Sujet : La citoyenneté dans le monde antique

advertisement
Alicia CHEVALIER Astrid MESSY Elisabeth MICHELIN
2°C
Sujet : La citoyenneté dans le monde antique
Dans cette analyse nous allons étudier les différentes citoyennetés dans le monde
antique. Tout d’abord nous allons étudier la citoyenneté Athénienne avec l’aide du
premier document et ensuite la citoyenneté romaine a l’aide du second document. Pour
finir nous allons les confronter.
I) Présentation des documents
Le document 1 est un document officiel prononcé par Aristote qui est un philosophe
et écrivain grec né en 384 et mort en 322 av J-C. Cet écrit est tiré de la constitution
d’Athènes et instaure les conditions pour être citoyen athénien.
Le document 2 est un discours écrit et prononcé par Aelius Aristide, né en 117 et
mort en 180 ap J-C. C’est un écrivain et orateur de l’époque Antonine il est ensuite
devenu citoyen romain sous l’empereur Hadrien. Aristide fait un éloge de cet Empire
pour l’anniversaire de la fondation de Rome, d’ou le titre « éloge de Rome ».
II) Confrontation des documents
La citoyenneté à Rome est très différente de celle d’Athènes. La démocratie athénienne
s’exerce sur un petit territoire et concerne un nombre illimité de citoyens, égaux devant
la loi, et dirigeant ensemble leur cité.
Entre le Ier et le IIIème siècle après J-C, Rome n’est pas une démocratie et la citoyenneté
n’est pas fondé sur le principe d’égalité entre les citoyens, mais est plutôt déterminé par
la naissance et la richesse. Ils vont progressivement étendre la citoyenneté romaine à
l’ensemble des hommes libres après les avoir romanisés, c’est à dire qu’ils les ont
convertis à culture et au mode de vie romain. Rome a imposé la Pax Romana, et le culte
impérial.
-Qui peut-être romain au début du Ier siècle ?
Pour être citoyen à Rome il faut être fils d’un citoyen romain et être un garçon. Celui-ci à
l’âge de 17 ans est recensé et est nommé par la Tria Nomina et reçois la toge virile. Cette
catégorie de citoyen par la naissance est minoritaire. Il existe d’autres moyens pour
obtenir cette citoyenneté :
-les esclaves affranchis peuvent avoir certains droits civiques limités comme devenir
magistrat, soldat, si leur ancien maitre est citoyen romain.
- Les étrangers qui ont servis plus de 24 ans dans la légion romaine peuvent obtenir le
droit de cité c’est-à-dire qu’ils bénéficient de tous les droits d’un citoyen romain.
- dans les cités de droit latin, les magistrats étrangers peuvent obtenir la citoyenneté à la
fin de leur charge.
Dans tous ces cas la citoyenneté est accordée par l’empereur. A Rome l’empereur aussi
appelé le princeps est le chef religieux (grand pontife), militaire et politique, il détient le
pouvoir judiciaire, législatif, et exécutif.
Caracalla veut augmenter le nombre de citoyens en accordant la citoyenneté aux
hommes libres.
La citoyenneté à Athènes est plus stricte et renfermée que l’Empire Romain.
Alicia CHEVALIER Astrid MESSY Elisabeth MICHELIN
2°C
En effet, dans la démocratie athénienne, le citoyen avait le droit de participer à la vie
politique de la cité. Cependant, en ce qui a trait à la cité d’Athènes, la population se
divisait en trois groupes distincts :les citoyens, les métèques et les esclaves.
Au Ve siècle av. J.C., il y avait 40 000 citoyens sur une population de 600 000 habitants.
Pour en faire partie, il y avait certaines conditions à remplir :
-Tout d’abord, il fallait être un homme. À Athènes jusqu’en 451, pour qu’un homme soit
réputé athénien il suffit que son père le soit. Cependant, après une réforme de Périclès, il
fallait que les deux parents soient Athéniens.
-Il fallait aussi que le père reconnaisse l’enfant. Cependant, naître citoyen ne suffit pas. --Vers l’âge de 18 ans, les jeunes devaient faire une éducation militaire de deux ans que
l’on appelait l’éphébie. Ce n’était seulement qu’après qu’il pouvait le devenir.
La femme dans cette société n’avait donc presque aucun droit.
Pour ce qui était des métèques, c’était des grecs étrangers qui résidaient à Athènes. Ils
étaient souvent des commerçants. Ils pouvaient devenir citoyens grâce à un vote de
l’ecclésia après avoir rendu service à la cité.
Les esclaves n’étaient que du bétail humain, ils n’étaient pas citoyens.
Chaque cités a sa divinité poliade, celle d’Athènes est Athéna.
Périclès a restreint le nombre de privilégiés a être citoyen athénien en accordant la
citoyenneté seulement aux fils ayant un père et une mère citoyens athéniens.
III) Comparaison des droits et des devoirs :
Droits
Devoirs
Athènes
- Les citoyens gouvernent
(Magistrats, Stratèges).
: Pouvoir exécutif
Les citoyens élaborent
(Boulé) et votent les lois
(Ecclésia).
: Pouvoir législatif
-Les citoyens rendent la
justice (Héliée).
: Pouvoir judiciaire
-Tous les citoyens ont les
mêmes droits.
-Les citoyens les plus
pauvres sont exemptés
d’impôts.
Rome
-Droit de vote
-Droit de propriété
-Peuvent être élus
-Droit de s’incorporer dans
la légion romaine
-Ils peuvent aussi avoir
accès au « cursus
honorum »
-Droit de porter les tria
nomina, signes distinctifs
du citoyen.
-droit de l’assistance d’un
tribun de la plèbe pour sa
défense ;
-tous les citoyens doivent
défendre la cité et faire
leur service militaire.
-tous les citoyens doivent
obéir aux lois et aux
institutions de la cité.
-louer la divinité poliade
(la déesse Athéna)
-ils doivent payer des
impôts sur les successions
-ils doivent ce faire
recenser
-ils doivent défendre
l’Empire soit en servant
dans les légions romaines
soit en les finançant
Alicia CHEVALIER Astrid MESSY Elisabeth MICHELIN
-les charges politiques ne
ne peuvent pas être
exercées2 fois par le même
citoyenneté certaines
charges demandent des
compétences particulières
2°C
-ils doivent aussi participer
aux cultes publics et en
particulier au culte
impérial.
- les plus riches doivent
mettre leur richesse au
service de la cité
IV) Conclusion :
Pour terminer, il y a beaucoup de ressemblances entre la démocratie athénienne et la
république romaine, ces ressemblances se situaient surtout au niveau des magistratures.
Cependant, il y avait des différences au niveau des assemblées et ont des droits et des
devoirs différents. Chez les Athéniens c’est le peuple qui dirige la cité alors que chez les
Romains c’est l’empereur qui dirige l’empire.
Téléchargement