Calcul de la valeur théorique

advertisement
Jeudi 3 juin 2010
Chloé BROUZES - Emeline BRUNET, groupe T6 binôme C
Université de Technologie de Compiègne
TP n°=2 : Oscilloscope à mémoire, décharge d’un condensateur
Objectif du TP :
Nous allons étudier des signaux transitoires et plus particulièrement calculer les
constantes de temps associées à chaque montage. Pour cela nous allons utiliser un
oscilloscope numérique afin de visualiser les signaux
Matériel utilisé
- oscilloscope numérique à mémoire TDS1000 : Δt = 1/25*sec/div et ΔV=1/25*volt/div
- bobine de 1H : ΔL/L = 1%
- une résistance variable de valeur maximale 100kΩ : ΔR/R =1.0%
- une résistance variable de valeur maximale 1kΩ : ΔR/R =0.5%
- une résistance variable de valeur maximale 100Ω : ΔR/R =0.5%
- un générateur de tension
- condensateur utilisé à C=0,02 µF : ΔC/C = 1.0%
Exercice de préparation :
() 0 −
() =
=
∗ 


=> ln(()) = ln() −


1
1
=> − ∗ (ln () − ln()) =


ln() − ln() =
1
∗ ( − )

Incertitude sur τ :
 ( − ) () +  ()
=
+
(  −  )

 − 
 
+
 ( + )

=
+ 
(  −  )

 − 
A.N :
=
1.38−0.00
= 1.99 
0.04
0.04
 0.02 + 0.02 (8.00) + (4.00)
=
+
= 5.06% =>  = ±0.10 
8.00

1.38
ln (4.00)
8−4
1
Jeudi 3 juin 2010
Chloé BROUZES - Emeline BRUNET, groupe T6 binôme C
Université de Technologie de Compiègne
2
1. Prise en main de l’oscilloscope
L’objectif de cette partie est de se familiariser avec le fonctionnement d’un oscilloscope,
de manière à savoir réaliser des mesures en réglant les différents paramètres d’affichage
de l’oscilloscope.
a) Observation d’un signal périodique :
On observe un signal fourni par l’oscilloscope lui-même. Ce signal est périodique, carré.
-
On mesure la période : à l’aide des curseurs, on mesure l’intervalle de temps
entre le début et la fin d’une période : T = 10.0 µs => f=1/T => f=100 kHz
1
Incertitude sur T :  = 2 ∗  = 2 ∗ (25 ∗ 5) = ± 0.4 µ
Incertitude sur f :
-


=



=>  =

∗ =
0.4
10.0
∗ 100 =>  = ±4
On mesure l’amplitude du signal : On observe qu’un signal a une hauteur de 2,50
divisions, or l’oscilloscope est réglé de manière à ce que 1 div  2.00 V. Donc
amplitude = 2.50 * 2.00 = 5.00 V.
1
Incertitude sur l’amplitude :  = (
25
∗


)=
1
25
∗ 2.00 =>  = ±0.08 
b) Etude du temps de montée
Lorsque qu’on passe à une vitesse de balayage de 1µs/div, on observe que le signal
délivré par l’oscilloscope n’est en réalité pas carré, mais qu’il augmente
progressivement. On cherche à connaître le temps de montée à 95 %, c'est-à-dire à
connaitre le temps que met le signal à atteindre 4.75 V. A l’aide des curseurs de tension
et des curseurs de temps, on trouve qu’il faut 0.920 µs à l’oscilloscope pour atteindre 95
% de sa valeur finale.
1 sec
1
Δt (95%) = 2 ∗ ( ∗
) = 2 ∗ ( ∗ 0.250) = ±0.020µs
25 div
25
Jeudi 3 juin 2010
Chloé BROUZES - Emeline BRUNET, groupe T6 binôme C
Université de Technologie de Compiègne
3
2. Observation de la décharge d’un condensateur dans une résistance – Mesure de la
constante de temps pour une décharge unique
Le but de la manipulation est d’enregistrer une décharge afin de vérifier la loi
exponentielle de décharge d’un condensateur et d’évaluer la constante de temps τ.
On règle donc l’oscilloscope selon les paramètres suivants :
Sensibilité = 1,00 V
Vitesse de balayage = 1,00 ms
Niveau de déclenchement = 4 V
Pente descendante - Mode normal
Pour la manipulation, nous avons choisi E = 8,2 V ; R = 100kΩ et C = 0,02 µF.
-
Nous allons calculer τ par une première méthode graphique : à l’aide des
curseurs, nous avons relever sur l’oscilloscope la tension et le temps
correspondant à 6 points de la courbe.
On a la relation suivante :
() =
() 0 −
=
∗ 


