Par exemple, Palm Jumeirah (l`un des trois archipels artificiels)

advertisement
Sommaire
Introduction ................................................................. 2
I) Géographie, histoire et évolution
A] Dubaï géographiquement ....................................... 4
B] Son histoire ............................................................ 6
C] L'évolution géographique ...................................... 7
II) Economie
A] Les ressources de Dubaï ...................................... 11
B] Les limites économiques ...................................... 12
III) Aménagement du territoire
A] Les aménagements touristiques ........................... 13
B] Les projets fous .................................................... 14
C] Les problèmes de ces aménagements................... 20
Conclusion ................................................................. 22
Lexique ....................................................................... 23
1
Introduction
Avec ses buildings futuristes surgis du désert, ses îles artificielles en chantier,
ses complexes commerciaux toujours plus grands, ses hôtels de luxe dernier cri, ses
projets toujours plus fous les uns que les autres, Dubaï incarne à sa manière le nouveau
rêve arabe. Îlot de modernité au cœur de la péninsule arabique, carrefour entre l’Orient
et l’Occident, le deuxième plus grand émirat des Émirats arabes unis (EAU) joue la
carte de la démesure sur la scène touristique mondiale. Autrefois désert aride peuplé de
Bédouins et petit port de pêche réputé pour ses perles, l’émirat de Dubaï, aujourd’hui
en plein boom économique et immobilier, est devenu au tournant du XXIe siècle l’un
des pays les plus dynamiques de la planète. L’argent du pétrole coule ici à flots, à
l’origine d’un développement spectaculaire.
Dubaï concentre à elle seule plus de 15 % des constructions immobilières mondiales et
une grue sur six s’élèverait aujourd’hui dans le ciel dubaïote en service sur les cinq
continents. C’est la ville des superlatifs et des mille et une folies où tout semble
possible tant l’imagination des cheikhs est sans limites. Les architectes, les décorateurs
et les entrepreneurs du monde entier s’en donnent à cœur joie. Station de ski en plein
désert, restaurants à perte de vue, tour la plus haute du monde, îles artificielles en
forme de planète, hôtel sous-marin immergé au large des côtes…
En chantier permanent, débordante d’énergie, Dubaï semble ne devoir jamais s’arrêter.
2
Nous pouvons alors nous demander si :
Dubaï dépasse-il les limites de l’aménagement de son territoire ?
Pour répondre à cette question, nous allons étudier en détail cet émirat.
Dans un premier temps, nous verrons Dubaï dans sa généralité, c'est-à-dire sa
géographie, son histoire, et son évolution au cours du temps.
Ensuite, dans un second temps, nous parlerons de l’économie de Dubaï.
Et enfin pour conclure, nous allons voir les aménagements du territoires et leurs
problèmes d’aménagements.
3
I) Géographie, histoire et évolution
A] Dubaï géographiquement
Dubaï est sur le long de la côte du golfe Persique. Le territoire a environ 1,2
millions d’habitants pour 3885 km². Mais il y a seulement 192 000 nationaux, soit 16
% de la population. Il est le deuxième Emirats en termes de population. Les
travailleurs immigrés représentent 65% de la population, ils proviennent surtout d’Inde
et du Pakistan.
4
Le climat de Dubaï est subtropical aride (désertique). Hiver comme été, le ciel
reste constamment bleu. La moyenne de température est de 30 degrés, le mois le plus
froid est le mois de janvier où la température est de 12 à 25°C et les mois d’été, les
températures peuvent montées jusqu’à 50°C avec un taux d’humidité élevé. Les
précipitations sont faibles, voire rare durant l’année.
La religion majoritaire est l’islam, principalement sunnite. Mais les autres
communautés sont aussi représentées, comme les communautés chrétiennes, hindoues
et sikhes. Des églises catholiques, orthodoxes et des temples protestants peuvent être
construits depuis 2001. La religion musulmane est la seule reconnue par l’émirat mais
la liberté de culte est assurée.
La langue officielle de l’émirat est l’arabe, mais pour communiquer dans les
affaires, l’anglais, le persan, l’hindî et d’autres langages sont utilisés.
Un émirat est dirigé par un émir, ici il se nomme Mohammad ben Rached AlMaktoum. Il est aussi premier ministre des Emirats Arabes Unis ( EAU).
Le droit civil et pénal est régi par la tradition musulmane.
5
B] Son histoire
La première mention de la ville de Dubaï remonte à 1799. Une communauté de
pêcheurs, notamment de perles, s'installe alors à l'emplacement actuel du port de
Dubaï. Connus sous le nom de « Côte des Pirates », Dubaï et les émirats voisins
signent un traité de paix Maritime le 8 janvier 1820 avec le Royaume-Uni. Alors
dépendante d'Abou Dabi, la ville et l'émirat de Dubaï sont fondés en 1833 .Une rivalité
s'instaure alors entre les émirats de Dubaï et d'Abou Dabi.
