1 - La zone euro n`est pas une ZMO

publicité
QUEL BILAN DE L’INTEGRATION DE L’UNION
EUROPEENNE AUJOURD’HUI ?
Introduction
. L’Europe ne se réduit pas à l’Union européenne (Ukraine, Russie, etc). Sur
le plan institutionnel, il existe des institutions différentes de celles de l’Union
européenne (Conseil de l’Europe, Cour européenne des Droits de l’Homme,
etc).
. La CEE, issue du traité de Rome de 1957 est une tentative d’intégration
économique régionale, limitée au départ à six pays (Benelux, Italie, France et
RFA) et destinée à approfondir au maximum ce processus. A ce propos,
plusieurs degrés d’intégration économique existent et ont été définis par B.
Balassa. Mais le cheminement européen n’est pas fait de progrès linéaires.
L’ampleur de la divergence économique intra-européenne est aujourd’hui un fait
majeur.
. Comment définir l’expérience intégratrice européenne des origines à nos
jours ? Il apparaît que l’UE se caractérise par une intégration commerciale
progressivement soumise aux règles de la mondialisation (I) complétée plus
récemment par une intégration monétaire inachevée et génératrice de gains
asymétriques (II).
-
I - Une intégration commerciale
mondialisée
dominée aujourd’hui par l’économie
A - Un marché unique aux effets ambivalents
Il concerne les biens industriels, agricoles et les services
1 - Des gains pour les consommateurs de l’UE mais des risques pour
les salariés des pays socialement avancés
+. Créations de trafic > détournements de trafic, exploitation
d’économies d’échelle, échanges intra-branches, IDE croissants dans un grand
marché
+. Modification du cadre réglementaire  baisse des prix,
augmentation des choix de consommation, hausse du niveau de vie moyen dans
l’UE, etc
-. Intégration économique  Hausse de la divergence économique
(thèse de Krugman) versus Intégration économique  hausse de la convergence
économique (thèse de Frenkel et Rose). La thèse de Krugman apparaît plus
pertinente.
-. Excès de concurrence fiscale et sociale intra-européenne (mais ce
risque est parfois endigué : de la directive Bolkestein à la directive service
révisée)
2 - Des politiques d’accompagnement partiellement cohérentes
. Exemple de la politique de la concurrence  des points positifs
(lutte contre les pratiques concertées) mais aussi des inefficiences de cette
politique (en matière de fusions de firmes et déréglementation des monopoles
de services publics marchands)
.Les effets non désirés de la libre circulation des facteurs (les effets
pervers des paradis fiscaux, le contournement des accords de Schengen 
trafics illicites).
Un marché commun globalement favorable aux individus consommateurs
B - Des insuffisances significatives dans la régulation de la contrainte
extérieure
La protection limitée des marchés communautaires
1 - Une protection tarifaire fréquemment annulée par la
surévaluation de l’euro
2 - Des instruments complémentaires relativement peu efficaces
contre la concurrence déloyale
Politique anti-dumping européenne basée sur la règle du moindre droit,
par exemple.
Un marché européen progressivement sans préférence régionale
II - Une intégration monétaire inachevée, génératrice de gains asymétriques
A - Une intégration monétaire progressive
Des expériences successives en progrès mais ne permettant qu’une convergence
nominale des économies
1 - Du serpent monétaire au SME
Un SME relativement plus performant à ce jour que l’expérience de l’euro
2
2 - Le choix d’une monnaie unique
. Une zone monétaire peu convergente en termes de structures
productives et insuffisamment convergente en termes nominaux (respect des
critères monétaristes de Maastricht)
B - Une zone euro caractérisée par des chocs asymétriques
significatifs
Une divergence économique avec des pays à déficits jumeaux structurels
(politiques de rigueur justifiées en Europe, notamment dans la zone euro)
1 - La zone euro n’est pas une ZMO
. Peu de flexibilité factorielle, relatif respect des critères de P. Kenen, Mc
Kinnon, non-respect du critère de Johnson d’intégration fiscale, etc
.Existence de chocs asymétriques sévères, sans solution centralisée
européenne (exemple de la Finlande)
2 - Une ardente obligation d’un fédéralisme fort versus un retour
de second best aux monnaies nationales
Un maximum de politiques communes dont celles relatives au système
productif
ou
Retour à la monnaie nationale avec plan de sortie de crise (politique de
défaut sur la dette contractée auprès de créanciers privés, contrôle des
mouvements de biens et de facteurs, politique de reconquête du marché
intérieur, renégociation des accords commerciaux avec les pays de la zone
d’échanges naturelle et les pays tiers, législation spécifique en direction des
IDE, recomposition européenne. Coût : régression du secteur financier
domestique avec perte d’emplois induite, impossibilité de recourir à des
emprunts privés internationaux, etc)
La crise de la zone euro n’est pas résorbée (P. Artus, févier 2013  7 causes à
la persistance de cette crise)
Conclusion
3
.Un constat : une Union européenne intégrée juridiquement mais
progressivement désintégrée économiquement (en particulier dans la zone euro);
.Pour les élargissements futurs (objectif non prioritaire de l’UE et qui ne
doit pas se substituer au nécessaire approfondissement de l’intégration,
réalisable via des « coopérations renforcées » sur le modèle de la taxe Tobin)
 recours au réceptacle de l’EEE plutôt qu’à celui de l’UE.
. Election de la Commission européenne au suffrage universel direct parce
que l’UE a un besoin impératif de procédures plus directement démocratiques ?
. Agir dans la zone euro pour une politique centralisée des systèmes
productifs et une politique induite d’aménagement équilibré des territoires
(scénario toutefois peu probable…).
§§§
4
Téléchargement
Explore flashcards