 ans.
La gamme Protec répond à tous les besoins en terme d'isolation thermique, de protection
incendie et de correction acoustique.
Les performances des produits de la gamme sont validées par les laboratoires agréés
(CSTB, LNE) selon les normes européennes en vigueur.
Ruaud Industries dispose de tous les moyens permettant d'assurer une qualité optimale
et constante (unité de production automatisée, laboratoire équipé, salle de tests).
Ruaud Industries propose une assistance technique pour les conseils de mise en oeuvre
et les points de réglementation.
GPFM
10 rue du Débarcadère – 75017 Paris
Service de Presse : Cardinale - 116 rue de Charenton, 75012 Paris - tél 06 30 22 02 06
[email protected]
6
RT 2012
Exigences de l’amélioration des performances thermiques de l’enveloppe
L’isolation par projection de laine de laitier,
la solution optimale pour les planchers bas sur locaux non chauffés
Pour répondre aux objectifs fixés par le Grenelle Environnement de diviser par 4 les émissions
de gaz à effet de serre d’ici 2050, la Réglementation Thermique 2012 entre bientôt en vigueur.
Son principe est d’améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments dès leur conception afin
que les bâtiments neufs de demain aient de très faibles besoins en énergie.
Les nouvelles exigences de la RT 2012
La réglementation thermique 2012 s’articule toujours autour de cinq usages énergétiques :
chauffage, climatisation, production d’eau chaude sanitaire, éclairage et auxiliaires (ventilation,
pompes…). Elle renforce les économies en termes de consommation énergétique, exigeant que
toutes les constructions neuves présentent une consommation d’énergie primaire (après
transformation et transport) inférieure à 50 kWh/m²/an contre 150 kWh/m²/an environ avec la
RT2005. Le seuil de consommation énergétique maximal Cmax sera de 50 kWh/m²/an avec
des modulations selon le type de bâtiment, sa surface et sa zone géographique.
En supprimant les valeurs de référence et les garde-fous de la RT2005 au profit de 3 exigences
de résultats – besoin bioclimatique, consommation énergétique et température intérieure -, elle
offre une plus grande liberté pour la conception des bâtiments et permet d’optimiser
pour chacun d’entre eux l’isolation de l’enveloppe ainsi que les performances des
équipements.
La Réglementation Thermique 2012 repose sur trois coefficients, qui seront calculés grâce aux
coeurs de calculs informatiques développés par le CSTB et financés par les pouvoirs publics :
le Besoin Bioclimatique (BBio), la Consommation (C) et la Température intérieure de consigne
(Tic). Le nouvel indicateur - BBio max -, obligatoirement fourni au moment du dépôt du
Permis de Construire, permettra de valoriser la conception bioclimatique et de qualifier la
bonne conception du projet en vue d’une performance durable du bâtiment. En fin de travaux
des bâtiments résidentiels, un test d’étanchéité à l’air sera effectué pour contrôler les
performances annoncées.
L’efficacité énergétique minimale du bâti pour le chauffage, le refroidissement et l’éclairage
artificiel intègrera au travers du coefficient BBio les caractéristiques d’isolation thermique de
l’enveloppe. Cela constituera une exigence globale qui nécessite de définir la combinaison
optimale des performances thermiques de l’ensemble des composants de l’enveloppe : les
sols, les murs, les fenêtres, les portes et la toiture… afin de pouvoir annoncer l’efficacité
énergétique du bâtiment dès sa conception.
Dans ce contexte, le traitement des ponts thermiques et de l’étanchéité à l’air devient une
exigence primordiale, mettant l’accent sur l’importance de repenser l’approche constructive
pour une meilleure performance énergétique de l’enveloppe du bâti.
GPFM
10 rue du Débarcadère – 75017 Paris
Service de Presse : Cardinale - 116 rue de Charenton, 75012 Paris - tél 06 30 22 02 06
[email protected]
7
Quel que soit le mode de chauffage choisi, atteindre le niveau de 50 KWh/m²/an – nécessaire
pour la demande du permis de construire - va demander d’augmenter l’isolation de
l’enveloppe des bâtiments, avec un impact sur toutes les étapes opératoires de la construction.
L’ensemble de la maîtrise d’œuvre - architecte, thermicien, bureau d’études, économiste… - et
les entreprises du gros œuvre et du second œuvre vont devoir concevoir ensemble des
bâtiments performants, durables et confortables. Il s’agira en particulier de bien identifier le
volume chauffé à isoler pour traiter tous les détails (certains étant jusqu’à présent
souvent négligés), à partir du calcul des déperditions thermiques de l’ensemble des
composants de l’enveloppe, effectué indépendamment de la zone climatique dans laquelle est
situé le bâtiment et de son système de chauffage.
