"Elle s`appelle Sabine" : Sandrine Bonnaire filme

advertisement
Questions à propos du film « Elle s’appelle Sabine »,
réalisé par S. Bonnaire
Décris en quelques lignes le comportement de Sabine.
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Comment sa différence est-elle perçue à l’école ? Quelles en sont les conséquences ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Jusqu’à quel âge reste-t-elle chez ses parents ? Durant cette période, que fait-elle ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Comment Sabine se comporte-t-elle avec le personnel soignant ? (ex : scène du dîner)
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Quel lien entretient-elle avec sa sœur ? Justifie ta réponse.
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Quel est le rêve de Sabine ? L’a-t-elle réalisé ? Avec qui ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Depuis quand s’enferme-t-elle à clef la nuit ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Quelles différences constates-tu entre Sabine avant son internement et Sabine après son internement ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
De quoi souffre Olivier ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
À partir de quel âge n’y a-t-il plus d’obligation de prise en charge ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
À quelle difficulté majeure les parents d’enfants handicapés doivent-ils faire face ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
De quel instrument de musique Sabine joue-t-elle ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
À quel moment l’état de Sabine se dégrade ? Avec qui commence-t-elle à être violente ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Combien d’années dure son internement ? Durant cette période, comment réagit-elle ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
En 2001, un centre en Charente pose enfin le diagnostic de Sabine. Quel est-il ? De quoi souffre-t-elle ?
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
Que contient la malle située dans la chambre ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Comment la psychologue définit-elle l’autisme ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Quelle est sa réaction à la vue d’une vidéo la filmant lors de son voyage en Amérique des années
auparavant ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Critique
"Elle s'appelle Sabine" : Sandrine Bonnaire filme sa sœur
autiste pour la sauver
LE MONDE | 29.01.08
D
e ce film intime et dérangeant, consacré par l'actrice Sandrine Bonnaire à sa sœur autiste,
il faut retenir l'idée de la beauté. Parce que la révélation de ce secret si longtemps scellé
explique sans doute quelque chose de la beauté de Sandrine Bonnaire, de la mélancolique et
sauvage gravité qui en fait le prix. Cette beauté, qui émane d'une certaine disposition morale,
explique à son tour celle de son film, la justesse et la délicatesse de son regard.
L'histoire est celle d'une jeune femme nommée Sabine, cadette d'un an de Sandrine, que
l'évolution de sa maladie et les faiblesses de sa prise en charge vont en l'espace de quelques
années transformer jusqu'à la rendre méconnaissable. Le film, qui se veut à la fois un portrait
sensible et un document dénonçant le manque de structures de soin spécialisées, fait de ce
contraste entre l'avant et l'après la mesure - d'une terrible efficacité - de son propos. Le
montage parallèle en est, par excellence, la figure de style.
Des images de Sabine avant son internement, prises en vidéo par Sandrine, témoignent ainsi
de la grande beauté, du pouvoir de séduction, de la joie de vivre et du réel talent de pianiste
d'une jeune femme qui n'est pas comme toutes les autres, mais qui parvient à vivre parmi les
siens. A l'inverse, les prises de vues au présent, réalisées après un internement de cinq années
dans un hôpital psychiatrique, révèlent une personne à ce point dégradée qu'on ne la reconnaît
qu'à peine, et qui semble devenue définitivement étrangère au monde et à elle-même.
VOYAGE AUX ETATS-UNIS
Ce perpétuel va-et-vient entre passé et présent, avec le choc réitéré qu'il déclenche à chaque
raccord, se suffit en quelque sorte à lui-même pour dresser un acte d'accusation contre
l'inadéquation de la prise en charge de l'autisme dans un cadre traditionnel. Mais le film de
Sandrine Bonnaire se veut moins une œuvre à charge qu'un témoignage sur ce qui peut, et plus
encore sur ce qui doit, être sauvé. C'est d'ailleurs, avec sa voix off qui en ponctue la narration,
ce qui rend son film si émouvant.
Tournées dans une institution spécialisée qui a accueilli Sabine depuis sa sortie de l'hôpital
psychiatrique, les scènes contemporaines du film veulent et réussissent à montrer à quel point,
à travers le filtre déformant de la maladie mentale, subsiste chez ceux qui en sont atteints
quelque chose qui les rattache de plein droit à l'humaine condition. L'attention portée aux
autres pensionnaires de l'institution, la relation entre les sœurs, et jusqu'à cette scène de très
haute intensité émotionnelle au cours de laquelle Sandrine montre à Sabine, qui s'y reconnaît,
les images de leur voyage commun aux Etats-Unis, tout cela relève, jusque dans la cruauté qui
nous frappe, d'une admirable leçon d'humanisme et de cinéma.
