Un interface Nord-Sud : l`espace méditerranéen. INTRODUCTION L

publicité
Un interface Nord-Sud : l'espace méditerranéen.
INTRODUCTION
L'espace méditerranéen relie 3 continents : l'Europe, l'Asie et l'Afrique autour s'une mer intérieur reliée à
l'Atlantique par le détroit de Gibraltar, à la mer Adriatique par le détroit d'Otrante et à la mer Noire par les
détroits des Dardanelles et du Bosphore. Cette région a une forte unité physique au niveau du relief, des
paysages et des climats. Un relief où se côtoient la mer et la montagne, un climat marqué par un été chaud
et sec, une végétation dans laquelle domine le blé, la vigne, le pin et l'olivier et une faune domestique
dominée par les bovins et les caprins. C'est aussi un espace fragile puisque situé au contact de 3 plaques
tectoniques avec des séismes et des éruptions volcaniques récurrentes. Les conditions de vie des habitants
sont très variées.
1. UN ESPACE DE CLIVAGE ET DE CONTACTS
1.1 Les écarts de développement
Cet espace méditerranéen s'organise autour d'un centre qui est membre de la Triade (membres de l'UE) et
des périphéries plus ou moins bien intégrées. Parmi ces périphéries on trouve des nouveaux pays ateliers,
intégrés dans le commerce méditerranéen (Maroc, Tunisie, Turquie, Israël). On y trouve également des pays
de la rente pétrolière (Algérie, Lybie) et enfin des pays en développement qui s'en sortent plus ou moins bien
(Égypte, Syrie). Par contre, il n'y a pas de PMA.
Les pays de la rive Nord sont des démocraties libérales et parlementaires, les pays des Balkans essaient de
le devenir alors qu'au Sud et à l'Est on ne trouve que des régimes autoritaires à l'exception d'Israël. Même si
suite au Printemps Arabe il est impossible de savoir si ces régimes tiendront. Cette région accueille aussi un
conflit majeur : le conflit israélo-palestinien.
Les différences de développement se voient pas des différences d'IDH très grandes sur de très courtes
distances (Israël / bande de Gaza, Italie / Croatie). L'extension récente de l'UE prouve que les pays de la
rive Nord sont en pleine phase de développement. Il existe aussi un clivage Est/Ouest. Jusqu'aujourd'hui les
Conflits étaient situés à l'Est, le Printemps Arabe les a rapporté vers le Sud.
Le milieu naturel est dégradé depuis très longtemps. La forêt méditerranéenne a été détruite à l'Antiquité.
La concentration de la population sur les littoraux provoque une désertification des milieux intérieurs, c'est le
retour de la friche et manque de surveillance. La sécheresse est, elle, accentuée par l'agriculture moderne.
Enfin, les mers et océans sont pollués.
Au Nord les dégradations sont plus accentuées mais elles sont aussi mieux maîtrisées.
1.2 La mobilité des hommes
Il existe deux courants migratoires:
- Les migrations Sud  Nord (majeur). Ces migrations de longue durée (voire définitives) sont à motif
économique et politique. Elles sont suffisamment anciennes pour avoir abouti à l'implantation de
communautés issues des pays du Sud dans les pays du Nord. Ces communautés génèrent des
transferts financiers vers le Sud qui sont plus importants que les subventions de gouvernements.
Les fonds ainsi transmis ont en plus l'avantage de ne pas être élagués par la corruption. Les pays
de la côte Nord paient les pays de la côte Sud pour qu'ils maîtrisent leur émigration.
-
un courant Nord  Sud (mineur) principalement pour le loisir. Ces migrations sont temporaires. Le
bassin méditerranéen est la 1e destination touristique au monde et le 2e lieu de croisière. Les
touristes qui vont dans les pays du Sud sont en majorité originaires de pays de la rive Nord. Ce
tourisme est pour le Sud une ressource vitale. Le tourisme du Nord génère cependant plus d'argent
que celui du Sud.