L’isolation par projection de laine de laitier,
la solution optimale pour les planchers bas sur locaux non chauffés
L’étude menée par le CSTB à la demande du GPFM portant sur les performances
thermiques des différentes techniques d’isolation des planchers bas sur local non chauffé
(tels que parkings sous bâtiments de bureaux, commerces, logements…) avec poutres à
retombée répond aux enjeux de cette recherche d’efficacité énergétique. En effet, la
définition des besoins énergétiques s’appuie, entre autres, sur l’analyse des différentes
déperditions thermiques de l’enveloppe du bâti. Pour ce qui concerne ces planchers bas, les
performances des différentes techniques d’isolation n’avaient jamais été mises en évidence, et
surtout aucune valeur dans les règles TH-U ne caractérisait l’incidence des ponts
thermiques dus à la mise en oeuvre, les bureaux d’études s’appuyant sur des estimations
à partir d’informations fournies par les industriels.
Avec cette étude, le GPFM souhaitait calculer le niveau de performance des isolants projetés à
base de laine de laitier comparativement à l’isolation thermique par panneaux rapportés ou par
panneaux de fond de coffrage. Les performances de l’isolation thermique par laine de
laitier, en dehors des autres avantages de protection contre le feu, de confort, de facilité
de mise en oeuvre…, se révèlent au moins équivalentes à celle des panneaux rapportés
permettant des gains significatifs pour l’enveloppe des bâtiments, particulièrement quand
les constructions sont peu élevées.
Les coefficients de transmission thermique Uf des différentes techniques d’isolation thermique
de planchers bas constitués d’une dalle et de poutres en BA ont été comparés, prenant en
compte l’incidence des ponts thermiques.
GPFM
10 rue du Débarcadère – 75017 Paris
Service de Presse : Cardinale - 116 rue de Charenton, 75012 Paris - tél 06 30 22 02 06
[email protected]
8
Avantages de la technique d’isolation par projection de laine de laitier
pour les planchers bas
Le contexte de l’étude
Les cinq types de techniques d’isolation ont été étudiés avec trois variantes d’entraxes et de
dimensions de poutres.
Le plancher sur local non chauffé est constitué de poutres à retombées longitudinales et
transversales. A chaque intersection entre poutre transversale et longitudinale se trouve un
poteau. La dalle béton de 0,23 m d’épaisseur sur une surface de 50 X 20 m est isolée :
1. par laine de laitier projetée (λ=0,046 W/mK*, ép=138mm sur la dalle
(R=3m².K/W) avec isolation des poutres par 40mm de laine projetée,
(*) : Valable uniquement pour des produits de masse volumique comprise
entre 140 et 200 kg/m³.
2. par panneau rapporté fixé mécaniquement (fixations métalliques et
plastiques) selon les recommandations du fabricant (λ=0,038 W/mK,
ép=115mm, R=3m².K/W), sans isolation des poutres, avec la prise en
compte des ponts thermiques dus aux joints entre panneaux et fixations
métalliques,
3. par panneau rapporté fixé mécaniquement (caractéristiques indiquées cidessus) avec isolation des poutres par panneau rapporté,
4. par panneau rapporté fixé mécaniquement avec isolation des poutres
par 40 mm de laine de laitier,
5. par panneaux de fond de coffrage (λ=0,038 W/mK, ép=120mm,
R=3,15m².K/W), sans isolation des poutres, avec la prise en compte des
ponts thermiques dus aux joints entre panneaux.
L’étude montre que pour une résistance thermique équivalente de la couche d'isolant (3,00
m2.K/W), l'isolation par projection de laine minérale améliore le coefficient de transmission
thermique Up par rapport au panneau rapporté : Up = 0,29W/m2.K pour l'isolation projetée et
Up = 0,36W/m2.K pour le panneau rapporté.
GPFM
10 rue du Débarcadère – 75017 Paris
Service de Presse : Cardinale - 116 rue de Charenton, 75012 Paris - tél 06 30 22 02 06
[email protected]
9
Dans les études thermiques se rapportant au plancher bas, le coefficient de transmission
surfacique se réduit souvent à la partie courante de la dalle, les poutres étant négligées, ainsi
que les autres ponts thermiques induits par la mise en oeuvre des panneaux : fixations et joints
entre panneaux. L’étude menée par le CSTB a permis de constater dans le calcul du
coefficient Uf, l’importance des ponts thermiques induits par :
- les poutres
- le type de mise en œuvre (joints entre panneaux et mode d’accroche de
l’isolation).
