Le clonage par scission embryonnaire est une technique de

publicité
Le clonage
Réalité ou science-fiction ?
Gibert Pierre et Mouton Théo
Le clonage
Clonage humain :
Il existe deux types de clonage humain, chacune distincte par un mode de
production différent : Le clonage par scission embryonnaire et par transfert de
noyau.
-Par scission embryonnaire :
Le clonage par scission embryonnaire est une technique de clonage relativement
bien maitrisée aujourd’hui. Ce type de clonage permet une imitation naturelle
d’une production de jumeaux. Mais elle permet d’obtenir un maximum de deux
clones d’un embryon dont on ne connait pas les caractéristiques. Celle-ci se fait
uniquement au stade blastocyste, au stade où les cellules de l'embryon viennent
juste de commencer à se différencier en deux types biens différents l'un de l'autre.
En effet, un type donnera le placenta et l’autre type donnera le fœtus. Ensuite, le
blastocyste est coupé en deux en répartissant également les deux types
cellulaires, grâce à cela, nous obtenons des jumeaux.
Par transfert de noyau
Comme pour la technique précédente, le clonage par transfert de noyau nécessite
une fécondation in vitro. En effet, le scientifique, dans un premier temps, prélève
une cellule de l’embryon. De plus, il prélève ovocyte chez une mère porteuse.
Ensuite, le noyau de la cellule embryonnaire est prélevé et l’ovocyte de la mère
donneuse est vidé de son noyau. L’embryon continue son développement pour
accroitre le nombre de cellule qui le constitue. L’embryon d’origine et l’embryon
obtenu par électrofusion sont accueillis dans les utérus de mères porteuses. Les
deux nouveaux nés sont encore une fois génétiquement identiques. Cette
technique peut être réalisée avec davantage de noyaux et d’ovocytes pour donner
naissance a davantage de clones (de 8 a 32 si la technique est maitrisée). Ainsi
cette technique est potentiellement plus intéressante que la précédente.
Introduction du TPE :
Le clonage est, même si on peut souvent l’ignorer, une technique employée depuis
fort longtemps. Si nous regardons les choses avec un peu plus d’attention, on se rend
compte que le clonage a toujours existé autour de nous comme un mode de reproduction
parmi tous ceux à la disposition des êtres vivants et, utilisé naturellement par les animaux,
végétaux, bactéries. Le clonage est aussi très utilisé par les plantes : on l’appelle la
multiplication végétative. Il a fait son apparition pour la première fois en 1903 grâce au
botaniste H.J.Webber.
Le clonage est un mode de reproduction permettant la copie d’une cellule ou d’un
individu, son clone, à partir de son ADN. Sauf erreur ou mutation, le clone est
génétiquement identique à l’individu cloné (il aura le même ADN, il sera physiquement
semblable mais il n'aura pas la même histoire, le même passé, le même environnement et
ne sera pas donc pas le "même individu"). Le clonage humain consiste en la création d'un
être humain à partir de la totalité du matériel génétique d'un humain déjà conçu. Cette
technique est très improbable et on en vient à se demander si elle réelle ou irréelle.
Il existe également une autre sorte de clonage, thérapeutique cette fois. Celui-ci est
utilisé à des fins médicales, afin de soigner un malade. Nous ne nous attarderons donc pas
sur ce type de clonage car il fréquemment utilisé dans le monde médical, et par
conséquent bien réel.
Nous verrons dans un premier temps l’évolution du clonage puis nous verrons
comment il est possible de cloner des végétaux et des animaux à travers l’exemple du tout
premier animal cloné et ensuite du premier mammifère. Nous verrons également s’il est
possible de reproduire une espèce disparue, puis si le clonage d’un humain est
techniquement réalisable. La question centrale sera donc de savoir si le clonage est une
réalité ou une science-fiction.
CONCLUSION :
Nous pouvons donc dire que le clonage végétal et animal existe bel et bien, mais le clonage humain
n’a pas encore été réalisé. Il y a plusieurs causes à cela :
Il existe des taux de réussite variés selon l’espèce animale.
Espèce animale
Mouton
Souris
Rat
Bovin
Chat
Lapin
Singe
Cheval
Chèvre
Taux de réussite (naissance/embryon
cloné)
0.4 %
0.8 %
2.3 %
6.0 %
0.5 %
0.3 %
0.0 %
0.1 %
3.5 %
D’après le tableau on peut voir que les chances de clonage animal sont très minces. Par exemple, le
taux de réussite de naissance par embryon cloné pour le mouton n’est que de 0.4%. En ce qui
concerne le cheval, ce taux avoisine les 0.1%. A l’inverse la race bovine possède le plus fort taux de
réussite mais possède seulement une chance de 6%, qui plus est, nous ne sommes jamais parvenus à
cloner un singe malgré de nombreuses tentatives.
Il serait donc dangereux de tenter un clonage humain en tenant compte de ces taux faméliques.
De plus, du point de vue éthique, il serait inconcevable d’utiliser le clone de façon abusive. Prenons
l’exemple d’un excellent footballeur, il ne serait pas raisonnable d’essayer de le cloner de façon à
acquérir un autre bon footballeur. De plus, il n'est pas sûr que le clone ainsi reproduit engendre à
nouveau une star du football.
Au niveau du statut social, le clonage reproductif humain remet en cause les notions-même de
famille, d’hérédité, de paternité et de maternité, de reproduction sexuée etc… En effet, un clone ne
pourrait être considéré ni comme le fils, ni comme le frère de ce donneur, ni comme le donneur luimême. Cela mènerait à un véritable bouleversement de la hiérarchie familiale.
Le clonage pourrait être utilisé dans un but commercial. Le coût des expériences, de « l'achat »
d'ovocytes, de la « location » de mères porteuses entraînerait un prix très élevé. Le clonage et ses
applications ne seraient donc qu’à la portée des plus riches, et on peut redouter que cette
« discrimination positive par la génétique » puisse entraîner la division de la société en deux
catégories d'hommes.
Beaucoup considèrent que l’on ne peut pas faire courir à un clone humain le risque de naître
malformé ou de présenter des troubles immunitaires. Il est également inimaginable de devoir
euthanasier un humain cloné comme on l’a fait pour Dolly alors qu'elle n'avait que 6 ans.
Il est donc improbable qu’il y ait un clone humain sur Terre d’ici au moins quelques années. Pourtant la
recherche scientifique se poursuit pour essayer d’obtenir de plus grandes chances de réussite. Mais
prochainement la barrière ne sera pas technique. La barrière, s’il y a barrière, sera une barrière morale.
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

Créer des cartes mémoire