=> ln(()) = ln() −


1
1
=> − ∗ (ln () − ln()) =


ln() − ln() =
1
∗ ( − )

Donc on trace ln(U) en fonction de t afin d’obtenir une droite dont le coefficient
directeur est proportionnel à τ. La droite est d’équation ln() =  + ln(), avec
α=1/τ, le coefficient directeur.
Nous avons les valeurs de tension et de temps suivantes pour tracer la courbe :
Temps (ms)
0
1
2
3
4
5
Tension U (V)
8,16
4,8
2,84
1,64
0,84
0,52
Ln(U) (sans unité)
2,09
1,57
1,04
0,49
-0,17
-0,65
4
Jeudi 3 juin 2010
Chloé BROUZES - Emeline BRUNET, groupe T6 binôme C
Université de Technologie de Compiègne
Evolution de ln(U) en fonction du temps pour un circuit RC
2.5
2
y = -0.5563x + 2.119
R² = 0.9986
ln(U)
1.5
1
Series1
Linear (Series1)
0.5
0
0
1
2
3
4
5
6
-0.5
-1
Temps (ms)
1
1
On a  = || = |−0.5563| = 1.798 
On calcule l’incertitude sur τ :
On utilise la formule d’incertitude calculée lors de l’exercice préparatoire, en remplaçant
par 2 de nos valeurs :
A.N :
1
1
∗ 1.00
∗ 1.00
1
25
25
2
∗
(
∗
1.00)
+

25
4.8
1.64 = 7.0%
=
+
(1.57 − 0.49)

3−1
 = ±0.126 
Donc  = 1,798 ± 0.126 
Jeudi 3 juin 2010
Chloé BROUZES - Emeline BRUNET, groupe T6 binôme C
Université de Technologie de Compiègne
-
5
Nous allons maintenant calculer τ avec la méthode rapide :

On a  = −  avec T le temps correspondant à la moitié de la tension maximale (soit la
1
tension initiale) et  = 2
On mesure alors T sur l’oscilloscope avec les deux curseurs et on trouve T = 1,280 ms
1
Incertitude sur T :  = 2 ∗ 25 ∗ 1.00 = ± 0.08 
On a alors  =
−1.280
1
2
 ( )
= 1,847 .



0.08
-
incertitude sur τ :  =
 = 1,847 ± 0.115 
-
Nous allons également calculer la valeur théorique de τ :

=>  =

∗  = 1.280 ∗ 1.847 = ±0.115 
On sait que  = 
Donc  = 100 ∗ 103 ∗ 0.02 ∗ 10−6 = 2,00 
∆ ∆ ∆
=
+
= 1% + 1% = 2%



Donc τ = 2,00 ± 0.04 ms
Commentaires : Nous trouvons des valeurs pour la constante de temps cohérentes
puisqu’elles sont du même ordre de grandeur que la valeur théorique. De plus la
méthode rapide semble plus précise que la méthode graphique. Il semble alors qu’il ne
soit pas nécessaire de tenir compte de l’impédance de l’oscilloscope. La loi exponentielle
est donc vérifiée.
3. Décharge d’une bobine dans une résistance
Le but de cette partie est de déterminer la constante de temps de façon expérimentale et
d’observer l’influence de la résistance sur la constante de temps.
Nous n’utiliserons dans cette partie que la méthode rapide, comme précédemment, pour
déterminer τ.
On effectue les mesures pour trois valeurs de résistances, on obtient les résultats
suivants :
6
Jeudi 3 juin 2010
Chloé BROUZES - Emeline BRUNET, groupe T6 binôme C
Université de Technologie de Compiègne
Valeur de la
résistance
variable (kΩ)
Vitesse de
balayage
(µs/div)
Sensibilité
(mV/div)
1
2
4
500
500
500
500
500
500
Constante de
temps τ
expérimentale
(ms)
1,212 ± 0.058
1,039 ± 0.058
1,010 ± 0.058
Constante de
temps τ
théorique (ms)
7,407 ± 0,111
4,255 ± 0,064
2,230 ± 0.033
Les calculs d’incertitudes pour les valeurs expérimentales sont identiques aux
précédents. Nous nous contentons donc de mettre les résultats.
Calcul de la valeur théorique :