En 1835, Dubaï et les autres États de la Côte des Pirates signèrent une trêve maritime
avec le Royaume-Uni et une « Trêve maritime perpétuelle » en 1853, ce qui fit
rebaptiser la région « États de la Trêve ». En 1892, Dubaï se place sous la protection
du Royaume-Uni par un accord d'exclusivité ce qui chasse l'influence ottomane de la
région. Le protectorat est un temps rattaché au Raj britannique avant d'en être séparé.
Contrairement à leurs voisins, les dirigeants de Dubaï encouragèrent le commerce et
de nombreux marchands étrangers, venant principalement d'Inde, s'installèrent dans la
ville, qui resta principalement connue pour ses exportations de perles jusque dans les
années 1930.
Après la dévaluation de la roupie du Golfe en 1966, Dubaï se joint au Qatar pour
établir une nouvelle unité monétaire, le riyal de Qatar et Dubaï. Du pétrole est
découvert dans le golfe Persique à 120 kilomètres de la côte, suite à quoi l'émirat
attribue des concessions pétrolières.
Avec cinq autres émirats, Dubaï accède à l'indépendance avec la création des Émirats
arabes unis le 2 décembre 1971. Ils seront rejoints l'année suivante par l'émirat de Ras
el Khaïmah et en 1973 la fédération adopte le dirham des Émirats arabes unis comme
monnaie commune. Officieusement, le poste de vice-président est réservé à l'émir de
Dubaï qui est élu au sein du Conseil suprême composé des sept émirs de la fédération.
Depuis quelques années et avec la prise de conscience de la part du gouvernement de
l'extrême dépendance de l'économie des émirats vis-à-vis des énergies fossiles, Dubaï
reconvertit son économie vers les nouvelles technologies et le commerce mais surtout
vers le tourisme, principalement de luxe, à coup de grands travaux et de projets
démesurés. En 2006, le pétrole représentait moins de 10% du PIB : il comptait pour
30% en 2003 et 45% à la fin des années 1980.
6
C] L’évolution géographique
Dubaï était autrefois un désert. On peut maintenant voir que la région a
beaucoup changée en grande partie à cause de l’urbanisation : le désert à presque
disparue pour laisser place à des buildings (hauts immeubles). Un pont a été aménagé
au sud pour faciliter des déplacements entre les deux rives, juste au dessus de ce pont,
on peut aussi voir un port aménagé mais aussi des petits ports aménagé tout au long de
la rive. Mais pour faciliter les déplacements à Dubaï, des axes de communication sont
mis en place, routes, autoroutes (route à plusieurs voies qu’on observe sur les images),
et l’un des avantages de ce cours d’eau aussi, la voie navale est un axe de
communication.
L’émirat devient un chantier gigantesque, accueillant des touristes du monde
entier qu’il faut loger. Dubaï est une « ville champignon » où règnent la décadence et
la démesure. Le temps où Dubaï n’était qu’une oasis est terminé. Cet émirat s’affirme
dorénavant comme une métropole importante au niveau mondial.
7
8
9
10
II) ECONOMIE
A] Les ressources de Dubaï
Jusque dans les années 1950, l'économie de Dubaï était basée sur le commerce
et notamment l'exportation des perles. Avec la découverte et l'exploitation du pétrole et
du gaz naturel au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Dubaï bénéficie de la
rente de l'or noir et abandonne quasiment tout autre activité.
Avec la récente baisse des exportations de pétrole et de gaz naturel et l'épuisement des
réserves prévu d'ici quelques décennies, Dubaï se lance dans une diversification de son
économie en faveur des nouvelles technologies, du commerce et du tourisme de luxe.
Ainsi, l'émirat prévoit de devenir le premier centre mondial du tourisme de luxe et un
des premiers pays touristiques du monde d'ici quelques années. Déjà, l'exportation du
pétrole ne représente plus que 5% du PIB de l'émirat, le reste étant assuré par les
rentrées fiscales des entreprises et, de plus en plus, le tourisme.
Ce virage est accompagné d'une politique de grands travaux afin de créer les
infrastructures d'accueil (aéroports, hôtels, palaces, etc.), de transport (autoroutes,
métro, etc) et de loisir (parcs d'attractions à thème et aquatiques, centre
commerciaux…) pour les futurs visiteurs. Dubaï ne cesse d’innover afin d’attirer de
plus en plus de touristes qui cherchent des « activités » qui sortent de l’ordinaire des
grandes métropoles touristiques mondiales. Ainsi l’aéroport international de Dubaï sert
de plateforme de correspondance à la compagnie Emirates qui amène de plus en plus
de touristes qui font des escales. Le kérosène et la facturation de l’atterrissage coute
10% moins cher qu’ailleurs.