1.3 Les échanges économiques, financiers et culturels
1
Les pays du bassin méditerranéen on une longue culture de commerce. Il a été le centre économique du
monde occidental jusqu'à la découverte de l'Amérique. En 1959 le canal de Suez a été percé. Il est
maintenant trop étroit pour le commerce international qui se fait avec de gigantesques porte-conteneurs.
Les pays du Sud manquent d'arrière pays ce qui empêche le commerce de se développer à grande échelle.
Ceci explique que l'espace méditerranéen représente seulement 30% du trafic mondial, la majorité des
transferts se font par les ports de Barcelone, Marseille et Gène.
Les échanges commerciaux s'inscrivent dans la logique Nord/Sud. Les pays du Nord vendent des
équipements de haute technologie, des produits manufacturés aux pays du Sud.
Le commerce d'armes est aussi très présent dans l'espace méditerranéen. Les pays du Sud vendent des
produits à faible valeur ajoutée, des produits agricoles ou de l'industrie textile. Ces produits rapportent peu.
L'Algérie et la Lybie exportent des hydrocarbures et ont donc des revenus supérieurs à ceux de leurs
voisins.
Les flux financiers se font essentiellement grâce au tourisme. L’Algérie cependant n’a jamais voulu
développer le tourisme pour ne pas abimer ses paysages et aussi pour ne pas devenir dépendant du monde
occidental.
Les autres flux financiers se font des communautés immigrées dans les pays du nord vers le Sud. Ce sont
des échanges financiers de masse très importants.
Les échanges culturels sont liés à la présence de communautés immigrées dans les pays du Nord, mais
aussi à l’histoire. Le passé colonial a étendu la langue des colonisateurs vers le sud méditerranéen. Cela
explique la présence du français en Algérie, Maroc et Tunisie.
En méditerranée orientale il y a la présence de l’anglais. Les communautés immigrées favorisent les
échanges Sud/Nord. Ces échanges culturels se font dans les deux sens.
Le rôle de la TV par satellite est très important. On constate que les conflits Nord/Sud ont diminué ou en tout
cas ils ont changé.
Les nouveaux types de conflits sont des conflits de population, qui ne sont pas forcément des conflits entre
pays. Ce qui provoque l’émigration des populations du Sud vers le Nord. C'est leur façon d'échapper aux
conflits. En Europe ces nouveaux flux remettent en question l'espace Schengen
Les conflits d’Etat ne sont plus des conflits de territoire mais des conflits au nom des Droits de l'homme et du
citoyen. Ce n’est plus une question de territoire mais une question de ressources (Turquie contre Syrie/Irak
pour un problème de répartition de l’eau). Mais aussi pour le pétrole comme par exemple avec Kadhafi en
Lybie.
2. DES SOCIÉTÉS ET DES TERRITOIRES DIVISÉS
2.1 La Turquie, entre Europe et Asie
La Turquie est un état eurasiatique de 780 000km 2, 71 millions d'habitants et seulement 4% de son territoire
sont en Europe ont Istanbul (la capitale économique). La Turquie présent les caractères démographiques
d'un pays du Sud avec un population jeune, (25% de la population à -15ans), dynamique
démographiquement avec un taux d'accroissement naturel supérieur à 1%. Mais malgré tout, la natalité
recule à mesure que le pays accomplit sa transition démographique. Les familles turques ont environ 3
enfants. C'est un pays en voie d'urbanisation, 65% de la population turque est urbaine, et l'exode rural se
poursuit depuis le centre de l'Asie mineure (Anatolie) et la population turque est de plus en plus mobile
(migrations internes et externes). La Turquie est un pays d'émigration vers les pays européens et surtout
l'Allemagne.
La Turquie a profité de la Guerre Froide car les États-Unis en ont fait un allié privilégié, qui l'ont incluse dans
le plan Marshall en raison de sa position stratégique qui contrôle les détroits qui ferment la mer Noire. Les
États-Unis ont fait pression pour que l'Europe accepte la Turquie dans l'UE ainsi que pour la réconciliation
entre Grèce et Turquie1. La Turquie devra cependant, pour rentrer dans l'UE, respecter les minorités.