1
 = + = +350
avec R = 1 - 2 ou 4 kΩ
∆ ∆ ∆
=
+
= 1% + 0,5% = 1,5%



Commentaires : Nos valeurs expérimentales ne semblent pas cohérentes avec les valeurs
théoriques. Nous supposons que ceci est dû aux signaux obtenus pour cette
manipulation qui étaient peu lisibles : en effet, quelque soient les réglages effectués sur
l’oscilloscope, nous observions un « blanc » au début de la décharge. Les valeurs que
nous avons relevé pour nos calculs doivent donc être inexactes. D’autre part, nous
pouvons remarquer que la constante de temps est d’autant plus faible que la résistance
R est élevée, ce qui est conforme à la formule théorique.
4. Décharge oscillante
C =0.02µF
R=0
L = 1H
R = 350 
Jeudi 3 juin 2010
Chloé BROUZES - Emeline BRUNET, groupe T6 binôme C
Université de Technologie de Compiègne
7
Réglages pour l’oscilloscope :
-Sensibilité : 5.00V/div
-Vitesse de balayage : 5.00 ms/div
-Niveau de déclenchement : 0.6 V
-Pente descendante – mode normal
En position ON, on charge la capacité C et la bobine. En position OFF, on a une décharge
de type oscillante, si la résistance n’est pas trop élevée. C’est pour cela qu’on réalise le
montage avec une résistance R nulle, de manière à pouvoir observer la décharge
oscillante.
1) Caractéristique du circuit :
Observations : Lors de la décharge de la capacité et de la bobine, on observe une courbe
sinusoïdale amortie.

On mesure expérimentalement sa pseudo période : on trouve Texp = 0.920 ms
grâce aux curseurs de temps.
1
ΔT = 2 ∗ 25 ∗ 5.00 = ± 0.04 
 = 0.920 ± 0.04 

Valeur théorique de T : Tthéo = 2√ ∗  = 0.889 ms
 1  
1
= ∗ ( + ) = ∗ (1% + 1%)

2


2
 = 1% ∗ 0.889 = ±0.009 
ℎé = 0.889 ± 0.009 

Erreur =
|−ℎé|
ℎé
= 3.48 %  erreur de ± 0.032 ms
Les valeurs expérimentales et théoriques sont assez proches, par conséquent l’erreur est
faible.
2) Coefficient d’amortissement :
Pour mesurer le coefficient d’amortissement, on mesure la tension des différents
maxima en fonction du temps, puis on trace la courbe ln(U) = f(t). Le coefficient
d’amortissement γ correspond à l’inverse de la constante de temps.
8
Jeudi 3 juin 2010
Chloé BROUZES - Emeline BRUNET, groupe T6 binôme C
Université de Technologie de Compiègne
0,68
Max tension
(V)
16,6
ln(U) (sans
unité)
2,81
1,6
13,8
2,62
2,48
11,2
2,42
3,36
9,2
2,22
4,28
7,4
2
5,16
6,08
6,4
5,4
1,86
1,69
Temps (ms)
On obtient donc une droite d’équation () = − ∗  +  ()
() = − 0.211 + 2.9439 =>  = 0.211  −1 = 211  −1
1
1
∗ 5.00
∗ 5.00
 
1
25
25
+
2
∗
(
∗
5.00)
+
 ( + )

25
5.4
=
+ 
=
+ 16.6
= 11.8%
(  −  )
(2.81 − 1.69)

 − 
6.08 − 0.68
Donc ∆ = ± 25 −1
1
Donc  =  = 1.08  et ∆ =
∆

∗  = ± 0.13 
2.9
2.7
y = -0.211x + 2.9439
R² = 0.997
2.5
ln(U)
2.3
Series1
2.1
1.9
1.7
1.5
0
2
4
temps (ms)
6
8
décharge oscillante : ln (U)
Valeur théorique du coefficient d’amortissement et de la constante de temps :
=
+
2
=>  =
0 + 350
2∗1
=>  = 175  −1
Jeudi 3 juin 2010
Chloé BROUZES - Emeline BRUNET, groupe T6 binôme C
Université de Technologie de Compiègne
9

