Télécharger le fichier - BP APT SXM 15-16

advertisement
Qu’est ce qu’un muscle agonistes et
antagonistes
Vous avez peut être déjà entendu parler des termes d'agoniste ou d'antagoniste. Derrière
cette appellation un peu barbare, se cache en fait un concept simple qu’il faut connaitre
pour maitriser les bases de la préparation physique. Ainsi, nous allons vous exposer
clairement chacun de ces deux principes.
Les muscles agonistes
Si vous recherchez dans le dictionnaire, vous verrez que le muscle agoniste est défini
comme « le muscle qui produit le mouvement considéré par opposition au muscle
antagoniste » (Le Petit Larousse).
Cette définition un peu simpliste ne vous aide peut être pas à comprendre mais certains
termes sont primordiaux.
Ainsi, il s’agit du muscle qui produit le mouvement considéré, c'est-à-dire que si vous
faites une flexion du coude, il s’agira du muscle fléchisseur : le biceps.
A l’inverse, si vous faites une extension du coude, le muscle agoniste sera le triceps.
Vous comprenez donc que le caractère agoniste n’est pas une propriété inhérente au
muscle. En effet, tous les muscles squelettiques peuvent être agonistes.
Tout dépend donc du rôle du muscle dans le mouvement : l’agoniste étant celui qui
produit le mouvement par sa contraction concentrique.
Les muscles antagonistes
Le terme d’antagoniste signifie une opposition. Le muscle antagoniste est donc l’opposé
au muscle agoniste, c'est-à-dire que c’est le muscle qui ne produit pas le mouvement
considéré.
Dans notre exemple de tout à l’heure, si le mouvement est une flexion du coude alors le
muscle antagoniste est le muscle opposé à la flexion, soit le muscle permettant
l’extension : le triceps. A l’inverse, si le mouvement est une extension du coude, le
muscle antagoniste sera le muscle fléchisseur : le biceps.
Tout comme pour le muscle agoniste, le caractère antagoniste n’est pas une propriété
propre au muscle mais dépend de la fonction du muscle dans la réalisation du
mouvement.
Quelques exemples
Afin de finaliser cette explication, nous allons donner quelques exemples pour des
mouvements de flexion et d'extension.
Mouvements
Agonistes
Antagonistes
Flexion du coude
Biceps brachial
Triceps brachial
Extension du coude
Triceps brachial
Biceps brachial
Flexion du genou
Ischio-jambiers, mollets
Quadriceps
Extension du genou
Quadriceps
Ischio-jambiers, mollets
Flexion de tronc
Abdominaux
Lombaires
Extension de tronc
Lombaires
Abdominaux
Voici d’autres mouvements plus complexes.
Mouvements
Agonistes
Répulsion des bras (pompes,
Pectoraux, triceps, deltoïde
développé couché)
antérieur
Tirage (rowing, poulie haute,
Dorsaux, trapèzes, biceps
poulie basse)
Flexion de jambes (type squat
avec barre sur le dos ou sur les
Quadriceps, fessiers
clavicules)
Antagonistes
Dorsaux, trapèzes, biceps,
deltoïde postérieur
Pectoraux, triceps
Ischio-jambiers, mollets
Les différentes fibres musculaires`
•Fibres de type I, lentes, oxydatives et résistantes à la fatigue
•Fibres de type IIa, rapides, oxydatives et résistantes à la fatigue
•Fibres de type IIb, rapides, glycolytiques et sensibles à la fatigue
Les modes de contractions musculaires
Les différents modes de contractions des muscles :
Concentrique
Excentrique
Isométrique
Plyométrique
Stato-dynamique
Auxotonique
Concentrique :
Principe
Les muscles se contractent en rapprochant leurs points d'insertion sur les os, les
points d'insertion sont les zones où le tendon musculaire vient se fixer sur la
partie osseuse de l'articulation..
Avantages
1. Augmentation de la force à 5 répétitions
2. Prise de volume musculaire à 10 répétitions avec augmentation de la taille
des fibres et du tissu conjonctif
3. Tonicité et endurance à 15 répétitions et coordination inter-musculaire
Excentrique
Principe
Le muscle se contracte, mais les insertions s'éloignent, elles s'excentrent.
Exemple
Course en descente: les muscles des membres inférieurs, en particulier les
quadriceps, résistent à la pesanteur en se contractant.
Avantages
1. tension supérieure de 30 % à l'isométrie;
2. sollicitation différente des fibres;
3. très efficace couplé avec le concentrique pour augmenter la masse
musculaire
Inconvénients
1. désadaptation importante
2. récupération longue et risque de fortes courbatures
3. charges lourdes.
Isométrique
Principe
Les muscles se contractent, les leviers ne bougent pas et les points
d'insertion sont fixes.
Exemple
Tous les exercices de gainage s'effectuent en contraction isométrique.
Avantages
1. facile à mettre en œuvre
2. travailler les positions difficiles
3. peu d'action sur la masse musculaire
4. pas d'action sur la vascularisation
5. développer 10 % de tension supplémentaire par rapport au
concentrique
6. activer les muscles de façon maximale grâce à la fatigue
Inconvénients
1. gain de force uniquement dans la position de travail
2. ne peut être utilisé longtemps
3. défavorable à la coordination
4. ne peut être utilisée seule
5. diminue la vitesse de contraction
pliometrique
Principe
Cycle étirement - raccourcissement: le muscle se contracte, dans un 1er
temps de façon excentrique puis se raccourcit et travaille en
concentrique.
Exemples
Saut en contrebas suivi d'un saut vertical: l'athlète s'amortit au sol
(phase excentrique) puis effectue une extension des jambes (phase
concentrique).
Avantages
La musculation en pliométrie permet de décupler la capacité à produire un
mouvement plus puissant sur une période très courte
Tous les avantages de la pliométrie:
1. action/facteurs nerveux
2. force développée supérieure au maximum concentrique
3. sollicite l'élasticité
4. intérêt à coupler avec les autres régimes
5. nécessite un placement correct
Téléchargement