L'Autisme
L'autisme affecte l'ensemble du développement de l'enfant dans divers domaines (cognitif, sensoriel,
affectif...) ; il touche les secteurs de l'autonomie, de la socialisation et de la communication et concernerait,
en Belgique francophone, plus de 10.000 personnes. L'autisme se caractérise en outre par sa diversité (" Il y
a autant d'autismes que d'autistes ") et, en corollaire, par la difficulté d'établir un diagnostic précis et
systématique. L'autisme est un trouble grave du développement, mal connu tant du grand public que du
corps médical. Il en résulte que, d'une part, les parents confrontés au problème de l'autisme se retrouvent
assez démunis et que, d'autre part, de nombreux enfants souffrant d'autisme, à des degrés divers, ne
reçoivent que tardivement un diagnostique pertinent.
Présentation de l'autisme
L'autisme est un trouble global et précoce du développement (Trouble Envahissant du Développement ou
Pervasive Developmental Disorder selon les classifications internationales) apparaissant avant l'âge de 3
ans et qui se caractérise par une "triade" de symptômes affectant les domaines suivants :
interactions sociales
communication verbale et non verbale
imagination, comportements répétitifs et stéréotypés.
Ces différents symptômes sont toujours présents à des degrés d'intensité variable, selon la gravité du
trouble et l'âge de l'enfant.
Des troubles dans d'autres domaines sont également possibles : retard mental (75 à 80 % des cas),
réactions aux stimuli sensoriels, troubles du sommeil et de l'alimentation, troubles de l'humeur et de
l'attention...
Interactions sociales
Les personnes atteintes d'autisme présentent de grandes difficultés dans les relations sociales. Elles ont
souvent un comportement social très particulier et rarement adapté à la situation qu'elles rencontrent.
Les enfants avec autisme entreprennent rarement une démarche active pour entrer en contact avec autrui,
même s'ils acceptent les tentatives d'approche et semblent apprécier d'être mêlés aux activités d'autres
enfants ou adultes.
Communication verbale et non verbale
Les personnes avec autisme ont souvent une compréhension limitée du langage verbal. Même les
personnes qui apprennent à parler éprouvent souvent des problèmes particuliers de communication tels
que l'inversion des pronoms, l'impossibilité d'exprimer des souhaits, etc.
La communication non verbale est également altérée et se traduit par une mauvaise utilisation du contact
oculaire, des gestes et de l'intonation.
Imagination, comportements répétitifs et stéréotypés
Les personnes avec autisme présentent une déficience de l'imagination associée à des troubles de la
perception. Le manque d'aptitude à abstraire, à conceptualiser ou à dépasser la littéralité entraîne de
nombreux problèmes d'apprentissages sociaux et scolaires. Ainsi, certains enfants ne parviennent jamais au
stade du jeu symbolique. Il arrive cependant que des personnes avec autisme de "haut niveau" montrent
des aptitudes hors du commun dans des domaines particuliers (calcul, musique, mémoire,...).
Le comportement des personnes autistes est caractérisé par une restriction marquée du champ des
activités et des intérêts. Cela se traduit par des réactions de malaise face à des changements dans
l'environnement d'une part, par des comportements répétitifs et stéréotypés d'autre part.
Ces comportements présentent plusieurs variantes :
- mouvements anormaux et gestes bizarres : balancement d'avant en arrière, tournoiement du corps,
marche sur la pointe des pieds, battement des mains et des jambes, grimaces, grincement des dents,...
- routines dans le temps ou dans l'espace : par exemple, toujours suivre le même chemin pour aller à
l'école, au magasin,...
- passions pour certains sujets dans le cas des autistes de "haut niveau" (voitures, horaires de trains,
mouvement des planètes,...).
****
L'autisme affecte quatre fois plus les garçons que les filles mais ne connaît par contre pas de frontière
raciale, ethnique ou sociale. Le niveau de vie familial, le style de vie et le degré d'éducation n'affectent pas
les risques de contracter l'autisme.
Lacunes
Les autorités francophones de Belgique ont enfin reconnu l'autisme comme handicap spécifique en 2004. Il
reste cependant dans notre société des lacunes énormes: absence de diagnostic précoce, manque d'un
nombre suffisant d'écoles et de classes adaptées, accompagnement familial et prise en charge des
personnes autistes adultes, tant sur le plan de l'hébergement surveillé que sur le plan de l'insertion dans le
monde du travail ou de l'occupation. A l'heure actuelle, beaucoup de jeunes atteints d'autisme ne peuvent
point bénéficier d'une prise en charge éducative adaptée à leurs besoins et possibilités : cette absence de
prise en charge engendre, à terme, des handicaps supplémentaires qui affectent davantage l'évolution de
la personne à l'âge adulte. Des lacunes importantes existent aussi sur le plan de la formation des médecins,
des enseignants spécialisés, des éducateurs et du personnel paramédical.
Sources :
-
http://www2.ulg.ac.be/apepa/autisme/autisme.htm, consulté le 13/10/09
http://www.inforautisme.com/02quoi/definition.htm, consulté le 13/10/09
Elle s’appelle
Sabine
Un film de Sandrine Bonnaire
Festival de Cannes 2007
Quinzaine des Réalisateurs
Prix de la Critique
Internationale (Fipresci)
Festival du film
francophone de Namur 2007
Prix spécial du jury ; Prix du public
Meilleur documentaire
France, 2007, 85 minutes
Sortie 30 janvier 2008
Téléchargement