11
B] Les limites économiques
Dubaï dépend du reste du monde car son économie est basée sur le tourisme à
grande échelle. Si les touristes se font rares ils sont directement touchés.
En cas de crise comme en 2009 Dubaï est en grande difficulté, étant l’un des
principaux actionnaires de la bourse de Londres, de la banque standard Dubaï a eu
beaucoup de mal a s’en sortir. La dette totale de Dubaï était estimée à 80 milliards de
dollars en 2008, dont 70 milliards de dollars à la charge des compagnies publiques.
Dubaï World accapare à lui seul 59 milliards de dollars de ce montant.
L’émirat voisin Abou Dhabi a accepté de verser 5 milliards de dollars en aide à Dubaï.
Dans quelques années Dubaï laissera de coté les iles artificielles et forêt de building
afin de miser sur son port d’échange qui est un des plus importants du monde et son
aéroport qui accueille le plus de voyageur par an.
12
III) Aménagement du territoire
A] Les aménagements touristiques
Comme nous venons de le voir, Dubaï vise le tourisme de luxe pour gagner de
l’argent. Mais l’émirat étant un désert, il n’est pas très attractif, hormis la mer rien ne
permet d’attirer des touristes dans cette zone un peu perdu du globe. Dubaï se décida
donc d’aménager des complexes touristiques pour attirer des touristes et pour pouvoir
vivre grâce à cela. Pour pouvoir faire face aux grandes villes touristiques mondiales
(Paris, new york, etc.), l’émirat devait se démarquer de ces villes en innovants pour ne
jamais laisser le touriste dans la routine quotidienne vécu dans les autres villes.
Le tourisme a commencé vers les années 2001, une fois leur réserve de pétrole presque
écoulé (l’émirat est une ville émergente).
Des centres commerciales immenses (que l’on appelle les malls) sont mis en place et
un vaste réseau d’hôtel dont certains très luxueux (le seul hôtel 7 étoiles du monde : le
Burj al arab) :
13
B] Les projets fous
Dubaï est la ville de tout les rêves et projets les plus fous. Ils veulent avoir des
monuments introuvables autre part qu’ici. Et l’émirat a pour objectif de devenir la 8ème
merveille du monde. Pour le devenir, il faut vraiment faire de belles choses et Dubaï a
investie dans certains de ces projets et le dernier projet fini est le Burj Dubaï qui a été
inauguré le 4 Janvier 2010. Ce qui caractérise cette tour, ce sont ces 818 mètres de
haut. Mais dubaï veut peut être même aller plus haut, ils ont pour projet une tour de
plus d’un kilomètre de haut. L’émirat est donc la ville de la démesure et s’impose ainsi
comme un nouveau pôle international.
Burj Dubaï :
Dubaï arrive à faire parler de lui avec ces projets. Enormément d’autres projets sont à
l’étude ou en travaux.
Voici quelques uns de ces projets fous :
14
Un gratte-ciel pivotant à 360 degrés
Changer de vue à n'importe quel moment de la journée, ce sera bientôt possible
avec le premier gratte-ciel pivotant à 360°. Les étages, accrochés à un bloc central,
pivoteront par simple commande vocale. Un tour complet prendra entre une et trois
heures. Dessiné par l'architecte David Fischer, la tour haute de 420 m sera construite à
Dubaï d'ici 2010.
15
Un métro de 74,5 kilomètres
C'est le plus grand métro du monde actuellement en construction. Les deux
lignes, Red et Green Lines, totaliseront 74,5 km de rails et 44 stations, dont 34 en
surface (ici sur l'image) toutes dessinées par le cabinet Atkins. La ligne rouge doit
ouvrir en 2009 et la ligne verte en 2010. Deux autres lignes, Purple et Blue lines, sont
en projet.
16
Des canaux comme à Venise
Veneto est le quartier inspiré de Venise avec des canaux et des embarcadères
pour chacune des 1400 villas et immeubles. Les voies navigables sont bordées
d'espaces verts et de chemins de promenade. 14 000 personnes y habiteront. La
première phase de développement sera terminée fin 2009.
17
Une cité des sports
Dubaï Sports City est la ville dédiée au monde du sport, actuellement en
construction à l'intérieur de Dubailand, parc de loisirs géant. Sur 50 000 m² se
trouveront : des terrains de sports, des stades dont un de 60 000 places, des académies
de sports dont celle de l'équipe de football de Manchester United et un parcours de
golf baptisé The Dunes. La cité doit être terminée en 2010.