1
Présence de minorités arméniennes, et grecques en Turquie. Les arméniens ont été génocidés et les grecs sont
expulsés au 19e, ce qui lance le conflit Grèce/Turquie. Aujourd'hui il reste le problème du peuple Kurde qui veut son
2
La Turquie depuis une vingtaine d'années est en train de devenir une puissance régionale émergente, c'est
un peut le "Mexique européen". Le développement de la Turquie est fondé sur le libre échange et l'économie
de marché. La Turquie a adopté dans les années 1990 un modèle libéral, ouvert aux investissements
étrangers. Ses exportations sont dirigées vers le marché européen. La Turquie bien qu'elle ne soit pas
membre de l'UE a tout de même des accords spécifiques d'échange avec des pays de l'UE.
La Turquie est une économie très dynamique qui a un taux de croissance de plus de 9% de PIB par an
(similaire à la Chine). L'économie turque est très active dans les 3secteurs. Elle reste tournée vers
l'agriculture, modernisée, qui s'exporte. Elle a également une industrie active et qui emploie : l'industrie
textile, l'industrie sidérurgique, et l'industrie chimique. La Turquie est l'un des très rares pays du Sud de la
méditerranée à avoir une industrie d'assemblage.
La Turquie a un secteur tertiaire extrêmement important, en particulier avec le tourisme. Un tourisme bon
marché le long de la côte Egée.
Depuis une vingtaine d'année, la Turquie accumule les excédants financiers et l'état turc a donc les moyens
de mener à bien de grands projets :
- en Anatolie un grand système de barrages avec le barrage Attatürk le plus grand des 22 ! Il
permettra de retenir les eaux du Tigre. Ce projet est source de conflits avec les Irakiens et les
Syriens qui se trouvent lésés.
- le contournement du Bosphore par un grand canal dans la partie européenne de Turquie et reliera
la mer Noire à la mer de Marmara. Ce projet a pour but de réduire le trafic, et la pollution à Istanbul
et dynamiser le commerce avec le pays de la région.
La Turquie présente le cas extrêmement rare s'un gouvernement islamiste pacifique. Ce gouvernement se
qualifie de démocrate musulman. Ils ont fait voter des lois qui assouplissent la laïcité. Le port du voile est
autorisé. Et tout en demandant à rentrer dans l'UE ils investissent en Asie et dans le monde arabe. Ils
cherchent à soutenir les palestiniens de façon à réconcilier les Turcs et les Arabes.
L'opinion politique de la Turquie et encore divisée. D'un côté les laïcs tournés vers l'Europe, et de l'autre les
musulmans tournés vers le monde arabe.
Un autre problème est celui de Chypre, où les Turcs ont créé une 'république turque de chypre' reconnue
par personne.
2.2 Les deux Italies
L'Italie est réunifiée mais elle reste quand même très divisée dynamiquement parlant. L'Italie du Nord est
très active et riche alors que le Sud est pauvre. Il existe un parti séparatiste en Italie du Nord qui réclame
l'indépendance de tout le Nord du pays. Le Sud subi une immigration très forte due à sa proximité avec les
pays du Maghreb, politiquement instables. L'accueil des immigrants est couteux et mal vu par les membres
de l'espace Schengen.
Le Nord bénéficie d'un tourisme riche (proche de la côte d'azur) et jouit d'un domaine skiable attractif (Jeux
Olympiques de 2006). De plus les villes de la moitié nord sont de haut lieux de culture (Rome, Florence,
Milan…). Mais aussi de grands lieux de passage : pèlerinage au Vatican ou voyage de Noces à Venise.
Le Sud et bien plus aux mains de la mafia : comme à Naples où se pose le problème des ordures, devenue
invivable, la ville est boudée des touristes.
L'Italie est donc divisée et souffre d'une grande différence de développement et d'intégration dans l'espace
européen entre sa partie Nord et sa partie Sud.
indépendance et un état à lui. Il a créé au 20 e le PKK (parti des travailleurs Kurdes) qui a longtemps mené des attaques
terroristes contre les Turcs. La répression a été extrêmement violente en Anatolie.
3
Téléchargement
Random flashcards
Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

TEST

2 Cartes Enrico Valle

Créer des cartes mémoire