 L’isolation des poutres optimise la performance thermique.
Même si les poutres ne représentent en général que 10 à 15 % de la surface du
plancher (faces latérales non prises en compte dans cette surface), leur isolation
contribue fortement à la diminution du coefficient de transmission thermique du
plancher (du simple au double dans certains cas). Une isolation des poutres, de faible
épaisseur (par exemple par projection) permet de diminuer grandement les ponts
thermiques par rapport à des poutres nues. Cependant, cette amélioration n’est pas
proportionnelle à l’épaisseur de l’isolant : la mise en place d’un isolant de forte
épaisseur (par exemple panneaux) n’augmentera pas les performances thermiques de
manière significative.
L’isolation thermique des poutres réalisée par projection de faible épaisseur est moins
onéreuse et permet une mise en œuvre rapide et aisée contrairement à l’isolation par
panneaux d’épaisseur plus importante.
 La mise en œuvre induit des ponts thermiques significativement plus élevés avec la
technique d’isolation par panneaux.
L’incidence des ponts thermiques par la mise en œuvre est particulièrement significative dans
la technique d’isolation par panneaux rapportés ou de fond de coffrage : la pose de panneaux
engendre une augmentation du coefficient de transmission thermique du plancher (Uf) due aux
fixations (15% pour les fixations métalliques) et une augmentation de 3% du Uf due aux joints
entre les panneaux.
La technique de projection limite les ponts thermiques et évite tout percement dans la
dalle. Cette méthode est particulièrement adaptée dans les configurations de dalles avec
passage des réseaux ou de dalles précontraintes.
On constate ainsi que la laine minérale mise en œuvre par projection apporte des
performances thermiques supérieures à celles des panneaux (rapportés ou de fond de
coffrage), malgré leur conductivité thermique plus faible et, ce avec des coûts souvent
inférieurs.
Remarque.
Cette étude a été réalisée en prenant pour la laine de laitier la valeur tabulée de conductivité
thermique de la RT2005 (valeur par défaut pénalisante : 0,046W/m.K*, en l’absence de
validation ACERMI des propriétés thermiques de la laine de laitier. Cette validation est
10
GPFM
10 rue du Débarcadère – 75017 Paris
Service de Presse : Cardinale - 116 rue de Charenton, 75012 Paris - tél 06 30 22 02 06
[email protected]
aujourd’hui en cours d’instruction, conséquence de la conduite systématique du contrôle de
production et de la qualité des produits menée par le GPFM.
(*) : Valable uniquement pour des produits de masse volumique comprise entre 140 et 200
kg/m³.
Intérêt pour les thermiciens de disposer des valeurs des ponts thermiques
pour une plus grande exactitude des résultats annoncés.
L’étude menée par le CSTB permet d’apporter aux bureaux d’études thermiques l’assurance
des valeurs des ponts thermiques induits par la mise en œuvre des techniques d’isolation de
planchers bas qui ne figurent pas dans les règles Th-U. La RT2012 exige en effet que la
réalisation de l’étude de faisabilité d’approvisionnement en énergies et que la prise en compte
de la réglementation thermique (avec le coefficient d’efficacité énergétique BBio) soient
attestées par le maître d’ouvrage au moment du dépôt de la demande de permis de construire.
Cette attestation est suivie à l’achèvement des travaux par une attestation que le maître
d’oeuvre a bien pris en compte les différents éléments déclarés. La vérification du résultat se
fait avec la méthode de calcul Th-BCE 2012. Elle permet de rentrer l’ensemble des données
bioclimatiques du projet, prenant en compte les systèmes les plus courants du marché. La
méthode de calcul est ensuite traduite dans des logiciels réglementaires (validés par
l'administration). Ces logiciels permettent de renseigner les données du projet et de savoir s’il
respecte la Réglementation Thermique. Ces logiciels ne sont pas des logiciels d’aide à la
conception, mais simplement de vérification.
11
GPFM
10 rue du Débarcadère – 75017 Paris
Service de Presse : Cardinale - 116 rue de Charenton, 75012 Paris - tél 06 30 22 02 06
[email protected]
Téléchargement
Explore flashcards