18
Faire du ski à Dubaï, c'est possible
Le complexe de loisirs Ski Dubaï est un bâtiment de 400 mètres de long qui
abrite 5 pistes de ski, un snow-park, des télésièges et des attractions comme une
caverne de glace. Il permet de goûter aux joies de la neige en plein désert. Il est en
service depuis 2005.
19
C] Les problèmes de ces aménagements
Dubaï fait seulement 3885 km² de superficie, pour exemple, pour faire la
superficie de l’Etat Français, il faudrait 174 fois la ville de Dubaï. L’émirat a peu
d’espace pour aménager. La zone est désertique, ce qui ne facilite pas le travail
d’aménagement.
L’un des problèmes de ces aménagements est donc l’espace. Dubaï en manque
cruellement, surtout que seul le littoral de l’émirat est utilisé, plus on s’enfonce dans
les terres, plus on retrouve le désert. Pour remédier à ces problèmes, Dubaï doit faire
construire d’énormes îles artificielles (Les japonais ont déjà utilisés cette méthode
pour remédier aux problèmes d’espace).
Par exemple, Palm Jumeirah (l’un des trois archipels artificiels) :
20
Si seulement, il n’y avait qu’un problème d’espace dans cet émirat. Il y a aussi
le problème de la main d’œuvre, c’est bien d’avoir des projets inimaginables mais
après il faut des personnes pour les faires. La main d’œuvre vient essentiellement
d’Asie (Pakistan, Inde, Chine, etc.). Derrière l’image de luxe que propose Dubaï se
cache une réalité pour les ouvriers beaucoup moins luxueuse.
Ils sont sous payés et ils ont des conditions de vies épouvantables, un ouvriers sur
quatre se suicide à cause de ces « maltraitances » morale et physique vu leur travail
très exigeant. Dubaï n’a aucun respect de ces personnes, et la ville se cache derrière
son image de ville moderne et extraordinaire. Cette main d’œuvre maltraitée peut être
considérée comme de l’esclavage « moderne ». Après le travail, les ouvriers sont logés
dans des camps de travail, où ils habitent des chambres surpeuplées.
Les ouvriers n’ont pas les droits du travail tel que le droit à la grève et ils n’ont pas de
syndicat. Ils sont payés 200 euros par mois (5 fois moins que le SMIC en France), ce
qui est très peu surtout venant de la part d’investisseur énormément riche. Si on
n’oublie pas les oublies de payement car oui cela arrive que les ouvriers ne soit pas
payés pendant plusieurs mois.
21
Conclusion
Dubaï est une ville moderne à première vue, mais dans le fond elle n’est pas
moderne dans la traite des hommes et de la nature. Les limites de l’émirat sont son
espace qui est très restreint et difficile a exploité, ensuite l’homme est comme un
esclave, ils servent juste à fabriquer les monuments pour qu’ensuite les « patrons »
gagnent leur argent grâce au tourisme produit par ces bâtiments.
Construire une île artificielle provoque un changement de l’espace et aussi de la
pollution, ces îles ne sortent pas de l’eau par magie.
Dubaï est prêt à tout pour innover et rentabiliser leur énorme investissement en
oubliant avant toute chose que les ouvriers sont des êtres humains.
Maintenant, espérons que Dubaï atteigne ces objectifs et deviennent la référence au
niveau du tourisme mondial.
22
Lexique
Emirat : Etat gouverné par un émir.
Aménagement : L'aménagement du territoire désigne à la fois l'action d'une collectivité
sur son territoire, et le résultat de cette action.
PIB : Le produit intérieur brut est un indicateur économique très utilisé, qui mesure le
niveau de production d'un pays. Il est défini comme la valeur totale de la production interne
de biens et services dans un pays donné au cours d'une année donnée par les agents
résidant à l’intérieur du territoire national.
Métropole : Une métropole (du grec mêtêr, mère, et polis, ville) est une grande ville, à la
tête d'une aire urbaine importante. Une métropole concentre une grande population, ainsi
qu'un réseau urbain et une économie industrielle importante qui lui permet d'exercer des
fonctions stratégiques sur le plan international.
Economie : L’économie, ou l’activité économique est l'activité humaine qui consiste en la
production, la distribution, l'échange et la consommation de biens et services. Un des
principaux indicateurs économiques est le produit intérieur brut (PIB), qui permet des
comparaisons de puissance économique entre pays.
Littoral : Le littoral est la bande de terre ou la zone comprise entre une étendue maritime
et le continent.
23
Téléchargement