∆ ∆
∆
=
+
+2∗
= 0 + 0 + 2 ∗ 1.0% = 2% =>  = ± 3.5  −1




τ = 1/γ => τ =5.7 ms
∆ ∆
∆
3.5
=
=> ∆ =
∗ =
∗ 5.7 ∗ 10−3 = ± 0.11



175
Récapitulatif
( −1 )
()
Valeur théorique
175 ± 3.5
5.7 ± 0.11
Valeur expérimentale
211 ± 25
1.08 ± 0.13
Commentaires :
Nos valeurs expérimentales, bien que du même ordre de grandeur que les valeurs
théoriques, s’avèrent en être tout de même assez éloignées. On peut expliquer ces
différences par un mauvais réglage de l’oscilloscope ou par une mauvaise utilisation des
curseurs de tension.
Pseudo – pulsation : (2)2 = (0)2 −  2
1
=> (2) = √(0)2 −  2 = √(
√
2
) − ()²
Calcul avec la valeur théorique de  =  −
2
1
=> (2) = √(√1∗0.02∗10−6 ) − (175)2 = 7068.90 .  −1
Incertitude sur (2):
(0)
1 ∆ ∆
1
= ∗ ( + ) = ∗ (1% + 1%) = 1%
(0)
2


2
=> ∆(0) = 1% ∗ 7071 = ± 70.7 /
(2) 1 2∆(0) + 2∆ ∆(0) + ∆
70.5 + 3.5
= ∗
=
=
= 0.000148 %
2
2
2
2
(2)
2
(0) − 
(0) − 
70712 − 1752
∆(2) = ± 0.01.  −1
Jeudi 3 juin 2010
Chloé BROUZES - Emeline BRUNET, groupe T6 binôme C
Université de Technologie de Compiègne
10
Calcul avec la valeur expérimentale de  =  −
2
1
=> (2) = √(√1∗0.02∗10−6 ) − (211)2 = 7067.92 .  −1
Incertitude sur (2):
(0)
1 ∆ ∆
1
= ∗ ( + ) = ∗ (1% + 1%) = 1%
(0)
2


2
=> ∆(0) = 1% ∗ 7071 = ± 70.7 /
(2) 1 2∆(0) + 2∆ ∆(0) + ∆
70.5 + 25
= ∗
=
=
= 0.000191 %
(2)
2
(0)2 −  2
(0)2 −  2
70712 − 2112
∆(2) = ± 0.01.  −1
Valeurs théoriques
7068.90 ± 0.01.  −1
(2)
Valeurs expérimentales
7067.92 ± 0.01 .  −1
Commentaire :
Ces valeurs sont très proches car γ est très petit devant (0), or c’est la seule valeur qui
varie entre nos calculs théoriques et expérimentaux.
3) Calcul de la résistance critique :
On modifie la valeur de R afin d’augmenter l’amortissement. Lorsque les oscillations
disparaissent totalement, c’est qu’on a atteint la valeur de la résistance critique.
On réalise ce montage et on trouve R = 13 000 
Incertitude sur R :
∆

= 2 ∗ 0.5% = 1% => ∆ = ± 130 
 = 13 000 ± 130 
Valeur théorique :

 = 2 ∗ √( )

A.N : Rc = 14142 
Incertitude sur Rc :


1
∆
= 2∗2∗( +
∆ = ± 282 
 = 14142 ± 282 
∆

) = 2%
Jeudi 3 juin 2010
Chloé BROUZES - Emeline BRUNET, groupe T6 binôme C
Université de Technologie de Compiègne
 =
11
| − |
= 8.08 % =>   ± 1050 

Commentaires : Les valeurs théoriques et expérimentales sont du même ordre de
grandeur cependant on trouve quand même une erreur de l’ordre de 1 kΩ. On peut
supposer que ceci est dû au manque de précision lors de la mesure de la résistance
critique : en effet nous avons effectué le montage avec deux résistances de l’ordre du kΩ.
CONCLUSION :
Lors de ce TP, nous avons déterminé les constantes de temps de la décharge de
différents montages : RC, RL, et RLC. Pour les circuits RC et RL, l’évolution de la tension
aux bornes du condensateur et respectivement de la bobine sont des exponentielles
décroissantes. Pour un circuit RLC, l’évolution de la tension aux bornes de la bobine et
du condensateur en série s’apparente à une courbe sinusoïdale amortie.
Cependant, nous avons constaté qu’il était difficile de régler correctement toutes les
fonctions de l’oscilloscope, ce qui a été la cause principale de nos incertitudes et de nos
erreurs.
Téléchargement